Aller au contenu principal

L’ambition, toujours l’ambition…

18 novembre 2010

Par lutopium – À force de lire les blogueurs de droite, car c’est bel et bien le seul espace où on peut vraiment apprécier ce qu’ils ont à dire par les temps qui courent (exception faite de leurs interventions régulières sur les ondes des radios-poubelles), on en conclut assez rapidement que les constats sont nombreux et les propositions concrètes assez pauvres.  Profitant d’un nouveau décor qui nous dévoile un gouvernement qui ne sait pas comment réagir face à une corruption omniprésente dans l’administration de la chose publique, les nouveaux disciples de la droite québécoise – la véritable droite, celle qui exige qu’on la perçoive comme éloignée du centre et de l’équilibre des forces démocratiques – tentent maintenant de nous faire croire que le modèle social-démocrate est responsable de tous les problèmes qui affligent notre société.

En utilisant outrancièrement les raccourcis intellectuels et les circonstances du moment, les nouveaux porte-étendards de la droite semblent oublier que la récente crise économique a été causée par un système financier rongé par la corruption et par un marché incapable de s’imposer des balises qui lui permettrait de se comporter de façon décente.  Dans le domaine des services de la santé par exemple, alors que la grande majorité des analystes s’entendent pour dire que le Parti Libéral n’a tout simplement pas livré la réingénierie qu’il avait promis il y a presque 10 ans, les nouveaux ténors des libertés individuelles (lire: chacun-pour-soi) tentent de nous faire croire que les compagnies d’assurances seraient plus efficaces que la RAMQ et que la privatisation des hôpitaux représente la solution miracle.  Cependant, ces affirmations ne sont jamais appuyées par des analyses précises ou des études d’impact sérieuses.  Seules les références à des pays qui font les choses différemment – tout en conservant un caractère essentiellement public – seront choisies pour appuyer certaines pistes de solutions.  Je n’ai toutefois jamais eu l’opportunité de lire une proposition concrète qui m’expliquerait en détail comment s’exercerait la migration des services publics vers le privé, les coûts réels pour les citoyens et l’impact de cette nouvelle approche sur les groupes défavorisés.  Si vous avez vu quelque part une étude sérieuse qui pointe dans cette direction, je vous en serais gré de m’en informer.

Le mystère Joanne Marcotte

J’ai toujours apprécié les citoyens qui décident de s’impliquer dans le monde politique.  La plupart du temps, ces gens travaillent dans l’ombre en espérant alimenter le débat politique tout en collaborant à la machine électorale qui appuiera le candidat à l’annonce des élections.  Lorsqu’un militant démontre une certaine dose d’ambition, je deviens tout à coup sceptique.  Je me demande alors si cette ambition servira principalement le groupe ou, au contraire, représentera un tremplin pour ses intérêts personnels.  À mon avis, la collusion qui s’est installée au sein des formations politiques depuis des lustres est causée par ces ambitieux qui profitent de l’espace politique pour en tirer profit.  Inutile de préciser ici que ce qui se passe au Québec actuellement en est un exemple assez évident.

Inconnue des québécois jusqu’au lancement du Réseau Liberté-Québec, Joanne Marcotte investit actuellement des énergies considérables afin de placer les idées néolibérales sur l’échiquier politique québécois.  Suite à une diffusion assez restreinte d’un documentaire-pamphlétaire en 2006 et d’une brève carrière comme conseillère à l’Action Démocratique du Québec, Mme Marcotte a été choisie par Mario Dumont pour siéger sur le Groupe de travail sur le financement du système de santé, présidé par Claude Castonguay.  Bien des observateurs se sont alors demandé pourquoi Mme Marcotte avait reçu ce mandat alors qu’elle n’avait aucune expertise dans le domaine.  Était-ce la reconnaissance du chef de l’ADQ envers le travail acharné d’une militante qui osait remettre en question le modèle social-démocrate québécois ?  Ou était-ce simplement une décision improvisée suite au refus des experts de s’associer aux idées de l’opposition officielle ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Mme Marcotte a un parcours assez exceptionnel.  Suite à des études en informatique qui lui a permis de travailler chez Desjardins pendant une dizaine d’années, elle a par la suite décidé de travailler avec son époux, conseiller en placements pour la firme de services financiers Dundee.  Comme il est difficile de trouver des informations qui pourraient confirmer l’historique de son intérêt envers l’ADQ, j’ai lancé (c’est la mode par les temps qui courent…) une recherche sur le site du Directeur général des élections afin de vérifier ses contributions au parti.  Évidemment, il est impossible de vérifier s’il s’agit de la même personne, mais la base de données du DGEQ nous apprend qu’une donatrice portant le nom « Joanne Marcotte » a contribué au financement de l’ADQ à partir de 2002.  Cette même recherche nous informe également qu’en 2007, le Parti Libéral du Québec a reçu un don de $250,00 d’une citoyenne qui porte le même nom et qu’aucune somme n’a été versée à l’ADQ par Mme Marcotte la même année…  Est-ce la même personne ?  Pourrait-on en conclure que Mme Marcotte a soudainement eu un peu de sympathie envers les libéraux suite à sa collaboration avec Claude Castonguay ?  Une question qui restera probalement sans réponse.

Tout en donnant l’impression de vouloir réduire l’appareil gouvernemental à son plus bas niveau, Mme Marcotte s’est incrit à la maîtrise en affaires publiques de l’Université Laval, endroit privilégié où on forme les cadres de l’administration publique.  Nous n’en sommes pas à une contradiction près…

Une implication politique à l’extérieur d’un parti

Lorsque Mario Dumont a finalement décidé de mettre un terme à sa carrière politique, Joanne Marcotte et son conjoint Denis Julien ont décidé d’appuyer Éric Caire en s’investissant dans sa campagne au leadership.  Ceux qui suivent l’actualité politique se rappelleront comment cette campagne s’est finalement transformée en désastre dont le parti ne parvient pas encore aujourd’hui à se relever.  Quelques mois plus tard, Mme Marcotte décida d’utiliser son blogue politique pour régler ses comptes avec l’ADQ.  On peut alors ressentir que l’alliance est terminée et qu’elle tourne le dos à son passé adéquiste, qu’elle rejette maintenant les idées de centre-droit et qu’elle adhère à des concepts beaucoup plus drastiques .  Au même moment, quelques anciens militants de l’ADQ lancent le blogue collectif Les Analystes et tentent à leur tour de tisser des liens avec ceux qui se sentent délaissés suite au déroulement de cette course à la chefferie.  On a maintenant l’impression que la droite québécoise est une barque à la dérive.

Naturellement, le rapprochement s’effectue entre Joanne Marcotte et Les Analystes, et l’idée du Réseau Liberté-Québec prendra forme quelques mois plus tard.  On connait la suite, le Réseau a su attirer l’attention des médias d’information et a réuni quelques centaines de sympathisants pour discuter de la pertinence de relancer les idées de droite.  Il semble alors y avoir consensus: pas question de fonder un parti politique.  On préfère investir ses énergies dans la formation d’un laboratoire d’idées, inspiré par le modèle de fonctionnement du centre Manning – berceau des idées conservatrices et néolibérales canadiennes.  On peut se demander quelle est la pertinence d’une telle initiative pour le mouvement de droite alors que l’ADQ est à l’agonie et que personne ne semble vraiment intéressé à s’éloigner du centre-droit.  Serait-ce tout simplement l’ambition ?  Une ambition qui procure l’énergie nécessaire pour s’identifier comme un expert qui réussira à influencer les programmes des autres partis politiques ?  Une ambition qui plaît aux radios-poubelles et, de façon ponctuelle, aux médias d’information, entraînant quelques apparitions publiques ?  Ou celle qui permet de croire qu’on fait partie de l’élite québécoise capable d’analyser et de commenter l’actualité politique ?  Je crois que ça commence à prendre forme…  Voici comment Mme Marcotte se perçoit aujourd’hui:

« … Non. Il ne suffit pas d’être instruit (médecin, enseignant, ingénieur) pour être qualifié d’élite.

Le terme « élites » signifie normalement les gens qui ont le pouvoir d’influence. Ils ont généralement le privilège d’écrire dans un média reconnu, de pouvoir s’exprimer sur les ondes radio ou télé, ou encore d’être à la tête d’organismes de recherche pouvant influencer d’une façon ou d’une autre la réflexion des citoyens.

Pour plus d’information sur ce que constituent les élites, je vous suggère la lecture du bouquin de Thomas Sowell « Intellectuals and Society« . Il y décrit très bien la différence entre les intellectuels du type médecin, enseignant et les « élites intellectuelles » qui elles, se croient justifiées d’indiquer la voie au bon « peuple » et de l’influencer… »

Dans la deuxième partie de ce billet, nous tenterons de percer le mystère « Eric Duhaime »…  Du moins, pour ceux que ça intéresse !

58 commentaires leave one →
  1. 18 novembre 2010 11 h 31 min

    J’aime ça! Bien sûr que ça m’intéresse d’en savoir plus sur ce petit général.

    J'aime

  2. Marc-André permalink
    18 novembre 2010 11 h 43 min

    Intéressant ce blogue. Malheureux que celui qui écrit ne s’identifie pas!

    J'aime

  3. Sylvain permalink
    18 novembre 2010 13 h 09 min

    « En utilisant outrancièrement les raccourcis intellectuels »…. « libertés individuelles (lire: chacun-pour-soi) ».

    Parlant de raccourcis intellectuels.

    J'aime

  4. koval permalink*
    18 novembre 2010 15 h 00 min

    Il n’y a que 3 façons d’accommoder l’échec de la prophétie néolibérale

    1-déni
    2- rationalisation et propagande
    3-prosélytisme

    http://www.homme-moderne.org/societe/politics/savoiragir/n08/bebe.html#_ftnref3

    Pssst! Il faut corriger « laboratoire d’idées » par « cloaque de réflexions nauséabondes ».

    J'aime

  5. 18 novembre 2010 18 h 35 min

    «Si vous avez vu quelque part une étude sérieuse qui pointe dans cette direction, je vous en serais gré de m’en informer.»

    Tu ne connais pas ? Toutes les réponses sont sont dans «La Route de la servitude» de Friedrich Hayek, voyons ! Une fois que tu as lu cela, tu n’as plus besoin de lire d’études ou de te référer à la réalité !

    Quel ignare, quand même… 😉

    J'aime

  6. 18 novembre 2010 18 h 37 min

    Long et bel hommage rendu à Mme Marcotte. Elle le mérite. Je l’apprécie à votre mérite. Vivement Duhaime.

    J'aime

  7. Olivier Gagnon permalink
    19 novembre 2010 1 h 11 min

    Au moins, il faut reconnaitre que l’arrivée d’idées de gestion peu populaires au Québec dans le « mainstream » amène un débat et on devrait tous s’en réjouir. Avoir une réflexion dogmatique où seule une voie est possible et que tous les autres ont tord, c’est très dommageable pour la démocratie et je crois que c’est une des raisons du désabusement des citoyens envers la politique. « Qu’est-ce que ca fait si je vais voter ? De toute façon ca changera rien! ».

    Ce que je regrette par contre, et c’est autant à droite qu’à gauche tant qu’à moi, c’est la tendance à vouloir exagérer les positions de son opposant pour essayer de démontrer que ca n’a aucun sens. « On le sait, la gauche c’est juste des socialistes qui veulent vivent à rien faire avec l’argent des autres ! » ou, comme on semble voir ici, « On le sait, la droite et leurs idées libertariennes qui veut tout privatiser, laissez mourir le monde dans la rue et exploiter les pauvres pour faire du ca$h !! »

    Bien sur, certaines personnes de droite ont des idées très radicales. Comme il y a des personnes de gauche qui sont vraiment socialistes et qui souhaitent qu’on nationalise le plus possible. Mais, associer quelques personnes à un mouvement au complet, je considère ca pas mal comme ce que vous dénoncez, un raccourci intellectuel.

    Avec l’arrivée du web 2.0 qui permet d’exprimer ses idées personnelles au monde entier, certaines personnes se sont faites remarquer pour des idées assez extrêmes (Antagoniste.net, pour en nommer un) et ont su attirer des gens qui ne s’abreuvent que de ces idées pour se forger une opinion. On les voit ensuite répéter ce message un peu partout. Mais, ce n’est pas parce qu’on les voit beaucoup qu’ils représentent tout un mouvement.

    Je suis d’accord que le RLQ ne s’est pas encore imposé des positions claires. Mais, c’est encore très jeune comme mouvement. Il n’y a même pas encoreun mois qu’ils ont fait leur première conférence !! Ils le disent bien par contre qu’ils veulent commencer avec des idées générales et ensuite prendre des positions plus concrètes et précises. Ce qu’on entend plutôt comme positions vient beaucoup de ceux qui essaient de les définir pour tapper sur eux.

    En parlant de raccourci, vous supposez beaucoup de choses dans votre texte à partir de pas grand chose. Je précise tout de suite que j’ai trouvé très malhabile la sortie d’Éric Duhaime contre Amir Khadir.

    Votre texte précédent était beaucoup beaucoup plus intéressant et étoffé. Vous devriez continuer dans cette voie.

    Bien à vous

    J'aime

  8. 19 novembre 2010 1 h 22 min

    @ Olivier Gagnon

    « On le sait, la droite et leurs idées libertariennes qui veut tout privatiser, laissez mourir le monde dans la rue et exploiter les pauvres pour faire du ca$h !! »

    C’est drôle, j’ai beau lire et relire le billet, mais je n’y lit rien de tel. Pour l’intention de tout privatiser, ça s’approche, mais pour ls deux autres éléments de votre caricature, désolé, je ne trouve rien qui s’appproche.

    «Mais, c’est encore très jeune comme mouvement. Il n’y a même pas encoreun mois qu’ils ont fait leur première conférence !!»

    Les gens qui ont créé ce mouvement sont toutefois sur le web depuis longtemps et on a eu en masse de temps pour les lire et comprendre leurs objectifs. Et, il n’y a toujours pas l’ombre d’un projet concret, autre que de couper, sans dire quoi, baisser les taxes et les impôts, privatiser le plus possible et faire baisser la dette… On accuse souvent la gauche de ne pas savoir compter (parfois avec raison…), mais, là, c’est la quadrature du cercle !

    J'aime

  9. 19 novembre 2010 7 h 11 min

    @Louis-Marie Pelletier: Merci ! Éric Duhaime a également un bien drôle de parcours. Comme le monsieur ne se gêne pas pour lancer des idioties à propos de la gauche politique, je ne me gênerai certainement pas…

    @Marc-André: Merci et bienvenue par ici. Si vous tenez à savoir qui se cache derrière ce pseudonyme, je vous invite à consulter l’onglet « À propos ». Tout y est. Du moins, l’essentiel.

    @Sylvain: Effectivement, on pourrait qualifier ce passage de raccourci intellectuel. Cependant, si vous prenez le temps de lire quelques billets publiés sur ce blogue, vous verrez que nous essayons d’avoir un esprit critique tout en respectant l’opinion de ceux qui ne pensent pas comme nous. Le débat est ouvert.

    Laissons donc la parole à un « vrai » libertarien pour préciser mon propos:

    La réalité est que le débat ne devrait pas opposer la gauche et la droite, mais l’individualisme et du collectivisme (sic). Stephen Harper a beau représenter la droite, mais il est un collectiviste alors que les libertariens sont individualistes. – Philippe David, le Minarchiste Québécois

    @koval: Merci pour le lien, je vais lire ça attentivement ! Je viens de terminer la lecture du bouquin dont nous avions discuté il y a quelques semaines – La gauche et la droite – un débat sans frontière – et j’aimerais bien que Mme Marcotte prenne le temps de le lire afin de mieux comprendre comment la social-démocratie s’est installée dans bon nombre de pays au 20ème siècle et l’impact des idées néolibrales sur l’ensemble des pays de notre planète…

    @Darwin: Hayek ! C’est vrai, tu as entièrement raison. Je vais le relire afin de diluer mon propos… Toutefois, je me méfierai toujours d’un intellectuel qui appuie la dictature ! On y reviendra.

    @Olivier Gagnon: Merci pour avoir pris le temps de réagir au billet. Si vous avez habitude de ce modeste blogue, vous conviendrai que nous sommes ouverts au débat des idées et que nous prenons note des constats et analyses des sympathisants de la droite politique. Je suis d’accord avec vous, rien de mieux qu’un débat pour se donner une vision de l’avenir. Je suis d’accord, il faut faire attention aux généralités et aux solutions abstraites.

    À mon avis, lorsqu’on veut lancer un débat sur le politique, le point de repère doit être ancré dans le réel tout en considérant les expériences antérieures. Au Québec et, par extension, dans la plupart des pays développés, nous vivons dans un environnement où l’état et le marché sont des acteurs de premier plan. Je considère donc qu’il est impossible de tenir un débat constructif si on suggère des solutions utopistes sans fournir les détails de la transition d’un système vers un autre. Par exemple, ça fait plus de trois ans que je demande aux blogueurs de droite de m’expliquer en détail comment se réaliserait la transition d’un système de santé majoritairement public (70%) vers un système entièrement privé. Je n’ai jamais reçu de réponse.

    J’utiliserai la même approche avec les utopistes de la gauche. Je persiste donc à croire que les bases du système dans lequel nous vivons, même si ce n’est pas parfait, devraient nous permettre de vivre de façon décente si tous les individus étaient disposés à équilibrer le rapport de forces. Là-dessus, les libertariens – les vrais – ont entièrement raison: le débat est situé au niveau de l’approche individualiste vs l’approche collectiviste. J’adhère donc à cette dernière tout en appuyant des réformes qui amélioreront la vie du plus grand nombre possible. Non seulement chez nous, mais partout sur la planète.

    Je suis donc un « gauchiste modéré » qui croit qu’une économie mixte est le meilleur modèle. Chacun ses responsabilités: l’état est responsable du financement et de la prestation des services de santé, de l’éducation des enfants, de certaines infrastructures et de la sécurité. Est-ce parfait ? Loin de là. Devons-nous automatiquement revoir le modèle ? Je ne crois pas. Ce que les québécois réalisent aujourd’hui c’est que l’appareil gouvernemental est rongé par la corruption, la collusion et les conflits d’intérêts. Du côté de la droite, on blâme les syndicats, les journalistes, les fonctionnaires et quoi d’autre encore. On est prêt à jeter le bébé avec l’eau du bain. Plusieurs militants de la droite semblent croire que ces problèmes disparaîtront avec la privatisation tout azimut. Vraiment ?

    Même si je suis rarement d’accord avec ses propositions, je dois avouer que Martin Masse frappe encore dans le mille cette semaine en précisant les véritables idées libertariennes. Si les québécois étaient confrontés à ces idées, ils ne s’associeraient probablement pas à la droite lorsque la question leur serait posée à travers un sondage. Je vous invite à lire son dernier billet. En voici un extrait:

    « … Bref, la «droite» politique incarnée par Stephen Harper continue d’être une droite étatiste et interventionniste et d’empirer la situation économique, ce qui ne la différencie aucunement de la gauche étatiste et interventionniste. C’est aussi une droite néoconservatrice, plus portée à appuyer les valeurs militaristes, à acheter des jets et à construire des prisons, qu’à libérer l’économie et les citoyens de l’emprise de l’État. Les gauchistes vont donc pouvoir dire pendant encore des années que «les idées néolibérales de droite» ont remis le Canada dans le trou, en laissant croire que la solution est plus d’État, alors que c’est justement la croissance de l’État qui est le problème.

    Au Québec, la fameuse «droite» qui monte est elle aussi loin d’être très ferme et cohérente dans sa défense du libre marché et de la liberté individuelle. Les «lucides» de François Legault ne sont que des sociaux-démocrates qui savent compter. Leur programme repose sur une augmentation des impôts et tarifs pour mieux financer l’État-providence qu’ils veulent conserver.

    Le chef de l’ADQ Gérard Deltell souhaite quant à lui réunir tous les tenants de la droite et prétend que l’ADQ est «le parti qui, depuis 15 ans, défend fièrement ces idées et c’est par chez nous que ça se passe. Nous, on ne change pas d’idée, on garde le même cap, on garde le même axe». L’affirmation est non seulement absurde en ce qui concerne l’ADQ, qui a été ces dernières années le parti le plus incohérent sur la scène politique québécoise. Mais il est loin d’être évident que M. Deltell a lui-même les idées suffisamment claires pour inspirer ceux qui souhaitent une véritable remise en question du modèle québécois. »

    Et dans la chaîne de commentaires, il ajoute:

    « … J’ai dû l’écrire 50 fois, mais répétons-le encore une fois pour ceux qui n’ont pas encore compris: de mon point de vue libertarien, L’ADQ EST UN PARTI DE GIROUETTES CONFUSES QUI A PLUS SOUVENT TRAHI QUE DÉFENDU LES IDÉES EN FAVEUR DE MOINS D’ÉTAT, GEORGES W. BUSH A ÉTÉ UN PIRE PRÉSIDENT QUE BILL CLINTON, ET STEPHEN HARPER UN PIRE PREMIER MINISTRE QUE JEAN CHRÉTIEN.

    … Remarquez que ça aiderait si mes amis du RLQ par exemple arrêtaient de se définir systématiquement comme à droite et d’utiliser le mot droite au premier degré, en se sentant ensuite obligés de préciser qu’ils ne sont pas la droite religieuse, la droite militariste ou la droite de Bush, ni même la droite libertarienne dans le cas de Joanne (Marcotte) parce que c’est trop radical. Quand on se définit soi-même sur cet axe, il ne faut pas se surprendre si nos opposants vont s’en servir pour nous amalgamer, soit par confusion ou par malhonnêteté intellectuelle, avec tout ce qui ne correspond pas à nos idées mais correspond tout de même à cette vision binaire simpliste. »

    J'aime

  10. 19 novembre 2010 7 h 42 min

    @ Luto

    «Je viens de terminer la lecture du bouquin dont nous avions discuté il y a quelques semaines – La gauche et la droite – un débat sans frontière – »

    Je suis en train de le lire !

    Par ailleurs, as-tu vu hier soir l’entrevue d’Infoman avec Françoise David ? ils ridiculisent les affirmations d’Éric Duhaime sur le supposé «agenda islamiste» d’Amir Khadir… Malheureusement, je ne trouve pas cet extrait sur le Web. Cela aurait été amusant pour agrémenter ton futur billet sur Duhaime…

    J'aime

  11. 19 novembre 2010 8 h 05 min

    @Darwin: j’ai adoré ce bouquin. Je vais le relire de nouveau en prenant des notes ! Oui, j’ai regardé Infoman hier soir. Pas surprenant qu’il soit dépeint comme un enragé surtout lorsqu’on a eu l’occasion de le voir à l’émission de Mario Dumont. Mais qu’est-ce qui pourrait expliquer cette haine qu’il semble avoir contre les syndicats et les employés de la fonction publique ?

    On va tenter de trouver ce clip…

    @Tous: en passant, mon billet ne se voulait pas une attaque personnelle envers Mme Marcotte, loin de là. Ce que je remets en question ici sont les vraies intentions qui se trament derrière cette nouvelle aventure (RLQ) et les ambitions personnelles des individus mis en cause. Que les militants de la droite explorent des façons d’améliorer le financement et la prestation des services est une chose. Que des individus tentent d’assurer leur propre succès personnel en détruisant la réputation des uns ou en accusant tous les québécois d’être dépendants de l’état est tout à fait inacceptable. Et je me battrai contre ça jusqu’à épuisement.

    J'aime

  12. 19 novembre 2010 8 h 09 min

    @Robert Lachance: oups, je suis passé à côté de votre commentaire ! Alors, merci pour les bons mots et vivement le RLQ, Joanne Marcotte et Éric Duhaime ! Tant et aussi longtemps que les militants de la droite s’associeront à ce mouvement et à Jeff Fillion, nous pourrons dormir tranquilles !

    J'aime

  13. Stephane.G permalink
    19 novembre 2010 9 h 26 min

    si après des études en informatique tu te considère une « élite » shit moi qui a étudié en construction je peut tu me considérer une « élite du marteau »?

    J'aime

  14. Olivier Gagnon permalink
    19 novembre 2010 9 h 33 min

    @Darwin: Comme vous le dites, ce sont des caricatures. Ca n’avait pas l’intention de représenter le billet, seulement de montrer que justement, exagérer les positions idéologiques des gens pour ensuite tapper sur la position exagérée c’est une façon assez faible de vouloir prouver un point. Et je trouve que ce billet ce billet penche beaucoup sur cette stratégie.

    Il est vrai que les positions de certains organisateurs sont connues depuis quelques temps mais ils ne sont pas les seuls à avoir des idées. Vouloir les imposer comme positions officielles du mouvement irait totalement à l’encontre de l’objectif de débat. S’ils avaient voulu faire cela, ils n’auraient pas créer quelque chose comme le RLQ. Ils donnent seulement une orientation générale qui va devoir se préciser dans le futur (rapproché j’espère).

    J'aime

  15. Olivier Gagnon permalink
    19 novembre 2010 9 h 38 min

    Elle ne se défini pas comme dans l’élite du tout. Elle dit seulement qu’il existe une certaine élite auto-proclamée.

    J'aime

  16. 19 novembre 2010 14 h 36 min

    @ Luto

    «Je vais le relire de nouveau en prenant des notes ! »

    Le bout que j’aimerais relire (je suis rendu à la moitié) est celui où ils présentent les positions de la droite et de la gauche sur la mondialisation. Les données ont l’air tellement éloquentes dans les deux versions que c’est dur à croire qu’elles ne se contredisent pas. Mais, c’est bien possible !

    J'aime

  17. 19 novembre 2010 22 h 12 min

    @Olivier Gagnon
    « Elle ne se défini pas comme dans l’élite du tout. Elle dit seulement qu’il existe une certaine élite auto-proclamée. »

    = = =

    Elle ne se définit pas comme appartenant à l’élite? Procule, you can do better than that!

    Quant une diplômée en informatique (dont la haute stature intellectuelle demeure à démontrer) prétend co-fonder un think-tank, c’est vraiment parce qu’elle croit appartenir à l’élite intellectuelle. C’est de l’auto-proclamation.

    Si encore elle brassait des idées dans son champ de compétence! Mais ce n’est pas ce qu’elle fait.

    Cette stature intellectuelle qui lui permettrait de prétendre au titre de grand penseur de la ré-ingénierie de l’État, je l’ai cherchée en vain dans les prestations de la madame devant les micros et les caméras. Je l’ai cherchée en vain dans les textes qu’elle publie sur son blogue, où elle ne transcende ni par le style ni par le contenu, ni par sa capacité à synthétiser dans des mots simples des concepts qui le sont moins.

    Cette stature intellectuelle, je l’ai cherchée en vain dans son rôle au sein de la Commission Castonguay, où elle représentait l’ADQ.

    Sans vouloir être (trop) méchant, je résumerai ma pensée en affirmant que Joanne Marcotte évoque en moi une fable de La Fontaine, la grenouille et le boeuf.

    J'aime

  18. 20 novembre 2010 0 h 53 min

    « À force de lire les blogueurs de droite, car c’est bel et bien le seul espace où on peut vraiment apprécier ce qu’ils ont à dire par les temps qui courent (exception faite de leurs interventions régulières sur les ondes des radios-poubelles) »

    Tu oublies le 98,5 FM où Duhaime et Dumont déversent leurs diatribes anti-gauche et anti-syndicale périodiquement (98,5 FM une radio-poubelle? Peut-être!!!)!

    Il n’y a plus de voix de gauche dans les médias. Au mieux, on donne une petite entrevue une fois de temps en temps afin de paraître objectif tout en donnant la diffusion principale à des laïus anti-progressistes primaires qui sonnent comme de la musique aux oreilles des clients publicitaires de ces médias.

    J'aime

  19. 20 novembre 2010 7 h 03 min

    Par vivement Duhaime je sens le besoin de préciser que j’ai hâte de lire votre prochain article sur lui. Je l’apprécie pour l’inquiétude et l’intérêt qu’il manifeste envers notre endettement public croissant alors que nous sommes en situation de perte de force de travail et de sous-natalité depuis 40 ans dans l’est du Québec. Si j’étais de sa génération, je brasserais la cage. Mme Marcotte est une grande soeur pour cette génération, pas une mamie comme Mme Carbonneau.

    Dans Après la démocratie, Emmanuel Todd explique comment Sarkosy a accédé à la présidence de la France en ralliant à lui un fort pourcentage de vote de droite, qui était allé à Le Pen auparavant. Je ne crois pas que Mme Marcotte ou M. Duhaime deviennent chef d’un parti de droite. Ils forceront le centre gauche et droit à préciser leurs préférences économiques.

    Joanne et Éric sont beaucoup moins carriéristes que Pauline Marois ou Jean Charest. Ils répondent à la question si je ne le fais pas, qui va le faire. C’est pourquoi j’écris que Mme Marcotte mérite votre article. Pour l’instant, bref, je dirais la vocation tout autant que l’ambition.

    Je l’apprécie à votre mérite veut dire que je l’apprécie à l’ensemble des qualités intellectuelles et morales que vous dégagez. (J’ai été obligé d’aller au dictionnaire pour me comprendre.)

    J'aime

  20. 20 novembre 2010 7 h 30 min

    @Stéphane G: si vous êtes effectivement une élite du marteau, je vous suggère de joindre l’équipe anti-collusion de la SQ. 🙂

    @Olivier Gagnon: j’ai écouté hier la dernière « performance » de Mme Marcotte sur les ondes de RadioX et j’en déduis que c’est sa stratégie du moment: tenter d’élever le discours afin de donner l’impression qu’elle est une analyste politique sérieuse et qu’elle s’éloigne du discours populiste. Je persiste à croire que l’ambition personnelle est plus forte que les convictions.

    Je n’ai toujours pas reçu de réponse en ce qui concerne le don au Parti Libéral. Le seul commentaire de Mme Marcotte (twitter) suite à la publication de mon billet: « Pas de temps à perdre avec les anonymes… » Je serais donc porté à croire que Mme Marcotte a bel et bien contribué à la caisse du PLQ en 2007.

    @papitibi: … la grenouille et le boeuf… Dans le mille !

    @Jimmy: effectivement, la droite est à la mode par les temps qui courent. Cependant, je trouve que Mario Dumont apparaît comme un social-démocrate de centre-droit comparativement à cette nouvelle vague… À mon avis, le consensus se trouve plutôt dans cette direction: un paysage politique où l’état et le libre-marché peuvent coexister en respect de leurs rôles et responsabilités. Et je crois que les militants de la gauche devront se préoccuper un peu plus de la dette publique et de la bonne gouvernance. Avec des constats et propositions claires.

    @Tous: en voici un autre qui se prend pour un intello et qui semble vivre dans un autre monde:

    « … Les collectivistes, par contraste, déclarent que les individus ne sont pas responsables pour la charité, d’élever leurs enfants, de subvenir aux besoins de leurs parents âgés ou même de subvenir à leurs propres besoins. Ce sont les responsabilités de ls société ou de l’État. Là où l’individualiste s’attend à tout faire par lui-même, le collectiviste s’attend à ce que le gouvernement fasse tout pour lui. Lui fournir de l’emploi, des soins de santé, un salaire minimum, une éducation et un même un toit. Selon les collectivistes, le gouvernement est la solution à tous leurs problèmes. Quand un collectiviste vous parle de solidarité pour s’occuper de nos enfants, de nos vieillards, des démunis, il ne veut pas dire de le faire nous-même, mais que quelqu’un d’autre le fasse pour nous… » Philippe David

    Observation sociologique assez troublante, n’est-ce pas ?

    J'aime

  21. 20 novembre 2010 8 h 17 min

    @Robert Lachance: Mme Marcotte a choisi de quitter la seule formation politique de droite (centre-droit) pour fonder un think tank qui diffusera des idées probablement beaucoup plus radicales. À mon avis, une organisation de ce genre se rapprochera beaucoup plus du monde des affaires et s’éloignera du militantisme citoyen. Cependant, si le RLQ s’apparente au Centre Manning, on peut en déduire qu’ils investiront leurs énergies à former les militants qui adhèreront aux partis politiques existants. Est-ce que ces nouveaux élèves choisiront de militer au sein de l’ADQ ? Lancer une nouvelle formation politique ? Noyauter le Parti Libéral ? Ou plutôt du côté du Parti Conservateur ?

    Et ça va prendre du fric. Ils ont probablement amassé une somme entre cinq et dix mille dollars lors de l’activité qui s’est déroulée à Québec. Un think tank le moindrement sérieux devra se doter d’un budget annuel beaucoup plus important. Et c’est là que les lobbies qui ont tout à gagner dans la diffusion des idées pseudo-libertariennes (firmes offrant des services médicaux, compagnies d’assurances, firmes de courtage, industrie pétrolière, firmes d’impartition, sociétés intéressées par les services publics, etc…) ouvriront leurs bourses et permettront au RLQ de prendre forme.

    Est-ce que j’ai du respect pour leur détermination? Évidemment. Est-ce que ce respect m’empêchera de me battre contre leurs idées ? Certainement pas.

    J'aime

  22. 20 novembre 2010 11 h 23 min

    @ Luto

    «À mon avis, une organisation de ce genre se rapprochera beaucoup plus du monde des affaires et s’éloignera du militantisme citoyen.»

    Je ne sais pas. Pour l’instant, ils ne semblent intéressés qu’à organiser des rencontres-conférences. Je les vois mal présenter des études comme le fait l’IÉDM. Pas sûr que leur discours attire tellement de bailleurs de fond, à moins qu’un mécène ne se pointe. Mais, que pourraient-ils faire de plus ?

    «Selon les collectivistes, le gouvernement est la solution à tous leurs problèmes.»

    J’ai décidé de ne plus perdre mon temps à lire la cassette de PD. Son monde est tellement théorique et manichéen. Par exemple, qui sont les «collectivistes» dont il parle ?

    Il ne faut pas nier que de tels individus existent, mais c’est malhonnête et simpliste de les présenter comme s’ils étaient un exemple du gauchiste moyen.

    Bref, on est encore dans son monde virtuel peuplé de caricatures d’êtres humains…

    J'aime

  23. 20 novembre 2010 13 h 34 min

    @luto

    Philippe David, comme tous ceux qui appartiennent à la même famille idéologique, ne présente qu’une vision aussi utopiste que manichéenne de l’individualiste et de cet immondice social qu’il qualifie de collectiviste:

    « Là où l’individualiste s’attend à tout faire par lui-même, le collectiviste s’attend à ce que le gouvernement fasse tout pour lui. »

    Comme si l’individualisme ne pouvait pas être mauvais, quand il vire à l’abus. Au plus fort la poche? C’est bien ce que se disent les mafieux et autres malfrats. Incendier une pizzeria pour intimider un concurrent ou pour le contraindre à « contribuer » sur une base plus ou moins volontaire, ça aussi, c’est de l’individualisme. Arracher son sac à une p’tite vieille sans défense, ça aussi, ça doit entrer au bilan de l’individualisme.

    Comme si le « collectiviste » était toujours celui qui reçoit. Comme si aucun « collectiviste » n’avait de revenus à partager!

    J’ai reçu de la communauté (mon éducation, c’est l’État qui l’a assumée, pour la plus grande part); il m’a donc semblé tout naturel de redonner à la collectivité, même quand mes revenus ont commencé à dépasser largement la moyenne.

    Je n’irai pas plus loin, sinon pour ajouter que le raisonnement de ce pseudo-intello de Philippe David tient davantage de la démagogie et du simplisme populiste que de la haute voltige intellectuelle.

    J'aime

  24. 20 novembre 2010 13 h 38 min

    Darwin – j’ai tapé mon 13h34 avant d’avoir lu votre 11h23, mais puisque nous avons abordé ses propos sous le même angle et parfois même avec les mêmes mots, faut croire que les grands esprits sont faits pour se rencontrer!

    J'aime

  25. 20 novembre 2010 14 h 29 min

    @ Lutopium

    Il y a un endroit dans ton texte où j’ai accroché. Tu dis :

    «On peut alors ressentir que l’alliance est terminée et qu’elle tourne le dos à son passé adéquiste, qu’elle rejette maintenant les idées de centre-droit et qu’elle adhère à des concepts beaucoup plus drastiques .»

    La radicalisation des idées de droite économique. Il est évident que Marcotte, toute seule, d’un point de vue politique (ce n’est pas une insulte que je lui fais), ça ne vole pas haut. Je peux en dire autant sur les ex-adéquistes vendeurs de chars qui se sont fait lessiver en 2008 ou qui n’ont tout simplement jamais gagné une seule élection. Il reste qu’aujourd’hui, ces gens-là, qui représentent et composent le RLQ, et prétendent représenter tout l’élan de droite perceptible chez plusieurs Québécois, ils ont un discours. Le discours est bien bâti, le discours est attrayant, il est persuasif et bien documenté. La question qu’on doit se poser : d’où vient ce discours ? Les inspirations locales qui ont permis de former ces idées très à droite au niveau économique, qui ont permis la radicalisation de la doctrine économique.. qui sont-elles ? Ces idées et ce message persuasif ne viennent certainement pas de nos vendeurs de chars ou de quelqu’un qui faisait du Microsoft Office toute la journée. Un autre détail : les relquistes se disent socialement libéraux (et non conservateurs), ce qui donne un autre indice sur qui sont leurs influences locales et leurs points d’alimentation politico-économiques quotidiens. Des idées ?

    FT

    J'aime

  26. 20 novembre 2010 14 h 57 min

    @ Papitibi

    «mais puisque nous avons abordé ses propos sous le même angle et parfois même avec les mêmes mots, faut croire que les grands esprits sont faits pour se rencontrer!»

    J’avais moi aussi remarqué les similitudes… Et j’avais conclu de la même façon !

    @ Frankie

    «Le discours est bien bâti, le discours est attrayant, il est persuasif et bien documenté.»

    Que leur discours soit attrayant et persuasif, je peux être d’accord, mais bien bâti et bien documenté, je ne trouve pas. Et cela ne veut pas dire que je les sous-estime. Ce type de démagogie du bon sens fonctionne très bien auprès de leur public qui s’intéresse en général bien peu aux faits, se contentant de ses impressions et de ses préjugés. On n’a qu’à penser à la violence avec laquelle certains participants au colloque du RLQ espéraient voir des fonctionnaires se faire foutre à la porte…

    Comme je l’ai écrit au com 8, «il n’y a toujours pas l’ombre d’un projet concret, autre que de couper, sans dire quoi, baisser les taxes et les impôts, privatiser le plus possible et faire baisser la dette… On accuse souvent la gauche de ne pas savoir compter (parfois avec raison…), mais, là, c’est la quadrature du cercle !»

    «les relquistes se disent socialement libéraux (et non conservateurs), ce qui donne un autre indice sur qui sont leurs influences locales et leurs points d’alimentation politico-économiques quotidiens. Des idées ?»

    C’est pour moi la grande différence entre la société québécoise et celle des États-Unis (et de celle de l’ouest canadien). Ayant en grande partie rompu avec la religion, la société québécoise, même celle de droite, est beaucoup moins axée sur la morale judéo-chrétienne. Ainsi, notre droite est plus souvent limitée aux questions socio-économiques. Elle est toutefois bien semblable dans sa vision du rôle de l’État et sur la question de l’individualisme. Je ne crois pas qu’il y ait de «grands penseurs» derrière eux. D’ailleurs, je n’y trouve pas de «grande pensée» !

    J'aime

  27. 20 novembre 2010 16 h 59 min

    @ Darwin

    «Que leur discours soit attrayant et persuasif, je peux être d’accord, mais bien bâti et bien documenté, je ne trouve pas.»

    Attention ici. Ce que les représentants relquistes (tout comme Max Bernier) vont nous sortir comme directions à suivre, que ce soit à la télé, radio ou sur leurs blogues respectifs, n’est que la quintessence de leur idéologie commune. Leur doctrine économique complète prend racine dans les fondements même de l’école autrichienne (Menger, Mises, Hayek). D’ailleurs, cette réponse est en lien direct avec mon commentaire précédent (#25) : qui sont les entités locales, qui arrivent à bien décoder (pour une meilleure facilité de compréhension pour les gens intéressés) la philosophie de Mises et Hayek pour la diffuser, sur une base quotidienne, à des citoyens individuels et des groupes comme le RLQ, pour que ces derniers s’en nourrissent et en fassent eux aussi la promotion ? Personnellement, je n’y vois que deux groupes organisés, des groupes qui roulent leurs bosses depuis déjà un bon bout de temps.

    «il n’y a toujours pas l’ombre d’un projet concret, autre que de couper, sans dire quoi, baisser les taxes et les impôts, privatiser le plus possible et faire baisser la dette…»

    Là toute l’importance de bien saisir l’idée principale de l’école autrichienne. Avec la radicalisation de la droite économique de chez-nous (Lutopium l’a bien vu), les propositions des candidats marchant dans la même lignée, ne seront pas des «projets», mais plutôt des opérations de démontage. Cette radicalisation leur fait et fera dire, pour les impôts, que l’objectif est un taux d’imposition de 0% (pcq c’est du vol pour eux). Même chose avec les taxes de ventes. La dette publique : on la paie en vendant nos sociétés d’état au privé. Tous les services d’état deviendraient des services privés gérés par des agences. Alors, ne demandez pas à ces gens «quels sont vos projets ?», mais soyez conscients que leur objectif est de démonter l’État pièce par pièce… comme Menger le voulait. On est loin de Mario Dumont …

    À une époque, le Québec a connu ses Grands Bâtisseurs (je n’inclus pas Charest là-dans..). Maintenant, le Québec est l’aube de connaître ses Grands Démonteurs.

    FT

    J'aime

  28. 20 novembre 2010 18 h 57 min

    @ Frankie

    «Leur doctrine économique complète prend racine dans les fondements même de l’école autrichienne (Menger, Mises, Hayek).»

    Rien de neuf. Au comm 5, j’ai écrit «Toutes les réponses sont sont dans «La Route de la servitude» de Friedrich Hayek, voyons ! Une fois que tu as lu cela, tu n’as plus besoin de lire d’études ou de te référer à la réalité !»

    Avez-vous lu les commentaires précédents ? 😉

    «Alors, ne demandez pas à ces gens «quels sont vos projets ?», mais soyez conscients que leur objectif est de démonter l’État pièce par pièce… »

    Je sais. Mais, je maintiens qu’ils ne présentent rien de structuré. Ils dénigrent, point.

    «Maintenant, le Québec est l’aube de connaître ses Grands Démonteurs. »

    Si on peut et doit s’inquiéter, il ne faut pas accorder à ces hurluberlus plus d’importance qu’ils n’en n’ont. La blogospère est un miroir déformant qui amplifie les thèses extrêmes.

    Je me demande parfois si l’effet final n’est pas de rendre le centre-droit plus attrayant, moins nocif, en montrant quelque chose de bien plus extrême. Je ne pense même pas que ce soit un objectif, ces gens croyant à leur message, mais un effet possible. Et cela, c’est vraiment populaire et cela m’inquiète bien davantage que les thèses libertariennes…0

    J'aime

  29. 20 novembre 2010 23 h 40 min

    Je les ai tous lu. Le message se voulait un constat clair de la situation actuelle, et le message s’adressait à quiconque voulant bien le lire et qui recherche la vérité sur la montée de cette droite économique.

    FT

    J'aime

  30. 21 novembre 2010 1 h 13 min

    @ Frankie

    «le message s’adressait à quiconque voulant bien le lire et qui recherche la vérité sur la montée de cette droite économique.»

    La vérité ? Désolé, je ne sais pas ce que c’est… mais eux le savent ! 😉

    J'aime

  31. 21 novembre 2010 2 h 08 min

    Ça se lit agréablement.

    J'aime

  32. 21 novembre 2010 13 h 07 min

    @Luto / Darwin

    Darwin n’a pas trouvé sur le web l’entrevue de Jean-René Dufort avec Françoise David, en réaction aux délires diffusés apparemment sur Radio-X par Éric D. Hummm, je ne l’ai pas sur le web mais j’ai enregistré la reprise d’Infoman et commencé à retranscrire les propos de Duhaime. Voir commentaire #11

    J’avais déjà entrepris il y a un mois la rédaction d’un billet sur Duhaime, axé sur son délire parano. Je vais le publier sous peu, agrémenté de la transcription des commentaires du jeune homme tels qu’entendus à Infoman.

    Mon article ne comportera pas d’analyse en profondeur de ses propos; je me contenterai de le citer et de commenter brièvement. Puisque Luto veut publier un article sur Duhaime dont je présume qu’il reprendra le pattern de celui-ci, je ne crois pas que ça puisse faire double-emploi ou court-circuiter; au contraire, ça fera un one-two punch…

    J'aime

  33. 21 novembre 2010 13 h 19 min

    @ Papitibi

    «agrémenté de la transcription des commentaires du jeune homme tels qu’entendus à Infoman.»

    Si vous voulez entendre et rapporter les propos complets de Éric Duhaime sur Amir Khadir, l’émission est au :

    http://www.radioego.com/ego/listen/4375

    J'aime

  34. 21 novembre 2010 17 h 16 min

    @ Darwin

    Merci. J’avais déjà identifié cet hyperlien parmi les extraits de Radio ÉGOïsme que je me proposais d’écouter stylo à la main. Quel nom évocateur, pour une radio d,extrême-droite, par ailleurs!

    J’avais déjà écouté et annoté celui-ci: http://www.radioego.com/ego/listen/5363

    Un autre analphabète instruit. Instruit, mais néanmoins incapable de décoder l’information.

    Pô ti-pitbull enragé.

    J'aime

  35. 21 novembre 2010 19 h 06 min

    En réponse à Papi Tibi

    Radio Égo a de l’extrême-droite, d’accord.

    En horlogerie, quand le balancier s’en retourne, pour un observateur perpendiculairement en face, une partie significative de ce qui était à droite passe à gauche et une partie égale de ce qui était à gauche passe à droite, ou l’inverse. C’est latéral et répétitif.

    Ainsi, pour cet observateur, est de gauche ce qui est à gauche quand le balancier est absolument vertical et est de droite ce qui est à droite quand, de retour d’un mouvement, le balancier revient absolument vertical.

    Avez-vous déjà remarqué comment vous avancez ? D’un état d’équilibre plus ou moins stable sur le pied droit ou le pied gauche, vous déplacez votre poids vers le pied gauche ou le droit et vous avancez le pied qu’il faut pour recevoir le déplacement de poids. Et ainsi de suite. C’est longitudinal genre et répétitif.

    Dormez-vous ? Je suppose que non et je continue.

    C’est pareil en politique. Il y a quelques différences notables selon que l’alternance se passe à l’intérieur d’une seule organisation ou de deux ou plus.

    Radio Égo est une radio de préférences, de camaraderie compétitive ou amicale. Des concurrents à pensée unique peuvent ne pas apprécier à sa juste valeur et parler de radio poubelle. Sans s’enfoncer dans le scatologique, en l’homme, ça prend un orifice évacuateur, sans quoi, cet être homme ou femme serait un plein de quoi ?

    Radio Égo est aussi une radio générationnelle, éventuellement régénérationnelle, pour beaucoup moins cher que Radio-Can, la seule station que ma radio d’auto et celle de cuisine accepte d’écouter, la pauvre. Noblesse oblige mais borne.

    J'aime

  36. koval permalink*
    21 novembre 2010 19 h 19 min

    Robert…relativisons encore, de mon point de vue, la pensée unique réside chez radio Égo….

    Une radio rengénérationnelle….ayoye! Mon utérus veut encore ménopauser….!

    J'aime

  37. jack permalink
    21 novembre 2010 20 h 21 min

    Hélas…

    Profiter de sa notoriété pour intervenir dans un champ autre que son champ de compétence est assez fréquent. Et l’écologie et la gauche n’échappe pas à cette tare:

    Steven Guilbeault en écologie: il a étudié en théologie et en sciences politiques. Je crois qu’il n’a aucun diplôme.

    Hubert Reeves en écologie: c’est un astrophysicien.

    Léo-Paul Lauzon en économie: c’est un comptable. Bon, ce n’est pas très éloigné. Un peu comme un chauffeur de taxi et un garagiste; les deux gagnent leur vie avec les chars.

    François Saillant en économie sociale: diplômé en journalisme.

    J’accorde quand même un certain crédit à ces gens en dépit de leur manque de formation dans un domaine spécifique.

    J'aime

  38. jack permalink
    21 novembre 2010 20 h 23 min

    Exact.

    Pourquoi?

    La gauche est-elle exclue par les autres ou s’exclut-elle elle-même?

    J'aime

  39. jack permalink
    21 novembre 2010 20 h 27 min

    « Quand un collectiviste vous parle de solidarité pour s’occuper de nos enfants, de nos vieillards, des démunis, il ne veut pas dire de le faire nous-même, mais que quelqu’un d’autre le fasse pour nous »

    C’est une caricature ridicule, bien sûr. Mais peut-on dire que le pourcentage de vérité est 0%?

    J'aime

  40. jack permalink
    21 novembre 2010 20 h 45 min

    « La blogospère est un miroir déformant qui amplifie les thèses extrêmes. »

    C,est le moins qu’on puisse dire!

    « Et cela, c’est vraiment populaire et cela m’inquiète bien davantage que les thèses libertariennes. »

    Parfaitement d’accord.

    J'aime

  41. 21 novembre 2010 20 h 59 min

    «François Saillant en économie sociale»

    35 ans d’expérience… ça doit quand même compter davantage que trois ans théoriques dans une bulle séparée de la réalité… Et des bacc en économie sociale, quelle université donne ça ?

    J'aime

  42. 21 novembre 2010 21 h 01 min

    Je connais un gars de gauche qui s’est fait interviewé là. Il s’est très bien débrouillé. Mais, dès que le téléphone a été fermé, ils se sont mis à le blaster…

    J'aime

  43. 21 novembre 2010 22 h 40 min

    Ouis, je l’avais déjà entendu, celui-là aussi…

    J'aime

  44. 22 novembre 2010 2 h 28 min

    @Ro Bert La chance

    Pourquoi avoir scindé mon pseudo? Dans Papitibi, il y a Papy et il y a Abitibi. Mais pas de Tibi…

    Ça renseigne sur mon état de grand-père abitibien, tout en passant sous silence qu’avant même d’être père j’étais un habitant de la République du Plateau… qui élisait alors un méchant gauchiste du nom de Robert Bourassa.

    D’accord avec Koval (#43); j’ajouterai que le manichéisme n’est pas une valeur commune de la gauche, mais appartient davantage à la droite. Par exemple, sur la question israélo-palestinienne et moyen-orientale, je connais bien peu de droitistes capables d’admettre qu’on peut être à la fois contre les politiques d’Israël et prôner la chute de Netanyahou, d’une part, et d’autre part vomir sur Ben Laden, désapprouver Al Quaeda, réprouver le terrorisme, s’opposer au Hezbollah et au Hamas.

    Je constate, avec autant d’objectivité que peut en être capable le juriste retraité que je suis, que les commentateurs de droite sont – en général – moins capables de nuances. C’est le cas des zoizos dont radio-Égoïsme diffuse les propos.

    Le phénomène des médias (ce qui inclut la radio) m’est plutôt familier; j’ai rédigé, il y a quelques décennies, un mémoire de maîtrise portant sur la responsabilité civile des médias dans le traitement de l’information.

    Est-ce que Radio-Égoïsme informe, ou s’agit-il plutôt là d’un ramassis abject d’opinions fondées sur une évaluation incomplète, sinon carrément inadéquate, de la réalité factuelle?

    La différence fondamentale entre Fox News et les autres réseaux, aux USA, c’est le caractère « unfair and unbalanced » du réseau qui se dit « fair and balanced ». C’est aussi la partie éditoriale, qui, d’un point de vue strictement éthique, n’est pas suffisamment détachée de la partie « information », au point où les auditeurs et téléspectateurs peuvent les confondre.

    Bref, on y fait passer le commentaire politique pour de l’information politique.

    Le lien avec Radio-Ego? Radio-Égo n’informe pas. Radio-Ego déforme la réalité factuelle. Les agendas islamiste et communiste d’Amir Khadir dont Éric Duhaime se fait le dénonciateur sur toutes les tribunes, incluant Radio-Égo, c’est de la bullshit.

    Un cousin paternel était ministre dans un cabinet libéral; cela fait-il de moi un adorateur de Jean Charest? Une tante maternelle était une intime d’Adrien Arcand. Cela fait-il de moi un fasciste ou un nazi? Ma femme était juive… et profondément sioniste. Cela fait-il de ses enfants des sionistes? Pas vraiment… sa fille a des amis juifs mais c’est avec un musulman qu’elle fait coui-coui…

    À 20 ans, j’avais des tendances libertaires (et non pas libertariennes); ça ne m’a pas empêché, à 30 ans, d’être membre du Parti Progressiste-Conservateur. Ni empêché de devenir un corporate defense lawyer, avec pour mandat la défense des intérêts de multinationales. Ni empêché, plus tard, d’être nommé à un Tribunal administratif…

    À 20 ans je prônais la disparition de l’État, dont je suis plus tard devenu un rouage. À 30 ans, je militais en faveur du parti le plus à droite; est-ce que ça m’empêche aujourd’hui d’être plus près des Verts, du NPD, du Bloc ou de québec Solidaire que des partis de Stephen Harper et de Jean Charest?

    Alors pourquoi Amir Khadir devrait-il porter le stigmate d’être Iranien, musulman et POSSIBLEMENT fils d’un militant communiste?

    De nos jours, il suffit de condamner Israël pour être catalogué antisémite, islamiste, pro-terroriste, anti-américain, communiste et tutti quanti. Fémi-fasciste maoïste lesbienne génocidaire, tiens, pour les femmes qui refusent d’appuyer la destruction de l’Iran et des pays musulmans qui bafouent le droit des femmes.

    On peux-tu jusse être nuancés, bordel?

    Ici, oui. Sur mon blogue à moi, oui. Mais pas sur Radio-Égo.

    J'aime

  45. 22 novembre 2010 20 h 15 min

    Très majoritairement unique, oui, mais l’exception n’est pas interdite, tenez, par exemple: Audio Aperçu de Walden two.

    Si je ne me modérais pas, je mettrais un autre lien au texte.

    Je comprends que nous n’avons pas les mêmes préoccupations ni les mêmes intérêts. Nous sommes faits pour ne pas nous entendre. Éventuellement intéressant pour un tenancier de blogue et ses lecteurs.

    D’accord, notre régénération, c’est un pensez-y bien !

    J'aime

  46. 22 novembre 2010 21 h 09 min

    Vous me confirmez votre état de grand-père abitibien. je me demandais, étant papiitou.

    D’accord avec koval à propos de la pensée unique à Radio Égo ou pour que son utérus veuille encore se ménauposer ?

    Est-ce que Radio-Égoïsme informe, ou s’agit-il plutôt là d’un ramassis abject d’opinions fondées sur une évaluation incomplète, sinon carrément inadéquate, de la réalité factuelle? Papitibi

    Vous marquez, c’est un ramassis … . Mais il faut que jeunesse, concurrence et développement technologique en communication se passent et du coup que mon’oncle se tasse pour que génération dominée en nombre prenne place et que régénération se fasse face-à-face.

    Personnellement, je m’intéresse plus à notre rajeunissement. De là mon intérêt pour les us et utérus.

    Vous êtes nuancé à merveille. Vous lire est un plaisir dur dur qui dure.

    J'aime

  47. 23 novembre 2010 0 h 36 min

    @ Luto

    Je viens de terminer «La Gauche et la Droite. Un débat sans frontières» de Alain Noël et Jean-Philippe Thérien. C’est vraiment un livre à lire et pas seulement parce qu’il va dans le sena de ce que je pense. C’est nuancé, complet. À conseiller à Martin et à Déréglé (et à Hérétik, pourquoi pas !).

    Mais, je ne crois pas que je vais le relire, je dois le rapporter à la bibli !

    J'aime

  48. 23 novembre 2010 0 h 40 min

    Autre chose à lire… Une série de textes basés sur un sondage qui est très encourageant pour la gauche :

    LE QUÉBEC PORTE À GAUCHE…
    Peu d’espoir pour la droite

    http://lejournaldequebec.canoe.ca/journaldequebec/actualites/national/archives/2010/11/20101122-191604.html

    Ne pas manquer les autres textes dont les liens sont dans la partie gauche (!) de la page…

    J'aime

  49. 23 novembre 2010 4 h 56 min

    Je viens de lire dans Passeport – Québec du Parti indépendantiste (P.I., se prononce pays) « Réduction de l’immigration au niveau de notre capacité d’accueil et d’intégration (maximum: 20 000 par an)

    Après avoir lu Noël et Therrien, diriez-vous Darwin que le P.I. est un parti de droite parce qu’il inscrit ce point à ses priorités ?

    J'aime

  50. 23 novembre 2010 6 h 38 min

    @ Robert Lachance

    «Après avoir lu Noël et Therrien, diriez-vous Darwin que le P.I. est un parti de droite parce qu’il inscrit ce point à ses priorités ?»

    Ils sont plus nuancés que ça.

    Cela dit, il faudrait que j’en sache plus. Le fait de vouloir limiter l’immigration à la capacité d’accueil est assez neutre, selon moi. Si cet argument n’est utilisé que pour atteindre un objectif de diminution de l’immigration, là ce serait de fait une mesure de droite, quoique, certains droitistes veulent même l’abolir ! Un gauchiste comme moi, considère que le gouvernement devrait améliorer ses services pour qu’on puisse mieux intégrer les 50 000 qui nous arrive cette année ! Mais, je connais des gens de gauche qui pensent autrement.

    Noël et Therrien sont encore plus nuancés sur la question du nationalisme que sur le reste, et je suis d’accord avec cela. Ils donnent des exemples d’utilisation du nationalisme autant par la gauche que par la droite.

    J'aime

  51. 23 novembre 2010 10 h 05 min

    @robert Lachance #46

    Merci.

    « D’accord avec koval à propos de la pensée unique à Radio Égo ou pour que son utérus veuille encore se ménauposer ? »

    Heu… j’espère bien que Koval pourra ménopauser son utérus sans qu’il n’explose!

    = = =

    « Vous êtes nuancé à merveille. »

    Vous êtes spychologue (!); De mon côté, dans un jadis pas si lointain, je portais la toge du plaideur.

    Un plaideur efficace, c’est un plaideur capable de plaider le même jour, devant le même jour, une chose et quelques heures plus tard, ce qui sembler être son contraire…

    « N’avez-vous pas plaidé ce matin, dans l’autre cause, exactement le contraire de cet argument que vous soulevez devant moi dans la présente cause? ». Heu…

    La veille, mon boss m’avait mis au défi de gagner les deux causes. Pari tenu. Et ça lui a coûté cher! C’est avec des défis comme celui là que j’ai appris à maîtriser l’art de la nuance extrême! Non, monsieur le juge, dans le dossier de ce matin, il y avait ce facteur important que nous ne retrouvons pas dans celui-ci… bla bla bla. Et ceci. Et cela. Bref, les faits sont fort différents… bla bla bla.

    J'aime

  52. 24 novembre 2010 8 h 10 min

    Désolé de ne pas avoir réagi plus tôt, manque de temps… Quelques commentaires avant que l’enfilade rende l’âme :

    @Darwin – 20 novembre 11h23: « Pour l’instant, ils ne semblent intéressés qu’à organiser des rencontres-conférences. Je les vois mal présenter des études comme le fait l’IÉDM. Pas sûr que leur discours attire tellement de bailleurs de fond, à moins qu’un mécène ne se pointe. Mais, que pourraient-ils faire de plus ? »

    Selon mes observations, ils semblent plus occupés à tisser des liens avec les médias d’information et avec certains intervenants du monde économique que d’entretenir le dialogue sur les blogues. De ce côté là, la cadence a fortement dimiué ce qui pourrait avoir un effet néfaste sur leur liens avec les sympathisants. Ils doivent annoncer quelque chose prochainement et sont toujours à la recherche de financement. Je persiste à croire que l’aventure sera éphémère. Certes, Duhaime et Marcotte auront ouvert quelques portes du côté de certains médias mais je ne crois pas que leur idée de Centre Manning québécois verra le jour.

    « J’ai décidé de ne plus perdre mon temps à lire la cassette de PD » Même chose ici. J’ai quand même jeté un coup d’oeil à son « essai de philosophie politique »… Il a travaillé fort mais, à mon avis, rate complètement la cible. Tout comme Mme Marcotte d’ailleurs.

    20 novembre 18h57: « Je me demande parfois si l’effet final n’est pas de rendre le centre-droit plus attrayant, moins nocif, en montrant quelque chose de bien plus extrême. Je ne pense même pas que ce soit un objectif, ces gens croyant à leur message, mais un effet possible. Et cela, c’est vraiment populaire et cela m’inquiète bien davantage que les thèses libertariennes… »

    Effectivement, Mario Dumont apparaît maintenant comme un social-démocrate ! Et c’est probablement dans cet espace que le débat est le plus intéressant: comment l’état peut-il être plus efficace tout en préservant le caractère essentiellement public des services de santé et d’éducation ?

    23 novembre 00h36: « Je viens de terminer «La Gauche et la Droite. Un débat sans frontières» de Alain Noël et Jean-Philippe Thérien. C’est vraiment un livre à lire et pas seulement parce qu’il va dans le sena de ce que je pense. C’est nuancé, complet. À conseiller à Martin et à Déréglé (et à Hérétik, pourquoi pas !). »

    Je suis en train de le relire afin de prendre des notes qui me seront fort utiles lors de la rédaction de billets ou le travail de terrain. Si j’en avais les moyens, j’en enverrais une copie à Mme Marcotte, elle qui cherche à renouveler la définition de l’axe gauche-droite !

    @papitibi – 20 novembre 13h34: « « Là où l’individualiste s’attend à tout faire par lui-même, le collectiviste s’attend à ce que le gouvernement fasse tout pour lui. »

    Étant moi-même associé à l’aproche collectiviste, je ne me reconnais pas du tout dans les propos de cet hurluberlu. Comme je le mentionnais sur votre blogue ce matin, peut-être que PD n’a pas encore eu l’opportunité de fonder sa propre famille et de réaliser l’importance de la solidarité d’un groupe.

    21 novembre 13h07: « Puisque Luto veut publier un article sur Duhaime dont je présume qu’il reprendra le pattern de celui-ci, je ne crois pas que ça puisse faire double-emploi ou court-circuiter; au contraire, ça fera un one-two punch… »

    Vous frappez dans le mille cher papitibi ! J’ai lu votre billet avec grand intérêt et vous avez raison: mon approche sera différente et l’information sera complémentaire. On pourra suggérer quelques extrait à la page de Duhaime sur wikipédia !

    22 novembre 00h28: « Les agendas islamiste et communiste d’Amir Khadir dont Éric Duhaime se fait le dénonciateur sur toutes les tribunes, incluant Radio-Égo, c’est de la bullshit.  »

    Une approche digne d’un journal à sensation qui plaira aux ignorants. Même s’il éprouve une grande sympathie pour les citoyens de son pays d’origine, Amir Khadir a toujours milité contre « l’islamisation » de l’Iran. C’est un homme modéré même si on revient continuellement avec l’image du lancer du soulier. C’est un agnostique qui parle rarement de religion, en respect de la séparation de l’Église et de l’État. C’est un grand humaniste, un homme modeste. J’ai eu le privilège de travailler avec lui sur le terrain, si tous les politiciens étaient comme lui, nous aurions moins de problèmes aujourd’hui. J’en suis convaincu.

    @Frankie 20 novembre 14h29: « Il reste qu’aujourd’hui, ces gens-là, qui représentent et composent le RLQ, et prétendent représenter tout l’élan de droite perceptible chez plusieurs Québécois, ils ont un discours.  »

    Leur discours est essentiellement un constat. Comme le mentionne Darwin, les propositions concrètes sont rares, voire inexistantes. On propose plus de libertés individuelles mais on ne dit jamais comment cela se concrétise dans le réel… On devine qu’ils aimeraient avoir accès à des hôpitaux privés mais on n’explique pas comment la transition s’effecturait, quels seraient ces nouveaux acteurs. On devine qu’ils préfèreraient se procuer des assurances privées au lieu de payer des impôts. Mais quel seraient les impatcs d’une telle approche sur les gens qui n’en ont pas les moyens ? On devine qu’ils veulent abolir la Régie des Rentes et qu’ils sont plus confortables à l’idée de cotiser à un REER. Encore une fois, ils n’expliquent pas l’impact d’une telle décision sur l’ensemble des citoyens.

    Ils ne pensent qu’à leurs poches. Ce sont des individualistes qui tentent de se présenter comme des individus concernés par l’équité inter-générationnelle…

    @Robert Lachance 21 novembre 19h06: « Radio Égo a de l’extrême-droite, d’accord. »

    Radio Ego n’est qu’un site web où les gens puevent archiver certaines émissions. Pour ce qui est des radios-poubelles de Québec, leur raison d’être, d’abord et avant tout, c’est de faire du fric. Ça fait des années que ça dure et les petits garçons de Québec en raffolent, tout comme les calendriers soft-porn, les gros camions et les skidoos. Dommage que cette approche commerciale fasse des victimes. Et Mme Marcotte prouve qu’elle n’a aucun principe lorsqu’elle profite de cette tribune pour nous donner l’impression qu’elle est une intellectuelle. Comment peut-on rire avec un animateur qui traite les infirmiers (hommes) de tapettes ?

    J'aime

  53. 15 décembre 2010 2 h 15 min

    «Par ailleurs, as-tu vu hier soir l’entrevue d’Infoman avec Françoise David ? ils ridiculisent les affirmations d’Éric Duhaime sur le supposé «agenda islamiste» d’Amir Khadir… Malheureusement, je ne trouve pas cet extrait sur le Web. Cela aurait été amusant pour agrémenter ton futur billet sur Duhaime…»

    Le voilà !

    J'aime

  54. 15 décembre 2010 13 h 31 min

    J’étais assez occupé ailleurs, j’ai manqué manquer votre commentaire à mon adresse.

    C’est vrai pour Radio Ego. C’est un service privé public. Sauf risques inacceptées par le modérateur, c’est l’usager qui est responsable de ses paroles.

    Qualifier de poubelles les radios que l’on n’apprécie pas ne me semble pas plus poli, voire respectueux sans aller jusqu’à éthique, que de traiter les infirmiers de tapettes. Ça devient une guéguerre de deux clans uniques pour ne pas dire de pause-café ou de Cage aux sports.

    La radio de conversation était plus populaire il y a une dizaine d’années que maintenant. Aux BBB, Le Soleil rapporte le 3 décembre que cet automne, CKOI a explosé, dans la boite de vitesse de Radio X à moins de 10 000 auditeurs en rayonnement total. Sous toute réserve, je dirais qu’on y copie la musique de CFOM en 10 ans plus jeune CFOM qui domine à 255 300 auditeurs.

    Bouchard en parle a chuté de la deuxième à la sixième position comme émission les plus écoutées, Dupont le midi est en 7e, le Show du matin avec Denis Gravel en 8e, le retour de Gilles est en 13e. la population prend de la maturité en appréciation de conversation. Radio-Canada avec Bernatchez en Première heure est en 3e. C’est Le Soleil qui l’écrit, faut le dire.

    Vous êtes un peu condescendant ou revanchard en parlant de « petits garçons de Québec ». Tout comme vous, je n’aime pas particulièrement les gros camions et les skidoos mais j’apprécie sans trop de gêne les plaisirs de la nature en toute sécurité.

    Mme Marcotte se donne un sens de la réalité et de la responsabilité que j’apprécie à sa rareté chez d’autres et je ne pense pas forcément beaucoup à Jean Charest et Pauline Marois.

    J'aime

  55. 17 décembre 2010 10 h 54 min

    J’aurais manqué, merci.

    Je n’ai pas retrouvé l’original des propos de Duhaime sur Radio Ego. Je n’ai pas fouillé bien profondement, j’avoue.

    J’imagine que ce genre de production humouristique d’une qualité comparable à celle que fournissaient sporadiquement les Cyniques jadis à l’endroit de Réal Caouette ou Gilberte Côté Mercier est du ressort de Radio-Canada.

    J’essaie de voir Infoman aussi génial en inversant les protagonistes.

    J'aime

  56. 17 décembre 2010 17 h 46 min

    «Je n’ai pas retrouvé l’original des propos de Duhaime sur Radio Ego.»

    http://www.radioego.com/ego/listen/4375

    J'aime

  57. 18 décembre 2010 9 h 32 min

    Ça me rassure de voir Éric Duhaime et des membres de sa génération se soucier de notre peuplement. Il est plus que temps qu’on y voit avec sagesse.

    C’est dans cette perspective que je situe son intervention et accueille la gêne et la peur de cet ex-conseiller de l’ADQ vis-à-vis une immigration massive que les indigènes n’ont pas le réflexe et la force d’intégrer. Il a droit à ses préférences et de les exprimer.

    C’est dans nos moeurs de se diaboliser les un les autres entre politiciens, sans vouloir angéliser M. Duhaime. Ce n’est pas ma préférence de diaboliser l’adversaire politique pour s’en prendre à son programme mais je m’en accommode. M. Duhaime fait un paranoïaque de lui.

    J'aime

Trackbacks

  1. Take Five « Mon Jazz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :