Aller au contenu principal

Une soirée avec Amir Khadir

17 juin 2010

Par Darwin – Hier soir, j’ai assisté à une assemblée publique d’Amir Khadir. Mon député solidaire a en effet décidé de se présenter deux fois par année devant ses commettants pour rendre compte de son travail de député. Malgré la pluie forte ce soir là, une cinquantaine de personnes étaient présentes (je les ai comptés !).

Dans un premier temps, il a présenté ses principales activités. Par la suite, il a répondu à des questions et a accueilli les commentaires des participants.

Je ne ferai pas ici un compte-rendu complet, car ce billet serait trop long (j’ai cinq pages de notes télégraphiques !). Je vais plutôt m’attarder sur deux aspects qui ont retenu mon attention au cours de cette soirée.

Maîtrise des dossiers

Étant le seul député de son parti, M. Khadir est un cabinet fantôme à lui seul ! Il se doit donc de maîtriser tous les dossiers, et il le fait ! Par exemple, au cours de son allocution de départ et dans ses réponses aux questions, il a abordé de façon compétente les sujets suivants :

  • mines, eau, forêts et gas (redevances);
  • scandales dans la construction et le génie-conseil, dans le financement des partis politiques, dans les garderies et la nomination des juges;
  • attaques contre les syndicats;
  • contrats publics;
  • dernier budget : tarifs (électricité, droits de scolarité, etc.), taxes, contribution à la santé et ticket modérateur;
  • niveau d’imposition des particuliers (le plus élevé au Québec) et des entreprises (le plus bas au Québec…);
  • exploration du pétrole et du gas (besoins et aspects environnementaux);
  • amiante;
  • uranium;
  • plan de lutte contre la pauvreté, logement social et aide sociale;
  • refonte de la carte électorale et scrutin proportionnel;
  • santé : formation des médecins, médecins étrangers et coopératives de santé;
  • financement des partis politiques;
  • etc.

Solidaire, il a tenu à souligner l’apport essentiel de son personnel de recherche et des militants qui ont accompli un travail exceptionnel pour lui permettre de pouvoir intervenir de façon aussi variée et efficace.

Pouvoir d’influence

Mais ce qui est encore plus important pour moi qui milite dans un parti politique pour faire avancer des causes sociales, M. Khadir a bien su montrer que ses interventions ont eu un impact concret dans de nombreux domaines. Le pouvoir n’est donc pas réservé au parti … au pouvoir ! Il était tout particulièrement fier de montrer qu’une opposition de gauche soit capable de proposer des mesures concrètes, plutôt que de se contenter de critiquer, comme le fait l’opposition officielle.

Il a d’ailleurs souligné dès le début de son allocution sa satisfaction d’avoir pu obtenir des gains par l’argumentation et l’appui de la population. Il a par exemple parlé de l’augmentation des redevances sur l’eau et dans le secteur minier dans le dernier budget. Encore loin des niveaux préconisés par QS, ces augmentations n’étaient même pas dans le radar du gouvernement avant que notre député et QS ne les revendiquent.

De même, ses interventions et celles de QS ont su infléchir selon les cas les positions gouvernementales ou de l’opposition officielle dans quelques dossiers :

  • exploration pétrolière maritime, où les réserves de QS sur ce type d’activité ont devancé de beaucoup la catastrophe dans le golfe du Mexique et ont su convaincre à tout le moins l’opposition officielle de demander un moratoire sur l’exploitation des gisements pétroliers au large des Îles-de la-Madeleine;
  • de même, l’opposition officielle, qui appuyait au départ sans condition les exportations d’amiante chrysotile, demande maintenant des études sur la possibilité pour les pays en voie de développement d’utiliser ces fibres de façon sécuritaire;
  • alors que seuls les syndicats et les entreprises de la construction étaient soupçonnés de collusion pour profiter des contrats publics, les firmes d’ingénieurs le sont aussi maintenant grâce aux interventions de notre parti et de notre unique député.

Timide comme je suis, je n’ai fait qu’une intervention. Ce fut d’inviter les membres et non membres de QS de ne pas se gêner pour participer au développement du programme du parti. Pour ce, il s’agit de consulter le site Internet du programme du parti et d’y faire part de vos idées. En devenant membre, vous pourriez en plus les défendre !

Conclusion

Tous les partis politiques se targuent d’incarner le changement. C’est au diapason de l’humeur du temps. Dans les faits, le parti au pouvoir et celui de l’opposition officielle ne travaillent que pour le maintien des conditions qui leur permettent de prendre le pouvoir ou de le garder. Quand on voit qui les finance, on comprend pourquoi. Le vrai changement ne peut que les désavantager.

On accuse souvent la gauche de prôner l’immobilisme. En fait, elle ne fait que revendiquer que les changements permettent un véritable partage des richesses de notre société.

Si un seul député solidaire peut infléchir autant le cours des événements, imaginons que nous en ayons 63…

7 commentaires leave one →
  1. koval permalink*
    17 juin 2010 20 h 14 min

    Bon je vais avoir l’air un peu groupie, mais cet homme, comme orateur, est un des meilleurs, si ce n’est pas le meilleur parmi nos politiciens.

    J’aime beaucoup son style, sa passion, son charisme….il a vraiment l’étoffe d’un leader… René Lévesque en mieux pour ce qui est de l’image.

    J'aime

  2. Yves permalink
    17 juin 2010 20 h 44 min

    Tout à fait d’accord avec toi Koval.

    J'aime

  3. 17 juin 2010 22 h 51 min

    «il a vraiment l’étoffe d’un leader…»

    C’est indéniable. Je trouve toutefois son style bien différent de celui de Lévesque, moins émotif mais plus axé sur un idéal social que national. Et cela me convient tout à fait !

    J'aime

  4. koval permalink*
    18 juin 2010 7 h 03 min

    « moins émotif mais plus axé sur un idéal social que national »

    Je le trouve émouvant en tout cas quand il nous a cité du Gaston Miron.

    C’est bien certain que ces deux hommes ne poursuivent pas les mêmes idéaux.mais je mentionnerais néanmoins la proximité face aux gens comme point commun entre ces deux grands hommes.

    J'aime

  5. 18 juin 2010 10 h 09 min

    « Si un seul député solidaire peut infléchir autant le cours des événements, imaginons que nous en ayons 63… »

    Si vous en aviez 63, je doute qu’ils soient tous de la trempe de Khadir, sans vouloir rien enlever aux candidats de Québec Solidaire.

    J'aime

  6. Gérard Briand permalink
    18 juin 2010 16 h 28 min

    Le Dr. Khadir est déjà inscrit dans l’histoire de cette circonscription de Mercier qui a vu émerger nul autre que les Gérald Godin et les ex-premiers ministres tels Robert-Bourassa et Honoré-Mercier !

    J'aime

  7. 18 juin 2010 18 h 30 min

    @ Koval

    «Je le trouve émouvant en tout cas quand il nous a cité du Gaston Miron.»

    Oui, c’est vrai, je n’y pensais plus. Cela montre un autre aspect de l’homme.

    «Si vous en aviez 63, je doute qu’ils soient tous de la trempe de Khadir,»

    Oui, mais comme 63 députés permettent d’avoir un gouvernement majoritaire, c’est certain que le niveau d’influence augmenterait drôlement !

    @ Gérard Briand

    «Le Dr. Khadir est déjà inscrit dans l’histoire de cette circonscription de Mercier»

    J’y habitais déjà dans le temps de Gérald Godin, mais pas dans le temps de Robert Bourassa et, inutile de l’ajouter, d’Honoré Mercier !

    Je place malgré tout Amir Khadit au sommet de cette brochette. Nous n’avons toutefois pas toujours été aussi choyé. Pensons à Nathalie Rochefort…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :