Skip to content

Le coût de la lutte contre la baisse de la criminalité

26 décembre 2011

Un autre genre d'iris...

Quel sujet aborder le lendemain de Noël? Pas un autre billet d’atmosphère, vous entends-je hurler en cœur… D’accord. Je vais donc parler d’autre chose. Pourquoi pas de criminalité? Un bon sujet à aborder dans les discussions familiales, en espérant que vous gardiez votre calme mieux qu’eux

Au début décembre, l’Institut de recherche et d’informations socio‐économiques (IRIS) a publié une note socio‐économique, Coûts et efficacité des politiques correctionnelles fédérale, examinant le coût de deux des projets de loi adoptés par le gouvernement fédéral pour mettre en œuvre sa vision de la lutte contre la criminalité.

Criminalité en baisse

La première observation de cette note est que la criminalité est en baisse au Canada. Pour ce, on cite les données de Statistique Canada (voir le dernier paragraphe de la page 2 des Statistiques sur les crimes déclarés par la police au Canada, 2010 :

«Au total, les services de police canadiens ont déclaré près de 2,1 millions d’affaires prévues au Code criminel (excluant les délits de la route), soit environ 77 000 affaires de moins qu’en 2009 (tableau 1a). Des diminutions au chapitre des crimes contre les biens, notamment les vols de moins de 5 000 $ (-23 000 affaires), les méfaits (-22 500 affaires), les vols de véhicules à moteur (-15 300 affaires) et les introductions par effraction (-9 200 affaires), expliquent la majorité de ce recul.»

En fait, le graphique de la page numérotée 3 montre que cette baisse est non seulement généralisée (crimes contre les biens, crimes violents et autres infractions) n’est pas récente, mais qu’elle est presque continue depuis la première moitié des années 1990.

En plus de la baisse de la criminalité, ce document nous montre que la gravité de ces crimes moins nombreux a diminué de façon constante depuis que Statistique Canada la mesure (2000), mais surtout depuis 2006 (voir le graphique 2, à la page numérotée 4).

Inutile d’insister davantage, mis à part un sénateur conservateur qui nie les faits, tous savent bien que la criminalité est à la baisse au Canada.

Dépenses gouvernementales

On sait que le gouvernement fédéral a demandé à tous ses ministères de trouver le moyen de diminuer leurs dépenses de 5 à 10 % d’ici 4 ans, favorisant les diminutions de 10 %. À tous? Non, un ministère résiste à l’envahisseur… Il ne s’agit pas d’un village gaulois, mais du Service correctionnel du Canada (SCC) dont le budget est passé de 1,6 milliard $ en 2005-2006 à 2,5 milliards $ en 2010-2011 et devrait atteindre 3,1 milliards $ en 2013-2014 (voir le graphique 3 à la page 2) soit quasiment le double du budget de 2005-2006. Et cela ne tient même pas compte des besoins qui émaneront de l’adoption du projet de loi C-10 ni du coût de construction et d’entretien des pénitenciers qu’il va falloir construire ni des dépenses que les provinces devront assumer (construction et entretien de prisons, embauche de personnel, etc.).

Pour le détail de l’évaluation de toutes ces dépenses en fonction des différentes nouvelles mesures qui seront mises en œuvre en raison de l’adoption des différents projets de loi, je vous invite à lire les pages 3 à 6 de la note de l’IRIS. Le coût total pour la construction de prisons est évalué à près de 19 milliards $, dont les trois quarts (plus de 14 milliards $) devraient être assumés par les provinces! La part du Québec s’élèverait à plus de 3 milliards $ (voir le tableau 1 à la page 6)!

Et ce n’est pas tout! En plus de devoir construire ces établissements, il faut les faire fonctionner. Cela coûterait au bas mot 1,6 milliard $ au gouvernement fédéral et près de 500 millions à celui du Québec à chaque année (voir le tableau 2 à la page 7). Et cela ne tient pas compte du coût des procès plus nombreux qui devront être tenus, ni des conséquences de l’embourbement de nos cours qui en résultera!

Et alors…

Il n’est en conséquence pas étonnant que les ministres provinciaux, dont Jean-Marc Fournier du Québec, aient réagi avec vigueur contre l’adoption de ces projets de loi! D’autres, comme le criminaliste Jean-Claude Hébert, ont même proposé des moyens que pourraient prendre les gouvernements provinciaux pour éviter d’appliquer les mesures adoptées et de subir les coûts qui y sont rattachés.

Quoi qu’il en soit, il demeure aberrant qu’un gouvernement alarme la population en niant la baisse continue de la criminalité depuis des années pour faire valoir son idéologie et satisfaire ses instincts populistes, et adopte ainsi des projets de loi qui ne peuvent que nuire au climat social du pays et même à l’objectif poursuivi. Veut-il lutter contre la criminalité ou contre la baisse de la criminalité?

Pendant ce temps, avant même les compressions budgétaires annoncées, les citoyens ont de plus en plus de difficulté à obtenir des services et des réponses à leurs questions sur le programmes sociaux fédéraux… Diminuer les services aux citoyens pour mettre inutilement plus de ces citoyens en prison semble la priorité de notre gouvernement élu par une minorité de ceux-ci…

Publicités
25 commentaires leave one →
  1. Steve Lachance permalink
    26 décembre 2011 22 h 14 min

    Oui, ça coûte cher, j’en conviens, mais :

    – C-10 ne sévit que contre les récidivistes, les criminels dangereux, les meurtriers… Bref, tous ceux qui tuent et agressent inutilement d’honnêtes gens.

    – «Et cela ne tient pas compte du coût des procès plus nombreux qui devront être tenus» Plus nombreux? Mais qui a dit qu’il y aurait plus de procès? Ce sont justes les sentences qui seront plus loudres. Plus de prisons? Peut-être. Plus de procès? Non!

    – Depuis longtemps, les gens se plaignent que des criminels reçoivent des peines bonbon. Quand vient le temps de sévir, certains, dans toute leur ambivalence, disent non. Trouvez l’erreur.

    – Finalement, remettre la victime au centre de l’affaire serait juste normal. C’est bien beau de vouloir réhabiliter les criminels, mais il y a des gens qui ont souffert à cause d’eux. C-10 est juste une démonstration de respect envers les victimes.

    On ne devrait pas avoir peur de payer plus cher. Administrer un système de justice, c’est l’une des fonctions essentielles d’un État.

    J'aime

  2. 27 décembre 2011 0 h 03 min

    @ Steve Lachance

    «C-10 ne sévit que contre les récidivistes»

    D’où tenez-vous cette affirmation ? Il impose des peines minimales, même pour une première accusation, notamment dans le cas de la possession de drogues, un des articles les plus contestés et les plus coûteux de ce projet de loi. Il prolonge aussi la détention préventive de personnes qui ne sont pas nécessairement récidivistes. Il impose des peines minimales pour des vols de biens valant plus de 5 000 $.

    «Bref, tous ceux qui tuent et agressent inutilement d’honnêtes gens.»

    Je ne vois dans la possession de drogues rien de tout cela.

    «Mais qui a dit qu’il y aurait plus de procès?»

    Avez-vous lu le billet et les liens que j’y ai mis? Vous y apprendriez que la majorité des causes sont négociées, mais qu’avec l’imposition de peines minimales, les ententes hors cours seront plus difficiles et qu’il y aurait en conséquence plus de procès. Et, ça ne vient pas d’avocats de la défense, mais de procureurs de la couronne :

    «L’Association canadienne des juristes de l’État a comparu en comité parlementaire pour donner son avis sur le projet de loi C-10 resserrant la justice criminelle. Selon ce regroupement des avocats du gouvernement fédéral, et des provinces et territoires, le projet de loi risque d’accroître leur charge de travail de manière «critique» parce qu’il multipliera le nombre de procès.»

    «Depuis longtemps, les gens se plaignent que des criminels reçoivent des peines bonbon.»

    Delà l’accusation de populisme que j’ai mentionné dans mon billet. Les États-Unis ont des peines bien plus sévères qu’ici. Résultat? Un taux de criminalité beaucoup plus élevé qu’ici. Statcan le montre clairement ici : supérieur à 5 par 100 000 habitants au pays des peines sévères et inférieur à 2 au pays des peines dites «bonbon! Quel est votre objectif?

    Cela dit, je ne suis pas contre tout ce que contient ce projet de loi. Je n’ai par exemple rien contre l’augmentation des sentences des agresseurs sexuels, surtout contre les enfants, ni contre la limitation de leur libération. Mais, comme le dit clairement la note de l’IRIS (l’avez-vous lue?) ce ne sont pas les mesures les plus coûteuses.

    «Quoique la majorité des nouvelles infractions qualifiées de graves par le projet de loi soient des crimes violents contre la personne, elles ne représentent qu’une minorité des cas qui vont être affectés par le projet de loi. Ce sont plutôt deux des nouvelles infractions contre la propriété qui représentent la majorité des cas qui seront touchés par C‑16 : le vol de plus de 5 000 $ et l’introduction par effraction. Comme le montre le graphique 5, ces derniers types d’infractions étaient déjà en baisse avant l’annonce de ces nouvelles dispositions.»

    «Trouvez l’erreur.»

    Elle est manifestement du côté des promoteurs des peines plus sévères.

    «Finalement, remettre la victime au centre de l’affaire serait juste normal. »

    Où ces projets de loi font-ils ça? Je n’y trouve par exemple aucune augmentation des compensations pour les victimes. Si on se fie à l’expérience aux États-Unis, ce genre de projet de loi risque au contraire de faire augmenter le nombre de victimes.

    Même les républicains du Texas n’en veulent pas!

    «On ne devrait pas avoir peur de payer plus cher.»

    En vous lisant, je me demande si ce n’est pas une farce que vous me faites. Votre discours repose sur tellement de fausses informations que cela est difficile de prendre vos affirmations au sérieux.

    J'aime

  3. 27 décembre 2011 5 h 33 min

    Moi je l’ai la solution.

    Si tu es reconnu coupable de quoi que ce soit, même d’avoir fumé un p’tit joint, la peine de mort automatique! Ici pas question de faire comme aux USA et attendre 10 ans avant d’appliquer la peine, tu le fais le jour même par pendaison, cela coûte moins cher.

    Comme cela pas besoin de construire de nouvelles prisons. Ainsi les maudits bandits, ils réfléchiraient deux fois avant d’écoeurer le pauvre monde. Si t’es pas fin et tu te fais pincer, la mort t’attend ! Ainsi il n’y en aurait plus de maudits bandits.

    Comme disait mon grand-père, un bon bandit c’est un bandit mort. 😈

    J'aime

  4. 27 décembre 2011 8 h 34 min

    @ Yves

    En te lisant, je ne me demande même pas si c’est une farce que tu me fais.

    «Si t’es pas fin et tu te fais pincer, la mort t’attend »

    Le mot clé ce commentaire est bien sûr «si tu te fais pincer»!

    «Comme disait mon grand-père, un bon bandit c’est un bandit mort. »

    Il a copié la célèbre citation «un bon communiste est un communiste mort» qu’on attribue, selon les jours, au général Mc Arthur, au sénateur McCarthy et même à Pinochet… Bien des cons l’ont aussi répétée!

    J'aime

  5. 27 décembre 2011 10 h 23 min

    C’est trop décourageant….je ne vais rien ajouter…

    J'aime

  6. 27 décembre 2011 10 h 33 min

    «C’est trop décourageant….je ne vais rien ajouter…»

    C’est d’ailleurs ce que j’ai failli faire!

    J'aime

  7. Benton permalink
    27 décembre 2011 11 h 35 min

    Quand toutes les mesures sociaux seront réduites au minimum, pour « profiter » de la mesure sociale restante, on n’aura qu’à voler le cabanon du voisin pour se retrouver loger/nourrit, et ce, sans avoir a faire une demande au gouvernement ou à remplir des formulaires!!!

    J'aime

  8. Benton permalink
    27 décembre 2011 11 h 40 min

    Le général Sheridan déclara en 1868 qu’un bon indien était un indien mort…

    On va finir par trouver l’origine!

    J'aime

  9. jack permalink
    27 décembre 2011 11 h 42 min

    « En fait, le graphique de la page numérotée 3 montre que cette baisse est non seulement généralisée… »

    Lorsque l’échelle d’un graphique est inappropriée ce n’est pas facile de voir une tendance. Dans ce graphique le taux des crimes violents me semble plutôt stable depuis 1990.

    J’ai essayé de trouver des données pour identifier une tendance. Ce que j’ai trouvé de plus proche c’est le tableau 252-0051. Ce n’est pas exactement la même chose mais ces données sur le taux des infractions de violence (sic) montre clairement 3 choses:
    – Le taux canadien est en régression faible mais constante depuis 2000 (1494 à 1314)
    – Le taux québécois est en hausse constante (ou presque) depuis 1998 (876 à 1087)
    – Malgré les 2 tendances précédentes le taux des infractions avec violence demeure beaucoup plus faible au Québec que dans le ROC. Par contre si ces tendances se maintiennent le Québec pourrait rattraper le Canada en 2018.

    Mais puisque le gouvernement fédéral doit se préoccuper des statistiques du Canada… pourquoi changer une formule qui fonctionne? Les infractions de violence sont déjà en régression au Canada.

    _________

    « la gravité de ces crimes moins nombreux a diminué de façon constante depuis que Statistique Canada la mesure (2000) »

    Encore là j’ai essayé de trouver les valeurs qui permettent de faire le graphique. Et je suis pas mal sûr d’avoir réussi avec le tableau 252-0052: les chiffres collent parfaitement. L’avantage de ce tableau est de remonter à 1998. 3 tendances claires:
    – L’indice de gravité baisse tant au Québec qu’au Canada, dans la même proportion
    – L’indice des crimes avec violence baisse depuis 2006 au Canada et au Québec et est en régression sur l’ensemble de la période (baisse plus marquée au Québec)
    – L’indice est beaucoup plus faible au Québec que dans le ROC.

    _________

    « Service correctionnel du Canada (SCC) dont le budget est passé de 1,6 milliard $ en 2005-2006 à 2,5 milliards $ en 2010-2011 et devrait atteindre 3,1 milliards $ en 2013-2014 (voir le graphique 3 à la page 2) soit quasiment le double du budget de 2005-2006.  »

    Voilà un bon sujet d’enquête qu’on pourrait proposer à Éric Duhaime: le scandale du gaspillage dans les prisons! Les dépenses augmentent de façon incontrôlée malgré la baisse de la criminalité!

    J'aime

  10. 27 décembre 2011 11 h 59 min

    @ Jack

    «Lorsque l’échelle d’un graphique est inappropriée ce n’est pas facile de voir une tendance. Dans ce graphique le taux des crimes violents me semble plutôt stable depuis 1990.«

    Il est pour moi clair qu’il a baissé dans les années 1990, qu’il a augmenté très légèrement jusqu’au milieu des années 2000 et qu’il est reparti à la baisse par la suite. D’ailleurs, l’indice de gravité des crimes violents à la page suivante montre plus clairement la même chose.

    «Par contre si ces tendances se maintiennent le Québec pourrait rattraper le Canada en 2018.»

    Il faudrait trouver des facteurs explicatifs pour en arriver à prévoir le maintien linéaire d’une tendance comme celle-là.

    «Mais puisque le gouvernement fédéral doit se préoccuper des statistiques du Canada… pourquoi changer une formule qui fonctionne? Les infractions de violence sont déjà en régression au Canada.»

    C’est d’ailleurs parce qu’il s’agit d’un billet sur une loi fédérale que je n’ai pas ajouté les spécificités du Québec. J’avais pensé signaler la présence de données montrant le niveau plus bas de criminalité et de gravité au Québec (pages numérotés 28 et 29) que la moyenne canadienne, mais je me suis abstenu.

    «Voilà un bon sujet d’enquête qu’on pourrait proposer à Éric Duhaime: le scandale du gaspillage dans les prisons! Les dépenses augmentent de façon incontrôlée malgré la baisse de la criminalité!»

    😆

    J'aime

  11. 27 décembre 2011 12 h 02 min

    @ Benton

    «Le général Sheridan déclara en 1868 qu’un bon indien était un indien mort…»

    C’est vrai, j’aurais dû remonter jusque là.

    «On va finir par trouver l’origine!»

    Peut-être un Cromagnon a-t-il pensé «qu’un bon Néandertalien était un Néandertalien mort» ! (Je sais, ce gag est tout à fait gratuit…)

    J'aime

  12. jack permalink
    27 décembre 2011 15 h 46 min

    « Il est pour moi clair qu’il a baissé dans les années 1990… »

    Tu as de bons yeux. Pour moi, c’est loin d’être clair. Je te rappelle que je parlais du taux de crimes violents, c’est-à-dire la ligne la plus basse du graphique (remarque: la légende ne donne pas les courbes dans l’ordre; dommage). Personnellement je vois une hausse jusqu’en 1990, une très légère tendance à la baisse par la suite mais mais l’augmentation jusqu’au milieu des années 2000, je ne la vois pas.

    J'aime

  13. 27 décembre 2011 16 h 20 min

    «je ne me demande même pas si c’est une farce que tu me fais.«

    Belle clairvoyance Darwin! Pcq tu sais que je ne peux être plus sérieux que cela.

    J'aime

  14. 27 décembre 2011 18 h 33 min

    @ Jack

    « Je te rappelle que je parlais du taux de crimes violents, c’est-à-dire la ligne la plus basse du graphique (remarque: la légende ne donne pas les courbes dans l’ordre; dommage)»

    J’avais effectivement regardé la mauvaise courbe… en raison, justement de la confusion dans l’ordre de la légende.

    «Personnellement je vois une hausse jusqu’en 1990, une très légère tendance à la baisse par la suite mais mais l’augmentation jusqu’au milieu des années 2000, je ne la vois pas.»

    Exact, la baisse est constante, mais de faible ampleur. Autre confusion, on peut lire au bas du graphique:

    « L’information figurant dans le présent graphique est tirée du Programme de déclaration uniforme de la criminalité (DUC) agrégé et elle permet d’établir des comparaisons entre les années à compter de 1962. Par conséquent, ces données sont peut-être légèrement différentes des données présentées ailleurs»

    Justement, à la page 26, les données sont un peu différentes, mais la tendance à la baisse dans les années 2000 est confirmée, le taux diminuant à chaque année, pour une baisse totale de quand même 14,2 %, de 1494 en 2000 à 1282 en 2010 (1073 au Québec, page 28).

    J'aime

  15. 28 décembre 2011 16 h 02 min

    Pourquoi plus de procès? parce qu’avec des sentences minimales, les gens ne voudront plus plaider coupable (il n’y a pas alors de vrai procès vu que la preuve est accepté par la défense) et avoir une peine de travaux communautaires. Ils vont vouloir se défendre pour ne pas aller en prison (peine minimale obligent). Les tribunaux sont déjà engorgés. Ça va empirer.

    Il y a une maxime en droit qui dit : Nul ne devrait être forcé de faire quelque chose d’inutile. Payer plus, ici, sera non seulement inutile, mais nuisible.

    J’ai vu une étude sur Internet mais je n’ai pas eu la brillante idée de garder le lien. En gros, ça disait que les gens qui regardent surtout les chaînes d’information continue et chaînes populistes (tendance à ce que ce soit des personnes plus âgées, plus racistes — un plus grand nombre de ‘petits Blancs’ — moins instruites, à plus faible revenu que la moyenne) ont une perception plus négative de la criminalité et pensent qu’elle est en hausse, parce que les chaînes «populistes» ouvrent souvent leurs bulletins de nouvelles avec des faits divers crapuleux, spectaculaires et… rares.

    Et bien sûr, ils vont vous «obstiner» dur comme fer que «if it bleeds, it leads» est la réalité. Et c’est en plein la clientèle du parti réformiste déguisé en conservateurs.

    Les chaînes de télé privée sont là surtout pour faire de l’argent, contrairement à Radio-Canada, qui est là pour informer. Harper veut s’en débarrasser, CBC a trop de moyens, trop de bons journalistes et trop de bonnes émissions comme the Fifth Estate. Ça dérange sa «création de réalité» http://en.wikipedia.org/wiki/Reality-based_community.

    Les crimes qui sont en hausse sont les fraudes financières, le phishing, la cyberpédophilie. Pas les meurtres (il y a des zones bien circonscrites où il y a de graves problèmes de criminalité, mais ça ne suffit pas à faire monter la moyenne et une approche mieux ciblée serait plus efficace.

    Et la possession de pot obsède les rigoristes antifun. Quand les policiers sont honnêtes (c.-à-d. quand ils ne sont pas candidats conservateurs) ils disent ouvertement qu’il n’y a pratiquement pas de criminalité associée au pot sauf le trafic de grandes quantités qui est encouragé par l’illégalité, justement.

    Les conservateurs et les républicains aiment se présenter comme de bons gestionnaires, mais c’est archifaux. C’est le contraire! Les plus gros déficits et les plus grosses fraudes sont TOUJOURS sous des gouvernements conservateurs! Notamment parce que les fabricants d’armes contribuent à leur caisse secrète… deux anciens lobbyistes de Lockheed Martin parmi les conservateurs.

    Ils font exprès pour couper n’importe où et n’importe comment, pour rendre volontairement les programmes gouvernementaux dysfonctionnels, ce qui leur donne ensuite une excuse pour les abolir. on appelle ça «starve the beast».

    J'aime

  16. 28 décembre 2011 16 h 06 min

    Il est prouvé que la sévérité de la peine n’a aucun effet dissuasif. La seule question que le criminel se pose c’est «Quel est le risque que je me fasse prendre?».

    But reality has a decidedly liberal bias.

    J'aime

  17. 28 décembre 2011 17 h 33 min

    « Il est prouvé que la sévérité de la peine n’a aucun effet dissuasif. » – Qui ça? Moi?

    = = =

    La plupart des criminologues et des criminalistes – incluant les « procureurs de la Couronne » le savent. Et la plupart le prêchent…

    Sauf qu’avec les Conservateurs, la « science », c’est de la m@rde. Ce sont des « négationnistes » de la science, comme d’autres sont des négationnistes de la Shoah. Ils ont mis de côté les mises en garde des statisticiens quand il a été question du recensement. Ils font tout simplement la même chose ici: l’opinion d’un expert ne compte pas plus que les vagues impressions d’un électeur mal informé et noyé dans ses préjugés.

    Mais quand le PM est assez con pour mettre un créationniste à la tête du Ministère de la Science et de la technologie, faut-il se surprendre que ce même PM balaie du revers de la main toutes les conclusions des experts?

    = = =

    Si Harper était sincèrement engagé dans la répression du crime, il nous ferait voter un amendement au Code criminel qui punirait sévèrement (avec une peine minimale !!!!) les mensonges et la bullshit politicienne.

    Me semble que ça serait la première chose à faire en 2012 pour ce gouvernement qui en a encore pour 1391 jours à régner et qui a déjà fait adopter l’essentiel de son programme électoral.

    J'aime

  18. 28 décembre 2011 18 h 04 min

    Quelques liens

    Le site dont je parlais (excellente réponse à Harper à la section Le populisme pénal!)
    http://www.alterjustice.org/dossiers/justice/medias02.html Voir notamment le tableau «Comparaison de la couverture médiatique aux données réelles de la criminalité» ici http://www.alterjustice.org/dossiers/justice/medias03.html

    http://claudelafleur.qc.ca/Criminalite-en-questions.html
    http://www.media-awareness.ca/francais/enjeux/violence/violence_medias_divertissement.cfm
    «Un réseau, Télévision quatre-saisons (TQS), diffuse à lui seul près de la moitié (49 %) de l’ensemble des scènes de violence physique présentées par les réseaux étudiés.»

    Malgré la déclaration choc «Le Canada a l’un des taux de criminalité les plus élevés parmi les pays industrialisés» (faudrait voir à qui on nous compare) http://home.scarlet.be/~tsc25528/criminostat.htm l’auteur de ce site est bien informé.

    J'aime

  19. 28 décembre 2011 18 h 10 min

    @ Qui ça? Moi?

    «Pourquoi plus de procès?»

    Merci de ces précisions. Nous nous rejoignons tout à fait.

    «Et la possession de pot obsède les rigoristes antifun.»

    J’aime bien… 🙂

    «on appelle ça «starve the beast».»

    Il y a ici une nuance à apporter, ce que j’ai tenté de faire dans un billet datant de quelques mois, Affamer la bête ou la récupérer?

    En fait, les mouvements récents de la droite ne visent pas comme tel à affamer la bête, mais à la détourner de ses fonctions sociales pour l’utiliser à d’autres fins. Au Canada, on baisse les impôts des sociétés et des riches, on coupe les services publics, mais on veut construire plus de prisons et acheter plus d’armements. Bush a fait la même chose : baisse des impôts des riches, mais plus de dépenses pour la guerre et tentative de dissolution des programmes sociaux. Mais pas touche aux subventions aux pétrolières (comme au Canada!) !

    «Les plus gros déficits et les plus grosses fraudes sont TOUJOURS sous des gouvernements conservateurs!»

    Les gros déficits viennent justement du fait que la droite ne veut pas vraiment affamer la bête. Oui, elle se sert des déficits pour prétendre qu’elle n’a pas le choix (maxime préférée de Tatcher…) de couper les services publics, mais elle dépense autant pour d’autres fins, tout en diminuant ses revenus! D’où les gros déficits! Et les nouveaux plans d’austérité… pour le peuple seulement!

    «But reality has a decidedly liberal bias.»

    Nous aimons vraiment les mêmes expressions!

    @ Papitibi

    «il nous ferait voter un amendement au Code criminel qui punirait sévèrement (avec une peine minimale !!!!) les mensonges et la bullshit politicienne.»

    😆

    J'aime

  20. 28 décembre 2011 19 h 15 min

    Puis-je suggérer, ô Darwin, de corriger le contresens dans le titre? Ou de rendre le sarcasme plus évident? Lutte contre la baisse de la criminalité?

    Yves Boisvert me plaît de plus en plus. Y compris son choix de restos LOL.

    Quelques bijoux
    http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/yves-boisvert/201112/24/01-4480787-harper-et-la-cour.php
    http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/yves-boisvert/201111/22/01-4470625-la-charge-du-senateur-boisvenu.php (kin Boisvenu!)
    http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/yves-boisvert/201109/30/01-4452768-la-loi-comme-un-drapeau.php

    Drat je cherche son meilleur article et je ne le trouve plus.

    Marissal vient de se rendre compte de qui est vraiment Harper LOL 4 ans après tout le monde. Je suis d’accord avec lui mais il aurait pu être moins complaisant, bien avant.
    http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/vincent-marissal/201111/23/01-4470666-harper-le-bulldozer.php

    J'aime

  21. 28 décembre 2011 20 h 11 min

    @ Qui ça? Moi?

    «Lutte contre la baisse de la criminalité?»

    Il ne faut pas oublier que le sujet du billet est l’étude de l’IRIS qui a la particularité de chiffrer le coût d’implantation de ces lois… J’ai même souligné le sens de ce titre dans ma conclusion. Et ceux qui ne comprennent pas l’ironie, et bien, tanpis!

    Et merci pour les liens!

    J'aime

  22. 28 décembre 2011 20 h 18 min

    @ Qui ça? Moi?

    Tu as eu un comm en modération car tu as atteint la limite de liens qu’on peut mettre dans un commentaire (5)!

    J'aime

  23. 29 décembre 2011 14 h 53 min

    OK, je n’avais pas compris le titre. Vive le «multitasking»!

    J'aime

Trackbacks

  1. The spirit level – L’emprisonnement «
  2. Science, on coupe ! |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :