Aller au contenu principal

Les soldats de paille

23 octobre 2010

Par lutopium – Samedi le 23 octobre 2010: quelques centaines de québécois participent aujourd’hui à la première rencontre organisée par le Réseau Liberté-Québec. Suite à de nombreux échanges sur les réseaux sociaux virtuels et après avoir écouté ou lu religieusement Joanne Marcotte et Éric Duhaime sur les ondes des radios-poubelles, du Canal V et du Journal de Québec; les orphelins de la droite politique québécoise auront l’opportunité d’entendre les grands ténors (…) du conservatisme fiscal canayen.

Depuis quelques semaines et, surtout, suite à l’arrivée surprenante d’un François Legault annonçant le retour malhabile des lucides de la deuxième génération, ceux qui suivent l’actualité politique se demandent si ces orphelins désirent fonder un nouveau parti politique ou simplement se donner un espace de discussion qui pourra influencer le discours politique. On sait très bien qu’il n’est pas facile de lancer une nouvelle formation qui serait en mesure de présenter 125 candidats aux prochaines élections générales. C’est un autre mystère qui entoure la vieille capitale aujourd’hui : quelles sont les réelles ambitions des fondateurs du RLQ?

Évidemment, Gérard Deltell et Maxime Bernier tenteront de récupérer la sympathie des participants afin de donner un nouveau souffle à l’ADQ et au Parti Conservateur. C’est évident, les deux formations politiques jouissent d’une sympathie exceptionnelle dans la grande région de Québec. Cependant, ils savent fort bien que la popularité est éphémère et que les citoyens de la vieille capitale hésitent aujourd’hui entre la réduction de la taille de l’état et le financement public d’un gros aréna qui permetrait le retour du hockey professionnel. Lors d’une entrevue à la méchante gauchiste Radio-Canada, un des fondateurs du RLQ a déclaré que leur objectif était de créer un laboratoire d’idées (think tank) similaire au Manning Centre. Bon, ça nous donne une piste afin de mieux comprendre ce qu’ils aimeraient faire au cours des prochains mois. D’ailleurs, le Manning Centre y sera représenté par Tasha Kheiriddin qui ne ratera certainement l’occasion de faire la promotion des services de cette organisation.

Un centre de méninges

En regardant d’un peu plus près la mission du Manning Centre, on comprend qu’il s’agit d’abord et avant tout d’une école de formation pour conservateurs convaincus, mais malhabiles dans la diffusion de leurs idées. Fondé par le réformiste Preston Manning, le centre offre une multitude de services afin de permettre aux militants de la droite canadienne de parfaire le discours néolibéral en utilisant de grands principes accrocheurs. Pas question ici de présenter des propositions concrètes qui pourraient ébranler le sentiment de solidarité des canadiens. On cherche plutôt à poser des constats sur tout et n’importe quoi tout en tissant des liens un peu tordus entre de grands principes philosophiques et des pistes de solutions ambiguës. Leur grande trouvaille, inspirée par le mouvement libertarien, cherche à convaincre les citoyens qu’ils ne sont pas réellement libres et qu’ils sont irresponsables. Grâce à une savante utilisation de paralogismes et de fausses analogies (voir Normand Baillargeon), les militants devenus disciples réussiront à convaincre les citoyens que l’offre unique en soins de santé brime leurs libertés fondamentales, justifiant ainsi la privatisation et la concurrence. Cette maîtrise de la fourberie mentale, permettra également aux diplômés du Manning Centre de suggérer la disparition des services sociaux, en prétendant que ses bénéficiaires sont des paresseux et qu’il n’est aucunement question que les impôts puissent servir à les supporter, préférant croire que les organismes de charité sont plus efficaces que les services publics. Et il en va de même pour l’éducation, les services municipaux, etc…

Vous comprendrez que pour fonder un nouveau laboratoire d’idées conservatrices, ça prend du pognon. Il est difficile de croire qu’un nouvel organisme de charité, dont la mission première est de former des évangélisateurs politiques, puisse facilement trouver des sources de financement afin d’assurer ses opérations quotidiennes. Cependant, si les liens se tissent entre le RLQ et l’establishment québécois, la pression augmentera d’un cran. Alors, quels sont les joueurs économiques qui pourraient être gagnants si ces idées font leur petit bout de chemin? On pourrait penser à Power Corporation, intéressée par la privatisation des services municipaux (Suez) ou par le démantèlement de la Régie de l’assurance-maladie (London Life). Ou encore à la Banque Nationale et le Mouvement Desjardins qui pourraient augmenter leurs revenus si la Société de l’assurance-automobile retournerait du côté du privé. Évidemment, l’empire Quebecor n’aurait plus à compétionner contre Radio-Canada si elle ne pouvait plus compter sur son financement public. Et pourquoi pas Couche Tard, qui pourrait gonfler ses coffres si on lui offrait la Société des Alcools? Et Gaz Métropolitain et l’albertaine Enbridge qui seraient ravies de prendre quelques actions d’Hydro-Québec…

Pas facile pour les gens d’affaires de créer de nouvelles opportunités d’affaires ou d’exporter leurs marchandises vers l’étranger par les temps qui courent. Il m’apparaît donc évident que mettre le grappin sur le patrimoine public est une opportunité en or pour les membres des chambres de commerce et commanditaires de l’Institut Économique de Montréal.

En croyant faire la promotion de beaux principes, nos soldats de paille deviennent les nouveaux ambassadeurs de l’establishment. Aveuglés par des concepts abstraits et incapables de prouver que leurs propositions seraient bénéfiques pour l’ensemble de la population, ils deviennent des complices de premier plan dans le démantèlement de l’état et l’appauvrissement de la collectivité. On a qu’à regarder ce que les conservateurs britanniques feront subir à la population. D’un côté on donne aux banques et aux très riches et, de l’autre, on enlève tout aux pauvres et à la classe moyenne. Comme le demandait pertinemment Thomas Frank : mais pourquoi la classe moyenne appuie-t-elle des mesures qui vont à l’encotre de ses propres intérêts?

50 commentaires leave one →
  1. 23 octobre 2010 10 h 42 min

    Complément de programme (en reprise):

    J’aime

  2. 23 octobre 2010 11 h 27 min

    Péladeau et la droite canadienne – nouvelles fraîches:

    CALGARY, ALBERTA–(Marketwire – 22 oct. 2010) – La journaliste Krista Erickson …et le chroniqueur Ezra Levant se joignent à l’équipe grandissante de SUN TV NEWS. Monsieur Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Corporation Sun Media, en a fait l’annonce aujourd’hui, lors d’une allocution devant le Club économique du Canada à Calgary.

    « Je suis très heureux que Mme Erickson et M. Levant se joignent à l’équipe des nouvelles brutes et des opinions tranchées de SUN TV NEWS », a déclaré M. Péladeau. « Ces deux journalistes ont l’expérience et le type de personnalité que nous recherchons afin d’offrir aux Canadiens un contenu en information excitant et novateur ».

    « Tout comme l’animateur de SUN TV NEWS Charles Adler, Krista Erickson et Ezra Levant proviennent tous deux de l’Ouest canadien. Avec SUN TV NEWS, l’Ouest canadien occupera sa juste place », a conclu M. Péladeau.

    J’aime

  3. 23 octobre 2010 11 h 28 min

    Excellent billet !

    Le pire c’est que je suis presque convaincu que les promoteurs du Réseau Liberté-Québec ne sont pas conscients de ce que tu analyses dans la dernière partie de ton billet, soit des intérêts immédiats des grandes corporations pour leur discours prônant une pseudo-liberté et surtout le retrait de l’État.

    J’aime

  4. 23 octobre 2010 11 h 41 min

    « l’Ouest canadien occupera sa juste place »

    Comme si elle ne prenait déjà pas assez de place dans la politique canadienne…

    J’aime

  5. koval permalink*
    23 octobre 2010 14 h 24 min

    Ça a l’air que QS manifeste dehors….va y avoir de la bataille peut-être, ha ha ha!

    Pour l’instant RLQ répète inlassablement qu’il n’est pas question pour eux de former un parti…

    J’aime

  6. 23 octobre 2010 14 h 46 min

    «Ça a l’air que QS manifeste dehors»

    Un quinzaine de militants d’Alternative socialiste, pas mes favoris chez QS. Pas sûr que ce soit très productif…

    http://www.radio-canada.ca/regions/Quebec/2010/10/23/002-rassemblement_droite_RLQ.shtml

    J’aime

  7. 23 octobre 2010 17 h 53 min

    Fil tweeter du journaliste Pierre Ducharme:

    Vers 10h00 – Léger vent de droite… Suis au colloque du Réseau liberté Qc. Beaucoup d’anciens adéquistes et d’adéquistes.

    Vers 10h00 : J Marcotte :l’ennemi du socialisme, c’est l’individu libre et resp. (Ovation) Elle s’en prend aussi aux syndicats.

    Vers 12h00 : Petit manif d’Alternative socialiste l’autre coté de la rue. 15-20 pers. Pas accès au terrain de l’hotel.

    Vers 14h00 : Deltell : « Bravo! Félicitations aux riches! Il faut arrêter d’avoir peur de le dire! Bravo aux riches!… Faut lutter contre les syndicats! »

    Vers 14h00 : Deltell : « L’anglais, l’outil de développement du 21e siècle! »

    Vers 14h00 : 1ere question de la salle: « Comment techniquement peut-on mettre à la porte une grosse quantité de fonctionnaires? »

    Vers 15h00 : « Est-ce qu’on va voir quelqu’un sortir avec des boîtes, qqun se faire congédier?? » (Applaudissements)

    J’aime

  8. koval permalink*
    23 octobre 2010 18 h 10 min

    Aux nouvelles TVA, ils se disent « centre droit »….comique!

    J’aime

  9. 23 octobre 2010 19 h 54 min

    « Comment techniquement peut-on mettre à la porte une grosse quantité de fonctionnaires? »

    Je viens d’entendre ça au nouvelles. Et ça applaudissait et riait… Et ça se passait à Québec ! Ils devaient détester leur belle soeur fonctionnaire !

    Que veux-tu, ils doivent trouver que le taux de chômage à Québec est trop bas. Voir :
    http://www.statcan.gc.ca/pub/71-001-x/2010009/t014-fra.htm

    Le taux de chômage à Québec (4,7 %) est le plus bas de toutes les régions métropolitaines de recensement du Canada, plus bas qu’à Edmonton (6,8 %) ou qu’à Calgary (6,6 %). C’est sûr que le fait qu’il y a trop de gouvernement à Québec nuit à l’économie…

    J’aime

  10. 24 octobre 2010 0 h 33 min

    Que le taux de chômage de l’agglomération de Québec soit le plus bas au Canada, ils répondront – comme on m’a déjà répondu sur le blogue de Lisée – que c’est parce qu’il ya trop d’État. Donc trop de fonctionnaires. Et comme Québec est la capitale d’une province qui compte proportionnellement plus de fonctionnaires que les autres, bin voilà le pourquoi du comment!

    Et le Jeff Fillion qui se dit déçu; c’est pas assez « libre » à son goût. Pas assez à droite; probablement qu’il se sent brimé, lui qui s’est fait ramassé par les tribunaux pour langage abusif. Il faut restaurer la libaaaarté de dire n’importe quoi, et le Rézo Libaaarté Québec ne lui en donne pas assez.

    = = =

    Jacques Moustache Brassard, Maxime Jos-Louis Bernier, Gérard Dételle, le savant sismologue anti-réchauffiste sont là pour susciter une réflexion, disait Joanne Mascotte. Une réflexion basée sur des faits? Ou une réflexion basée sur des préjugés dont toute cette mascarade n’est que l’amplificateur?

    Si j’en juge par le nombre de commentaires que reçoit la Marcotte sur son blogue APRÈS la publicité et le boost qu’auraient dû lui valoir son invitation chez Mario Dumont, tout cet exercice n’est rien d’autre que du caressage mutuel de nombril. Si ça avait soulevé le moindre enthousiasme au sein du public, il me semble que ça aurait multiplié l’achalandage des blogues reliés au Rézo.

    Comme disait Shakespeare dans la langue de Stephen Harper, much ado about nothing…

    J’aime

  11. 24 octobre 2010 1 h 05 min

    @ Papitibi

    «much ado about nothing…»

    J’aimerais bien que vous ayez raison…

    Quand je lis des articles sur la campagne électorale aux États-Unis, j’ai des frissons dans le dos et même ailleurs. Je sais bien que le Québec n’est pas les États-Unis, que la popularité dans les sondages de Legault et Facal repose davantage sur la nouveauté que sur le fond (je suis d’accord avec Marois que leur option n’apporte rien de bien différent au PLQ), mais je m’inquiète quand même.

    L’absence de hausse de popularité des blogues de droite va peut-être dans le sens que vous dites, mais le public visé se contente trop souvent de slogans creux et même de voter en fonction de la face des vedettes des partis, et ne tend pas à approfondir ses «connaissances». Alors, on verra… et je vais continuer à suivre cela de près.

    J’aime

  12. Déréglé temporel permalink
    24 octobre 2010 4 h 33 min

    Vont-ils applaudir, le jour où ils sortiront de leur bureau avec des boîtes?
    Ils semblent s’imaginer que seuls les incompétents seront renvoyés (et l’incompétent, c’est toujours l’autre, bien sûr). Mais quand on réduit la taille de l’état pour le principe de réduire la taille de l’état, les motifs de renvoie n’ont plus rien à voir avec la compétence (ou l’absence de).

    J’aime

  13. 24 octobre 2010 7 h 56 min

    Quelques réactions suite à vos commentaires…

    @Darwin: merci pour les bons mots… Apparemment, les lobbies économiques et laboratoires d’idées étaient présents au rassemblement du RLQ hier. On y a aperçu l’IEDM, l’institut Fraser et le Manning Centre. L’intérêt est donc présent. Si le RLQ veut survivre, il devra trouver des sous. S’ils font preuve de sérieux et qu’ils reçoivent les endossements nécessaires, ce groupe pourrait parvenir à s’organiser… Intéressant pour le débat démocratique mais dangereux pour la gauche, surtoutsi elle ne parvient pas à « adoucir » son discours. Il faut prendre exemple sur Amir: http://tinyurl.com/26fe5vg

    Je te rejoins lorsque tu mentionnes qu’Alternative Socialiste ne fait pas partie de tes préférés… J’irais même plus loin: je m’attendrais à ce que ces collectifs se sabordent et qu’ils démontrent qu’ils acceptent un discours modéré. C’est une épine dans le pied.

    Et moi aussi je commence à avoir des frissons dans le dos. Mais je vais continuer à tendre la main tout en dénonçant les dérapages.

    @koval: effectivement, ceux qui militent dans le RLQ sont désabusés par les partis politiques et ça les force à travailler en arrière-scène. C’est évident que Marcotte et Duhaime adorent les feux de la rampe. Si le RLQ prend forme, ces deux individus seront continuellement invités sur les tribunes médiatiques. C’est probablement un de leurs premiers objectifs…

    @papitibi: lorsque tu vis à Québec, il est certain que d’accéder à la fonction publique t’a passé par la tête en finissant tes études. Cependant, si tu ne peux y accéder, y’a des chances que tu piques une crise et que tu te mettes à dénoncer ceux qui donnent l’impression de se pogner le beigne. Je pourrais t’en parler longtemps, j’ai grandi dans la vieille capitale.

    Il serait intéressant d’analyser si les effectifs de la fonction publique ont augmenté au cours des dernières années et s’il y a tendance à la sous-traitance et à l’impartition. Darwin?

    « Much ado about nothing »… peut-être. On en reaprlera dans six mois!

    @DT: je crois bien qu’ils se sont tiré une balle dans le pied en lançant cette boutade. Les gens de Québec sont peut-être attirés par les idées conservatrices mais ils ne sont surement pas disposés à perdre leur emploi ou voir un de leurs proches perdre le sien…

    J’aime

  14. 24 octobre 2010 8 h 41 min

    Un commentaire affiché sur la page Facebook du RLQ… intéressant (remarquez l’erreur mathématique toutefois):

    Jacynthe Rivard – Rencontré sur place, le président de l’Institut économique de Montréal, Michel Kelly-Gagnon, a toutefois fait valoir que, contrairement au Manning Center qui a reçu 10 millions $ d’un homme d’affaires de Calgary à ses débuts, le RLQ est pour l’heure sans le sou. Un cocktail de financement a d’ailleurs clos la journée m…ais d’après l’organisation, l’objectif se limitait à «payer» l’activité d’aujourd’hui. «C’est certain qu’on ouvre la porte à tous les dons mais moi je préfère recevoir 350 dons de 10 $ qu’un don de 350 000$», a dit le porte-parole du réseau, Guillaume S. Leduc.

    J’aime

  15. koval permalink*
    24 octobre 2010 9 h 08 min

    «C’est certain qu’on ouvre la porte à tous les dons mais moi je préfère recevoir 350 dons de 10 $ qu’un don de 350 000$ »

    Après ça on me dira que la droite est pragmatique et plus calculatrice….

    J’aime

  16. 24 octobre 2010 10 h 02 min

    @ Luto

    «Il serait intéressant d’analyser si les effectifs de la fonction publique ont augmenté au cours des dernières années et s’il y a tendance à la sous-traitance et à l’impartition. Darwin?»

    Les données sur l’effectif sont disponibles, quoiqu’elles manquent de précision. Par exemple, l’histoire du 100 000 employés administratifs ( http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2010/09/28/001-sante-cadres-bolduc.shtml ) est de la bouillie pour les chat. Ce serait considérer les techniciens de laboratoire, les pharmaciens, les innhalothérapeutes, les travailleurs sociaux, etc. comme des employés administratifs.

    Est-ce une commande de billet ? Si oui, je vais voir, mais je ne crois pas le temps avant environ une semaine.

    J’aime

  17. Déréglé temporel permalink
    24 octobre 2010 13 h 29 min

    Quoi, Darwin? T’as pas le temps? 😉 😛

    J’aime

  18. 24 octobre 2010 14 h 43 min

    «Quoi, Darwin? T’as pas le temps?»

    J’ai failli ne pas écrire ça, je me disais bien qu’un pinailleur de ma connaissance me le mettrait sur le nez. Disons que j’ai d’autres priorités cette semaine, c’est mieux ?

    En plus, j’ai déjà deux autres billets prêts que j’ai écrits en avance en prévision de mes semaines un peu occupées par d’autres activités…

    J’avais quand même prévu le coup !

    J’aime

  19. 24 octobre 2010 15 h 55 min

    Le Manning Center au Canada, la Liberty University aux USA?
    http://en.wikipedia.org/wiki/Liberty_University

    Liberty, fondée par Jerry Falwell en 71 (alors un Collège; statut d’Université en 84) offre 71 programmes. Bien sûr, ils sont créationnistes. Parmi les ceusses:

    As of February 2009, Liberty offers 71 majors and specializations and among those offered are Aeronautics, Philosophy and Religion, English, Worship & Music Ministry, Business, Criminal Justice, Education and Nursing. The university’s Distance Learning Program offers 36 degree programs.

    Je serais curieux de voir ce qu’ils enseignent en aéronautique: Dieu maintient les avions dans les airs? En Affaires et en justice criminelle? Greed is good… and legal?

    De Falwell à Manning, il me semble voir des liens. Sont-ce les mêmes entre Manning et la gang à Marcotte? Ils s’en défendent. Pas sûr que ça « pognerait » au Québec, les turluteries crétinistes!

    J’aime

  20. 24 octobre 2010 17 h 16 min

    Publié sur le site du Devoir tôt ce matin:

    Remplie à craquer, la salle était dominée par des hommes (environ 9 pour chaque femme présente), dans la vingtaine ou la trentaine pour la plupart. Les discours regorgeaient d’ailleurs d’allusions à la virilité, alors qu’on opposait la liberté de choix «au maternage politique», la droite étant perçue comme l’incarnation d’un «leadership de conviction» face à un «consensus mou».

    J’aime

  21. jack permalink
    24 octobre 2010 19 h 03 min

    L’idéal serait que Darwin nous donne la réponse. Hélas (difficile à croire!) mais il n’a pas la réponse directement sous la main.

    Je ne l’ai pas non plus.

    Cependant j’ai un petit indice. Selon Statistiques Canada, tableau 282-0011, il y avait 668 500 employés du secteur public en janvier 2000 (environ un travailleur sur 5) AU Québec. Pas À Québec. Nuance. Mais ce tableau ne permet pas un niveau de détail plus précis.

    Ce nombre est passé à 757 300 en janvier 2005 puis à 806 600 en janvier 2010. Cela représente une augmentation de plus de 20% en 10 ans sur le plan provincial. Et j’aurais tendance à croire que pour la région de Québec c’est à peu près la même chose mais ce n’est qu’une opinion.

    Si Darwin a le temps de dénicher une information plus précise, tant mieux!

    En attendant, je vous laisse sur une question dont je connais la réponse: quelle est la compagnie privée qui a le plus d’employés dans la région de Québec? Évidemment le gouvernement a beaucoup d’employés mais ce n’est pas une compagnie privée. Desjardins a aussi beaucoup d’employés mais ce n’est pas une compagnie privée non plus.

    Alors quelle est la plus grosse entreprise privée de Québec tel que mesuré par le nombre d’employés?

    J’aime

  22. jack permalink
    24 octobre 2010 19 h 07 min

    Tellement étonnant!

    Dans mon livre à moi, les mouvements féministes sont plutôt associés à la gauche.

    Et là tu nous révèles qu’un mouvement de droite serait sous-représenté en femmes? Tellement surprenant!

    J’aime

  23. 24 octobre 2010 19 h 10 min

    Ameublements Tanguay? 😉

    J’aime

  24. 24 octobre 2010 20 h 09 min

    @ Jack

    «L’idéal serait que Darwin nous donne la réponse. Hélas (difficile à croire!) mais il n’a pas la réponse directement sous la main.»

    Vous me prenez vraiment pour un magicien ! Je ne trouve que ce qui est trouvable. En plus, je ne savais pas ce que demandait précisément Luto.

    Bizarrement, ce sont les données sur les fonctionnaires que j’ai de la difficulté à trouver. Je n’ai trouvé que celles de 2002-2003 à 2007-2008. Je les gardais pour les présenter dans un billet…

    Pour les autres secteurs (éducation et santé), je vais sauver ma réputation avec ça :

    Cliquer pour accéder à evolution86_04.pdf

    Le gag est en 1993-1994… ils ont oublié un chiffre dans la santé et le total est manifestement erroné ! J’ai aussi trouvé des données plus récentes ailleurs… Mais, un lien par commentaire !

    «Selon Statistiques Canada, tableau 282-0011, il y avait 668 500 employés du secteur public en janvier 2000 (environ un travailleur sur 5) AU Québec»

    Je pourrais vous donner les résultats du recensement de 2006. Mais, ces données ne sont pas idéales pour suivre l’évolution de l’emploi. D’une part, elles sont sujettes à l’erreur d’échantionnage, mais ce n’est pas le pire. D’autre part, ce sont des personnes occupées qui sont codées selon l’emploi principal. Ce ne sont pas des emplois (postes), mais des personnes qui peuvent occuper plus d’un poste. Les données administratives sont plus cohérentes.

    Finalement, je n crois pas que Luto voulait les données pour Québec, mais pour le Québec. Pour Québec, il faudrait fouiller organisme par organisme, et là, je baisse les bras…

    J’aime

  25. Déréglé temporel permalink
    24 octobre 2010 20 h 12 min

    « Vous me prenez vraiment pour un magicien ! »

    Nonon, ça va, je fais la différence entre un économiste et un libertarien. Ce sont ces derniers qui sont les vrais magiciens, et qui font apparaître des données là où il n’y a rien!

    J’aime

  26. 24 octobre 2010 20 h 14 min

    @ Jack

    «Desjardins a aussi beaucoup d’employés mais ce n’est pas une compagnie privée non plus.»

    Pardon ??? Elle n’est officiellement pas à but lucratif, c’est une coopérative, mais elle est privée !

    CGI ?

    J’aime

  27. 24 octobre 2010 21 h 21 min

    @ Déréglé

    «qui font apparaître des données là où il n’y a rien!»

    mdr !

    Mon «vous» s’adressait à Jack. Il pense parfois que j’ai des archives sur tout… tandis que j’ai essentiellement Google, plus quelques indices pour trouver les données.

    Le pire, c’est que je crois avoir des données sur l’emploi dans la fonction publique plus anciennes que celles sur Internet (j’ai imprimé des données là-dessus il y a quelques années), mais je dois vérifier si elles sont compatibles. Et je ne pourrais pas fournir de lien !

    Dès que j’aurai le temps… euh… que j’aurais terminé avec mes autres priorités, je vais vérifier ça !

    J’aime

  28. jack permalink
    25 octobre 2010 6 h 09 min

    Une coopérative n’est pas une compagnie. Le statut juridique est différent.

    J’aime

  29. jack permalink
    25 octobre 2010 6 h 27 min

    Ameublement Tanguay: 625 employés. Même si on comptait le Rouge et Or de football, on serait loin de la première position…

    CGI: 1400 employés. Quatrième compagnie privée en nombre d’employés dans la région de Québec.

    Première position: 2300 employés
    Deuxième position: 1850 employés
    Troisième position: 1730 employés

    Pour fins de comparaisons…
    La Ville de Québec emploie 6711 personnes.

    (chiffres de janvier 2009)

    J’aime

  30. 25 octobre 2010 6 h 44 min

    Elle n’en demeure pas moins privée. Elle n’appartient qu’à ses membres, pas à tous.

    J’aime

  31. jack permalink
    25 octobre 2010 6 h 47 min

    Je ne te prends pas pour un magicien mais j’ai constaté plus d’une fois la précision et la variété de tes informations. Et parfois, oui, ça donne un peu l’impression de magie…

    Je croyais que lutopium voulait les chiffres pour la ville de Québec car le paragraphe précédent accordait une grande importance à cette ville. Mais si on parle de la province, alors je crois que les chiffres que j’ai donnés sont pertinents.

    PS. En effet, l’erreur de 93-94 est ridicule et très facile à détecter. Je ne comprends pas qu’un organisme comme le conseil du trésor publie une information aussi peu crédible et que personne ne l’aie corrigé après 5 ans.

    J’aime

  32. 25 octobre 2010 7 h 05 min

    @Darwin: en fait, ce qui serait intéressant d’analyser, c’est le nombre de fonctionnaires vs le nombre total d’employés du secteur public. Lorsque nos jeunes virils du RLQ souhaitent que des fonctionnaires soient mis à la porte, je ne crois pas qu’ils font allusion aux employés du secteur de l’éducation ou ceux du domaine de la santé. Ils pointent probablement les fonctionnaires qui travaillent dans les bureaux des ministères.

    Il me semble avoir déjà lu quelque part que le Québec compte quelque chose comme 60,000 à 75,000 fonctionnaires alors qu’on retrouve (comme tu l’indiques) un peu plus de 650,000 travailleurs dans le secteur public… ???

    @jack: Bell Canada? Daishowa? Pall Mall Tobacco? Davie Shilbuilding? Loblaws? Vidéotron? Je donne ma langue au chat…

    J’aime

  33. 25 octobre 2010 7 h 21 min

    @ Luto

    «alors qu’on retrouve (comme tu l’indiques) un peu plus de 650,000 travailleurs dans le secteur public… ???»

    Ce n’est pas moi qui parle de 650 000 travailleurs dans le secteur public, c’est Jack. Ce n’est pas faux, mais, en plus des réserves mentionnées à mon com 24, il faut préciser que ce nombre inclut les travailleurs des secteurs municipal, fédéral et international, ainsi que leurs agences et autres entités parapubliques.

    Le tableau que j’ai montré montre plutôt un peu plus de 300 000 travailleurs dans le parapublic québécois (collèges, commissions scolaires et serteur de la santé et des services sociaux).

    Quant aux «vrais» fonctionnaires, il y en a en effet entre 65 000 et 70 000 en équivalent temps complet. Veux-tu que j’enligne des chiffres ou que je ponde un billet où j’analyserais ces données (ainsi que celles qui prétendent qu’il y a autant de postes administratifs que dans les soins dans le secteur de la santé) ?

    J’aime

  34. Déréglé temporel permalink
    25 octobre 2010 7 h 21 min

    « Mon «vous» s’adressait à Jack. »

    Je sais, j’ai juste sauté sur l’occasion pour faire une blague.

    J’aime

  35. 25 octobre 2010 7 h 29 min

    «Je sais, j’ai juste sauté sur l’occasion pour faire une blague.»

    Elle frappait juste ! 😉

    J’aime

  36. jack permalink
    25 octobre 2010 10 h 42 min

    Aucun d’entre eux. La réponse est dans le journal Chefs d’Entreprises de janvier 2009, en page 12.

    Vous pouvez le consulter à l’adresse suivante: http://www.chefs-entreprises.ca/index.asp?s=journal&volume=Vol1-No6_janvier

    Ça en dit très long sur la structure industrielle de la région de Québec. Et peut-être que ça explique partiellement pourquoi c’est un terreau fertile pour les idées du RLQ.

    Et ça explique aussi très bien pourquoi les citoyens de la Capitale Nationale n’ont rien senti de la récession.

    J’aime

  37. jack permalink
    25 octobre 2010 10 h 54 min

    Je ne sais pas ce que lutopium en pense mais moi, de mon côté, je salive à l’idée d’un billet (ou plusieurs) dédié à ces sujets…

    J’aime

  38. 25 octobre 2010 17 h 49 min

    «Et ça explique aussi très bien pourquoi les citoyens de la Capitale Nationale n’ont rien senti de la récession.»

    Les restaurants ? C’est une des industries les plus vulnérables aux récessions ! Je dirais plutôt que c’est parce que la région n’a pas ressenti la récession que les restaurants ne l’ont pas sentie non plus…

    J’aime

  39. savantefolle permalink
    25 octobre 2010 20 h 05 min

    hahahaha! Nous irons tous aux paradis…fiscaux!

    J’aime

  40. jack permalink
    25 octobre 2010 21 h 20 min

    En fait, ce que je voulais dire c’est que les sept plus gros employeurs de la région de Québec ne seront jamais affectés par une récession. Ça fait 30500+8150+7200+6700+6000+5400+5000 emplois (environ 69 000 emplois) garantis. Ensuite il y a Desjardins. Puis 4 autres employeurs gouvernementaux: 2 commissions scolaires, deux CSSS.

    En gros, la structure industrielle de Québec, c’est des emplois gouvernementaux qui dépendent très peu de la conjoncture économique. C’est, à mon avis, une des principales raisons de la résilience de la région de Québec.

    Bien sûr il y a quelques entreprises vulnérables. Mais comme les gros employeurs qui donnent des bons salaires sont à l’abri… la région est pas mal à l’abri

    J’aime

  41. 25 octobre 2010 22 h 51 min

    @ Jack

    « la structure industrielle de Québec, c’est des emplois gouvernementaux qui dépendent très peu de la conjoncture économique. »

    En fait, l’emploi dans la fonction publique augmente même en période de récession. On a besoin de plus de monde pour administrer les programmes de relance, pour traiter l’augmentation des demandes d’assurance-emploi (et d’assistance emploi ou aide sociale un an après…), etc.

    Je pensais que vous parliez des plus gros employeurs du privé, soit les restaurants Normandin et Mc Do…

    J’aime

  42. 26 octobre 2010 5 h 08 min

    Bonjour savantefolle et bienvenue chez Jeanne Émard! On aurait pu utiliser un extrait du plus récent épisode de l’émission Enquête où on a apprécié des agences de placement qui fonctionnent comme si le gouvernement n’existe pas et où les travailleurs n’ont aucun droit. Liberté d’entreprise avant tout..

    J’aime

  43. 26 octobre 2010 5 h 13 min

    @Jack, merci pour la référence… C’est bouleversant! Les gens ne se rendent pas compte qu’en renvoyant un nombre important de fonctionnaires, c’est toute leur économie qui en souffrira. On peut toujours explorer comment on peut « amincir » l’appareil gouvernemental, mais de là à mettre des gens dans la rue… Voilà une réponse sur laquelle la gauche pourrait travailler afin de répondre adéquatement à ce discours populiste…

    J’aime

  44. 26 octobre 2010 7 h 07 min

    Un texte intéressant ce matin dans Le Devoir. Déréglé devrait aimer…

    Merci, Liberté-Québec
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/298753/merci-liberte-quebec

    J’aime

  45. 26 octobre 2010 7 h 25 min

    @Darwin, excellente réflexion que nous propose là M. Lamontagne. Je vais à peu près dans le même sens. Et j’espère trouver l’inspiration pour écrire un billet là-dessus…

    J’aime

  46. 26 octobre 2010 18 h 04 min

    Parlant du paradis du libertarianisme et de l’affirmation que c’est toujours l’État qui cause la corruption, je suggère de lire ça :

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/10/26/001-transparency-int-corruption.shtml

    Cet article rapporte le classement des pays en fonction de l’indice de la perception de la corruption de Transparency International. En plus de la machette qui rapporte un glissement des États-Unis en matière de corruption en raison notamment de scandales financiers, on peut aussi y lire :

    «Le pays le plus corrompu de la planète est la Somalie avec une note de 1,1 devant la Birmanie et l’Afghanistan qui partagent la deuxième place et précèdent l’Irak.»

    La Somalie sans gouvernement est plus corrompue que la Birmanie, l’Afghanistan et l’Irak !

    mdr ! (même si c’est triste…)

    J’aime

  47. 27 octobre 2010 0 h 35 min

    Pour en revenir au RLQ, leur succès de la fin de semaine passée et la série de succès à venir montre bien un phénomène que j’ai prédit il y a déjà un bon bout : la montée des libert-à-riens au Québec. J’ai longtemps prévenu certains blogueurs et activistes économiquement à gauche et au centre qu’ils devaient renouveler leur discours, sinon, les masses iraient tôt ou tard regarder ailleurs (droite libertarienne).

    Si je peux donner un conseil à ceux qui s’opposent au RLQ ; la meilleure façon pour que l’organisation pourrisse sur place est de se faire discret à son sujet. Organiser une manifestation lors de leur premier événement était de la grosse connerie. Vous avez vu aussi la couverture (favorable) que ça leur a donnée ?! Je suis persuadé que certains groupes préparent déjà la manifestation lors de leur prochaine rencontre (qui se fera à Mourrial ou la Rive-Sud). Ces types se nuisent eux-mêmes, et nous nuisent indirectement. Cette situation me fait penser à ce composé chimique qui, du moment qu’il est en feu, plus on arrose ce composé avec de l’eau, et plus son feu devient intense. Des rencontres de libert-à-riens, il y’en a à toutes les semaines, et elles ne sont pas médiatisées. Si elles le sont, c’est parce qu’il y a quelque chose d’attirant d’un point de vue médiatique, et ce quelque chose d’attrayant est souvent de l’opposition, où d’un bord ça gueule avec des pancartes, et de l’autre, ça se masturbe intellectuellement avec des théories sorties tout droit de l’école autrichienne qui, appliquées, détruiraient les bases économiques du Québec.

    Médiatiquement parlant, ce qu’on ne parle pas, n’existe pas.

    FT

    J’aime

  48. 27 octobre 2010 5 h 49 min

    @ Frankie

    «Organiser une manifestation lors de leur premier événement était de la grosse connerie.»

    Bien d’accord. J’ai d’ailleurs écrit au comm 9 : «Un quinzaine de militants d’Alternative socialiste, pas mes favoris chez QS. Pas sûr que ce soit très productif…»

    J’aime

  49. 27 octobre 2010 8 h 00 min

    @Frankie, ma réaction à votre pertinent commentaire se retrouve dans mon billet publié aujourd’hui. Et votre réflexion me rappelle quelques souvenirs… Dans un passé assez récent, un de mes amis (vieux routier de la politique québécoise) m’a demandé d’arrêter de perdre mon temps à suivre le mouvement libertarien car il disait que jamais ça ne décollerait…

    À son grand dam, ce mot apparaît maintenant régulièrement dans les journaux et plusieurs sympathisants de la droite se l’ont approprié. C’est Martin Masse qui est probablement déçu de la tournure des évènements… j’irais même jusqu’à croire qu’il travaille à la conception d’un nouveau terme pour définir sa philosophie politique!

    J’aime

  50. 27 octobre 2010 10 h 16 min

    «C’est Martin Masse qui est probablement déçu de la tournure des évènements… j’irais même jusqu’à croire qu’il travaille à la conception d’un nouveau terme pour définir sa philosophie politique!»

    J’aurais cru au contraire que les gourous du QL se présenteraient comme de «grands sages» pour conseiller le RLQ, qui ensemble, formeraient une base politique pour un futur parti comme «Force Québec» ou autre. N’oubliez pas également que dans les discours des gourous du QL, il y a une puissante hypocrisie concernant leur proximité (ou non-proximité) avec l’État. Ces gens-là, en temps normal, diront qu’ils sont anti-étatistes bla bla, alors que dans les faits, ils ne manquent aucune occasion pour être payés grassement par l’État en échange de mandats où ils ont la permission de foutre le bordel dans nos ministères et juridictions.

    En tk, l’histoire nous le dira, mais si des Max Bernier participent à ce genre d’événements, dites-vous que les Masse & Cie vont suivre de pas très loin … Alors, compatibilité, il y a.

    FT

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :