Aller au contenu principal

Chercher le rouble

9 décembre 2009

Tiens, voilà que le vérificateur général du Québec y va encore une fois d’un constat qui ne surprendra plus personne: chez Transports Québec, « au terme des six premiers mois de 2009, on en était déjà à 559 contrats sans appel d’offres, dont 358 (64%) étaient de plus de 100 000 $ ». Il nous est permis de croire que le gouvernement du Québec, sous le contrôle libéral, est devenu le champion dans l’octroi de contrats en mode accéléré. Mais quelles sont les véritables raisons qui motivent les fonctionnaires à signer des ententes avec des entrepreneurs sans prendre le temps d’analyser ce qui est disponible sur le marché? Monsieur Lachance explique que les employés « plaidaient souvent l’urgence alors que les travaux ne débutaient que plusieurs mois après l’adjudication du contrat. Le Ministère soutenait aussi que l’entreprise choisie n’avait pas de concurrente, ce qui était souvent erroné. » – Source: La Presse.

Y’aurait-il un lien complètement tordu entre ces histoires louches qui n’en finissent plus et la visite de notre premier ministre en Russie? Y cherche-t-il de nouvelles techniques afin de mieux encadrer les activités entre les fournisseurs et les fonctionnaires de l’état? Rappelons que Jean Charest y est « accompagné par une dizaine d’entreprises québécoises qui aimeraient y développer des partenariats d’affaires. Ces entreprises évoluent dans différents secteurs économiques, dont ceux des infrastuctures, du transport et des télécommunications ». Infrastructures? Transport? Vous rigolez?

Le ministre des Relations Internationales, Pierre Arcand, qui accompagne le premier ministre en Russie, déclare que «nous ferons tout ce qui est nécessaire pour aider nos entreprises à percer le marché russe, qui représente un potentiel énorme». – Est-ce que ça inclut des petites enveloppes brunes pour les fonctionnaires russes? La fondation INDEM soulignait récemment que « 80% des entreprises implantées en Russie sont contraintes de verser des pots-de-vin, dont les montants moyens ont bondi en l’espace de quelques années. Ainsi, là où il fallait à une entreprise verser en moyenne 10 000 dollars américains pour ne pas avoir d’ennuis en 2000, il faut maintenant céder 130 000 dollars américains. » – Source: Les Affaires.

«Tous les ministères russes sont contaminés. Le problème, c’est le personnel. On recrute non pas les gens pour leurs qualités professionnelles, mais parce qu’il s’agit de «connaissances» du recruteur, et donc des personnes dociles et soumises, facilement corruptibles» – Alexei Volkov, le président de la Commission de la Duma (chambre basse du parlement russe) pour la lutte contre la corruption.

On dit que les voyages forment la jeunesse. Il est cependant reconnu que c’est difficile de changer en vieilissant…  Une p’tite vodka avec ça?

14 commentaires leave one →
  1. minarchiste permalink
    9 décembre 2009 9 h 34 min

    Je pense que tu es royalement dans le champs.

    Le Canada ne va pas en Russie pour importer sa corruption, mais bien pour faire des affaires.

    La corruption est un problème flagrant en Russie, qui a remplacé le communisme par un régime oligarchique où un État fort utilise son pouvoir pour enrichir une nouvelle classe d’individus amis des politiciens et hauts-fonctionnaires (les oligarches).

    Ce n’est pas ça qui intéresse les entreprises canadiennes, mais bien le fait que le pays manque cruellement de savoir-faire technologique, et que le Canada possède ce savoir-faire, notammement au niveau des ressources naturelles.

    Est-ce que des entreprises canadiennes vont sortir des enveloppes brunes pour faire avancer leurs projets et obtenir des contrats? Certainement! Elles le font déjà depuis longtemps. Mais c’est comme ça que ça fonctionne là-bas, sans pots-de-vins, rien ne se produit.

    Même que sans pots-de-vins, il se pourrait bien qu’un oligarche, appuyé par l’État, vienne cogner à votre porte pour vous annoncer que votre propriété lui appartient dorénavant!

    J'aime

  2. minarchiste permalink
    9 décembre 2009 9 h 41 min

    …désolé, on me dit que le mot français est oligarque.

    « Un oligarque est un membre d’une oligarchie, classe dominante liée au gouvernement d’un pays. En particulier, le terme est employé couramment en Russie actuelle (en russe : Олигарх) pour désigner certaines personnalités de premier plan du monde des affaires, en lien avec le pouvoir politique »

    Merci Wiki!

    J'aime

  3. 9 décembre 2009 10 h 52 min

    Minarchiste, je commence à croire que vous n’avez aucun sens de l’humour… 😉

    J'aime

  4. minarchiste permalink
    9 décembre 2009 11 h 59 min

    @Luto

    « je commence à croire que vous n’avez aucun sens de l’humour »

    C’est parce que c’est difficile de départager les arguments de la gauche qui sont sérieux de ceux qui sont des blagues! 🙂

    Blague à part, l’oligarchie Russe est un excellent exemple de ce qui arrive lorsque l’État est trop gros: la corruption.

    Ma petite étude de la semaine dernière l’avait d’ailleurs démontré:

    La Russie se classe au 58e rang pour la taille de son État sur les 140 pays classés par l’Institut Frazer.

    Transparency International classe la Russie comme étant le 34e pays le plus corrompu sur 180.

    J'aime

  5. 9 décembre 2009 12 h 03 min

    Minarchiste, je sais… j’ai tellement hâte au jour où tout sera privatisé… Fini la corruption!

    J'aime

  6. minarchiste permalink
    9 décembre 2009 14 h 40 min

    @Luto

    Je ne pense pas que ce soit tant la nationalisation versus la privatisation qui engendre la corruption.

    La corruption provient plutôt de l’interférence gouvernementale; i.e. lorsque des fonctionnaires ont un pouvoir discrétionnaire suffisamment grand pour influencer le marché et/ou favoriser certains groupes / industries / entreprises.

    L’antidote est évidemment de réduire le pouvoir discrétionnaire de l’État face au marché de façon à ce que personne (pas même les oligarques) ne puisse soutirer des avantages indûs de l’État.

    En Russie, la richesse et le pouvoir des oligarques est directement corrélé à l’ampleur du régime autocratique de Putin/Medvedev et au niveau d’inférence de l’État dans toutes les sphères de l’économie, y crompris les entreprises nationalisées ou semi-nationalisées.

    Le but de la privatisation n’est pas tant de contrer la corruption, mais plutôt de maximiser la compétitivité économique, même si la privatisation contribue souvent à réduire la corruption.

    J'aime

  7. 9 décembre 2009 14 h 53 min

    Minarchiste, je crois plutôt que la corruption est une faiblesse humaine. Elle se manifeste partout: dans les gouvernements, les entreprises, les églises, les organismes à but non-lucratif… À mon avis, le problème c’est l’appât du gain, l’enrichissement facile et perpétuel, l’avarice.

    Les gouvernements sont normalement obligés de lancer des appels d’offres lorsqu’il s’agit d’octroyer de gros contrats. En principe, ça devrait fonctionner. Et ça fonctionne souvent. Malheureusement, la corruption attend son tour. L’entreprise privée elle, même si elle a tout à gagner de lancer des appels d’offres, rien ne l’oblige à le faire. La corruption et la malhonnêteté y sont également présentes. Je pourrais vous en parler longtemps…

    J'aime

  8. 9 décembre 2009 15 h 07 min

    @Lutopium, il est quand même ironique qu’en cette journée internationale contre la corruption (entreprises ou gouvernements) notre Jean de la Charest soit en Russie, un pays qui lui «fit» comme un gant car en Russie ils ne donnent pas leurs places en cette matière. Mais Charest va aisément trouver la sienne.

    J'aime

  9. Dubé permalink
    9 décembre 2009 15 h 51 min

    C’est le pire sophisme que j’ai jamais vu de ma vie.

    Le Québec cherche des marchés pour ses entreprises, La Russie est corrumpue,
    En raison des accusasions de collusions dans le domaine de la construction au Québec, le gouvernement du Québec va en Russie pour donner des pots-de-vins.

    N’importe quoi!

    J'aime

  10. 9 décembre 2009 16 h 06 min

    Astidastineux, effectivement, c’est aujourd’hui la journée internationale contre la corruption… Belle ironie, en effet!

    Dubé, le billet se voulait surtout humoristique. Je sais très bien pourquoi notre PM accompagne des gens d’affaires en Russie… Mais comme la corruption est omniprésente là-bas et que les libéraux provinciaux et fédéraux semblent être prisonniers d’une certaine forme de corruption, je trouvais la situation assez sarcastique. Désolé de vous avoir blessé. 😉

    J'aime

  11. Darwin permalink
    9 décembre 2009 20 h 26 min

    «Minarchiste, je crois plutôt que la corruption est une faiblesse humaine.»

    Tout à fait. Tu n’as oublié que l’avidité ! Mais elle était implicite. 😉

    P.S. Finalement, j’ai bien aimé Alfa Roccoco…

    J'aime

  12. minarchiste permalink
    10 décembre 2009 9 h 19 min

    @Luto

    Tel que tu me l’avais demandé:

    http://minarchiste.wordpress.com/2009/12/10/le-programme-minarchiste/

    J'aime

  13. Déréglé temporel permalink
    10 décembre 2009 15 h 47 min

    Si on supprime l’État, il n’y aura plus de corruption.

    Si on supprime la loi, il n’y aura plus de crime.

    Si on supprime la vie, il n’y aura plus de mort.

    Et tout sera beau.

    J'aime

  14. 11 décembre 2009 15 h 54 min

    Darwin, j’ai du annuler à la toute dernière minute!

    Minarchiste, j’ai lu ton billet. Je commenterai plus tard car il y a tellement de sujets qui y sont abordés.

    Déréglé temporel, voilà qui est bien dit 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :