Aller au contenu principal

La bombe humaine

16 février 2010

Le Point, édition du 11 février – « Et de deux! Chaque seconde, la Terre reçoit quatre nouveaux-nés tandis que deux habitants décèdent. Bilan: deux personnes supplémentaires. Le temps que vous relisez cette phrase, la Terre compte déjà six habitans de plus. Huit, dix, douze… Demain, ils seront 200,000 nouveaux venus. Dans une semaine, la Terre aura enflé de 1,5 millions d’habitants. Dans les quarante années à venir, la Terre devra abriter, nourrir, donner du travail, de l’air, de l’eau, de la place à 3 milliards de nouveaux habitants. Alors qu’il nous a fallu 7 millions d’années pour être 1 millard d’humains, nous allons, en l’espace de cent cinquante années, être neuf fois plus nombreux. « La population mondiale aura décuplé en trois siècles, nous vivons une période unique de l’histoire humaine », résume Gilles Pilson, directeur à l’Institut national des études démographiques (Ined). La démographie s’emballe. En 2050, 9 milliards d’humains se partageront un espace exigu, exsangue, pollué… De plus en plus nombreux et de plus en plus pauvres. Ceux qui doubleront ou tripleront domineront demain numériquement le monde, seront les 5,2 milliards d’habitants qui subsistent dans les pays en voie de développement. Ils augmenteront à vive allure, six fois plus vite que le milliard de Terriens qui mangent et prospèrent dans les pays industriels…

Cap donc sur 9 milliards, en se consolant avec l’idée que cela aurait pu être pire encore. Et sans perdre de vue que « pour atteindre ce seuil, il faudra s’astreindre à une politique très volontariste de contrôle des naissances ». Afin de ne pas trop dépasser le seuil, affolant en soi, des 9 milliards, les Nations Unies ont changé de ton. Finis les atermoiements conciliants, ménageant les consciences chrétiennes de l’Amérique baîlleuse de fonds. Si nous ne voulons être « que » 9 milliards à nous partager la Terre, il va falloir arrêter de faire des enfants. En onusien, cela se dit: « Des modes viables de consommation et de production ne peuvent être atteints et maintenus que si la population mondiale ne dépasse pas un chiffre écologiquement viable. » Ecologiquement viable… Depuis l’Allemagne nazie, il était tabou de penser le monde en termes d’espace vital. Aujourd’hui, fracassé par la croissance démographique hallucinante, le tabou implose. On lui a juste trouvé un habillage sémantique plus convenable, on parlera désormais de « surcharge de capacité humaine », ce qui revient à se poser la question de savoir combien d’hommes peuvent vivre ensemble sur Terre. Question simple, réponses fort contrastées…» – Extrait de La bombe humaine, publié dans la revue Le Point du 11 février 2010.

9 commentaires leave one →
  1. koval permalink*
    16 février 2010 9 h 09 min

    Lutopium

    Quand tu dis

    « Depuis l’Allemagne nazie, il était tabou de penser le monde en termes d’espace vital.  »

    Moi aussi c’est à ça que je pense quand on me parle de ce projet..

    Nous savons, que 20% de la population s’accapare de 80% de la richesse et des ressources.

    Pour moi il est donc beaucoup plus simple de ramener ce 20% de gens sur la terre que d’appliquer le nazisme sur la majorité…(les 80%).

    Quand on est rendu voir de la richesse dans les enfants qu’on a en moins, (une étude que j’ai lue) c’est se réduire à l’état d’espèce nuisible, l’humanité ne pourra jamais se représenter comme une coquerelle. Cette manière de nous voir collectivement représente possiblement un danger dont il est difficile de mesurer l’ampleur mais que je suspecte assez démesuré.

    Il est évident aussi pour moi que ce régime de contrôle des naissances s’appliquera chez les pauvres, ceux qui ne s’accaparent que de miettes en gagnant 1 ou 2 $ par jour. Ils ont une empreinte écologiques aussi élevée qu’une fourmis. J’y vois une injustice flagrante…même un scandale que j’ai bien du mal à accepter….sans compter que ce sacrifice ne servira qu’aux 20% plus riches à continuer le rythme de consommation actuel, rien ne sera réglé à mon avis…

    D’autre part, la population humaine devrait s’équilibrer d’elle-même pour se stabiliser vers les 10 milliards d’après les modèles démographiques actuels…

    Il y a aussi que je me méfie beaucoup par rapport à cette question, quand la population était de seulement de un milliard, des crieurs de fin du monde tenaient déjà ce même discours.

    Je vais proposer un plan, genre « Nouvelle Humanité » histoire de rivaliser une peu avec « Nouvelle Société »…

    1-On restreint à la place les 20% d’individus à empreinte écologique obèse…. au pire, on leur serre le passe-galette jusqu’à ce qu’il comprennent.

    2-La contraception accessible pour tous accompagné d’une forte campagne d’égalité des sexes, car il va de soi pour moi que les femmes des pays pauvres qui ont beaucoup d’enfants ne le souhaitent pas nécessairement ni ne le choisissent toujours.

    3-Promouvoir une alimentation plus poussée vers les végétaux, ce qui assurerait amplement les besoins vitaux de tous, nous savons que l’impact écologique est 10 fois moindre pour produire des protéines végétales qu’animales.

    4-Arrêter de se pogner le cul pour les questions écologiques en liens avec la pollution des eaux et de la contamination des sols, car c’est bien là que réside la solution de la survie de l’humanité. Qu’on soit 3 milliards ou 9 milliards, il faut s’occuper sérieusement de la pérennité de l’alimentation.

    J'aime

  2. koval permalink*
    16 février 2010 9 h 33 min

    J’aimerais ajouter une chose….quand on se permet de penser avec des équations simplistes comme

    Homme=Nuisance écologiques, les dérapes sont alors toutes possibles….on y est déjà d’ailleurs…

    http://www.geopopulation.com/20080804/australie-couper-immigration-pour-lutter-contre-le-rechauffement-climatique/

    J'aime

  3. 16 février 2010 9 h 47 min

    koval, en passant, je ne dis rien… je n’ai que retranscrit un article publié dans Le Point la semaine dernière. Un copain qui y est abonné m’a fait suivre la version électronique et j’ai décidé d’en publier un extrait pour lancer le débat. Et merci pour ces informations complémentaires… peut-on devenir membre de la Nouvelle Humanité?

    Il va sans dire que c’est un constat qui fait peur. Même si c’est un sujet sur lequel j,avais lu dans le passé, cet article m’a donné les frissons… Je me suis mis à penser à l’avenir des mes deux filles… Dans quel monde vivront-elles? Et leurs enfants, si elles ont l’opportunité d’en avoir?

    Et ce paradoxe qui nous rappelle que pendant qu’un « pays » comme le Québec se questionne sur son déficit démographique, l’hémisphère sud est au prise avec un problème de surpopulation qui risque de s’aggraver sérieusement au cours des prochaines années. Alors que les haitiens ne savent plus comment s’y prendre, nos fonctionnaires trouvent toujours la bonne excuse pour alourdir le processus d’immigration…

    Et notre insécurité identitaire qui nous oblige à encadrer cette immigration afin de favoriser une langue et une culture…

    Un jour ou l’autre, il faudra bien penser en terme d’humanité et non en terme de nation, renfermée sur elle-même…

    Rien qu’à regarder les olympiques à la télévision et on peut voir à quel point la fierté nationale prend le dessus sur la fraternité mondiale…

    J'aime

  4. Déréglé temporel permalink
    16 février 2010 16 h 26 min

    Tiens, j’allais commenter un peu dans le même sens que koval, sans le préambule, mais avec les points 2, 3 et 4.

    Pareil pour le calcul démographique en lui-même. On est à l’échelle mondiale sensiblement au point où l’Angleterre de Malthus était, c’est-à-dire dans une transition démographique non-achevée (la transition démographique étant le passage d’un régime démographique avec naissances élevées et morts élevées à un régime démographique avec faible morts et faibles naissances – le nombre de morts diminuant avant le nombre de naissance, la transition amène un boom démographique, mais la population se stabilise avec l’achèvement du processus). On ne peut pas prédire l’avenir, donc pas prédire en toute certitude que la transition démographique va s’achever, ou une autre commencer (peu probable), mais c’est un modèle qui jusqu’à maintenant s’est avéré fiable et avec lequel on peut travailler.

    J'aime

  5. Hefgé permalink
    16 février 2010 17 h 39 min

    Bien envoyé, Lutopium. Cette fierté nationale paraît bien mesquine comparée à l’exigence de fraternité mondiale qui nous fait tant défaut. Et surtout, qu’on ne vienne pas me servir, à titre de contre-exemple, l’élan de solidarité à l’endroit du peuple haïtien. Cette manifestation de générosité ne fait que mettre un baume sur notre conscience coupable. Car, ce n’est pas la petite secousse sismique de 7 sur l’échelle de Richter qui à fait 200 000 victimes, mais l’extrême pauvreté d’un peuple abandonné de tous depuis des lustres. Et il en sera de même pour l’immense majorité des 2 milliards de personnes qui vont s’ajouter à la population mondiale : condamnés d’avance à la misère, la pauvreté, et mis au monde pour connaître une fin pathétique. Sauf que bien sûr, nous, ici, nous n’avons rien à craindre; que des remords de conscience, et encore…

    J'aime

  6. Darwin permalink
    16 février 2010 20 h 19 min

    @ Luto

    «Un jour ou l’autre, il faudra bien penser en terme d’humanité et non en terme de nation, renfermée sur elle-même…»

    Bravo !

    @ DT

    «On ne peut pas prédire l’avenir, donc pas prédire en toute certitude que la transition démographique va s’achever, ou une autre commencer (peu probable), mais c’est un modèle qui jusqu’à maintenant s’est avéré fiable et avec lequel on peut travailler.…»

    Il s’est avéré fiable parce qu’on n’était pas encore rendu aux limites des possibilités de la planète. Si les changements technologiques depuis Malthus ont permis de repousser la limite démographique, je ne crois pas possible de la repousser encore.

    Bien sûr que la proposition 3 de Koval permettrait de nourrir plus de monde, mais les ressources autres qu’alimentaires s’épuisent aussi. Les propositions 2 et 4 aideraient aussi bien sûr, car il faut stabiliser la population avant qu’elle ne baisse en raison de catastrophes.

    @ Koval

    Je ne suis pas certain de bien comprendre la proposition 1. C’est ce qu’on fait avec notre faible taux de natalité, mais on accueille des immigrants pour compenser. La solution des chercheurs australiens étant à rejeter, je ne vois pas comment limiter la croissance de la population chez nous.

    Il faut absolument changer de mode de vie, et ma seulement du côté de l’alimentation, sinon la planète s’en occupera !

    Quant à la viande, je dois avouer honteusement que j’aurais bien de la difficulté à m’en passer. Par contre, je serais pour de fortes mesures incitatives pour que tous le fassent. Là, j’embarquerais !

    J'aime

  7. koval permalink*
    16 février 2010 20 h 57 min

    Darwin, c’est 20% c’est nous, les pays riches, nos taux de naissances sont très bas, nous n’avons pas à nous en préoccuper.

    Restreindre les 20% qui bouffent 80% des ressources, c’est nous restreindre. C’est revoir notre modèle de consommation.

    Si nous n’avons pas la capacité à nous donner des limites, l’humanité y passera, nous le savons tous maintenant.

    Encore plus révélateur comme chiffres, 2% de l’humanité consomme autant que les 40% plus pauvres….

    J'aime

  8. Darwin permalink
    16 février 2010 22 h 14 min

    C’est ce que je pensais. Nous disons donc sensiblement la même chose…

    J'aime

  9. 19 février 2010 7 h 02 min

    DT, j’espère qu’on trouvera le moyen d’équilibrer tout ça…

    Hefgé, merci pour l’idée et heureux que tu reviennes faire un tour par ici… T’as bien raison, les remords de conscience ne changeront pas grand chose…

    Darwin, on ira manger un burger un de ces quatre… Avec une couple de pintes, bien entendu!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :