Aller au contenu principal

L’argent et la santé sont incompatibles

8 novembre 2009

Ce que j’ai surtout remarqué au cours des dernières semaines, c’est l’inconfort des citoyens devant l’énorme pouvoir des compagnies pharmaceutiques.  Les gens semblent très sceptiques face à la campagne de vaccination contre le virus H1N1 et une portion importante des arguments est dirigée vers la taille excessive du « cartel » pharmaceutique (des revenus de 500 milliards pour les 15 plus grands manufacturiers en 2008).  Bien des gens ont perdu confiance envers les scientifiques, les médecins et les universitaires qui sont directement ou indirectement associés à cette industrie qui contrôle d’une main de maître les destinés de la médecine moderne.  Plus que jamais, la proposition de Québec solidaire, fait du sens:

Pharma-Québec, un pôle public d’acquisition, de recherche et de production de produits pharmaceutiques. L’objectif est de freiner la croissance des coûts en santé, d’enrichir les capacités scientifiques du Québec et d’innover dans le domaine du médicament.  La création de Pharma-Québec permettrait aux Québécois de mettre à profit leur expertise dans le domaine de la pharmaceutique et de pouvoir offrir des médicaments à des prix largement inférieurs à ceux actuellement en vigueur. La Nouvelle-Zélande, qui a adopté un modèle semblable, a réussi à faire diminuer les coûts d’acquisition de médicaments par l’Etat de 60 %.  « Il faut cesser de se plier au lobbying des compagnies pharmaceutiques. Les dépenses en médicaments de la RAMQ sont passées de 900 millions à 2,1 milliards en 5 ans. Avec un projet comme Pharma-Québec, on diminuerait significativement les dépenses en matière d’achat de médicaments et il serait possible de réinvestir l’argent pour combler d’autres besoins plus pressants, comme d’accroître le nombre de lits dans les hôpitaux ou d’embaucher davantage d’infirmières, dont le Québec a cruellement besoin ».

Comme le mentionnait le professeur Jean-Claude St-Onge devant le Comité Canadien de la Santé: « La Nouvelle-Zélande nous indique une voie à suivre pour l’utilisation optimale des médicaments. En 1973, ce pays mettait sur pied une société publique, Pharmac, composée de scientifiques indépendants et de groupes de patients. Pharmac est un pôle d’achat groupé de médicaments qui a la capacité de négocier des prix. Elle procède par appel d’offres auprès des fabricants, qu’elle met en concurrence les uns avec les autres.

Pharmac établit la liste des meilleurs médicaments à partir de critères scientifiques. Elle choisit celui qui constituera le produit de référence et elle sélectionne un certain nombre d’alternatives qui sont remboursées au prix du produit de référence le meilleur marché, sauf en cas d’intolérance ou de contre-indications. Des accords nommés cross-deals sont négociés avec les fabricants. Quand un nouveau produit efficace et sécuritaire arrive sur le marché, il est inscrit sur le formulaire, à condition que le fabricant consente un rabais sur un produit qui figure déjà sur la liste. Pharmac pratique également le système des dépenses maximales. Un contrat est conclu avec un fabricant en vue de la vente et du remboursement d’une certaine quantité de médicaments à partir d’une analyse des besoins. Si les dépenses excèdent ce maximum, la firme rembourse la différence à Pharmac. Finalement, les produits qui n’ont pas démontré leur supériorité sur les traitements existants ne sont pas remboursés. C’est ainsi que le formulaire de Nouvelle-Zélande comprend 2 600 produits, contre 5 000 au Québec. » – Source: Intervention de M. Jean-Claude St-Onge, 1ère session du Comité permanent de la santé, Gouvernement du Canada, 29ème législature, 16 mai 2007.

17 commentaires leave one →
  1. Darwin permalink
    8 novembre 2009 12 h 21 min

    Excellent billet !

    Oui, il faut être vigilant face aux les compagnies pharmaceutiques, mais il faut éviter de lâcher la proie pour l’ombre. C’est d’ailleurs en grande partie ce qui explique le grand impact des sorties d’Amir Khadir : personne ne peut sérieusement l’accuser d’être à la solde des compagnies pharmaceutiques (quoique, avec tout ce qu’on lit, on peut s’attendre à n’importe quoi…).

    Tout en dénonçant ce que tu appelles le cartel pharmaceutique et même la surmédication, il ne faut pas nier la contribution importante des découvertes en matière de médication pour la santé publique. La médication permet entre autres à aider mon plus vieux à sortir de sa dépression et de se débarrasser de ses psychoses, tandis qu’il n’y a pas si longtemps, ces malades étaient enfermés et subissaient bien trop souvent des électrochocs. Trop nombreux sont ceux qui se retrouvent itinérants au centre-ville en partie parce qu’ils ont arrêté de prendre leurs médicaments.

    Et les exemples du genre foisonnent dans d’autres domaines !

    J'aime

  2. 8 novembre 2009 18 h 52 min

    Merci Darwin. On n’en parle pas beaucoup de l’idée derrière Pharma-Québec. Ce concept devrait normalement être populaire. C’est aussi important comme nationalisation que la SAAQ et Hydro-Québec. Ça pourrait être un projet rassembleur.

    J'aime

  3. Sylvain Bérubé permalink
    8 novembre 2009 19 h 11 min

    « On n’en parle pas beaucoup de l’idée derrière Pharma-Québec. Ce concept devrait normalement être populaire. »

    Justement, un ami, militant actif au sein du Parti Libéral du Québec, vient de m’écrire sur Facebook (suite à ma publication du vidéo de vulgarisation de Amir Khadir sur la A-H1N1): « j’ai toujours trouvé que Pharma Québec était la meilleure idée proposée par QS ».

    Si d’autres partis politique souhaitent reprendre l’idée dans leur prochaine plate-forme électorale, allez-y fort!

    J'aime

  4. 8 novembre 2009 20 h 10 min

    Sylvain. bienvenue par ici… pourquoi pas? Si le Parti Québécois veut reprendre l’idée… Faut faire du bruit, faut en parler.

    J'aime

  5. 9 novembre 2009 19 h 04 min

    Je comprends l’idée, mais parler de cela maintenant, dans le contexte, c’est donner raison aux gens qui affirment qu’ils font bien de se méfier de la vaccination parce que Big Pharma fait du fric. Vont-ils cesser d’acheter des chars parce que les compagnies de char veulent faire de l’argent? Vont-ils cesser d’appeler le plombier parce que celui-ci veut faire de l’argent et charge cher de l’heure?

    Surtout, les plus paranos disent déjà que l’État marche main dans la main avec Big Pharma, que tout le monde, du fonctionnaire de la Santé publique aux médecins, est vendu. Pas sûr qu’un Pharma-Québec les rassurerait! Si une société d’État se mettait à produire nos médicaments, ça ne leur prendra pas de temps pour conclure que l’État a intérêt à ce qu’il y aie des malades, que les fonctionnaires sont négligents, etc. C’est tordu, mais bon…

    Je reste encore quelques instants sur la vaccination. Hefgé soulignait cette contradiction dans son commentaire sur un autre de tes billets: pourquoi une machiavélique Big Pharma autant assoiffée d’argent se contenterait de produire des vaccins alors qu’elle en ferait 10 fois plus en vendant des médicaments traitant les symptômes?

    Je reviens au sujet. Juste ajouter quelques éclairages.

    Si les dépenses de la RAMQ en médicaments ont augmenté, c’est pas seulement à cause du marketing de Big Pharma et des méchants capitalistes! Je ne nommerai que quelques facteurs: instauration de l’assurance-médicament obligatoire pour tous, médicamentation payée pour les assistés sociaux et vieillissement de la population.

    Autres points, en vrac:

    Au Québec, sous Landry si ne me m’abuse, on a créé un programme pour attirer les pharmaceutiques chez nous. Oui, la santé sera toujours une affaire de gros sous collectivement. Mais les entreprises qui s’installent ici redistribuent un peu localement de cet argent.

    Ainsi, les vaccins qui sont administrés aux Québécois ne viennent pas du Texas ou du Botswana, mais de la ville de Québec.

    J'aime

  6. Darwin permalink
    9 novembre 2009 22 h 09 min

    @ Martin

    «Pas sûr qu’un Pharma-Québec les rassurerait!  »

    Bof ! Rien ne peut les rassurer. À leur niveau de conspirationnisme paranoïde, ça ne pourrait pas être pire !

    «Si les dépenses de la RAMQ en médicaments ont augmenté, c’est pas seulement à cause du marketing de Big Pharma et des méchants capitalistes! Je ne nommerai que quelques facteurs: instauration de l’assurance-médicament obligatoire pour tous, médicamentation payée pour les assistés sociaux et vieillissement de la population. »

    100 % d’accord ! La seule année où les dépenses ont baissé fut la première année de l’établissement de l’assurance-médicaments (1997), en raison d’une campagne de dénonciation des coûts imposés aux 65 ans et plus. Quand ils se sont aperçu que ce n’était pas tant que cela, c’est reparti en forte hausse. Alors que la part des médicaments (avec ou sans ordonnances) dans les coûts de santé était au Québec inférieure à la moyenne canadienne en 1985 (8,3 % par rapport à 9,5 %), elle lui était en 2007 nettement supérieure (19,7 % par rapport à 16,8 %). Avec ce 19,7 %, le Québec était d’ailleurs cette année-là la province où la part des médicaments dans les coûts de santé était la plus élevée au Canada. (source : ‘Institut canadien d’information sur la santé)

    « Mais les entreprises qui s’installent ici redistribuent un peu localement de cet argent. »

    Désolé, mais, là, on perd avec ce «deal», à la fois en raison des subventions et du coût plus élevé des médicaments d’origine par rapport aux génériques. C’est d’ailleurs une des principales raisons qui nous ferait sauver des sous avec Pharma-Québec. En plus, les fabricants de génériques quittent le Québec et s’installent en Ontario.

    J'aime

  7. 10 novembre 2009 14 h 22 min

    Tant qu’à cela, la nourriture et l’argent sont incompatible, le logement et l’argent sont incompatibles, les meubles et l’argent sont incompatibles.

    Pauvre Jeanne, même dans un système socialiste à 100%, there is no such thing as a free lunch, parlez-en à la Chine communiste qui a adopté le capitalisme.

    J'aime

  8. 11 novembre 2009 20 h 55 min

    Martin, je constate que bien des gens sont inconfortables devant le cartel pharmaceutique. Je crois au contraire que le « timing » est bon. Et merci pour les généreux commentaires!

    Tym, on dirait parfois qu’on ne peut pas proposer la nationalisation d’une indutrie sans que vous rameniez le commerce de la nourriture sur le parquet. Une économie hybride est, à mon avis, un bon concept. La nationalisation de l’électricité au Québec en est un très bon exemple. Je trouve l’idée de Pharma-Québec excellente. Je ne comprend pas pourquoi elle n’est pas reprise par le Parti Québécois. Ou peut-être le sais-je après tout!

    J'aime

  9. minarchiste permalink
    23 novembre 2009 22 h 43 min

    Tel que promis Lutho, mon dossier sur le programme du Q-S commence maintenant.

    http://minarchiste.wordpress.com/2009/11/23/dossier-quebec-solidaire-partie-1-la-sante-et-leducation/

    J'aime

  10. 24 novembre 2009 20 h 07 min

    Minarciste, je suis déjà allé faire un tour chez vous. Dites donc, quel est ce soudain intérêt de frapper Qs?

    J'aime

  11. Darwin permalink
    24 novembre 2009 23 h 13 min

    «quel est ce soudain intérêt de frapper Qs»

    Keynes, QS, à quand le tour de Darwin ? 😉

    J'aime

  12. Darwin permalink
    25 novembre 2009 10 h 43 min

    Je viens de comprendre pourquoi tu n’a pas mis de «h» à Minarchiste… 😉

    J'aime

  13. minarchiste permalink
    25 novembre 2009 12 h 23 min

    @Lutho

    Vous me trouviez dépassé de parler de communisme alors que cette idéologie a de nos jours été clairement prouvée disfonctionnelle.

    J’ai donc décidé de parler de quelque chose de plus concret et de plus près de nous, mais qui est quand même basé sur les mêmes prémisses économiques.

    Ce qui est drôle est que dans les commentaires de la partie 1 du dossier est que les gens m’accusent de dire de fausses affirmations sur le programme du Québec-Solidaire, alors que ces affirmations viennent directement de leur programme! On dirait que certains ne l’ont même pas lu et son choqués d’apprendre ce qu’il en est vraiment.
    Lorsqu’ils me demandent des sources, tout ce que je peux faire est de les référer au site du QS!

    @Darwin
    Je n’ai aucun problème avec Darwin; au contraire. Je suis athée.
    Le prochain dossier sera probablement sur Hugo Chavez.

    J'aime

  14. 25 novembre 2009 20 h 28 min

    Darwin, ajoutez une lettre à mon pseudo et je l’ajouterai au vôtre!

    Minarciste, vous n’aviez pas à associer communisme et Qs pour faire valoir vos idées. Je déteste cette approche et je crois que vous avez assez de jugement et d’éducation pour ne pas tomber dans les pièges de la démagogie. J’ai lu les commentaires suite à votre billet. Certains étaient pertinents et d’autres effectivement ont raté la cible. Ainsi va la blogosphère.

    J'aime

  15. Darwin permalink
    26 novembre 2009 3 h 26 min

    @ Lutopim 😉

    «Darwin, ajoutez une lettre à mon pseudo et je l’ajouterai au vôtre!»

    Ne devrais-tu pas écrire «et je l’enlèverai du vôtre»? 😉

    J'aime

  16. 26 novembre 2009 5 h 51 min

    Darwinu, vous avez raison!

    J'aime

Trackbacks

  1. Consolidation « Mutant médiatique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :