Skip to content

Les tabous

1 novembre 2010

Tabou : Interdit d’ordre culturel ou religieux qui pèse sur le comportement, le langage, les mœurs.

Par Darwin – Nous vivons dans une société où nos chartes garantissent les libertés fondamentales, notamment la liberté d’expression, la liberté de conscience et la liberté de religion. Pourtant, je n’ai jamais entendu autant parler de tabous qu’au cours des dernières années. Par exemple, des tabous subsisteraient à «l’égard de l’athéisme», et nommer Dieu et parler de religion en science sociale seraient tout aussi tabous !

Ça devrait être tabou…

Si ce n’était que cela… Mais on prétend aussi que la chirurgie esthétique, parler de son salaire (mais, ce «tabou» le serait de moins en moins), aborder la crise d’octobre (comme si on n’en avait pas assez entendu parler…), demander aux écoles privées d‘intégrer des élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage, qu’un enseignant critique publiquement les parents et même rire des artistes seraient aussi des tabous ! Et pourtant, on en parle ! Et bien sûr, pour se montrer vraiment audacieux, le mot tabou est rendu un incontournable pour les humoristes. Tellement incontournable, qu’il y en a même un qui a pris ce thème pour son dernier spectacle.

Et de quoi se permet de rigoler cet humoriste courageux prêt à défier les interdits «d’ordre culturel ou religieux qui pèse(nt) sur le comportement, le langage, les mœurs.» ? Du sexe chez les aînés, de notre rapport à l’argent, de l’athéisme, des accommodements raisonnables, de la relation père-fils, de la façon dont les parents élèvent leurs enfants et des fluides corporels. Oh lala, c’est nouveau ça ! Cela n’a bien sûr jamais été fait, puisque ce sont des interdits !

Cela ne veut pas dire que son spectacle est mauvais, je ne le saurai jamais. Des critiques ont aimé, précisant que «personne ne sortira de son show offusqué». Vous ne m’en voyez pas vraiment étonné…Une autre critique dit même en parlant de son spectacle qu’il peut être tabou d’aimer certains calembours. Ça, ça me mettrait vraiment tabou (excusez la crampe au cerveau…) !

Pas seulement les humoristes

Bon, si ce n’était que les humoristes qui utiliseaint cette expression pour attirer des spectateurs, ce ne serait pas si mal. Mais, non, briser un tabou est aussi devenu incontournable en politique.

Par exemple, certains se prennent pour de preux chevaliers sans peur (même s’ils sont rarement sans reproche…) qui s’attaquent à un interdit culturel ou religieux lorsqu’ils remettent en question le modèle québécois… D’autres préfèrent dire qu’ils s’attaquent à des «vaches sacrées», comme si le fait de transférer le fardeau fiscal des plus riches à la classe moyenne demandait beaucoup de courage, alors que ce n’est que de suivre le courant économique dominant, préconisé tant par des chroniqueurs de droite que par les économistes qui se prétendent lucides.

Le véritable courage politique est selon moi de faire exactement le contraire… Et je ne pense pas que ce soit tabou de le dire !

Alors…

Pourtant, il existe encore des tabous dans la société, ou à tout le moins dans certaines parties de la société. Ainsi, parler d’homosexualité en région et même à Montréal demeure toujours difficile et ne pas en parler peut être tout aussi dangereux. Même si la situation s’améliore graduellement, il est toujours délicat de parler de problèmes de santé mentale.

C’est d’ailleurs parce qu’il existe encore un bon nombre de sujets véritablement tabous comme ceux-là que je déplore qu’on galvaude cette expression qui, à force d’être utilisée à toutes les sauces, en vient à perdre une grande partie de son sens. Transgresser des vrais tabous demande soit du courage, soit de la témérité. Mais, aujourd’hui, c’est rendu un acte routinier pour promouvoir un spectacle ou des opinions finalement bien consensuelles. Déplorable…

Publicités
138 commentaires leave one →
  1. jack permalink
    1 novembre 2010 23 h 45 min

    Si tu veux aller voir un bon spectacle d’humoriste je te recommande d’aller voir Guy Nantel. Son spectacle « la réforme Nantel » est excellent.

    Pub gratuite…

    J'aime

  2. 2 novembre 2010 4 h 36 min

    c’est tabou, la pub… la gratuité aussi.

    J'aime

  3. 2 novembre 2010 6 h 01 min

    @ Jack

    Je suis un peu allergique à nos humoristes. Nantel est mieux, mes meilleurs étant les Zapartistes, et encore, leurs shows sont longs, et leur humour devient répétitif. En DVD, c’est bien, je peux les écouter en deux ou trois tranches !

    «Pub gratuite…»

    Ça serait ben le boute su on devait payer pour la pub !

    @ Déréglé

    Dire qu’on disait qu’il n’y a plus rien de tabou… maintenant, il y en a partout !

    J'aime

  4. 2 novembre 2010 7 h 22 min

    « Bien, je vais vous raconter une anecdote. J’étais… je suis allé chez mon coiffeur il y a à peu près un mois. Il y avait un sénateur libéral que je ne nommerai pas qui ne parle pas… encore qu’il représente une circonscription de langue française et qui me demande: es-tu toujours séparatiste, Yves? » J’ai dit oui, oui je suis séparatiste comme tu es juif. Ça a pris à ton peuple 2000 ans pour avoir sa patrie en Israël. J’ai dit: moi, que ça prenne 10 ans, 50 ans, 100 ans de plus ça peut attendre. Alors il me dit: ce n’est pas pareil. Ce n’est jamais pareil pour eux. Alors j’ai dit: ce n’est pas pareil? Les Arméniens n’ont pas souffert, les Palestiniens ne souffrent pas, les Rwandais ne souffrent pas. J’ai dit: c’est toujours vous autres. Vous êtes le seul peuple au monde qui avez souffert dans l’histoire de l’humanité. »

    Suite à ces paroles, Yves Michaud était blâmé à l’unanimité par ses collègues de l’Assemblée nationale. On connaît la suite…

    Et voilà que Pauline Marois voit son leadership fortement menacé parce qu’elle ose remettre en question l’objectif ultime de son parti…

    J'aime

  5. koval permalink*
    2 novembre 2010 9 h 38 min

    Je déteste Nantel, je le trouve raciste.

    J'aime

  6. koval permalink*
    2 novembre 2010 11 h 01 min

    En fait, je ne connais pas en ce moment des humoristes courageux politiquement parlant, ils se contentent simplement de véhiculer les croyances populistes….c’est d’un ennui….

    J'aime

  7. 2 novembre 2010 17 h 50 min

    @ Koval

    «Je déteste Nantel»

    Je le trouve inconsistant. Parfois, il s’égare, comme dans les questions «identitaires», d’autre fois, il est juste.

    «En fait, je ne connais pas en ce moment des humoristes courageux politiquement parlant»

    Et les Zapartistes ?

    @ Luto

    «On connaît la suite…»

    Il avait réellement transgressé un tabou…

    J'aime

  8. koval permalink*
    2 novembre 2010 19 h 18 min

    T’as raison, les Zappartiste, la seule fois où j’ai payé pour voir des humoristes en 2008….sinon ça remonte à Sol et Deschamps quand j’avais 18 ans à Jonquière…

    J'aime

  9. clopp permalink
    5 novembre 2010 23 h 20 min

    Pffft, l’homosexualité ne souffre d’aucun tabou, seulement d’une incompréhension, c’est pareil pour la maladie mentale.

    Le Tabou par excellence est la sexualité des adolescents. La preuve c’est aucun humoriste en parle.

    J'aime

  10. 5 novembre 2010 23 h 35 min

    @ Clopp

    Force est de constater que ce qui est un tabou pour un n’en n’est pas nécessairement un pour les autres et vice-versa. Et j’ai déjà entendu des humoristes niaiser la sexualité des ados. Ce n’était pas subtil, comme les gags sur les homosexuels…

    Et puis Pffft toi même ! 😉

    J'aime

  11. 7 novembre 2010 19 h 39 min

    Merci lutopium pour l’anecdote. Joseph Facal ne l’a pas raconté quand il a présenté des excuses dernièrement pour avoir été de ceux qui ont blâmé M. Michaud à l’unanimité à l’Assemblée nationale.

    Le leadership de Mme Marois n’est pas menacé; ne vous fiez pas aux médias qui racontent n’importe quoi pour gagner leur vie et celle de leurs journalistes.

    J'aime

  12. 7 novembre 2010 19 h 43 min

    Question comme ça; est-ce que, Québécois, notre dégénération depuis 1970 est un sujet tabou ?

    J'aime

  13. 7 novembre 2010 20 h 32 min

    «est-ce que, Québécois, notre dégénération depuis 1970 est un sujet tabou ?»

    Je ne sais pas de quoi vous parlez… Il faudrait préciser.

    J'aime

  14. 8 novembre 2010 8 h 16 min

    Bonne question Darwin. J’ai découvert grâce à elle ce matin dans Wikipédia que votre théorie de l’évolution a été suivie d’une théorie sociale porteuse de l’idée de dégénération de 1850 à 1950. La civilisation n’évoluerait pas de façon continue. Il peut y avoir du meilleur ou du pire.

    Selon cette théorie, on est pessimiste quant à l’avenir de la civilisation occidentale dès le XVIIIe siècle: pauvreté, criminalité, alcoolisme, perversion morale et violence politique. Au XIXe, on découvre des prédispositions génétiques à l’alcoolisme et à la criminalité. Max Nordau essai d’expliquer l’art, la musique et la littérature par la présence de dégénérescence chez bon nombre d’artistes. Au XXe, la dégénération soulève la question de la pertinence de l’eugénisme, de l’extermination préventive et du bannissement de l’art de dits dégénérés.

    Présentement le terme semble utilisé d’une façon plus neutre éthiquement pour désigner un niveau de complexité évolutive ou d’adaptation circonstancielle.

    Dans ma question: « Question comme ça; est-ce que, Québécois, notre dégénération depuis 1970 est un sujet tabou ? » je considère notre sous-natalité depuis la date mentionnée au Québec. L’événement n’a pas fait la manchette à ma connaissance avant le dépôt par André Boisclair en 2003 du document Le choc démographique… Jacques Henripin avait sonné l’alarme en 1989 dans son livre Naître ou ne pas être. Dans Sortie de secours: comment éviter le déclin du Québec, en 2000, Jean-François Lisée suggérait de remédier en faisant du Québec un paradis pour les familles.

    Pour répondre à ma question, je dirais que notre sous-natalité n’est pas un sujet tabou, ce n’est même pas un sujet. Nous n’en sommes pas là. Nous en sommes à nous venter d’un faible taux de chômage, d’un faible taux d’accidents d’automobiles et nous plaindre d’une rareté de main-d’oeuvre en industrie du savoir.

    La réalité est que notre force d’engendrement, en forte majorité ceux de nous âgés entre 20 et 50 ans, décline en nombre en cascades. Notre force de travail, les 55-64 moins les 25-35, seront substantiellement majoritaires. J’en conclus que nous dégénérons.

    D’autres part, il y a la chanson de Mes Aïeux Dégénération audio et celle du même titre de Mylène Farmer audio.

    J'aime

  15. 9 novembre 2010 7 h 41 min

    – Quand un commentaire contient plus d’un lien, il est automatiquement modéré;
    – le concept de dégénération est une interprétation de l’évolution que Darwin aurait rejetée, comme il a rejeté l’eugénisme et le darwinisme social;
    – je ne vois pas en quoi ce sujet serait tabou : il a fait l’objet de livres, de documentaires, etc.
    – je ne considère pas la diminution des naissances comme une «dégénération»;
    – «Notre force de travail, les 55-64 moins les 25-35» : ne serait-ce pas plutôt les 55-64 moins les 15-24 ?

    J'aime

  16. Sombre Déréliction permalink
    9 novembre 2010 21 h 08 min

    Je n’aime pas voir une aussi belle chanson que celle de Mes Aïeux assimilée à de douteuses théories sociales…

    J'aime

  17. koval permalink*
    9 novembre 2010 21 h 26 min

    Robert

    Pourtant vous constaterez selon statcan que l’indice de fécondité est en pleine progression, les utérus fonctionnent à plein régime, de quoi vous rendre heureux non!?!?

    http://www40.statcan.gc.ca/l02/cst01/hlth85b-fra.htm

    J'aime

  18. 9 novembre 2010 23 h 59 min

    @ Koval

    «indice synthétique de fécondité»

    Ici, on indique aussi l’indice synthétique de fécondité pour 2008 et 2009 (1,735 et 1,731), de même que cet indice pour chaque région administrative. Le Nord-du-Québec domine (2,9) suivi de l’Abitibi-Témiscamingue (1,996).

    http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/naisn_deces/naissance/405.htm

    «Je n’aime pas voir une aussi belle chanson que celle de Mes Aïeux assimilée à de douteuses théories sociales…»

    Les paroles de cette chanson m’on toujours un peu dérangé… surtout la glorification d’un temps où les femmes avaient 14 enfants !

    J'aime

  19. 10 novembre 2010 5 h 53 min

    « surtout la glorification d’un temps où les femmes avaient 14 enfants ! »

    Ça n’a pas grand-chose avec une glorification, de mon point de vue. L’accent est plutôt à mettre sur le malaise final, et non pas sur la caricature d’avant. Anyway, chacun sa lecture.

    J'aime

  20. 10 novembre 2010 6 h 22 min

    En fait, il ne s’agit pas de mon bonheur mais de celui de nos filles et de notre petit fils qui auront à vivre au sein d’une population vieillie et amoindrie en force et dynamisme.

    C’est vrai que l’indice a été aussi bas pour la région de Québec que 1,2. Il est présentement de 1,75, c’est encourageant. Il faut 2,1 pour le maintien de la part endogène d’une population à condition que l’on n’en émigre pas. On émigre du Québec. Trois fois au dessus de 10 000 au cours des cinq dernières années. 2,5 serait meilleur.

    J'aime

  21. 10 novembre 2010 6 h 33 min

    Quant au lien entre le dégénérationnisme auquel réfère l’article de wiki référé par Robert Lachance et la chanson de Mes Aïeux, il m’apparaît essentiellement imaginaire. Ce n’est pas parce qu’il y a un mot commun qu’il y a une idée commune.
    La théorie de la dégénération est une théorie raciste dans son essence, étroitement liée à celle de l’eugénisme, puisqu’elle attribue toute sortes de tares sociales à des caractéristiques supposées génétiques. Pas étonnant qu’elle soit tombée dans le discrédie après la deuxième guerre mondiale.

    S’il faut absolument situer la chanson de Mes Aïeux dans un courant intellectuel (je doute que ce soit vraiment pertinant), ce serait quelque chose que je nommerais le « déclinisme », qui est présent dans la civilisation occidentale depuis… je serais tenté de dire toujours. Ce qui est certain en tout cas, c’est qu’on le retrouve déjà fortement en Espagne dès 1600 (chez les arbitristes, notamment). Mais encore là, je doute que situer Mes Aïeux dans quelque lignée que ce soit soit très pertinent ou très juste, surtout s’il s’agit de leur faire la morale (ou à leurs auditeurs).

    J'aime

  22. 10 novembre 2010 7 h 09 min

    Sans vouloir vous tourmenter,

    J’apprécie la chanson parce qu’elle expose le vécu de nos ancêtres. Je suis d’une famille de 13 frères et soeurs, de 232 cousins.

    La madame Lori Anne Briggs, sociologue et féministe n’est pas contente de cette chanson et elle l’écrit dans Sisyphe Elle s’étonne de l’engouement, trouve son contenu partiel et moralisateur.

    J'aime

  23. 10 novembre 2010 7 h 17 min

    D’accord que l’accent est mis sur la situation finale plutôt que la glorification des ancêtres.

    Le reel qui suit évoque en moi le titre Insoutenable légèreté de l’être de Kundera.

    J'aime

  24. 10 novembre 2010 7 h 28 min

    En suite de ce que j’ai écrit plus tôt,

    D’accord sur l’absence de communalité.

    Le point de la chanson me semble quelque chose comme: « Enfile tes plus beaux habits car ce soir nous allons danser ».

    Jean Chrétien aurait dit: « Que voulez-vous… »

    Jacques Dutronc: « J’y pense et puis j’oublie, c’est la vie, c’est la vie ».

    J'aime

  25. 10 novembre 2010 7 h 50 min

    @ Déréglé

    «chacun sa lecture»

    En effet :

    Ton arrière-arrière-grand-mère, elle a eu 14 enfants
    Ton arrière-grand-mère en a eus quasiment autant
    Et pis ta grand-mère en a trois c’était suffisant
    Pis ta mère en voulait pas, toé t’était un accident
    (…)

    Tes arrière-arrière-grands-parents, ils savaient comment fêter
    Tes arrière-grand-parents, ça swignait fort dans les veillées
    Pis tes grands-parents ont connu l’époque yéyé
    Tes parents c’était les discos, c’est là qu’ils se sont rencontrés

    Le lien entre le plaisir, la fête et les grosses familles, et entre les petites familles et l’ennui me semblent assez directs.

    Il y a aussi cette strophe qui me fatigue :
    «Pis ton père, il l’a vendue pour devenir fonctionnaire»

    Grrrrrrr

    @ Robert Lachance

    «Elle s’étonne de l’engouement, trouve son contenu partiel et moralisateur.»

    Merci pour le lien, je ne suis pas le seul alors…

    J'aime

  26. 10 novembre 2010 9 h 24 min

    « Le lien entre le plaisir, la fête et les grosses familles, et entre les petites familles et l’ennui me semblent assez directs. »

    euh… non. Au contraire, on met en valeur que toutes les générations savent fêter à leur manière. Aucune espèce de corrélation là.

    J'aime

  27. 10 novembre 2010 9 h 39 min

    @ Déréglé

    «Aucune espèce de corrélation là»

    Bon, un peu pressé ce matin, je n’ai pas mis le texte pour la lecture de l’auteuur sur la situation actuelle :

    «Ton arrière-arrière-grand-mère, elle a eu 14 enfants
    Ton arrière-grand-mère en a eus quasiment autant
    Et pis ta grand-mère en a trois c’était suffisant
    Pis ta mère en voulait pas, toé t’était un accident

    Et pis toé, ma p’tite fille, tu changes de partenaire tout le temps
    Quand tu fais des conneries, tu t’en sauves en avortant
    Mais y’a des matins, tu te réveilles en pleurant
    Quand tu rêves la nuit… d’une grande table entourée d’enfants»

    Si là tu ne vois pas le lien entre le bonheur et la grosse famille, entre la tristesse et l’absence d’enfant…

    «Tes arrière-arrière-grands-parents, ils savaient comment fêter
    Tes arrière-grand-parents, ça swignait fort dans les veillées
    Pis tes grands-parents ont connu l’époque yéyé
    Tes parents c’était les discos, c’est là qu’ils se sont rencontrés

    Et pis toé, mon ami, qu’est-ce que tu fais de ta soirée
    Éteinds dont ta TV, faut pas rester encabané
    Heureusement que dans vie, certaines choses refusent de changer
    Enfile tes plus beaux habits… car nous allons ce soir danser-er-eR-ER»

    Pendant que les ancêtres fêtaient, le gars actuel reste encabané… Bon les deux dernières strophes tentent de sauver la mise, mais il demeure que l’auteur considére cela comme une dégénération…

    On n’a vraiment pas la même lecture !

    J'aime

  28. 10 novembre 2010 10 h 12 min

    Selon wikipédia (…), l’auteur de la chanson est père d’un fils unique de 6 ans… 😉

    J'aime

  29. 10 novembre 2010 10 h 23 min

    « Pendant que les ancêtres fêtaient, le gars actuel reste encabané… »

    Et « certaines choses refusent de changer », tu l’as lu?

    « Si là tu ne vois pas le lien entre le bonheur et la grosse famille, entre la tristesse et l’absence d’enfant…  »

    Pour la coup, sans valoriser les familles de 14 enfants, je connais assez le malaise des filles de ma génération pour savoir qu’une telle description, étant caricaturale (comme toute description limitée à quelques phrases) est loin d’être inexacte.

    J'aime

  30. koval permalink*
    10 novembre 2010 11 h 00 min

    Ben comme Darwin, il me semble évident que cette toune est faite pour les réactionnaires dépressifs, j’ai horreur de ce message…c’est plein de clichés et moralisateurs tout plein…

    J'aime

  31. 10 novembre 2010 11 h 19 min

    Merci de me traiter de « réactionnaire dépressif »

    J’ai effacé le reste de ma critique, je pense que t’aimerais pas la lire.

    J'aime

  32. 10 novembre 2010 11 h 21 min

    By the way, koval, tu as idée de la quantité de jeunes femmes de ma génération que tu traites de « réactionnaires dédpresives »?

    Si les féministes étaient capable de prêter une oreille attentive à ces jeunes femmes plutôt que de les insulter et leur faire la morale comme des petits curées, le féminisme s’en porterait mieux aujourd’hui.

    J'aime

  33. koval permalink*
    10 novembre 2010 11 h 27 min

    Déréglé

    S’ennuyer du passer comme ça, ça n’a aucun sens, et si tu prends ça personnel, tant pis pour toi. Je n’ai que dis ce que je pensais des paroles de la chanson….

    Je te traite de rien…..faudrait pas que je dise que je déteste ce message!?!?

    Tu veux monopoliser l’opinion!?!?

    Console-les les ptites filles de ton âge, si elles s’ennuient du temps de leurs grand-maman, je te les laisse…

    J'aime

  34. 10 novembre 2010 11 h 30 min

    « et si tu prends ça personnel, tant pis pour toi. »

    Les critiques adressées à cette chansons sont celles de vieux cons bouchés (by the way, si tu prends ça personnel, tant pis pour toi – je te traite de rien, faudrait quand même pas que je dise que je suis d’accord quand je le suis pas?? tu veux monopoliser l’opinion??).

    J'aime

  35. koval permalink*
    10 novembre 2010 11 h 37 min

    T’as le droit de penser ainsi, ça a le mérite d’être clair.

    J'aime

  36. koval permalink*
    10 novembre 2010 11 h 44 min

    « Si les féministes étaient capable de prêter une oreille attentive à ces jeunes femmes plutôt que de les insulter et leur faire la morale comme des petits curées, le féminisme s’en porterait mieux aujourd’hui. »

    Au moins, moi je ne te fais pas la morale!

    En passant, les jeunes femmes ne sont jamais féministes, elles ont bien d’autres choses à penser, on le devient plus tard, même Micheline Dumont n’était pas féministe à 20 ans….alors c’est pas ma faute!

    J'aime

  37. koval permalink*
    10 novembre 2010 11 h 48 min

    Et puis je suis réaliste, je ne m’attends pas du tout à un progrès du féminisme dans une société en pleine révolution conservatrice et réactionnaire dont ont nous fait l’apologie à l’aide de petites chansons à messages pourris commme dégénération!

    J'aime

  38. 10 novembre 2010 12 h 05 min

    Du coup, tu penses que le message que tu lis et celui qui est perçu par ces femmes est le même.
    Désolé, c’est faux. La réalité est plus complexe et ne rentre pas dans des petites cases définies à l’avance. Les jeunes femmes de ma génération (j’aurai 30 ans l’année prochaine) se sont aussi bien identifiée à certaines paroles de dégénération qu’elles ont défendu la conciliation famille-travail. On retrouve ce discours sur la famille (sans parler d’une famille de 14 enfants- elles sont moins ignorantes que ne le prétend la « sociologue » incompétente et moralisatrice référée plus haut, qui préfère mettre des étiquettes sur ce qu’elle ne comprend pas plutôt que de faire le moindre effort de compréhension, comme le voudrait son métier- du moins des familles de plus qu’un ou deux) bien au-delà des frontière gauche-droite ou conservateur-progressiste.

    Après ça, on a des féministes nostalgiques de leurs luttes passées qui refusent de prendre en compte les plus jeunes générations et étiquettent tout ce qu’elles dérange à leur manière, histoire de mieux rien faire pour elles. Je me demandent bien où ils résident, en fin de compte, les clichés et la nostalgie.

    (PS: le commentaire 36 m’a fait sourire et je ne suis plus fâché).

    J'aime

  39. 10 novembre 2010 12 h 07 min

    Pratique, quand même, de rendre les autres responsables de tout: les féministes n’ont aucun tort, la désaffection, c’est juste « de la faute à la révolution conservatrice ».
    Je ne suis pas d’un tel fatalisme ni d’une telle résignation.

    J'aime

  40. koval permalink*
    10 novembre 2010 12 h 11 min

    « Du coup, tu penses que le message que tu lis et celui qui est perçu par ces femmes est le même. »

    Oui, je suis pas assez fine pour inventer des perceptions à ces femmes, si toi tu as ce pouvoir, je te félicite! Bravo, c’est génial, autant que tes perceptions fondés sur de vagues impressions à propos du féminisme…

    J'aime

  41. 10 novembre 2010 12 h 15 min

    Ah, « j’invente »
    ça aussi, c’est pratique. Comme si je ne parlais pas de plein de filles que je connais bien.
    Garde-les, tes oeillères, j’en veux pas.

    Quant à la madame la sociologue d’en haut, son métier aurait été d’au moins essayer. Ce qu’elle n’a pas fait. Je répète: incompétence.
    Et même dénie d’intelligence.

    J'aime

  42. 10 novembre 2010 12 h 18 min

    « je suis pas assez fine pour inventer des perceptions à ces femmes »

    Soit dit en passant, oui, c’est en fait exactement ce que tu fais. Dire oui, c’est au moins autant de l’invention que dire non.

    J'aime

  43. koval permalink*
    10 novembre 2010 12 h 25 min

    Au fait, les nouveaux progrès pour la conciliation travail famille n’était pas du tout une revendication des gens des 20-30 ans…ce sont les plus vieilles qui ont permis ça, ta génération en profite tout en cherchant des poux à celles qui ont amélioré leur vie.

    Écoute, si les fille de ton âge lisent une chose et en comprennne une autre, c’est pas mon problème, un effet de l’échec du système d’éducation!?!?

    Je dis simplement que ce texte se comprend de la même façon pour bien du monde, et le thème général est la nostalgie du bon vieux temps ….je suis christement pas intéressée par le passé.

    Ça par exemple, c’est moralisateur, un vrai message de curé

    « Et pis toé, ma p’tite fille, tu changes de partenaire tout le temps
    Quand tu fais des conneries, tu t’en sauves en avortant »

    C’est choquant à entendre!

    On n’est pas du tout d’accord, pas obliger de trouver un coupable et de faire des procès d’intention…

    J'aime

  44. 10 novembre 2010 12 h 36 min

    « Au fait, les nouveaux progrès pour la conciliation travail famille n’était pas du tout une revendication des gens des 20-30 ans… »

    C’est pas elles qui l’ont initié, mais elles l’appuyaient avec enthousiasme.

    « ta génération en profite toi »

    ouf! ouais, y’a des mesures qui ont été réalisées, mais c’est pas comme si c’était un projet achevé. woh les moteurs avec l’exagération, s’il-vous-plaît!

    « tout en cherchant des poux à celles qui ont amélioré leur vie. »

    je n’aurais rien à leur reprocher, aux générations précédentes, si elles ne passaient pas leur temps à chier sur les jeunes en leur disant qu’elles savent ce qu’ils pensent mieux qu’eux et que c’est pas bien. Je leur reproche surtout ça.
    Et t’as une preuve juste en haut de ce que j’avance. C’est pas des « vagues impressions », y’a un texte là-haut qui adopte exactement cette attitude de curé « je sais ce qu’il y a dans vos coeur, repentez-vous, pêcheurs! »
    Qu’elle aille chier, la « sociologue ».

    J'aime

  45. 10 novembre 2010 12 h 39 min

    « “Et pis toé, ma p’tite fille, tu changes de partenaire tout le temps
    Quand tu fais des conneries, tu t’en sauves en avortant” »

    j’admets, par contre, pour ces vers-là. Je comprends que ça choque, et ils me font pas tripper non plus. Condamner tout le public de la chanson juste pour ça, par contre, y’a ben des limites.
    Deux vers dans une chanson, ça me choque moins que le texte prétentieux d’une sociologue féministe conne qui dit « oh que vous me décevez. Vous êtes des ignares. »

    J'aime

  46. 10 novembre 2010 12 h 43 min

    « Écoute, si les fille de ton âge lisent une chose et en comprennne une autre, c’est pas mon problème, un effet de l’échec du système d’éducation!?!? »

    Encore un éloge du simplisme?

    J'aime

  47. koval permalink*
    10 novembre 2010 13 h 47 min

    Tu dis n’importe quoi, t’as décidé de ton tribunal que les jeunes aiment tous ces paroles et que je chie sur les jeunes juste parce que je déteste ces paroles….

    Parce que tu connais quelques filles dans ton entourage, tu généralises….j’accepte pas ça.

    La discussion est impossible, ce n’est que du dialogue de sourd, et je n’y prend aucun plaisir…….

    Je songe très sérieusement à abandonner ces tristes discussions de bloyes qui me dépriment plus qu’autre chose…

    ça a été ben l’fun un bout, mais là, ça m’épuise…

    Je n’accepte pas ces paroles de caves accusant les jeunes filles de se faire avorter à tout vent, si les hommes faisaient plus attention à ce qu’ils dlsent des femmes, je serais déjà plus contente….

    Mais non, ils adorent nous écoeurer pour rien,,,,,

    J'aime

  48. 10 novembre 2010 13 h 54 min

    C’est toi qui dit n’importe quoi, tu déformes complètement mes propos.

    « Tu dis n’importe quoi, t’as décidé de ton tribunal que les jeunes aiment tous ces paroles  »

    Tous, non, mais en nombre suffisant pour ne pas en faire le procès simpliste que je vois là, oui.

    je chie sur les jeunes juste parce que je déteste ces paroles…. »

    « La discussion est impossible, ce n’est que du dialogue de sourd, et je n’y prend aucun plaisir……. »

    Alors on arrête ça là, je n’aime pas ça non plus.

    toi, non, l’autre en haut, oui.

    J'aime

  49. 10 novembre 2010 13 h 56 min

    oups, manque une phrase, elle a du s’effacer dans une fausse manoeuvre.

    « t’as décidé de ton tribunal que les jeunes aiment tous ces paroles »

    tous, non, mais en nombre suffisant pour prêter l’oreille et ne pas en dresser un procès simpliste.

    J'aime

  50. 10 novembre 2010 13 h 57 min

    « Parce que tu connais quelques filles dans ton entourage, tu généralises….j’accepte pas ça. »

    by the way, je vais commenter celle-là avant de finir.

    Je les connais peut-être pas toutes, mais c’est un point de vu plus fortement appuyé que celui d’une personne qui ne les connait pas du tout.

    J'aime

  51. koval permalink*
    10 novembre 2010 14 h 07 min

    Qui te dis que je ne fréquente ni ne discute avec plein de jeunes, tu serais surpris….

    Écoute, tes insinuations sont choquantes….

    Des généralisations à partir de ton vécu et tes connaissances n’intéressent que toi et ton nombrils…

    N’importe quoi….j’.aime pas.

    J'aime

  52. koval permalink*
    10 novembre 2010 14 h 12 min

    Est-ce moi la sociologue féministes dont tu parles?

    J'aime

  53. 10 novembre 2010 14 h 13 min

    « Est-ce moi la sociologue féministes dont tu parles? »

    ben non!

    J'aime

  54. koval permalink*
    10 novembre 2010 14 h 45 min

    Ok, d’accord, moi je l’aime bien cette socilogue, et je suis d’accord avec elle sur toute la ligne…

    J'aime

  55. 10 novembre 2010 15 h 06 min

    Je n’en suis pas étonné outre-mesure. J’ai déjà dit sensiblement ce que je lui reproche, je ne reviendrai pas dessus. Moi aussi je suis fatigué de cette discussion.

    On est d’accord pour en rester là?

    J'aime

  56. koval permalink*
    10 novembre 2010 15 h 19 min

    Certainement, qu’on va en rester là.

    En fait j’aurais du la lire dès le départ, elle exprime pas mal mieux que moi ce que je pense de cette chanson, en plus je pense qu’elle est dans la vingtaine 😆

    J'aime

  57. 10 novembre 2010 16 h 29 min

    @ Darwin

    Merci pour l’information sur la modération.

    – «Notre force de travail, les 55-64 moins les 25-35» : ne serait-ce pas plutôt les 55-64 moins les 15-24 ? Darwin

    Mon affirmation manque de précision. Elle peut être prise dans deux sens. Je voulais dire que dans la région de Québec, le nombre de personnes qui quittent le monde du travail est plus élevé que le nombre de personnes qui y entrent.

    Je corrige les limites des strates après vérification pour les entrants, 20-29. Le nombre des entrants est inférieur au nombre des sortants à partir de 2007 et jusqu’en 2026. La différence est de l’ordre de 20 à 30 %. Le tableau est de 2004, ISQ, commande spéciale probablement.

    On peut argumenter qu’il n’y a pas que le nombre, il y a aussi la compétence. On peur argumenter qu’il n’y a pas que le nombre, il y a aussi le dynamisme.

    J'aime

  58. 10 novembre 2010 19 h 20 min

    @ Déréglé 10:23

    «sans valoriser les familles de 14 enfants, je connais assez le malaise des filles de ma génération pour savoir qu’une telle description, étant caricaturale (comme toute description limitée à quelques phrases) est loin d’être inexacte.»

    Je ne nie pas que ce malaise existe, mais ne peux en mesurer l’ampleur. Ce qui me dérange, c’est que l’auteur de la chanson ne voit à peu près rien de positif à la situation actuelle et pas assez de négative dans la situation passée. Comme tu dis, c’est une caricature, une caricature qui ne représente pas vraiment les différences entre ces générations. Et je ne trouve vraiment pas que nous ayons dégénéré.

    «Les critiques adressées à cette chanson sont celles de vieux cons bouchés»

    Je savais déjà que j’étais un vieux con et comme ce commentaire me la bouche, je suis en effet un vieux con bouché ! 😉 En fait, je trouve aussi l’analyse de la sociologue sur Sysiphe trop unidimensionnelle et qu’elle généralise, mais j’en partage quand même la majeure partie.

    «je n’aurais rien à leur reprocher, aux générations précédentes, si elles ne passaient pas leur temps à chier sur les jeunes»

    Tu généralises sur ceux qui généralisent…Je déteste autant les propos de ceux qui déblatèrent sur les jeunes que les propos des jeunes qui déblatèrent sur les générations précédentes.

    Tout cela parce que j’ai dit que «Les paroles de cette chanson m’ont toujours un peu dérangé»…

    @ Papitibi et Luto

    «Sujet parallèle mais qui va certainement intéresser Darwin»

    Quel devin ! 😉

    «lutopium / Darwin: faudrait reculer l’heure, dans vos outils administrateur!»

    Ici, c’est le blogue de Luto, je ne suis qu’un collaborateur : je n’ai donc aucun accès à ces outils.

    «Charest a raison… en partie.»

    Bien d’accord. Il fallait qu’il dise quelque chose de sensé (mais pas suffisamment nuancé) pour qu’on lui tombe dessus comme cela. Après, on s’étonne que les politiciens utilisent la langue de bois…

    «Est-ce qu’on enseigne aux enseignants l’art de captiver leur auditoire?»

    C’est un point important. J’ai parlé beaucoup de l’importance de la motivation dans le dernier de mes trois billets sur le décrochage. Dans celui-ci, https://jeanneemard.wordpress.com/2010/06/14/decrochage-et-perseverance/, on trouve dans le premier paragraphe des liens menant vers les deux premiers billets, si cela vous intéresse.

    «Est-ce que les p’tits gars et les p’tites filles doivent nécessairement être réunis?»

    Oui ! Aucune étude ne montre d’avantages à séparer les gars et les filles, au contraire, des études montrent que la mixité est neutre pour les filles, mais bénéficie aux gars. En plus, je considère le fait d’aller à l’école ensemble comme le meilleur moyen d’apprendre à se connaître et à se respecter. C’est aussi en bonne partie pourquoi je n’ai pas envoyé mes enfants à l’école privée, qui est pour moi un ghetto doré qui crée un clivage supplémentaire entre les citoyens de classe sociale et de capacités d’apprentissage dfférentes. Le rôle de l’école n’est pas seulement d’instruire et de qualifier, mais aussi de socialiser…

    J'aime

  59. 10 novembre 2010 19 h 25 min

    @ Robert Lachance

    «Le tableau est de 2004, ISQ, commande spéciale probablement.»

    C’est bien ce que je pensais, c’est le «vieux» scénario de l’ISQ, le plus récent est beaucoup moins pessimiste. En fait, le nouveau scénario de référence ressemble énormément à l’ancien scénario «fort».

    Vous pouvez trouver énormément de données et de tableaux à http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/persp_poplt/index.htm.

    J'aime

  60. 10 novembre 2010 20 h 33 min

    « Ce qui me dérange, c’est que l’auteur de la chanson ne voit à peu près rien de positif à la situation actuelle et pas assez de négative dans la situation passée. Comme tu dis, c’est une caricature, une caricature qui ne représente pas vraiment les différences entre ces générations. »

    Alors sur ce point, nos positions sont très proches l’une de l’autre. Simplement, moi, le choix fait ne me dérange pas tellement. Ils ont choisi de faire une caricature sous l’angle de la dégénération. Ils ont choisi les paroles en conséquence. That’s it, ça va pas plus loin pour moi.

    « En fait, je trouve aussi l’analyse de la sociologue sur Sysiphe trop unidimensionnelle et qu’elle généralise, mais j’en partage quand même la majeure partie. »

    Je pense en toute honnêteté que même si j’étais d’accord sur le fond avec elle, je dirais que c’est une incompétente du point de vue de la sociologie. Mais bon, c’est aussi une militante, alors faut pas trop en demander :roll

    « Tu généralises sur ceux qui généralisent… »

    C’est vrai. Dans le feu de l’action, c’est sorti de même… Mettons ça pour elle. Contrairement à koval, je pense que c’est une boomeuse (c’est du moins ce que semble suggérer la petite phrase d’exaspération contre les attaques contres les boomers).

    « Tout cela parce que j’ai dit que «Les paroles de cette chanson m’ont toujours un peu dérangé»… »

    C’est ben correct.

    J'aime

  61. 10 novembre 2010 21 h 27 min

    «:roll»

    Tu veux dire 🙄 ?

    «Contrairement à koval, je pense que c’est une boomeuse»

    Bof, je ne pense pas qu’il n’y ait que des boomers qui sont tannés du babyboomers bashing. Mais, bon, j’ai cherché avec son nom et n’ai rien trouvé de déterminant. Même son profil chez Sisyphe est disparu. Alors, je n’en sais rien et trouve fragiles les raisonnements pour arriver à deviner son âge…

    En fait, j’ai trouvé cela :

    http://www.facebook.com/profile.php?id=100000030092408

    Mais va savoir si c’est elle… À l’oeil, ses goûts (tractors show, ça irait mieux à Stéphane Archambault !) ne correspondent pas à celle qu’on cherche…

    J'aime

  62. Sombre Déréliction permalink
    10 novembre 2010 21 h 27 min

    Moi je vais me contenter de retenir ça de toutes ces discussions.
    Bravo à Déréglé pour la phrase.
    « Ce n’est pas parce qu’il y a un mot commun qu’il y a une idée commune. »
    De plus, virgule, ça me fait toujours rire (ou pleurer) de voir une inutilité ambulante, comme un sociologue, venir analyser le travail d’un artiste, puisqu’en général les sociologues sont des êtres gravement dépourvu d’imagination et de créativité.
    Je suis aussi capable de faire des généralisations. 😯

    J'aime

  63. 10 novembre 2010 21 h 30 min

    «puisqu’en général les sociologues sont des êtres gravement dépourvu d’imagination et de créativité.»

    Et c’est bien pire avec les économistes ! Euh, en général…

    J'aime

  64. Sombre Déréliction permalink
    10 novembre 2010 21 h 38 min

    héhé! En tout cas, ici, on ne peut pas accuser l’économiste en charge de manquer d’honnêteté intellectuelle.

    Ouais Darwin fait mieux que miss Elgrably! 🙂

    J'aime

  65. Sombre Déréliction permalink
    10 novembre 2010 21 h 51 min

    Ouah! 😈

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9mence_Royer

    J'aime

  66. koval permalink*
    10 novembre 2010 21 h 57 min

    Scuzez Déréglé et SD mais à part dire que la sociologue est débile ou conne, vous n’avez pas réussi du tout à discréditer son analyse.

    Ça ne vole pas haut et ça ressemble à du bashing contre les sociologues ou les féministes…

    J’vais décrocher un bout, j’en ai assez de la niaiserie ambiante…

    J'aime

  67. 10 novembre 2010 22 h 09 min

    Vous soulevez en moi un doute. À prime abord, je dirais que je ne partage pas votre optimisme, il ne s’agit pas de projections qui sont affectées par le nouvel indice de fécondité passé de 1,3, disons à 1,75; il s’agit de projections appuyées sur des données réelles. Il faudrait que je vérifie la migration chez les 20-29 et les 55-64.

    J'aime

  68. Sombre Déréliction permalink
    10 novembre 2010 22 h 13 min

    Pour moi c’est naturellement du bashing contre les sociologues, une race que j’exècre et je ne m’en suis jamais vraiment caché.
    Je n’ai pas lu l’analyse, Dans mon cas dès que c’est classé sociologie, je ne lis pas, c’est sur la black list.

    J'aime

  69. Sombre Déréliction permalink
    10 novembre 2010 22 h 14 min

    « J’vais décrocher un bout, j’en ai assez de la niaiserie ambiante… »
    Ah come on, on est quand même pas pire que BV ou les 7….

    J'aime

  70. koval permalink*
    10 novembre 2010 22 h 26 min

    Rgardez-ben les ptits gars, vous chanterez dégénération par la main en sacrant après les vieux et vielles matantes fémiwisss comme moi pis en comptant les utérus féconds de la province….

    Ce fils de discussion a atteint ma limite de tolérance….j’vais prendre des vacances de bloyes….faut prendre des vacances de tout dans la vie des fois….

    J'aime

  71. Sombre Déréliction permalink
    10 novembre 2010 22 h 36 min

    @Koval
    Comme je suis arrivé s’ul tard et que je n’avais pas vraiment lu le fil de discussion, pardonne moi de rire à en perdre mon dentier…. Je l’savais-tu moué que tu t’étais encore poignée avec Déréglé! 😆

    Ma réponse se voulait un complément au lien laissé par R Lachance,, lien que je n’ai pas lu anyways. J’ai lu la phrase de Déréglé un ti-peu plus bas et l’ai cité sans savoir qu’elle était dirigée contre toi! Bon j’aime ben la toune de Mes Aïeux alors bas les sociologues, sinon…

    J'aime

  72. koval permalink*
    10 novembre 2010 22 h 43 min

    Moi aussi j’aime ça c’te belle toune ben réactionnaire pis sexiste!

    J'aime

  73. Sombre Déréliction permalink
    10 novembre 2010 23 h 10 min

    « réactionnaire pis sexiste! »
    Ben écoute ça faudra ben m’expliquer… C »est-tu raciste en plus? Parce que je ne voudrais certainement pas passer pour raciste en écoutant du Mes Aïeux, moi qui ne veut pas faire de la peine au bon Dieu.
    Nan sérieux je comprends pas trop ta réaction je n’ai pas lu tout le fil de discussion, je répliquais à M. Lachance that’s it. Mais attribuer des fonctions éthiques ou politiques à une tite toune inoffensive pour moi c’est extrapoler pis je m’en fait pas trop avec ça. Je doute fort que lorsque nous allons être envahit par des hordes réactionnaires et sexistes, ils fassent leur sale boulot en chantant…
    BTW t’a ben le droit d’haïr la toune si tu veux de toute façons tout le monde haït les tounes que j’aime alors j’ai l’habitude…

    J'aime

  74. 11 novembre 2010 0 h 44 min

    «de toute façons tout le monde haït les tounes que j’aime alors j’ai l’habitude…»

    Ouais, mais d’habitude, c’est à cause de la musique, pas des paroles ! 🙂

    «Darwin fait mieux que miss Elgrably!»

    Fiou ! Pas sûr que c’est vraiment un compliment, mais c’est déjà ça…

    «Clémence Royer»

    Une féministe qui a traduit Darwin ! C’est pour nous amadouer, Koval et moi ? 🙂

    J'aime

  75. 11 novembre 2010 0 h 58 min

    @ Robert Lachance 22:03

    «je ne partage pas votre optimisme»

    Mon optimisme ? Je n’ai rien, mais vraiment rien à voir avec les prévisions des démographes !

    «il ne s’agit pas de projections qui sont affectées par le nouvel indice de fécondité passé de 1,3, disons à 1,75; il s’agit de projections appuyées sur des données réelles.»

    Là, je crois que vous montrez que vous ne savez pas comment sont faites des prévisions démographiques… Elles reposent toujours sur un scénario basé sur des hypothèses portant sur le taux de fécondité, le taux de mortalité et le solde migratoire (immigration moins émigration, tant interprovinciales qu’internationales).

    Ainsi, l’ancien scénario de référence pour l’ensemble du Québec se basait sur un taux de fécondité de 1,5 et un solde migratoire de 19 000. Voyant que les données récentes étaient beaucoup plus élevées que ça, le scénario plus récent est plutôt basé sur un taux de fécondité de 1,65 et un solde migratoire de 30 000. Et les données récentes sont encore plus élevées… En plus, entre 2007 et 2009, années de prévision dans le scénario récent (la dernière année historique étant 2006), la moyenne du taux de fécondité fut de 1,7 et le solde migratoire très légèrement plus élevé (31 000, environ).

    http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/struc_poplt/1p1.htm

    Il ne s’agit pas d’optimisme ou de pessimisme, mais de comparaison entre les prévisions et les données réelles. Est-ce que ces données vont continuer à surpasser celles du scénario de référence ? En 2010, oui, mais après, je n’en sais absolument rien !

    J'aime

  76. 11 novembre 2010 2 h 50 min

    « Tu veux dire 🙄 ? »

    Oui, c’est ça!

    J'aime

  77. 11 novembre 2010 2 h 51 min

    « Scuzez Déréglé et SD mais à part dire que la sociologue est débile ou conne, vous n’avez pas réussi du tout à discréditer son analyse.  »

    ‘coute ben, koval, je vais pas te donner un cours de socio.

    J'aime

  78. 11 novembre 2010 3 h 01 min

    D’ailleurs, j’ai dit que j’en avais fini là, ça fait que je vais m’y tenir. Tu veux me traiter de tous les noms? vas-y, défoule-toi.

    J'aime

  79. 11 novembre 2010 3 h 30 min

    @ Koval

    «moi je l’aime bien cette sociologue, et je suis d’accord avec elle sur toute la ligne…»

    Je l’ai déjà écrit et le répète : je partage la majeure partie de son analyse. Cela dit, je répète aussi qu’elle généralise et ajoute qu’elle arrange aussi les faits pour qu’ils collent à sa thèse. Je vais souligner ici quelques éléments qui me semblent moins solide dans son texte.

    «Pas plus fous que les autres, de cette misère-là, leurs grands-parents n’ont pas voulu et se sont dotés des appareils qui leur ont permis de s’alléger la vie. Aussi, ceux-ci ont bien dû abdiquer devant l’arrivée des denrées bon marché venues de nos voisins du sud qui coûtaient moins cher aux marchands que ce que les fermiers d’ici produisaient. Incapables de faire face à la concurrence, manquant de moyens pour agrandir leur terre et pour acheter la machinerie nécessaire à la rentabiliser, la plupart ont été forcés de vendre. De plus, c’est le grand-père lui-même qui a incité son fils à étudier pour qu’il devienne fonctionnaire et puisse ainsi assurer son avenir.»

    Je ne porterai pas de jugement sur ses connaissances en sociologie, ce n’est pas ma force, mais je peux te dire qu’elle est complètement dans le champ (de patates ? 😉 ) sur la question économique dans ce paragraphe. Ce n’est pas nécessairement parce qu’ils n’avaient pas les moyens d’acheter la machinerie qu’ils ont quitté leurs terres, mais parce que ceux qui en ont acheté ont pu agrandir leur ferme en en achetant d’autres et avaient besoin de moins de main-d’oeuvre ! Et dire que c’est le grand-père qui a poussé son petit fils aux études est aussi gros et généralise autant que le texte de la chanson. Bien plus de fils d’agriculteurs qui ont vendu leurs terres se sont retrouvés en usine qu’à l’université.

    «Ce que je vois parmi ceux qui ont des problèmes, ce sont des jeunes hommes qui ont décroché de l’école, qui vivent chez leur parents, fument leur joint en jouant au jeu vidéo et vivotent en passant d’un boulot non payant à un autre encore moins payant, et ce, entrecoupés de périodes de chômage»

    Ouf ! Cela existe, bien sûr, mais ce n’est surtout pas ce que vivent tous les jeunes qui ont des problèmes. Il s’agit d’une grossière généralisation. D’une part, ce ne sont pas que les décrocheurs qui ont des problèmes. D’autre part, environ la moitié des décrocheurs raccrochent. C’est aussi méprisant pour les jeunes hommes qui ont des problèmes…

    «Les filles, elles, cumulent souvent études et travail, elles s’en vont rapidement en appartement, soit pour échapper au joug de leurs parents ou tout simplement pour accéder à leur indépendance.»

    Encore là, cela existe, mais c’est une autre grossière généralisation. Tous les gars seraient des fainéants et toutes les filles des personnes raisonnables et autonomes ? Pourtant, les données montrent un taux d’emploi similaire chez les gars et les filles qui étudient à temps plein. Donc, bien des gars aussi cumulent emploi et études. Elle compare un cas extrême de gars avec un cas extrême féminin (elles s’en vont rapidement en appartement). Bref, elle tire autant de son côté que la chanson le fait dans l’autre sens.

    Cela dit, je le répète encore, je partage son analyse sur le sexisme et le glorification nostalgique d’un passé pas très joyeux par l’auteur de cette toune.

    J'aime

  80. 11 novembre 2010 7 h 17 min

    Ce dont j’écrit se retrouve à la page 17 d’un document intitulé Document de consultation publique: Projet de politique municipale sur l’accueil, l’intégration et la rétention des personnes immigrantes.

    Ma compréhension était que les nombres de personnes inscrits en 2001-2026 aux colonnes 20-29 et 55-64 étaient des nombres observés et non projetés pour la ville de Québec de l’époque, fusionnée, l’héritage de la CUQ. Ils n’étaient pas déterminés par le choix d’un indice de fécondité ou un nombre anticipé d’immigrants.

    Le 54 413 inscrits en 2026 pour les 20-29 était composé en majorité des personnes nées de 1997 à 2006. Le 74 772 à la colonne des 55-64 était composé en majorité des personnes nées de 1962 à 1971.

    Je n’en suis plus sûr parce que dans le texte, on parle de scénario de référence. Je commence à croire que vous avez raison. Ils seraient affectés légèrement par le choix d’un indice de fécondité et d’un nombre anticipé d’immigrants. Mais peu affectés… par la mortalité et la migration surtout.

    J'aime

  81. 11 novembre 2010 9 h 56 min

    @ Robert Lachance

    «Ce dont j’écrit se retrouve à la page 17 d’un document intitulé Document de consultation publique:»

    Il n’y a rien de tel à la page 17. Les mots «2026», Institut de la sratistique et ISQ ne sont pas dans ce texte.

    «Le 54 413 inscrits en 2026 pour les 20-29 était composé en majorité des personnes nées de 1997 à 2006. Le 74 772 à la colonne des 55-64 était composé en majorité des personnes nées de 1962 à 1971.»

    Et que faite vous des migrations interrégionale, interprovinciale et internationale et des décès ?

    «Je commence à croire que vous avez raison»

    Sur ce genre de sujet, le contraire m’étonnerait. Il ne s’agit pas d’opinions, mais de faits.

    J'aime

  82. koval permalink*
    11 novembre 2010 11 h 29 min

    Darwin

    On est d’accord…

    J'aime

  83. 11 novembre 2010 12 h 11 min

    @ Koval

    «On est d’accord…»

    Super !

    En suivant vos échanges, je me suis aperçu que vos désaccords portaient plus sur la forme que sur le fond. Je me suis donc dit qu’il fallait clarifier les éléments d’accord et de désaccord sur le fond, éléments qui provenaient en bonne partie du texte de la sociologue. Selon qu’elles accordent plus d’importance à certaines parties de ce texte qu’à d’autres, deux personnes qui ont des opinions relativement semblables peuvent aussi bien le dénoncer que l’appuyer fortement. En précisant les éléments sur lesquels on est d’accord ou pas, cela permet de recentrer le débat sur le fond. C’est ce que j’ai essayé de faire…

    J'aime

  84. koval permalink*
    11 novembre 2010 13 h 16 min

    Darwin

    On est d’accord mais là n’est pas l’objet du litige entre moi et Déréglé.

    Si je ne peux pas écrire un commentaire comme mon 31 ième sans créer un ouragan, j’aime mieux me la farmer complètement.

    J'aime

  85. 11 novembre 2010 13 h 37 min

    @ Koval

    «Si je ne peux pas écrire un commentaire comme mon 31 ième sans créer un ouragan»

    Cela demeure une question de forme. Je sais bien que tu tiens à garder ce style, mais force est de constater qu’il entraîne souvent des réactions vives, et pas seulement chez Déréglé.

    Je n’aime pas plus que toi les paroles de cette toune, mais je ne vois pas ce que ça donne de qualifier ceux qui n’y voient pas la même chose de propos blessants. On peut qualifier certaines parties de la toune elle-même de réactionnaires sans nécessairement en dire autant des gens qui ne réagissent pas de la même façon à ses paroles.

    Enfin, j’aurai essayé…

    J'aime

  86. koval permalink*
    11 novembre 2010 14 h 06 min

    Eh bien, je garderai mon style et ma forme et je les partagerai ailleurs que sué bloyes….

    Et encore une fois, je trouve que les paroles sont belles et bien écrites pour les réacs dépressifs sexistes….c’est tout…

    J'aime

  87. 11 novembre 2010 14 h 07 min

    J’ai manqué de rigueur en me fiant à la couverture plutôt que de vérifier à l’intérieur le tableau 13 de la page 17; je corrige immédiatement cette erreur. Document de consultation publique.

    Et que faite vous des migrations interrégionale, interprovinciale et internationale et des décès ? Darwin

    La réponse dans un prochain message pour éviter la modération qui a bon goût.

    J'aime

  88. 11 novembre 2010 14 h 16 min

    😥

    J'aime

  89. 11 novembre 2010 14 h 18 min

    @ Koval

    « je les partagerai ailleurs que sué bloyes….»

    😥

    J'aime

  90. 11 novembre 2010 14 h 49 min

    @ Robert Lachance

    «je corrige immédiatement cette erreur.»

    Sur le document en question, on peut lire à la page 26, numérotée 16 : «Selon le scénario de référence précité, le nombre des 20-29 ans tend à baisser très rapidement, passant de 76 068 individus en 2006 à 54 413 en 2026, pendant que le nombre des 55-64 ans tend à augmenter.» (En fait, le graphique montre que les 55-64 se serait stabilisés vers 2020 et auraient diminué par la suite à peu près parallèlement au 20-29).

    À l’aide d’un fichier plus récent, en ligne depuis le 2 novembre (http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/persp_poplt/Mun_pop_2009-2024_GR.xls), en cherchant «Québec» et en additionnant les données sur le 20-24, les 25-29, les 55-59 et les 60-64 ans, on s’aperçoit que la situation a bien changé.

    Ainsi, les 20-29 passent de 77 360 en 2009 (soit plus que le 76 068 de 2006 supposément en baisse à partir de 2007 selon le scénario antérieur) à 61 060 en 2024, soit, cette fois, beaucoup plus que le 54 413 de 2026 du scénario antérieur.

    Les 55-64, eux, passeraient de 71 115 en 2009 (soit moins que les 20-208) à 71 885 en 2024. En conséquence, l’indice de remplacement de la main-d’oeuvre était encore au-dessus de 100 en 2009 (109), deviendrait négatif entre 2009 et 2014 et se situerait à 85 en 2024, soit beaucoup plus que dans le scénario antérieur (73 en 2026).

    Comme vous le voyez, ce n’est pas une question d’optimisme ou de pessimisme, mais d’adaptation aux données plus récentes. Cela dit, il n’en demeure pas moins que l’indice sera inférieur à 100 d’ici deux ou trois ans. Il y aura donc des problèmes réels sur le marché du travail. Ces problèmes seront simplement moins virulents que prévu antérieurement.

    J'aime

  91. 11 novembre 2010 15 h 11 min

    @ Robert Lachance

    J’ai trouvé un fichier plus complet au : http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/persp_poplt/mrc2006_2031/PopAS_MRC_ed09.zip

    Là, l’indice était de 115 en 2006, devriendrait négatif en 2011 (97), atteindrait son minimum en 2022 (82), remontrait par la suite pour… dépasser 100 en 2031 (101) ! Avec ces données, l’indice de 2009 était de 104, soit moins que le 109 des données précédentes. J’en conclus donc, comme je le disais dans un commentaire antérieur, que la situation réelle fut meilleure que prévue de 2006 à 2009, puisque les données plus récentes montrent un indice supérieur en 2009 à celui prévu (109 par rapport à 104).

    Bref, le problème semble encore s’atténuer…

    J'aime

  92. Sombre Déréliction permalink
    11 novembre 2010 17 h 39 min

    Comment se fait-il que personne n’ait pensé à poster cette magnifique oeuvre folklorique…

    J'aime

  93. Cybèle permalink
    11 novembre 2010 17 h 44 min

    «Et encore une fois, je trouve que les paroles sont belles et bien écrites pour les réacs dépressifs sexistes….c’est tout…«

    Tu ne te trompes pas Koval.
    De plus, j’ajoute que ce sont des paroles insignifiantes, moralisatrice et rétrograde. Juste bonne pour faire danser les petits enfants qui n’ont pas fini de grandir .

    J'aime

  94. Sombre Déréliction permalink
    11 novembre 2010 18 h 03 min

    QUOI???? 😡

    J'aime

  95. Sombre Déréliction permalink
    11 novembre 2010 18 h 04 min

    Pffffffffffff! Tu dis ça juste pour y faire des yeux doux à la tite Koval… 😛

    J'aime

  96. Sombre Déréliction permalink
    11 novembre 2010 18 h 09 min

    Alors Cybèle as-tu déjà vu ça un pic à glace dans un pneu de tracteur??? 😈

    J'aime

  97. Cybèle permalink
    11 novembre 2010 18 h 11 min

    😀

    J'aime

  98. Cybèle permalink
    11 novembre 2010 18 h 20 min

    SD, je fais toujours de beaux yeux doux au belles femmes. 😀

    Koval, elle est peut-être un tantinet difficile à vivre pour certain, mais c’est une criss de belle femme.

    J'aime

  99. 11 novembre 2010 18 h 20 min

    Ce fichier est trop gros pour le moment pour s’ouvrir dans mon Imac. Merci quand même. Je devrais dire que c’est mon ordinateur qui n’est pas bien ajusté. J’ai déjà eu le problème et je l’ai réglé mais je ne me rappelle plus comment.

    je suis aller relire votre article sur l’immigration vue par les négativistes qui croient que l’immigration fait vieillir la population d’accueil pour me trouver une raison d’ouvrir ce fichier. Je n’en ai pas trouvé pour l’instant.

    J'aime

  100. Sombre Déréliction permalink
    11 novembre 2010 18 h 28 min

    No Way!!!! tu l’as vue!! 🙂 Chanceux!!!

    Pis est comment, est comment, est comment??? 🙂

    J'aime

  101. Cybèle permalink
    11 novembre 2010 18 h 36 min

    Je ne l’ai jamais vue SD. Je parlais de la beauté d’une façons général. De ce que je sens ou crois savoir deviner de cette truculente personne.

    PS Truculente dans le sens, non-conformiste.

    J'aime

  102. Sombre Déréliction permalink
    11 novembre 2010 18 h 43 min

    Le mystère demeure donc entier… Tous les rêves sont permis…

    J'aime

  103. Cybèle permalink
    11 novembre 2010 18 h 43 min

    «Pis est comment, est comment, est comment«

    SD, pense au plus beaux fantasme que t’as avec la femme ou (les femmes) de tes rêves. Koval c’est encore plus!!!!!! 😆

    J'aime

  104. Cybèle permalink
    11 novembre 2010 18 h 47 min

    Haha, on a eu un peu la même idée.

    J'aime

  105. Cybèle permalink
    11 novembre 2010 18 h 49 min

    HAHAHA !!!!
    S’en est rendu qu’on fantasme sur Koval. 😆

    J'aime

  106. 11 novembre 2010 18 h 50 min

    Bon, une autre chicane sur ce même sujet… Mais pas mal plus drôle ! 🙂

    J'aime

  107. Sombre Déréliction permalink
    11 novembre 2010 18 h 53 min

    🙂

    J'aime

  108. 11 novembre 2010 18 h 54 min

    Ou cette oeuvre esthétique de Mylène Farmer du même titre audio ?

    J'aime

  109. Sombre Déréliction permalink
    11 novembre 2010 18 h 55 min

    N’empêche qu’elle peut pas nous bouder trop longtemps, car on va souffrir sans elle pis on va tous sombrer dans le DEPRESSIVE SUICIDAL BLACK METAL!!! 😯

    J'aime

  110. Cybèle permalink
    11 novembre 2010 18 h 59 min

    «Mais pas mal plus drôle«

    N’en demeure pas moins que je pense chaque mots que je viens de citer.

    À chacun sont style . 😉

    J'aime

  111. Cybèle permalink
    11 novembre 2010 19 h 02 min

    « pis on va tous sombrer dans le DEPRESSIVE SUICIDAL BLACK METAL«

    Pas de danger pour moi! Je connais un bon remède contre cette maladie, j’écoute du Patof.

    J'aime

  112. 11 novembre 2010 19 h 06 min

    Et que faite vous des migrations interrégionale, interprovinciale et internationale et des décès ? Darwin

    J’écris un document et le fait parvenir à des députés concernés, à l’époque:

    La migration du Québec en Capitale-Nationale et hors de celle-ci pour le Québec relève de Philippe Couillard en charge de notre région, de Sylvain Légaré plutôt que d’Hubert Benoît depuis le 15 mai et d’Agnès Maltais respectivement à l’opposition officielle et au deuxième groupe d’opposition en cette période de gouvernement provincial minoritaire et de démocratie tripartite.

    J'aime

  113. 11 novembre 2010 19 h 52 min

    @ Sombre

    «Tu dis ça juste pour y faire des yeux doux à la tite Koval…»

    Mais non, c’est à moi qu’il veut plaire ! 🙂

    «DEPRESSIVE SUICIDAL BLACK METAL!!!»

    Pis on va devenir des p’tits gars tristes !

    http://tinyurl.com/286cxop

    @ Robert Lachance

    «Ou cette oeuvre esthétique de Mylène Farmer du même titre audio ?»

    Là, ce ne sont pas les paroles qui me dérangent (je n’ai retenu que sexy et yahou (une pub ?)), mais la musique (si on peut appeler ça ainsi).

    Je préfère ça :

    J'aime

  114. koval permalink*
    11 novembre 2010 20 h 06 min

    Celle-là c’est pour la génération X, ça ressemble à mon style en plus….;)

    J'aime

  115. 11 novembre 2010 20 h 19 min

    @ Robert Lachance

    «J’écris un document et le fait parvenir à des députés concernés, à l’époque:»

    Ce que je voulais dire par «que faites-vous des migrations interrégionale, interprovinciale et internationale et des décès» est qu’on ne peut pas simplement prendre le nombre de 15-24 pour savoir combien il y aura de 25-34 dix ans plus tard. Vous le savez, donc tant mieux !

    Il reste que les tendances de migration peuvent varier considérablement avec le temps. C’est pourquoi les scénarios démographiques doivent être fréquemment revisés, pas seulement en raison des changements dans le taux de fécondité.

    J'aime

  116. 11 novembre 2010 20 h 24 min

    @ Koval

    «Celle-là c’est pour la génération X»

    J’ai toujours eu des sentiments partagés à propos de Limp Biskit. Pas mal d’un côté pour la puissance musicale, mais je déteste de l’autre à cause du côté hip hop. Pour les paroles, là, je ne sais pas ! 😉

    J'aime

  117. 12 novembre 2010 7 h 23 min

    Parlant de tabous

    audio Pour les paroles et la vidéo, Ma génération de Luc de Larochellière. Pour X-intello réac-dépressif nostalgique-asexué-lucide.

    J'aime

  118. Cybèle permalink
    12 novembre 2010 8 h 11 min

    Cela se pourait-il que le lucide soit de trop? 😉

    J'aime

  119. Cybèle permalink
    12 novembre 2010 8 h 13 min

    Houps. 😳 ,,,,,pourrait…..

    J'aime

  120. 12 novembre 2010 12 h 23 min

    En réponse à Cybèle #119

    C’est sûr. Le dictionnaire de CRISCO nous offre le choix; par ordre alphabétique:

    Synonymes de lucide : aigu, clair *3, clairvoyant *5, conscient, éclairé, intelligent *4, lumineux, net, pénétrant *1, perçant, perspicace *2, profond, sagace, sain, sensé, subtil, translucide. *# par ordre de préférence.

    Antonymes de lucide: aveugle, aveuglé, dément, fou, imbécile, inconscient, ivre, mythomane, passionné.

    Je remplacerait par passionné conscient.

    J'aime

  121. 22 janvier 2011 23 h 45 min

    Là, nos journaux se surpassent ! Dernièrement, j’ai lu deux articles de La Presse où l’auteur ne parle pas seulement de tabou, mais du dernier tabou. Et, devinez, il s’agit de deux tabous différents :

    Ici, c’est le regret d’un changement de sexe :
    http://www.cyberpresse.ca/vivre/societe/201011/12/01-4341925-regretter-un-changement-de-sexe-le-dernier-tabou.php

    (à suivre)

    J'aime

  122. 22 janvier 2011 23 h 49 min

    … et là, c’est la laideur !

    http://www.cyberpresse.ca/vivre/societe/201101/22/01-4362760-la-laideur-le-dernier-tabou.php

    Je ne prétends pas qu’il est facile de parler de ces sujets, mais deux derniers tabous différents, ça m’a fait digoler, d’autant plus que pour être le dernier, il faut qu’il n’y en ait plus d’autres. Et j’ai trouvé suffisamment de mentions de «tabous» dans les journaux pour montrer que certains prétendent qu’il en reste un très grand nombre !

    J'aime

  123. 23 janvier 2011 7 h 44 min

    Tiens! Je me suis fait une réflexion récemment sur la notion de « tabou ».
    Normalement, on défini un tabou comme quelques chose dont on ne parle pas – voire qu’on tend même à refuser le plus possible d’y penser. Cela rend le vrai tabou difficile à identifier, parce dès lors qu’on y pense et qu’on admet d’en parler, c’est peut-être que finalement ce n’est pas si tabou que ça. A fortiori, documenter un tabou est un défi, comme c’est toujours un défi de documenter une absence.
    Je me suis toutefois demandé si on ne pourrait pas étendre légitimement le concept aux sujets dont on ne peut pas parler sans hystérie. Ça pourrait même être des sujets dont on parle tout le temps, mais jamais de manière rationnelle, parce que trop émotifs. Cette émotivité serait à voir comme un mécanisme de défense, face à un sujet qui dérange trop pour être abordé dans le calme. Ce type de tabous (en admettant cette extension du concept, on pourrait s’interroger sur ce qui fait que certains tabous entrent dans la première catégorie et d’autres dans la seconde) seraient sans doute plus faciles à identifier, puisqu’on en parle tout de même, voire tout le temps, mais néanmoins difficiles, puisque l’émotivité nous fait justement nous aveugler sur leur statut réel. Et là, j’ose même pas chercher des exemples 😉

    J'aime

  124. 23 janvier 2011 8 h 49 min

    @ Déréglé

    «Je me suis toutefois demandé si on ne pourrait pas étendre légitimement le concept aux sujets dont on ne peut pas parler sans hystérie»

    C’est pour moi un autre concept. Je cherche un terme y correspondant, mais ne trouve que des périphrases ou des expressions, et encore qui ne me satisfont pas.

    «j’ose même pas chercher des exemples»

    En fait, tu en a trouvés, mais tu n’oses pas les nommer. Ça c’est un tabou !

    J'aime

  125. koval permalink*
    23 janvier 2011 9 h 35 min

    Le conflit Israël-Palestine? On peut en parler en masse, aucun problème, tant que les racistes n’interfèrent pas trop….aucun tabou là.

    Mais avec les bloyes et ses heureux participants fiers de nous montrer l’étendu de leur préjugés en tout temps, on s’tanne.

    Les brainwashés de la littérature alternative mènent le bal.

    J'aime

  126. 23 janvier 2011 10 h 01 min

    «Le conflit Israël-Palestine?»

    Le kirpan, le voile islamique, etc.

    Le point Godwin n’est jamais trop long à apparaître…

    J'aime

  127. 23 janvier 2011 14 h 38 min

    « le voile islamique »

    là y’a un autre concept qui me mystifie. c’est le « tous les chemins mènent au voile ». Ça m’a frappé la fois où des juifs hassidims avaient demandé un accomodement à la SAAQ. Le lendemain, tout le monde parlait du voile. WTF??

    J'aime

  128. 23 janvier 2011 15 h 10 min

    « tous les chemins mènent au voile »

    Peux-tu préciser ? Je crois comprendre, mais n’en suis pas certain.

    J'aime

  129. 23 janvier 2011 18 h 04 min

    Simplement que chaque fois qu’il y a une histoire qui concerne les communautés culturelles ou religieuses, on finit par ramener ça aux musulmans, même s’ils ne sont concernés en rien par l’affaire courante. Comme dans l’exemple que j’ai donné.

    J'aime

  130. 23 janvier 2011 19 h 15 min

    Merci, ce n’est pas ça que je comprenais, mais c’est plus logique !

    J'aime

  131. Sombre Déréliction permalink
    23 janvier 2011 23 h 30 min

    Coudonc, le texte de koval, il va paraître quand?? 😡

    J'aime

  132. 23 janvier 2011 23 h 59 min

    «Coudonc, le texte de koval, il va paraître quand??»

    Est-ce une question taboue ?

    J'aime

  133. koval permalink*
    24 janvier 2011 8 h 38 min

    SD, Juste pour toi, le titre en primeur « Jour de colère »….

    J'aime

  134. 24 janvier 2011 10 h 37 min

    «Juste pour toi»

    Merde, j’ai lu sans savoir que c’était un message privé…

    En passant, le titre va bien avec le com de Sombre !

    J'aime

  135. 27 janvier 2011 23 h 44 min

    Bon, après les nombreux «derniers tabous», voici le plus grand !

    http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/ronald-king/201101/26/01-4363768-le-grand-tabou.php

    J'aime

Trackbacks

  1. Les tabous (via Jeanne Émard) « lutopium
  2. La planification écologique «
  3. Dire tout haut ce que les autres pensent tout bas «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :