Skip to content

Et dire que la démocratie est née en Grèce…bordel!

31 décembre 2011
by

En cette dernière  journée de 2011, je vous épargnerai la traditionnelle ou sa variante crémeuse revue de l’année, les journalistes et humoristes étant tellement plus doués que moi! Cependant, si je n’avais qu’une seule chose à retenir de 2011 sur la scène politique, ça serait la brèche hideuse, comme une grimace, qu’on a faite à la démocratie. Je fais ce constat avec tristesse et conviction cependant, ce que je me refusais à croire l’an dernier à pareille date  m’apparaît une évidence aujourd’hui, et cela me rend amère.

Ce que je dis peut sembler banal pour certaines personnes plus pessimistes que moi, mais j’ai entrevu cette année un risque réel pour nos démocraties, quelque chose qui me semble au-delà de l’alarmisme ordinaire.

Ô, ceci n’est pas une thèse, mais je vais tout de même essayer de tendre vers un minimum d’objectivité dans mon argumentaire. Essayons tout d’abord de circonscrire un peu ce concept qu’est la démocratie…

Mais qu’est-ce que la démocratie?! :

Du dictionnaire, j’ai trouvé:

•     Régime politique où le peuple exerce lui-même sa souveraineté en élisant librement les représentants du pouvoir. Démocratie antique, grecque. Démocratie socialiste.

L’étymologie du mot démocratie, vient du grec, « dêmokratia » « gouvernement par le peuple ».

Il y a ce groupe, l’EIU (Economist Intelligence Unit) qui a travaillé pas mal sur la conception d’un score indicateur de la démocratie.

Il a subdivisé le concept de la démocratie en 5 idées maîtresses.

1. élections non truquées et libres
2. libertés civiles
3. fonctionnement du gouvernement
4. participation politique : niveaux d’abstention
5. culture politique : vitalité de la vie démocratique

Un score sur 10 a été fabriqué à partir d’indicateurs de ces sous-concepts et on a classé régulièrement, depuis 2006, 167 pays avec cet indice. Le but du présent billet n’est pas d’entrer dans les menus détails de la méthodologie ayant servi à concevoir cet instrument de mesure, ni de le critiquer. Ce score a été présenté dans la revue « The economist » alors je tiendrai pour acquis, et ce, sans vérifications, que ce n’est pas de la bouillie pour les chats.

On peut observer ce classement ici sur wiki pour les années 2008 et 2010, et sur le tableau qui suit, j’expose le nombre de pays selon les 4 niveaux de démocratie sur les années mesurées.

 catégorie/année 2006 2008 2010 2011
démocratie 28 28 26 25
démocraties imparfaites 54 52 53 53
situation hybride 30 36 33 37
régime autoritaire 55 51 55   52

Bien que l’indice ait un historique un peu récent et qu’il possède, bien entendu, ses imperfections, on observe une progression du nombre total de pays dans les deux dernières catégories où la démocratie en prend pour son rhume. Voilà donc dans le tableau agrégé suivant, cette progression que nous ne pouvons nier.

2006 2008 2010 2011
situation hybride et régime autoritaire 85 87 88 89

On peut bien penser que c’est le lot de bien des  pays pauvres de se battre avec des dictateurs égoïstes et de tarder à entrer en démocratie, certains pensent même que nous n’y pouvons rien et que ce n’est pas notre problème. Laissons ce terrain de jeu au FMI à la banque mondiale et leurs programmes d’ajustements structurels (ironie)!

Cette idée de démocratie chambranlante n’est tout de même pas née d’hier et quant on regarde l’indice du l’EIU selon les régions, on observe une baisse moyenne dans les riches démocraties aussi. Ce qui, hélas, me conforte dans mes craintes.

Rang Region 2006 2008 2010 2011
1 Amérique du Nord 8.64 8.64 8.63 8.59
2 Europe de l’Ouest 8.60 8.61 8.45 8.40
3 Amérique latine  & Caraïbe 6.37 6.43 6.37 6.35
4 Asie & Asie australe 5.44 5.58 5.53 5.51
5 Europe de l’Est 5.76 5.67 5.55 5.50
6 Afrique subsaharienne 4.24 4.28 4.23 4.32
7 Moyen-Orient et Nord de l’Afrique 3.53 3.54 3.43 3.62
Total 5.52 5.55 5.46 5.49

Source: Wiki

Sur une note plus qualitative, j’observe dans mon environnement immédiat un certain cynisme, un pessimisme doublé bien entendu d’un manque de confiance totale en l’élite politique. La participation politique diminue si l’on en juge par le niveau d’abstention de vote qui augmente scrutin après scrutin. La culture politique s’effrite tranquillement, conséquence de ce désengagement. Les gens en viennent à penser qu’ils n’ont aucun impact, aucun moyen de se faire entendre dans un tel système. Et pendant ce temps, l’écart riche/pauvre continue de se creuser, notre paresse et notre indifférence laissent place aux perversions qu’on connaît et qu’on voit poindre, corruption, partage de la richesse de l’État entre les mains de  l’élite qu’on a oublié de surveiller…

Enfin, sur une note plus symbolique, je qualifierai 2011 d’année de point de rupture, l’année où on a remplacé le gouvernement de la Grèce, berceau de la démocratie, par une technocratie, les singes de l’oligarchie, et ça, c’est une chose que nous n’aurions jamais dû laisser faire…

Souhaitons-nous donc tous, pour 2012, après le mouvement des indignés, le mouvement des engagés! Colmatons la brèche! Ce projet humaniste que nous désirons tous ne pourra naître sans l’optimisme que nous plaçons en chacun de vous!

Santé et joie à vous tous et à vos proches!

Bonne année 2012!

Publicités
31 commentaires leave one →
  1. 31 décembre 2011 20 h 29 min

    Merci pour ce billet, j’ignorais tout de l’existence de ce type de données. Quant au cynisme local, il est aussi désolant et désarmant. Le désir maladif du changement pour le changement, surtout si ça ne change pas trop, en est une autre manifestation.

    «je vous épargnerai la traditionnelle ou sa variante crémeuse revue de l’année»

    Comique, j’ai failli commencer mon dernier billet comme ça! J’ai bien fait de m’abstenir, c’est encore plus pertinent dans le dernier billet de l’année!

    J'aime

  2. Richard Langelier permalink
    1 janvier 2012 0 h 27 min

    À Athènes, des propriétaires d’esclave (souvent un seul suffisait pour s’occuper des quelques chèvres), mâles, majeurs allaient débattre de la gestion de la Cité sur l’Agora plutôt que d’aller jouer au golf et se distribuer les soumissions au 19e trou [1].

    Les sociétés de chasseurs-cueilleuses [2] étaient nomades. Elles fonctionnaient au consensus. Personne n’avait d’hypothèque à payer. Alors après les palabres, les minoritaires partaient. Souvent, ils fondaient une communauté, avec d’autres minoritaires.

    Bien sûr, la non-participation au politique m’inquiète. Puis-je reprocher à la personne qui perd une heure le matin pour se rendre au travail et une heure en fin d’après-midi, qui doit assister à une rencontre de parents, à une rencontre syndicale alors que le rapport de force existe peu, à cause de la désuétude du Code du travail et des traités commerciaux, de ne pas s’informer à plusieurs sources, de ne pas s’impliquer dans un parti politique?

    Nous revenons toujours à la dissociété. Il est si facile d’adhérer au discours : « les profs sont peinards, ils ont la sécurité d’emploi, les boomers ont tout pris et nous ont laissé la dette, ils ont inventé les clauses orphelin, etc. ». C’est relativement facile de regrouper les citoyens autour d’un thème concret : « la nouvelle ligne d’Hydro passera près de nos maisons. Regroupons-nous ce soir! ». Mon frère me racontait que lorsqu’Hydro a accepté un nouveau tracé pour les gens d’en bas, ces derniers ne venaient plus aux réunions.

    Que faire?

    J’irai sans doute à la prochaine réunion de Québec solidaire Mercier pour la rédaction de la plate-forme électorale. Je tenterai de convaincre les participants que promettre aux électeurs que dans l’îlot québécois provincial, un gouvernement solidaire ferait en sorte que tous les revenus des disques vendus par Céline Dion après le premier mars iraient dans les coffres du gouvernement du Québec, ne ferait pas sérieux. J’essaierai, même si je suis moins à l’aise par la parole que par l’écriture, d’expliquer que tout mettre dans le revenu minimum garanti, alors que se loger pour 250 par mois dans une petite ville est relativement facile, mais que pour une personne seule dans Mercier, en bas de 450$, elle risque de geler. Évidemment ce serait plus facile s’il y avait une Commission Économie, fiscalité et lutte à la pauvreté que défrichait le terrain, mais il ne faut pas trop demander à un jeune parti.

    [1] Une fois, un gars avait été invité à aller jouer au golf. Après 3 trous, il a dit à ses chums : « je rentre, je vous attendrai au 19e trou ». Il va prendre sa douche et entend des voix de femmes. Il n’avait qu’une débarbouillette. « Est-ce que je me cache le haut ou le bas? » Il a choisi le haut. Une première femme dit : « chose certaine, c’est pas mon mari », une deuxième « chose certaine, c’est pas mon mari ni le tien », une troisième dit : « chose certaine, ce n’est pas un gars du club! ». Les blogues sont l’Agora des temps modernes.
    [2] Souvent les mecs qui partaient chasser le lion en creusant des pièges ne participaient pas plus à l’économie que nos comiques qui vont chasser, pour prendre leur brosse annuelle (une fois marié, ça prend un prétexte) et revenir se promener sur la main avec le panache sur le hood du 4 X 4 plein de bouette. En réalité, ces derniers font grimper le PIB plus que les iceux chasseurs de lion. En dollars constants, je ne suis pas certain. Je viens d’entendre Stéphane Dion affirmer : « la plupart des pays signataires de Kyoto ont atteint leurs cibles, il faut dire que la récession a aidé ». Ouf!
    Plus j’y pense, plus je considère que Sylvie Morel a peut-être raison d’utiliser l’expression « économie féministe ». Bon, je risque de perdre Koval et Benton comme alliés et de me rapprocher de Darwin. Comme échange du siècle, Pollock avait fait mieux en allant chercher le premier choix au repêchage pour obtenir Lafleur.

    J'aime

  3. 1 janvier 2012 0 h 39 min

    «Comme échange du siècle, Pollock avait fait mieux en allant chercher le premier choix au repêchage pour obtenir Lafleur.»

    Je ne suis même pas offusqué! 😉

    «Nous revenons toujours à la dissociété.»

    Je vois que je ne suis pas le seul à être intoxiqué par ce constat!

    «J’irai sans doute à la prochaine réunion de Québec solidaire Mercier pour la rédaction de la plate-forme électorale.»

    J’y serai aussi. J’espère seulement que les gens ne voudront pas mettre dans la plateforme tout ce qu’il y a dans le programme!

    Sérieusement, je m’inquiète à chaque congrès et suis sorti à chaque fois satisfait…

    J'aime

  4. 1 janvier 2012 9 h 02 min

    Darwin

    « Quant au cynisme local, il est aussi désolant et désarmant. Le désir maladif du changement pour le changement, surtout si ça ne change pas trop, en est une autre manifestation. »

    Cynisme ou optimisme non fondé? Je voulais « ploguer » la CAQ-ADQ dans mon texte mais j’ai oublié!

    Nos affairistes ont fait une croyance bien ancrée de l’idée de la paralysie du Québec, idée fausse! Il faut s’agiter coûte que coûte! Boisclair l’a dit hier, « C’est tu possible de piller les ressources du Québec sans que le monde se mette à chiâler? » Mais moi, j’investirais dans les colliers de bois de noisetier!

    Misère, on disait avant l’an 2000 que l’ère du cerveau était proche!

    J'aime

  5. 1 janvier 2012 9 h 04 min

    En passant, la différence entre nous et la Grèce, c’est qu’on leur a passé une technocratie de force, nous, on pourrait en élire une!

    J'aime

  6. 1 janvier 2012 10 h 19 min

    « Je voulais “ploguer” la CAQ-ADQ dans mon texte mais j’ai oublié!»

    La citation que j’ai trouvée la meilleure dans les nombreuses émissions que j’ai écoutée hier soir est justement de François Legault (durant Infoman) :

    «On est fort pour recycler les vieilles affaires à la CAQ»

    Il parlait de vieux meubles qui étaient déjà dans les locaux que la CAQ loue, mais je trouvais que ça s’appliquait très bien à son programme (enfin aux bouts qu’il a révélés).

    «nous, on pourrait en élire une!»

    Ça ne me ferait pas plaisir, mais ce serait quand même plus démocratique…

    J'aime

  7. Frequency permalink
    1 janvier 2012 10 h 39 min

    Moi aussi je l’ai vu le Boisclair, celui qui a mis l’pq s’ul q, v’nir nous vanter l’exploitation du « CH4 »!! 😡
    Y avait aussi la ministre du travail accompagné d’un M. Duscheneau tout chose d’être assis à côté de la jolie dame, il lui a meigne fait la bise ce $%?& de chanceux! 😡

    J'aime

  8. Frequency permalink
    1 janvier 2012 10 h 44 min

    J’ai lu l’article effectivement et 2 surprises:
    Voir l’asie avant les anciens pays de l’est, c’est surprenant et l’océanie semble être absente du tableau.
    Pour le reste, ben on peut voir que toutes les guerres faites supposément pour amener la démocratie au moyen orient, n’ont pas servi à grand’chose…

    J'aime

  9. 1 janvier 2012 11 h 50 min

    @ Koval

    «Mais moi, j’investirais dans les colliers de bois de noisetier!»

    Surréaliste ce bout avec les gaz de schiste et les vertus du bois de noisetier…

    @ Frequency

    «l’océanie semble être absente du tableau.»

    Vrai, mais on peut voir dans l’article de Wiki que Koval a mis en lien la situation de ce continent. Le graphique est plus facile à voir à http://en.wikipedia.org/wiki/File:Democracy_Index_2011_red_and_green.png.

    L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont des démocraties, et la Papouasie-Nouvelle-Guinée une démocratie imparfaite. On voit un petit point rouge (régime autoritaire), qui semble s’attacher aux Îles Fidji, où il y a eu un coup d’État en 2006. Ce pays est d’ailleurs 123ème en 2011 selon http://en.wikipedia.org/wiki/Democracy_Index#2011_rankings .

    J'aime

  10. Frequency permalink
    1 janvier 2012 12 h 35 min

    Merci pour ces précisions Darwin! 🙂

    J'aime

  11. 1 janvier 2012 13 h 16 min

    Oups!

    Dans le billet, j’ai traduit « Australasia » par « Asie Australe »….

    Au fond, l’Asie et l’Asie Australe comprennent l’Océanie….

    Vous pouvez le voir en cliquant sur les régions dans le tableau original…

    Ça expliquerait peut-être la question de Sombre, si l’Océanie a été mis avec l’Asie, ça monte un peu les scores….

    http://en.wikipedia.org/wiki/Democracy_Index

    J'aime

  12. 1 janvier 2012 13 h 27 min

    Sombre

    Ici, tu trouveras les scores détaillés pour les 5 dimensions que j’ai énumérées dans le billet:

    1. élections non truquées et libres
    2. libertés civiles
    3. fonctionnement du gouvernement
    4. participation politique : niveaux d’abstention
    5. culture politique : vitalité de la vie démocratique

    http://graphics.eiu.com/PDF/Democracy_Index_2010_web.pdf

    Dans les pays d’Europe de l’est, les scores sont bas sur les dimensions 3 et 5 surtout, le fonctionnement du gouvernement et la culture politique manquent…

    Dans les pays d’Asie, les élections posent problème, il manque de partis, la participation et les libertés civiles font aussi plus dur.

    Il y a manque de démocratie dans les deux cas mais pas sur les mêmes dimensions on dirait, mais comme toi, je trouve un peu louche que ces régions soient classées si proches…

    J'aime

  13. 1 janvier 2012 14 h 11 min

    Sombre!

    Voilà un autre classement selon les régions, en 2007 cependant.

    t

    J'aime

  14. 1 janvier 2012 14 h 29 min

    @ Koval

    «Voilà un autre classement selon les régions, en 2007 cependant.»

    Les données de la première colonne sont identiques à celles du tableau de ton billet pour 2006. Il n’est pas anormal qu’un tableau sur l’état du monde à une année donnée (2007) se servent des données les plus récente, de l’année précédente dans ce cas Ce dernier tableau ajoute toutefois plus de détails sur les pays composant les regroupements.

    J'aime

  15. 1 janvier 2012 14 h 38 min

    Oui, tu as raison, ça doit être 2006! Merci!

    J'aime

  16. Frequency permalink
    1 janvier 2012 14 h 58 min

    Merci pour les liens, j’ai regardé… Je savais que l’Australie et la Nouvelle-Zélande avaient une bonne réputation démocratique… Israël, ça score pas fort fort, n’est-ce pas m’sieur respestable! 🙂

    J'aime

  17. 1 janvier 2012 15 h 12 min

    La méthodologie au complet pour la conception du score.

    http://www.economist.com/media/pdf/DEMOCRACY_INDEX_2007_v3.pdf

    J'aime

  18. 1 janvier 2012 15 h 59 min

    «La méthodologie au complet pour la conception du score.»

    Merci! Ça semble en effet impeccable.

    On y dit d’ailleurs que les données sont de 2006. Page 3 :
    «Economist Intelligence Unit democracy index 2006»

    J'aime

  19. 1 janvier 2012 16 h 06 min

    @ Frequency

    «Israël, ça score pas fort fort, n’est-ce pas m’sieur respestable!»

    C’est surtout du côté des libertés civiles que la bât blesse, 5,29… par rapport à 10 pour le Canada et quelques autres pays! Cette cote est basée sur les questions 44 à 60 (commençant à la page numérotée 40). Ce serait intéressant de savoir où Israël a perdu des points!

    J'aime

  20. 1 janvier 2012 16 h 18 min

    Pauvre Afrique!

    J'aime

  21. 1 janvier 2012 17 h 32 min

    «Pauvre Afrique!»

    Eh oui, encore et toujours…

    J'aime

  22. 1 janvier 2012 20 h 55 min

    Ils ont tellement de problèmes qu’ils ne peuvent même pas se payer un printemps Afrique.

    J'aime

  23. 1 janvier 2012 21 h 23 min

    Le printemps arabe a surtout eu lieu en Afrique du Nord…

    J'aime

  24. 1 janvier 2012 22 h 36 min

    Hahaha! Houpsss! 😳

    J'aime

  25. 2 janvier 2012 13 h 07 min

    Difficile d’appliquer la même recette de démocratie dans toutes les régions du monde… Pour ce qui est des pays les plus riches (dont nous faisons partie), je crois que les deux principaux problèmes (pour la démocratie et l’avenir même de notre planète) sont le refus de s’impliquer et la transformation du citoyen en consommateur-à-crédit.

    Lorsque je lis des trucs comme ça, je comprend un peu mieux le fléau qui frappe l’ambiance « culturelle » de l’Amérique du Nord:

    Il y a une dizaine d’années, alors qu’elle travaillait comme sage-femme au Québec, Connie Smith a connu une sorte de révélation, le genre de moment de vérité qui peut faire basculer une vie.

    Elle s’est retrouvée devant un couple qui attendait un enfant et qui cherchait des conseils sur une question angoissante: comment fallait-il procéder pour présenter le futur bébé au chien de la maison?

    Connie Smith refuse de juger ces jeunes parents, elle n’a pas la moindre envie de décréter qu’il s’agit là d’un sujet de préoccupation futile. Mais ce jour-là, l’infirmière québécoise a compris que le Canada, ce n’était pas pour elle. Qu’elle ne pouvait pas vouer sa vie à résoudre ce genre de problèmes… Article complet: Cyberpresse

    De plus, il nous faut être prudent avec le nouveau discours des indignés. Ce discours porte un constat pertinent mais il nous éloigne peut-être de notre propre responsabilité (en blâmant les plus riches pour tous les maux du monde) et ne canalise pas les énergies vers un véhicule politique puissant, cherchant plutôt à mobiliser les citoyens vers des groupuscules politiques de plus en plus nombreux. Les réseaux sociaux sont un bel outil de communication et de mobilisation mais pourraient contribuer malgré eux à diluer le militantisme porteur d’actions concrètes.

    Là-dessus, bonne année à toi koval et à toi Darwin. Merci pour tous les billets présentés en 2011. Et une bonne année à tous les lecteurs de ce blogue, réguliers ou passagers. Je vous souhaite une implication politique à la hauteur de vos aspirations.

    J'aime

  26. 2 janvier 2012 13 h 18 min

    Parlant de la Grèce et des technocraties…

    J'aime

  27. 2 janvier 2012 13 h 33 min

    @ Luto

    Bonne année à toi aussi. Et merci à toi aussi pour tes billets, espérant en lire d’autres bientôt!

    «je crois que les deux principaux problèmes (pour la démocratie et l’avenir même de notre planète) sont le refus de s’impliquer et la transformation du citoyen en consommateur-à-crédit.»

    Ces deux éléments, pertinents sans aucun doute, sont pour moi plus une manifestation d’un autre malaise plus profond que des causes comme telles. L’individualisme et la compétition, bref, la dissociété, sont pour moi les causes fondamentales.

    Je suis en train de lire The spirit level (voir par exemple http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/inegalites-lesprit-des-fetes-et-the-spirit-level/ ). Ce livre pourrait me donner matière à des dizaines de billets! Mais, je ne crois pas que j’en écrirai un… Le bout que je lis actuellement montre la hausse de l’anxiété depuis 50 ans, accompagnée par une augmentation aussi forte du narcissisme. Les psys qui ont observé ces tendances les attribuent en majeure partie à une plus grande difficulté à créer des relations et à une crainte continuelle des autres et de leur opinion sur nous. Une autre façon de parler de dissociété!

    «De plus, il nous faut être prudent avec le nouveau discours des indignés.»

    D’accord! N’empêche que le signal que ce discours envoie est significatif. Par contre, tu as raison, la façon de canaliser cette indignation n’est pas idéale…

    J'aime

  28. 2 janvier 2012 13 h 46 min

    @ Luto

    «Parlant de la Grèce et des technocraties…»

    Sympathique. Ça synthétise bien les techniques de ces fossoyeurs…

    Merci!

    J'aime

  29. 2 janvier 2012 13 h 51 min

    Pour moi il y avait autant d’indignés que de causes. Aux States c’était Wall Street et c’était bien visé, ici, c’était plus diffus, nous n’avons pas été encore trop déculottés par l’élite néolibérale, en Espagne, la bulle immobilière devait être le lieu de l’indignation etc etc…

    Ça tirait sur tout ce qui nous dérange, moi je n’ai absolument aucune critique à adresser à ça!

    La canalisation de l’énergie de la gauche, ce n’est pas pour demain, selon moi, il ne faut pas attendre après ça! N’ayant pas le pouvoir en plus, c’est bien difficile de s’organiser.

    Frapper un peu partout me semble la meilleure stratégie en attendant mieux!

    Et blâmer les riches est pour moi la cible numéro un, l’unique cible en fait! Quand tu gagnes plus que le PIB d’un pays riche et que les États s’écrasent devant ton entreprise à gogo, y’a un sérieux problème! Blâmer les riches ne signifie pas se soustraire à nos responsabilités, blâmer les riches signifie prendre ses responsabilités!

    Bonne année Luto!

    J'aime

  30. 3 janvier 2012 10 h 03 min

    @Richard Langelier

    J’essaierai, même si je suis moins à l’aise par la parole que par l’écriture, d’expliquer que tout mettre dans le revenu minimum garanti, alors que se loger pour 250 par mois dans une petite ville est relativement facile, mais que pour une personne seule dans Mercier, en bas de 450$, elle risque de geler.

    Y a p’tite ville et p’tite ville. À Rouyn-Noranda, une p’tite ville de 40000 habitants, essayez de loger décemment une personne seule pour moins de 500$ par mois. Juste pour voir… Même chose à Val d’Or (30000 habs) et, apparemment, même chose à Amos (15000 habs).

    C’est pas l’importance quantitative d’un noyau urbain qui détermine le prix des loyers. C’est l’activité économique… qui fait gonfler la demande sans nécessairement augmenter l’offre de manière significative. Les 4 agglomérations où les taux d’inoccupation des loyers sont les plus bas, tel que mesuré en novembre 2011:

    1. Rouyn-Noranda, 0.1%
    2. Val d’Or, 0.2%
    3. Amos, 0,3% (là j’avoue que je suis surpris)
    4. Sept-îles, 0,7%

    À Rouyn et à Val d’Or, on pourrait construire 2 fois plus de logements locatifs que ça ne changerait rien. On en a construit environ 300 en 2010; pourtant, le taux d’inoccupation demeure le plus faible au Qc. L’Université doit renoncer à certains programmes qui attirent des étudiants étrangers (chinois, par exemple), faute de pouvoir les loger! Compte tenu de la vigueur de leur économie, Rouyn-Noranda et Val d’Or pourraient augmenter leur population de plus de 5% par année… si elles pouvaient loger les nouveaux arrivants.

    Maintenant, imaginez l’effet de cette pression démographique sur les coûts du logement!

    = = =

    Au début des années 70, c’était pareil. Par contre, pendant les années 80-90 et le début des années 2000, l’Abitibi se vidait et Rouyn a connu une période de 10 ans pendant laquelle le nombre de logements locatifs a augmenté de MOINS 6. Le Témiscamingue décroît mais l’Abitibi explose! L’activité minière, bien sûr… D’habitude, c’est cyclique. Mais avec l’émergence des géants dormants (Chine, Inde)…

    Le projet Osisko, à Malartic, vous semble « démesuré », avec sa fosse assez profonde pour y abriter la Place Ville-Marie ou la Tour de la Bourse? Bof… Vous n’avez encore rien vu: on exploitera bientôt du nickel dans une fosse de 1 km de largeur par 5 km de longueur. Profondeur? Sans doute suffisante pour y enterrer des édifices d’une centaine d’étages!

    = = =

    Petites villes? Vous pourriez vous loger pour vraiment pas cher à Detroit ou à Cleveland, où on doit démolir des quartiers entier… Pourtant, Detroit, c’est assez big, non?

    J'aime

Trackbacks

  1. Les «qualités» de l’euro (1) «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :