Aller au contenu principal

Les lucides et la mobilité réduite

14 mai 2010

Par Darwin – Dans son excellent texte intitulé Budget 2010-2011 : l’orthodoxie économique ou la démission du politique, que je suggère bien sûr à tous ceux qui ne l’ont pas encore lu, Sylvie Morel explique clairement à quel point le dernier budget du ministre Bachand est le résultat d’une démission de la classe politique face aux préceptes d’un courant économique qui se croit le seul détenteur de la Vérité…

Déficit… démocratique

Ce budget fut en effet précédé d’une campagne sans précédent pour tenter de convaincre la population que l’augmentation des taxes et des tarifs jumelée à une baisse encore plus importante des dépenses publiques était la seule voie possible pour ramener le budget à l’équilibre le plus rapidement possible. Cette campagne fut d’une part menée par le Comité consultatif sur l’économie et les finances publiques qui a publié trois fascicules à cet effet, et d’autre part fut appuyée par de nombreuses sorties et lettres aux journaux (qui les ont complaisamment publiées, la plupart du temps sans contrepartie de leurs opposants) par ceux qui se sont autoproclamés «lucides» il y a bientôt cinq ans.

Dans la même veine, le ministère des Finances a contredit ses analyses précédentes pour embarquer dans cette campagne en publiant un rapport quasi apocalyptique pour faire peur au monde. Quelques jours plus tard, les journaux ont docilement colporté une étude du mouvement Desjardins, qui n’a plus grand chose de son progressisme d’antan, qui allait lui aussi jusqu’à comparer la dette du Québec à celle de la Grèce.

Non seulement cette campagne n’a-t-elle toléré aucun débat pour discuter de la pertinence même de l’objectif de retrouver l’équilibre budgétaire le plus rapidement possible, mais les médias ont laissé peu de place à ceux qui proposaient d’autres solutions. Pourtant, de telles solutions existent.

On aurait pu par exemple rétablir le niveau d’imposition à celui qui prévalait au début des années 2000, récupérant ainsi environ cinq milliards $ par an, soit plus que le résultat des hausses de taxes et de tarifs du dernier budget. On aurait pu aussi choisir certaines des propositions (ou toutes !) de la campagne couragepolitique.org de Québec solidaire, dont les propositions ont même été présentées positivement par Jean-François Lisée, pourtant plus proche du PQ que de QS… On aurait pu aussi repousser l’atteinte du déficit zéro en investissant davantage dans l’éducation, de façon à mieux former les travailleurs de demain et à mieux faire face aux défis qui nous attendent en raison du vieillissement de la main-d’oeuvre.

L’idée ici n’est pas de discuter du mérite de chacune de ces propositions, mais simplement de démontrer que la position des «lucides» était loin d’être la seule possible, contrairement à ce qu’on a tenté de nous faire croire, et que le moins qu’une société démocratique aurait dû faire aurait été de permettre aux citoyens d’en débattre. Rappelons en outre que la possibilité d’augmenter les tarifs et les taxes n’a jamais été évoquée au cours de la dernière campagne électorale. Au contraire, Jean Charest et le PLQ se sont évertués à défendre leur décision de ne pas avoir augmenté la TVQ quand la TPS a été diminuée.

La mobilité réduite…

Il est assez ironique de se rappeler à quel point nos «lucides» ont critiqué le supposé immobilisme de la société québécoise, lorsque les citoyens se sont opposés aux projets que nos grands développeurs «lucides» appuyaient, comme le projet hyper structurant de bâtir un casino accompagné des spectacles si abordables du Cirque du soleil dans un des quartiers les plus pauvres de Montréal…

Ce sont les mêmes personnes qui prétendent maintenant qu’il n’y a qu’une seule façon de faire, la leur. Veut-on suggérer une petite modification à leur projet ? Quelle hérésie ! Un économiste de droite bien dogmatique est bien évidemment plus à même de poser un diagnostic fiable que des médecins sur les conséquences sur la santé des patients de l’implantation d’un ticket modérateur ! Du haut de son savoir, il consent à trouver l’intervention de médecins sur le sujet légitime, c’est le prix à payer pour notre démocratie, que voulez-vous, mais leur montre aussitôt la voie à suivre, la seule, la sienne…

Avec nos savants, plus seulement lucides, mais dorénavant omniscients, on ne peut plus dévier de la route qu’ils nous ont construite, on doit rester dans les ornières qu’ils nous ont tracées. Ils nous permettent de bouger, mais dans la seule direction qu’ils nous ont choisie…

7 commentaires leave one →
  1. 14 mai 2010 18 h 17 min

    « …un rapport quasi apocalyptique pour faire peur au monde… »

    C’est exactement ce que je constate lorsque je lis les billets et commentaires sur les blogues de droite… C’est le vieux refrain: « à souerre, on fait peur au monde… »

    Le « monde ordinaire » est appellé à faire des sacrifices. Et ce, afin de permettre aux nouveaux bourgeois d’acheter un Picasso pour 106 milliions$

    http://actualites.ca.msn.com/divertissement/article.aspx?cp-documentid=24134867

    J’aime

  2. 14 mai 2010 18 h 25 min

    Excellent billet en passant….

    J’aime

  3. Darwin permalink
    14 mai 2010 19 h 05 min

    @ Luto

    «afin de permettre aux nouveaux bourgeois d’acheter un Picasso pour 106 milliions$»

    Meuh non, ils sont des contribuables exsangues, comme le dit souvent Claude Picher…

    J’aime

  4. koval permalink*
    14 mai 2010 19 h 32 min

    Le Québec s’en va dans le mur, on va se faire ramasser comme la Grèce, bla bla bla bla….

    C’est ben dull à lire…….et tous reprennent le refrain en coeur….

    L’idée est vieille comme le monde, quand t’annonce des catastrophe, t’as pas besoin de beaucoup d’analyse pour convaincre, la catastrophe en elle même possède un pouvoir attractif….

    À souère on fait peur au monde comme dit luto, pis demain aussi, ça dure depuis février, pis ça pogne les crieuses de fin du monde..

    La gauche! Pffff! pas intéressant, ça donne pas de frissons!

    J’aime

  5. Darwin permalink
    14 mai 2010 19 h 38 min

    @ Koval

    «À souère on fait peur au monde»

    Si cela t’intéresse, l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC) a organisé cette semaine un colloque sur les pénuries de main-d’oeuvre qui remet en question bien de ces peurs. Voir http://www.irec.net/index.jsp?p=35&f=612, et les présentations sont toutes sur le site en cliquant au bas de cette page sur le lien apposé sur «Colloque sur la main-d’œuvre: le Québec face à ses pénuries».

    (Je n’ose mettre deux liens sur un même commentaire pour ne pas être modéré…).

    J’aime

  6. koval permalink*
    14 mai 2010 20 h 23 min

    « Les faits exposés hier heurtent de plein fouet la vision apocalyptique que plusieurs économistes, politiciens et médias font circuler. Le taux d’activité est l’un des meilleurs de tous les pays du G7, le chômage est structurellement à la baisse et le vieillissement ne sera pas le cataclysme annoncé. »

    Ah! bien quien! Comme je suis surprise!

    Je ne connaissais pas c’t’e gang d’économistes, l’IRÉC…

    J’aime

  7. Darwin permalink
    14 mai 2010 22 h 08 min

    @ Koval

    L’IREC est de centre gauche. Elle est aussi associée au «Chantier vers une nouvelle social-démocratie» http://www.chantiersocialdemocratie.org/

    Ce groupe aussi propose des choses intéressantes, mais son affiliation politique est un peu ambiguë.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :