Aller au contenu principal

On se calme

27 octobre 2010

Par lutopium – Il faut reconnaître que le premier rassemblement du Réseau Liberté-Québec fut un succès… Pas facile d’organiser un événement politique, d’y attirer plus de 400 participants et de convaincre quelques grosses pointures d’y prononcer un discours… Il faut donc, dans un premier temps et tout simplement, lever notre chapeau aux organisateurs d’avoir réussi ce qu’on peut considérer comme un tour de force…

Certains diront que l’activité n’aura séduit que des jeunes hommes de 25 à 35 ans, majoritairement de la région de Québec. Peut-être. Je répondrai que la plupart des activités politiques auxquelles j’ai participé, ont principalement suscité l’intérêt de gens de plus de 50 ans. Devrais-je en conclure que les idées progressistes sont l’apanage des vieux et des retraités?

Je reconnais que le travail politique n’est pas une tâche facile, surtout lorsqu’on navigue à contre-courant. Profitant de l’écoeurement de la population envers le Parti Libéral qui se voit au banc des accusés depuis quelques mois et de l’agonie de l’Action Démocratique qui laisse un nombre important de militants et sympathisants à l’orphelinat, le RLQ a su créer un événement rassembleur et, là-dessus, il faut tout simplement les féliciter. Peu importe l’ambition des organisateurs, toute activité politique qui permet de débattre des problèmes politiques et des pistes de solution est saine pour la démocratie.

En plus de déclencher une réaction en chaîne sur les médias sociaux, cette première activité a attiré l’attention des journalistes et des médias traditionnels. Comme c’est leur habitude, ils ont commencé à s’y intéresser sérieusement quelques jours avant l’évènement. La couverture médiatique fut très importante et les organisateurs en sont reconnaissants. Ils sont même un peu surpris de la réponse des journalistes, car ils répétaient ad vomitam aeternam que la majorité d’entre eux étaient tous des gauchistes à la solde du statu quo.

Les leaders du RLQ devront tout de même accepter le fait que leur prochaine activité n’obtiendra pas la même couverture médiatique. Les journalistes et les médias aiment bien ce qui est nouveau et s’y intéressent. Toutefois, ce ne sont pas des agences de publicité et ne comptez pas sur eux pour mousser les prochains rassemblements. Vous pourrez alors reprendre le même credo en les traîtant à nouveau de gauchistes finis. Je crois que ça fait bien rire André Pratte et Vincent Marissal…

En prendre note et modifier le discours

Vous comprendrez que je m’inscris donc en faux devant certaines réactions qu’on a eu l’occasion de lire et entendre récemment. Même si parfois sa plume vise juste, je n’apprécie pas le style d’un Louis Préfontaine qui, tout en cherchant à mobiliser les québécois autour de la défense du français, ne parvient pas à apprécier les raisons qui amènent certains québécois à endosser ce premier cri de rassemblement. Même si j’appuie les bénéfices de la syndicalisation, je n’aime pas le ton utilisé par le président de la Centrale des syndicats du Québec, Réjean Parent. Si les syndicats sortaient un tantinet de leur carcan corporatiste et qu’ils se présentaient comme les authentiques défenseurs de tous les travailleurs – syndiqués ou non – et qu’ils démontraient une réelle volonté à lutter contre la corruption et les conflits d’intérêts, ils bénéficieraient probablement de la sympathie des travailleurs qui sont attirés par des idées un peu plus à droite du spectre politique.

Je prends encore plus de distance face aux groupuscules radicaux, ceux qui profitent de la popularité de Québec solidaire pour justifier leur raison d’être et qui, finalement, nuisent à « la cause » en projetant une image anachronique, complètement déconnectée de la réalité québécoise. Je les invite à planifier une assemblée de cuisine lors de la prochaine activité du RLQ. Au programme : « critique et auto-critique, comment puis-je vraiment faire avancer les choses »…

Pour la première fois, je ne suis pas d’accord avec la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics et je ne participerai pas à une activité pour m’opposer à l’existence du RLQ ou d’un prétendu parti politique associé à François Legault. Une telle activité jettera de l’huile sur le feu tout en fournissant de l’oxygène additionnel à la montée de la droite.

J’inviterais plutôt les progressistes à écouter attentivement et à tendre la main à ceux qui répondent positivement au discours actuel de la droite québécoise. Nous réaliserons sans doute que la majorité d’entre eux – comme l’a démontré la popularité de la manifestation des cols rouges – en ont ras-le-ponpon de la corruption qui règne au sein de l’appareil gouvernemental et exigent une meilleure gestion des fonds publics. Je suis persuadé que la très grande majorité de la population, incluant les gens de la région de Québec, tiennent à préserver le caractère public des services de santé et d’éducation. Je suis convaincu que les québécois tiennent à protéger leur patrimoine collectif et l’universalité des programmes.

Ils sont tout simplement écoeurés d’être des spectateurs impuissants devant les conflits d’intérêts, la corruption et le corporatisme. Trouvons donc le moyen de leur faire comprendre que nous sommes d’accord et que nous en faisons également notre priorité. Cependant, cette approche ne nous empêche pas de dénoncer les ambitions douteuses d’une Joanne Marcotte, la rage injustifiée d’un Éric Duhaime ou la récupération politique que pourraient en tirer les lobbies économiques et le Parti Conservateur. Soyons ouverts d’esprit tout en demeurant vigilants et rappelons-nous que nous ne parviendrons jamais à se donner un pays si l’intolérance s’installe dans le débat politique. Jamais.

Finalement, il est également fort probable que ce mouvement s’essoufle car on sent déjà des divergences d’opinions importantes au sein même de la droite politique québécoise. Rappelons-nous, qu’à l’exception d’un succès circonstanciel lors des élections générales de 2007, l’ADQ n’a jamais été en mesure d’attirer l’appui des électeurs québécois. Et il faudrait un miracle pour qu’une une formation politique de droite le moindrement sérieuse puisse présenter 125 candidats lors des prochaines élections…

35 commentaires leave one →
  1. 27 octobre 2010 8 h 18 min

    Complément de programme…

    J’aime

  2. 27 octobre 2010 9 h 12 min

    Bon billet Luto.

    Je suis très sceptique envers cette nouvelle formation politique et son utilisation potentiellement « frauduleuse » du mot « liberté ».

    J’aime

  3. dernier recours permalink
    27 octobre 2010 10 h 17 min

    Paul Feyerabend, philosophe des sciences, aurait partagé ton point de vue:

    « La connaissance n’est pas une série de théories cohérentes qui convergent vers une conception idéale ; ce n’est pas une marche progressive vers la vérité. C’est plutôt un océan toujours plus vaste d’alternatives mutuellement incompatibles (et peut-être même incommensurables) ; chaque théorie singulière, chaque conte de fées, chaque mythe faisant partie de la collection force les autres à une plus grande souplesse, tout en contribuant, par le biais de cette rivalité, au développement de notre conscience. […] Experts et profanes, professionnels et dilettantes, fanatiques de la vérité et menteurs – tous sont invités à participer au débat et à apporter leur contribution à l’enrichissement de notre culture. […] Il nous faut un monde onirique pour découvrir les caractéristiques du monde réel que nous croyons habiter. »
    Paul Feyerabend, Contre la méthode – Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance

    J’aime

  4. koval permalink*
    27 octobre 2010 12 h 50 min

    « Soyons ouverts d’esprit »

    Jamais contre les imbéciles qui chient des idées de merde!

    J’aime mieux la grosse bataille que le pseudo consensus….

    J’aime

  5. koval permalink*
    27 octobre 2010 13 h 24 min

    J’ai fait un peu court, j’y reviendrai plus tard, je suis au boulot. Il y a plusieurs choses dans la deuxième parti du billet avec lesquelles je ne suis pas d’accord.

    J’aime

  6. koval permalink*
    27 octobre 2010 18 h 33 min

    « Peu importe l’ambition des organisateurs, toute activité politique qui permet de débattre des problèmes politiques et des pistes de solution est saine pour la démocratie. »

    Je veux bien, mais il n’y a pas l’ombre du quart de millième de piste de solution dans leurs disours….

    Louis Préfontaine, je déteste son coté masculiniste et son discours identitaire ethnophobe mais le texte que tu pointes est argumenté et possède un contenu solide, contrairement à nos ptits amis des analystes qui ne disent rien à part « la gauche sont lettes! ». Oui, Louis ne manque pas de qualificatifs et d’épithètes, et puis !?!? Le parti RLQ ne s’est fait connaître que de cette façon, radio trash, masculinisme, négationnisme du climat etc…

    Pour la question des syndicats, tu y vas fort, il y a bien quelques pommes pourries dans certains secteurs, les clauses orphelin ont été une injustice pour la jeunesse mais je ne vois pas quoi faire de ce coté. Je comprends que ça écoeure bien des jeune parce que ce système est basé sur l’ancienneté mais là !?!?

    « Je prends encore plus de distance face aux groupuscules radicaux, »

    Eh bien, moi, je trouve que plus « groupuscule radical » que RLQ, ça n’existe pas au Québec et comme vomir des idées de cul fait parti du grand exercice de la démocratie pour RLQ, ben manifester aussi fait parti de cet exercice pour d’autres formations…

    Je crois qu’opposer un discours à la gang de François Legault est judicieux. Enfin des vrais ennemis intelligents, pas des crétins de groupuscules radicaux, alors au contraire de toi, j’appuie car FQ est un bien pire éventuel ennemi pour QS .

    « rappelons-nous que nous ne parviendrons jamais à se donner un pays si l’intolérance s’installe dans le débat politique. »

    Je ne vois pas le rapport, RLQ c’est le fédérasme extrême, veule scraper la loi 101, rient tellement des Québécois nationalistes…des dinosaures pour eux, sont mort de rire devant l’idée du nationalisme québécois…alors !?!?!

    Je suis 100% intolérante avec les gnoufs de l’extrême droite et je suis fière de l’être ! En plus, une seule femme sur 10 dans ce parti de frustrés possiblement masculiniste….misère !

    J’aime

  7. 28 octobre 2010 0 h 19 min

    @ Luto

    Je suis d’accord avec bien des points soulevés par Koval. Si j’appuie pas mal la première partie de ton billet, j’aime moins la deuxième.

    Le texte de Louis est un peu extrême, mais pas mauvais du tout. Ce n’est pas mon style, mais le contenu est solide.

    Je ne comprends pas vraiment ce que tu reproches au texte de Réjean Parent. En plus, tes allusions au corporatisme syndical, surtout lorsque adressés au président de la CSQ, et aux scandales qui touchent essentiellement la FTQ construction, m’ont vraiment surpris (je suis resté bouche bée).

    Je partage ta critique sur la manif déplacée d’Alternative socialiste, mais tu aurais pu préciser que tu parlais d’eux (enfin, je pense que tu parlais d’eux). Qyelqu’un qui ne sait pas de qui tu parles pourrait penser que tu attaques plus large que ça.

    Par contre, je ne comprends pas ce que tu as contre les activités de la «Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics». Leurs activités n’ont rien avoir avec le RLQ et ont été planifiées depuis longtemps. Que François ait fait le lien entre ces activités et le brouhaha médiatique autour du RLQ et La ganf à Legault et Facal est pour moi de bonne guerre.

    «Ils sont tout simplement écoeurés d’être des spectateurs impuissants devant les conflits d’intérêts, la corruption et le corporatisme.»

    Là, on aborde notre désaccord pour moi le plus important. Ces gens se servent des quelques cas du genre, qu’il faut bien sûr combattre, pour faire un amalgame entre la présence de l’État et la corruption. Pourtant, le rapport de Transparency International ( http://www.transparency.org/policy_research/surveys_indices/cpi/2010/results ) montre bien que la relation est exactement l’inverse : plus il y a d’État, moins il y a de corruption (avec le Danemark, la Finlande, la Suède et le Canada parmi les 6 premiers), et moins il y a d’État, plus il y en a (avec la Somalie au dernier rang et autres pays à l’État chambralant comme l’Afghanista, l’Irak et compagnie).

    Alors, non, je ne tendrai pas la main à des gens qui veulent détruire ce que je veux construire qui jouissent à la seule pensée de pouvoir voir leurs concitoyens perdre leur emploi et leur dignité, et quitter cet emploi avec leurs boîtes.

    «Trouvons donc le moyen de leur faire comprendre que nous sommes d’accord et que nous en faisons également notre priorité»

    Désolé, la lutte à la corruption est importante, mais elle camoufle que 99 % des dépenses publiques sont essentielles à notre bien-être (santé, éducation, transport public, assurance-médicament, garderies, etc.) et sont faites correctement, ce qui n’est pas le cas dans le privé. Nous payons beaucoup moins cher pour ces services que dans le reste du Canada et aux États-Unis. Ma priorité, et la tienne, si je ne m’abuse, demeure la redistribution des richesses et le développement de services publics de qualité, jumelés à un système fiscal progressiste, davantage axé sur les impôts que sur les taxes et les tarifs. Ces gens veulent exactement l’inverse et manipulent les foules dans cet objectif.

    Regarde ce qui se passe en Angleterre et aux États-Unis. Regarde les sondages qui mettent en tête un groupe de centre-droit qui n’existe même pas. Duhaime accuse même la gauche d’être responsable de la dernière crise !

    On doit combattre ces mouvements et leurs leaders. Quant à leurs partisans, je ne crois pas possible de les convaincre. Leur leitmotiv est la hargne, pas le partage et la solidarité.

    J’aime

  8. 28 octobre 2010 5 h 40 min

    @minarchiste, merci.

    @dernier recours, je me méfie du discours des fondateurs du RLQ et je les confronterai jusqu’au jour où je n’aurai plus les énergies pour le faire. Cependant, je prendrai le temps d’écouter ceux qui sont attirés par ce discours et je tenterai de les convaincre que les idées farfelues de ce rassemblement sont loin d’offrir des solutions équitables pour la population.

    @koval et Darwin, vous avez tous deux soulevé des points identiques, j’essaierai alors de préciser mes réflexions:

    1) Lorsque je mentionne qu’il faut être « ouverts d’esprit » et qu’il faut « tendre la main », je fais référence aux gens qui répondent positivement au discours du RLQ. Je crois que vous me connaissez assez bien pour savoir que je m’efforce de dénoncer les ambitieux de l’ADQ et du Parti Conservateur, et j’appliquerai la même approche pour les dirigeants du RLQ. J’ai essayé d’établir le dialogue avec Joanne Marcotte et Éric Duhaime sur leurs blogues et jesais fort bien qu’il n’y a aucune possibilité de rapprochement et qu’ils ne seront jamais capables de démontrer le moindre respect pour les militants de la gauche « modérée ».

    2) Je sais très bien que les portes-paroles du RLQ ne proposent rien et qu’ils ne font que poser des constats pour attirer l’attention. Je leur demande souvent ce qu’ils proposent concrètement et je n’obtient jamais de réponse.

    3) J’y suis allé un peu trop fort dans ma réaction au billet de Louis Préfontaine. J’ai relu son texte et, c’est vrai… il vise (encore une fois) dans le mille. C’est probablement le début du texte qui m’a plongé dans l’écoeurement et qui m’a laissé sur une fausse impression. Je me rétracte donc pour ce bout de texte.

    4) Oui, j’y suis allé un peu fort avec les syndicats. Je trouve que l’approche d’un Réjean Parent ne mène nulle part. Il devrait prendre note de ce qui se passe du côté de la droite et tendre la main aux travailleurs, qu’ils soient syndiqués ou non. Et je dois dire que ma réaction est reliée à ma propre expérience personnelle sur le terrain. À quelques reprises, j’ai tenté de tisser des liens entre les syndicats de ma région afin de publicier des activités politiques. On m’a carrément fermé la porte. Je crois que c’est par pur corporatisme que certains syndicats refuseront de s’associer avec la gauche politique. Pourtant, ils n.hésitent pas à tisser des liens avec le PQ, même si ce parti a crissé le SPQ libre à la porte.

    Je crois que les grandes centrales syndicales doivent démontrer CLAIREMENT qu’ils vont tout mettre en oeuvre pour lutter contre la corruption, la collusion et les conflits d’intérêts au sein de l’appareil gouvernemental. Je ne dis pas qu’ils en sont toujours partie prenante, mais je crois qu’ils doivent projeter l’image d’organisations qui sont – d’abord et avant tout – du côté des citoyens; qu’ils soient syndiqués ou non.

    4) En ce qui concerne les groupuscules radicaux, ce n’est pas leur existence qui m’énerve, c’est les dommages collatéraux qu’ils causent en s’associant acec Qs. Dans le monde politique, il n’y a pas que l’espace de réflexion et de débat. Il y a aussi l’aspect stratégique et électoraliste, chemin que Qs a décidé de suivre en 2006. Je suis un gars de terrain avant tout. Pas sur le Plateau, en Montérégie, paradis des banlieusards de classe-moyenne. Je suis écoeuré que les agissements de ces groupuscules nuisent à notre travail politique. S’ils étaient vraiment solidaires, ils devraient être un peu plus subtils… Je pense à long-terme en espérant que Qs parviedra un jour à partager le pouvoir avec les forces traditionnelles. Ils sont pour moi une épine dans le pied. J’en ai marre, voilà.

    5) Je n’ai pas apprécié le communiqué de presse de la coalition. On se mobilise pour la protection des services publics. On ne veut pas confronter la droite populiste. J’ai été vraiment surpris de l’approche de la coalition. Je m’attendrais à ce qu’on tente de convaincre et non de confronter…

    Finalement, je devais être de mauvais poil hier matin… Soyez assurés que je continuerai à me battre. Cependant, je ferai partie de ceux qui essaieront de convaincre ceux qui sont attirés par le discours de la droite. Je ne suis pas du genre « confrontation », plutôt du côté de la recherche du consensus. Éternel utopiste naif, on me l’a déjà dit…

    J’aime

  9. 28 octobre 2010 6 h 33 min

    @ Luto

    Bravo pour ta réplique, je me sens plus proche de cette réponse.

    Il reste le point important de l’utilisation par ces gens des problèmes d’éthique et de corruption. Je maintiens qu’il commence à être temps de relativiser l’importance de ce phénomène tout en le dénonçant. L’arbre (problèmes de corruption) est en train de cacher la forêt (les bons coups de l’État).

    J’aime

  10. 28 octobre 2010 7 h 29 min

    @Darwin, heureux d’apprendre que nos chemins se croisent à nouveau! À l’avenir, j’essaierai d’être un peu plus précis. 😉

    Évidemment, je suis entièrement d’accord avec toi qu’il faut convaincre les gens que notre modèle, même s’il est imparfait, demeure l’environnement idéal pour assurer le bien-être de la collectivité et une redistribution de la richesse. Cependant, comme le suggèrait le linguiste américian George Lakoff, il importe ici que recadrer (frame) le débat en projetant les projecteurs vers le parti Libéral. Ce sont eux qui sont aux prises avec un grave problème et non l’état en tant que tel.

    Et il faut faire la démonstration, chiffres à l’appui, que les systèmes de santé et d’éducation d’un modèle pseudo-libertarien seraient injustes et probablement plus coûteux pour la classe moyenne.

    J’aime

  11. koval permalink*
    28 octobre 2010 8 h 41 min

    Lutopium

    Nous n’avons pas de tribune pour jaser avec les analystes, ils vont te flusher vite si tu dis le contraire d’eux….Marcotte censure des gens très calmes et posés comme ce Benton dont je t’ai déjà parlé. Alors c’est maso d’aller parler là-bas, C’est leur donner l’importance qu’il n’ont pas…

    Pour empêcher les gens d’aller vers ces imbéciles , tu leur parles de Jeff Fillion, pour faire court et simple, tu dis aux gens que Fillion fait les discours d’ouverture dans les assemblées…s’ils en sont réjouis, ça veut dire que c’est des cons finis, perds pas ton temps….

    « Je suis écoeuré que les agissements de ces groupuscules nuisent à notre travail politique.  »

    Qu’ont-ils fait de si grave?

    Je te comprends Lutopium, ta grande gentillesse est certainement utile, ça prend absolumnet ça pour rejoindre les gens, mais ça prend aussi des gueulards du style Préfontaine.

    J’aime

  12. 28 octobre 2010 19 h 02 min

    @koval, Ian Sénéchal, le webmestre du site Les Analystes, ne m’a pas encore flushé… J’y interviens, non pas pour convaincre ceux qui rédigent les billets, mais plutôt pour y laisser un contre-argumentaire qui, sait-on jamais, pourra amener un visiteur à se questionner un peu plus. Ou, au moins, pour qu’il ne tombe pas dans le panneau où toute la « gaugauche » y est présentée de façon caricaturale. Et j’interviendrai toujours pour prendre la défense de Qs et de ses portes-paroles si l’injure fait son apparition. J’ai été censuré une fois chez Joanne Marcotte, je suis maintenant en mode « modération » et je ne perds plus mon temps à lui soumettre des commentaires.

    Je suis d’accord qu’il faut leur rappeler la vraie nature d’un Fillion, d’un André Arthur ou d’un Maxime Bernier. Et je saisis souvent l’occasion de le faire. Tu as raison, ceux qui considèrent Fillion comme un être exceptionnel ont la mémoire courte ou quelques neuronnes absentes. D’ailleurs, Joanne Marcotte ne cache pas son admiration envers un des pires misogynes québécois. Cherchez l’erreur!

    Les groupuscules n’ont évidemment rien fait de grave et ils ont le droit d’exister. Encore une fois, je considère que leur entêtement à se présenter commes des collectifs de Qs ne sert à rien et nuit quelques fois à la réputation de Qs. Plusieurs sympathisants progressistes m’ont confirmé qu’ils hésitent à devenir membres de Qs à cause d’eux. Ça sème la confusion. Qs est beaucoup plus une formation social-démocrate qu’un parti socialiste. À mon avis, il faut que ça soit clair.

    Et, t’en fais pas, j’apprécie le travail de Louis même si parfois son approche dérape. À mon avis, c’est un des meilleurs blogueurs québécois. Si seulement il pouvait mettre un peu d’eau dans son vin…

    Merci pour le feedback. C’est noté.

    J’aime

  13. koval permalink*
    28 octobre 2010 19 h 47 min

    Luto

    J’ai dit des gueulards comme Préfontaine, pas que j’aime Préfontaine, je ne l’aime pas, je le considère masculiniste.

    J’aurais dû dire simplement que les gueulards, les brasseurs sont nécessaires…

    Je ne sais plus pour les collectifs, j’avais la même idée que toi avant, je suis plus hésitante maintenant.

    J’aime

  14. koval permalink*
    28 octobre 2010 19 h 48 min

    Enfin QS, c’est pas le PQ, nous n’avons pas les moyens de faire des chicanes internes et jeter nos collectifs…..

    J’aime

  15. 28 octobre 2010 19 h 56 min

    @koval, LP dérape encore aujourd’hui sur son blogue. Il ne changera jamais! Pour ce qui est des collectifs… on s’en reparlera!

    J’aime

  16. 28 octobre 2010 20 h 15 min

    @ Luto

    «heureux d’apprendre que nos chemins se croisent à nouveau!»

    Et moi qui ne savait même pas qu’ils avaient arrêter de se croiser. On peut bien avoir quelques points de désaccord de temps en temps ! 😉

    «J’y interviens, non pas pour convaincre ceux qui rédigent les billets, mais plutôt pour y laisser un contre-argumentaire qui, sait-on jamais, pourra amener un visiteur à se questionner un peu plus.»

    On a déjà parlé de ça. Je t’ai suivi chez les7, mais je ne le ferai plus. Qu’on s’en aperçoive ou pas, on se censure toujours un peu sur le terrain ennemi. Oui, terrain ennemi, c’est ce que c’est.

    «Encore une fois, je considère que leur entêtement à se présenter commes des collectifs de Qs ne sert à rien et nuit quelques fois à la réputation de Qs»

    Tout à fait. Leur attitude est toujours ambigüe (désolé Koval, sur ce point, je suis d’accord avec Luto…). Ils prennent des décisions sans consulter les autres membres de QS et s’affichent comme si leurs actions, comme la stupide manif en face de la réunion du RLQ, étaient appuyées par le parti.

    «Plusieurs sympathisants progressistes m’ont confirmé qu’ils hésitent à devenir membres de Qs à cause d’eux.»

    Ça m’est arrivé aussi…

    «j’apprécie le travail de Louis même si parfois son approche dérape. »
    «Si seulement il pouvait mettre un peu d’eau dans son vin…»

    Ce n’est pas son approche qui dérape, ni le fait qu’il ne mette pas d’eau dans vin, c’est son nationalisme ethnique. Quand il parle de sujet sociaux ou économiques, il est excellent, même s’il en met trop parfois. C’est quand il parle de nationalisme ou de langue qu’il produit des billets comme celui d’aujourd’hui.

    «Enfin QS, c’est pas le PQ, nous n’avons pas les moyens de faire des chicanes internes et jeter nos collectifs…..»

    La question pour moi est de savoir si on a les moyens de les garder.

    J’aime

  17. koval permalink*
    28 octobre 2010 20 h 23 min

    Oui effectivement, Louis est le maître de la dérape identitaire…

    J’aime

  18. 4 novembre 2010 7 h 01 min

    « Je suis 100% intolérante avec les gnoufs de l’extrême droite et je suis fière de l’être ! En plus, une seule femme sur 10 dans ce parti de frustrés possiblement masculiniste….misère ! »

    Une ligne a deux extrêmes. Si on décrit l’univers politique par une ligne, l’extrême droite est inévitable autant que l’extrême gauche.

    Je m’ingénie à me représenter l’univers politique québécois par un cube aux côtés inégaux. C’est sûr qu’au lieu de seulement deux extrêmes ça offre la possibilité de 8 coins…

    Joseph Facal n’est pas un gnoufs de l’extrême droite. Pourtant, je n’y lis pas beaucoup plus d’une femme sur 10 commentateurs. Question de divergence d’intérêts et de force. En passant, c’est là où j’ai mis deux commentaires sur mon fromage de Rubik, un cube de l’univers politique québécois.

    J’aime

  19. koval permalink*
    4 novembre 2010 8 h 12 min

    Robert

    J’ai écrit ceci

    « Je crois qu’opposer un discours à la gang de François Legault est judicieux. Enfin des vrais ennemis intelligents, pas des crétins de groupuscules radicaux, alors au contraire de toi, j’appuie car FQ est un bien pire éventuel ennemi pour QS . »

    Donc cela veut dire que je qualifie Legault et sa gang (incluant Facal) d’ennemis intelligents….j’ai donc un certain respect.

    La représentation des système politique est quelque chose d’assez compliqué, je suis capable d’une vision non binaire et possède une vue d’ensemble.

    Votre représentation est un cube, trois dimensions au lieu des deux qu’on voit souvent, on peut s’amuser autant qu’on veut à ce jeu.

    J’aime

  20. koval permalink*
    4 novembre 2010 8 h 16 min

    Ah J’oubliais, sur les blogues politique il y a une femme sur 10 qui commente, c’est assez constant, peu importe la formation politique. Si Legault organise une assemblée, je pense qu’ils auront plus qu’une femme sur 10.

    J’aime

  21. 4 novembre 2010 16 h 44 min

    J’ai observé ce matin sur alexa.com un regain d’achalandage sur votre blogue. Je m’en réjouis. Votre blogue a une saveur particulièrement intéressante; il a de la transcendance. Gauche modérée ? D’accord en attendant quelque chose comme une boite plutôt que deux extrémités d’une ligne ou deux catégories pour se faire une meilleure représentation des choses et des gens.

    J’y étais au premier rassemblement du RLQ. Comme vous, je leur lève mon chapeau. Je fais parti du 20 % qui y étaient ni des femmes, ni des jeunes hommes de 25 à 35 ans. Voici le compte rendu que j’en ai écrit et publié sur le blogue de Joseph Facal

    Je ne pouvais pas ne pas y aller, il y avait un atelier sur l’équité intergénérationnelle avec Éric Duhaime et Pierre Simard. Je suis sûr qu’il y serait question de notre endettement public financier. Je me demandais s’il y serait aussi question de notre endettement démographique dont personne ne parle. La génération dominante laisse comme descendance une génération montante en sous-nombre avec une Cadillac pas payée et impossible à ramener à une dimension appropriée par voie démocratique.

    Le RLQ se distance de la droite religieuse et de la droite morale: il n’est pas particulièrement contre les gais, contre l’émancipation féminine et pour le port d’armes. Il n’est pas complètement assimilable à ce qu’on entend dire du Tea Party. C’est un mouvement, pas un autre parti. Je crois finalement qu’il n’a rien contre la théorie de Darwin.

    J’aime

  22. 4 novembre 2010 17 h 14 min

    En réponse à koval #8 et 9 ou plus si décalage,

    FQ est un bien pire éventuel ennemi pour QS. Koval .

    Au plan lutte électorale, d’accord; retombées électorales finales à long terme, ?

    Votre représentation est un cube, trois dimensions au lieu des deux qu’on voit souvent, on peut s’amuser autant qu’on veut à ce jeu. Koval

    Cette idée m’est venue en me faisant rappeler l’existence du cube de Rubik, inspirant comme structure d’un jeu de manipulation. On peut ajouter des dimensions virtuellement.

    « Si Legault organise une assemblée, je pense qu’ils auront plus qu’une femme sur 10. »

    Je pense aussi. Il a un côté séduisant que Joseph Facal n’a pas et vice-versa, mais là n’est pas la matière. La population vieillit d’un ans aux trois ans. Chez les femmes, avec l’âge vient la ménopause et alors, il semble que les différences sexuelles s’estompent. Chez les hommes autant, ils vivent l’andropause.

    J’aime

  23. 5 novembre 2010 7 h 37 min

    Les intellectuels et les militants peuvent bien se donner des outils pour idenitifer les différentes idéologies politiques… quant à moi, l’axe gauche-droite me suffit pour différencier les tendances et les programmes politiques.

    Selon plusiuers études, le majorité des gens se situent au centre. Un centre qui peut être défini parce que la gauche et la droite présentent des points de repères facilement identifiables. Les gens qui souhaitent une certaine répartition de la richesse et l’intervention de l’état (collectivité) pour assurer une certaine dignité pour l’ensemble de la population ainsi que la justice sociale se retrouvent à gauche. Ceux qui préfèrent un environnement basé sur le mérite et sur ce concept de liberté individuelle (utilisateur-payeur) se retrouvent à droite.

    J’aime

  24. 5 novembre 2010 8 h 33 min

    @Robert, merci pour le compliment… Pour ce qui est de l’achalandage sur ce blogue, quoi qu’il est intéressant et plutôt stable, ça ne me fatigue pas vraiment! j’espère simplement que certains constats et idées seront reprises et que ça pourra contribuer au débat.

    Oui, effectivement, je m’identifie plutôt à une gauche modérée. Je crois que l’étiquette social-démocrate me définit assez bien. Je suis plutôt du genre à proposer des réformes réalisables afin d’améliorer le processus démocratique, de protéger et améilorer nos services publics, et une meilleure répartition de la richesse – entres autres.

    Oui, je lève mon chapeau aux organisateurs du RLQ car, je le répète, je sais que c’est difficile d’organiser une activité politique. Cependant, je continuerai de me battre contre certains individus qui salissent la réputation des militants de la gauche politique et qui n’ont pas vraiment grand chose à proposer pour améliorer notre quotidien. Je continuerai à dénoncer les ambitieux qui tentent d’alimenter leur petite carrière médiatique en posant des constats biaisés et en suggérant des pistes de solutions qui favorisent l’individualisme et le « chacun-pour-soi ».

    Le RLQ tente de nous donner l’impression qu’il est différent de la droite « morale » mais ils n’hésitent pas à se coller à la droite religieuse pour attirer des sympathisants. À mon avis, il faut que les québécois comprennent que le RLQ est avant tout un rejeton de l’ADQ et du Parti Conservateur. Leurs stratégies sont très proche du Parti Républicain et du Tea Party – où l’on tente de plus en plus à diviser la population afin de favoriser la réduction de la taile de l’état et la privatisation des services publics. À cet égard, ils sont des partenaires de choix pour les chambres de commerce et les lobbies patronaux.

    À mon avis, Jospeh Facal ne se joindra pas à une formation politique de droite ou de centre-droit. C’est un homme cultivé qui n’appuiera jamais un regroupement populiste ou un autre qui est trop proche du patronat. Et je crois fermement que le projet de François Legault ne se concrétisera pas. On s’en reparlera au printemps prochain…

    J’aime

  25. 25 novembre 2010 19 h 26 min

    Complément de programme (on y reviendra) :

    J’aime

  26. 25 novembre 2010 19 h 46 min

    «on y reviendra»

    Ah ah ! Ce ne serait pas un «complément au programme, », mais plutôt une amorce…

    Ces droitistes qui disent qu’il est honteux de se présenter comme ce qu’ils sont me font bien rire, surtout quand ils le font ! Un autre tabou ? 😉

    On pourrait facilement dire dire la même chose, nous qui nous faisons appeler les go-gauchistes, mais nous n’avons pas le complexe de persécution…

    J’aime

  27. koval permalink*
    25 novembre 2010 20 h 28 min

    Pathétique!

    Ils disent que les gens sont à droite et conservateurs plus qu’ils le pensent…

    C’est gros égo pensent pour la foule!

    J’aime

  28. 26 novembre 2010 6 h 40 min

    Merci pour le vidéo.

    Première foi que j’observe une moustache chez Mario. Waaaaaoh ! Tombante de chaque côté de la bouche. Amusant, une bouche entre bout de moustache à droite et bout de moustache à gauche. Ce que Mario dit est ainsi de centre.

    Mathieu Bock-Côté se soucie de bien nommer les choses. Il y parvient assez bien. Il est aussi nécessaire de le réécouter que de le relire. Je me suis déjà mis à sa dénationnalisation tranquille. Ardu.

    Je lui reconnais un talent certain à nommer les choses, notamment, verbatim non vérifié, « il y a une certaine gauche qui est toujours parvenue à s’innocenter par la noblesse de ses intentions ».

    Mathieu se pose la question suivante, non certifiée: Est-ce que le conservatisme sera capable de faire visualiser son beau côté des choses.

    À cette fin, la moustache de Mario est un essai réussi.

    J’aime

  29. 26 janvier 2011 13 h 56 min

    Suite à mon commentaire du 28 octobre 2010 – 05h40 :

    « En ce qui concerne les groupuscules radicaux, ce n’est pas leur existence qui m’énerve, c’est les dommages collatéraux qu’ils causent en s’associant avec Qs »

    Je crois qu’Amir s’est mis les deux pieds dans les plats en distribuant les feuillets du PAJU devant la boutique Le Marcheur. C’est à ce genre de situation auquel je faisais allusion. Dommages collatéraux importants.

    Je commence à en avoir marre.

    J’aime

  30. 13 février 2011 13 h 57 min

    Je crois qu’opposer un discours à la gang de François Legault est judicieux. Enfin des vrais ennemis intelligents, pas des crétins de groupuscules radicaux, alors au contraire de toi, j’appuie car FQ est un bien pire éventuel ennemi pour QS .

    FQ ?

    François Québec ?

    François Legault Québec ?

    FLQ ?

    FLQ.2 ?

    Ou ne faut-il pas prendre toujours les choses à la lettre ?

    Ennemis ?

    Adversaires ?

    J’aime

  31. 13 février 2011 14 h 22 min

    FQ = Force Québec, le nom que s’étaient donnés les partisans de François Legault de façon temporaire.

    Quant à l’utilisation de ennemis et adversaires, les deux se disent :

    «1. Domaine de la pol. intérieure. Personne dont les conceptions idéologiques, les actions politiques s’opposent fortement à celles de telle(s) personne(s), telle institution ou sont considérées comme nocives et devant être combattues.»

    http://www.cnrtl.fr/lexicographie/ennemi

    J’aime

  32. koval permalink*
    13 février 2011 14 h 52 min

    « Quant à l’utilisation de ennemis et adversaires, les deux se disent  »
    Darwin, mon langage est pas mal surveillé, difficile de respirer…

    J’aurais beaucoup plus de respect pour un genre de police de bloyes qui pourfendrait le racisme la misogynie etc….ahem ahem, on et sué bloyes, faut par rêver…

    J’aime

  33. 13 février 2011 15 h 51 min

    «Darwin, mon langage est pas mal surveillé»

    Si tu te le rappelles, je crois que c’est Me Pouloutine qui t’avait fait le même reproche (adversaire-ennemi) chez Papitibi et je lui avais répondu de la même façon, par le dictionnaire !

    J’aime

  34. 13 février 2011 16 h 33 min

    Force Québec ! J’avais oublié.

    Dictionnaire Crisco, synonyme d’ennemi: adversaire, adverse, antagoniste, belligérant, concurrent, contraire, défavorable, détracteur, hostile, irréconciliable, mal, maléfique, malfaisant, néfaste, nuisible, opposant, opposé, pernicieux, rival.

    Sans dictionnaire, j’aurais dit que la différence entre ennemi et adversaire était plus grande. Je note.

    J’aime

  35. 13 février 2011 16 h 43 min

    Le sens varie avec le contexte.

    «Dictionnaire Crisco»

    C’est drôle, c’est toujours par cet excellent dictionnaire des synonymes que je me rend à l’encyclopédie du CRNTL… Si on clique sur le mot choisi, on accède à cette encyclopédie. J’avais donc vu la liste de synonymes que vous citez.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :