Aller au contenu principal

Les machines électorales

4 mai 2011

Par Darwin – Les résultats de l’élection de lundi nous ont fourni une mine d’enseignements qui susciteront des analyses sur bien des aspects de la vie politique et du fonctionnement des élections.

Au delà de mes sentiments de joie (perte de près de la moitié des circonscriptions québécoises pour le Parti conservateur du Canada) et de déprime (gouvernement majoritaire aux conservateurs), j’ai trouvé aussi un de ces enseignements des plus intéressants.

Faire sortir le vote

On nous casse les oreilles depuis toujours avec l’importance de «faire sortir le vote». On nous les casse d’abord parce qu’il s’agit d’un anglicisme, mais surtout parce qu’on nous a quelque part convaincus qu’un gain électoral ne peut être envisagé que si un parti possède une machine électorale puissante et bien huilée. Combien de commentateurs n’ont-ils pas relativisé l’importance de la vague orange au Québec en prétendant qu’il fallait tenir compte de l’absence de machine électorale capable de «faire sortir le vote»? Le NPD lui-même était des plus inquiets à ce sujet à la veille de l’élection.

Pourtant, sans organisation dans la plupart des circonscriptions, la vague orange a déferlé au Québec, telle qu’elle était prévue dans les derniers sondages, par exemple celui d’EKOS (page 4) qui a par ailleurs sous estimé grandement le vote conservateur dans le reste du Canada. Mais, peu de gens y croyaient vraiment. Un autre membre de QS que j’ai croisé hier après avoir voté a écarquillé les yeux quand je lui ai dit que je prévoyais au moins 40 circonscriptions au NPD. Pourtant, je m’étais même autocensuré à la baisse en disant ça. Mais, on avait de la misère à y croire. Je commence à penser que nous sommes tous victimes du matraquage sur l’importance de la machine…

De même, on avait la conviction que plein d’électeurs changeraient d’idée en se regardant dans l’isoloir voter pour un candidat inconnu au CV bien mince au détriment d’une personnalité politique bien établie. Avec la défaite des Duceppe, Paquette et autres Cardin, on doit réaliser que l’importance de la machine et de la personnalité des candidats doit être réévaluée….

Et alors…

Je ne prétends pas que la présence d’une machine électorale efficace ou de candidats reconnus pour leur valeur n’a aucune importance. Ce n’est pas le cas. Trop de résultats d’élections montrent leur grande importance pour qu’on se serve d’un seul cas pour prétendre que ces facteurs ne sont pas importants, alors qu’ils le sont manifestement. Je veux simplement montrer, encore une fois, à quel point les sciences sociales, que ce soit la science économique, les sciences politiques et toutes les autres, sont influencées par une multitude de facteurs qu’il est bien difficile de pondérer et dont l’importance varie d’une situation à l’autre.

En plus, je trouve que cela lance un message d’espoir aux formations plus petites, qui n’ont pas les ressources des plus grandes et ont aussi plus de difficulté à recruter des supposées vedettes politiques. Si elles parviennent à soulever l’intérêt de la population et à profiter d’une série d’événements imprévisibles (façon élégante de dire «si elles sont chanceuses»!), tout est possible. Je pense bien sur à une de ces petites formations, Québec solidaire, en écrivant cela, nombreux sont ceux qui l’auront compris!

114 commentaires leave one →
  1. koval permalink*
    4 mai 2011 8 h 31 min

    C’est dans le même esprits que le « travail terrain ».

    http://blogues.cyberpresse.ca/lagace/2011/05/03/un-quebec-orange-un-canada-bleu/

    Vrai que les inter relations entre humains sont ce qu’il y a de plus complexes à comprendre.

    Je trouve cela très rassurant dans un sens l’imprévisible comportement des gens…

    J'aime

  2. youlle permalink
    4 mai 2011 10 h 11 min

    C’est une machine qui a provoqué la vague orange et elle n’est pas électorale. Cette machine est la très puissante médiatique. Celle-là même qui vend des hamburgers et des iPods à la population.

    Je réalise aujourd’hui qui que si un citoyen du coin voulant simplement avoir un salaire assis chez-lui et juste un peu connu dans mon coin aurait battu à plate couture le député sortant qui toujours travaillé avec acharnement pour ses citoyens.

    Le député provincial d’ici, un autre travailleur acharné proche de ses citoyens, aurait subi le même sort avec l’ADQ s’il n’avait pas démissionné pour cause de maladie.

    Je réalise encore une fois que de vouloir donner du service aux siens et être honnête sa ne paye pas.

    On n’a qu’à prendre l’exemple des restaurants. Une bonne connaissance possédait le meilleur restaurant de ma petite ville. Il a essayé de le faire fonctionner pendant des années. Rien à faire. Il était quand même un peu malin et c’était protégé en en partant un semblable dans la ville voisine plus grande. Finalement il a fermé dans la petite ville et a embauché la grosse machine médiatique pour la grande ville. Il fonctionne maintenant à plein en a ouvert trois autres et une bonne partie de sa clientèle est celle qui le boudait dans sa ville natale.

    C’est la même chose pour les casse croûte ici encore. À l’heure où les restaurants du coin se mouraient dont le meilleur casse croûte, on a ouvert un macdo. Je suis convaincu qu’il a mangé de l’argent pendant 2 ou 3 ans. Aujourd’hui il roule à plein et a fait fermer ceux extérieurs à la ville et ceux d’ici en ont fermé ou en arrachent davantage. Depuis ce temps ont ouvert Subway, un Tim et un Valentine. La gastronomie au complet quoi!

    La grosse machine a gagné et c’est cette même machine qui a soufflé la «balounne» orange.

    J'aime

  3. the Ubbergeek permalink
    4 mai 2011 12 h 26 min

    Oui, mais j’ai toujours eu de la misère avec cà, y’a un GROS point faible dans cet argument un peu conspirationiste, m’excuse;

    -Pourquoi le pouvoir corporatiste et capitaliste pousserait un parti et des gens GAUCHISTES? Pourquoi un gars qui a des allures de Lula?

    Ca ne colle pas! Même si le NPD a viré un peu au centre, ca reste la gauche quand même, un anathème au capîtalisme pur?

    La seulle chose serait qu’en opposition, ils seraient plus facile à faire déconner peut-être, et présenter comme indésirables?

    J'aime

  4. youlle permalink
    4 mai 2011 13 h 53 min

    « -Pourquoi le pouvoir corporatiste et capitaliste pousserait un parti et des gens GAUCHISTES? »

    Parce que sa paye. Rien d’autre. La gauche, la droite, la couleur n’a pas d’importance.

    L’important c’est de tout faire pour mettre un parti qui est avantageux pour sois au pouvoir pour parvenir à ses fins. Donc si on doit mette de l’argent pour diviser les forces de ceux qui sont contre nous, c’est la stratégie à appliquer. La partisannerie n’a pas d’importance.

    Il faut dire aussi que cette stratégie peut échouer.

    De ce que j’ai lu de Luc Philpot, le slogan  » Égalité ou indépendance » de l’Union Nationale serait du groupe power et non de Daniel Johnson père.

    J'aime

  5. the Ubbergeek permalink
    4 mai 2011 14 h 20 min

    Mais ecore, la gauche est anathème aux idéologues de droite.
    Oui, si le gars se fout même de son propre camp, ou a un plan pour les faires idiots utiles, peut-être. Mais jamais. JAMAIS certains, même si c’était vital, collaborerait avec la Gauche.

    Avez-vous oublié la Guerre froide et sa survivance aux USA (et canada)? Avez-vous écouté certains fans d’Harper des NéoCons?

    Les gens ont aussi un orgeuil, peuvent s,aveugler, etc… et il y a le syndrome de la Pureté idéologique et du ‘chronic backatabbing’.

    J'aime

  6. youlle permalink
    4 mai 2011 15 h 53 min

    Ubbergeek, je vous parles d’argent, pas de conviction ni l’allégeance idéologique ni de survivance.

    Des gens « honnêtes » qui mentiraient contre leurs allégeances pour 500 000$, les plaines d’Abraham ne sont pas assez grandes pour tous les accueillir. En affaires c’est primordial de savoir que le gars qui est en face de vous veut peut être s’emplir les poches peu importe si c’est à vos frais ou à votre survie.

    Vous n’avez jamais vu un entrepreneur libéral ou conservateur emplir les caisses des deux partis? Moi si. J’ai eu un employé qui était libéral peinturé et le soir des élections, il allait visiter les autres camps pour dire on a gagné ou on a perdu.

    Quand il y a un milliard à faire, le camp c’est le milliard.

    J'aime

  7. Benton permalink
    4 mai 2011 17 h 16 min

    Quelques données préliminaires d’Élection Canada:
    Taux de participation:
    Canada: 61.4% (58.8% en 2008)
    Québec: 62.2%
    Ontario: 62.2% (un point commun avec le Québec!)
    Alberta: 56.4%

    2.6% de plus en participation qu’en 2008, le vote n’est pas sorti fort…

    À 56.4%, les organisations politique n’ont pas travaillé fort en Alberta. Sans doute pour l’un, c’était de l’acquis et pour les autres, peine perdue.

    Pourcentage de vote:
    Conservateur: 39.6%
    Nouveau parti démocratique: 30.6%
    Libéral: 18.9%
    Bloc: 6.0%
    Vert: 3.9%

    Comme quoi il est possible d’avoir une majorité de députés avec moins de 40% des votes. C’est là que l’organisation et les moyens font la différence, en ciblant les comtés potentiels.

    Finalement, 24.3% des électeurs ont votés pour le parti conservateur.
    Avec une bonne organisation, l’on peut être majoritaire en allant chercher moins 25% de l’électorat!

    Je crois qu’on a pas fini d’entendre Harper parler au nom des concitoyens canadiens…

    En France, avec un deuxième tour de scrutin, Harper n’aurait jamais passé. Force d’admettre que Sarko est plus représentatif qu’Harper ne pourra jamais l’être….

    J'aime

  8. 4 mai 2011 18 h 06 min

    @ Koval

    «C’est dans le même esprits que le « travail terrain ».»

    En effet ! Moi qui pnsais avoir trouvé un angle original ! 😉

    @ Benton

    «Comme quoi il est possible d’avoir une majorité de députés avec moins de 40% des votes»

    Ce n’est pas nouveau. Chrétien avait eu un gouvernement majoritaire en 1997 (155/301) avec seulement 38,5 % du vote. Il faut dire que le Reform et le parti conservateur étaient encore séparés.

    http://www.elections.ca/content.aspx?section=res&dir=rep/off/dec3097&document=synopsis06&lang=f

    «C’est là que l’organisation et les moyens font la différence, en ciblant les comtés potentiels.»

    Je crois avoir nuancé à ce sujet. Mais, comme les commentateurs le disaient le soir de l’élection, le PCC a remporté plein de corconscriptions qu’il n’avaient pas ciblées, entre autres à Toronto et autour…

    Et le NPD n’avait ciblé que 4 ou 5 circonscriptions au Québec !

    J'aime

  9. the Ubbergeek permalink
    4 mai 2011 20 h 21 min

    L’histoire de Ruth-Ellen Brosseau me met mal à l’aise.. d’un coté, il y a eu peut-être fraude..

    Mais de l’autre…

    Est-ce que les Conservateurs ont un agenda caché style Républicains-Tea Party, le Plan Recal et tout cà, pour faire chutter les députés NPD et autres?

    Suis-je parano?

    J'aime

  10. 4 mai 2011 20 h 40 min

    «Suis-je parano?»

    Probablement…

    J'aime

  11. the Ubbergeek permalink
    4 mai 2011 20 h 51 min

    Le problème est, aux USA, en tout, c,est un vrai plan – faire tomber le plus de Démocrates si ‘faible’…

    J'aime

  12. koval permalink*
    4 mai 2011 21 h 25 min

    Je ne sais toujours pas au sujet du scrutin proportionnel….

    Corrige-moi Darwin, mais il me semble que tu voulais écrire sur ça…

    Un dénommé Voltaire sur BV, un type qui m’a l’air assez sérieux m’avait suggéré ces lectures…que je n’ai pas lu encore…

    « Le représentant le plus articulé de ce mode de scrutin est Paul Cliche. Il a écrit le livre Pour réduire le déficit démocratique: le scrutin proportionnel. Il a également écrit plusieurs textes dans Le Devoir sur cette question qui sont encore disponibles sur le site du journal.
    Pour un tour d’horizon complet, la Commission des institutions de l’Assemblée Nationale avait produit le document «La réforme du mode de scrutin» en octobre 2002. Il est probablement encore disponible sur le site de l’A.N. »

    J'aime

  13. Benton permalink
    4 mai 2011 23 h 04 min

    La différence entre en conservateur défait et un néo-démocrate défait: Pour le conservateur, le parti lui trouve un job, pour le néo-démocrate, il continue sa job… ou retourne au étude!

    J'aime

  14. jack permalink
    5 mai 2011 1 h 29 min

    Je vais me déguiser en analyste politique. Je le précise: c’est un déguisement. Mes compétences réelles sont très réduites. Mais voilà mon opinion.

    Postulat principal: le Québec est résolument anti-Harper. Il ferait n’importe quoi pour éliminer Harper. S’ils perçoivent que voter pour les libéraux est la meilleure façon d’évacuer Harper, ils voteront libéral. Pas par conviction. Par stratégie anti-Harper.

    En campagne électorale force est d’admettre que le Bloc a été faible. Le slogan d’abord: beaucoup trop facile à ridiculiser. Parler, parler… c’est tout ce qu’ils peuvent faire, parler. Ou encore: parlons Q (dans mon comté j’ai vu 2 pancartes vandalisées qui masquaient le « c »). Puis le message hargneux de Duceppe.

    Les Québécois, je crois, sont plus bon vivants que les anglo-saxons et moins accrochés par les campagnes négatives. Dommage pour Duceppe.

    Puis un Layton jovial et sympathique passe à TLMEP. Des sondages montrent une hausse du NPD. Des libéraux déçus d’Ignatieff rejoignent le NPD tant pour leurs convictions fédéralistes qu’anti-Harper. La boule de neige est amorcée.

    L’optimisme contagieux de Layton accroche des bloquistes. La boule de neige grossit. Et là plusieurs électeurs se disent que la meilleure façon de battre Harper est de voter NPD. Les sondages confirment cette stratégie. Rien ne peut plus bloquer l’avalanche au Québec. Chaque sondage supplémentaire confirme la stratégie anti-Harper gagnante et fait grossir la boule de neige.

    Comprenons bien ce que cela signifie: il n’y a en réalité que très peu d’appui réel pour le NPD. Presque tout le monde a voté pour son deuxième choix. Les libéraux rouges des pieds à la tête n’ont pas voulu gaspiller leur vote et ont voulu battre Harper tout en restant fédéraliste. Des bloquistes les ont rejoints pour bloquer Harper mais leur allégeance réelle demeure bloquiste.

    Selon moi le Bloc est loin d’être mort. J’y vais même d’une idée audacieuse: si Ignatieff avait eu une campagne démarrant sur les chapeaux de roue le bloc aurait encore au moins 30 députés car la boule de neige n’aurais pas pu s’amorcer autant.

    Mais ça n’aurait pas changé grand-chose. On aurait encore un gouvernement conservateur majoritaire. Exactement ce que les Québécois ne veulent pas. Absolument pas.

    Moi, si j’étais péquiste, je serais content. Pas tout à fait à la Bernard Landry mais pas loin.

    J'aime

  15. the Ubbergeek permalink
    5 mai 2011 2 h 09 min

    Sur to truc de ‘campagne hargneuse’…

    Sur un blogue de gauche américain, j’ai vue le blogueur critiquer sévàrement ce fameux ‘happening’ pour ‘restaurer’ la sanité, contre les Teabaggers et tout…

    Bien que je trouve il a pas sasisit l’importance du sérieux actuellement de ca, et en même temps, du nécessaire de rire une peu de ces idiocies de droite, il avait pas tort sur un point..

    Le problème avec la gauche américaine – et peut-être la notre, quoique moins Amir peut-être… c’est qu’elle est trop…gentille. Tropd oouce et entre autre, elle joue et croit actuellement au slogan faux pseudo-centriste mais en fais de droite que les ‘derux cotés on des extrème(istes), et il faut’ les calmer et modèrer. Quand en fais, la scène, levrai pouvoir et problème était la droite ravageuse et puissante, républicains et tea party.

    Sa conclusion, est que la gauche doit se batre en retour. Hargneusement, avec rfougue et énergie. Moins de Layton, plus de Chartrand. Moins de new left hippe pacifiste, plus de marxiste 9enfin, pas littéralement) enragé.

    Sans tomber dans le populisme crase, la démagogie, et tout, la gauche doit combatre. Il y a une Kultukempf. Et la gauche a RAISON (enfin, plus..). Il y a un ennemi, un danger. Un coté sombre.

    J'aime

  16. 5 mai 2011 5 h 49 min

    @ Koval

    «il me semble que tu voulais écrire sur ça…»

    C’est toujours sur ma liste, mais c’était une demande de Luto, qui semble mieux conna^tre ça que moi. Pour écrire là-dessus, jee devrais aussi me taper quelques lectures… Dans le fond, aprèd une élection comme celle-là, ce serait sûrement pertinent…

    @ Jack

    «le Québec est résolument anti-Harper.»

    D’accord

    «S’ils perçoivent que voter pour les libéraux est la meilleure façon d’évacuer Harper, ils voteront libéral.»

    Pas sûr du tout ! C’est justement une des raisons pour lesquelles c’est le NPD qui a été choisi.

    Pour le reste, ça me va pas mal, sauf que je ne crois pas que bien des Québécois qui ont voté NPD avaient vraiment un premier choix.

    @ the Ubbergeek

    J’en ai déjà parlé ici à plusieurs reprises : jamais je ne serai d’accord pour que la gauche adopte les clips et autres formules démagogiques de la droite.

    J'aime

  17. 5 mai 2011 5 h 51 min

    Je vois que vous avez posé la même question ailleurs et n’avez pas reçu la même réponse qu’ici !

    C’est un bon test pour mieux connaître son interlocuteur !

    J'aime

  18. the Ubbergeek permalink
    5 mai 2011 7 h 07 min

    @Darwin

    Pas besoin de tomber dans la démagogie facile, et le gars déoncait cà.

    Ce qu’il dénoncait aussi, c’est un certain ‘nous sommes gentil et fin, une peur de brasser la cage – peur d’un vieux fond Maccarthyste et tout.

    La gauche politique a besoin d’uN Michel Chartrand. D’un… ironiquement, Trudeau, sans les magouilles et arrogance et gout du pouvoir, mais avec son sens provocant et qui vas dans ses plans. D’un Parizeau.

    La gauche nord américaine manque de mordant. Elle doit apprendre à se battre, comme la gauche d’avant la WW2.

    J'aime

  19. 5 mai 2011 7 h 16 min

    »La gauche politique a besoin d’uN Michel Chartrand.»

    Je n’échangerais jamais un Amir Khadir ou une Françaoise David pour au nouveau Michel Chartrand. Léo-Paul Lauzon n’était-il pas supposé être son successeur ? Bon, la maladie l’a forcé à ralentir, je le regrette, mais, encore là, je choisis les deux porte-parole de QS sans hésiter.

    J'aime

  20. koval permalink*
    5 mai 2011 7 h 50 min

    On a eu deux gars de gauche, un avec du mordant, Duceppe, moi j’aimais bien son style, mais le style Layton, plus doux plus positif plus souriant a gagné….

    Obama a gagné aussi en restant droit, intègre, jamais baveux, il n’a jamais attaqué ses opposant. Il est resté positif….

    Faut en tirer des leçons, les politiciens à la mode n’ont rien à voir avec l’attitude de Chartrand ou Lauzon.

    Même si j’admire ces hommes, il ne représentent plus le politicien moderne que plusieurs espèrent..

    J'aime

  21. youlle permalink
    5 mai 2011 11 h 05 min

    Les Québécois qu’ils soient de centre droit ou de centre gauche ne veulent pas du style de vie des gens pro Harper ou réform conservateur.

    En votant NPD ils ont essayé une autre voie, celle d’un parti fédéraliste qui n’est pas anti-social.

    Pendant quatre ans la population et les député auront l’opportunité de tester le fédéralisme pour voir si sa peut être différent. Je crois que c’est nécessaire surtout pour les plus jeunes.

    J'aime

  22. risi permalink
    5 mai 2011 14 h 30 min

    J’m’en r’mets à peine avec beaucoup de peine
    …pcq la faute d’la machine, ben, cé moé.
    Cé ma faute si mon candidat é pas rentré.
    Voici l’histoire

    Le bureau du Bloc m’appelle pour assistance dans la soirée du 2: appels téléphoniques pour faire sortir le vote.
    Mais
    Mais
    Mais… on m’donne, par mauvais hasard, la liste de MA section.

    Évidemment, arrive c’qui d’vait arriver: j’me trouve à m’appeler moi-même.
    Mais i’ s’est adonné que j’avais pas l’goût d’êt’ dérangé pour des futilités électorales; j’me préparais à écouter le hockey. Alors j’ai été pas très gentil, j’me suis engueulé, injurié, envoyé chier…

    J’tais en chrisse, j’lui ai raccroché au nez
    et j’ai décolissé. J’avais foutu la pagaille chez moi-même, j’ai foutu l’camp.

    Bref, ma section n’a pas été contactée, le vote n’est pas sorti, mon candidat s’est fait battre.
    Ah, misère!

    Quand même j’me console, un peu, en m’disant qu’au moins, il n’a pas été délogé par un fantôme,

    Eh, vous avez vu ça?
    Wow!
    On avait Drummondville, notre « newfieland »; on l’a p’us, elle s’est réhabilitée,
    mais on vient d’en trouver une meilleure encore: Trois-Rivières!
    Wo, wo, j’vous entend dire que les Trifluviens ont rien à voir là-d’dans. Un instant! C’est eux qui ont accepté ça. ‘s ont même voté pour ça, ‘sti! Des morons, j’vous dis! En passant, on est tout près d’Hérouxville.
    Pi l’ NPD? Ouuuuhhhh-lalala! J’veux ben croire que son intelligentsia ne comptait pas remporter ce comté. Mais, bout d’tabarnak, nommer une fillette …et unillingue anglophone! Y a des limites à l’indécence. Et, en plus, on apprend que sa candidature aurait été truquée


    Finalement, j’me d’mande si mon candidat, n’est pas content de s’être fait zigouillé…

    J’me console avec ça.

    J'aime

  23. 5 mai 2011 18 h 00 min

    Lu dans le Devoir ce matin (article cadenassé), dans la chronique de Michel David (Le vieux cauchemar) :

    «Qui plus est, le NPD vient de démontrer de façon spectaculaire qu’un parti politique peut très bien balayer le Québec sans disposer d’une grosse organisation ni d’une impressionnante brochette de vedettes.»

    Les grands esprits se rejoignent. Mais, vous l’aurez lu ici avant !

    J'aime

  24. koval permalink*
    5 mai 2011 18 h 24 min

    Ou bien tu as fait sortir le vote……pour le NPD….il y a eu plein de traîtres parmi ces Bloquistes, nécessairement….

    J'aime

  25. koval permalink*
    5 mai 2011 19 h 50 min

    Risi, pour la pôv Ruth Moi, je propose de la remplacer par Mme Muguette Paillé, la championne du débat, je crois que ces deux femmes sont dans le même comté….Mme Muguette cherchait une job en plus….

    J'aime

  26. 5 mai 2011 20 h 55 min

    @ Koval

    «je crois que ces deux femmes sont dans le même comté…»

    Enfin, Ruth y a gagné, mais ne vient pas de là !

    Mais, je commence à avoir mon voyage d’entendre et de lire 1000 reportages sur elle… C’est drôle, quand le frère de Patof, Édouard Desrosiers, digne «chanteur lyrique», a été élu dans Hochelaga-Maisonneuve, on n’en a pas fait tout un plat !

    Et pire, quatre des poteaux du PPC (progressiste-conservateur) de l’ère Mulroney, dont le merveilleux Édouard, ne se sont pas représentés, car «mêlés à divers scandales financiers et judiciaires».

    «Chez les conservateurs, Charles Hamelin (Charlevoix) cède son siège à son chef Brian Mulroney qui choisit cette circonscription dans laquelle se trouve maintenant la ville de Baie-Comeau; Roch Lasalle (Joliette), Fernand Ladouceur (Labelle) et Anne Blouin (Montmorency-Orléans) se retirent de la politique pour des raisons diverses, tandis que quatre autres députés conservateurs, mêlés à divers scandales financiers et judiciaires, doivent se retirer, soit André Bissonnette (Saint-Jean), Michel Côté (Langelier), Édouard Desrosiers (Hochelaga-Maisonneuve) et Michel Gravel (Gamelin).»

    http://www.pum.umontreal.ca/apqc/88_89/drouilly/drouilly.htm

    Je répète, bizarre, ça, on n’en a pas trop parlé !

    Et que dire de Ricardo Lopez, élu lui aussi comme poteau en 1984 et même réélu en 1988 ! «En tant que député, Lopez tint parfois des propos controversés. Il embarrassa le Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney en 1990 pendant la crise d’Oka, en déclarant qu’il valait mieux déporter les autochtones au Labrador. Lopez vota également en faveur de l’interdiction de l’avortement et suggéra d’abolir l’aide sociale aux personnes aptes au travail»

    Et, il n’a pas dit que ça…

    J’ajouterai pour finir que l’élection de Mme Brosseau est drôlement plus étonnante que celle des poteaux de l’ère Mulroney, qui, en raison du «beau risque» de René Lévesque, bénéficiait de l’appui du PQ !

    «Lors de l’élection fédérale canadienne de 1984, le Parti québécois s’engagea à soutenir le Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney dans le but de réformer le fédéralisme canadien»

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Beau_risque#La_naissance_de_l.27entente

    J'aime

  27. koval permalink*
    5 mai 2011 21 h 00 min

    Darwin, t’inquiètes, je pense comme toi…

    J’ai écrit ceci sur BV plus tôt dans la journée…

    « Mon coeur était avec le Bloc mais ces gens du NPD, quand on les regarde de plus près me semblent assez instruits, quelques uns ont des cv pas mal impressionnants…

    Il y a bien 3 ou 4 poteaux, mais bon, si vous voulez parler de poteaux pour vrai, et des poteaux irrécupérables, je vous nommerai des gens du PCC…Ils ne peuvent même pas parler tellement ils sont tenus en laisse. Et si Harper les tient en laisse, c’est parce que ce sont des piochons surtout.

    Quelques journalistes ne suivant pas la vague, comme Foglia l’a dit, ces gens nouveaux du NPD ne sont pas tous des ratons laveurs…

    Les journalistes devraient y regarder de plus près….. »

    J'aime

  28. koval permalink*
    5 mai 2011 21 h 02 min

    Mais j’ai aussi écrit ceci:

    On se demande à quoi servait le Bloc….

    Depuis que Duceppe est à Ottawa, on n’a jamais eu autant de parlementaires bilingues, il a fait respecter, du moins par rapport au passé, le fait français à Ottawa. En fait le Canada se glorifie d’être un pays ayant deux langues officielles, Duceppe les a talonnés constamment sur ce point. Paradoxalement, ça a imposé un respect mutuel qui était moins grand avant.

    Je sais que ça fait aussi cliché de le dire mais c’est vrai qu’il défendait très bien les intérêts du Québec. Croire que Layton va nous défendre, par exemple si les transferts au Québec sont injustes, est une utopie. Il ne s’en rendra même pas comte, et on ne peut pas compter bien bien fort sur son équipe québécoise de poteaux pour nous en faire part.
    Donc, on n’en sera même pas informés…

    Une mince consolation, la députation du NPD comporte des gens assez impliqués et instruits, la vague NPD est pas mal moins garnie d’imbéciles que ne l’était la vague Adéquiste.

    Au vingtième anniversaire du Bloc, dans le National Post, il y avait une belle chronique pour souligner les 20 ans de futilité du Bloc. Cela fait 20 ans que les fédéralistes de tout acabit méprisent cette formation politique, comme si elle n’avait jamais été légitime. Eh bien, la propagande de mépris du ROC envers le Québec et plus viscéralement envers le Bloc, a fini par nous contaminer….les Québécois se sont fait passer un gros sapin.

    Moi, je n’ai rien contre le NPD, mais envoyer une opposition centralisatrice sans expérience, moins branchée sur le Québec, devant un Harper très fort, c’est bien entendu un gros « moins » pour nous. En perdant le Bloc, on perd aussi toute l’idée de décentralisation des pouvoirs. Un Harper très fort très centralisateur, et une opposition forte et centralisatrice…..Pourtant toutes les provinces préfèreraient rapatrier leurs pouvoirs. Duceppe était le porte-parole de cette décentralisation qui profitait aux provinces.

    Rester dans le Canada, passe encore, on peut bien vivre avec ça mais n’avoir aucun pouvoir à cause de forces centralisatrices, c’est assez stupide…

    J'aime

  29. the Ubbergeek permalink
    5 mai 2011 21 h 06 min

    Duceppe est plus de centre que de gauche je dirait… mais enfin.

    Obama a aussi perdu des point en essayant par example de parlementer avec les républicains; très mauvaises idées dans le contexte actuel peut-être. Trop gentillet.

    J'aime

  30. the Ubbergeek permalink
    5 mai 2011 21 h 08 min

    Pas antisocial. Un gars avec du mordant, de la franchise, qui se bat avec fougue et hargne pour le peuple et ses idées. Pas un ghandi gentillet, sans offence à sa mémoire.

    J'aime

  31. koval permalink*
    5 mai 2011 21 h 08 min

    Alors tu vois, mes sentiments sont partagés entre le deuil du Bloc, tué par ce maudit NPD 👿 et l’espérance de la montée de la nouvelle équipe…

    J'aime

  32. 5 mai 2011 21 h 29 min

    «mes sentiments sont partagés entre le deuil du Bloc»

    Disons que mon deuil est moins profond que le tien !

    J'aime

  33. koval permalink*
    5 mai 2011 21 h 36 min

    Demain, il ne me restera que les espoirs pour le NPD…..j’ai encore besoin de temps pour digérer la chute du Bloc…

    J'aime

  34. the Ubbergeek permalink
    5 mai 2011 23 h 35 min

    Nous verrons avec le temps quelle vision de gauche mènera dans le NDP… un néosocialisme style QS, sympathique au Québec, ou un paléosocialisme plus traditionel et rigide sur le nationalisme québecois….

    J'aime

  35. Richard Langelier permalink
    6 mai 2011 0 h 26 min

    Je n’éprouve aucun deuil pour le Bloc. Je réside dans Laurier-Ste-Marie et la seule fois où je n’ai pas voté pour le NPD, c’est quand Mme McLaughin martelait au débat des chefs : « Il n’y a pas de question québécoise, c’est juste une question de chômage ». J’étais pourtant souverainiste. Aujourd’hui, je ne le sais plus. Après m’être appuyé sur la droite nationaliste pendant 40 ans pour espérer dépasser 50% des votes au 18e référendum, disons qu’un matin sur deux, je me dis qu’on devrait laisser tomber.

    D’une certaine façon, je comprends que le CCF puis le NPD aient été centralisateurs. Le niveau de gouvernement qui négocie les traités commerciaux est le mieux placé pour fixer le niveau du salaire minimum et la fiscalité des entreprises. Le hic, c’est que dans les pores de la société canadienne-française, les sœurs et frères économes voyaient la nécessité d’une rationalisation des secteurs de la santé et de l’éducation. Technique obligeant, la charité ne suffisait plus [1] puisqu’il fallait demander des subventions pour l’équipement médical et les bibliothèques. D’ailleurs, la commission Parent a été dirigée par… Mgr Parent.

    Le NPD n’a pas compris ce désir de rapatriement de l’État-providence par les Québécois. Peut-on croire à la Déclaration de Sherbrooke favorisant un fédéralisme asymétrique? Il me semble peu probable que le ROC accepte de céder des pouvoirs au Québec, mais il me semble aussi peu probable qu’une majorité de Québécois opte pour la souveraineté. L’écriture libère. Je viens de passer à deux matins sur trois : pourquoi pas un gouvernement social-démocrate à Ottawa et un à Québec?

    Comme je considère que jeanneemard est un blogue sérieux, je n’y reproduirai pas mes griefs contre Québec solidaire que j’ai exposés à satiété sur le blogue de Françoise David. À propos du texte « les machines électorales », je me permets ces remarques :
    – au Québec, les sociaux-démocrates souverainistes et fédéralistes ont pu voter pour le même parti. Lors des prochaines élections provinciales, les sociaux-démocrates fédéralistes seront toujours orphelins politiques.
    – Si Québec solidaire présente enfin une plate-forme et surtout un cadre financier électoraux sérieux, plusieurs sociaux-démocrates souverainistes pourront voter, en faisant abstraction des collectifs « marxistes révolutionnaires » qui acceptent les principes fondamentaux du parti, démontrant ainsi que ce parti n’est pas fondamentalement social-démocrate.

    Alors, 10 à 15% des votes et Amir Khadir est réélu dans Mercier (malgré mon abstention).

    [1] À leurs yeux. En réalité, Paul Martin père a été le ministre libéral qui a appliqué Medicare avec les provinces, à la suite de revendications des mouvements sociaux, de Tommy Douglas, de Romanow (père). Dans l’enfance, Paul Martin a été victime d’une paralysie qui lui a laissé des séquelles importantes parce qu’il n’a pu être soigné à cause de la pauvreté de la famille. Son fils réduira de façon importante le financement du fédéral aux provinces pour la santé, l’éducation postsecondaire et l’aide sociale.

    J'aime

  36. the Ubbergeek permalink
    6 mai 2011 1 h 48 min

    Le cadre est sérieux, je trouve. Et la souveraineté peut être progressiste…

    J'aime

  37. Déréglé temporel permalink
    6 mai 2011 3 h 01 min

    « Moins de new left hippe pacifiste, plus de marxiste 9enfin, pas littéralement) enragé. »

    Si tu m’ramène du marxisme dans le paysage, tu m’perds aussi sec!
    Pas capab’

    J'aime

  38. the Ubbergeek permalink
    6 mai 2011 4 h 18 min

    La passion, l’énergie.. etc.. pas LE marxisme. Genre jeune Lula?.

    J'aime

  39. 6 mai 2011 5 h 49 min

    «Le niveau de gouvernement qui négocie les traités commerciaux est le mieux placé pour fixer le niveau du salaire minimum »

    Le même partout au Canada ? Ouch…

    «démontrant ainsi que ce parti n’est pas fondamentalement social-démocrate.»

    Me semblait que vous vous retiendriez… Enfin, déterminer l’enlignement d’un parti par les gens qui l’appuient plutôt que par son programme et sa plateforme, c’est assez spécial… et illogique !

    En plus, je ne vois vraiment pas le lien entre vos sempiternelles récriminations contre QS et le sujet du billet.

    J'aime

  40. the Ubbergeek permalink
    6 mai 2011 6 h 00 min

    Il a fais des critiques plus poussées sur bien des aspects sur le blogue de Françoise David (que je suis). Cependant, il est un peu négatif bien souvent, je crois…

    Je trouve cà un peu dommage… Il pourrait appuyer QS, même dans son ‘imperfection’ – vaut mieux que…
    À se demander ce qu’il veut. Un centre-gauche? La gauche? ‘Gauche efficace’ – souvent plutôt un Centre?

    Parce que si on pousse QS vers le centre un peu plus, cà donne quoi? Un PQ plus gentillet? Faus pas avoir le courage d’aller contre le vent pour être de gauche?
    je sais qu’il faut être réaliste, mais…

    J'aime

  41. koval permalink*
    6 mai 2011 6 h 25 min

    « Sa conclusion, est que la gauche doit se batre en retour. Hargneusement, avec rfougue et énergie. Moins de Layton, plus de Chartrand. Moins de new left hippe pacifiste, plus de marxiste 9enfin, pas littéralement) enragé. »

    Un suicide politique si vous voulez mon avis…La hargne n’a pas la cote au Québec, on a entendu 1000 fois que le coté positif de Layton plaisait…

    J'aime

  42. the Ubbergeek permalink
    6 mai 2011 6 h 30 min

    Mais la fougue et l’énergie de Kadhir, même si controversées, ont aussi leurs fans…

    J'aime

  43. 6 mai 2011 6 h 49 min

    «Mais la fougue et l’énergie de Kadhir, même si controversées, ont aussi leurs fans…»

    Mais, justement, sa fougue est loin du marxisme et de la hargne !

    J'aime

  44. the Ubbergeek permalink
    6 mai 2011 7 h 12 min

    Encore là, je veus pas *le* marxisme, mais l’énergie et passion stéréotypé de cette variétés de gauchistes.

    Parce qu’en même temps, si on croit sondages et cie, les gens trouvent les politiciens ternes, pales, intéressées…

    Et si un politicien commencait, à la gauche, à en avoir assez, à dénoncer avec ‘hardeur’ les crosses, manipulations, trucs, etc…?

    Je trouve la gauche trop gentillete des fois, moi. Un politicien qui dit hors du Parlement par example, ‘shame ON YOU!’, ‘Les gesn en ont assez de la bêtise populiste crasse!’, etc… Moi, ca me semblerait un vent der fraicheur!

    J'aime

  45. koval permalink*
    6 mai 2011 7 h 27 min

    « Parce qu’en même temps, si on croit sondages et cie, les gens trouvent les politiciens ternes, pales, intéressées… »

    Je ne vous suis pas, Amir récolte des hommages inespérés dans les sondages, je ne veux surtout pas qu’il change..

    http://ruefrontenac.com/nouvelles-generales/politiqueprovinciale/31473-amir-khadir-sondage-politicien-popularite-jean-charest-le-devoir-the-gazette-pierre-curzi-pauline-marois-francois-legault

    J'aime

  46. koval permalink*
    6 mai 2011 7 h 32 min

    Amir est à mille lieux du politicien terne et il a une énergie extraordinaire. Moi, contrairement à vous, j’ai peur qu’il fasse des débordements,..il faut qu’il évite de donner des munitions à ses ennemis..sans se priver de passer son message.

    J'aime

  47. 6 mai 2011 7 h 34 min

    «je ne veux surtout pas qu’il change..»

    Il est un des seuls qui ne paraît justement pas faire partie des politiciens «ternes, pales, intéressées», alors je suis bien d’accord avec toi !

    J'aime

  48. the Ubbergeek permalink
    6 mai 2011 7 h 47 min

    Je sais, c’est un peu actuellement mon point – il est aimé parce qu’il semble pas faire de bullshit. Poli, mais pas de bullshit.

    J'aime

  49. the Ubbergeek permalink
    6 mai 2011 7 h 52 min

    Le problème reste…

    Avec cette démagogie de ‘La gauche et la droite, c’est la même chose au fond’, il y a le problème que la droite, au Canada aussi…

    Elle joue pas les règles. Elle agress, elle accuse, elle attaque, etc… Et – au moins au début – ca a marché au Québec. La droite gange parce qu’elle ne se défend pas. Elle attaque aussi.

    Et c,est le problème, semblait dire ce gars, là ou je me demande si il a pas raison.

    La gauche doit attaquer aussi, en retour. Avec logique, mesure, mais aussi énergie et force.

    La droite a bien plus de moyens que la gauche, économiquement ‘at the very least,. Si la gauche joue trop gentil fair play, ca va nuire, moi je dit.

    Il faut plusieurs Kadhir et autres.

    J'aime

  50. Richard Langelier permalink
    6 mai 2011 13 h 49 min

    Je vais tenter de reprendre, sans sempiternelles récriminations [1].
    Québec solidaire est un parti de gauche, féministe, écologiste, altermondialiste et souverainiste. Le modèle économique inclus dans sa Déclaration de principes est social-démocrate. Est-ce que les sociaux-démocrates de Westmount-St-Louis (qui inclut beaucoup d’étudiants de l’université McGill) pourraient voter pour Québec solidaire, malgré son option constitutionnelle? Moi, j’ai fait fi de l’option constitutionnelle du NPD lorsque j’étais souverainiste relativement convaincu [2]. Je m’interroge, mais je ne conseille pas aux membres de Québec solidaire d’abandonner leur option souverainiste. Sans sondages à l’appui, j’avance l’hypothèse que cette option n’est pas acceptable pour plusieurs électeurs qui partagent les autres objectifs de Québec solidaire. Darwin me corrigera si je trahis sa pensée, mais je crois qu’il faisait la même hypothèse dans « Québec solidaire, un parti montréalais? ».

    Gil Courtemanche et Jean-Marc Piotte ont exprimé dans les pages du Devoir leur souhait de voir Québec solidaire abandonner son option constitutionnelle. Comme orphelin politique, sensible aux questions de justice sociale, je partage souvent leur souhait. Pourquoi ne pas dire aux électeurs : « Contrairement à ce qu’affirme le Parti québécois, nous croyons qu’il est possible d’accroître les revenus du gouvernement de la province de Québec de 6 G$ par année, en incluant les économies engendrées par Pharma-Québec. Si vous voulez des programmes sociaux plus généreux, ou bien vous optez pour la souveraineté, ce qui est notre choix, ou bien vous vous impliquez en politique fédérale pour faire en sorte qu’il y ait un gouvernement social-démocrate »?

    Après la guerre, le gouvernement fédéral a instauré un État-providence. Le gouvernement duplessiste ne l’a pas fait. Il y avait bien la pension des mères nécessiteuses. Cesdites mères devaient quémander cette pension, mais il était hors de question qu’une mère monoparentale (considérée alors comme « fille-mère ») y ait droit. Je dis que d’une certaine façon, je comprends la gauche anglo-canadienne d’avoir été centralisatrice. Au sein du Parti communiste canadien, Henri Gagnon a quitté ce parti à la suite d’une controverse avec Stanley Ryerson sur la question québécoise. Par la suite, ce dernier est devenu professeur d’histoire, dès la fondation de l’UQAM et il a été professeur émérite jusqu’à sa mort. Il a écrit « Unequal Union » traduit par « Capitalisme et confédération ». Il a été très sensible à la question québécoise. Au CCF puis au NPD, il y a eu la même incompréhension de la spécificité québécoise.

    Lorsque l’économie canadienne était beaucoup plus fermée, la gauche anglo-canadienne avait raison de s’inquiéter que les provinces attirent les entreprises avec des niveaux de salaires minimums fort bas. Aujourd’hui, les entreprises exportatrices qui ont survécu à l’ALENA sont en concurrence avec des entreprises qui offrent des conditions de travail au-dessus des conditions minimales. Les emplois qui étaient robotisables ont disparu. Il reste les emplois comme ceux de la restauration qui n’iront pas dans une autre province, si le salaire minimum est augmenté substantiellement au Québec

    En ce qui concerne les éléments du programme adoptés lors du dernier congrès de Québec solidaire, j’ai appris par l’article d’Antoine Robitaille dans Le Devoir, qu’Amir Khadir avait freiné les éléments radicaux. J’ai quelques taupes qui m’ont appris que les propositions les plus radicales n’ont pas été adoptées. Sur la proposition concernant le salaire minimum, par une alliance avec Raymond Viger, nous avons obtenu des informations « en leur nom personnel » de congressistes, sur le blogue de Françoise David. Un jour peut-être, quand nos parents seront partis pour le chalet, je pourrai savoir combien de gouffres financiers comme la Société nationale de l’amiante ont été adoptés.

    Les plates-formes électorales de 2007 et 2008 de Québec solidaire étaient sérieuses. Par contre les cadres financiers laissaient à désirer. Par exemple, en 2008, Québec solidaire proposait ces paliers d’imposition pour les revenus des particuliers :
    – 16% pour la première tranche de 37 500$
    – 20% pour la tranche de 37 500$ à 75 000$
    – 24% pour la tranche de 75 000$ à 85 000$
    – 29% pour la tranche au-dessus de 85 000$.

    Cet engagement électoral de 29% combiné au taux fédéral (22% moins 4 points de pourcentage pour les résidents du Québec) pour les personnes qui acceptent de déclarer tous leurs revenus ou qui n’ont pas le choix parce qu’ils sont salariés, m’a semblé pour le moins populiste. Par contre, l’opération Courage politique était plus sérieuse, malgré de graves lacunes en ce qui concerne les exemptions pour la pleine imposition des gains en capital et le plafond des REER.

    [1] C’est la grâce que je nous souhaite. En psychanalyse, on appelle ça la compulsion de répétition : le patient qui s’accroche à sa maladie qui le rend malheureux, mais confortable puisqu’il est en terrain connu.
    [2] Je me souviens d’une élection où le NPD a eu 1800 votes dans Laurier-Sainte-Marie, Le Parti vert 1900 et le Parti marijuana 2000.

    J'aime

  51. 6 mai 2011 14 h 46 min

    @Richard Langelier
    « D’une certaine façon, je comprends que le CCF puis le NPD aient été centralisateurs. Le niveau de gouvernement qui négocie les traités commerciaux est le mieux placé pour fixer le niveau du salaire minimum et la fiscalité des entreprises »

    Le CCF est né centralisateur parce que, au moment de sa naissance, le gouvernement central était perçu comme un grand frère bienveillant, auquel il fallait faire appel pour mettre au pas certains gouvernements provinciaux considérés comme rétrogrades.

    Pierre Elliott Trudeau, issu de cette mouvance, était viscéralement opposé à Duplessis et à son nationalisme « religieux » (nous, les cathos francophones, eux les anglos juifs ou protestants).

    Duplessis a imposé la Loi du cadenas, il a abusé de ses pouvoirs. Dans sa saga contre Roncarelli, la cour d’Appel lui avait donné raison et c’est une Cour suprême majoritairement formée de juges anglophones qui a « planté » Duplessis: cet épisode a largement contribué à façonner la pensée politique de Trudeau. À ses yeux, le fédéral était comme une « police d’assurance ».

    Ce n’est pas lui qui a, le premier, imposé au Canada une charte des droits; sauf erreur, c’est Diefenbaker. Mais la Charte de Trudeau a les dents plus longues, plus acérées, et ces dents sont solidement incrustées dans cette paire de mâchoires qu’est la Constitution.

    = = =

    Le salaire minimum est de compétence provinciale. Period.

    La fiscalité d’un dépanneur installé sur le Plateau Mt-Royal ou dans Limoilou, ça relève du Québec. Pas d’Ottawa.

    C’est le Fédéral qui adhère aux traités commerciaux mais c’est sa responsabilité de s’assurer qu’il peut le faire avec l’assentiment de TOUS ses partenaires (lire: provinces).

    Vous semblez suggérer, finalement, que le fédéral devrait pouvoir légiférer sur TOUT ce qui peut faire l’objet de traités internationaux: commerce, accession aux diverses professions, etc.

    No Way. Ce Canada là ne serait plus une fédération, et les provinces auraient le statut de gros conseils municipaux. No way.

    Il y a quand même un minimum vital à respecter!

    J'aime

  52. Richard Langelier permalink
    6 mai 2011 16 h 24 min

    @ papitibi

    Je suis évidemment d’accord avec vous sur la première moitié de votre texte. Parmi les gens qui ont combattu Duplessis, il y en a qui sont restés accrochés à l’idée qu’il ne pouvait rien sortir de bon du gouvernement de la province de Québec. Trudeau en est le prototype. À l’inverse, lors de la grève de Radio-Canada, René Lévesque et plusieurs autres ont conclu que si les réalisateurs de la CBC avaient fait la grève, le conflit aurait été réglé rapidement… Le discours de gauche est souvent insensible aux questions nationales. Durant la guerre d’Indochine, le Parti communiste français optait pour l’Indochine communiste française. Par contre, il a pris parti pour l’indépendance de l’Algérie…

    Pierre-Elliot Trudeau avait le pouvoir de désavouer la loi 101. S’il l’avait fait, il aurait démontré la nécessité de la souveraineté pour protéger la langue française. S’il n’avait pas été aussi entêté, les ententes fédérales-provinciales conclues d’abord sous Paul Sauvé avec le gouvernement Diefenbaker, puis sous le gouvernement Lesage avec le gouvernement minoritaire de Pearson se seraient poursuivies et l’indépendantisme de Pierre Bourgault n’aurait pas dépassé les 10% des votes. Mais trêve de politique-fiction.

    Je fais la suggestion aux quelques amis qu’il me reste à Québec solidaire : « serait-il possible de réfléchir sur le constat que des sociaux-démocrates québécois ont voté pour le même parti social-démocrate, cette semaine? ».

    Une partie de la fiscalité relève du gouvernement fédéral et une partie du gouvernement provincial, du dépanneur à Québécor, de la personne assistée sociale qui paie la taxe de vente (dont une partie seulement est compensée) au millionnaire.

    Les gouvernements provinciaux ont leur mot à dire lors de la négociation des traités commerciaux et ne sont pas obligés de signer les clauses qui touchent leurs compétences. Le poids du gouvernement du Québec lors de ces négociations n’est pas très important, ce qui fait qu’un jour sur trois, je suis encore souverainiste.

    Ce n’est pas moi qui ai voté pour la proposition : « que le salaire minimum soit fixé à 50% au-dessus du seuil de faible revenu (avant impôts et transferts) pour une personne seule habitant une ville canadienne de 500 000 habitants ou plus défini par Statistique-Canada », ce sont les congressistes de Québec solidaire, parti souverainiste. Lors de la conférence de presse des deux porte-parole, Françoise David a précisé que cela se ferait sur une période d’une quinzaine d’années après la prise de pouvoir. Sur le blogue de Françoise David, Anne-Marie Provost et Darwin ont explicité et, sans basses flatteries, je dois admettre que cette proposition lance un débat de société intéressant.

    J'aime

  53. 6 mai 2011 18 h 28 min

    @ Richard Langelier

    «Je m’interroge, mais je ne conseille pas aux membres de Québec solidaire d’abandonner leur option souverainiste. Sans sondages à l’appui, j’avance l’hypothèse que cette option n’est pas acceptable pour plusieurs électeurs qui partagent les autres objectifs de Québec solidaire. Darwin me corrigera si je trahis sa pensée, mais je crois qu’il faisait la même hypothèse dans « Québec solidaire, un parti montréalais? ».»

    Là, je ne suis pas sûr de comprendre. Quand vous dites «j’avance l’hypothèse que cette option n’est pas acceptable pour plusieurs électeurs qui partagent les autres objectifs de Québec solidaire» Parlez vous de l’option souverainiste ou de l’option «d’abandonner leur option souverainiste» ?

    J’ai relu mon billet «Québec solidaire, un parti montréalais?» ainsi que les commentaires, et je n’ai rien trouvé sur l’option, ni sur l’option d’abandonner l’option…

    Cela dit, l’option souverainiste fait partie intrinsèque du projet de société de QS. De gros pans des parties du programme déjà adoptées reposent sur l’hypothèse que le Québec est un pays.

    «j’ai appris par l’article d’Antoine Robitaille dans Le Devoir, qu’Amir Khadir avait freiné les éléments radicaux»

    Vous ne devriez pas croire tout ce que vous lisez dans le journal… Il est vrai qu’Amir Khadir a fait une intervention dans ce sens (et il était loin d’être le seul !), mais M. Robitaille surestime son pouvoir d’influence… Dans un autre débat qui s’est déroulé à huis clos, la position fortement défendue par Amir Khadir et par Françoise David a été battue très nettement. Bref, vous qui connaissez certains des éléments plus radicuax de QS, vous croyez vraiment qu’ils auraient baissé les bras comme ça ? Je ne dis pas que l’intervention d’Amir Khadir n’a eu aucun effet, mais simplement que la grande majorité des délégués était d’accord avec lui.

    «Un jour peut-être, quand nos parents seront partis pour le chalet, je pourrai savoir combien de gouffres financiers comme la Société nationale de l’amiante ont été adoptés.»

    Un programme est une description de la société telle qu’on voudrait qu’elle soit. Rien ne dit qu’on doive tout adopter en un seul mandat. ni même en deux ou trois ! Cela dit, le congrès a bien adopté un système économique «pluriel» avec quatre grands regroupements (sans hiérarchie, celle-ci venant dans d’autres résolutions) :

    – un secteur domestique (bénévolat, travail non rémunéré à la maison);
    – un secteur social (coop, OSBL; etc.)
    – un secteur public (entreprises étatiques et nationalisées)
    – un secteur privé.

    Dans les autres résolutions, la priorité d’intervention était pour favoriser le secteur de l’économie sociale (avec un salaire minimum plus élevé, le danger de main-d’oeuvre au rabais associé parfois à ce secteur est drôlement amoindri…) et les PME !

    De mémoire, les nationalisations étaient surtout favorisées pour le secteur des ressources naturelles, tout en laisant la place aux travailleurs familiaux et autonomes, et aux coop (très présentes, surtout dans le secteur forestier). Bon, il y en avait d’autres, mais pas avec autant d’insistance, ni aussi associées à des secteurs industriels précis (c’est à vérifier).

    Cela dit, je le répète, un programme n’est pas une plateforme. Avant de crier au loup devant les projets à long terme de nationalisations, attendez au moins de voir la prochaine plateforme. Et, comme elle n’est pas encore préparée, je n’ai moi-même aucune idée de ce qu’elle aura l’air, sinon qu’elle ne devrait pas être très différente de la précédente. Mais là, je m’avance.

    «Par exemple, en 2008, Québec solidaire proposait ces paliers d’imposition pour les revenus des particuliers »

    Bon, la fourchette du troisième palier me semble un peu trop petite, mais, je n’ai rien contre l’idée (l’IRIS proposait 10 paliers) et ne vois rien de révolutionnaire là-dedans…

    «Cet engagement électoral de 29% combiné au taux fédéral (22% moins 4 points de pourcentage pour les résidents du Québec)»

    Le palier maximal au fédéral est de 29 %, soit de 24,2 % après l’abattement fiscal de 16,5 % pour les résidents du Québec.

    «malgré de graves lacunes en ce qui concerne les exemptions pour la pleine imposition des gains en capital et le plafond des REER.»

    Quelles lacunes ?

    J'aime

  54. 6 mai 2011 18 h 39 min

    @ Richard Langelier

    «Ce n’est pas moi qui ai voté pour la proposition : « que le salaire minimum soit fixé à 50% au-dessus du seuil de faible revenu (avant impôts et transferts) pour une personne seule habitant une ville canadienne de 500 000 habitants ou plus défini par Statistique-Canada », ce sont les congressistes de Québec solidaire, parti souverainiste»

    J’imagine que c’est la façon de calculer le seuil de faible revenu qui vous fait écrire cela. J’ai déjà dit la même chose. Lors des débats, on a dit que dans un Québec indépendant, toujours associé au programme, le seuil utilisé serait celui du Québec.

    Cela dit, son équivalent ne serait quère plus élevé que le salaire minimum actuel, et le maximum ne serait plus de 16 $ l’heure… Mais, même la monnaie changerait dans un Québec indépendant !

    C’est d’ailleurs ce que j’aime de cette proposition au bout du compte, c’est la souplesse qu’elle donne pour s’adapter.

    J'aime

  55. koval permalink*
    6 mai 2011 21 h 01 min

    Darwin, peut-être t’as lu ceci, mais au cas…

    Je suis assez d’accord avec ce qui est dit

    http://www.ruefrontenac.com/nouvelles-generales/128-opinion/37171-npd-bloc-conservateur

    J'aime

  56. Richard Langelier permalink
    6 mai 2011 21 h 40 min

    @ Darwin

    Dure, dure, dure la communication!
    Vous avez, en effet considéré l’ouest et l’est de l’île de Montréal comme des banlieues. Dans l’est de Montréal, ce n’est pas l’option souverainiste qui nuit à Québec solidaire, puisque Nicole Léger, entre autres, est bien installée dans Pointe-aux-Trembles. Dans Lafontaine, c’est autre chose, à l’ouest du boulevard St-Laurent aussi. Je ne plongerai pas dans le syndrome des votes ethniques. J’avance l’hypothèse que pour plusieurs sociaux-démocrates québécois, la souveraineté est inadmissible. Je ne conseillais pas aux quelques amis qui me restaient à Québec solidaire avant l’écriture de mon texte d’abandonner l’option souverainiste. Gil Courtemanche et Jean-Marc Piotte le souhaitent, moi je ne fais pas d’illusion sur cette possibilité.

    En tant que gérant d’estrade, je me suis permis ce conseil. Dire aux électeurs :« Contrairement à ce qu’affirme le Parti québécois, nous croyons qu’il est possible d’accroître les revenus du gouvernement de la province de Québec de 6 G$ par année, en incluant les économies engendrées par Pharma-Québec. Si vous voulez des programmes sociaux plus généreux, ou bien vous optez pour la souveraineté, ce qui est notre choix, ou bien vous vous impliquez en politique fédérale pour faire en sorte qu’il y ait un gouvernement social-démocrate »?

    C’était un conseil d’ami, à l’heure où j’avais des amis. Cependant, il s’en passe des choses dans une journée lorsqu’on n’est pas diplomate.

    En 2008, à 85 000 $ le taux d’imposition fédéral était de 22% moins l’abattement de 16,5%, soit 18,37%. Les propositions de l’IRIS me semblent plus intéressantes. Personnellement, je considère qu’aller chercher 1 G$ chez ceux qui acceptent de déclarer tous leurs revenus ou qui n’ont pas le choix parce qu’ils sont salariés me semble abusif. J’opterais plutôt pour 500 M$, mais un bon ménage dans les crédits d’impôt (fiducies familiales) et une lutte sérieuse à l’évasion fiscale.

    En ce qui concerne le plafond des REER, je le verrais plutôt à 14 000$ (aux commentaires 4 et 5 de https://jeanneemard.wordpress.com/2011/03/30/retour-sur-les-cigales-et-les-fourmis/#comments), nous étions d’accord.

    En ce qui concerne la pleine imposition des gains en capital, il n’y avait aucun mécanisme pour tenir compte de l’inflation dans les propositions de l’opération Courage politique. Il y avait exemption pour la résidence principale et la ferme, mais aucune pour le pêcheur qui vend son chalutier, ses filets et ses quotas de pêche alors que c’est aussi l’oeuvre d’une vie comme la ferme. La loi actuelle prévoit aussi une exemption pour le détenteur de parts d’une PME. Courage politique n’en faisait pas mention. Lorsque 75% des gains en capital étaient imposables, il y avait exemption sur les gains de moins de 100 000$. Lorsque c’est passé à 50%, cette exemption est disparue. Courage politique y allait à 100% sans exemption de la sorte. Une personne qui vend un chalet 45 000$ alors qu’elle l’a payé 30 000$, 25 ans plus tôt, voit son revenu imposable augmenté de 15 000$. À Québec solidaire, on est surpris que les gens à revenus modestes n’acceptent pas ce genre de propositions.

    Il faut bien se rabattre sur les journaux puisque Québec solidaire cache son programme. Pourtant lorsque Raymond Viger et moi avons obtenu de l’information sur le salaire minimum sur le blogue de Françoise David, il me semble que le débat politique a progressé.

    J'aime

  57. 6 mai 2011 21 h 40 min

    «Je suis assez d’accord avec ce qui est dit»

    Pour la première partie, on dirait qu’il m’a copié ! Non, n’aie criante, je sais bien qu’une même conclusion des faits peut venir de différentes personnes, surtout si elle a du sens…

    Pour le reste ça va en grande partie, si ce n’est que «les Québécois ont encore fait la démonstration qu’ils recherchent un certain équilibre des forces. ». Je n’aime pas qu’on interprète un ensemble de gestes individuels comme un seul geste collectif réalisé pour un seul motif. Personnellement je ne pensais vraiment pas que cela aurait «équilibré» le vote de droite des autres provinces. J’espérais plutôt qu’eux aussi rejettent l’extrémisme du PCC, son manque de transparence, son déni de la démocratie, ses choix économiques, ses …

    Tu as compris !

    J'aime

  58. the Ubbergeek permalink
    6 mai 2011 21 h 58 min

    Il y a le net.

    Etr le net est si répendu de nos jours, y’a des café internet ou des accès comunautaires pour les plus pauvres et tout. Pas dur…

    J'aime

  59. 6 mai 2011 22 h 11 min

    @ Richard Langelier

    «En 2008, à 85 000 $ le taux d’imposition fédéral était de 22% moins l’abattement de 16,5%, soit 18,37%.»

    Je déteste m’obstiner pour rien sur des détails… Vous auriez pu vérifier quand même. En 2008, le palier maximal était de 29 % et à 85 000 $, il était de 26 %

    Cliquer pour accéder à 5105-s1-08f.pdf

    Pour le reste, merci pour les précisions. Cela dit, courage politique n’était pas une plateforme, mais un exposé pour montrer qu’il était possible de trouver d’autres solutions que celles proposées par les lucides, soient des compressions budgétaires assorties de hausses de taxes et de tarifs. Il est normal que tous les cas précis prévus par les milliers (centaines, en tout cas !) pages de la Loi sur l’impôt n’y aient pas été présenté.

    Certains demandent à la gauche d’être moins compliquée, d’autres voudraient que tout soit prévu et expliqué. On ne peut pa sfaire plaisir à tout le monde et à son père.

    «puisque Québec solidaire cache son programme»

    Ben, pourquoi vous ne harcelez pas l’ADQ à la place ! Nous passons des heures à vous expliquer et vous nous chiez dessus !

    J'aime

  60. the Ubbergeek permalink
    6 mai 2011 22 h 18 min

    j’ajouterais, c,est la faute à qui, un peu?

    D’un coté, certains disent que dans les médias, ont portent trop attention au parti ‘marginal’ qu,est QS, mais en même temps, ils ne font rien au-dela des trucs qui font les manchettes comme Kadhir qui répondait à Charest sur le RRQ et tout cà.

    J’ai vu TRÈS rarement un spot ou une annonce quelquonque de QS (si jamais), et ils ne parle pas du programme!

    Les médias marginalisent QS, alors… Ils doicent faires tout eux-même. Et le nouveau média qu’est Internet est de plus en plus une alternate attrayante et payante…

    Les médias ont encore du pouvoir.. Un mot; Labeaume.

    J'aime

  61. Richard Langelier permalink
    6 mai 2011 23 h 45 min

    @ Darwin

    « Nous passons des heures à vous expliquer et vous nous chiez dessus ! »

    Qu’est-ce que c’est que ce langage-là? Vous adhérez à la thèse qu’il faut parler comme Michel Chartrand et Léo-Paul Lauzon pour mettre plus de justice dans la société ?

    Puisque le palier d’imposition fédéral était de 26%, moins l’abattement de 16,5%, (0,0429), la proposition de Québec solidaire représentait un taux combiné de 51% pour les gens qui acceptent de déclarer tous leurs revenus ou qui n’ont pas le choix de les déclarer puisqu’ils sont salariés. Le cadre financier de Québec solidaire en 2008 était encore plus populiste que ce que j’écrivais.

    Lors du congrès de fondation de Québec solidaire, nous avons été invités à proposer aux électeurs des solutions de rechange réalistes et crédibles au néo-libéralisme, chiffrées au besoin. Vous me refusez le droit de juger Québec solidaire sur cet objectif. J’ai pris connaissance de l’existence du blogue [1] jeanneemard par votre texte « les cigales et les fourmis ». Je me suis dit : « voilà enfin un blogue où règne un idéal de connaissance. C’est peut-être vrai qu’Internet est l’agora des temps modernes, que ce sera une invention aussi importante que l’imprimerie ». Aujourd’hui, je suis déçu, mais je suis mal placé pour lancer la première pierre.

    @ the ubbergeek

    Vous dites qu’il y a le net. Je suis allé sur le site du congrès. Ça twittait : « le coprésident d’assemblée, François Cyr a jeté son chewing-gum dans le bac à recyclage ». J’ai suivi la conférence de presse : « Françoise David a précisé que l’objectif de la hausse du salaire minimum se ferait sur une période d’une quinzaine d’années ». Darwin a donné plus de précisions sur le blogue de Françoise David et il vient d’en ajouter sur ce blogue. J’en suis fort aise. Je ne comprends pas pourquoi, vous, the Ubbergeek, me dites de chercher sur le net puisqu’il y a peu d’informations sur le site de Québec solidaire. Il est parfaitement normal qu’il y ait un délai entre le congrès et le moment où le texte des propositions avec concordances est présenté sur le site d’un parti. Les personnes qui ont lu le texte des propositions sur le site de Québec solidaire peuvent savoir ce qui a été voté lors du congrès ailleurs sur le net. Auriez-vous l’obligeance de me donner une liste de sites, puisque je ne suis pas habile sur les moteurs de recherche? Les personnes qui doivent vivre avec 590$ par mois n’ont qu’à aller dans un café internet où un café et une brioche coûtent 5$?

    [1] Je ne connais pas les nuances « sites, blogues, etc. ».

    J'aime

  62. the Ubbergeek permalink
    7 mai 2011 0 h 37 min

    Il y a plein de liens sur leurs site web et on peu utiliser un moteur de recherche comme Google.

    En passant, je connais plusieurs places à Québec par example où il y a du net gratuit pour aider les gens. Si tu est dans un organisme de retour au travail, ou un ‘café jeunesse’, ainsi de suite.

    Je m’excuse si je suis rude et tout, je suis un nerd et un peu associal. J’ai pas toujours la patience d’expliquer aux gens, je suis un misérable professeurs.

    Mais je me demande.
    Vous vouler une ‘gauche réaliste’ au fond. Social-démocracie.
    Je commence à me demander si vous ne vouler pas, pour être franc, la Troisième Voe de Blair. La ‘Gauche efficace’ de Lisée.
    Le Centre comme moi un peu, en fait.

    parce qu’en sus de certaines prorpositions, QS est modérée et social-démocrate, pas vraiment socialiste radical. QS suit le modèle suédois en effet.
    Et donc, peut-être n’ètes vous plus de gauche, mais centre-gauche, centre.

    J'aime

  63. Richard Langelier permalink
    7 mai 2011 2 h 22 min

    @ the ubbergeek

    J’allais me coucher le cœur léger, la paix dans l’âme en barrant jeanneemard de mes préoccupations. Votre réponse m’obligera à faire une insomnie fort créatrice puisque je dois conclure que tout le monde n’est pas méchant sur jeanneemard. Je rédige sur mon traitement de texte Swriter d’OpenOffice et placer un smilie me semble très compliqué.

    Ma question était simple. Après avoir levé de la fonte (de fort petites charges) et fait du vélo stationnaire au Centre Père Sablon, à deux pas de la Polyvalente Jeanne-Mance où se tenait le congrès de Québec solidaire, je vivais de la frustration puisque mon plus grand souhait aurait été de participer à la rédaction du programme d’un parti de gauche, féministe, écologiste, altermondialiste et souverainiste [1] qui offrirait des solutions de rechange crédibles à l’hyperlibéralisme économique.

    J’ai maintenant le haut débit. Je suis allé sur le site du congrès et le lendemain, j’ai pu écouter la conférence de presse de Françoise David et Amir Khadir. Je suis un petit peu débrouillard sur les moteurs de recherche, puisque je viens de trouver le site de l’Alliance laurentienne sur wikipedia. Puisque les seules autres informations qu’il y avait sur le site du congrès étaient du genre : « François Cyr a jeté sa gomme », j’ai visité le site de mon petit journal nationaliste et clérical préféré, pour reprendre l’expression d’un ancien coloc. Darwin vient de m’apprendre qu’il ne faut croire aveuglément à ce qui est écrit dans Le Devoir. Je vais me coucher moins niaiseux, cette nuit.

    Vous êtes parfois rude et je ne suis pas un exemple de diplomatie. Réalisez-vous que vous demandez à des personnes qui vivent avec 590$ par mois (ce qui n’est pas mon cas) de chercher un café jeunesse ou « whatever » pour trouver de l’information sur le congrès de Québec solidaire, alors qu’il n’y a pas d’information sur le site de Québec solidaire et que Raymond Viger et moi avons dû jouer les rusés coyotes pour obtenir un peu d’information au sujet de la proposition concernant le salaire minimum sur le blogue de Françoise David? Réalisez-vous que Darwin vient de me dire que je lui ch… dessus parce que je mets des heures à essayer de savoir ce qui a voté au congrès? « L’autre façon de faire de la politique, c’est cela? »

    Je ne suis absolument pas partisan de la troisième voie d’Anthony Giddens et Tony Blair. Je crois à la Déclaration de principes de Québec solidaire. Une amie avec qui je corresponds depuis le mouvement Option citoyenne m’a écrit que Françoise David a défendu brillamment le modèle économique inclus dans la Déclaration de Québec solidaire. J’ai trouvé bizarre que 5 ans après le congrès de fondation, il soit extraordinaire que la porte-parole nationale ait fait cette défense brillante, alors que lorsqu’on prend sa carte de membre d’un parti, il me semble élémentaire d’adhérer à cette Déclaration.

    [1] C’est toujours mon premier choix. Après 40 ans et même plus, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_laurentienne, je me demande s’il est encore pertinent de mettre des énergies de ce côté-là.

    J'aime

  64. koval permalink*
    7 mai 2011 6 h 42 min

    Richard Langelier

    J’ai lu l’échange entre Viger et QS pour le 16$.Les réponses qui ont été données sont assez claires.

    Moi ce sont les positions de Viger qui m’embêtent le plus, quand il pense fièrement à fixer le salaire minimum selon les régions et qu’il ne recule pas d’un poil devant cette erreur…Et je sens la mauvaise foi de sa part, après le flot d’explications qu’il a reçu, il a encore écrit un billet pour dénigrer par la suite QS….

    Il a le droit, il milite pour les gens qui travaillent pour lui, des gens qu’il réhabilite je crois. Selon son point de vue, il faudrait fixer le salaire minimum en fonction de l’organisme communautaire qu’il dirige…il croit que plus de job au salaire moindre vaut mieux que moins de jobs au salaire plus haut….

    Ben coudonc…..

    Bon, selon vous il débusque les complots cachés chez QS

    Ben coudonc…..

    J'aime

  65. 7 mai 2011 10 h 23 min

    @ Richard Langelier

    Bon, j’ai effacé mon précédent commentaire ici. Je préfère finalement en rester là.

    J'aime

  66. 7 mai 2011 11 h 46 min

    «C’est drôle, quand le frère de Patof, Édouard Desrosiers, digne «chanteur lyrique», a été élu dans Hochelaga-Maisonneuve, on n’en a pas fait tout un plat !»

    Il semble qu’au moins un chroniqueur s’en rappelle aussi. En effet, dans sa chronique d’aujourd’hui, Gil Courtemanche dit un peu comme moi :

    «nous sommes loin des improbables députés emportés dans la vague de Mulroney ou de l’ADQ, ou encore de l’actuelle députation conservatrice du Québec. »

    Des devoirs pour le NPD
    http://www.ledevoir.com/politique/elections-2011/322817/des-devoirs-pour-le-npd

    J'aime

  67. koval permalink*
    7 mai 2011 12 h 03 min

    Je n’ai pas vraiment aimé entendre toutes ces niaiseries sur les Québécois. La dernière chose que je dirais est :

    « Ils ont voté comme des moutons, en suivant les sondages, la vague gna gna gna »

    « C’est un vote émotif, ils n’ont pas réfléchi »

    En plus on n’aurait pas voté pour ignatieff parce qu’il est trop intello et c’est connu, le peuple québécois déteste les gens brillants, ça Foglia l’a dit et Facal aussi.

    Du blogue de Facal, son dernier billet.

    « Nonobstant ce que je peux penser de ses idées, Michael Ignatieff est celui des quatre chefs qui a fait la campagne la plus étoffée, la plus digne, la moins populiste. Professeur à Harvard, auteur de dix-sept livres, faisant des phrases complètes avec un vocabulaire recherché, cela le rendait forcément, pour beaucoup de gens, «hautain», «déconnecté», «élitiste». La hauteur est un «défaut» fatal chez nous. Nos chefs ne doivent surtout pas avoir l’air de chefs : ils doivent danser le limbo devant nous. Toujours plus bas. »

    C’qu’il est pédant!

    Ignatieff a été plate, mort, il avait l’air malade. Moi je trouvais qu’il était sans énergie….Elle était juste plate sa campagne, tout comme lui….

    J'aime

  68. 7 mai 2011 12 h 20 min

    «Ignatieff a été plate, mort, il avait l’air malade.»

    Moi, je ne l’ai pas trouvé mauvais.

    Mais, contrairement aux interprétations de Facal sur son manque de succès, je crois plutôt que c’est son parti qui a été rejeté et que, face aux intentions des Québécois de rejeter le PCC, le PLC n’était simplement plus une option. En plus, le NPD étant une option valable pour les anglophones, contrairement au Bloc, le PLC a même perdu des votes chez cette population qui était historiquement considérée comme lui étant captive.

    «Je n’ai pas vraiment aimé entendre toutes ces niaiseries sur les Québécois.»

    Ne vas pas lire Denise Bombardier dans ce cas !

    Bon, au cas-où :

    http://www.ledevoir.com/politique/elections-2011/322813/a-la-hache

    Selon elle, on aime expérimenter, mais pas trop…

    J'aime

  69. 7 mai 2011 16 h 54 min

    Fiou, quelqu’un disait récemment sur un autre blogue que l’ADQ est au centre… Une chance qu’elle n’est pas à droite !

    L’ADQ à droite toute
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/322866/l-adq-a-droite-toute

    J'aime

  70. koval permalink*
    7 mai 2011 20 h 47 min

    Droite? T’as vraiment dit droite?

    J'aime

  71. Richard Langelier permalink
    7 mai 2011 21 h 24 min

    Le mouvement syndical québécois a connu des dérives. Qu’on pense seulement à la dérive gauchiste de la CSN des années 70. De là à dire qu’une centrale syndicale n’aurait pas le droit de présenter des mémoires en commission parlementaire sur la fiscalité, l’assurance-médicaments, le niveau du salaire minimum, il n’y a qu’un pas que je n’ose franchir comme le fait Gérard Deltell.

    J'aime

  72. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 3 h 21 min

    Fécal a pas tout à fais tort (le hautain, prétentieux pharisien);
    Il y a un anti-intelectualisme en amérique du nord, ROC et Québec compris.

    Ignatieff, on l’a souvent accusé d’être hautein et pédant.

    J'aime

  73. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 3 h 22 min

    C’est sur que avec le passé récent des 20 dernières années, le PLC est *mort* anathème pour plusieurs…

    J'aime

  74. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 3 h 23 min

    Hum… Le syndicalisme a TOUJOURS eu une forte composante gauchiste. Ca viens de son origine, le First of May et Marx et tout.

    J'aime

  75. 8 mai 2011 9 h 42 min

    @ Richard Langelier

    «Le mouvement syndical québécois a connu des dérives»

    Pas besoin de remonter 40 ans en arrière. Mais, est-ce bien le mouvement syndical ou certains syndicats ? Quand on parle du mouvement syndical, on parle de l’institution comme telle. Et c’est à l’institution que s’attaque l’ADQ.

    Si elle demandait, en lien avec une enquête publique sur le secteur de la construction qu’on l’étende à la FTQ construction, ça pourrait s’accepter. Mais non, elle se sert plutôt de dérives bien particulières pour s’attaquer à toute l’institution.

    Et, l’ADQ ne se contente pas de s’attaquer aux syndicats. Elle veut de la sous-traitance dans tous les services publics, en PPP ou pas. Il n’y a pas assez de magouilles et de favoritisme dens les contrats gouvernementaux à son goût, elle en veut encore plus !

    J'aime

  76. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 10 h 01 min

    On peut pas nier, et vous ou Koval ou je sais plus quoi, avait déjà discuté de cà – la mafia et le crime style Jimmy Hoffa avait trampé dans certains syndicalismes verreux, mais bon…

    Le problème, comme vous le dites Darwin, ADeltellQ veut ‘enpowerer’ le patronat et castrer les syndicats.

    J'aime

  77. 8 mai 2011 10 h 58 min

    @ the Ubbergeek

    «Jimmy Hoffa avait trampé dans certains syndicalismes »

    Il y a déjà des lois contre ce type d’actes comme il y en a contre les magouilles dans le secteur privé. Qu’on les apllique avant de vouloir les changer.

    Est-ce que l’ADQ s’attaque à tout le secteur privé lorsque des entreprises connaissent des «dérives» ? Et il y en a en masse ! Ai-je besoin d’en nommer ? Demande-t-il que les états financiers de toutes les entreprises privées soient publiques ? (ça serait une bonne idée !)

    «L’ADQ voudrait aussi forcer les organisations syndicales à divulguer publiquement une fois par année leurs états financiers.»

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2011/05/06/003-adq-deltell-syndicats.shtml

    Je la trouve drôle celle-là. car les états financiers des syndicats sont déjà présentés à leurs membres… C’est vraiment défoncer une porte ouverte !

    J'aime

  78. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 11 h 08 min

    En effet, vous le ditent mieux que moi; y’a plein de ces lois qu’on a pas besoin de durcir, mais appliquer *pour de vrai*.

    L’ADQ est contre la formule Rand je crois (mais dit-je n’importe quoi? est-ce que Rand est un truc canadien?).

    J'aime

  79. 8 mai 2011 11 h 27 min

    «L’ADQ est contre la formule Rand»

    Dans l’article de Radiocan on peut lire :
    « On garde la formule Rand, c’est une formule qui a du bon sens parce qu’elle permet aux syndicats d’avoir les moyens de négocier la convention collective. Mais on dit que l’employé devra donner son autorisation pour que ses cotisations servent à d’autres fins [que la négociation] »

    «est-ce que Rand est un truc canadien?»

    À moins que je ne me trompe, la formule Rand fait partie des loi du travail. Il y a donc des lois fédérales pour ses secteurs (communications, banques, une partie du transport, fonction publique fédérale, etc.) et des lois provinciales (85 % des mileiux de travail).

    Cette formule est très souvent attaquée, par l’IÉDM et les libertariens, par exemple. La question de l’utilisation des cotisations pour des fins autres que la protection des travailleurs et les services qu’ils reçoivent a aussi été attaquée jusqu’à la Cour suprême, mais sans succès :

    «Employé s’opposant à l’utilisation des cotisations syndicales pour appuyer des causes non liées à la négociation collective »

    «Arrêt: Le pourvoi est rejeté.»

    http://csc.lexum.org/fr/1991/1991rcs2-211/1991rcs2-211.html

    Je n’ai pas lu cette page en entier !

    J'aime

  80. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 11 h 35 min

    J’ai du confondre avec les Républicains US,. ou le RLQ, eux sont totalement contre (enfin, la version US pour les premiers) me semblent…

    Comme disent les anglos, ‘I stand corrected’

    J'aime

  81. Richard Langelier permalink
    8 mai 2011 13 h 03 min

    Parfaitement d’accord, j’aurais dû écrire: « certains syndicats ».

    Ces propositions pour le prochain congrès de l’ADQ, me donnent des frissons dans le dos.

    J'aime

  82. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 13 h 20 min

    L’ADQ a apparu au début modéré, mais au début des ‘noughties’ (néologisme américain pour désigner la décade du début du millinaire), ils ont commencé à montrer leur vrais visages.. ou Dumont a évolué plus à droite.

    J'aime

  83. youlle permalink
    8 mai 2011 13 h 58 min

    Quand on s’attaque à la formule rand, il est clair que le désir de de ceux qui en font la promotion de l’abolir est d’enlever presque tout pouvoir aux syndiqués. Pas besoin il me semble d’un dessin complexe pour le constater.

    Si on regarde l’histoire des sociétés occidentales on peut constater facilement que le syndicat est à l’origine de la prospérité. Ce dernier permet le partage de la richesse vers les moins nantis qui eux peuvent grâce à cette richesse, font fonctionner de petites entreprise de production et de commerce jusqu’aux grandes entreprises comme l’automobile.

    On a juste à retourner à la fin du XIX siècle pour constater ce qu’il y avait comme économie.

    Les gens qui font la promotion du non partage de la richesses sot à toutes fins pratique des anti-capitalistes, des anti-sociaux bornés sans vision.

    J'aime

  84. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 14 h 23 min

    On dit souvent que le capitaliste pur n,a jamais été tempté actuellement, comme le communisme…

    C’est un peu de la propagande mais même aux USA, L,état est pasd completment hors-champ.

    J'aime

  85. 8 mai 2011 14 h 53 min

    @ Youlle

    «Si on regarde l’histoire des sociétés occidentales on peut constater facilement que le syndicat est à l’origine de la prospérité.»

    Il est important de voir que l’action des syndicats n’est pas seulement importante pour les travailleurs qu’ils représentent, mais aussi en raison de l’influence qu’Ils exercent sur les gouvernements et la société, comme on peut d’ailleurs encore le constater au Wisconsin (et partout !). C’est justement ce rôle que veut lui enlever l’ADQ.

    À
    https://jeanneemard.wordpress.com/2011/03/08/laccroissement-des-inegalites-aux-etats-unis/

    j’ai résumé un texte puissant de Timothy Noah intitulé The Great Divergence qui examine les facteurs qui ont entraîné la hausse des inégalités aux États-Unis. On peut entre autres y lire :

    – L’évolution de la syndicalisation

    La période du grand écart correspond aussi à une érosion très forte de la proportion de travailleurs syndiqués aux États-Unis. Selon l’analyse de l’auteur, cette réduction n’est qu’un aspect de la question, la plus importante étant la baisse d’influence des syndicats sur le patronat et les gouvernements, en particulier sur ses décisions institutionnelles et réglementaires mentionnées plus tôt. Il rappelle à cet effet les liens très serrés entre les syndicats et le gouvernement à la sortie de la deuxième guerre mondiale, en donnant comme exemple le traité de Détroit. Ce contrat signé entre les syndicats et les grands de l’automobile a en effet servi de modèle dans bien d’autres industries et entreprises, même non syndiquées, entre autres pour l’inclusion de programmes de retraite et d’assurance-santé dans les contrats de travail.

    Quoique amoindri assez rapidement, cette collaboration a véritablement volé en éclats en 1981, lorsque Ronald Reagan a décidé de licencier des milliers de contrôleurs aériens en grève illégale. Peu de temps après, toute la législation ouvrière s’est affaiblie, le gouvernement cessant par exemple d’indexer le salaire minimum et diminuant la qualité du filet social (assurance-chômage, aide sociale, etc.).

    On entend souvent au Québec que le rôle des syndicats n’est plus ce qu’il était. Pourtant, on peut voir que L’Alliance sociale, formé en majorité de centrales syndicales, continue à appuyer des changements sociaux qui vont beaucoup plus loin que les avantages négociés pour leurs seuls membres : abolition de la taxe santé, gel des droits de scolarité, ajout d’un palier d’imposition, hausse des redevances minières, etc.

    J'aime

  86. youlle permalink
    8 mai 2011 15 h 03 min

    Si vous voulez ma vision du capitalisme, c’est ce que veulent nous faire croire les grands fortunés pour nous dire que tous les citoyens sans exception peuvent accéder à leurs statut.

    Alors si on prend l’exemple des États Unis il est absolument impossible que 300 millions d’individus deviennent milliardaires et encore bien moins 7 milliards d’habitants sur la planète.

    Le rêve américain est encore un rêve depuis 200 ans et il restera un rêve.

    Par contre, la possibilité que tous les citoyens de la planète puissent vivre décemment est possible.

    Bien sûr qu’il y aura toujours des plus riches et moins riches. À mon avis, la très grande majorité des gens pour ne pas dire la presque totalité, se contentent de bien vivre.

    Je n’ai rien contre un millionnaire qui fait la belle vie, à condition que pour le faire il ne mette pas ses voisins dans la misère.

    J'aime

  87. 8 mai 2011 15 h 09 min

    @ Youlle

    «Le rêve américain est encore un rêve depuis 200 ans et il restera un rêve.»

    Le gag, c’est que, parmi les pays industrialisés, c’est aux États-Unis que quelqu’un de pauvre a le moins de chance de réaliser le rêve dit «américain» !

    «Le rêve américain est un idéal et un concept et a été pris comme modèle par des milliers de colons venus trouver la richesse et la gloire en Amérique.

    Selon une étude de The Pew Charitable Trusts via leur Economic Mobility Project datant de 2007, la mobilité économique qui fait que d’une génération à une autre les revenus augmentent n’a pas de réalité statistique. Les autres pays font même mieux, comme c’est le cas de la France (où la mobilité est 1,2 fois plus forte par rapport à celle des États-Unis), de l’Allemagne (1,5 fois), du Canada (un peu moins de 2,5 fois) ou encore du Danemark (un peu moins de 3,2 fois).

    Ce constat est partagé par le Center for American Progress, qui rapporte, dans une étude consacrée à la mobilité aux États-Unis, que « la mobilité intergénérationnelle aux États-Unis est plus basse qu’en France, Allemagne, Suède, Canada, Finlande, Norvège et Danemark. Parmi les pays à hauts-revenus pour qui des estimations comparables sont disponibles, seul le Royaume-Uni a un taux de mobilité inférieur à celui des États-Unis ». Plusieurs autres études convergent dans ce sens .»

    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%AAve_am%C3%A9ricain#Du_r.C3.AAve_.C3.A0_la_r.C3.A9alit.C3.A9

    Les sources y sont indiquées.

    J'aime

  88. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 15 h 30 min

    Pour être franc, je trouve que l’Alliance Sociale était une erreur – ou plutot, sa composition.

    « En majorité de centrales syndicales » – ca a donné une excuse aux commentateurs – pas toujours de droite, mais de centre aussi – à la critiquer et discréditer. Une image de ‘syndicaleux corporatistes appeurés et rigides, défandants leurs privilèges’.

    Je ne le pense pas, mais je trouve que ca a été une erreur qui a enlevé de la crédibilité; il aurait du y avoir des groupes sociaux comme l’alliance des assités sociaux, le FRAPRU, ETC… aussi.

    En politique, comme le NPD l,a montré ce mois ci, l’image est VITALE. Des fois peut-etre plus que la vérité.

    (et ce qui poussera un jour peut-être QS à se débarasser poliment mais fermement des groupes et collectifs commes les commonistes en leur seins, et abolir une des têtes.)

    J'aime

  89. 8 mai 2011 16 h 00 min

    @ the Ubbergeek

    «« En majorité de centrales syndicales » – ca a donné une excuse aux commentateurs – pas toujours de droite, mais de centre aussi – à la critiquer et discréditer.»

    Cela aurait été bien sûr préférable d’avoir une coalition plus étendue, mais l’Alliance se joint aussi à d’autres organismes pour certaines activités. Voir par exemple :

    http://www.quebecsolidaire.net/evenement/2011-01/manif_de_lalliance_sociale_un_budget_equitable_une_question_de_choix

    J’y étais… Mais, je retiens surtout le contenu de ses revendications qui déborde de beaucoup les intérêts de ses membres. Et, les commentateurs des principaux journaux et réseaux n’appuieront jamais ce genre de coalition de toutes façons.

    «abolir une des têtes»

    J’appuie personnellement à 100 % l’idée d’avoir deux porte-parole. On a bien ri de ça au début, mais tout le monde s’y fait à la longue. En outre, le concept de porte-parole plutôt que de chefs correspond bien au fonctionnement de QS. C’est un peu ce que Antoine Robitaille n’avait pas compris en écrivant que «Amir Khadir avait freiné les éléments radicaux».

    Le fonctionnement de QS n’a rien à voir avec celui des partis qui acceptent de virer de position à 180 degrés sous les ordres de la cheffe…

    J'aime

  90. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 18 h 03 min

    Oui, en effet.

    Je sais, mais encore une fois, en politique, l’image et le contant prime mieux et plus que le contenu.. c’est suant, mais… c’est l’humanité…
    Loi de Sturgeon, un peu.

    De Plus, avoir un chef solide n’est pas toujours mauvais – un bon chef peut restraindre des ‘radicaux’ et ramener l’ordre si nécessaire et tout cà.

    J'aime

  91. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 18 h 06 min

    des fois, j’aurais du ajouter au premier point – ‘plus que le contenu.. »

    Ironiquement, un example du second point pourrait avoir été… L’Église Catholique ou Anglicane. Le Pape et l’Évesque de Westminster (en Grande Bretagne au moins) a controler fermement les libéraux oui, mais aussi les radicaux;

    Les ‘Old Catholics’, TRÈS conservateurs, et les radicaux de la Low Church pour les Anglicans, par example; les premiers ont été botté hors de communion, les second controlés.

    J'aime

  92. 8 mai 2011 19 h 54 min

    Dans toute préférence, il y a des avantages et des désavantages. Je préfère simplement le fonctionnement démocratique et la notion de porte-parole à celle de chef.

    Et d’avoir deux porte-parole accentue encore des avantages, tout en soulignant encore plus les désavantages. La balance penche encore plus de côté que je préfère.

    J'aime

  93. Richard Langelier permalink
    8 mai 2011 20 h 41 min

    Je viens de terminer la lecture du jugement. Ça me donne le goût de faire mon droit et de devenir juge de la Cour suprême du Canada. Pour ce, j’aurais peut-être avantage à me rapprocher du Parti conservateur. Je préfère continuer à lire des jugements ou… redevenir souverainiste convaincu pour être juge de la Cour suprême du Québec.

    Le juge Wilson écrit : « Par exemple, il ressort de la preuve que le juge Rand, qui a rendu en 1946 la fameuse sentence (Ford Motor Co. of Canada Ltd. v. U.A.W.‑C.I.O., réimprimée dans 1 C.L.L.R. (CCH, 1989), par. 2150), savait lui‑même que le syndicat en cause, les Travailleurs unis de l’automobile, soutenait la C.C.F. depuis longtemps.  Le juge Rand a pourtant ordonné le précompte syndical généralisé et n’a apporté aucune restriction à la manière de dépenser les cotisations des non‑syndiqués.  En accordant le précompte généralisé, il n’a imposé qu’une seule obligation au syndicat, savoir que les cotisations soient déduites conformément à la constitution du syndicat et que les non‑syndiqués bénéficient des mêmes avantages que les syndiqués sur le plan de la représentation. »

    Comme c’est une page HTML, je dirai que c’est un peu plus bas que la moitié de l’écran.

    La loi fédérale permet à un syndicat de financer un parti politique. La loi québécoise l’interdit. Comme je ne veux pas qu’une entreprise finance un parti politique, je trouve normal qu’un syndicat n’ait pas le droit de le faire. Après la lecture du jugement, j’ai l’impression que la loi québécoise pourrait être invalidée par la Cour suprême du Canada.

    Sur le site du Devoir, un commentateur imaginait difficilement François Legault accepter les propositions qui seront présentées au prochain congrès de l’ADQ. À mon avis, l’ADQ sans le groupe de François Legault resterait marginale et le groupe de François Legault…

    J'aime

  94. 8 mai 2011 21 h 17 min

    @ Richard Langelier

    «Je viens de terminer la lecture du jugement.»

    Bravo ! Moi, je ne me souvenais (vague souvenir…) que de l’existence de cette décision, c’est pourquoi je l’ai trouvée rapidement.

    L’ADQ veut aller bien plus loin que la loi actuelle, c’est à dire défendre aux centrales d’appuyer ou de contester des décisions politiques. Et, que vous ayez raison ou pas sur le fait que la restriction québécoise sur le financement des partis politiques pourrait être contestée (ce dont je doute personnellement, cette restriction s’appliquant aussi à toute personne morale pour un objectif supérieur, soit l’équité dans le financement des partis politiques), l’intention de l’ADQ serait fort probablement anticonstitutionnelle.

    J'aime

  95. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 21 h 59 min

    Problàmes sérieux à venir peut-être;

    Guerre civile entre branches du souverainisme?

    Des gens plus aile droite ou cenrtriste, PQ et PI et tout, ont une amertume envers le QS, ‘ces traites vendus au fédéralisme pseudo-progressisme’..

    http://www.vigile.net/L-alliance-NPD-QS-ou-la-trahison-a

    C’est Vigile, et on sait ce qu’il en est-mais c’est le sentiment de plusieurs souverainistes. les décisions de Kadhir et cie risquent d’avoir un prix….

    J'aime

  96. 8 mai 2011 22 h 20 min

    «les décisions de Kadhir et cie risquent d’avoir un prix…»

    Yves Claudé répand ces histoires depuis bien longtemps. Je me suis un peu pris avec lui sur un blogue lors de la prise de position de QS sur le port des signes religieux ostentatoires dans la fonction publique. Il a totalement déformé cette position, comme il déforme la position de QS lors de la dernière élection fédérale.

    Il a écrit (copié-collé?) plusieurs éléments de ce texte dans le Devoir en fin de semaine. Pour moi, c’est sans intérêt. Il ne cite d’ailleurs aucune source lorsqu’il lance ses affirmations du genre «on voit déjà des militants de QS se mettre en ligne pour faire partie des 150 permanents rémunérés du NPD-Québec». Il y en a sûrement, et puis ? Cela aiderait à avoir des indépendantistes du côté du NPD. Et aucun militant de Bloc ne viserait ces emplois ? Je n’en sais rien dans un cas comme dans l’autre.

    Il s’attaque sans cesse à QS, comme Louis Préfontaine, Marc Laviolette, Pierre Dubuc et d’autres «purs et durs». Et ils vont continuer. Ils ont fait la même chose contre le NPD pour convaincre les gens de voter pour le Bloc, avec le succès qu’on connaît. Selon moi, ils ne convainquent que des convaincus.

    Ils n’arrêtent pas de calomnier QS, un parti indépendantiste, et accusent QS de trahison s’il dit un mot négatif contre le PQ. Ils accusent QS de voler des votes au PQ comme si ces votes leur appartenaient de droit divin. Et bien sûr, jamais ils n’attribueront cette perte d’appui de la population au virage à droite du PQ…

    J'aime

  97. 8 mai 2011 22 h 36 min

    C’est sûrement en invitant Legault à revenir au bercail que le PQ attirera des gauchistes dans son parti…

    Marois tend la main à Legault
    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-quebecoise/201105/07/01-4397177-marois-tend-la-main-a-legault.php

    J'aime

  98. Richard Langelier permalink
    8 mai 2011 22 h 51 min

    Et il aura encore plus d’épuisement professionnel chez les profs qui travaillent en adaptation scolaire, si le PQ est élu avec Legault !

    J'aime

  99. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 23 h 05 min

    Je parle pas juste de lui, et je tombe pas des nues; son avis semble partagé par d’autres…

    Y’a une amertume chez ,dautres….

    J'aime

  100. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 23 h 14 min

    Ca aide pas…

    J'aime

  101. koval permalink*
    8 mai 2011 23 h 21 min

    J’ai lu ça….elle m’énerve!

    J'aime

  102. koval permalink*
    8 mai 2011 23 h 23 min

    On s’en fout si des ptits rockets ne digèrent pas les idées de QS pourquoi vous invoquez la guerre civile!?!?

    J'aime

  103. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 23 h 37 min

    @koval

    Imagerie… Reste que le NPD, c’est un parti fédéral et fédéraliste. Au delà de cette bande de loubards, je suis sur que plusieurs ont eu de l’amertume au sujet du NPD et QS.

    Les plus fortes gueules, radicales et tout.. mais peut-être la pointe d,un iceberg. les seuls a oser en parler ouvertement.

    Ca risque de nuire si QS doit négocier avec le PQ ou un autre groupe plus tard…. Il y a a qui se rappelleront.

    J'aime

  104. the Ubbergeek permalink
    8 mai 2011 23 h 38 min

    Parce qu’aussi, le PQ, selon moi, ca reste des souverainistes convaincus. Pas de la même aile maintenant, mais oui, des souverainistes.

    Et même ce petit parti PI – que je n,aime pas du tout pour son nationalisme étriqué et tout.

    J'aime

  105. 9 mai 2011 5 h 43 min

    «Reste que le NPD, c’est un parti fédéral et fédéraliste»

    Reste que Caire et Legault sont non seulement des fédéralistes, mais sont de droite…

    J'aime

  106. risi permalink
    9 mai 2011 9 h 15 min

    Comment on fait pour suggérer une nouvelle thématique?

    J’en ai entendu une bonne tout à l’heure à « C’est bien meilleur le matin »: Jack Layton répondait à une « objection » relative à la trop jeune représentation du parti.
    « On envoie nos jeunes en Afghanistan, pourquoi ne pourraient-ils pas s’exprimer aux Communes (applaudissements du public, j’ai cru comprendre que c’était à « Tout l’monde en parle »).

    Faut-il en conclure que Dussault à Sherbrooke, Brosseau à Berthier… représenteraient les jeunes de leur comté?

    J'aime

  107. koval permalink*
    9 mai 2011 12 h 14 min

    « Comment on fait pour suggérer une nouvelle thématique? »

    Risi, moi je trouvais le sujet intéressant, tu ne veux pas parler de la Castafiore prête à ouvrir les bras au premier Legault qui passant par là?

    cast

    J'aime

  108. risi permalink
    9 mai 2011 15 h 06 min

    non

    J'aime

  109. 9 mai 2011 19 h 03 min

    @ Risi

    «Faut-il en conclure que Dussault à Sherbrooke, Brosseau à Berthier… représenteraient les jeunes de leur comté?»

    Est-ce que nos jeunes soldats en Afghanistan ne sont là-bas que pour les jeunes du pays ? Votre conclusion ne tient pas…

    J'aime

  110. Richard Langelier permalink
    11 mai 2011 21 h 36 min

    J’ai lu aujourd’hui, sur http://www.ledevoir.com/politique/quebec/323053/le-nord-a-rabais qu’Amir Khadir avait présenté le point de vue suivant sur le plan Nord« Québec solidaire propose plutôt une extraction minière moins intensive, étalée sur 80 ou 100 ans. Une forme de «slow mining», si on peut dire, que seules des sociétés minières d’État, avec ou sans partenaires privés minoritaires, peuvent mener à bien. «Pour que ce soit viable, il faut que ce soit sous contrôle étatique, parce que les investisseurs privés ne se satisfont pas de 5 % à 10 %» de bénéfices. ».

    Quand les vues de Québec solidaire sont présentées ainsi, je lève mon chapeau.

    J'aime

  111. 11 mai 2011 22 h 01 min

    «Quand les vues de Québec solidaire sont présentées ainsi, je lève mon chapeau.»

    QS et Amir Khadir ont fait un travail fantastique dans le dossier des mines. Dans ce cas, parler de système colonial n’est vraiment pas caricatural. J’ai écouté son point de presse hier à :

    J’ai bien aimé son «avec ou sans partenaires privés minoritaires». Il n’y a pas de dogme dans ça, c’est vraiment cela que ça prend.

    J'aime

  112. the Ubbergeek permalink
    26 mai 2011 12 h 06 min

    Legault me semble plus neutre – je sais pas trop, mais il a semblé plus ‘passons la dessus pour le moment’ que ‘restons dans le canada!’.

    J'aime

  113. the Ubbergeek permalink
    26 mai 2011 12 h 07 min

    http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/avis-de-deces-la-position-pro-quebec-du-npd/9314/

    Certains risques d’avoir des désilusions dans les mois à venir…

    Le NPD recule déjà. Probablement que la gauche paléosocialiste a grognée fort, et….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :