Aller au contenu principal

L’inégalité de la misère

10 août 2011

Drôle d’idée de débuter ma participation à ce blogue en choisissant un sujet impopulaire… Car voyez-vous, je vais vous entretenir de famine. La corne africaine connaît actuellement une très grave crise alimentaire, une des pires depuis celle d’Éthiopie dans les années 1980. Or, à part quelques entrefilets, on entend assez peu parler du calvaire enduré par la population somalienne, une des plus défavorisées du monde. Un pays sans gouvernement ni infrastructure, sans ressource, aux prises avec une guerre civile interminable, qui met au prise des bandes plus ou moins criminalisées. La famine qui sévit actuellement n’est que le dernier épisode d’une longue et triste histoire.

Or, la situation actuelle est épouvantable.

L’ONU a déclaré mercredi l’état de famine dans trois régions supplémentaires de la Somalie, portant à cinq le nombre de régions confrontées à cette catastrophe humanitaire.

Le Coordonnateur humanitaire de l’ONU en Somalie, Mark Bowden, a déclaré mercredi que le Corridor d’Afgooye, la capitale du pays, Mogadiscio, et la région du Moyen Shabelle, étaient en état de famine. Le 20 juillet dernier, les régions de Bakool et du Bas Shabelle avaient été déclarées dans un état de famine.

Au total, ce sont plus de douze millions de personnes qui sont directement touchés par l’interminable sécheresse qui frappe la corne de l’Afrique. Les besoins sont immenses, mais les ressources sont rares, en partie à cause d’un phénomène désormais bien connu : la fatigue des donateurs.

Valérie Daher explique les ONG doivent aujourd’hui se battre contre l’idée largement répandue que « la faim fait partie du paysage en Afrique ». Un fatalisme accentué par l’ampleur de la crise qui sévit dans la Corne de l’Afrique : selon l’employée d’Action contre la faim, les donateurs ont un sentiment de faiblesse à l’échelle individuelle devant une urgence humanitaire qui concerne douze millions de personnes.

Désormais, même les donateurs habituels passent leur tour devant des situations d’une telle ampleur, alors qu’ils donneront généreusement en cas de catastrophes naturelles et, surtout, aux conséquences matérielles visibles et spectaculaires (tremblement de terre, tsunami). Ce constat s’applique également aux États, qui rechignent à venir en aide aux déplacés somaliens, malgré leur générosité passée envers Haïti ou la Thaïlande.

L’action individuelle, même la plus simple sous la forme d’un don, peut-elle réellement contribuer à secourir les populations qui souffrent de la famine ? L’action collective, pilotée par les États, peut-elle avoir un impact positif sur de tels phénomènes ?

102 commentaires leave one →
  1. Yves permalink
    10 août 2011 6 h 20 min

    «Drôle d’idée de débuter ma participation à ce blogue en choisissant un sujet impopulaire«

    Un peu oui. Ce n’est pas « l’impopulaire », mais ce qui me surprend c’est le choix du sujet, surtout venant de gars qui se dit de droite.

    En y pensent bien, votre question à la fin de votre billet me laisse sous-entendre que vous trouvez que cela ne faut pas la peine, mais c’est sans doute une mauvaise interprétation de ma part.

    Pour vous répondre et être bref (vu que le temps me manque) je dirais, oui elle peut contribuer et avoir un impact.

    J’aime

  2. 10 août 2011 7 h 01 min

    Troublant sujet, troublante photo.

    Il est vrai qu’on n’en a très peu parlé..

    Tu dis:

    Désormais, même les donateurs habituels passent leur tour devant des situations d’une telle ampleur, alors qu’ils donneront généreusement en cas de catastrophes naturelles

    C’est tout de même une catastrophe naturelle une sécheresse, moins spectaculaire mais quand même….Je pense tout simplement qu’il faut une campagne de sensibilisation, que les médias en parlent pour que les gens pensent à donner.

    Je crois à l’entraide internationale..

    J’aime

  3. 10 août 2011 7 h 47 min

    @ Yves

    «surtout venant de gars qui se dit de droite.»

    Seulement deux orteils, ce qui n’inclut manifestement pas le coeur…

    @ Nicolas

    L’article de Rue89 aborde d’autres facteurs qui peuvent expliquer la réaction plus tiède des donateurs. Le fait qu’une bonne partie de l’aide ne se rende pas à destination, car détournée ou volée par l’armée ou qui que ce soit d’autre, ne doit en effet pas être très encourageant pour les donateurs potentiels.

    Je réponds bien sûr oui à tes questions. Oui, nous (individus et collectivités) pouvons contribuer, mais à quel point, ça c’est la grande question.

    J’aime

  4. 10 août 2011 8 h 48 min

    @Minarchiste

    J’ai arrêté de lire après ce passage…

    Beaucoup de pays sont sorti de la misère au cours des dernières décennies (les Tigres Asiatiques, les pays de l’ancien bloc soviétique, le Chili, etc), non pas grâce à de l’aide internationale, au FMI et à la Banque Mondiale, mais bien parce qu’ils ont libéralisé leur économie et réduit le poids de l’État sur la société.

    Ça me dégoûte de vous voir utiliser la famine et tordre la réalité en vue de nous enfoncer dans la gorge votre théorie forgée uniquement d’imbécillités….

    Aimé par 1 personne

  5. 10 août 2011 8 h 54 min

    En fait, je suis d’accord avec minarchiste pour dire que Bono est épais et que le FMI et la BM, font dur….la solution cependant, il faudrait y réfléchir un peu mieux…

    Le réflexe poche de nous vendre la pensée libertarienne en vue de régler tous les problèmes du monde révèle un manque de maturité avec lequel je n’ai plus le goût de discuter.

    Aimé par 1 personne

  6. Nicolas permalink
    10 août 2011 9 h 03 min

    @ Yves

    Je me considère d’abord comme un humaniste. Je ne peux pas rester insensible devant une telle misère. J’ai été en Afrique dans le passé, pourtant dans un pays « riche » selon les critères du continent, mais même là-bas, la pauvreté la plus totale côtoyait l’opulence. L’idéologie ou les préjugés ne tiennent pas longtemps quand on est confronté à ce genre de phénomène.

    @ Darwin

    Il existe bien sûr d’autres raisons, mais elles existent aussi dans le cas de graves catastrophes naturelles : quand on envoie de l’argent pour Haïti, sait-on quelle proportion de ces fonds se rend vraiment à destination ? Désormais, j’offre mes dons à des organisations qui agissent uniquement sur le terrain et qui ne font pas de PR.

    @ Koval

    Nous sommes soumis à la dictature de l’image. Rien de tel pour susciter la compassion que des maisons détruites ou des éléments déchaînés. Les images – pourtant atroces – qui proviennent d’Afrique rappellent à ma génération celles prises en Éthiopie, ou au Biafra pour les boomers. C’est triste, mais nous sommes devenus, en quelque sorte, blasés par ces images qui ne suscitent plus chez nous l’élan humain que nous devrions avoir.

    @ Minarchiste

    Je vois mal comment la Somalie pourrait réduire ses dépenses publiques, n’ayant plus d’État fonctionnel depuis plus de vingt ans. La décence exigerait que les idéologues s’abstiennent d’employer les drames humanitaires pour mousser leur idées, mais ils en sont généralement incapables.

    Aimé par 1 personne

  7. 10 août 2011 9 h 20 min

    @ Koval

    «En fait, je suis d’accord avec minarchiste pour dire que Bono est épais et que le FMI et la BM, font dur…»

    L’inefficacité du FMI et de la BM, pour ne pas dire la nuisance qu’ils représentent, émane en premier lieu de leur idéologie, qui est celle du consensus de Washington. Ils ont forcé maints pays à adopter des arrangements structurels qui étouffent leurs possibilités de sortir de la misère en les obligeant à diminuer leurs dépenses sociales, surtout en éducation et en santé, pour privilégier le remboursement de leurs dettes.

    C’est esssentiellement la recette qui est appliquée en Europe et aux États-Unis et qui mène au désastre.

    J’aime

  8. 10 août 2011 9 h 26 min

    @ Nicolas

    «quand on envoie de l’argent pour Haïti, sait-on quelle proportion de ces fonds se rend vraiment à destination ? »

    Vrai, mais les détournements semblent d’une toute autre ampleur en Somalie, entre autres, selon bien des reportages que j’ai lus, comme celui-ci :
    http://www.slateafrique.com/18309/piege-humanitaire-somalien-famine-aide-crise-shebab

    «Alors que les milices islamistes prenaient progressivement le contrôle du sud de la Somalie [hormis certains quartiers de Mogadiscio où le gouvernement fédéral de transition (TFG), ce qu’il reste de l’entité reconnue par l’ONU, maintient sa présence grâce au soutien militaire des Casques bleus] et imposaient leur vision conservatrice de l’islam, le PAM s’est lui retrouvé contraint de suspendre ses distributions de nourriture en raison de l’insécurité et de détournements massifs de l’aide alimentaire internationale, la corruption généralisée mettant le système de distribution des Nations Unies à rude épreuve.»

    J’aime

  9. 10 août 2011 9 h 45 min

    Darwin

    J’y avais pensé après avoir pesé sur le bouton « laissez un commentaire ». Vrai qu’amaigrir l’État des pays trop endettés est la première chose à laquelle pensent ces organismes….et ça ne fonctionne pas fort, cela devrait faire réfléchir un miniarchiste d’ailleurs….

    Mais j’aime encore mieux la réponse de Nicolas, en effet, comment couper dans le gras de l’État en l’absence d’un État?

    J’ai bien hâte de voir la couleur du lapin qui sortira du chapeau minarchiste pour solutionner ce problème….

    Ça va nous prendre un gars vachement calé du coco pour répondre à ça, j’attends avec impatience en fixant cet écran….

    J’aime

  10. Yves permalink
    10 août 2011 9 h 48 min

    😀

    J’aime

  11. 10 août 2011 10 h 09 min

    «en effet, comment couper dans le gras de l’État en l’absence d’un État?»

    Pour le cas spécifique de la Somalie, je suis bien d’accord. La réponse de Nicolas est dans ce sens bien plus cinglante, avec raison. Sauf que l’intervention du FMI et de la BM a touché bien d’autres pays qui ont des gouvernements… qui offrent souvent peu de services à la population.

    J’aime

  12. youlle permalink
    10 août 2011 10 h 15 min

    @ Darwin

    « C’est esssentiellement la recette qui est appliquée en Europe et aux États-Unis et qui mène au désastre. »

    Voulez-vous dire: recette qui est appliquée en Europe et aux États-Unis pour l »Europe et les ÉU ou recette qui est appliquée en Europe et aux États-Unis pour l’aide?

    J’aime

  13. 10 août 2011 10 h 49 min

    @ Youlle

    Le FMI et la Banque centrale européenne (BCE, dont le président est Jean-Claude Trichet) appliquent en gros le consensus de Washington en Europe. On demande aux pays en difficulté de concocter des plans d’austérité (couper dans les services) de plus en plus sévères. En même temps, la BCE s’inquiète de l’inflation et a rehaussé ses taux d’intérêt une fois (de trop!)! Bon, elle a pris quelques mesures qui sont plus positives depuis deux jours (dont l’achat d’une partie de la dette de l’Italie et de l’Espagne), mais à reculons. L’idéologie qu’on applique en Europe demeure celle de l’École de Chicago. Avec la même absence de succès qu’elle a toujours eue.

    De façon un peu différente, c’est la même recette que les États-Unis s’autoinfligent. Pas de hausses d’impôts, même si le ratio recettes de l’État/PIB (14 %, ai-je lu) est son plus faible depuis les années 1950, que des compressions des dépenses. Et un président qui répète que, lorsque les ménages se serrent la ceinture, le gouvernement doit faire de même, alors que c’est justement le temps d’aider ces ménages! Ce concept est aussi celui de l’École de Chicago. Entendre ça dans la bouche d’un président démocrate, ça fait dur…

    J’aime

  14. lizzie permalink
    10 août 2011 10 h 54 min

    Taboire, le minarchiste a le piton collé. Il n’y a pas d’état en Somalie. Ça devrait être le paradis des libertariens.

    En ce qui a trait à la lassitude des donateurs, je crois vraiment qu’elle est reliée à ce manque de gouvernement dans ce pays. Qui est redevable? À qui faire confiance?

    J’aime

  15. 10 août 2011 11 h 00 min

    Nicolas: Je suggère que nous ajoutions un lien dans la marge de droite qui pointera vers un organisme d’aide présent en Somalie. Personnellement, j’ai fait un don à Oxfam Québec. Quel ONG recommandes-tu ?

    Dans un monde idéal (sans fraude, sans mensonges), je suggèrerais que l’ONU dispose d’un fonds pour intervenir rapidement dans ce genre de situation. Au même titre que les pays peuvent renflouer leurs banques en deux temps trois mouvements, financer rapidement une intervention militaire et quoi encore… Il est inacceptable que des gens meurent de faim parce que l’argent n’est pas disponible.

    J’aime

  16. 10 août 2011 11 h 01 min

    @ lizzie

    «je crois vraiment qu’elle est reliée à ce manque de gouvernement dans ce pays»

    Je viens de lire un article qui explique bien ce que vous dites et ce que je disais auparavant sur les difficultés d’acheminer de l’aide en Somalie:

    Après l’amnistie aux shebab, une meilleure distribution de l’aide?
    http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/la-corne-de-lafrique-face-a-la-famine/201108/10/01-4424758-apres-lamnistie-aux-shebab-une-meilleure-distribution-de-laide.php

    «Q: Croyez-vous que l’amnistie et le repli auront un réel impact sur la distribution de l’aide alimentaire?

    R: Je ne pense pas que les shebab vont se contenter d’une simple amnistie mais, pour l’instant, Mogadiscio est accessible, avec un port et un aéroport. Il n’y a plus de raison technique que l’aide ne se rende pas. Sera-t-elle livrée? Ça ne dépend pas que des agences humanitaires. Déjà, les premières livraisons qui ont eu lieu depuis que les shebab sont partis ont été l’objet de pillage, y compris par des soldats du gouvernement. Il faut que ça cesse et que les choses se fassent correctement. Malheureusement, ce n’est pas simple.»

    J’aime

  17. 10 août 2011 12 h 10 min

    @Tous

    « Je vois mal comment la Somalie pourrait réduire ses dépenses publiques, n’ayant plus d’État fonctionnel depuis plus de vingt ans. »
    « Il n’y a pas d’état en Somalie. Ça devrait être le paradis des libertariens. »

    La Somalie est ravagée par des guerres de clans qui veulent s’accaparer les reines du pouvoir politique et utiliser ce pouvoir pour s’enrichir sur le dos de la population et imposer leur foi religieuse (entre autres).
    Lorsque les libertariens parlent d’amaigrir l’État, ils ne parlent pas de l’abolir. Il faut un État de droit et la protection des droits de propriétés pour qu’un système politique fonctionne.
    On est donc loin d’un paradis libertarien en Somalie. C’est ridicule de dire cela.

    En 1969, quand le général Mohamed Siad Barre s’empara du pouvoir, il déclara que le pays allait désormais être un « État socialiste ». Le népotisme et la corruption de l’État ont par la suite ravagé le climat politique, ce qui mena à l’effondrement du règne de Siad Barre en 1991. C’est à ce moment qu’a commencé la guerre civile, alors que des seigneurs de guerre se sont opposés violemment à la création d’un nouveau gouvernement, pour préserver leurs opérations de trafic de drogues.

    L’aide internationale n’aidera en rien la situation. Elle est usurpée par les chefs de guerre qui l’utilise pour financer leurs opérations.
    Ainsi, l’aide ne fait que faire perdurer la situation.

    Concernant le FMI et la Banque Mondiale, vous devriez lire ça :

    http://minarchiste.wordpress.com/2010/11/24/les-programmes-d%e2%80%99ajustements-structurels-du-fmi-et-de-la-banque-mondiale/

    J’aime

  18. lizzie permalink
    10 août 2011 12 h 17 min

    pas reines mais rênes.

    C’est exactement ce que les libertariens américains veulent. Des milices pour empêcher l’état de faire ce qu’ils ne veulent pas et imposer leur foi.

    J’aime

  19. 10 août 2011 12 h 54 min

    Minarchiste

    Nicolas parle des 20 dernières années, cela fait 20 ans que Siad Barre est parti!?!?

    Pas fort ta synchro!?!?

    Ouais ouais, la faute au socialisme….c’est ça….

    Tu ne fais même pas la différence entre un régime de despote militaire qui trip sur Marx et le socialisme, c’est enfantin ton discours…voyons donc!

    On se rejasera quand t’auras du poil!

    J’aime

  20. 10 août 2011 13 h 01 min

    @ Minarchiste

    «Concernant le FMI et la Banque Mondiale, vous devriez lire ça :»

    Nous semblons au moins d’accord sur le fait que les PAS n’ont pas eu le succès escompté (euphémisme énorme…). Nous partageons aussi la vision des intérêts des pays prêteurs qui sont bien loin de ceux qu’ils proclament. Où nous ne sommes pas d’accord, c’est bien sûr dans l’analyse des raisons qui ont mené à ces échecs. Vous prétendez que plusieurs des fondements théuriques des PAS sont bons, mais que les conditions de leur succès n’étaient pas réunies. Moi, je vous dirais que ces conditions sont impossibles à réunir dans ces pays!

    S’il y a des endroits où ces conditions devraient être réunies, c’est bien en Europe et aux États-Unis. Nous verrons dans quelques années si ces conditions ont permis le succès de ce type de mesure, en conformité avec la théorie qui les appuie. J’en doute, bien évidemment…

    Mais, tout cela ne nous rapproche pas de l’objet du billet de Nicolas…

    J’aime

  21. Nicolas permalink
    10 août 2011 13 h 04 min

    C’est sûr que si rien n’est fait, le problème va se régler de lui-même, puisqu’il n’y aura plus de Somaliens. C’est ça, le vrai visage du laisser-faire : un malthusianisme qui avance masqué.

    J’aime

  22. youlle permalink
    10 août 2011 13 h 36 min

    « De façon un peu différente, c’est la même recette que les États-Unis s’autoinfligent. »

    Merci Darwin.

    J’aime

  23. 10 août 2011 13 h 47 min

    @koval

    « Nicolas parle des 20 dernières années, cela fait 20 ans que Siad Barre est parti!?!? Pas fort ta synchro!?!? »

    J’ai justement démontré que les problèmes des 20 dernières années tirent leur origine d’événements qui sont survenus bien avant.

    Et je n’ai pas dit que le socialisme était responsable des problèmes de la Somalie, j’ai dit que Barre a dit vouloir créer un État socialiste.

    « un manque de maturité avec lequel je n’ai plus le goût de discuter. »

    J’ai hâte que tu fasse ce que tu dis que tu vas faire !

    J’aime

  24. 10 août 2011 13 h 50 min

    « J’ai justement démontré que les problèmes des 20 dernières années tirent leur origine d’événements qui sont survenus bien avant. »

    Ouais ouais, comme cet irresponsable Charest qui accuse les péquistes de tous ses malheurs…..lui au moins, ça fait juste 8 ans…

    Oui t’as raison…je vais arrêter de te répondre…faut que je cesse de procrastiner, ce n’est pas rentable!

    J’aime

  25. 10 août 2011 13 h 55 min

    @Darwin

    « S’il y a des endroits où ces conditions devraient être réunies, c’est bien en Europe et aux États-Unis. Nous verrons dans quelques années si ces conditions ont permis le succès de ce type de mesure, en conformité avec la théorie qui les appuie. J’en doute, bien évidemment… »

    Les mesures d’austérités de part et d’autre ne font que ralentir la croissance du déficit de ces pays. Il n’amène pas ces pays sur une trajectoire soutenable. Elles sont donc vouées à l’échec.

    Concernant le niveau de taxation, voici les chiffres que j’ai:

    En 2011, les États-Unis ont collecté des revenus fiscaux équivalents à 7 236$/habitant. Sans alourdir la fiscalité, les États-Unis pourraient équilibrer leur budget en ramenant leurs dépenses au même niveau qu’en 2000, soit 7 232$/habitant.

    Comme c’est sans doute le cas pour vous, je commencerais par les dépenses militaires. Puis les subventions aux entreprises, à commencer par les producteurs d’éthanol.

    Étude intéressante sur le sujet1 :

    Cliquer pour accéder à Large%2Bchanges%2Bin%2Bfiscal%2Bpolicy_October_2009.pdf

    Cette étude montre que les réformes réussies ont impliqué une baisse des dépenses et des impôts, alors que c’est l’inverse pour celles qui ont échoué.

    Finalement, je trouve que vous avez des arguments défendables que j’apprécie lire, mais je trouve que la plupart des autres intervenants sont irrespectueux envers moi et n’apporte pas vraiment d’argument. Ça fait pitié…

    J’aime

  26. 10 août 2011 14 h 06 min

    « Finalement, je trouve que vous avez des arguments défendables que j’apprécie lire, mais je trouve que la plupart des autres intervenants sont irrespectueux envers moi et n’apporte pas vraiment d’argument. Ça fait pitié… »

    On vous l’a dit, surfer sur la misère des Somaliens pour nous vendre vos idéaux politiques ne vous montre pas sous votre meilleur jour, il y a des façons d’être très très irrespectueux sans insulter…

    Bon je vous laisse parler économie avec Darwin…

    J’aime

  27. 10 août 2011 14 h 43 min

    @ Minarchiste

    «Étude intéressante sur le sujet1 :»

    Ce serait long à lire… J’élaborerais bien (je viens d’effacer deux paragraphes!), mais cela n’est pas le genre de billet pour partir un échange prolongé sur un sujet qui n’a rien à voir avec le drame humanitaire vécu par les Africains. Ce sera pour une autre fois, quoique je crois bien me souvenir que nous avons déjà échangé là-dessus…

    @ Koval

    «Bon je vous laisse parler économie avec Darwin…»

    Je préfère qu’on revienne au sujet du billet…

    J’aime

  28. 10 août 2011 14 h 43 min

    @Koval

    « surfer sur la misère des Somaliens pour nous vendre vos idéaux politiques ne vous montre pas sous votre meilleur jour »

    Après plus de $600 milliards en aide internationale et 50 ans d’échecs, il serait peut-être temps de considérer les alternatives; même si celles-ci sont plus contre-intuitives.

    Je ne pense pas qu’il soit stupide d’explorer la liberté économique en ce sens, vu ses succès dans plusieurs pays.

    Voici quelques exemples qui sont valables pour la Somalie et pour tous les pays pauvres:

    Au Pérou, pour obtenir l’autorisation légale de bâtir une maison sur un terrain appartenant à l’État, il faut 7 ans de démarches administratives. Pour être un taxi légal, il faut 24 mois de démarches administratives.

    Aux Philippines, pour bâtir une maison sur un terrain légal il faut entre 13 et 25 ans de démarches. Cela explique pourquoi les gens construisent leur maison de façon illégale.

    En Haïti, il faut en moyenne 195 jours pour passer à travers toute la paperasse et la bureaucratie nécessaires à démarrer une entreprise (comparativement à 13 jours en moyenne pour les pays de l’OCDE). Le coût et le nombre de procédures administratives requises sont prohibitifs. En Haïti, une entreprise qui souhaite enregistrer ses titres de propriété doit y consacrer 405 jours de travail, contre 25 jours dans les pays de l’OCDE.

    Au Bangladesh, il faut 44 jours en moyenne pour démarrer une entreprise. D’autre part, la règlementation au niveau du marché du travail le rend peu flexible; il est extrêmement difficile de renvoyer un employé. Avec un secteur financier déficient et des droits de propriété nébuleux, le climat n’est pas propice à l’entreprenariat et à l’investissement. L’entreprise privée joue donc un rôle effacé dans l’économie, ce qui laisse peu d’opportunités d’emplois aux travailleurs, outre les “sweatshops” et l’agriculture.

    Plus de 90% des Égyptiens détiennent leurs biens sans titre légal et 92% des Égyptiens n’ont même pas de titres légaux sur leur habitation. Pour ouvrir une petite boulangerie, les démarches administratives prennent plus de 500 jours. Il faudrait plus de 10 ans pour obtenir le titre de propriété d’un morceau de terre vacant. Pour faire des affaires en Égypte, un nouvel entrepreneur doit faire face à 56 agences gouvernementales et à des inspections répétitives du gouvernement.

    Je pourrais continuer indéfiniement pour chaque pays du Tiers-monde ou pauvre de la terre…
    Un gros État ça ne veut pas nécessairement dire des impôts à 50% du PIB. Ça veut aussi dire un État qui exproprie et qui règlemente (et qu’il faut soudoyer pour que les choses avancent).
    La liberté économique pourrait aider les Somaliens à éventuellement se sortir de la misère, après avoir instauré un État de droit.

    Regardez les progrès effectués en Inde suite à une bien timide libéralisation. Mais encore beaucoup de chemin à faire malheureusement…

    Je publie justement un article sur l’Inde la semaine prochaine.

    J’aime

  29. lizzie permalink
    10 août 2011 14 h 48 min

    Le minarchiste est un troll qui tente de faire dévier la discussion.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Troll_(Internet)

    J’aime

  30. 10 août 2011 14 h 51 min

    @ Minarchiste

    «Je ne pense pas qu’il soit stupide d’explorer la liberté économique en ce sens, vu ses succès dans plusieurs pays.»

    Cela m’étonnerait que quelqu’un ici soit contre la réduction de la corruption, qui est un cancer qui ronge même des sociétés dites évoluées. Bien sûr que c’est un des plus grands problèmes dans bien des pays. Associer le niveau de corruption à vos indicateurs de «liberté économique» (dont un est lié à la faible présence syndicale…) me semble abusif. La question n’est pas non plus le niveau de présence étatique, mais sa nature. Cela fait bien des fois que nous avons cet échange…

    J’aime

  31. lizzie permalink
    10 août 2011 14 h 53 min

    Une description de la mort causée par la famine parle Dr Gupta de CNN.

    « There is no way to dignify the description of death by starvation. It is neither quick nor painless. Not too long after the food is cut off, the body resorts to fuel reserves in the liver and fatty tissues. Once the fat is all gone, and the person is a skeleton of what he or she once was, the body searches for protein, and finds it in muscle tissue. Even the muscle of the heart is consumed, leaving someone drained and listless.

    The body shuts down. The pulse, the blood pressure and body temperature all precipitously drop. »

    http://www.cnn.com/2011/HEALTH/08/10/saving.ahmed.gupta/index.html?hpt=hp_c1

    J’aime

  32. 10 août 2011 16 h 01 min

    @Darwin

    « Associer le niveau de corruption à vos indicateurs de «liberté économique» (dont un est lié à la faible présence syndicale…) me semble abusif. »

    Les conventions collectives centralisées sont l’un des 7 indicateurs utilisés pour le volet « flexibilité du marché du travail ». Les autres sont l’ampleur du salaire minimum, la règlementation encadrant l’embauche et les mises-à-pied, les coûts d’embauche, les coûts de mise-à-pied, la conscription et les autres règlementations du marché du travail.

    Cette mesure est très importante car le taux de chômage est inversement corrélé avec la flexibilité du marché du travail. Souvenez-vous de ce graphique:

    En fait, l’indice de liberté économique ne fait que supposer que plus une population est syndiquée, moins son marché du travail sera flexible. Et c’est vrai, qu’on soit pour ou contre le syndicalisme.

    Les syndicats nuisent à la croissance de l’emploi et gonlent le chômage. Aux États-Unis, les 10 états ayant eu le taux de syndicalisme le plus élevé ont généré une croissance de l’emploi et du PIB nettement inférieure aux 10 états où le taux de syndicalisme est le plus faible. Voir ce graphique:

    J’aime

  33. 10 août 2011 16 h 09 min

    ajout à mon dernier commentaire:

    Notez que je ne suis pas contre les syndicats, au contraire.
    Il faut cependant être conscient de leurs impacts sur l’économie, la création d’emplois et le chômage.

    J’aime

  34. 10 août 2011 17 h 15 min

    @ Minarchiste

    «Il faut cependant être conscient de leurs impacts sur l’économie, la création d’emplois et le chômage.»

    Et sur les inégalités, la qualité des emplois et la qualité de vie au travail! Comme on entre dans une période de manque de main-d’oeuvre, les impacts positifs des syndicats tendront à surpasser encore plus les négatifs. Il en est de même du salaire minimum et de la réglementation du travail.

    Il y a tellement de facteurs explicatifs au chômage… Un jour, je regarderai ces données plus en détail, J’aimerais aussi voir deux années de plus à votre premier graphique, comparer les définitions du chômage des pays (même les données supposément comparatives de l’OCDE ne le sont pas vraiment), regarder les pays qui fournissent des taux supplémentaires (qui tiennent compte des découragés et du sous-emploi, c’est-à-dire de ceux qui travaillent à temps partiel involontairement; ces taux sont par exemple beaucoup plus élevés aux États-Unis qu’ici), regarder quels pays sont dans chaque groupe et quelques petites choses comme ça. Mais c’est long et les données ne sont pas toujours disponibles et, je le répète, comparables.

    Autre lacune, votre dernier graphique ne donne pas les taux d’emploi et de croissance par habitant, mais au global. Antagoniste avait fait la même chose en comparant la croissance du PIB en Europe et aux États-Unis. En brut, le PIB avait bien sûr augmenté davantage aux États-Unis, mais, le PIB par habitant avait plus augmenté en Europe (et cela, avec les données qu’il fournissait)!. Alors, je me méfie de ce genre de données…

    Bon, je me suis encore fait avoir…

    J’aime

  35. 10 août 2011 18 h 39 min

    Minarchiste

    Désolée, vos analyses sont dénuées de tout contexte, vous osez comparer la Somalie avec la seule chose que vous connaissez, une démocratie…

    Ces pays sont des régimes immondes où il est impossible d’établir quoi que ce soit. Libérer les marchés? Je répète, il n’y a pas de marché, ni d’État….

    Vous ne considérez que quelques variables quantitatives insignifiantes, sans considérer le plus important, la terreur sociale qui sévit, le climat d’horreur!

    Vous oubliez aussi de considérer les richesses naturelles et la sécheresse

    Finalement vous omettez tous ce qui est capital pour ne garder que 3 ou 4 indices insignifiants.

    Voilà! Les données principales ne sont même pas de la partie. En informatique on dit, « garbage in garbage out »!

    Je ne comprends pas! Vous n’êtes pas capable de faire un constat sur le problème de fond avec les données essentielles et vous concluez avec l’assurance d’un roi…

    Je voyais ça au CEGEP des idéalistes de ce genre où au pire, en première année du bacc en math…

    Je suis désolée, et ce n’est pas pour vous insulter, mais vous n’arrivez pas du tout à poser le problème correctement, la suite ne m’intéresse donc pas du tout.

    On peut savoir quelle est votre formation?

    J’aime

  36. youlle permalink
    10 août 2011 19 h 46 min

    « Le minarchiste est un troll qui tente de faire dévier la discussion. » (lizzie)

    Bien sur, c’est un libertarien.

    Sont tous pareils. On ne niaise pas avec la dogmatique de sa religion.

    Ils n’ont pas le choix mentir et déformer pour protéger leur dogme irréaliste.

    La sécheresse cause la famine et ces ignobles nous parlent de syndicats qui supposément appauvrissent la population.

    Parlant de sécheresse et de trop de pluie, l’Amérique elle même risque de ne pas combler ses besoins cette année. Là ils nous diront que le gouvernement a trop réglementé.

    J’aime

  37. 10 août 2011 20 h 01 min

    @ Youlle

    «Là ils nous diront que le gouvernement a trop réglementé.»

    C’est exactement ce qu’ils ont fait lors de la dernière crise. Même s’il est évident que les banques (et banques d’affaires) ont profité des déréglementations pour transférer tous les risques sur l’État et ont nié la bulle imobilière, ils prétendent que c’est une loi qui favorise les prêts aux moins nantis qui est LA cause de la crise. Or, ces types de prêts ne représentaient qu’une faible minorité des prêts qui n’ont pu être remboursés à cause de la baisse du prix des maisons. Mais, les faits importent peu face à leurs dogmes. La misère humaine non plus, faut-il encore le constater…

    J’aime

  38. youlle permalink
    10 août 2011 21 h 12 min

    « …ils prétendent que c’est une loi qui favorise les prêts aux moins nantis qui est LA cause de la crise.  »

    Ces menteurs se servent de la loi qui protège les consommateurs contre la discrimination. Elle oblige les institutions financières à simplement respecter leur propre charte sans faire aucune discrimination.

    « La misère humaine non plus, faut-il encore le constater… »

    Ils ont de la misère à réaliser dans quel monde ils vivent. Alors la misère pour eux n’existe pas alors qu’à les lire la plupart d’entre eux sont misérable.

    Tout cela est poussé par la grande entreprise et ces nono y croient parce que sa vient de la grande entreprise sensé savoir administrer.

    J’aime

  39. 10 août 2011 21 h 31 min

    Heille toi t’es a les idées….pu d’aide sociale….pu de programme de sante…pu fuckall finalement MAIS d’la police en masse…ben des prisons pis l’armée

    J’aime

  40. 10 août 2011 21 h 33 min

    @ Youlle

    «Tout cela est poussé par la grande entreprise et ces nono y croient parce que sa vient de la grande entreprise sensé savoir administrer.»

    Vrai que la grande entreprise, pensons aux frères Koch et aux think Tank fortement financés par la grande entreprise, pèse lourd dans la prévalence de ces valeurs dans le monde. Par contre, de façon individuelle, je pense que les libertariens sont en premier lieu des idéologues (dans le sens dogmatiques) qui croient aux principes qui soutendent leur option. Ce sont les idées utopiques de leur clan qui les convainquent, pas les faits.

    J’aime

  41. 10 août 2011 21 h 37 min

    minarchiste..libertarien whatever…criss qui sont drole

    Ils citent les States a tour de bras mais c’est jamais un systeme a 100% comme ils voudraient…nenon y’as certains programmes sociaux aux States faudrais tous les abolir…Mais quand on discute avec eux et qu »on leur montre que y’as des pays plus socialiste qui se sortent mieux d’affaire que les States la ca marche pas….bref ils sont barre ideologiquement et ils ont aucun example fiable ou leur systeme a marche

    J’aime

  42. ACE permalink
    11 août 2011 0 h 14 min

    Je trouve ça triste de voir que certaines personnes ramènent tout à leur idéologie. Comme s’ils avaient trouvé la panacée pour tout les maux du monde, malgré le fait que leur utopie n’existent nulle part au monde, et que leur recettes ne fonctionnent nulle part.

    Appliquer cette recette aux problème en Afrique me semble particulièrement pernicieux. D’abord, il faudrait sabrer dans les programmes sociaux, mais il n’y en a pas! Tout devrait bien aller puisque les gens sont laissés à eux même…

    Libéraliser l’économie! Comme si ça allait aider dans des pays qui ont une forte économie informelle. Les gens font de l’agriculture de subsitance, pensez vous vraiment qu’ils peuvent se lancer en affaire? Bien sûr la solution serait qu’ils soient comme nous, occidentaux, qui avons la solution à tout. Cette attitude me semble complètement déconnectée de leur réalité.

    J’aime

  43. the Ubbergeek permalink
    11 août 2011 1 h 27 min

    Deux remarques…

    Il y a de sevères critiques, certaines actuellement d’un progressisme de gauche tier-mondiste contre l’aide aux pays du tier monde (l,aide commune, pas celled e crises atroces comme ca…). Il y a une intelectuelle africaine dont j’ai malheureusement oubliée le noms qui a dénoncé ce système actuel, qui favoriserais corruption et qui ne Marche Pas du Tout.

    Second, et délicat… je suis sympatique à vous et vos idées, mais…est-ce que l’occident a toujours un role majeur ou premier dans les problèmes de l,Afrique, ou, comme à Cuba, on se sert de l’occident dans certains régimes comme épouvantail/cible/ennemis pour détourner les yeux de ce que l’on fais de mal, ou pas du tout, ou tout cà? Y’a pas une part de ces malheurs du en effet à la corruption local, des dictatures iniques, etc…

    Sans compter la montée de la Chine, qui est pire sur certains sujets – comme le fais qu’elle se crisse des droits de l’homme en affaire… un sino-colonialisme discret,

    J’aime

  44. 11 août 2011 8 h 59 min

    @Ace

     » Comme s’ils avaient trouvé la panacée pour tout les maux du monde, malgré le fait que leur utopie n’existent nulle part au monde, et que leur recettes ne fonctionnent nulle part. »

    Je n’ai pas dit que la liberté économique était la solution à tous les maux, j’ai dit qu’elle aiderait beaucoup des pays.

    Il y a plusieurs exemples:

    Les Tigres Asiatiques
    Le Chili (http://minarchiste.wordpress.com/2010/06/29/diagnostic-pauvrete-2-le-chili/)
    L’Inde (mon article sur l’Inde sera publié mercredi prochain).

    On peut aussi comparer l’indice de liberté économique à plusieurs mesures de richesse et constater qu’il y a forte corrélation:

    http://minarchiste.wordpress.com/2009/12/04/taille-de-letat-et-pauvrete/

    Finalement, il n’est pas la priorité des libertariens de sabrer dans les programmes sociaux. Ça c’est plutôt un réflexe de droitiste. Dans les pays du tiers-monde, il faudrait juste commencer par instaurer un État de droit, la protection de la propriété et libéraliser le commerce (intérieur et extérieur) au maximum. Ce serait déjà un début. C’est ce qui a fonctionné au Chili, qui est aujourd’hui un pays membre de l’OCDE alors que c’était le pays le plus pauvre d’Amérique Latine il y a quelques décennies.

    Excluant Darwin, je suis déçu de constater que les commentaires visent soit à m’asperger d’insultes, soit à lancer des idées reçues sur les libertariens. Bien peu d’arguments tangibles.

    Ceci étant dit, une chose est sûre, la Somalie part de TRÈS loin. Toute réforme devra être effectuée minutieusement et aura des conséquences négatives inattendues à court et moyen terme.

    Mon opinion à la base, avant de me faire traiter de tous les noms, était que d’y pelleter de l’aide internationale ne constitue pas une réforme viable et ne fera que faire perdurer le problème. Il n’y a rien d’idéologique là-dedans, ce n’est que de l’observation des résultats de 50 ans d’aide internationale.
    Cela me rappelle la définition de la démence (d’Einstein je crois?): répéter une action et espérer un résultat différent des autres fois.

    J’aime

  45. 11 août 2011 9 h 08 min

    « Dans les pays du tiers-monde, il faudrait juste commencer par instaurer un État de droit »

    Ben voilà! On est d’accord! C’est tout un contrat qui vous apparaît une trivialité!?!

    Très étonnant le mot « juste » dans votre phrase « il faudrait juste…. »….

    Maintenant, dites-nous comment instaurer la paix et la démocratie là-bas! C’est ça le problème numéro 1!

    Lâchez-nous avec la taille de l’État, il y a des pays démocratiques avec plus ou moins d’État ou la vie est parfaite (Norvège, très confortable avec beaucoup d’État, et le Chili, très néolibérale ou ça fonctionne un peu)…

    Demain matin, si je me lève et tous les pays comme la Somalie rejoignent votre sacro-saint Chili, nous seront tous très contents, bien plus que vous….

    M’enfin, c’est tellement trivial et enfantin vos réflexions!

    J’aime

  46. 11 août 2011 9 h 19 min

    Tiens! Expliquez-nous donc aussi par quelles danses on pourra conjurer le mauvais sort qui amène sécheresses et absence de richesses naturelles en Somalie!

    Misère….

    J’aime

  47. 11 août 2011 9 h 27 min

    @ Minarchiste

    «On peut aussi comparer l’indice de liberté économique à plusieurs mesures de richesse et constater qu’il y a forte corrélation:»

    Votre billet sur la taille de l’État est truffé de sophismes. Vous commencez dès le début à associer le rôle que voit la gauche dans l’État à sa taille. Je vous l’ai répété 1000 fois : l’important pour la gauche (en général, car certains gauchistes visent l’abolition de l’État) n’est pas la taille de l’État mais son rôle. Et vous poursuivez avec vos corrélations ridicules basées sur un postulat de départ faux.

    Relisez la citation d’Einstein et appliquez la à ceux qui tirent plein de conclusions à partir d’hypothèses qui sont non seulement non démontrées, mais dont on a démontré 1000 fois l’inexactitude.

    Si j’ai bonne mémoire, dans cet exercice, Fraser indique que le Canada a un petit gouvernement! Heureux de vous voir considérer le gouvernement du Canada petit (il me semble que ce n’est pas la première fois que je fais ce gag…) !

    J’ai horreur de ces études où on triture les faits pour prouver son point. Si vous aviez un minimum d’honnêteté intellectuelle, vous ne donneriez pas autant de poids et de visibilité à ces exercices fautifs et biaisés. Quand on rit de mon intelligence avec des billets aussi biaisés (billet-biais, j’aime bien…), je deviens moins parlable…

    Et si je me souviens bien, ce n’est pas la première fois que vous essayez de me ploguer ce billet et que je perds mon temps à démontrer que ce classement n’a aucun sens…

    J’aime

  48. 11 août 2011 9 h 49 min

    @Darwin

    « Fraser indique que le Canada a un petit gouvernement! Heureux de vous voir considérer le gouvernement du Canada petit »

    En effet, la liberté économique est très bonne au Canada. Je ne vois pas ce qu’il y a de si drôle là-dedans.

    Elle est aussi très bonne en Suède, malgré des impôts élevés et un marché du travail inflexible. Je vous recommande fortement mon article sur la Suède d’ailleurs:

    http://minarchiste.wordpress.com/2011/01/20/levolution-economique-de-la-suede/

    J’aime

  49. 11 août 2011 10 h 04 min

    »la liberté économique est très bonne au Canada.»

    Vous m’avez déjà répondu cela. Mais, là, on parle de la taille de l’État! Si le Canada est parmi les plus petits, cela contredit tout ce que vous et vos amis prétendez depuis des lustres! Bref, vous adaptez bien vos classements à ce que vous voulez démontrer!

    Au moins si vous n’aviez comparé que des pays comparables, genre membres de l’OCDE, on pourrait discuter. Mais quand la majorité des pays sont pauvres, on peut conclure n’importe quoi. Quelle est la disponibilité et la fiabilité des données pour ces pays? Comment se fier à des données sur la consommation gouvernementale ou les subventions étatiques en Angola, pays que Fraser classe au premier rang des pays avec le plus gros État (!!!), même s’il ne dispose d’aucune donnée sur des éléments qui servent à bâtir cet indice!

    Quand à votre dernier lien, je passe mon tour. Je fais déjà une indigestion de votre littérature biaisée après deux jours à en lire… Et, disons que des textes récupérateurs sur la Suède, j’en ai déjà lus, pays que Fraser classe au troisème rang des pays avec le plus gros État! Cela montre à quel point vous ne retenez que ce qui vous plaît des données!

    J’aime

  50. lizzie permalink
    11 août 2011 10 h 06 min

    On est rendu loin du sujet du billet.

    J’aime

  51. 11 août 2011 10 h 45 min

    «On est rendu loin du sujet du billet.»

    Oui, d’autant plus que la Somalie n’est même pas dans son classement…

    J’aime

  52. 11 août 2011 11 h 38 min

    Voilà un état des lieux de la Somalie, comme je pensais, aucune richesse…..

    http://www.forces.gc.ca/somalia/vol1/v1c11f.htm

    J’aime

  53. Nicolas permalink
    11 août 2011 12 h 16 min

    Mon prochain article va parler de l’agriculture sur Mars. Je suis curieux de voir quels seront les arguments utilisés pour faire dévier le débat.

    J’aime

  54. Nicolas permalink
    11 août 2011 12 h 18 min

    J’aime

  55. 11 août 2011 12 h 36 min

    @ Nicolas

    «Mon prochain article va parler de l’agriculture sur Mars»

    Peut-être qu’on va parler de la famine en Afrique…

    «L’action collective, pilotée par les États, peut-elle avoir un impact positif sur de tels phénomènes ?»

    Il n’empêche que ces digressions m’ont fait réaliser encore plus la confusion qu’il existe entre une action à long terme, pour laquelle il faut de fait travailler à partir de l’interne et viser des résultats sur plusieurs années, et les besoins d’une situation d’urgence comme celle-ci, où on doit viser le court terme, donc agir vite sans trop regarder les impacts sociopolitiques. L’important est d’acheminer des denrées, pas de réformer l’économie et la structure politique…

    J’aime

  56. lizzie permalink
    11 août 2011 12 h 44 min

    L’important est d’acheminer des denrées, pas de réformer l’économie et la structure politique…

    Amen!

    J’aime

  57. 11 août 2011 12 h 48 min

    Mars ça a été rasé par un complot capitaliste, Chavez l’a dit…Mais moi je pense plutôt que que c’est une expérimentation libertarienne qui est responsable…

    J’aime

  58. 11 août 2011 13 h 51 min

    C’est peut-être l’agriculture marsienne qu’on a tenté d’implanter en Afrique. Un génie de la modélisation économique a dû arriver à la conclusion que ce serait efficace… D’habitude c’est l’État qui sauve la mise quand ces génies font des erreurs, mais là, sans État…

    Vous avez sûrement remarqué que Luto (je pense que c’est lui) a mis un lien pour les dons en haut à droite de toutes les pages du site…

    J’aime

  59. Yves permalink
    11 août 2011 16 h 23 min

    Vous avez sûrement remarqué que Luto (je pense que c’est lui) a mis un lien pour les dons en haut à droite de toutes les pages du site…«

    C’est fait. Grâce à la magie Paypal.

    J’aime

  60. Yves permalink
    11 août 2011 21 h 25 min

    C’est quoi qui ce passe! Il n’y a plus personne.
    Vous êtes tous mort de faim, quoi.

    J’aime

  61. 11 août 2011 22 h 21 min

    Non, lizzie ne veut plus que je parle d’autre chose, a dit amen à mon dernier comm, alors je ne sais plus quoi dire… 😉

    Je pourrais tenter de convaincre Philippe David de donner des sous s’il ne veut pas qu’ils viennent ici (il y a beaucoup de musulmans là-bas), mais cet argument pourrait se retourner contre moi. Et, franchement, j’ai de la difficulté à blaguer sur ce sujet…

    J’aime

  62. 11 août 2011 22 h 54 min

    @Minarchiste

    « Finalement, il n’est pas la priorité des libertariens de sabrer dans les programmes sociaux. Ça c’est plutôt un réflexe de droitiste »

    = = =

    Non, les libertariens ne vont pas sabrer dans les programmes sociaux! Cross my heart!
    Ils vont tout simplement priver l’État de toutes les ressources nécessaires à la mise en place et au maintien des programmes sociaux.

    C’est ce que Reagan avait entrepris aux USA. C’est également la politique de Bush fils: sabrer dans les impôts des plus riches, soit-disant pour inciter les « grosses poches » à consommer et à investir – ce qui crée emploi et richesses… à redistribuer.

    On a vu à quel point ça fonctionne, n’est-ce pas?
    Sauf erreur de ma part, le New Deal de FDR a mieux fonctionné que le système Bush, ce qui n’a pas dû vous échapper, quand même!

    Et sauf erreur de ma part, laisser autant de citoyens US se démerder avec les frais médicaux qui les acculent à la faillite, ça, ça favorise la reprise économique!

    Vous venez ici pour vous plaindre de l’accueil mitigé (c’est un euphémisme) qui vous est fait. Bon. Je ne me sentais pas visé, moi qui n’avait commenté aucune de vos interventions, mais bon, c’est fait.

    J’aime

  63. 11 août 2011 23 h 17 min

    @ lizzie

    C’est Papitibi qui change de sujet et qui m’entraîne dans son vice!

    @ Papitibi

    «Sauf erreur de ma part, le New Deal de FDR a mieux fonctionné que le système Bush, ce qui n’a pas dû vous échapper, quand même!»

    Au cas où vous ne sachiez pas, les libertariens prétendent que le New Deal a nui à la reprise, empêchant ou retardant le processus de destruction créatrice!

    Il n’y a rien à faire avec eux, ce sont les champions du révisionnisme historique, refaçonnant l’histoire (même récente) pour qu’elle corresponde à leur bible!

    J’aime

  64. ACE permalink
    12 août 2011 1 h 24 min

    @ Minarchiste

    Oui, 50 ans d’aide internationale ont échoué à prévenir une sécheresse. Je crois en effet que même avec un autre 50 ans d’aide on ne parviendrait pas à les prévenir… Je trouve ça pas mal sans-coeur de dire que l’aide internationale ne sert à rien parce que ça ne règle pas les problèmes politiques structurels des pays bénificiaires. Même si la politique est encore le bordel après, l’aide des ONG et des autres pays sauve quand même des vies. Ça ne représente rien pour vous? Il faudrait laisser des gens ordinaires crever sous prétexte que leur pays c’est déjà le bordel anyway?

    Aider, ce n’est pas faire tout à la place de, c’est juste aider. On aide quand il y a urgence mais le reste du temps on ne peut quand même pas faire la politique à leur place! On aide quand la nature, imprévisible, a décidé de s’en prendre à un pays. Je ne vois pas de problème avec ça.

    J’aime

  65. the Ubbergeek permalink
    12 août 2011 1 h 24 min

    Lizzie, dans le futur, les réformes pourraient être plus importantes… C,est beau de parer aux crises, mais faut se questioner sur les causes profondes, locales ou mondiales.

    J’aime

  66. 12 août 2011 2 h 18 min

    @ the Ubbergeek

    «C,est beau de parer aux crises, mais faut se questioner sur les causes profondes, locales ou mondiales»

    Calvaire, quand le monde crève, on se fout des causes profondes, on aide ! Si quelqu’un est sur le point de mourir près de vous si vous ne l’aidez pas, allez-vous lui passer un questionnaire sur les causes profondes de son état ou allez vous l’aider ?

    De toute façon, je vous remercie. Malgré une certaine gêne monétaire temporaire, vous m’avez convaincu que je devais envoyer des sous…

    J’aime

  67. Yves permalink
    12 août 2011 6 h 32 min

    Darwin.
    «Non, lizzie ne veut plus que je parle d’autre chose, a dit amen à mon dernier comm, alors je ne sais plus quoi dire…«

    « lizzie
    C’est Papitibi qui change de sujet et qui m’entraîne dans son vice!«

    Fiouuuuu! Une chance que Papitibi vous a influencé et que vous avez désobéi à lizzie parce que le tout c’est bien terminer, vous avez donné un don pour aider ces pauvres êtres.

    Je me demande si ce minarchiste va donner un don. Surtout que l’on sait qu’une grande partie va être détourné et donc peut-être aider à former un état. Et qui sait, peut-être que cet état va installer un système monarchiste.

    Alors, minarchiste si j’était à votre place je ne prendrais pas de chance et je donnerais. Tout d’un coup que…

    J’aime

  68. 12 août 2011 6 h 44 min

    « C,est beau de parer aux crises, mais faut se questioner sur les causes profondes, locales ou mondiales. »

    L’ONU a essayé, sans succès. Rentrer dans un pays chaotique pour imposer la démocratie, c’est ce qu’on appelle une guerre comme en Afghanistan, on se garde une ptite gêne…..

    Que voulez-vous….il y a des problèmes qui nous dépassent, c’est ça la réalité…

    J’aime

  69. lizzie permalink
    12 août 2011 7 h 29 min

    Je ne savais pas que j’avais autant d’influence, voire de contrôle, sur les gens. 😉

    J’aime

  70. 12 août 2011 8 h 28 min

    Effectivement, j’ai cru bon afficher un lien vers la levée de fonds actuellement en cours chez différents OSBL canadiens. Même si ces organismes font – la plupart du temps – un excellent travail sur le terrain, je persiste à croire que seule une intervention organisée et adéquatement financée (réserves) apportera des résultats concrets. À mon avis, les casques bleus devraient être sur le terrain et l’ONU devrait orchestrer l’aide humanitaire, ce qui n’empêcherait pas les OSBL à collaborer sur le terrain.

    Mais, comme le souligne Nicolas dans ce billet, le problème est essentiellement financier et directement associé à l’essouflement des donateurs individuels. En attendant mon souhait utopique, je contribue quand même à cette levée de fonds en espérant que la souffrance des somaliens sera quelque peu soulagée. Je vous y invite.

    J’aime

  71. youlle permalink
    12 août 2011 9 h 22 min

    « Excluant Darwin, je suis déçu de constater que les commentaires visent soit à m’asperger d’insultes, soit à lancer des idées reçues sur les libertariens. »

    Ce ne sont pas des idées reçues, c’est l’eau dont tous les libertariens ce sont servi un peu partout pour brasser de la marde qui vous asperge.

    « Bien peu d’arguments tangibles. » Comme les libertariens.

    Je ne vous connais pas mais vous récoltez ce que les libertariens du Québec sèment.

    J’aime

  72. the Ubbergeek permalink
    12 août 2011 10 h 15 min

    En fait je suis d’accord… mais APRÈS avoir fais cette aide, quand la crise est passée, yé pas tant de faire ce travail pour éviter d’autres crises? on est en fais d’accord…

    Je parle pas nécessairement d’une invasion ou un truc – ca peut être VOS solutions par example…

    J’aime

  73. the Ubbergeek permalink
    12 août 2011 10 h 16 min

    Encore une fois, je parle pas juste de CÀ.

    J’aime

  74. 12 août 2011 10 h 25 min

    @ the Ubbergeek

    «En fait je suis d’accord…»

    Si vous l’aviez dit dès le départ, vous nous auriez évité de réagir comme ça… Vos commentaires sont souvent imprécis et nous forcent à deviner ce que vous voulez dire. Ça serait gentil de vous relire avant de les envoyer…

    J’aime

  75. 12 août 2011 10 h 27 min

    « Encore une fois, je parle pas juste de CÀ. »

    Vous n’êtes pas facile à suivre vous…

    Encore une fois, il n’y a pas de solutions simples, voir simplettes….y’a bien les minarchistes qui en trouvent mais nous, non, nous n’avons pas cette prétention ….

    Bien des experts se sont cassés les dents avant nous sur ce problème…

    J’aime

  76. 12 août 2011 10 h 54 min

    @Papitibi

    Reagan n’est pas un libertarien, loin de là! C’est un droitiste.
    Il est d’ailleurs fortement critiqué par les vrais libertariens comme Murray Rothbard.
    Ça fait partie des « idées reçues » sur les libertariens.

    Le New Deal a prolongé la récession jusqu’à la guerre.
    Ce n’est pas du révisionnisme historique, les chiffres proviennent du gouvernement américain!
    Voir ceci:

    http://minarchiste.wordpress.com/2010/10/12/pourquoi-y-a-t-il-des-cycles-economiques-et-des-recessions-%e2%80%93-partie-4/

    Je n’approuve pas les politiques de Bush, un des présidents les pus dépensiers de l’histoire (après Obama). Je n’ai pas non plus aimé ses baisses d’impôts (temporaire et ciblées sur les riches). Je préconise des baisses d’impôts générales et permanentes. Et Bush est LOIN LOIN d’être un libertarien.

    Les USA ont énormément de dépenses inutiles à couper avant de toucher aux soins de santé. D’ailleurs, les Tea Party (qui ne sont pas des libertariens, il faut le préciser) ont parlé d’une diminution des dépenses militaires, la première chose que je ferais.

    J’aime

  77. 12 août 2011 11 h 35 min

    @ Papitibi

    «Le New Deal a prolongé la récession jusqu’à la guerre.
    Ce n’est pas du révisionnisme historique, les chiffres proviennent du gouvernement américain!» Minarchiste

    Qu’est-ce que je vous disais? Les données dont il parle ne font que démontrer que la reprise complète n’a eu lieu qu’après la guerre, on s’entend là-dessus, pas qu’elle aurait été moins dure sans le New Deal, qui a quand même permis une baisse importante du chômage, jusqu’à ce que Roosevelt diminue les dépenses en 1937 créant ainsi une nouvelle récession et une nouvelle hausse du chômage.

    Cela a pris les dépenses massives dues à la guerre pour mettre un terme à la Grande Dépression. Si ces dépenses massives avaient eu lieu avant, pour des finalités drôlement plus positives que de faire la guerre, elle aurait pris fin bien avant…

    J’aime

  78. 12 août 2011 12 h 05 min

    La discussion sur la présence des libertariens sur la scène politique américaine et la justesse de leurs propos est une discussion fort intéressante même si elle est un peu loin du sujet proposé par Nicolas… Ceci étant dit, un des candidats à l’investure (primaries) du Parti Républicain est un vrai de vrai, il s’agit de Ron Paul. Mais je ne crois pas que le parti le laissera remporter l’investiture. D’ailleurs, il s’est fait tassé la dernière fois. Un peu à la manière dont les démocrates se sont débarrassé de Kucinich, beaucoup trop à gauche.

    Malheureusement pour Paul, il est religieux et accorde trop d’importance au rôle du « créateur » dans la dynamique de la politique et de l’économie… Ce qui, à mes yeux, lui enlève beaucoup de crédibilité. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi son « créateur » accepte le fait que des millions d’africains meurent de faim…

    J’aime

  79. the Ubbergeek permalink
    12 août 2011 13 h 19 min

    Il est à noter que les Libertariens ont été avant les ‘Noughties’ (la décade du nouveau milénaire) une idéologie minoritaire et obscure, et franchement…

    Ne pas mélanger les idéologies des droites – il y a des différences entre un Paléconservateur, un Néoconservateur, un gars de la Droite Religieuse et un Libertarien.
    En fais, des fois, ils se détestent et se ‘frittent’ cordiallement – les Paléoconservateurs, la droite plus calme et modérée, d’ailleur, commence en avoir VRAIMENT assez….

    J’aime

  80. 12 août 2011 13 h 37 min

    « Liberty does not come from our government but it comes from our Creator » – Ron Paul. Lancé hier soir lors du débat en Iowa.

    Je ne sais pas pour vous mais, pour moi, un libertarien qui croit que la liberté existe grâce à Dieu ne m’inspire pas grand chose au niveau politique…

    J’aime

  81. the Ubbergeek permalink
    12 août 2011 14 h 00 min

    lutopium, attention – parmi les libertariens, y’a aussi pas mal de non religieux, sécularistes et cie – ‘pas de gouvernement dans ma chambre à coucher’, et pas d’églises non plus, il est sous-entendu…

    J’aime

  82. 12 août 2011 14 h 03 min

    «un libertarien qui croit que la liberté existe grâce à Dieu ne m’inspire pas grand chose au niveau politique…»

    Même ceux qui ne sont pas religieux ne m’inspirent pas tellement!

    «y’a aussi pas mal de non religieux, sécularistes et cie»

    C’est le cas de la plupart au Québec, on le sait…

    J’aime

  83. 12 août 2011 17 h 25 min

    « Malheureusement pour [Ron] Paul, il est religieux et accorde trop d’importance au rôle du « créateur » dans la dynamique de la politique et de l’économie…

    The Man from King James’s Bible – Aimé Laliberté – se présente comme le Ron Paul du Québec: bible à la main, doctrine libertarienne dans les deux pieds…

    La Bible, c’est pas la tasse de thé (oups!) du « futur maire de Québec » ou de l’Antagooniste, mais disons que j’ai bien du mal à suivre le raisonnement des libertariens qui voient Dieu derrière toute chose, sauf là où il devrait être s’il existe: si Dieu est aussi égocentrique que le sont les libertariens, alors désinventons-le au plus sacrant!

    J’aime

  84. 12 août 2011 17 h 30 min

    Dans un comm que j’ai publié hier (https://jeanneemard.wordpress.com/2011/08/10/linegalite-de-la-misere/#comment-8167 ), j’ai écrit à Minarchiste :

    «Vous commencez dès le début à associer le rôle que voit la gauche dans l’État à sa taille. Je vous l’ai répété 1000 fois : l’important pour la gauche (en général, car certains gauchistes visent l’abolition de l’État) n’est pas la taille de l’État mais son rôle. »

    Minarchiste n’est pas le seul droitiste à associer la gauche à la taille de l’État. Dans un billet publié tantôt, Paul Krugman, qui subit la même généralité fausse aux États-Unis, apporte une explication sensée de cette confusion chez les droitistes.

    Il explique que, comme les droitistes veulent presque tous un État minimal, ils s’imaginent que, par opposition, les gauchistes veulent tous un État maximal. Comme je l’ai fait (mais différemment), Krugman contredit bien sûr cette accusation de la droite.

    «whenever you read conservatives trying to critique what they think the other side believes, you find them assuming that their opponents must be mirror images of themselves. The right believes that less government spending is always good, regardless of circumstances, so it assumes that the other side must always favor more government spending. The right says that deficits are always evil (unless they’re caused by tax cuts), so they assume that the center-left must favor deficits in all conditions. »

    Google traduction (corrigé par mes soins)

    «chaque fois que vous lisez les conservateurs tenter de critiquer ce qu’ils pensent que l’autre côté croit, vous les verrez supposer que leurs adversaires doivent être le parfait reflet opposé d’eux-mêmes. Comme la droite considère que moins de dépenses gouvernementales est toujours bon, peu importe les circonstances, elle suppose que l’autre côté est toujours pour toute augmentation de dépenses gouvernementales. Comme la droite dit que les déficits sont toujours mauvais (sauf si elles sont causées par des réductions d’impôts), elle suppose que le centre-gauche doit favoriser des déficits dans toutes les conditions.»

    Il poursuit:

    «What seems beyond their intellectual range is the notion that other people might have subtler beliefs than their own. Keynesianism, in particular, is not about chanting “big government good”. It’s about viewing recessions through the lens of an economic model under which temporary increases in government spending can, under certain circumstances, help reduce unemployment. Indeed, not all recessions call for fiscal stimulus; it’s the special conditions of the liquidity trap that make it essential now — which is why the Bush deficits, run under non-liquidity trap conditions, say nothing at all about the desirability of deficits now.»

    Google traduction (corrigé par mes soins)

    «Ce qui semble au-delà de leur portée intellectuelle est la notion que d’autres personnes pourraient avoir des opinions plus nuancées que les leurs. Le keynésianisme, en particulier, n’est pas de scander «les gros governments sont bons». C’est en fait de voir les récessions à travers le prisme d’un modèle économique sous lequel une augmentation temporaire des dépenses publiques peut, dans certaines circonstances, aider à réduire le chômage. En effet, ce ne sont pas toutes les récessions qui ont besoin d’un plan de relance budgétaire, ce sont les conditions particulières de la trappe à liquidité qui font qu’il est actuellement essentiel d’avoir un plan de relance. Cela explique pourquoi les déficits de l’ère de Bush, qui ont eu lieu dans des conditions où il n’y avait pas de trappe à liquidité, ne peuvent nous servir d’exemple pour analyser l’opportunité d’avoir des déficits maintenant.»

    Et il conclut :

    «For to actually understand what people like me are saying, we’d have to get past crude slogans and simplistic nostrums. » – « Pour bien comprendre ce que des gens comme moi disent, il faut aller au-delà des slogans et des solutions simplistes.

    http://krugman.blogs.nytimes.com/2011/08/12/the-cracked-conservative-mirror/

    J’aime

  85. 12 août 2011 20 h 16 min

    Parlant de religion…mon sujet favori…un autre exemple de ces chrétiens qui sont miséricordieux

    http://andrewsullivan.thedailybeast.com/2011/08/christianism-watch-1.html

    J’aime

  86. the Ubbergeek permalink
    12 août 2011 23 h 25 min

    j’ai déjà vu des gens appeler Bush et ses Néocons ‘pas des droitistes’… parce que les Néocons veulent un état fort en des domaines précis. (On sait tous lesquels.)

    J’aime

  87. 12 août 2011 23 h 42 min

    @ the Ubbergeek

    «j’ai déjà vu des gens appeler Bush et ses Néocons ‘pas des droitistes’… parce que les Néocons veulent un état fort en des domaines précis. (On sait tous lesquels.)»

    Il demeure que le seul rôle que Bush et ses Néocons veulaient garder à l’État est dans les fonctions régaliennes. Il a essayé dans son deuxième mandat de privatiser la sécurité sociale et n’a pas pu le faire en raison de l’opposition de la population et, par voie de conséquence, des élus (même un bon nombre de républicains qui voulaient se faire réélire!).

    J’aime

  88. 13 août 2011 8 h 20 min

    @ Stephane Gaudette

    «un autre exemple de ces chrétiens qui sont miséricordieux»

    J’avais mal vu hier. Très éloquent…

    @ the Ubbergeek

    «Il demeure que le seul rôle que Bush et ses Néocons veulaient garder à l’État est dans les fonctions régaliennes.»

    Il demeure que j’ai moi aussi lu bien souvent des droitistes dire que Bush n’était pas des leurs car trop dépensier.

    J’aime

  89. 13 août 2011 11 h 49 min

    Krugman ce matin sur certains économistes de droite :

    «they’re using evidence the way a drunk uses a lamppost: for support, not illumination. »

    «ils utilisent les preuves de la même façon qu’un ivrogne utilise un lampadaire: pour le soutenir, pas pour l’éclairer.»

    J’aime bien!

    J’aime

  90. Nicolas permalink
    13 août 2011 19 h 46 min

    «Mon pays a besoin d’une vaste restructuration de son économie et surtout, de moins d’État !»

    J’aime

  91. 14 août 2011 10 h 03 min

    @ Nicolas

    Est-ce une vraie citation? Si c’est le cas, d’où vient-elle?

    J’aime

  92. 14 août 2011 10 h 38 min

    Oui c’est une vraie citation Darwin, c’est le ptit sur la photo qui répond au Minimini-anarchissss…

    La façon toute spéciale de Nicolas pour dire que minarchisss est minable sur ce coup-ci!

    Du moins, c’est ce que j’ai compris….

    J’aime

  93. Nicolas permalink
    14 août 2011 10 h 47 min

    Bingo !

    J’aime

  94. 14 août 2011 11 h 09 min

    C’était ce que je pensais, mais j’aime bien m’assurer de la validité de mes hypothèses.

    J’aime

  95. Nicolas permalink
    14 août 2011 14 h 41 min

    Tu n’es donc pas libertarien :mrgreen:

    J’aime

  96. 14 août 2011 15 h 20 min

    «Tu n’es donc pas libertarien »

    😆

    J’aime

  97. 16 août 2011 20 h 24 min

    La Somalie n’est-il pas l’exemple parfait d’un état minimaliste ?

    J’aime

  98. 16 août 2011 20 h 32 min

    Sauf que l’État de droit ne commence pas par la liberté de commerce ou la protection de la propriété mais par l’éducation.

    Le reste vient de lui-même….

    J’aime

  99. 16 août 2011 20 h 38 min

    Voilà un bon exemple d’application de politique gauchiste sur Mars qui a complètement ruiné l’agriculture de cette planète….

    J’aime

  100. the Ubbergeek permalink
    16 août 2011 21 h 14 min

    La planète ‘rouge’. 😉

    Fear of the Red Planet XD

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :