Aller au contenu principal

Bhopal et les ratés du système

4 décembre 2009

Cette semaine, les médias d’information ont souligné le triste 25ème anniversaire de la tragédie de Bhopal où des millers de citoyens indiens ont perdu la vie suite à une négligence de la multinationale Union Carbide.  Bien qu’une enquête minutieuse ait prouvé que l’entreprise a fait preuve de négligence, le nouveau propriétaire de l’entreprise, Dow Chemicals, refuse toujours de reconnaître sa responsabilité et les cours de justice indienne et américaine sont incapables de tenir un procès afin d’élucider une fois pour toutes les causes de cet accident et d’établir une juste compensation financière pour les habitants qui sont encore victimes aujourd’hui de cette catastrophe.

Comment les défenseurs de la droite peuvent-ils exiger la dérèglementation de l’économie et prétendre que les entreprises sont les mieux placées pour encadrer leurs activités industrielles et financières?  Quels sont ces mécanismes qui seraient mis en place par la grande fraternité des multinationales afin d’assurer une saine autorégulation des activités de commerce?  Si la création de richesse, qui se traduit par la recherche de profits et l’enrichissement des actionnaires constitue d’emblée la mission de toute entreprise, quels processus seraient activés afin d’assurer un équilibre entre la sécurité des individus et cet enrichissement continuel?  Si les agences de règlementation indépendantes disparaissent du paysage, comment peut-on garantir que les entreprises respecteront les règles d’éthique, de sécurité, voire le respect même des citoyens?

« A la vérité, l’intention de l’individu, en général, n’est pas en cela de servir l’intérêt public, et il ne sait même pas jusqu’à quel point il peut être utile à la société. En préférant le succès de l’industrie nationale, il ne pense qu’à se donner personnellement une plus grande sûreté; et en dirigeant cette industrie de manière à ce que son produit ait le plus de valeur possible, il ne pense qu’à son propre gain; en cela, comme dans beaucoup d’autres cas, il est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n’entre nullement dans ses intentions; et ce n’est pas toujours ce qu’il y a de plus mal pour la société, que cette fin n’entre pour rien dans ses intentions. Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille souvent d’une manière bien plus efficace pour l’intérêt de la société, que s’il avait réellement pour but d’y travailler… » – Adam Smith, recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations.

À mon avis, seul un état réellement démocratique, quelle que soit sa taille et la nature de son intervention directe ou indirecte dans l’économie, où les citoyens ont l’opportunité de participer aux décisions; doit être le maître d’oeuvre dans la règlementation et l’encadrement des activités financières et industrielles.  Les tragédies de Bhopal, de l’Exxon Valdez, du médicament Vioxx, de Maple Leaf et de la listériose ou encore celle de la mine Métanor nous amènent à douter que les entreprises feront tout en leur pouvoir pour assurer la sécurité des citoyens et des écosystèmes.  La dérèglementation des activités économiques ne devrait pas être à l’ordre du jour des partis de droite.  Ils devraient prendre exemple sur les minarchistes qui semblent en reconnaître l’absurdité.

One Comment leave one →
  1. minarchiste permalink
    7 décembre 2009 19 h 33 min

    C’est en effet un point sur lequel moi et Martin Masse ne nous entendons pas.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :