Skip to content

Facebook et la censure

20 janvier 2012

Je tiens à vous relater une expérience vécue à plusieurs reprises sur le célèbre site Facebook. En plus d’y effectuer la promotion de mon magazine musical, j’y mène une activité de socialisation agréable et enrichissante avec de nombreux adeptes de musique bruyante. J’y partage des liens, des commentaires et des photos. Une de celles-ci vient de me valoir sept jours de bannissement de publication.

S’agissait-il d’une image violente, sexuelle ou haineuse ? Je vous laisse juge

Repérée sur un site sportif et publiée à des fins humoristiques, cette photo inoffensive me vaut donc une tape sur les doigts de la part du plus vaste site de réseautage au monde. Quelques semaines auparavant, trois autres de mes images, généralement des nus où les organes génitaux sont voilés, sont aussi effacées et mon compte suspendu pour plusieurs jours.

Facebook est une propriété privée. Ses dirigeants peuvent choisir ce qu’on peut y retrouver ou non. Mais quand on est propriétaire d’un site où s’agglutinent plus de 600 millions d’utilisateurs, cela entraîne des responsabilités et rend la censure arbitraire – pratiquée à grande échelle – particulièrement désagréable.

Plusieurs épisodes de censure sont connus, notamment la fameuse histoire du baiser homosexuel. D’autres individus ou groupes semblent aussi l’objet d’une surveillance accrue, notamment dans les domaines religieux et politiques. Le refus de Facebook de se joindre à l’Initiative Mondiale des Réseaux TIC (un regroupement d’entreprises technologiques qui fait la promotion de la liberté de parole auquel appartiennent notamment Google et Microsoft) est un indice supplémentaire du peu de considération donnée par l’entreprise à la liberté d’expression.

Pourtant, les exceptions abondent, ce qui rend la censure discrétionnaire d’autant plus difficile à accepter. Quiconque effectue une recherche toute simple sur Facebook peut – en quelques secondes – accéder à des photos pornographiques, des pages qui font la promotion des armes à feu, voire à des groupes néonazis et antisémites (ce qui est quand même troublant quand on sait que le propriétaire de Facebook est lui-même juif). Qu’est-ce qui motive le retrait d’une mise à jour, d’une image ou d’un commentaire ? Le libellé du règlement est laconique et ne donne pas vraiment de réponse : « Content that you shared on Facebook has been removed because it violated Facebook’s Statement of Rights and Responsibilities. Shares that contain nudity, or any kind of graphic or sexually suggestive content, are not permitted on Facebook. » Il est hautement improbable que chaque publication soit analysée par un être humain travaillant pour la compagnie. Donc, le réseau social compte sur deux outils pour émettre ses jugements : la délation et l’analyse par algorithme.

La délation est un phénomène bien connu sur Facebook. Tous les utilisateurs peuvent rapporter un contenu, selon ses propres critères moraux. Ces informations sont ensuite – vraisemblablement – intégrées dans un algorithme qui filtre la masse de données reçues à chaque seconde par les serveurs. Qui détermine alors ce qui est permis de ce qui ne l’est pas ? Mystère. Il est en outre impossible de chercher à se justifier ou contester une décision. Elles sont sans appels.

Le WEB 2.0, qui mise sur l’implication de ses utilisateurs, est-il menacé ? Autrefois perçu comme une avancée fondamentale pour la liberté d’expression, celui-ci est désormais combattu par des autorités devenues frileuses. Le gouvernement américain débat présentement à propos des projets de loi Stop Online Piracy Act (SOPA) et Protect Intellectual Property Act (PIPA) qui permettraient de forcer la fermeture de tout site soupçonné de permettre la diffusion de contenus protégés. L’immense site de partage de fichier Megaupload vient d’être mis sous séquestre et ses propriétaires arrêtés pour violation des droits d’auteurs. D’autres suivront sans doute. Le territoire encore sauvage et largement hors-la-loi du WEB pourra-t-il être domestiqué par un pouvoir qui entend bien déterminer et appliquer ses propres règles ?

Tout cela m’inquiète. Je n’ai rien d’un extrémiste et le danger que je représente pour la société est nul, mais je me sens surveillé. Je haussais les épaules en lisant des propos alarmistes exprimés par des militants de la liberté d’expression quant au degré de contrôle exercé sur le WEB par les grandes entreprises de communication. Je les prends désormais très au sérieux.

Facebook est devenu un moyen d’échange incontournable, mais il permet également une formidable surveillance et une connaissance approfondie de ses utilisateurs. C’est là une immense responsabilité qui – de toute évidence – est encore très mal comprise et gérée par une entreprise dont la croissance est fulgurante. Ressentir le jugement posé sur soi et sur ses gestes par une entité invisible est une forme de censure particulièrement sournoise, puisqu’elle oblige à modifier son comportement en fonction de balises morales déterminées par un tiers.

Facebook, à l’image des télécrans du roman 1984, nous observe. Sauf que, contrairement à la fable dystopique de George Orwell, aucune contrainte n’est exercée. Chacun y adhère de son plein gré. C’est ce qui est, finalement, le plus terrifiant.

About these ads
75 commentaires leave one →
  1. 20 janvier 2012 12 h 36 min

    Wow… Inquiétant cette procédure. Si on utilise Facebook pour faire la promotion d’idées qui peuvent paraître subversives aux yeux du gouvernement, serais-je identifié par les services de renseignements de mon pays ?

    J'aime

  2. Nicolas permalink
    20 janvier 2012 12 h 55 min

    C’est un risque, en effet. Le mouvement Occupy Wall Street suggère que plusieurs de ses pages ont été effacées sans avertissement pendant les moments forts de leur campagne. Plusieurs associations de gays et lesbiennes sont aussi soumises à une étroite surveillance. Je crois qu’après une première «offense» on est automatiquement mis sur la «liste noire» et que nos publications sont plus surveillées…

    J'aime

  3. 20 janvier 2012 16 h 28 min

    Facebook fait de la discrimination envers les pervers! J’en connais un autre dans cette situation ;)

    Sans rire, faut boycotter ces idiots….

    J'aime

  4. Nicolas permalink
    20 janvier 2012 16 h 54 min

    Curieusement, les pervers vont souvent au front pour défendre la liberté d’expression.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Hustler_Magazine_v._Falwell

    J'aime

  5. 20 janvier 2012 17 h 34 min

    Clairement, fesse-bouc exprime un biais drouatiste étatiste dans sa politique de censure…

    J'aime

  6. 20 janvier 2012 17 h 57 min

    «S’agissait-il d’une image violente, sexuelle ou haineuse ?»

    Je n’aurais jamais deviné que c’était cette photo-là!

    @ Luto et Nicolas

    « serais-je identifié par les services de renseignements de mon pays ?»
    «C’est un risque, en effet.»

    Ce n’est pas pour rien que je n’ai mis aucune information sur mon profil…

    @ David Gendron

    « fesse-bouc exprime un biais drouatiste étatiste dans sa politique de censure…»

    Droite morale, je veux bien, mais étatique? Je vous donne raison pour l’attaque du SOPA et du PIPA ainsi que pour la fermeture de Megaupload (quoique le gouvernement l’a fait à la suite de pressions d’entreprises privées et pour «protéger» une autre forme de droit de propriété privé, les droits d’auteur), mais la censure de FB est la quintescence de l’exercice du droit de propriété privé. Nicolas le dit clairement : «Facebook est une propriété privée. Ses dirigeants peuvent choisir ce qu’on peut y retrouver ou non.».

    Pour le SOPA et le PIPA, on peut organiser des mouvements d’opposition, faire des pressions, ce qui se fait d’ailleurs. Même chose pour tenter de faire modifier l’application des droits d’auteur. Contre FB, c’est plus difficile pour l’instant. Avec 600 millions d’utilisateurs, Zuckerberg se fout bien de perdre quelques utilisateurs. Il doit d’ailleurs penser que sa censure plaît à la majorité.

    J'aime

  7. Nicolas permalink
    20 janvier 2012 20 h 13 min

    Pourtant, le Président américain semble bien s’entendre avec le plus jeune milliardaire des États-Unis… au point d’aller lui rendre visite dans son entreprise.

    http://articles.cnn.com/2011-04-20/politics/obama.facebook_1_facebook-ceo-mark-zuckerberg-facebook-founder-facebook-employees?_s=PM:POLITICS

    J'aime

  8. 20 janvier 2012 20 h 56 min

    Il faut se souvenir que la CIA a été un des premiers investisseurs dans la naissante entreprise il y a une dizaine d’année, plus ou moins, ce qui n’est pas tellement publicisé, évidemment.

    J'aime

  9. 20 janvier 2012 20 h 57 min

    Hahaha! Bienvenue dans ma gang Nicolas! Merci je me sens moins seul. ;)

    J'aime

  10. 20 janvier 2012 21 h 11 min

    C’est sur la glace PIPA et SOPA!

    http://www.lesaffaires.com/blogues/jean-francois-codere/sopa-est-mort-qui-a-gagne/539992

    J'aime

  11. Nicolas permalink
    20 janvier 2012 21 h 16 min

    J’avais lu cette nouvelle. Les promoteurs de ces lois ont mal envisagé les oppositions auxquelles ils ont du faire face. Ils ont pour eux l’industrie productrice de contenu «culturel», mais contre eux toutes les entreprises de WEB2.0 (hormis Facebook) qui dépendent des usagers pour mettre à jour leur contenu.

    Victoire ? Difficile à dire.

    J'aime

  12. 20 janvier 2012 21 h 16 min

    Soleildautomne2010

    D’abord, bienvenue ici.

    La CIA vraiment? Je ne savais pas! Ça alors!

    J'aime

  13. 20 janvier 2012 21 h 30 min

    @ Nicolas

    «Pourtant, le Président américain semble bien s’entendre avec le plus jeune milliardaire des États-Unis»

    Je n’ai jamais été un grand défenseur d’Obama, si tu m’as déjà lu à ce sujet… Je l’ai même comparé à Nixon! Enfin, j’ai cité un article qui le comparait à Nixon!

    Je ne parlais pas d’Obama en disant qu’«on peut organiser des mouvements d’opposition».

    «C’est sur la glace PIPA et SOPA!»

    Et voilà! Malgré les critiques, Zuckerberg, lui, continue à censurer…

    J'aime

  14. Nicolas permalink
    20 janvier 2012 21 h 45 min

    @Soleil

    Où as-tu pris cette information ?

    J'aime

  15. 20 janvier 2012 22 h 51 min

    Bonsoir à tous. Heureux d’intervenir avec une communauté qui approfondit les débats avec un respectable travail intellectuel.

    Où j’ai pris ça? Oui, bonne question. J’avais retenu cette information mais je ne me souvenais pas bien d’où je la tenais. Retrouver ma source, il y a quelques années? Je l’avais publiée sur mon compte Facebook, justement. Que j’ai ensuite fermé, inquiet. Pour en rouvrir un autre quelques mois plus tard avec consigne d’usage restreint.

    Mais tapez google « facebook CIA » comme je viens de le faire, et vous allez voir, ça va débouler. Je retiens entre autres ce lien, qui me semble moyennement éclairant :

    J'aime

  16. 21 janvier 2012 1 h 31 min

    Il faut pas s’étonner. Que ce soit réellement intentionnel ou par accident, pas mal de monde est surveillé. Le blogueur de Saint-Henri Chronicles avait remarqué, en septembre dernier, que le Department of Defense des États-Unis avait visité son blogue en passant par le mien. Une amie et moi, nous nous sommes amusé-e-s à décortiquer les sources de trafic et la provenance des visites : on est tombé-e-s à plusieurs reprises sur plein de corps de police différents.

    Donc soit la police s’amuse à lire des blogues anarchistes sur leurs heures de bureau, soit il y a une volonté générale de reconnaître d’éventuels individus suspects.

    Qui sait? Jeanne Émard est peut-être scruté à la loupe, par des flics en quête d’une raison de remplir les futures nouvelles prisons.

    Quant à la censure en tant que telle, c’est la pointe de l’iceberg qui est en train de nous émerger dans la face actuellement.

    J'aime

  17. 21 janvier 2012 7 h 32 min

    @ Mouton Marron

    «Qui sait? Jeanne Émard est peut-être scruté à la loupe, par des flics en quête d’une raison de remplir les futures nouvelles prisons.»

    Ils vont être déçus!

    Sérieusement, sans être parano, il faut être conscient que ce qu’on écrit sur un blogue peut être lu par tout le monde, y compris la police et nos employeurs. Malgré tout ce qu’on lit dans les blogues, la censure y est très rare. C’est quand même pire sur FB où on enlève des photos sans le demander, suspend des comptes et ce, sans discussion.

    «soit il y a une volonté générale de reconnaître d’éventuels individus suspects.»

    J’ai de fait l’impression que les anars sont davantage ciblés que nous. Mais, sait-on jamais ?

    C’est du profilage politique!

    J'aime

  18. 21 janvier 2012 8 h 29 min

    Je suis plutôt d’accord avec Darwin, il en faut beaucoup pour être censurés si on en juge par les sites racistes, pornos et violents qui pullulent.

    Certains organismes privés font dur, comme facebook, une entreprise dont l’idiotie n’est plus un secret, depuis le temps qu’on en parle.

    Et pour la police qui surveille les anarchistes, ben je ne suis pas surprise, vous parlez souvent des manifestations, des escarmouches avec la police. C’est certain qu’ils surveillent ce qu’on dit d’eux, je ferais pareil à leur place.

    J'aime

  19. 21 janvier 2012 8 h 41 min

    @ Koval

    «si on en juge par les sites racistes, pornos et violents qui pullulent.»

    C’est exactement ce à quoi je pensais en écrivant «Malgré tout ce qu’on lit dans les blogues», tu avais bien compris!

    J'aime

  20. 21 janvier 2012 9 h 13 min

    Ceci dit, la notion de censure est à usage multiple. Je veux dire que de tout bord, tout côté pratiquement, eh bien… on la pratique, plus ou moins activement.

    Par exemple hier soir, un peu tard, j’ai osé poster un commentaire sur le site du blog de Françoise David. J’ai vérifié ce matin, il est encore en attente de validation par le modérateur. Y affirmai-je une opinion extrémiste? Eh bien non, mais c’était à propos du manque d’égard de certaines déclarations envers la féminité de Madame Marois. J’osai diverger quelque peu d’opinion d’avec Françoise.

    Est-ce pour cela qu’on ne me publiera pas? Est-ce que ma position n’est pas assez caricaturale pour être attaquée? Voulez-vous que j’en poste le texte ici pour approfondir la question?

    J'aime

  21. 21 janvier 2012 9 h 21 min

    Voilà, je me risque! Ci-dessous le texte du commentaire enregistré hier soir à 22h44.

    « Respectueusement, Madame David, sur votre post-scriptum. La parole citée de monsieur Laviolette, un peu crue, directe, traduit un sentiment réel et largement répandu. Et ce n’est pas parce qu’elle est « la madame » mais bien parce qu’elle est cette personne, Pauline Marois, avec tout ce qu’elle représente.

    Elle dégage une allure de « matante riche ». Il est plus habituel de se moquer des « mononcles »… c’est un cliché largement accepté mais est-ce plus correct? Quand vous dites que « le monsieur », on n’utilise pas volontiers ce genre de formule, je vois que vous vous trompez ici.

    Vous ne le voyez pas parce que cela ne vous touche moins directement mais il est toujours de très bon ton de se moquer des « monsieurs », des « petits monsieurs » etc. Peu de commentateurs politiques, hommes ou femmes, s’en privent, au moins informellement.

    La moquerie, l’ironie, le sarcasme plus ou moins subtil atteignent régulièrement les hommes politiques. Il faudrait redoubler de précautions quand il s’agit d’une femme? Je ne crois pas. Elles accepteraient, il me semble, de jouer un jeu égal.

    Le style de leadership de madame Marois fait du tort au PQ, peut-être est-ce une bénédiction pour ses adversaires politiques (dont QS ?) mais il faut pouvoir le dénoncer et sans nécessairement avoir à mettre les gants blancs.

    Encore une fois, ce n’est pas parce qu’elle est une femme, « une madame » qu’elle encourt de telles critiques, mais à cause de son style répressif, de son manque de charisme, de générosité, sa tendance contrôlante qui l’amène à étouffer le débat démocratique à l’intérieur de son parti. Son raidissement autoritaire est au-delà de la différence sexuelle.

    Elle n’a pas à offrir une plus grande ouverture pour le Québec de demain, elle ne propose pas un modèle alternatif au pouvoir exorbitant du capital financier et c’est pourquoi elle doit être combattue sans relâche, madame ou pas.

    Je crois que la sensibilité féministe, elle AUSSI!, doit se garder de ses excès.

    N’oubliez pas que les hommes aussi sont sensibles, ont leur propre susceptibilité et qu’ils subissent comme tout le monde des assauts faits à leur amour-propre.

    Faut-il consentir à un avantage narcissique féminin? C’est souvent le fait mais en principe, je ne crois pas.

    Pour tout le reste j’admire votre style, la clarté de votre communication (vous êtes bien meilleure que Pauline) et je vous encourage à continuer votre excellent travail.

    Merci. »

    P.S.: Bon, j’admets que je n’ai pas le talent de me faire aimer par tout le monde…

    J'aime

  22. 21 janvier 2012 9 h 34 min

    J’ai déjà publié chez David et ça a pris 2 ou 3 jours avant que mon commentaire soit publié, c’est qu’elle a autre chose à faire, c’est tout.

    C’est ce que moi j’ai conclu.

    Et pour la guéguerre des sexes, j’embarque pas, je ne veux pas détourner totalement le sujet de l’ami Nicolas.

    J'aime

  23. 21 janvier 2012 9 h 56 min

    Okay, message reçu. Je rentre sous terre.

    J'aime

  24. 21 janvier 2012 10 h 05 min

    @ soleilsdautomne2010

    «Par exemple hier soir, un peu tard, j’ai osé poster un commentaire sur le site du blog de Françoise David»

    Je confirme ce que dit Koval. C’est un bénévole qui lit les comm modérés. Le mien est passé rapidement parce qu’on ne me les modère plus (en général, seul le premier est modéré, à moins qu’un comm contienne plus d’un lien externe). Même des comm de libertariens y passent, alors, parler de censure dans ce cas, c’est totalement injustifié. En plus, comme nous sommes en fin de semaine, votre commentaire ne sera peut-être lu que lundi…

    «Il est plus habituel de se moquer des « mononcles »…»

    Je n’ai jamais entendu cela en politique. «Grosse vache» oui, par contre.

    «Vous ne le voyez pas parce que cela ne vous touche moins directement mais il est toujours de très bon ton de se moquer des « monsieurs », des « petits monsieurs » etc.»

    C’est drôle, j’ai déjà entendu Jean Charest parler de la «p,tite madame» Charbonneau (à l’époque où elle était présidente de la CSN), mais jamais du p’tit monsieur Arsenault, même si lui le mériterait bien plus!

    «Bon, j’admets que je n’ai pas le talent de me faire aimer par tout le monde…»

    Euphémisme… Votre commentaire semble justifier la forme (propos paternalistes condescendants) par le fond (critique de son style et de ses politiques). C’est pour moi passer à côté de la remarque de Mme David.

    Je critique souvent les politiques de Mme Marois, de M. Charest et de M. Legault sans mettre de gants blancs, mais jamais, sauf erreur de ma part, je n’ai utilisé des noms de ce genre, ni pour un, ni pour l’autre. Alors, je crois qu’un membre du PQ comme Marc Laviollette devrait faire de même, encore plus dans ses lettres aux journaux et ses commentaires aux journalistes.

    J'aime

  25. 21 janvier 2012 10 h 18 min

    Il n’y a pas de faute Soleil, départager si Mme Marois est victime ou non de sexisme est une autre histoire c’est tout.

    Votre message ne comporte rien de bien choquant, comme vous dites.

    J'aime

  26. 21 janvier 2012 13 h 18 min

    Disons que la censure de Facebook n’égale pas encore celle de l’Iran!

    Iran: condamné à mort pour un site porno

    «M. Malekpour, qui est résident canadien, avait conçu un programme permettant de mettre en ligne des photos et qui a été utilisé, à son insu, pour la création de sites pornos, ont ajouté ses proches.»

    J'aime

  27. 21 janvier 2012 19 h 17 min

    Sans surprise, le commentaire de Soleil est maintenant diffusé sur le blogue de Françsoise David.

    J'aime

  28. Nicolas permalink
    21 janvier 2012 20 h 01 min

    On s’attend à de la censure dans un régime autoritaire, pour qui le contrôle de l’information est vital, mais c’est moins évident dans une démocratie qui s’appuie sur la protection des droits individuels… La censure est-elle une abomination, ou un mal nécessaire ?

    J'aime

  29. 21 janvier 2012 20 h 56 min

    « La censure est-elle une abomination, ou un mal nécessaire ? »

    Ben, elle est nécessaire, les lois ne permettent pas tout! Je ne comprends pas trop pourquoi on crie au meurtre devant la fermeture de megaupload. Cela contrevient à la loi, nous le savons tous.

    J'aime

  30. 21 janvier 2012 23 h 05 min

    Je ne sais pas si cela a rapport, mais j’espère qu’on pourra continuer à écouter des tounes comme celle-là… La toune que je préfère du groupe que mon plus jeune préfère, dans une version d’une qualité très étonnante!

    J'aime

  31. 21 janvier 2012 23 h 55 min

    Un très bon billet de Lagacé qui parle justement du billet de Françoise David…

    Marc Laviolette : une petite couche de mépris

    J'aime

  32. 22 janvier 2012 8 h 27 min

    Ha ha! Et moi qui parle comme Laviolette dans mon billet sur Marois!

    Mais bon, venant de Laviolette, c’est plus critiquable….

    Pour revenir au sujet, voilà l’arrestation des gars de Megaupload….

    J'aime

  33. 22 janvier 2012 10 h 28 min

    Nic

    Anonymous, j’ai pas trop confiance, j’ai déjà lu quelque part que Assange et sa bande étaient des anges à coté d’Anonymous….

    http://www.rtbf.be/info/medias/detail_si-megaupload-ne-revient-pas-anonymous-s-attaquera-notamment-a-facebook?id=7433933

    J'aime

  34. 22 janvier 2012 10 h 41 min

    Ce que je me demande, c’est la source de la fortune des fondateurs de Megaupload. Juste de la pub? C’est possible, mais leur opulence m’étonne tout de même.

    J'aime

  35. 22 janvier 2012 11 h 00 min

    La pub Darwin mais surtout les abonnements….

    Il y a différentes vitesses de téléchargement, si tu t’abonnes, il y a des frais et ça roule plus vite….

    « Interrogé par PC Inpact, le représentant français du site disait ne pas connaître «les chiffres» de Megaupload. Selon l’accusation, le site a amassé au moins 175 millions de dollars depuis sa création, en septembre 2005, grâce à deux sources de revenus: les abonnements premium (150 millions) et la publicité (25 millions). Ces abonnements, vendus de 9,99 dollars pour un mois et jusqu’à 260 dollars pour un accès à vie, étaient particulièrement attractifs. Ils permettaient aux internautes de télécharger plus rapidement, ou de regarder des films et des séries sans limite de durée, et pouvaient donner l’impression de payer pour une offre légale. »

    http://www.lefigaro.fr/hightech/2012/01/20/01007-20120120ARTFIG00511-megaupload-le-fbi-revele-les-coulisses-du-piratage-organise.php

    J'aime

  36. 22 janvier 2012 11 h 10 min

    « mais surtout les abonnements….»

    Merci, c’est plus clair!

    J'aime

  37. 22 janvier 2012 14 h 11 min

    Et personne ne s’inquiète par rapport à ces bouffons?

    J'aime

  38. 22 janvier 2012 17 h 58 min

    Moi j’ai aime bien ces bouffons, comme j’aime Assange, comme j’aime les indignés.

    Tous individus ou groupes qui écoeurent et qui nuisent aux systèmes capitalistes ont mon approbation.

    J'aime

  39. Nicolas permalink
    23 janvier 2012 11 h 46 min

    Mediafire vient aussi de cesser ses activités… nous vivons des moments sombres…

    J'aime

  40. Nicolas permalink
    24 janvier 2012 21 h 11 min

    Encore pire que je croyais…

    MegaUpload.com – Closed.
    4shared.com – Deleting files with copyright and waits in line at the FBI.
    Crocko.com – Called to testify in the next 90 days and it will open doors. Pro FBI.
    EnterUpload.com – Down.
    FileJungle.com – Affiliate program was closed. Deleting multiple files. Banning Accounts. Locked in the U.S.
    FilePost.com – Affiliate program was closed. Banning Accounts. Deleting all material.
    FileServe.com – Affiliate program was closed. Deleting multiple files. Banning Accounts.
    FileSonic.com – Affiliate program was closed. Deleting multiple files. Banning Accounts. Under FBI invstg.
    Hotfile.com – Affiliate program was closed.
    MediaFire.com – Called to testify in the next 90 days and it will open doors. Pro FBI.
    MegaShare.com – Affiliate program was closed.
    Netload.in – Affiliate program was closed.
    Oron.com – Affiliate program was closed. Deleting multiple files. Banning Accounts.
    UploadBox.com – Closing. All files will be deleted on January 30th.
    Uploaded.to – Not available in U.S. Available in other countries.
    Uploading.com – Affiliate program was closed.
    UploadStation.com – Affiliate program was closed. Deleting files. Banning Accounts. Locked in the U.S.
    VideoBB.com – Affiliate program was closed. Will disappear soon.
    Videoz.com – Closed and locked in the countries affiliated with the USA.
    Wupload.com – Closed affiliate program before Megaupload fiasco citing financial reasons.
    x7.to – Closing.

    J'aime

  41. 24 janvier 2012 21 h 34 min

    Épouvantable!

    J’ai essayé aujourd’hui de regarder un film sur le net, niet.

    J'aime

  42. 25 janvier 2012 10 h 12 min

    Mais comment vont vivre l’industrie du film et de la chanson si tout s’échange gratos!

    Je me souviens de la fermeture de napster, on comprenait tous cette fermeture. Depuis quand c’est légal de télécharger n’importe quoi? Je m’attendais moi, à ces fermetures, nous vivions en état d’illégalité…

    Qu’estc-ce qu’il y a d’épouvantable dans ça?

    J'aime

  43. Nicolas permalink
    25 janvier 2012 10 h 21 min

    Je répugnerais moins à acheter directement de l’artiste, ce qui est presque impossible. J’ai horreur de payer une cote au distributeur, qui ramasse en passant un généreux pourcentage. En outre, les groupes comptent d’autres moyens pour se financer, comme les tournées, la vente d’objets dérivés et l’accès payant à du contenu exclusif.

    J'aime

  44. 25 janvier 2012 11 h 12 min

    « Je répugnerais moins à acheter directement de l’artiste, ce qui est presque impossible. »

    Ben, il y en a partout des intermédiaires, même pour les produits que tu achètes à l’épicerie.

    Ce que tu dis fait parti d’arguments qu’on entend, mais ce débat est très vaste….

    Je sais qu’un écrivain ou un chanteur peut ne récolter qu’un ou deux dollars sur un unité de produit vendu, mais sur un marché américain ou européen, c’est facile de vendre un million d’unités. Donc les pertes sont grandes pour les artistes populaires.

    Je n’aimerais pas qu’on s’approprie gratos mon travail…on a contraint les artistes à un changement qu’ils ne voulaient pas à la base, en volant une partie de leur revenus.

    Qu’un artiste donne son travail pour se faire de la pub, je n’ai aucun problème avec ça mais que le public prenne le travail des artistes sans consentement, je trouve ça délicat. Surtout que la droite en plus voudrait souvent couper les subventions aux artistes. Je crains que ça devienne de plus en plus difficile dans le domaine des arts.

    Ils en disent quoi eux, les artistes, les très populaires comme les ptits nouveaux?!

    J'aime

  45. 25 janvier 2012 17 h 44 min

    @Koval

    Le problème avec ce genre de site là, c’est que c’est vraiment loin d’être seulement des sites où l’on dépose des films, des chansons ou autres. Des sites d’hébergement comme ça sont fait pour partager des fichiers ou faire des copies de fichiers de sauvegarde. Très utile pour monsieur et madame tout le monde. Ce qui me frustre avec ça aussi c’est que c’est presque jamais « l’artiste » qui est SUPPOSÉ détenir les droits d’auteurs qui décide de fermer les sites web, mais bien les grosses corporations souvent liées à la RIAA qui souvent ne détiennent pas toujours les droits de l’artiste.

    Personnellement je trouve ça inacceptable que ce genre de mesure soit prise à la place des artistes et encore pire qu’on le fasse au détriment du partage commun. En plus Youtube fait pas mal la même chose. C’est juste qu’ils savent que si ils ferment youtube ils vont creuser leur propre tombe. Le nombre d’anime et de films que j’ai vus sur youtube, ça ne se compte même plus. Tu voudrais qu’on ferme Youtube parce que le FBI s’en mêlerait? Maintenant que le FBI ferme des sites et rend responsable le site d’hébergement pour ce qu’il y a en ligne est encore un problème au niveau du respect à la vie privée des utilisateurs. Puis quant à moi, je partage ma musique et je crois que si quelqu’un partage ma musique j’en suis honoré.

    J'aime

  46. 25 janvier 2012 18 h 30 min

    Comme le dit ilikeshred, ce ne sont pas les petits artistes qui se plaignent, rarement les gros, mais bien les compagnies de disques!

    J’ai toujours en tête l’exemple des Cowboys fringants qui racontaient que, lors d’une tournée en France, la foule fredonnait les paroles de leurs chansons, même si leurs disques n’étaient pas distribués en France! Ils n’auraient jamais pu faire cette tournée et remplir des salles sans téléchargements gratuits ou sans Youtube. C’est la même chose pour les groupes métal qui demeureraient inconnus…

    Nicolas a raison, ils font beaucoup plus d’argent avec les produits dérivés (dont les T-shirts) qu’avec la vente d’albums!

    Cela dit, je suis d’accord pour dire qu’il y a une question d’éthique derrière tout ça. Ça prend des modèles d’affaires adaptés, ce que beaucoup ont fait, mais les maisons de disques tentent de protéger leurs 78 tours…

    Et les téléchargements payants croissent à un rythme fou :

    Les titres numériques téléchargés sont passés de 2,5 millions en 2007 à près de 14 millions en 2011! Il ne s’en vendait pas un en 2004!

    J'aime

  47. 25 janvier 2012 19 h 17 min

    J’y reviendrai….

    Je pense aussi aux écrivains.

    Je n’aime pas tellement quand internet passe par dessus les lois….je n’ai aucune sympathie pour le multi milliardaire millionnaire de megaupload qui s’est mis riche en volant les droits d’auteurs.

    J'aime

  48. 25 janvier 2012 19 h 36 min

    «je n’ai aucune sympathie pour le multi milliardaire millionnaire de megaupload qui s’est mis riche en volant les droits d’auteurs.»

    Moi non plus…

    J'aime

  49. 25 janvier 2012 20 h 43 min

    Sur ce dernier point, je voudrais ajouter qu’il ne faut pas confondre la notion des droits d’auteur et les gens qui profitent de la situation pour s’enrichir. Je ne les aime pas plus que la RIAA.

    J'aime

  50. 25 janvier 2012 21 h 23 min

    Je voulais d’abord dire bonjour et souhaiter une bonne année 2012 à ilikeshred

    Pour répondre un peu à ton commentaire assez dense, je dois tout d’abord dire que tout le monde est prudent au sujet de l’arrestation du gars de megaupload, il est certain cependant qu’il faisait son beurre avec le partage de fichiers illégaux.

    Pour l’argument du partage de fichiers légaux, il semble qu’il existe des plateformes plus « dignes » qui engagent des employés qui surveillent si les fichiers contreviennent à la loi pour ce qui est des droits d’auteurs. Rapidshare, par exemple, affirme qu’ils sont plus blancs que blancs, en tout cas, ils ne prévoient pas fermer.

    http://www.maxisciences.com/rapidshare/rapidshare-si-nous-devons-fermer-youtube-dropbox-et-icloud-suivront_art21018.html

    J'aime

  51. 25 janvier 2012 21 h 37 min

    Pour ce qui est des artistes, mon point de vue est qu’il y a peu de temps, 6 ou 7 ans, les artistes ont fait front commun pour qu’on cesse le piratage. Des artistes en viennent à se faire demander de signer des autographes sur des copies illégales de leurs CD.

    Je pense que, quand ils ont vu que leurs manifestations ne donnaient rien, ils ont essayé de s’arranger autrement, des téléchargement payants comme dit Darwin (mais qui risquent de disparaitre si on laisse tout aller comme on a fait) alors je ne comprends pas bien comment l’artiste fait son beurre avec ça.

    Ah! Je suis bien contente si les cowboys se sont fait voler leurs droits et que ça leur a permis d’atteindre la scène française (on va en être débarrassés) :lol: J’aurais préféré qu’ils puissent décider eux même de qu’est-ce qu’ils veulent donner.

    Je crois que les artistes sont contents de ces fermetures, il faudrait prendre leur pouls avant de dire autrement…

    Je pense aussi à l’argument disant « Ils n’ont qu’à faire plus de spectacles » Léonard Cohen à l’âge qu’il a n’a peut-être pas le goût de s’épuiser sur scène.

    Ça serait bien flatteur pour moi que des milliers de personnes se partagent les billets que j’écris de façon bénévole chez Jeanne mais si j’écrivais de façon professionnelle, un livre par exemple, et que des nioufs scannerais ce livre pour le distribuer gratuitement sur internet, il ne me resterait pas d’autres choix que de cesser mon métier d’écrivain.

    Alors j’ai hâte qu’on redonne aux artistes ce qu’on leur a enlevé, j’ai hâte qu’on légifère en leur faveur.

    J'aime

  52. 25 janvier 2012 22 h 39 min

    Donc, t’es pour qu’on surveille toute les donnés et qu’on entre dans un air de censure et de la mort de la vie privé sur internet? Inquiète toi pas koval, il y a des alternative de réseau internet complètement anonyme, tu ne peux pas te battre contre une technologie aussi grande et qui à prit autant d’ampleur. Si tu es pour qu’une compagnie fouille dans mes données et bien moi je suis contre. Pour protéger qui? Des artistes? Non, la protection d’une oeuvre est une chose, mais la protection de la distribution de la musique ça c’est une autre chose.

    Il faut prendre en compte aussi que de plus en plus d’activités sont disponible, les gens lisent moins de livre mais lisent plus sur internet… Il y a plein d’exemple, mais en gros je suis formellement en désaccord avec tes dire en tant que personne et en tant qu’artiste.

    J'aime

  53. 25 janvier 2012 22 h 44 min

    La vie privée sur internet!?!?! Eh bien, voilà un concept qu’il faudra m’expliquer!

    J'aime

  54. 25 janvier 2012 22 h 49 min

    Je t’invite à lire les revendications de centaines d’artistes d’ici.

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2010/11/30/001-droit-auteur-manif.shtml

    Ces téléchargements illégaux ne plaisent pas aux artistes puisqu’ils cherchent une compensation:

    Les artistes réclament notamment des redevances des fournisseurs de service Internet pour compenser les pertes qu’ils subissent en raison du téléchargement illégal de musique sur Internet. Une avenue écartée par Ottawa dans le projet de loi C-32.

    J'aime

  55. 25 janvier 2012 22 h 56 min

    Koval? T’es serieuse? Alors, quand tu regardes tes courriels, ton compte de banque (ou caisse?) via internet, selon toi c’est quoi? Réfléchie un peu.

    On dirait que pour les gens l’internets = publique. Pourtant nos connections internet nous les payons tous à des compagnies qui sont soumis à des lois pour ne pas divulguer les informations personnelles d’une personne a fin de protéger cette personne. C’est justement ce que les compagnies veulent enlever. Vie privé oui. Est-ce toujours compliqué comme concept?

    J'aime

  56. 25 janvier 2012 23 h 05 min

    Bien sûr les institutions de cartes de crédit, caisses etc sont imputables….Mais pour le reste, je n’ai aucune confiance, je sais qu’Amazone peut communiquer mes données à Facebook, que Facebook me relie via les adresse électronique etc…

    Le jour où t’es pris par la justice pour un meurtre ou autre délit grave, tes connections internet c’est comme ton téléphone, ils vont fouiller tant qu’ils veulent!

    Pour moi, internet, c’est comme le téléphone….c’est pas comme le psychanalyste, il n’est pas tenu au secret professionel! Mon téléphone pourrait être écouté, en plus, c’est bourrée de pirates sur le net. Je n’écrirais rien de compromettant dans un courriel…ni nulle part ailleurs sur le net d’ailleurs.

    J'aime

  57. 25 janvier 2012 23 h 11 min

    « Vie privé oui. Est-ce toujours compliqué comme concept? »

    Oui! C’est assez compliqué comme concept justement! Et les avocats vont travailler férocement et encore bien longtemps sur ces problèmes….des nioufs autant que moi j’imagine!

    J'aime

  58. 25 janvier 2012 23 h 41 min

    Pas si tu utilises un Proxy et que tu n’utilises pas Facebook. Ce que tu mets sur des sites de rencontres c’est ton problème. Je ne mets pas mes choses personnelle dedans. Tu peux aussi toujours utiliser des Darknets etc… Sinon utilise un réseau ou ta bande passante n’est pas recensé. C’est possible encore aujourd’hui tant que les lois ne deviennent pas trop dégueulasse.

    C’est juste une façon de donner de l’argent au gros artiste et rien donner au petit. C’est de l’hypocrisie pure et dure! Comment cette argent sera elle réparti? Est-ce la faute des compagnies de services internets? Ils cherchent compensation quand leur compagnie de disque leur prend plus que 70% des profits que les compagnies font sur leur dos. Tout ce qui est protégé ici koval c’est des droits que les compagnies ont souvent en leur possession et on me parle de PROTECTION DE L’ARTISTE? Faites moi rire! Un artiste qui n’a pas d’argent la seul facon d’être distribuer pour un petit artiste est l’internet et oui sa seule chance d’avoir des droits d’auteur qui ne coute pas 300$! Parce qu’il y a une façon de graver la date et d’autre information pour pouvoir utiliser ça en cours.

    La seule vrai façon pour un artiste de faire de l’argent c’est par la marchandise et les show. Certain artiste ont de la misère à conceptualiser ça. T’enregistre pas un album pour faire de l’argent et ça fait des années de ça! Nous ne sommes plus à l’époque ou le seul revenu des artistes était leur Album et bien une chance! Parce que entre toi puis moi de nos jour faire 25 cent l’album vendu, c’est pas très cool. (ça varie beaucoup mais quand t’es VRAIMENT affecter par le téléchargement c’est pas mal ce qu’ils font par album vendu) Donc il y a personne qui va me dire que c’est pour les artistes (la majorité des artistes c’est les petit, pas les Luc Plamondon, le rappeur Biz du groupe Loco Locass et les chanteurs Yann Perreau, Robert Charlebois, Michel Rivard, Richard Séguin, Ariane Moffatt, Florence K et Marie-Denise Pelletier.) Si tu veux changer ça se sont les habitudes des gens qu’il faut changer et non les lois. Sensibiliser les gens a agir autrement je ne suis pas contre, mais les forcer ça j’ai bien de la misère avec ça. Puis une autre note que je veux glisser au artiste qui se plaignent. L’art c’est fait pour partager. Si tu fais de l,argent avec ton art tu es très chanceux.

    Tu défends les riches, ton droit. Mais sache que ses lois la vont écraser les petits, car il n’auront aucun moyen pour

    Puis continue d’être sarcastique avec moi c’est ton droit, mais je ne te connais pas et je prend ça comme un manque de respect vu le sérieux de la conversation. Reste dans ton illusion d’artiste mal traité, moi je ne répond plus à tes remarques.

    J'aime

  59. 26 janvier 2012 0 h 16 min

    Ben moi, quand je vois des centaines d’artistes descendre dans le rues pour me dire qu’ils vendent christement moins de cd et qu’ils crottent plus sec qu’avant, ben ça m’interpelle vois-tu!?

    Continues à encourager les voleurs comme le gros cul de megauplaod qui ne crée rien et qui se tape des tas de filles en bikini dans un château :mrgreen:

    Et relis-toi, à ton 22:39, tu as commencé les hostilité en m’accusant d’être pro censure de la mort etc puis en me demandant de réfléchir un peu, comme si j’étais un enfant….je crois que je ‘ai été en masse patiente….

    Mais là, ma tante est lasse….garde ton idée, je garde la mienne!

    J'aime

  60. 26 janvier 2012 1 h 53 min

    Ou ai-je parlé que je les défendais? Puis tant qu’a moi les dirigeants de Sony BGM, Warner brothers, EMI, ne sont pas mieux, voire même pire. Combien de château et villa et de fille en bikini ils ont? Ils peuvent bien pleurer que la vente de musique est en baisse avec toute l’exploitation d’artistes qu’ils ont fait. Puis si ils détiennent encore autant de marché, ça ne m’invite pas à acheter un album, ça m’éloigne! (en passant c’est eux qui sont contre et qui disent haut et fort que l’industrie de la musique est en baisse.) Moi je vais m’en tenir au T-shirt de groupe qui se déchire après quelque mois et d’aller à des concerts. Comme ça je donne plus directement mon argent à l’artiste.

    Puis informe toi,
    « Le piratage pointé du doigt par les syndicats de producteurs de disque
    Selon l’IFPI et le SNEP, la chute du marché est attribuée au partage de fichiers sur Internet.
    Cependant plusieurs études concluent sur l’impact minime de ces échanges sur les ventes :
    un rapport commandé par le gouvernement canadien intitulé The Impact of Music Downloads and P2P File-Sharing on the Purchase of Music: A Study for Industry Canada (en français : « L’impact de téléchagement de musique et du partage en P2P sur l’achat de musique : une étude pour Industry Canada »)6
    une étude française, de l’université Paris XI (laboratoire ADIS) et UFC-QueChoisir7
    une étude commandée par le gouvernement néerlandais : Ups and downs – The economic and cultural effects of file sharing on music, film and games (« Hauts et bas – Les effets économiques et culturels du partage de fichier sur la musique, les films et les jeux vidéo »)8
    un rapport de l’OCDE : OECD Report on Digital Music: Opportunities and Challenges (« Rapport de l’OCDE sur la musique numérique : opportunités et défis »)9
    un rapport de Tariq Krim pour l’ADAMI : Le Peer to Peer, un autre modèle économique pour la musique10
    une étude de la Harvard Business School et de l’University of North Carolina : The Effect of File Sharing on Record Sales – An Empirical Analysis (« Les effets du partage de fichiers sur les ventes de disques – une analyse empirique ») »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_du_disque

    puis un autre texte interessant: http://www.azoz.com/music/features/0008.html
    Si tu veux il y a plein d’études qui expliquent pourquoi le téléchargement n’a pas tant d’impacte que ça.

    Je crois que tu manques beaucoup d’information sur le sujet et que tu diffames pas mal. Quand on connait rien sur le sujet on se taie. Puis en plus t’as rien compris, c’est a peine si tu m’as lu. Tout ce que tu veux c’est avoir raison et être méchante. Ce qui me désole c’est que tu prends les arguments faux inventer par les Maison de disques majeur.

    J'aime

  61. 26 janvier 2012 5 h 47 min

    @ Koval

    «Je t’invite à lire les revendications de centaines d’artistes d’ici»

    Ils ne revendiquaient pas l’interdiction du téléchargement, les amendes aux contrevenants ou le retrait de sa connection Internet (loi Hadopi), mais un moyen différent de percevoir des droits d’auteur. Et ce moyen a déjà existé avec des redevances sur les cassettes audio et vidéo vierges. Ils demandaient un peu la même chose, mais cette fois de la part des fournisseurs Internet! Ce ne serait toutefois pas vraiment juste pour ceux qui ne téléchargent pas illégalement! Cela dit, cela n’a rien à voir avec un contrôle du téléchargement illégal.

    Moi, quand un gars comme Plamondon est là, je me méfie! Il rêve du salaire des artistes, mais exempté d’impôt!

    J'aime

  62. 26 janvier 2012 7 h 38 min

    Darwin

    J’ai simplement dit la chose suivante:

    Le téléchargement illégal a fait perdre des sources de revenus aux artistes. Et c’est un fait, même si Plamondon montre son vilain nez,

    Et je ne partage pas du tout l’idée que les plaignants ont le ventre plein et que les artistes doivent donner leurs albums gratos….

    Je signifiais tout simplement que le problème n’est pas réglé et que les artistes se trouvent lésés au profit de gens plus ou moins honnêtes….

    Je suis assez surprise de constater que ces propos peuvent choquer…mais bon c’est le risque du métier…

    http://m.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2011/06/24/013-industrie-musique-quebec-mutation.shtml

    J'aime

  63. 26 janvier 2012 7 h 48 min

    « Ou ai-je parlé que je les défendais? Puis tant qu’a moi les dirigeants de Sony BGM, Warner brothers, EMI, ne sont pas mieux, voire même pire. »

    Je fais des distinctions entre ceux qui se sont mis riches en volant et les autres riches.

    J'aime

  64. 26 janvier 2012 7 h 51 min

    « Je crois que tu manques beaucoup d’information sur le sujet et que tu diffames pas mal.  »

    Et moi je crois que tu ne sais pas ce que veut dire le mot « difamation ». Ton ton est pas mal agressif, dommage…

    On ne se reparlera pas!

    J'aime

  65. 26 janvier 2012 8 h 25 min

    @ Koval

    «Le téléchargement illégal a fait perdre des sources de revenus aux artistes. »

    C’est justement ce que certaines études contestent, dont celle d’Industrie Canada mentionnée par Ilikeshred. Ceux qui achètent le plus de CD sont aussi ceux qui téléchargent le plus. Aurais-je acheté 6 CD de Kalmah (de Unexpect et de bien d’autres) si je ne les avais pas connus?

    page 3 «Toutefois, nous arrivons à une conclusion contraire, à savoir que le partage de fichiers poste à poste tend plutôt à faire augmenter les ventes de musique.»

    page 4 «Des éléments nous indiquent que les ventes d’autres formes de divertissement, telles que les billets de cinéma et de concert ainsi que les jeux vidéo, ont tendance à augmenter en même temps que les ventes de musique. On a fait valoir dans les ouvrages publiés que l’augmentation du nombre de divertissements de substitution a causé une baisse des ventes de musique, mais nos résultats n’appuient pas cette hypothèse.»

    Cela dit, je ne suis pas nécessairement contre la loi qu’appuyaient les artistes. Je m’oppose par contre aux lois Hadopi, SOPA et PIPA. Ce sont les compagnies de disques qui en profitent, pas les artistes. Combien de jeunes groupes se font avoir avec des contrats de longue durée? La distribution par Internet permet à ces groupes de se faire connaître sans concession.

    Les créateurs Anglais farouchement opposés à l’Hadopi locale

    «Malgré cela, nous émettons de sérieuses réserves concernant le contenu et le périmètre de ce projet de loi concernant le partage de fichier en P2P. Les procédés de surveillance, d’avertissement et de sanction ne mèneront pas à la mise en place d’un marché de la musique juste, dynamique et compétitif. Nous considérons que les questions posées durant la consultation non seulement n’appellent pas de réponses raisonnables mais reflètent un état d’esprit si éloigné de celui du public et des consommateurs de musique qu’il font de ce document quelque chose d’extraordinairement négatif.

    Les estimations très approximatives des bénéfices annuels attendus par une telle législation (200 millions de livres) font clairement transparaître que celle-ci ont été faites sur la base du préjugé qui veut qu’un morceau téléchargé soit égal à une perte en terme de vente. Cet argument de la “substitution” est en réalité la parole des lobbyistes : il est sans fondement logique et aucun économiste n’a jamais cautionné un tel chiffre pour tenter d’estimer les pertes induites par le P2P sur l’industrie de la musique. »

    J'aime

  66. 26 janvier 2012 8 h 43 min

    Bon d’accord, j’ai bien vu moi aussi que certaines études vont dans un sens et d’autres dans l’autre….

    Je n’ose pas trancher!

    J'aime

  67. 26 janvier 2012 9 h 54 min

    @ Koval

    «Je n’ose pas trancher!»

    J’ai aussi une position nuancée et incertaine entre l’appui aux droits des artistes, le rôle des lobbys de l’industrie, les profiteurs du genre Megaupload, etc. Chose certaine, on doit s’adapter à cet environnement (j’ai failli écrire «nouvel environnement», mais ça l’est déjà moins!) et ce n’est pas en augmentant la coercition contre les «consommateurs» de musique qu’on y parviendra!

    J'aime

  68. 26 janvier 2012 15 h 59 min

    Bien sûr que la transition vers le numérique est inévitable, mais il faut un modèle de distribution mieux adapté et plus équitable.

    Par exemple, un ou des modèles où plusieurs artistes s’associent et mettent leur tounes en partage, tu payes un peu pour les tounes que tu donwload, l’argent va directement à l’artiste et les gros voleurs comme celui de megaupload crèvent! C’est pas mal ce que tu disais hier à 18:30 h.

    Je n’ai pas parlé de coercition contre les consommateurs, au Canada , on a adopté une loi qui empêche de poursuivre pour des montants astronimiques une personne qui télécharge pour des fins privées. On a vu ce genre de poursuites abusives aux States, cela ne pourrait pas se produire ici, en tout cas, pas avec des montants astronomiques.

    Voilà!

    Je ne suis pas d’accord avec le marasme actuel et le statu quo m’apparaît de toute façon assez improbable! Les pirates informatique ne sont pas une solution adaptée.

    Je peux être contre Hadopi et contre le piratage en même temps, comme bien des gens.

    J'aime

  69. 26 janvier 2012 18 h 05 min

    « Je fais des distinctions entre ceux qui se sont mis riches en volant et les autres riches. »

    Puis Voler les droit d’auteurs des artistes c’est pas du vole? Profiter de la naïveté des artistes c’est mieux tu crois? Tu crois que Sony BGM Warner Bros et compagnie ne l’on pas fait? Soit réaliste et arrête de te justifier! Ce n’est pas une distinction c’est fermer ses yeux pour sélectionner l’information qui nous convient le mieux. Sélectionne tant que tu veux tes informations pour ton propre plaisir d’avoir raison dans ta tête si ça te chante. Mais rappel toi que j’ai l’age d’argumenter de façon agressive, toi tu es supposé donner l’exemple. Voilà une belle façon de faire de l’âgisme tu crois pas? C’est le fun l’âgisme, t’es pas d’accord?

    Tu devrais appliqué comme représentante pour Warner bros, J’suis sur que tu ferais ton travail à merveille!

    « Bien sûr que la transition vers le numérique est inévitable, mais il faut un modèle de distribution mieux adapté et plus équitable. »

    De plus en plus de maison de disque deviennent indépendante et invite l’artiste à distribuer son album sur le web. L’industrie bouge beaucoup dans se sens. Encore la j’ai acheté directement les CD de Instanzia, Feared tout récemment par le biais de l’internet. Beaucoup de groupe font l’adaptation en ce moment, seulement il y a certain artiste (encore beaucoup) qui refuse se changement inévitable. Tout ça pour défendre de vieille idées. Je t’assure que le domaine bouge et si il ne bouge pas assez vite pour toi j’en suis bien d’accord, mais c’est pas du jour au lendemain que des maisons de disques majeur vont tomber. C’est bien simple à dire, à faire non.

    « Par exemple, un ou des modèles où plusieurs artistes s’associent et mettent leur tounes en partage, tu payes un peu pour les tounes que tu donwload l’argent va directement à l’artiste… »

    Dans la vrai vie c’est pas comme ça que ça se passe. tu achète une chanson sur itune, la moitier va a apple une partie va à la maison de disque et 2-3 cent à l’artiste(tout dépendant de la maison de disque et du contraire, mais j’t’assure que en bout de ligne c’est toujours mince) Après ça tu me diras que l’artiste n’est pas voler par le système…?

    J'aime

  70. 26 janvier 2012 18 h 08 min

    Va donc chier!

    J'aime

  71. 26 janvier 2012 18 h 15 min

    Hé ho! Ne t’adresse plus à moi pour rien!

    J'aime

  72. 26 janvier 2012 18 h 21 min

    @ Ilikeshred

    Ton argumentation se défend, mais pas ton agressivité.

    «Mais rappel toi que j’ai l’age d’argumenter de façon agressive, toi tu es supposé donner l’exemple»

    Cette remarque tend vers l’âgisme en associant l’agressivité aux jeunes et seulement aux jeunes! ;-)

    Cela dit, on espère toujours les débats les plus sereins que possible, ici…

    J'aime

  73. 27 janvier 2012 10 h 42 min

    @Ilikeshread
    « De plus en plus de maison de disque deviennent indépendante et invite l’artiste à distribuer son album sur le web.  »

    Si t’as l’âge de débattre de façon agressive, et si Koval a l’âge de prêcher par l’exemple (dis-tu), moi j’ai l’âge de prêcher par le « savoir » ;)

    Une maison de disques ne DEVIENT pas indépendante. La plupart sont nées indépendantes avant d’être absorbées par les « majors », qui se sont ensuite bouffées entre elles, au point où il n’en reste plus que deux ou trois.

    En revanche, oui, plus que les « majors » ou leurs affiliées, les petites maisons indépendantes estiment de plus en plus que le téléchargement gratuit est une forme très efficace de marketing.

    Quand les Cowboys fringants sont débarqués en France pour la première fois, et de un, ils sont parvenus à « vendre » leurs salles, et de deux ils ont constaté avec surprise que si les salles étaient pleines, elles étaient surtout remplies de fans qui avaient téléchargé leur musique.

    Vendre une série de spectacles, c’est plus payant pour l’artiste que le fait de vendre des CD. Et en prime, comme le disait Darwin, ça fait vendre des CD à des gens qui autrement ne les auraient jamais achetés…

    J'aime

  74. 29 janvier 2012 10 h 58 min

    La grande justice d’Anomymous va tout régler nos problèmes ;)

    http://www.undernews.fr/hacking-hacktivisme/les-informations-confidentielles-de-541-policiers-francais-diffusees-par-les-anonymous.html

    J'aime

  75. 15 mai 2012 18 h 11 min

    Il faut créer un nouveau Facebook sans censure!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 183 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :