Skip to content

Le Vicktator! MàJ

7 janvier 2012

La semaine dernière, je vous parlais du recul de la démocratie. C’est le tour du peuple hongrois de passer dans la moulinette autoritaire. « Viktator » Orbán , la nouvelle furie de l’Europe de l’Est, nous rappelle que les promesses de progrès du nouveau siècle ne constituent pas un antidote contre les dérives autoritaires nationalistes.

Viktor Orbán, ayant une longue feuille de route en politique redevient ministre-président (il l’avait déjà été mais, dans une coalition en 1998), de Hongrie, en mai 2010 sous les bannières du Fidesz-Union civique hongroise, le parti conservateur  qu’il a fondé en 1988 lorsqu’il n’avait que 24 ans avec des étudiants libertariens anticommunistes. « Fidesz » signifie « Alliance des jeunes démocrates ». Le parti du Fidesz fut porté au pouvoir en 2010 grâce au populisme électoral promettant de restaurer l’état de droit et de mettre fin à la récession, la gauche ayant échoué.

Dès l’hiver, 8 mois après sa victoire fortement majoritaire, Fidesz met en place de sérieuses mesures liberticides sur l’appareil médiatique :

« Le Parlement hongrois a adopté, le 21 décembre, une série de mesures destinées à encadrer les médias. Les publications produisant des contenus qui ne seraient pas « équilibrés politiquement » ou « entravant la dignité humaine » – la loi ne précise pas ces notions – sont promises à de lourdes amendes : jusqu’à 200 millions de forints (720 000 euros) pour les télévisions et 25 millions (90 000 euros) pour les journaux ou les sites Internet. »

La deuxième étape du plan Orbán vient de prendre effet ce dimanche passé. La nouvelle Constitution hongroise ratifiée en avril vient de prendre effet ce 1 janvier et prévoit entre autres choses des nominations allongées de 9 ans à 12 ans pour les postes importants de l’État. La chasse aux communistes s’ouvre, on veut rendre responsables de crimes communistes des dirigeants du parti socialiste d’avant 1989. Le scrutin est modifié dans le but de marginaliser les plus petits partis. Évidemment « Dieu bénisse la Hongrie » est inscrit en toutes lettres dans cette nouvelle Constitution. Du point de vue social/moral, l’embryon devient un être humain dès sa conception, le mariage entre homosexuels est interdit et les sans-abris sont passibles de peine de prison. Les Roms ne l’auront pas facile, évidemment. Du côté de l’économie, un taux d’imposition unique de 16% sera de mise, favorisant les plus riches et le gouvernement contrôlera les institutions financières de près. Enfin, l’État contrôle tous les médias, l’unique radio d’opposition vient d’être supprimée le 21 décembre dernier.

Il est ironique de voir qu’après avoir interdit en 1993 l’affichage des symboles communistes (l’étoile rouge la faucille et le marteau), la Hongrie s’enfonce à nouveau dans le totalitarisme, ce qui me fait croire que l’«homo-électorus» ne prend pas de leçons au sujet des ses erreurs…

Il est rigolo aussi de voir l’UE ne pas savoir quoi faire, la Hongrie faisant partie de la zone euro depuis 2004.

Face au cas Orban, l’Europe demeure très discrète et n’a toujours pas délivré de condamnation officielle. Bruxelles pourrait toutefois utiliser l’article 7 du Traité de l’Union, qui prévoit des sanctions en cas de violation des valeurs démocratiques des 27. Un scénario auquel avait déjà eu recours l’UE, avec peu de succès, lorsque le gouvernement autrichien avait accepté la présence, en son sein, du parti d’extrême droite de Jörg Haider.

Pour ceux qui ont envie de faire un parallèle avec le Canada sous Harper, retenez-vous un peu, on va se faire traiter de vilains communistes et qui sait qu’est-ce qu’il pourrait advenir de nos carcasses de gauchistes dans quelques années….gulp!!

Mise à jour

J’ai lu cette chronique (hyperlien en bas) rédigée en juin 2011 par un chercheur de l’UQAM que j’ai trouvée vraiment excellente. Cela aide vraiment à cerner le contexte socio-politique de la Hongrie. La perspective historique est aussi abordée. La Hongrie morcelée en 1920 garderait des séquelles assez douloureuses de son passé. La chute du mur aurait profité aux communistes qui se sont convertis en socialistes après 1989 et ont pillé l’État. La double faute des communistes attise bien entendu bien du mépris, favorisant l’éclosion d’anticommuniste comme Orbán.

LA HONGRIE DE VICTOR ORBAN ACHEVE SA PRESIDENCE DE L’UE
Par Pierre VERLUISE

Publicités
21 commentaires leave one →
  1. 7 janvier 2012 17 h 36 min

    Merci pour ce billet, je ne connaissais pas vraiment la situation en Hongrie.

    «Pour ceux qui ont envie de faire un parallèle avec le Canada sous Harper, retenez-vous un peu, on va se faire traiter de vilains communistes»

    En fait, je me disais que ce texte visait plutôt à nous montrer que Harper est bien modéré par rapport à ce qui s’observe ailleurs! 😉

    J'aime

  2. Richard Langelier permalink
    7 janvier 2012 18 h 04 min

    Après la chute du communisme, Francis Fukuyama avait annoncé La Fin de l’histoire http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Fukuyama . Le retour du refoulé nous oblige à reconnaître que la réalité est plus complexe.

    J'aime

  3. 7 janvier 2012 18 h 11 min

    Vous avez vu gros logo orange! C’est dans la palette de couleur de chez Jeanne :mrgreen:

    J'aime

  4. 7 janvier 2012 18 h 13 min

    Je pensais que c’était une pilule noire avec un lien!

    J'aime

  5. 7 janvier 2012 18 h 28 min

    @Richard

    Fukuyama c’est quand même un nom prédestiné!

    Dans « Gouverner par la bien commun » je lisais…

    C’est de Karl Popper!

    L’HÉGÉLIANISME
    « Hegel doit surtout sa réputation à ceux qui, aux disciplines ardues de la science, préfèrent une initiation superficielle aux secrets de l’univers. Grâce à la logique hégélienne, méthode magique substituée à l’aride logique formelle, les problèmes les plus difficiles peuvent être résolus rapidement et avec toutes chances de succès. Elle a, en effet, toutes les apparences d’une méthode scientifique rigoureuse, sans exiger beaucoup de connaissance ni d’expérience. Le succès de Hegel marqua le début de l’âge de la malhonnêteté, selon l’expression de Schopenhauer… qui deviendra ensuite « l’époque de l’irresponsabilité », c’est à dires celle du totalitarisme moderne, où l’irresponsabilité morale succède à l’irresponsabilité intellectuelle. C’est l’ère des formules ronflantes et du verbiage prétentieux ». Ce sera celle, aussi, de la construction européenne.»

    J'aime

  6. 7 janvier 2012 20 h 29 min

    En plus de l’autoritarisme, ce ptit despote devrait faire en sorte que l’économie hongroise s’effondre pour de bon…

    Avec cette nouvelle Constitution, le gouvernement Orbán vise rien moins que le remodelage idéologique et spirituel de la Hongrie en un pays qu’elle n’a jamais été et que même les deux tiers des électeurs qui avaient voté pour Orbán [en 2010] n’ont jamais souhaité.

    Un régime qui se situerait entre la dévotion polonaise, l’ancien féodalisme extrême-oriental et un autoritarisme de type russe, voilà le but. Et si tout y est sacrifié (l’économie, la diplomatie ou, à la crainte de beaucoup, notre intégration européenne), ce n’est pas grave. Viktor Orbán est persuadé que l’économie hongroise va croître, comme le haricot de la fable, et qu’elle va bientôt dépasser l’Occident empêtré dans la crise. Et l’Orient…..

    http://www.courrierinternational.com/article/2012/01/06/viktor-orban-et-le-haricot-magique

    J'aime

  7. Richard Langelier permalink
    7 janvier 2012 20 h 43 min

    @ Koval

    « Fukuyama, c’est un nom prédestiné ». Oh là, là, là. Je mets mes bottes pour aller dans les rues sales et transversales de Montréal. Non, vous êtes trop jeune pour avoir connu La Manic de Georges Dor. Gérald Godin avait écrit un beau texte sur la poésie naïve de Georges Dor sur la pochette du disque de l’icelui. Je mettrai donc mes bottes en chantonnant, comme Marjo : « illégal, quand tu dis que tu m’aimes dans les rues de Montréal » à la recherche de pot québécois des années 70 pour comprendre le jeu de mots fu-ku-ya-ma.

    Je n’ai pas le rapport contrariant et ambivalent que Marx avait envers Hegel. Par contre « je viens de voir passer la Raison à cheval » qu’a lancé Hegel en voyant passant les troupes napoléoniennes à Iéna, c’est de toute beauté quand on veut comprendre l’enthousiasme qui a suivi la physique newtonienne et la chimie lavoisiérienne, l’Esprit des lois opposé à l’arbitraire féodal vu par Montesquieu. Expliquer « l’évolution », c’était comprendre que Charles Darwin avait démontré que les plus forts ont survécu. Auguste Comte, les anthropologues Morgan et Tylor étaient convaincus que l’humanité était passée par les étapes du développement de l’enfant pour aboutir à la consécration : l’Homme européen. Je pourrais parler aussi de Freud pour qui le terme « hystérie » provient du latin « utérus », une maladie de bonne femme en chaleur. Nous, les mecs roses, n’avons plus cette conception de la femme (Richard Langelier nonobstant qui se permet de chantonner, à l’occasion : « Mais pour l’amour, on ne demande pas aux filles d’avoir inventé la poudre » sachant que les femmes disent aussi : « les mecs ne sont pas tous des 100 watts »).

    Je viens de retourner à votre commentaire, Koval. C’est une citation de Popper. OK! Pour lui, une proposition qui lève plus haut que : « the table is on the floor » est abstaite. Donc tout est faux, chez Platon, Aristote, Hegel et Marx, comme il le prétend dans « La société ouverte et ses ennemis ». On se calme. Par contre, ce que vous nous apprenez dans votre billet sur les événements qui se passent en Hongrie illustre, à mon avis, que la Pax americana qui a triomphé lors de la Guerre froide ne nous donne pas une humanité aussi harmonieuse que celle que nous présentent Fukuyama et Huttington http://fr.wikipedia.org/wiki/Samuel_Huntington . Je ne me réjouis pas de ce qui se passe en Hongrie, tant s’en faut.

    Je suis indépendantiste depuis 1964. J’ai toujours hésité à utiliser le terme « nationalisme ». J’ai entendu une fois Lionel Groulx à la télévision et j’ai failli devenir trudeauiste. Par contre, lors de la campagne référendaire de 1995, quand Jean-Louis Roux dénonçait le nationalisme québécois, je réalisais qu’il défendait le nationalisme canadien.

    Alors Koval, je vous envie d’être mathématicienne, discipline où tout fonctionne par consensus, alors que nous pauvres « social scientists » sommes condamnés à nous creuser l’esprit, pour définir les mots 😦

    J'aime

  8. 7 janvier 2012 21 h 55 min

    Richard

    Je vous avoue bien humblement que je n’ai pas lu Marx ni Hegel, j’ai lu souvent des textes qui en parlaient cependant, je connais aussi plus de Popper son coté scientifique.

    « Par contre, ce que vous nous apprenez dans votre billet sur les événements qui se passent en Hongrie illustre, à mon avis, que la Pax americana qui a triomphé lors de la Guerre froide ne nous donne pas une humanité aussi harmonieuse… »

    Exact! En fait, l’Europe de l’Est n’y trouve vraiment pas son compte…

    « Alors Koval, je vous envie d’être mathématicienne, discipline où tout fonctionne par consensus »

    Ah! Je dirais plutôt « preuves formelles » que « consensus »!

    J'aime

  9. 8 janvier 2012 21 h 19 min

    Intéressant l’article que tu as mis en mise à jour! Cela explique mieux le contexte de son arrivée au pouvoir, même si cela ne le rend pas plus sympathique…

    J'aime

  10. 8 janvier 2012 23 h 04 min

    Oui, c’est vraiment un très bon papier, dommage que je ne l’aie pas lu avant d’écrire mon billet, ça m’apprendra à être trop dernière minute!

    J'aime

  11. 8 janvier 2012 23 h 17 min

    Moi, c’est le contraire, j’écris parfois mes billets trop en avance!

    J'aime

  12. 9 janvier 2012 5 h 13 min

    «ça m’apprendra à être trop dernière minute!«

    «j’écris parfois mes billets trop en avance!«

    Et Nicolas qui se situe entre vous deux. L’équilibre parfait est là, belle équipe!

    J'aime

  13. 9 janvier 2012 5 h 16 min

    Houps, c’est vrai, le billet de Nicolas n’est pas encore publié. 😯 😉

    J'aime

  14. 12 janvier 2012 18 h 51 min

    Ça brasse pour la Hongrie!

    Le FMI et l’Unnion européenne font des pressions pour contrer ses politiques…

    «Le premier ministre hongrois Viktor Orban a affirmé jeudi que son gouvernement était prêt à accepter une modification de sa politique en contre-partie d’un accord de financement international.

    M. Orban répond ainsi à la Commission européenne, qui a menacé mercredi de traîner Budapest en justice si rien n’était fait pour modifier une série de lois récemment votées, considérées comme contraires aux principes démocratiques. Ces nouvelles lois pourraient entre autres porter atteinte à l’indépendance de la justice et de la banque centrale du pays.»

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2012/01/12/013-hongrie-politique-difficultes-economiques.shtml

    Les journaux européens sont encore bien plus virulents!

    La Hongrie doit être exclue de l’Union européenne
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/230190-la-hongrie-doit-etre-exclue-de-l-union-europeenne.html

    Et, il y en a plein comme ça…

    J'aime

  15. 12 janvier 2012 19 h 32 min

    C’est certain que la Hongrie va faire entendre parler d’elle en 2012,

    C’est drôle de voir que les préoccupations ne sont que financières! Comme dit le deuxième article, toutes les atteintes contres les droits, les relents d’antisémitismes, c’est pô grave!

    J’en ai pas parlé mais il y a un parti encore plus à droite que le parti d’Orbàn, le Jobbik, un parti encore plus virulent qui a obtenu environ 16% des votes à coté du Fidesz…alors la situation sociale m’inquiète plus que les quelques piasses que le FMI pourrait perdre!

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_pour_une_meilleure_Hongrie

    J'aime

  16. 12 janvier 2012 20 h 28 min

    « Le premier ministre hongrois Viktor Orban a affirmé jeudi que son gouvernement était prêt à accepter une modification de sa politique en contre-partie d’un accord de financement international. »

    Le chat sort du sac!

    J'aime

  17. Nicolas permalink
    13 janvier 2012 18 h 39 min

    J’adore ce genre de nouvelles.

    «Parfois, ça aide d’avoir des talents de comédien. Surtout quand on vit sous une dictature et que les autorités vous demandent de pleurer le «chef suprême de la république populaire», après son arrêt cardiaque. Pour ne pas avoir eu ce talent, des citoyens nord-coréens ont été condamnés à six mois de travaux forcés dans des camps réservés aux «ennemis du peuple», révèle le Daily NK, un journal établi chez le voisin du sud et consacré à l’actualité nord-coréenne.»

    http://www.lematin.ch/monde/asie-oceanie/Ils-nont-pas-assez-pleure-six-mois-de-travaux-forces/story/18141158

    J'aime

  18. 13 janvier 2012 19 h 13 min

    «Parfois, ça aide d’avoir des talents de comédien.»

    Quand je voyais ces images aux nouvelles, je disais chez moi qu’ils en mettaient pas mal. Je ne croyais pas avoir raison à ce point!

    J'aime

  19. 13 janvier 2012 19 h 21 min

    Moi, je le savais, c’est pour ça que j’ai pleuré beaucoup! 😉

    J'aime

  20. 16 janvier 2012 21 h 21 min

    Un bon éditorial de Serge Truffaut dans le Devoir de ce matin. L’article est cadenassé, mais je l’ai trouvé sur Vigile…

    Le nationalisme hongrois – Le déraillement

    J'aime

Trackbacks

  1. Protègera nos foyers et nos droits! «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :