Skip to content

L’échiquier de la politique québécoise

12 février 2011
by

Par Koval – Il est rarement possible de s’entendre dans les discussions faisant intervenir des gens de plus d’un horizon politique, et ce, autant sur les blogues que dans la réalité. Les partis ou mouvements au Québec ont leurs idéaux bien définis et les petites tranches de terrains communs se chevauchant, sont souvent très étroites. Oui, il y a beaucoup de division entre les citoyens parce qu’il y a beaucoup d’idées qui sont représentées dans le paysage, et ça, c’est nouveau et c’est un bienfait quant à moi.

Cette division fait dire à certains de nos concitoyens, appelons-les les gentils poussinots,

« Moi je suis tanné du débat droite/gauche, il faut s’unir et arrêter ces débats futiles afin de sortir de notre paralysie ».

« Droite ou gauche, ils sont tous des voleurs de toute façon, la distinction n’est pas importante ».

« La séparation du Québec, c’est un truc de ringards, moi je suis tanné d’en entendre parler, il faudrait passer à autre chose à un moment donné! ».

Ces gentils poussinots de la politique veulent qu’on parle de quoi alors?

Faute de ne jamais pouvoir s’entendre entre modérés et de littéralement vouloir s’entre tuer entre radicaux, voyons au moins s’il est possible d’avoir  une vision commune sur l’échiquier politique québécois.  Ma représentation est plutôt simple et comporte les trois dimensions les plus importantes, selon ma vision, du discours politique du Québec.

Voilà cette représentation.

Graphique 1 (Cliquez sur le graphique pour mieux le visualiser.)

 

Au sujet du choix des axes.

Personne ne viendra remettre en question le choix de l’axe souverainisme/fédéralisme. Une bataille qui ne mourra jamais et qui sera toujours pertinente. Elle est représentée sur le graphique par les symboles « fleur de lys » et « feuille d’érable »,  la dimension des symboles faisant foi de l’ampleur ou la force des convictions. Cet axe est un peu particulier par rapport aux autres dans le sens qu’il est un peu plus « dichotomique ». On ne peut être au plein centre par rapport à cette question;  aussi, tout nouveau mouvement politique québécois sera pressé de définir assez rapidement ses idéaux nationalistes. Les deux autres axes font référence aux changements et à l’économie.

Par « échelle du changement »  j’entends l’ opposition conservatisme/progressisme, donc l’ouverture/fermeture face à des questions liées à la place que doit occuper la religion dans nos vies, à l’avortement, à la peine de mort, aux peines d’emprisonnement, à l’immigration, au féminisme, aux droits des gais et lesbiennes, etc.

Le dernier axe concerne l’économie et fait référence, dans notre contexte québécois, à l’éventail des  programmes sociaux, aux questions de syndicalisation, à l’idée du bien commun, aux questions de privatisation, etc.

Ordre selon les axes.

Donc, sur mon graphique, j’ai ordonné les partis (mouvements) dans l’ordre suivant :

Axe « nationalisme », du plus fédéraliste au plus souverainiste :

  • RLQ, PLQ, ADQ, QS et PQ.

Axe « économie », du plus libertarien au plus socialiste :

  • RLQ, ADQ, PQ=PLQ, QS

Axe « changement » du plus conservateur  au plus progressiste :

  • ADQ=RLQ,  PQ, PLQ, QS

Alors voilà, c’est ma vision de la « chose ». Je crois que l’axe le plus discutable est celui du changement; c’est peut-être là que je devrai le plus argumenter dans les commentaires.  😉  M’enfin, c’est ma prédiction.

Pour en revenir à nos « poussinots » de tout à l’heure qui sont fatigués de parler de souveraineté et du débat gauche-droite, je les soupçonne vouloir concentrer le débat sur l’échelle du changement, donc les débats au niveau des valeurs. Peut-être que ce n’est qu’une impression de ma part, mais il me semble que, présentement, ce genre de débat nous envahit. La présence des conservateurs d’Harper n’est pas étrangère à ça. Les questions concernant les armes, les peines d’emprisonnement, l’avortement occupent beaucoup l’espace politique ces temps-ci.

Bon, alors pour s’amuser un peu, je vous demande si vous êtes d’accord surtout au sujet de l’ordre que j’ai établi sur  les axes choisis. Je sais que l’échelle, enfin le plan cartésien que j’utilise, possède des échelles numériques arbitraires. Ce sont les distances entre les partis qui m’intéressent le plus.

Je suis consciente, par exemple, qu’une personne de droite puisse avoir la vision illustrée par le graphique 2. Eh oui, certains voient l’ADQ comme un parti de centre droit et le PQ comme un parti de gauche.  La  représentation du deuxième graphique, malgré tout, préserve les mêmes distances entre les partis que le graphique précédent et je répète, c’est sur les distances, ou plus concrètement sur l’ordre selon les axes, que j’aimerais qu’on discute.

Graphique 2

Graphique 3 (Modifications issues des discussions)



Publicités
106 commentaires leave one →
  1. 12 février 2011 11 h 07 min

    J’aime beaucoup cette représentation en deux dimensions, auxquelles tu en as ajouté une troisième liée au nationalisme. C’est très pertinent.

    L’aspect le plus litigieux de cette représentation est de considérer le PLQ comme plus progressiste que le PQ et de le situer, même dans le premier graphique, comme plus progressiste que conservateur. Je sais bien que tu en es consciente. Tu voudrais nous lire là-dessus. Mais, moi, c’est l’auteure du billet que je voudrais lire en premier sur cette question !

    Ah oui, j’oubliais. Ça me fait drôle de voir la gauche à droite et la droite à gauche. Visuellement, ça va, mais quand on veut décrire les positions des partis sur le graphique, c’est un peu embêtant… On doit par exemple dire que QS est situé le plus à droite sur le graphique !

    J'aime

  2. koval permalink*
    12 février 2011 11 h 39 min

    « L’aspect le plus litigieux de cette représentation est de considérer le PLQ comme plus progressiste que le PQ »

    La différence que je perçois est causée par l’idée récente des péquistes d’enfoncer le clou de la protection de notre identité ce qui a le vilain défaut rendre certains de nos amis péquistes un peu trop nostalgiques du passé faisant naitre quelques traditionalistes. Cela rejoint définitivement, par exemple, quelques groupes de réacs qui sont prêts à combattre et opposer aux religions des étrangers, notre propre religion.

    Cela m’ennuie….mais je crois que c’est une réalité dont je ne peux cependant pas mesurer l’ampleur.

    PS: Ouf!, Y’avait des coquilles dans mon texte, je l’ai revu….

    J'aime

  3. koval permalink*
    12 février 2011 11 h 43 min

    Ah! C’est drôle, moi quand je pense à l’axe droite/gauche, je pense plus en premier à l’axe économique…..

    J'aime

  4. 12 février 2011 12 h 06 min

    «moi quand je pense à l’axe droite/gauche, je pense plus en premier à l’axe économique…»

    J’ai connu ce type de représentation en deux dimensions sur le site du political compass, comme on peut le voir ici:

    http://www.politicalcompass.org/canada2008

    L’axe que tu appelles conservateur/progressiste y est nommé gauche/droite, avec la gauche… à gauche !

    L’axe que tu appelles libertarien/socialiste y est plutôt nommé libertarien (dans le sens anglais…)/autoritaire.

    Ainsi :
    – un libertarien y serait dans le quadrant droite/libertarien;
    – un néolibéral dans le quadrant droite/autoritaire;
    – un communiste dans le quadrant gauche/autoritaire;
    – un libertaire dans le quadrant gauche/libertarien (comme moi, même si je n’appuie pas toutes les positions des libertaires…).

    Quant à la question économique, je la vois directement dans l’axe gauche/droite. Les questions touchant la liberté de choix en matière d’avortement et les autres questions «morales» sont plutôt dans l’axe libertarien/autoritaire. Un libertarien est à droite économiquement, mais pas autoritaire sur les questions morales. Certains gauchistes voudraient tout réglementer : ils sont donc à gauche, mais autoritaires.

    Il y a bien sûr plein d’autres nuances à apporter…

    «La différence que je perçois est causée par l’idée récente des péquistes d’enfoncer le clou de la protection de notre identité»

    C’est bien ce que je pensais. Mais pourquoi le PLQ plus «progressiste» ? Il est moins axé sur ces questions identitaires, bien sûr, mais quand même plus conservateur en matière économique (tarifs, tickets modérateurs, etc.). C’est plus simple avec le type d’axes du political compass, je trouve.

    En passant, as-tu trouvé ces types d’axes quelque part ?

    J'aime

  5. koval permalink*
    12 février 2011 12 h 48 min

    Darwin, j’ai voulu trouver des axes qui représentaient plus le discours politique québécois. Donc c’est une représentation de mon cru, mais je me rends compte que j’ai adopté sans le vouloir, la représentation de David Nolan. La définition de ses axes me semble moins nébuleux que ceux de la représentation de Eysenck dans du « political compass », Libertarian/authoritarian vs gauche/droite, me semble, plus vague comme axes..

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89chiquier_politique

    J'aime

  6. koval permalink*
    12 février 2011 12 h 54 min

    « L’axe que tu appelles libertarien/socialiste y est plutôt nommé libertarien (dans le sens anglais…)/autoritaire. »

    Pourtant dans Wiki on dit:

    « Suivant largement la méthode d’Hans Eysenck, un autre modèle a été conçu, qui positionne les questions économiques sur l’axe horizontal et les questions de liberté sur l’axe vertical. »

    J'aime

  7. koval permalink*
    12 février 2011 13 h 10 min

    Bon dans ma représentation, je vois que tu aurais tendance à mettre les Libéraux plus haut, je suis d’accord.

    J’avais mis les deux partis à égalité parce qu’au dernières élections, on a dit souvent que les deux programmes étaient superposables….et puisque les programmes parlaient tous les deux d’économie surtout, je les ai mis égaux.

    Mais bon, si on actualise un peu, je dirais que la dérape que Bachand s’apprête à nous servir n’est pas supportée par les péquiste…

    Tiens, je vais mettre une dernière modification de l’échiquier, qui prendra en compte les changements où il y a consensus (si on y arrive).

    J'aime

  8. 12 février 2011 14 h 01 min

    «Tiens, je vais mettre une dernière modification de l’échiquier»

    Maintenant que je comprends mieux les axes de ton échiquier, ça me va.

    «Pourtant dans Wiki on dit:
    « Suivant largement la méthode d’Hans Eysenck, un autre modèle a été conçu, qui positionne les questions économiques sur l’axe horizontal et les questions de liberté sur l’axe vertical. »»

    Pour l’axe horixontal, c’est assez exactement ce que je disais :
    «Quant à la question économique, je la vois directement dans l’axe gauche/droite. »

    Pour les questions de liberté, c’est complexe, car on peut y confondre les questions de liberté morale, de liberté économique et autres. Ainsi, QS n’est pas autoritaire pour les questions morales, mais quand même pas mal sur les questions économiques, voulant réglementer et augmenter l’imposition.

    L’aspect de liberté économique est sujet à discussion. Personnellement, je considère qu’un plus grande taxation permet de mieux répartir les richesses et d’offrir de meilleurs services publics ce qui, au bout du compte, augmente la liberté de choix et de possibilités de vie de la population.

    À l’inverse, les libertariens se disent pour toutes les libertés, sauf celle de la propriété privée, pour laquelle ils justifient toutes les «violences» étatiques. Pour eux, la propriété privée inclut aussi celle des moyens de production qui brime plus de liberté qu’elle n’en crée. Je ne dis pas que je suis contre tout cela (j’en vois clairement des limites), mais que cela est compliqué de tenir compte de toutes ces nuances (et il y en a bien d’autres) dans un échiquier.

    J'aime

  9. koval permalink*
    12 février 2011 14 h 16 min

    Darwin quand tu fais les rapprochements suivants, je ne suis pas d’accord.

    Tu as dis à ton deuxième commentaire la chose suivante:

    « L’axe que tu appelles conservateur/progressiste y est nommé gauche/droite, avec la gauche… à gauche !

    L’axe que tu appelles libertarien/socialiste y est plutôt nommé libertarien (dans le sens anglais…)/autoritaire.  »

    Pourtant moi je vois que mon axe Conservateur/ progressiste s’apparente plutôt à l’axe Authoritarian/libertarian du « political compass » et mon axe économie socialiste/libertarienne s’apparente à l’axe gauche/droite du political compass

    J'aime

  10. 12 février 2011 14 h 24 min

    «Darwin quand tu fais les rapprochements suivants, je ne suis pas d’accord.»

    C’est pourquoi j’ai dit dans mon dernier commentaire «Maintenant que je comprends mieux les axes de ton échiquier, ça me va.». Dans mes premiers commentaires, j’avais en tête les axes du Polical Compass, qui sont finalement bien différents des tiens.

    J'aime

  11. 13 février 2011 8 h 11 min

    Bon billet et belle façon d’alimenter le débat…

    Quelques réflexions, pour ce que ça vaut:

    Le Parti Libéral du Québec, de par son héritage, est un regroupement de citoyens qui maîtrisent l’utilisation de la machine politique pour leur réussite personnelle dans le monde des affaires. Ce sont des gens qui veulent « aider leur prochain » tout en déployant des énergies considérables pour faire partie de l’establishment régional ou national. Ça explique, à mon avis, le comportement de ce parti dans le quotidien. Ils sont très proches des chambres de commerce, ont accès à un financement extraordinaire mais hésite à privatiser les services trop rapidement.

    Le PQ est une coalition de souverainistes. Ce qui permet au parti de récolter les dons des membres loyaux, c’est de garder le projet d’indépendance au premier plan. Pas surprenant qu’ils penchent parfois un peu à droite (économie, nationalisme) et parfois à gauche (intervention de l’état dans le secteur des ressources naturelles, etc…).

    L’ADQ est un parti extrêmement fragile qui peut mourir du jour au lendemain si LE chef ne répond pas aux attentes de la base. Beaucoup de petits ambitieux dans les associations de circonscription. Ce qui semble être l’élément rassembleur: réduire les impôts et les taxes afin de permettre à la classe moyenne d’avoir plus d’argent dans ses poches. Ce n’est pas un parti libertarien, loin de là. La plus récente sortie de Deltell le prouve bien: pour lui, un investissement de 87% de fonds publics dans le projet du Colisée est acceptable.

    Le RLQ est un phénomène étrange. Il me semble clair que Marcotte et Duhaime se servent de cette tribune pour mousser leur propre personnalité. Marcotte est une autodidacte qui tente de formuler des opinions à l’improviste. Son dada: privatiser les soins de santé. Duhaime essaie de faire croire qu’il est libertarien. Peut-être. Son dada: ternir la réputation de Khadir et faire la promotion de la disparition de la Régie des Rentes et de Radio-Canada. PKP ne doit pas regretter de l’avoir embauché. Je crois que Sénéchal quittera le mouvement au courant de 2011. Je prédis leur disparition d’ici décembre.

    Pour ce qui est de Qs, le prochain congrès sera extrêmement important. C’est là qu’on verra si les modérés auront le dessus sur les utopistes.

    Et j’aime bien l’axe que tu suggères.

    J'aime

  12. 13 février 2011 8 h 45 min

    Bon, alors pour s’amuser un peu, je vous demande si vous êtes d’accord surtout au sujet de l’ordre que j’ai établi sur les axes choisis.

    Sur l’axe nationaliste, d’accord avec l’ordre suggéré. J’ajouterais à sa fin le PI (Parti indépendantiste) et je verrais sa fleur de lys plus grande que celle du PQ.

    J'aime

  13. 13 février 2011 11 h 03 min

    Je trouve toute cette discussion très intéressante même si je mets toujours en garde contre l’aspect forcément réducteur des étiquettes.

    Ceci dit. le point sur lequel j’aimerais attirer l’attention est le suivant:

    Pourquoi devrait-il être absolument nécessaire qu’un parti prenne position pour ou contre l’indépendance du Québec? Pourquoi un parti ne pourrait-il pas réunir des fédéralistes et des indépendantistes motivés par une autre cause, le temps de faire avancer concrètement cette cause? Nombre d’indépendantistes savent parfaitement que l’indépendance n’est pas pour demain. Y a-t-il quelque chose de plus débilitant à long terme pour eux que de rester au sein d’une coalition qui ne fera rien d’important de peur de compromettre l’arrivée du grand soir?

    Les gens imbus de réformes et d’avancement concret, les gens qui croient que le statu quo (et je ne parle pas ici du statu quo constitutionnel) est intenable, qu’ils soient fédéralistes ou indépendantistes, ne devraient-ils pas faire un bout de chemin ensemble, dans le respect des positions des uns et des autres è l’égard de l’avenir à long terme du Québec?

    Si le Québec n’est pas encore rendu là, je pense au moins qu’il devrait y être.

    J'aime

  14. 13 février 2011 12 h 20 min

    @ Martin Coiteux

    On peut très bien avoir une position pour l’indépendance et ne pas vouloir attendre le «grand soir» avant de combattre le statu quo.

    C’est ce que propose par exemple QS. Même si ses idées ne correspondent pas aux vôtres, j’espère que vous convuiendrez que c’est une de ses différences avec le PQ qui est prêt à plein de compromissions pour ne pas nuire à sa cause. Et cela fait au moins 30 ans que ça dure (certains, plus sévères que moi, parlent de 40 ans…).

    J'aime

  15. 13 février 2011 12 h 52 min

    J’en conviens: On peut avoir une position sur l’indépendance sans prétendre qu’il n’y a rien à faire avant l’arrivée du grand soir. Ma question est un peu différente: pourquoi doit-on obligatoirement ne réunir que des indépendantistes ou que des fédéralistes au sein d’un mouvement qui a par ailleurs d’autres buts plus urgents? Tous les partis politiques sont par définition des coalitions. Pourquoi ne pourrait-on pas envisager des coalitions avec date de péremption? Pourquoi se priver des forces vives de l’autre «camp constitutionnel?» Cette question vaut autant pour QS que pour une formation dont les objectifs réformateurs ne seraient pas socialistes au sens où vous l’entendez chez QS.

    J'aime

  16. 13 février 2011 13 h 18 min

    «pourquoi doit-on obligatoirement ne réunir que des indépendantistes»

    Comme vous le dites, un parti est une coalition. Je connais des fédéralistes qui sont membres de QS. Quelques-uns ont quitté lorsque cette position a été adoptée, mais bien d’autres (surtout des anglophones) sont restés.

    «dont les objectifs réformateurs ne seraient pas socialistes au sens où vous l’entendez chez QS»

    Ce n’est pas si clair ! Il y a à la fois des réformateurs et des «socialistes» chez QS. Je suis certain que les réformateurs sont même majoritaires chez les membres. Chez les militants actifs, on le saura davantage après le prochain congrès !

    Cela dit, Qs est une coalition assez large et il est impossible d’être d’accord avec tout. Cela n’empêche pas de rester ensemble et de partager l’enlignement général du parti. Dans ce sens, QS réalise bien ce que vous avancez.

    «un mouvement qui a par ailleurs d’autres buts plus urgents? »

    C’est là où le bât blesse. Ce qui est plus urgent pour les uns n’est pas ce qui l’est pour les autres, et je ne parle pas seulement de la question nationale ! La hausse des prestations d’aide sociale peut être l’action la plus urgente pour les uns, tandis que les actions en environnement seront prioritaires pour les autres, même si tous veulent atteindre ces deux objectifs. D’autres favoriseront la question du logement, d’autres celles des frais de scolarité, de la diminution du temps de travail ou de la diminution de la consommation. Et j’en passe !

    Bref, tous les partis actuels forment déjà des coalitions, comme vous le dites. Et, ne vous y trompez pas, on trouve des indépendantistes parmi les membres de l’ADQ et du PLQ, et sûrement quelques fédéralistes au PQ (mais là, probablement moins !).

    J'aime

  17. koval permalink*
    13 février 2011 14 h 21 min

    Ben moi, je ne comprends pas trop la question de Martin.

    Un parti au Québec va promouvoir la souveraineté ou non. Il n’y a pas d’entre deux. Aussitôt qu’une formation prend naissance, elle mobilisera ses force dans la promotion de la souveraineté ou pas…

    Les autres alternatives seraient de s’annexer aux États-Unis ou je ne sais trop….

    On a réveillé l’idée de la souveraineté, cette idée fait parti des idéaux et valeurs de plusieurs électeurs (entre 37-50%, ça varie dans le temps) alors on ne peut pas remettre le couvercle sur la marmite.

    Je persiste et signe, il y a évidemment une division, une fracture souverainiste/fédéraliste qui s’est réveillé dans les années 70, pas moyen de remettre ça en dessous du tapis.

    J'aime

  18. koval permalink*
    13 février 2011 14 h 27 min

    @Robert Lachance

    Je n’ai pas mis le PI sur mon graphique, mais vous avez raison, un parti très très nationaliste.

    Mais bon, ils sont très faiblement représentés comme une multitudes d’autres petits partis dont on n’entend jamais parler.

    J'aime

  19. koval permalink*
    13 février 2011 14 h 35 min

    Au sujet des étiquettes

    Je remarque qu’aussitôt qu’on tente de parler de tendance, on se fait servir cette mise en garde….

    Qu’ai-je fait ou écrit de mal?!?

    Il y en a des étiquettes à mettre, ô que oui. Dire que le RLQ est un parti radical de droite quand bien de ses membres s’affirment libertariens, c’est étiqueter oui, c’est mettre la bonne étiquette. Moi, tant qu’on étiquette correctement, je suis à l’aise.

    J'aime

  20. koval permalink*
    13 février 2011 14 h 40 min

    Luto

    « Ce n’est pas un parti libertarien, loin de là. La plus récente sortie de Deltell le prouve bien: pour lui, un investissement de 87% de fonds publics dans le projet du Colisée est acceptable. »

    Crime! C’est p’têt un communisss! 😆

    J'aime

  21. 13 février 2011 15 h 20 min

    «Crime! C’est p’têt un communisss!»

    Comme QS est une coalition de gauche qui regroupe bien des tendances différentes, l’ADQ est une coalition de droite qui regroupe des tendances différentes, avec des libertariens, des néolibéraux et bien d’autres mouvances de la droite. Au total, je les vois comme une droite solide, mais pas extrémiste, comme QS est un parti de gauche solide, mais pas extrémiste, même si ces deux partis ont des membres qui le sont !

    J'aime

  22. 13 février 2011 15 h 57 min

    Personnellement, je crois que l’arrivée de Deltell est circonstancielle. Il l’a dit lui-même à la télé. Si TQS n’aurait pas fermé ses bureaux de Québec, il serait encore journaliste.

    Grandes ambitions professionnelles et petites convictions. Mais il sait calculer les coups. Il s’en tire relativement bien.

    Il a peut-être flirté avec les communisses lorsqu’il était au Cegep. Qui sait ? Non, il est allé au Cegep de Sainte-Foy… oubliez ça !

    J'aime

  23. 13 février 2011 16 h 22 min

    «Personnellement, je crois que l’arrivée de Deltell est circonstancielle.»

    Ça ne veut pas dire qu’il n’est que de passage ! Comme tu le dis, il s’en tire bien (je dirais même très bien…) dans les circonstances. Il va donc peut-être rester plus longtemps que lui-même ne le pensait !

    J'aime

  24. 13 février 2011 16 h 26 min

    Son entrevue avec Marie-France Bazzo est assez éloquente. Son arrivée circonstancielle est expliquée à 9 min 23 sec

    J'aime

  25. 13 février 2011 19 h 26 min

    Et j’aurais mis la fleur parmi les feuilles d’érables en haut à gauche avec RLQ et ADQ pour avoir vu, de mes yeux vu, un respectable pourcentage des membres de ce parti. La fleur y dominerait par sa dimension, ce qui ne serait pas représentatif, j’avoue entre nous.

    Multitude, vous en mettez trop ! Cinquième, derrière les Verts et les QS ? Tout de même, en pratique, pas de quoi participer à un débat télévisé dans une démocratie tronquée.

    J'aime

  26. 13 février 2011 19 h 41 min

    «Cinquième, derrière les Verts et les QS ?»

    Sixième peut-être ? PQ, PLQ, ADQ, QS, Verts… ça fait cinq. Et il y a ensuite un saut quantitatif négatif très important avec le sixième…

    En 2008 :
    QS : 122 618, 3,78 %
    Verts : 70 393, 2,17 %
    PI : 4227, 0,13 %

    http://www2.electionsquebec.qc.ca/fr/documents/resultats_officiels_2008/pdf/Pour%20l%E2%80%99ensemble%20des%20circonscriptions.pdf

    J'aime

  27. koval permalink*
    13 février 2011 19 h 54 min

    Une multitude, 10 partis au total, bon c’est une petite multitude. PI serait près du RLQ sur les deux autres axes? Vous me l’apprenez, j’ignore tout de ce parti, merci!

    J'aime

  28. PH Chartrand permalink
    14 février 2011 9 h 04 min

    Le RLQ et l’ADQ sont beaucoup trop haut. Va voir c’est quoi une économie libertarienne (écoute Ron Paul) et tu verras qu’ils seraient peut-être à 2 dans cette échelle.

    J'aime

  29. Etienne permalink
    14 février 2011 9 h 05 min

    Interessant ce graphique. Personnellement, je crois qu’il est difficile de classer le PQ et PLQ sur un graphique, parce qu’ils sont en permanente contradiction et mouvement. Un excellent exemple de ceci est le gouvernement de Lucien Bouchard qui d’une part met en place un réseau de garderie publique à 5$, tout en coupant massivement dans le réseau de la santé. J’ai vraiment l’impression que ces partis, étant constitués de gens qui sont positionnés à plusieurs endroits dans ce spectrum, seraient vraiment difficile à positionner, et semblent voguer selon le leader et les sondages, démontrant d’un opportunisme constant.

    Pour ce qui est du RLQ et de l’ADQ, je dirais que leur position officielle et publique est moins conservatrice que la position personnelle des individus qui les composent. De ce fait, aucun des organismes ne s’oppose publiquement aux avortements (sauf pour des raisons économiques), au mariage gai ou à l’équité salariale. Aucuns de ces groupes se positionne publiquement en faveur de la peine de mort. Et ultimement, les libertariens devraient, de par la nature de leur philosophie, se foutre éperduement de ces trucs, tant que le gouvernement ne dépense pas son argent pour les gérer ou les subventionner. Mais j’ai vu des libertariens complètement machistes, ou des nostalgiques s’ennuyer du temps où la rigueur était dans les écoles religieuses…

    J'aime

  30. Etienne permalink
    14 février 2011 9 h 18 min

    @PH Chartrand

    En complément à mon précédent commentaire, je dirais que c’est la même chose pour le positionnement libertarien/socialisme. La position publique du RLQ est moins libertarienne que la position des gens qui la compose. C’est à dire que des gens clé du réseau et les fondateurs sont de forte influence libertarienne, alors que la position officielle du mouvement reste stratégiquement plus consensuelle, histoire de ne pas trop faire peur aux gens.

    J'aime

  31. 14 février 2011 18 h 21 min

    @ Étienne

    «Pour ce qui est du RLQ et de l’ADQ, je dirais que leur position officielle et publique est moins conservatrice que la position personnelle des individus qui les composent»

    Je suis d’accord pour l’ADQ, j’ai d’ailleurs écrit un peu la même chose au com 26. Mais pour le RLQ, je ne vois pas beaucoup de positions modérées là… Enfin, ils ne proposent en fait pas grand chose, se contentant de critiquer un peu tout le monde, mais surtout les syndicats, la gauche en général et les fonctionnaires, sans oublier Charest !

    J'aime

  32. 15 février 2011 6 h 09 min

    Comprendre la moralité des libertariens

    La sensibilité libertarienne se distingue assez nettement en ce qu’elle érige la liberté individuelle en valeur morale suprême, loin devant les autres valeurs communément citées. A titre d’exemple, le Moral Foundations Questionnaire (MFQ) est un outil développé précédemment par Jonathan Haidt qui mesure la présence chez un individu de 5 valeurs morales de base : Care (le fait de prendre soin d’autrui), Fairness (la justice égalitaire), Ingroup (la loyauté envers le groupe), Authority (le respect de l’autorité) et Purity (la pureté). Les deux premières valeurs sont caractéristiques des progressistes, tandis que les conservateurs valorisent fortement les trois autres.

    Le MFQ a été testé par Haidt et ses collègues sur plus de 98 000 participants, et les résultats sont édifiants. Les 8 815 libertariens interrogés obtiennent les scores les plus bas sur l’ensemble des 5 valeurs. Comme les conservateurs, ils accordent moins d’importance que les progressistes aux idées de Care et de Fairness. Comme les progressistes, ils obtiennent un score inférieur aux conservateurs pour Ingroup, Authority et Purity. Autrement dit, un libertarien serait à la fois peu sensible à la souffrance d’autrui et aux inégalités dénoncées par la gauche, et sceptique vis-à-vis des valeurs morales traditionnelles de la droite…

    Les résultats d’un questionnaire inspiré du Empathizer-Systemizer Scale sont particulièrement intéressants. Les libertariens présentent un déficit d’empathie, soit une faible capacité à s’identifier aux émotions et aux pensées des autres, mais ils ont une capacité élevée à « penser en système », autrement dit à comprendre et à analyser les règles qui gouvernent leur environnement. Confrontés à des « dilemmes moraux », ils pèsent le pour et le contre de chaque scénario plus facilement que les progressistes et les conservateurs, et font davantage preuve de sang-froid, notamment en situation extrême. Ils sont ainsi capables de sauver des vies en utilisant leurs capacités de calcul, et ce de manière plus efficace – sur le papier en tout cas – que la moyenne.

    Citant les travaux du psychologue Simon Baron-Cohen, Haidt et ses collègues rappellent qu’une faible empathie et une forte systématisation sont caractéristiques du cerveau masculin, et que l’autisme est un cas extrême de cette polarisation. Le libéralisme serait-il une pensée masculine ? D’une part, les auteurs remarquent que les hommes sont surreprésentés parmi les libertariens déclarés. D’autre part, en regardant de manière transversale les questions les plus « clivantes » entre les deux genres, on constate que les réponses des sous-groupes « hommes » et « libertariens » se recoupent largement : goût pour la compétition et les défis intellectuels, justification de la violence en cas de légitime défense, refus de la prédestination, etc.

    Néanmoins, les femmes qui s’identifient comme libertariennes ont des scores bien plus proches de leurs homologues masculins que les femmes conservatrices ou progressistes. C’est donc avec prudence que les auteurs émettent l’hypothèse – qui ne va pas plaire à tout le monde – que le cerveau libertarien est plutôt masculin, le progressiste plutôt féminin, et le conservateur quelque part entre les deux…

    Source: http://www.contrepoints.org/2011/02/14/13924-comprendre-la-morale-des-libertarians

    J'aime

  33. 15 février 2011 6 h 28 min

    «le cerveau libertarien est plutôt masculin, le progressiste plutôt féminin»

    Merci ! Cela doit expliquer pourquoi j’étais bon à l’école ! 😉

    J'aime

  34. Olivier Gagnon permalink
    15 février 2011 6 h 41 min

    Je comprends d’essayer d’intégrer le RLQ dans le graphique, mais puisque ce n’est pas un parti politique et que les seules idées véhiculées à date sont plutôt dans le domaine du ‘brainstorming’ avec une seule conférence officielle, n’est pas un peu prématuré pour tenter de le mettre sur un échiquier ?

    En fait, deux choses m’agacent:

    1- La position sur l’axe fédéraliste-nationaliste.
    Premièrement, ce devrait plutôt être l’axe fédéraliste-souverainiste, car on peut très bien être nationaliste sans vouloir la séparation du Québec.
    Deuxièmement, dans les trois graphiques, le RLQ gagne la ‘plus grosse feuille d’érable’. Donc, le plus fédéraliste. Selon moi, c’est un non-sens. Comme vous dites que le PQ est une coalition pour la souveraineté, le RLQ serait une coalition pour une économie plus libérale. Dans les deux cas, une seule variable est stable tandis que les deux autres peuvent variées. Dans un vrai graphique avec 3 variables, on se retrouverait avec un ‘plan’ de possibilités. J’imagine que c’est ce que vous vouliez démontrer en situant le PQ au centre.

    2- L’axe conservatisme-progressisme est soit mal représenté ou mal interprété.
    Dans votre texte vous définissez clairement le conservatisme comme un conservatisme social. Droits des gais (et minorités), religion, peine de mort, loi et ordre, avortement, etc.
    Nous n’avons pas de parti conservateur au Québec comme celui du Canada. Le conservatisme social est à peu près absent du débat politique. L’ADQ en tant que parti le plus conservateur au Québec pourrait se situer plus vers la ‘gauche’ du graphique, j’en conviens. J’ai participé à des congrès de l’ADQ donc je peux l’admettre. Mais, ca reste la minorité.
    Par contre, pour le RLQ, je reviens sur mon point précédent: il n’a rien à voir avec la droite sociale, mais bien la droite économique. C’est le Réseau LIBERTÉ Québec. Pas le Réseau CONSERVATEUR du Québec. La base idéologique est le libéralisme et non pas le conservatisme.

    Voici comment je verrais l’échiquier selon le troisième graphique:
    PQ + 1.5x (malgré la dite coalition, le PQ se considère officiellement comme social démocrate).
    QS + 1.0x (je crois pas qu’il y a plus progressiste que QS)
    PLQ change pas
    ADQ + 0.5x (pour refléter les différentes opinions)
    RLQ + 2.0x (et j’enlèverais la feuille d’érable tout court)

    En Y, je baisserais le PQ et le PLQ vers l’abscisse voir un peu en dessous. Qu’on le veule ou pas, les deux partis cherchent plus ou moins le statu quo.

    J'aime

  35. 15 février 2011 6 h 47 min

    Je partage l’avis de PH Chartrand, pour ce qui est de la hauteur des partis sur l’axe vertical sans avoir jamais écouté Ron Paul.

    Le graphique 2 illustre mieux alors que le 1 mon positionnement des partis sauf que visuellement QS y serait trop bas d’une ou deux unités. Ma connaissance de QS est aussi bonne que celle du PI de Koval.

    Je placerais les Verts, un sapin ? à la croisée des axes.

    En regard du dernier commentaire de Lutopium, je serais assez libertarien…

    Vous oubliez le coeur et les muscles, Darwin, qui contribuent également sinon plus à la performance scolaire que le cerveau. Muscles au sens large, tout ce qui ne relève pas du cerveau ou du coeur à l’école.

    J'aime

  36. Olivier Gagnon permalink
    15 février 2011 6 h 57 min

    Texte intéressant.

    Malgré que je crois à l’adage qu’on a tous une femme en nous ( ou dans la cuisine 🙂 ), j’adhère à cette hypothèse des différences physiologiques du cerveau.

    Un homme a beaucoup plus tendance à être objectif, froid et rationnel tandis qu’une femme a plus de facilité à voir les nuances et les émotions.

    Je parle de façon générale ici je veux pas faire mon macho !

    J'aime

  37. koval permalink*
    15 février 2011 6 h 57 min

    Olivier

    Au sujet de votre point 1, dans le texte, j’ai parlé de l’axe souverainisme/fédéralisme, c’est rendu que vous trouvez des erreurs où il n’y en a pas, Bravo!

    Pour le reste, j’y reviendrai peut-être plus tard.

    J'aime

  38. Olivier Gagnon permalink
    15 février 2011 7 h 03 min

    Humm…. j’ai lu votre texte. Je ne cherche pas d’erreur, je donne mon opinion. On se calme. À vos prémisses, j’ai donné mon bémol, c’est tout.

    J'aime

  39. koval permalink*
    15 février 2011 7 h 07 min

    « Un homme a beaucoup plus tendance à être objectif, froid et rationnel tandis qu’une femme a plus de facilité à voir les nuances et les émotions.

    Je parle de façon générale ici je veux pas faire mon macho  »

    Bon, à Darwin et Lutopium

    Je viens de lire les moronerie de procule, je n’écris pas des billets politiques pour me faire discriminer en tant que femme, ses niaiseries sexistes, il n’a qu’à aller les écrire chez ses amis de droite s’ils veulent bien l’écouter.

    Je demande la permission d’effacer tous les commentaires de cet imbécile sur ce billet et de le bloquer, c’est une question de simple ‘hygiène, pas de la censure.

    Merci.

    J'aime

  40. Olivier Gagnon permalink
    15 février 2011 7 h 21 min

    Hey là ! On se calme !

    Avez vous lu au moins le texte de lutopium auquel je répondais? Avez vous lu au moins mon commentaire qui parlait de généralisation ?

    Je peux accepter les insultes pour mes positions politiques, mais je n’accepterai certainement pas de me faire traiter de sexiste !

    Les différences dans l’utilisation de certaines parties du cerveau selon le genre sont documentés. Ca n’a rien de sexiste et dégradant. Je ne parle pas de différence d’intelligence je parle de différence d’analyse au niveau du cerveau.

    Franchement, ca va faire là…

    J'aime

  41. koval permalink*
    15 février 2011 7 h 25 min

    « Les différences dans l’utilisation de certaines parties du cerveau selon le genre sont documentés.  »

    Pas du tout, il n’y a qu’une seule chose de démontrée ici, c’est ta terrible ignorance qui te rend sexiste, tu l’ignores ou fais semblant de l’ignorer mais t’es un putain de sexiste et tes heures sont comptées sur ce blogue,

    Bonne journée,

    PS:Si c’est ça tes discours de droite, on va s’en passer avec joie! Moron!

    J'aime

  42. koval permalink*
    15 février 2011 7 h 32 min

    « Humm…. j’ai lu votre texte. Je ne cherche pas d’erreur, je donne mon opinion. On se calme. À vos prémisses, j’ai donné mon bémol, c’est tout. »

    En plus t’es de mauvaise foi!

    J’ai utilisé le le vocabulaire « souverainisme/ fédéralisme »

    Tu me réponds d’utiliser « souverainisme/fédéralisme » au lieu de « nationalisme/fédéralisme » !?!?!?

    Je note ton erreur et tu t’offusque, rien à foutre de jaser politique avec des cons!

    J'aime

  43. Olivier Gagnon permalink
    15 février 2011 7 h 35 min

    D’accord. J’imagine que parce que je dis que les hommes ont plus de masses musculaires qu’une femme, plus de poils, qu’ils perdent généralement leurs cheveux en vieillissant, qu’ils n’ont pas de seins développés et qu’ils produisent plus de testostérone qu’une femme, je suis encore plus sexiste ?

    *sigh*

    Ca va nul part cette accusation là.

    Si vos arguments pour me répondre c’est me lancer le ‘sexiste’ word, vous devriez peut-être travailler sur votre capacité à accepter les critiques et opinions des autres avant d’écrire un texte.

    J'aime

  44. koval permalink*
    15 février 2011 7 h 39 min

    Rien n’a été prouvé au sujet des différence du cerveau, surtout pas que le cerveau de l’homme a des particularités physiologiques qui le rendent plus rationnel froid ou objectif, ni que celui de la femme la prédispose aux émotions.

    Les muscles par contre, c’est indiscutable tu dois en avoir plus que moi.

    Va te renseigner un peu, tu reviendras quand tu sauras ce qu’est une femme.

    Je n’échange plus avec les ignorants sexistes!

    Non mais putain! Y viennent d’où ces ignares!?!

    Ciao!

    J'aime

  45. Olivier Gagnon permalink
    15 février 2011 7 h 39 min

    Il ne vous est pas venu à l’esprit que je ne parlais PAS de cela ? Vous prenez mes propos, vous leur apposez la signification que vous voulez pour ensuite me traiter de con.

    Je crois qu’effectivement, parler avec vous ne mène à rien… de plus que des insultes.

    Passez une bonne journée quand même. Je ne suis pas du genre à me choquer avec des internautes. Chacun à droit à son opinion pour moi.

    J'aime

  46. koval permalink*
    15 février 2011 7 h 41 min

    C’est ça, va écrire tes opinions sexistes ailleurs! Contente de t’avoir connu, mais ça ira pas plus loin!

    J'aime

  47. 15 février 2011 13 h 00 min

    Bon… je ne tolèrerai plus les insinuations sexistes ou les propos machistes. concentrons-nous sur le sujet principal.

    Merci.

    J'aime

  48. 15 février 2011 13 h 38 min

    machistes

    Comme ça. On prononce machistes comme dans machette, ou « matchistes » comme dans match et schistes ?

    Sans vouloir que ça gaz !

    J'aime

  49. 15 février 2011 18 h 19 min

    «1- La position sur l’axe fédéraliste-nationaliste.
    Premièrement, ce devrait plutôt être l’axe fédéraliste-souverainiste»
    «Il ne vous est pas venu à l’esprit que je ne parlais PAS de cela ? »

    Euh… je me demande bien de quoi il pouvait bien parler. Il reproche à l’axe baptisé par Koval «axe souverainisme/fédéralisme.» de ne pas s’appeler «l’axe fédéraliste-souverainiste» (est-ce l’inversion des mots qui le dérange ? il semble que non…) parce qu’il pense qu’il s’appelle «axe fédéraliste-nationaliste», nom qu’on ne retrouve nulle part, ni dans le billet, ni dans les commentaires. Ouch… Là, il aurait bien pu avouer son erreur…

    «on peut très bien être nationaliste sans vouloir la séparation du Québec.»

    J’ajouterais qu’on peut très bien vouloir l’indépendance du Québec sans être nationaliste…

    Quant au reste…

    J'aime

  50. koval permalink*
    15 février 2011 19 h 11 min

    Le RLQ a tendance à dénigrer pas mal l’option souverainiste…pas besoin d’aller très loin, il sont férocement contre….pour ça la grosse feuille…

    http://jomarcotte.wordpress.com/2010/05/26/la-paranoia-nationaliste/

    J'aime

  51. 15 février 2011 20 h 20 min

    «pour ça la grosse feuille»

    On pourrait ergoter sur la grosseur de la feuille, mais ce ne serait que ça, ergoter !

    Il est indéniable que le RLQ est contre l’indépendance du Québec.

    J'aime

  52. the Ubbergeek permalink
    16 février 2011 2 h 29 min

    @Robert Lachance
    Sur l’axe nationaliste, d’accord avec l’ordre suggéré. J’ajouterais à sa fin le PI (Parti indépendantiste) et je verrais sa fleur de lys plus grande que celle du PQ.

    C’est ce qu’ils prétende, pour sur. Donc, oui, fleur mais aussi égal que le PQ peut être. Et jugeant par la pente glissante possible sur certains de leur choix, plus droite conservateur que le PQ-PLQ, malgré leur prétention.

    Un peu apparenté, mais on accuse souvent dans la droite les gens de QS d’être communistes. Mais si vous googlez un bon moment, vous allez voir oui certains sites socialistes-communistes pro QS… Mais j’en ai vu aisément des CONTRES. Accusants QS d’être au fond des ‘idiots utlies’ du ‘pouvoir bourgeois’ et tout ca ou de ne pas aller à la conclusion. Alors…

    J'aime

  53. 16 février 2011 6 h 50 min

    Le Parti Indépendantiste et le Parti Vert ne sont pas des partis politiques bien organisés, ce qui explique qu’ils ne font pas partie des discussions. Pour ce qui est du Parti Vert, ils sont privilégiés car ils attirent une certaine sympathie de la part de citoyens qui sont avant tout préoccupés par l’environnement sans toutefois être vraiment intéressés par la politique.

    Pour ce qui est des communistes et leur association avec Qs, c’était à prévoir… Je peux comprendre que leur statut privilégié de collectif est une appréciation de Qs envers leur loyauté (qui date de très longtemps – UFP et même avant) mais j’ai toujours dit que, d’un point de vue stratégique, leur présence serait une épine dans le pied pour Qs.

    Encore une fois, je sais que je me répète, je suis persuadé que le prochain congrès de Qs (mars 2011) sera déterminant à cet égard. Si les délégués endossent des positions modérées au lieu de s’obstiner à promouvoir l’utopie et l’impossible, cette petite formation a un bel avenir devant elle. Le PCQ devrait alors songer à abolir ce collectif, ce qui serait une bouchée d’air frais pour les ambitions électoralistes de Qs. Car c’est bien ça qui distingue Qs de tous les partis de gauche qui ont existé au Québec depuis une quarantaine d’années: jouer le jeu des élections pour obtenir une plus grande visibilité.

    Nous y sommes presque…

    J'aime

  54. koval permalink*
    16 février 2011 7 h 23 min

    @ Etienne qui dit :

    « Interessant ce graphique. Personnellement, je crois qu’il est difficile de classer le PQ et PLQ sur un graphique, parce qu’ils sont en permanente contradiction et mouvement. »

    Je suis au fait des fluctuations du passé mais j’ai voulu représenter la situation actuelle.

    @Autres

    Le parti vert n’a pas très clairement défini son agenda, le PI est un truc très local il me semble. Le RLQ n’est qu’un mouvement, mais on les entend pas mal, aussi bien dans les radios, qu’ à la télé sur l’émission de Dumont ou dans les journaux et blogues. C’est pour ça que j’ai décidé de les représenter.

    J'aime

  55. 16 février 2011 13 h 11 min

    L’exercice est intéressant. Plusieurs choses sont pertinentes. Je devrais peut-être tenter un tel truc dans mon blogue.

    Quelques critiques (basées sur les faits et non pas les discours)

    1) J’aurais placé le PQ et le PLQ au même endroit (le point (1,1) sur le plan cartésien), sauf sur l’axe fédéraliste-indépendantiste.

    2) Le PLQ est plus fédéraliste que le RLQ.

    3) Il existe une liberté économique plus extrême que le RLQ (sauf sur le graphique 2).

    4) Il existe un conservatisme plus extrême que le RLQ et l’ADQ (sauf sur le graphique 2)

    J'aime

  56. 16 février 2011 13 h 19 min

    Personnellement, je me situe environ sur le point (4,5) du plan cartésien par rapport au graphique 1. Et je suis encore plus indépendantiste que le PQ, mais je suis contre le nationalisme (d’où l’importance de distinguer les deux).

    J'aime

  57. koval permalink*
    16 février 2011 18 h 33 min

    « 2) Le PLQ est plus fédéraliste que le RLQ. »

    J’y ai bien pensé à celle-là, moi, j’ai mis le RLQ plus fédéraliste parce qu’ils sont contre la loi 101, Johanne Marcotte en tout cas.

    Le lien que j’ai mis plus haut montre que certains membres du RLQ voient le souverainisme comme une maladie honteuse, Charest par populisme ne peut se permettre une telle virulence, ça explique mon choix de la feuille plus grosse au RLQ.

    Ils font parti de ceux qui pensent que le Québec est un paradis du BS qui attend après l’Alberta pour survivre…je sens une honte de nos acquis, comme si la révolution tranquille était un héritage pire que la lèpre, c’est très anti-ce-que-nous-sommes…

    J'aime

  58. 16 février 2011 18 h 51 min

    Pour la loi 101, je te suis, quoique dans les faits, les partisans du PLQ pensent la même chose que ceux du RLQ sur ce sujet.

    Cependant, les membres du RLQ seraient en faveur de l’indépendance de l’Alberta (ou de l’indépendance du Québec (suivi d’une partition) présenté par un parti de droite étatiste), pas les membres du PLQ. De plus, le RLQ est en faveur d’un fédéralisme décentralisateur, pas le PLQ.

    J'aime

  59. 16 février 2011 18 h 51 min

    Et attention, le RLQ est plus fédéraliste que l’ADQ (surtout sa version originale dumontienne), ça oui!

    J'aime

  60. 16 février 2011 18 h 55 min

    Et attention, je suis un séparatiste contre la loi 101, ça ne fait pas de moi un fédéraliste pour autant!

    J'aime

  61. koval permalink*
    16 février 2011 18 h 55 min

    « Cependant, les membres du RLQ seraient en faveur de l’indépendance de l’Alberta (ou de l’indépendance du Québec  »

    Ah oui? Qui a dit ça? T’as pris ça où?

    J'aime

  62. the Ubbergeek permalink
    16 février 2011 19 h 25 min

    @David
    Sans vouloir partir la castagne comme disent les cousins, sans la Loi 101, on est moins armé pour défendre la langue française…

    @koval
    Il y a une parenté avec le nouveau parti Wildrose Alliance d’Alberta, idéologiquement.. Liberté économique contre ‘Ottawa la socialiste’ et tout.

    Il est notable que les Verts fédéraux sont fédéralistes, et au mieux, les provinciaux sont vaguement souverainistes, plus pale que le QS. Aussi, j’oui-dire que les Verts provinciaux et/ou fédéraux penchent ‘vers’ (ahhaha) un certain écologisme pro-capitalisme, un peu comme le Prince Charle en Engleterre (oui, on peut être écologistes et de droite, en théorie – Sire Charle et ses biscuits à l’orange bio en sont un grand example.).

    J'aime

  63. koval permalink*
    17 février 2011 8 h 21 min

    « Il y a une parenté avec le nouveau parti Wildrose Alliance d’Alberta, idéologiquement.. Liberté économique contre ‘Ottawa la socialiste’ et tout. »

    Je veux bien, mais de là à penser que le RLQ pourrait adhérer à une forme de souverainisme, il y a un pas que je ne ferai pas, je recule même..

    Voyez ce texte d’un des organisateur..le dernier paragraphe énonce une honte d’être Québécois. Nos amis du RLQ applaudissent devant ça….Quand t’as honte de ce que t’es, normalement c’est parce que t’aime trop Ottawa….

    http://www.branchez-vous.com/info/opinions/vosopinions/archives/2010/06/soyons_fiers_du.html

    J'aime

  64. 17 février 2011 14 h 57 min

    Dans Le Soleil de mardi le 15, Jean-Marc Salvet nous apprend que le groupe de François Legault s’apprêterait à présenter un manifeste aux Québécois. Ce serait probablement la semaine prochaine.

    Quelqu’un se risque à une prédiction comme coordonnées ?

    J'aime

  65. 17 février 2011 15 h 03 min

    Je persiste à dire ceci (lisez bien le gras): les membres du RLQ seraient en faveur de l’indépendance de l’Alberta (ou de l’indépendance du Québec (suivie d’une partition) présentée par un parti de droite étatiste), pas les membres du PLQ. De plus, le RLQ est en faveur d’un fédéralisme décentralisateur, pas le PLQ.

    Plusieurs membres du RLQ sont d’accord avec cette idée. Allez leur demander!

    « Il y a une parenté avec le nouveau parti Wildrose Alliance d’Alberta, idéologiquement.. Liberté économique contre ‘Ottawa la socialiste’ et tout.  »

    C’est la même pensée idéologique que les séparatistes albertains.

    Monsieur Simard-Leduc n’aurait jamais écrit un tel truc si des séparatistes de droite étaient au pouvoir…

    J'aime

  66. 17 février 2011 15 h 04 min

    Le RLQ n’adhère pas au péquisme, pas au séparatisme…

    J'aime

  67. 17 février 2011 15 h 05 min

    Le RLQ n’adhère pas au péquisme,ce qui n’est pas la même chose que du séparatisme…

    J'aime

  68. 17 février 2011 15 h 07 min

    « Sans vouloir partir la castagne comme disent les cousins, sans la Loi 101, on est moins armé pour défendre la langue française… »

    Non, mais en restant dans le Canada, on est moins armé pour défendre la langue française…

    J'aime

  69. 17 février 2011 15 h 13 min

    La pensée libertarienne québécoise sur ce sujet. On est loin de la fierté patriotique canadienne de Trudeau.

    http://www.quebecoislibre.org/DIR230895.htm

    Évidemment, le Québec est le seul endroit au monde ou les libertariens et les anars ne supportent pas la séparation.

    J'aime

  70. 17 février 2011 15 h 19 min

    Koval, si je n’avais connu qu’UNE SEULE dame qui s’exprimait comme toi dans mes études, je n’aurais jamais dit ce que tu sais…

    Il a fallu que je connaisse une artiste (pas toi, je parle de ma vie réelle) pour constater un tel sens critique politique…

    J'aime

  71. 17 février 2011 18 h 09 min

    @ Robert Lachance

    «Quelqu’un se risque à une prédiction comme coordonnées ?»

    Comme coordonnées ? Je ne comprends pas ce que vous voulez savoir.

    J'aime

  72. 17 février 2011 19 h 00 min

    De lointaine mémoire, l’axe des x est horizontal, couché. L’axe des Y est vertical, debout. Ici, l’axe des X concerne le conservatisme-progressisme, l’axe des Y l’économie socialiste-l’économie libertarienne.

    Les coordonnées sont le point de rencontre aux symboles des quantités correspondantes verticalement ou horizontalement sur l’axe des x et l’axe des y. Dans le graphique 2 ci-haut,
    la grosse fleur de lys se trouve à x=0, y=1,5 (0,1,5).

    C’est un peu aride, mais moins pire que votre truc sur la fourmi et la cigale que j’apprécie grandement. J’en ferais une breaking news. Je tenterais de résumer.

    J'aime

  73. 17 février 2011 19 h 15 min

    @ Robert Lachance

    «Les coordonnées sont le point de rencontre…»

    Oh, pas vite le gars ! Je pensais que vous vouliez parler de ses coordonnées personnelles, ou bien des coordonnées de l’endroit et de la date où il sortira (enfin !) son manifeste ! Je laisse ce positionnement à Koval !

    «Je tenterais de résumer.»

    En enlevant les calculs et toutes les nuances et les mises en contexte que j’y ai mises, un résumé devrait être 10 fois plus court que mon billet ! Je ne me doutais vraiment pas que ce texte serait aussi long et aussi long à rédiger (et à lire !) !

    J'aime

  74. 17 février 2011 19 h 20 min

    @ Koval

    Dans La Presse d’aujourd’hui, il y avait une chronique intéressante de Marie-Claude Lortie. Elle y parlait entre autres des débilités écrites par des commentateurs sexistes…

    Sa chronique portait sur l’agression sexuelle en Égypte contre Lara Logan, correspondante de CBS.

    «au lieu de provoquer une vague unanime de condamnations dégoûtées, l’onde de choc a secoué l’univers des internautes en faisant monter à la surface des saletés de fond de tonneaux profondément nauséabondes.»

    «La liste des horreurs que j’ai eu à lire est aussi longue que déprimante.»

    Un crime abject. Point.
    http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/marie-claude-lortie/201102/17/01-4371186-un-crime-abject-point.php

    J'aime

  75. koval permalink*
    17 février 2011 19 h 39 min

    J’ai vu Darwin, ça me secoue à chaque fois. Ça me donne envie de ne plus être sur la bloguosphère, j’ai un sentiment de honte, ça me donne mal au coeur. Du coté de chez BV ça a excité autant les sexistes que les racistes, pittoyable…

    J'aime

  76. koval permalink*
    17 février 2011 19 h 43 min

    « Je persiste à dire ceci (lisez bien le gras) »

    David, ça va, j’ai compris, tu as des sources ou bien c’est seulement ton opinion?

    C’est la première fois que j’entends parler de ce projet des Relquistes.

    J'aime

  77. koval permalink*
    17 février 2011 19 h 45 min

    Robert, Force Québec je vais le mettre sur le graphique 3…

    J'aime

  78. koval permalink*
    17 février 2011 20 h 19 min

    Alors pour FQ, je les mets économiquement à droite, entre PLQ et ADQ, non souverainistes. Sur l’autre axe, c’est plus difficile à dire, ils ont l’air à ne vouloir parler que d’économie, de dette surtout….ils on l’air assez austères, financièrement parlant..

    J'aime

  79. koval permalink*
    17 février 2011 20 h 38 min

    Robert, on commence déjà à dévoiler les idées de Legault. Moi je pense qu’il pourrait s’associer aux Adéquistes.

    http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2011/02/20110217-184829.html

    J'aime

  80. the Ubbergeek permalink
    17 février 2011 20 h 52 min

    @Darwin et Koval

    C’est PRÉCISEMENT mon point de l’autre sujet sur la sous-culture du web, l’underground et tout.

    Le web est PLEIN EN TABARNAK de trolls. La fameuse BD net ‘Penny Arcade’ a fait un spécial là-dessus; ‘anonymat’ + audience mondiale du net; déconnage grave, diraient les français.

    J'aime

  81. koval permalink*
    17 février 2011 21 h 22 min

    Ubbergeek,

    J’appelle ça des frustrés qui ont trouvé un exutoire, les tenanciers de blogues sont les premiers responsables d’ailleurs.

    Je ne pense pas que notre collectif d’auteurs accepterais de telles insipidités, c’est une question d’hygiène plus que de censure.

    Quand vous parlez de sous-culture du Web, je pense plus aux Hackers, des gens comme l’équipe de Assange etc…

    Un frustré qui a une collection vidéotron et qui inonde les tribunes de propos trash, c’est qu’un con pour moi, et ils sont trop présents sur la toile, on est d’accord.

    J'aime

  82. the Ubbergeek permalink
    17 février 2011 22 h 06 min

    Mais les hackers, Assange et cie on des amis moins convenables, comme les trolls, les hackers black hats et tout cà… Et des choses comme Anonymous, les ‘glorieux idiots-héros du net,’ et autres 4Chan. (ne demandez pas, pour votre santé mentale – y’a des choses que l’homme ne devrait pas savoir, dirait Lovecraft…)…

    Parce que le troll des fois aussi, Kova, il ne pense PAS ce qu’il dit; il dit ses conneries provocatrices pour créer la merde, dirait-on. C’est juste pour le ‘lol’ des fois – et je me demande si il n’y a pas une dose de trolling lè-dedans…

    Pour être conséquant, il y avait un contre point à cette bd; celui qui agit en troll probablement était déjà un individu déplaisant à la base peut-être, juste.. encouragé alors.

    J'aime

  83. 18 février 2011 8 h 30 min

    En 2007, Régis Labeaume s’est fait élire par la vigueur de sa personnalité et non par la force d’un parti. Il avait la force d’un parti comme adversaire dont le tiers des membres l’avait appuyé à son investiture à ce parti en 2005. Legault pourrait tenter de faire quelque chose comme pareil.

    Si François Legault désire devenir premier ministre prochainement, il ne fondra pas un parti. Il se fera élire, indépendant. Il n’aura pas de difficulté à se faire élire en se situant où vous le situer. Mon rêve serait que son groupe aille ravir aux libéraux des comtés anglophones ou allophones.

    Votre feuille d’érable m’a étonné à première vue mais vous n’aviez qu’un degré de liberté. S’il va ravir des fédéralistes au parti libéral, celui-ci va passer sous la barre du million de votes. Joseph Facal ne pouvait pas le suivre sous cette hypothèse.

    La politique provinciale en 2011 va être plus intéressante qu’en 2010 mais moins qu’en 2012.

    J'aime

  84. 18 février 2011 10 h 38 min

    Je suis d’accord avec le positionnement du FQ sur le graphique.

    J'aime

  85. 18 février 2011 13 h 34 min

    Ou l’inverse. Bob O Scope, un proche fiable, me dit que les Adéquistes pourraient s’associer à Legault le moment venu.

    J'aime

  86. 18 février 2011 17 h 10 min

    de FQ

    J'aime

  87. 20 février 2011 11 h 32 min

    @ Koval

    «Alors pour FQ, je les mets économiquement à droite, entre PLQ et ADQ, non souverainistes.»

    Il faufrait que tu changes le FQ sur ton graphique par CAQ, pour Coalition pour l’avenir du Québec. Ah, l’avenir… mais le présent, lui ?

    Pour moi, l’avenir n’est que le présent de demain. Quand on néglige le présent, il y a bien des chances que l’avenir ne soit guère mieux…

    J'aime

  88. koval permalink*
    20 février 2011 11 h 46 min

    D’accord CAQ! Je savais qu’il ne voulait pas du nom « Force Québec ».

    Finalement il me semble bien mince ce programme, la montagne à accouché d’une souris il me semble….

    J'aime

  89. 20 février 2011 13 h 06 min

    «il me semble bien mince ce programme»

    On en saura plus demain !

    J'aime

  90. 20 février 2011 15 h 11 min

    Pour le présent, le temps de l’écrire il est trop tard, c’est du passé.

    J'aime

  91. 20 février 2011 15 h 19 min

    C’est un programme progressif; si je peux me permettre de traduire ainsi « work in progress ».

    Ça pourrait s’appeler EFL, Équipe François Legault, comme il y a Équipe Régis Labeaume et il y a eu Équipe Mario Dumont.

    Genre CAQ/EFL

    Pour le graphique, CAQ, c’est parfait.

    J'aime

  92. 20 février 2011 15 h 23 min

    «C’est un programme progressif»

    Ouais, un programme progressif, mais, pas progressiste !

    Mais, attendons à demain…

    J'aime

  93. koval permalink*
    20 février 2011 16 h 01 min

    La séance d’effeuillage n’est pas terminée, un coup tout nu, on verra bien ce qu’il a l’air ce plan, m’inspire pas trop….

    J'aime

  94. 21 février 2011 6 h 45 min

    C’est pas faux ce que j’ai écrit mais irréfléchi, incomplet.

    Prenons février 2011. Du 1 au 28, c’est son présent. Avant, c’est l’avant février 2011, après c’est l’après février 2011. Février 2011 n’a pas de passé, pas plus d’avenir, que du présent. Fascinant !

    Autre exemple, le salaire minimum. Son présent est son montant actuel. Son passé est les montants d’avant lui, son avenir est les montants qui le suivront. Le temps d’en écrire le salaire minimum n’a pas changé, il est toujours lui. Bon, le même montant mais pas absolument exactement la même valeur, à cause de l’inflation.

    Autre exemple, le gouvernement. Le présent, c’est celui depuis la dernière élection; le passé c’est ceux d’avant, l’avenir les prochains. Que du présent ici aussi. Décourageant !

    La durée du présent est relative. SD ?

    J'aime

  95. 21 février 2011 13 h 23 min

    De toute évidence, les Frères Andréistes ne sont pas là. Rien pour crier au miracle.

    Je reconnais en François Legault un grand Canadien, les choses étant ce qu’elles sont. Autrement, je reconnaîtrais en François Legault un grand Québécois.

    Comme le faisait Charles de Gaulle à la BBC à une autre époque mémorable, je répète, Je reconnais en François Legault un grand Canadien, les choses étant ce qu’elle sont. Autrement, je reconnaîtrais en François Legault un grand Québécois.

    J'aime

  96. 21 février 2011 18 h 05 min

    Bon, j’ai lu le document de François Legault. Rien de bien emballant, mais pas aussi à droite que je l’aurais pensé.

    Il est toujours aussi obsédé par les indicateurs, lui, le père des contrats de performance. Il veut donc revenir avec des indicateurs de performance qui pourraient servir à évaluer les écoles et les profs (pour qu’ils reçoivent des augmentations de salaire ?).

    Drôle de synchronisme, il y avait un article dans La Presse d’aujourd’hui qui parlait justement de ce qui arrive quand on impose des indicateurs aux enseigants et aux directions d’école. On ne vise plus l’amélioration de l’enseignement, mais l’amélioration des indicateurs (j’avais parlé de ça dans ce billet https://jeanneemard.wordpress.com/2010/09/28/les-cibles/) :

    «Pour augmenter le taux de réussite dans les écoles, les enseignants se font demander de hausser artificiellement les notes des élèves.»

    «Les cibles de réussite que le ministère de l’Éducation impose depuis l’automne à toutes les commissions scolaires du Québec troublent les enseignants aux quatre coins de la province, a constaté La Presse. D’ici à 2020, toutes les régions du Québec devront hausser leur taux de réussite à des degrés variables.»

    «Mon directeur est venu me voir et m’a dit que j’étais trop rigoureux. Que mes élèves avaient des résultats en deçà des moyennes de la commission scolaire. On ne me l’a pas dit directement, mais il s’agit d’une invitation à diminuer mes critères»

    «Plusieurs sont alarmés de voir que le gouvernement favorise maintenant «la gestion par résultats», ce qui entraîne selon eux des pressions indues pour hausser les notes.»

    ««Avec la loi 88, on vise des chiffres. On calcule tout. Cette vision mathématique de la réussite ne passe tout simplement pas chez les enseignants», constate la présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE), Manon Bernard, qui dit être inondée de plaintes d’enseignants.»

    Les profs dénoncent la hausse artificielle des notes
    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201102/20/01-4372267-les-profs-denoncent-la-hausse-artificielle-des-notes.php

    J'aime

  97. koval permalink*
    21 février 2011 20 h 10 min

    Bon parallèle Darwin. Je n’ai pas lu le truc de Legault, ça a l’air tellement plate!

    J'aime

  98. 22 février 2011 7 h 09 min

    «Bon parallèle Darwin»

    Je ne suis pas le seul à faire un lien entre le texte de la CAQ sur l’éducation et les contrats de performance :

    «Le professeur Claude Lessard, qui est membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante, ne voit rien de nouveau dans le manifeste de la CAQ. Selon lui, M. Legault reprend l’idée des contrats de performances qu’il avait lui-même tenté de mettre en place il y a dix ans, alors qu’il était ministre de l’Éducation (1998-2002). »

    http://www.ledevoir.com/societe/education/317332/coalition-pour-l-avenir-du-quebec-le-milieu-de-l-education-attend-les-precisions-de-legault

    J'aime

  99. koval permalink*
    22 février 2011 8 h 00 min

    Darwin, tellement plate cette idée, on a vu Charest arriver avec les mêmes promesses mais qui disait miser toutes ses billes du coté de la santé.

    Legault a exactement le même discours, il a inter-changé les mots « santé » et « éducation ». Drabe drabe drabe, tellement que je doute qu’il puisse arriver à un certain leadership, il est possiblement beaucoup moins dangereux que ce que j’imaginais.

    J'aime

  100. 22 février 2011 18 h 24 min

    «il est possiblement beaucoup moins dangereux que ce que j’imaginais.»

    Je prenais les premiers sondages avec un grain de sel… Mais, il y a encore des alliances possibles, quoique son lancement n’a pas impressionné grand monde. Il y a seulement Deltell qui reste poli, probablement en espérant se lier avec lui. On verra !

    J'aime

  101. 22 février 2011 18 h 52 min

    Sans avoir lu le manifeste, rien n’empêche pour l’instant que François Legault devienne le remplaçant de Jean Charest et que le parti libéral réalise la souveraineté du Québec avant 2108.

    L’obstacle majeur à cet effet, la souveraineté, m’apparaît le Bloc.

    J'aime

  102. Richard Langelier permalink
    29 mai 2013 14 h 16 min

    Si François Rebello, grand souverainiste de gauche, est encore membre de la CAQ, il faudrait mettre une pointe de fleur de lys à la feuille d’érable et déplacer le point au sud-est dans le graphique 3. S’il n’est plus membre, on revient à la feuille d’érable et la moyenne est tirée par Deltell et Bonnardel. Alors, on a toujours une feuille d’érable et on s’en va au nord-ouest à vitesse grand V. Si les freins lâchent, seule une panne de comburant placerait le point encore sur mon vieil écran.

    Je rigole, mais hier je suis allé sur le site du Journal de Montréal. Je ne sais si un seul commentateur a dix pseudonymes, mais les paris pour un gouvernement caquiste majoritaire étaient nombreux à la suite de l’article sur le mutisme de Couillard à la suite de l’arrestation de Porter.

    J'aime

  103. youlle permalink
    29 mai 2013 18 h 30 min

    @ Richard Langelier

    « …mais les paris pour un gouvernement caquiste majoritaire étaient nombreux… »

    Ça marche déjà. C’est une victoire de la finance qui a eu le brillante idée de créer la la CAQ. Vous les connaissez: démaras, pédalo, cire roy, ect etc et leur larbin le go.

    Ainsi ils pourront se tirer à boulet rouge l’un et l’autre sans trop faire de dommage aux partis de la finance qui représente environ 50% du vote. Anisi à cinquante pour cent du vote, ils seront majoritaires pour dix à vingt ans. Dr Couillard risque de battre un record comme premier ministre du Québec. À moins d’une capastrofe.

    Et le PQ qui mord à l’hameçon pour se faire tirer à drette et on discute et on discute.

    J'aime

Trackbacks

  1. Tweets that mention L’échiquier de la politique québécoise « Jeanne Émard -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :