Aller au contenu principal

Perles Noires (2)

13 février 2010

Cette deuxième partie de Perles Noires présente des extraits en provenance d’un seul blogue politique, soit celui de Joanne Marcotte. Réalisatrice du documentaire-pamphlétaire L’Illusion Tranquille, nommée par Mario Dumont pour siéger sur le comité Castonguay sur le financement du système de santé québécois et membre de l’équipe d’Éric Caire lors de la course à la chefferie de l’ADQ, cette militante de la région de Québec représente bien le mouvement de la droite politique québécoise. À l’image de l’américaine Ann Coulter, Mme Marcotte défend mieux les intérêts des compagnies d’assurance et des chambres de commerce que Paul Desmarais lui-même tout en n’hésitant pas une seconde pour lancer des imprécisions et des slogans démagogiques afin de vendre les constats et les idées de la droite politique québécoise!

« Il semble donc que si la lune de miel entre Obama et notre élite médiatique se poursuit, elle est bel et bien terminée chez nos voisins du sud. Le caractère hyper-actif de leur président et ce que la population perçoit comme une gigantesque opération d’étatisation et de bureaucratisation exaspèrent de plus en plus la couche conservatrice et indépendante de l’électorat… Ont-ils raison de se méfier? Je crois profondément que oui. Si la productivité d’un pays dépend du dynamisme de son économie et de sa capacité à innover, la montée du syndicalisme n’est vraiment pas une bonne nouvelle et ultimement, ils vont payer pour. » On croirait lire Pierre-Karl Péladeau!

« C’est pour ça qu’il est rafraîchissant de temps à autre de voir que chez nos voisins, au moins, cette capacité à rendre compte des faits et à l’auto-critique existe encore. Prenez par exemple, ce reportage de 60 minutes qui révèle une énorme fraude de 60 milliards $ du système Medicare. De quoi faire douter les partisans d’un monopole public dans la gestion d’un système de santé! » Ce que Mme Marcotte ne dit pas c’est que ces fraudes existent aux États-Unis parce que la prestation des services est privée… Dans un système où le financement et la livraison des services est « publique », comme ici au Québec, il est très difficile de frauder le système, à l’exception des situations où des gens vivant à l’extérieur du pays peuvent contourner les règles d’immigration pour accéder aux soins de santé, comme nous l’avons vu récemment…

« La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, revendique dans les pages du Devoir ce matin, un nouveau débat public… Non mais… n’en a-t-on pas suffisamment débattu? N’a-t-on pas suffisamment produit de rapports sur la santé au Québec, rapports dont les propositions convergent vers une ouverture à d’autres façons de financer et de produire des services de santé? » Ah oui? Il y a consensus? Merci de me l’apprendre Mme Marcotte. Alors, allons-y vers cette privatisation, ça presse!

Si j’avais à attribuer la palme d’or des perles noires, je la décernerais cependant à Jean-Luc Autret pour avoir eu l’indécence d’utiliser un malheureux incident afin de discréditer le Parti Québécois.  Vous devriez avoir honte M. Autret.

12 commentaires leave one →
  1. Sébas permalink
    13 février 2010 16 h 58 min

    Quoique je trouve votre analyse quelque peu biaisée sur certains points, dont celui-ci:

    « Ce que Mme Marcotte ne dit pas c’est que ces fraudes existent aux États-Unis parce que la prestation des services est privée… »

    Le privé n’existe qu’en partie aux États-Unis…
    Et des coops, c’est aussi du ‘privé’, mais tout dans les lois étatiques, découragent ce genre de truc.

    J’affirme qu’il faut autant se méfier des solutions collectivistes/étatiques imposées de la gauche que des solutions de la droite corporatiste (qui ne pourraient pas exister sans un état non-libertarien)

    J’aime

  2. Darwin permalink
    13 février 2010 18 h 28 min

    «Ce que Mme Marcotte ne dit pas c’est que ces fraudes existent aux États-Unis parce que la prestation des services est privée… »

    C’est encore pire. Même sans fraude, les sociétés d’assurance santé des États-Unis ont des cûts administratifs de 3 à 4 fois plus élevés qu’ici, parce qu’ils embauchent plein de personnel pour refuser des adhérents trop «risqués» et pour éviter de payer pour les soins prévus à leurs contrats.

    Quelle efficacité !

    J’aime

  3. 13 février 2010 22 h 27 min

    Je suis pas surpris que tu aime pas cette partie de l’histoire de René Lévesque et non de celle du PQ.

    Les vrai historiens l’analyse le passé, ils ne le découpent pas pour en garder les bouts qu’ils préfèrent.

    Ce fait historique n’a eu a peu près aucune conséquence sur l’évolution du PQ. Je comprends pas pourquoi tu parle que ça discrédite ce parti ?

    J’aime

  4. Darwin permalink
    13 février 2010 23 h 59 min

    Pour moi, c’est une anecdote que vous pimentez de plein de suppositions. Cela ne la transforme pas en analyse historique pour autant.

    Si vous trouvez qu’écrire :
    «Personnellement, je n’ai pas trop de misère à croire qu’il avait bu et qu’il dépassait probablement le .08.»
    est de l’analyse historique, pour moi c’est donner une opinion sur quelque chose dont on ne sait rien. Bref, c’est sans intérêt.

    J’aime

  5. 14 février 2010 10 h 04 min

    Effectivement, c’est MON analyse, c’est tellement clair que c’est inscrit un peu plus haut.

    Pour éviter d’être mal interprété, je commence mes billets par des faits, puis j’inscris clairement que par la suite il s’agit de MON analyse.

    J’ai écrit plus de 500 billets comme ça, c’est un peu dommage que vous n’ayez pas compris !!!

    J’aime

  6. koval permalink*
    14 février 2010 10 h 53 min

    Johanne Marcotte a beaucoup trop de pouvoir médiatique pour le peu de connaissances qu’elle détient…

    Je l’ai déjà vu se vanter qu’elle n’avait jamais lu un journal avant l’âge de 40 ans….Son éveil politique est très très tardif, faute de n’avoir aucun recul politique ou historique, elle fabule….

    René Lévesque…bof….

    Avec pleins de « si »….on peut aller loin…

    Si un tel accident arrivait aujourd’hui à un PM imbibé , ça ne passerait pas, évidemment.

    Est-ce que c’était le cas pour René Lévesque? (le 0.08). J’ai tendance à penser plutôt que oui sans pouvoir l’affirmer. Je n’accorde pas trop d’importance à ce genre de mémérage inutile…

    Ce qui me marque plus au sujet de M Autret, c’est l’association au Père Moron dont on l’accuse dans le lien que Luto a mis en ligne….

    Condonc la blogosphère est-elle incestueuse à ce point?

    J’aime

  7. Darwin permalink
    14 février 2010 10 h 53 min

    @ Jean-Luc Autret

    «J’ai écrit plus de 500 billets comme ça, c’est un peu dommage que vous n’ayez pas compris»

    Croyez-vous que j’ai lu tout cela ?

    En plus, je parlais de la pauvreté de l’analyse (en fait, des opinions personnelles) et de la confusion entre une anecdote et un événement historique, pas de la structure du texte.

    J’aime

  8. 14 février 2010 11 h 12 min

    Je me demande si ce Jean-Luc Autret existe vraiment, si ce n’est nul autre que le Père Moron lui-même car c’est son genre.

    J’aime

  9. koval permalink*
    14 février 2010 11 h 21 min

    Ce qui rejoint ma question….la blogosphère québécoise souffre d’inceste ou de paranoïa?

    J’aime

  10. 16 février 2010 6 h 29 min

    Sébas, des fraudeurs, y’en aura toujours, nature humaine oblige. Et la collectivité existerait encore dans un monde libertarien (acompagnies d’assurances, hôpitaux…)

    Darwin, voilà un aspect du réseau de santé qui n’est pas partagé assez souvent: l’efficacité de la RAMQ en comparaison avec les assureurs privés…

    Jean-Luc, on peut avoir des opinons différentes mais nul besoin de sortir les vieux fantômes des placards. Si tu aurais souligné le 40ème ou 50ème anniversaire d’un événement… Mais non, le 33ème… Tiré par les cheveux… Et seul toi connais les réelles intentions derrière le choix du sujet…

    koval, Mme Marcotte semble avoir beaucoup de temps libre… Elle devrait peut-être investir son temps à créer de la richesse!

    Astidastineux, bonne question…

    J’aime

  11. Serge permalink
    9 mars 2010 15 h 47 min

    Pardonnez-moi ce commentaire indécemment tardif…

    d’un seul blogue politique, soit celui de Joanne Marcotte.
    Mme Marcotte défend mieux les intérêts des compagnies d’assurance et des chambres de commerce que Paul Desmarais lui-même

    Selon notre associé TO, ce n’est pas un blogue politique.
    Il s’agit plutôt d’un blogue d’affaires ou commercial. Son utilité est de promouvoir la notoriété de l’auteure, dans le but d’attirer des engagements. Donc, des revenus ou cachets des médias. Le reste n’est qu’accessoire.
    Cela fut confirmé le 6 janvier 2010, après un abandon des lecteurs et du blogue depuis le 11 décembre 2009. Soit une absence de 26 jours, sans aucun avis préalable. Même pas un «Bonne année 2010» en passant, aux lecteurs.

    Pour contribuer à ses succès, donc notoriété et prospérité financière, il suffit de mentionner le nom ou le blogue de l’auteure, comme cela.

    Par ailleurs, si, selon votre expérience de la gestion des commentaires, vous avez des observations à formuler, ce serait apprécié.
    Selon le billet «Message aux commentateurs de ce blogue», du samedi 6 mars 2010, il semble qu’il y ait un problème de commentateurs gratuits qui n’apportent pas des arguments sur le fond des choses. Qui ne partagent pas sa philosophie, de la politique publique. Les contrariants sont des gens extrêmement désagréables, quoi.

    C’est ce dernier bout, révélateur et très intéressant je trouve, qui départage les blogueurs des parleurs opinionistes notoriétistes. C’est à cause d’eux, les lecteurs contrariants, que plusieurs personnalités notoires se réfugient aux radios commerciales.

    C’est que, aux radios commerciales, le public et surtout les contrariants, n’ont aucun moyen d’ajouter et diffuser leurs opinions contrariantes, en réponse aux propos de l’opinioniste notoriétiste. Voilà donc un bel exemple de l’utilisation problématique du blogue d’affaires.

    Mais, ce qui m’a fait relire votre billet aujourd’hui, par curiosité, est sans doute cette découverte. Le billet « L’attente qui tue: Shame on us all! »
    C’est idiot à dire, mais, je ne savais pas que Madame est franco-ontarienne. D’éducation anglo-canadienne, tout comme l’immigrant Merlini. Donc bailingue.
    J’en suis estomaqué. Je n’y avais jamais songé.

    Une série perle noire 1,2 trop courte, mais appréciée.
    Bonne semaine !…
    sp
    ps: Dommage qu’il n’y ait pas de prévisualistion, pour la mise en forme, veuillez excuser les erreurs, s’il y a lieu.

    J’aime

  12. 12 mars 2010 5 h 12 min

    Bonjour Serge et bienvenue sur mon petit blogue… Votre analyse est fort intéressante, je n’avais jamais fait le lien entre le blogue de Madame et ses apparitions à la radio. Ah, cette ambition qui se cache partout…

    Pour ce qui est des perles noires, y’en aura d’autres!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :