Skip to content

Le cercle huileux

8 février 2012

Les sables bitumineux albertains ont mauvaise presse. Fréquemment citée parmi les activités industrielles les plus polluantes au monde, cette forme d’extraction pétrolière cause de profonds dommages à l’environnement, malgré les vigoureuses dénégations de ses promoteurs.

Face à cette situation, l’industrie pétrolifère se retranche derrière un argument qu’elle juge inattaquable : le pétrole canadien serait « éthique ». Farfelu à première vue, ce concept a été développé par le polémiste Ezra Levant, auteur d’un livre appelé Ethical Oil: The Case for Canada’s Oil Sands (2010 : McClelland & Stewart). Levant y défend l’industrie des sables bitumineux en insistant sur leur origine, le Canada, pays démocratique, alors que la majorité des pays exportateurs sont des dictatures. Il qualifie d’hypocrites quiconque critique l’industrie pétrolière canadienne, puisqu’ils acceptent de consommer du pétrole produit en Arabie Saoudite ou au Nigeria.

Cet argument particulièrement faible vole en éclat dès qu’on y regarde d’un peu plus près. Parmi les principaux investisseurs de l’industrie des sables bitumeux se trouvent de grandes entreprises chinoises, soutenues par leur gouvernement.

U.S.and Canadian companies have dominated Alberta’s oil sands for decades. Now, though, Chinese firms are rushing to snap up Canadian oil sands resources and invest in ongoing projects – to the tune of $15 billion in the past 18 months in Alberta alone.

La Chine étant une démocratie respectueuse des droits individuels (hum), il n’y a donc aucune entorse éthique si on accepte leurs milliards pour financer l’extraction pétrolière. C’est aussi l’avis du gouvernement conservateur canadien, qui vient tout juste de signer avec Pékin un accord sur les investissements qui garantit que la manne ne se tarira pas.

Donc, le pétrole peut être qualifié « d’éthique » en fonction de sa provenance, mais pas de sa destination, ni de ceux qui y investissent, ce qui laisse croire que certains confondent « éthique » et « malhonnêteté». Défendue par un puissant lobby, cette magouille rhétorique tente maladroitement de récupérer un concept cher à ses adversaires en le détournant de son sens véritable. La vérité n’est ici d’aucun intérêt, il y a du pognon à faire !

Stephen Harper et son gouvernement nous confirment jour après jour à quel point ils sont inféodés à l’industrie des sables bitumineux, envers laquelle ils font preuve d’une obséquiosité écœurante. Ils traînent tout le pays dans une boue infecte composée des résidus produite par cette industrie.

Publicités
17 commentaires leave one →
  1. 8 février 2012 19 h 32 min

    Que veux-tu, ce sont les tics de Harper…

    Sur le sujet, j’avais bien aimé cet article d’Hélène Buzetti. Le titre est éloquent!

    Sables bitumineux – Du pétrole sale, éthique ou… hypocrite?

    J'aime

  2. 8 février 2012 21 h 38 min

    Salut Nicolas

    Bon billet, en effet, l’étique bitumineux, c’est un drôle de concept assez foireux, merci pour ce billet court mais bien documenté!

    J'aime

  3. 9 février 2012 5 h 42 min

    Je considère malgré tout le pétrole canadien comme étant préférable au pétrole saoudien ou nigérien, cependant, de nous faire croire qu’il s,agit d’un conte de fée, c' »est autre chose.

    J'aime

  4. 9 février 2012 7 h 08 min

    On a tellement ri de la go-gauche avec ses mouvements granos « achetez éthique », on achète tous nos gugusses « Made in Chine » depuis qu’on est tout petit et là! Oups! Tout d’un coup,le pétrole Musulman, c’est non éthique! Ben oui! Il arrive beaucoup de ses hasards curieux ces temps-ci quand il s’agit de Pays musulmans…

    J'aime

  5. 9 février 2012 18 h 24 min

    Et pendant ce temps, Harper est en Chine pour faire guili-guili aux Chinois qu’il accusait il n’y a pas longtemps de ne pas respecter les droits humains!

    Protéger les investissements, c’est pas mal plus important pour lui que de protéger des humains et l’environnement.

    «Cet Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) assure notamment aux investisseurs étrangers qu’ils recevront un traitement aussi favorable que celui réservé aux investisseurs nationaux.»

    «Les deux pays entendent ainsi coopérer dans les secteurs de l’énergie, des ressources naturelles, de l’éducation, de la science, de la technologie et de l’agriculture.»

    «Nous sommes aussi fiers de poursuivre un dialogue franc et respectueux sur les droits de la personne et la primauté du droit», a souligné le premier ministre Harper.»

    C’est ça, l’éthique!

    Accord sino-canadien sur la protection des investissements

    J'aime

  6. 9 février 2012 18 h 26 min

    Me semble que j’avais écrit quelque chose qui allait dans le même sens, il n’y a pas longtemps:

    Je débutais par une citation du grand philosophe David Citron: Le pétrole vénézuélien contient de la censure, le pétrole saoudien contient des lapidations, le pétrole iranien contient de l’antisémitisme, le pétrole russe contient de la répression et le pétrole albertain contient… de la démocratie !

    Ce que moi j’en dis: « Une fois vendu à un régime qui pratique la torture et viole les droits fondamentaux, le pétrole canadien conserve-t-il son caractère éthique? [1]

    Une fois vendu à un régime qui par son véto interdit toutes sanctions et interventions en Syrie, le pétrole canadien ne doit-il pas être désormais considéré taché de sang, au même titre que le pétrole saoudien?

    […] La différence, c’est que pour faire une piasse, Bachar al-Harper est prêt à toutes les bassesses. Mais l’aimable dretteux de votre voisinage ne va quand même pas lever le nez sur une piasse qui sent le sang.

    Bachar al-Harper? La Chine cautionne Bachar al-Assad. En acceptant d’alimenter l’économie chinoise avec du pétrole canadien, Harper cautionne la Chine qui cautionne la Syrie.

    Harper a donc les mains sales… Pour un bonhomme qui se veut « Israel’s best friend », ça fait un peu dur, rapport que la Syrie est le laboratoire de l’Iran dont le leader Amhadinejad est censé vouloir éradiquer Israël.

    L’éthique élastique: http://papitibi.wordpress.com/2012/02/07/de-lelasticite-de-la-notion-de-petrole-ethique/

    J'aime

  7. 9 février 2012 21 h 51 min

    Vu sur facebook :

    J'aime

  8. 11 février 2012 13 h 05 min

    Toujours aussi cohérent notre premier ministre !

    «Le premier ministre Stephen Harper s’est éloigné des hautes sphères politiques de Pékin, hier, pour prendre le chemin de la capitale industrielle de la Chine, où il a tenu des propos un peu plus corsés relativement aux droits de la personne et à l’exportation de pétrole.

    Mais les critiques les plus vives qu’il a formulées lors du discours prononcé pour donner le coup d’envoi à sa visite de quatre jours dans la région ne visaient pas le bilan de l’Empire du Milieu en matière de droits de la personne. M. Harper a plutôt choisi de s’en prendre aux environnementalistes et de vanter les mérites du pétrole canadien.»

    Mission en Chine – Harper parle de pétrole et de droits de la personne

    J'aime

  9. 11 février 2012 21 h 14 min

    @Darwin

    Faut vraiment être timbré!

    J’ai « emprunté » cette trouvaille, et j’en ai fait deux images transgéniques, que l’on retrouve ici, avec quelques détails techniques: http://papitibi.wordpress.com/a-laffiche/mes-entetes-2-2012/

    J'aime

  10. 11 février 2012 21 h 19 min

    @Darwin
     » Mais les critiques les plus vives qu’il a formulées … »

    = = =

    Parions que Stiphune va nous refaire le coup du retrait de Kyoto par son minus de l’enviRonne Fournier : il va attendre son retour à Calgary (ou Ottawa) pour critiquer le Chine de manière un peu plus virile.

    Si au moins il avait pu s’acheter une canne de courage « made in China » pendant son séjour!

    J'aime

  11. 11 février 2012 21 h 54 min

    Dans le fond, faut être courageux pour parler du pétrole éthique et du danger des terroristes environnementaux sans avoir le fou rire!

    J'aime

  12. Mathieu Lemée permalink
    12 février 2012 0 h 05 min

    @Darwin et patibi

    Le beau Harpeur, en retour de son pétole éthique, a reçu deux pandas en cadeaux de la Chine. Est-ce que ça veut dire qu’il va les exhiber pour nous montrer sa sensibilité à la nature et à l’environnement, surtout que le Panda est une espèce en voie de disparition? (L’image, Gratton!!! L’Image!)

    La question se pose.

    J'aime

  13. 12 février 2012 0 h 31 min

    «surtout que le Panda est une espèce en voie de disparition»

    Ce n’est qu’un prêt! En échange de pétrole éthique? 😉

    J'aime

  14. Mathieu Lemée permalink
    12 février 2012 1 h 11 min

    @Darwin

    Oui, j’ironisais sur le symbole de ce que ce cadeau en forme prêt représente.

    C’est un défaut chez moi, j’aime taquiner. 😉

    J'aime

  15. 12 février 2012 1 h 43 min

    Est-ce un défaut? Tout dépend comment on le fait. Par écrit, sur les blogues, il faut faire attention, comme avec l’ironie. Ce n’est pas facile, on se fait souvent mal interpréter. Mais, il ne faut pas lâcher! 😉

    J'aime

  16. Mathieu Lemée permalink
    12 février 2012 1 h 55 min

    @Darwin

    Effectivement, ça ne fonctionne jamais à tous les coups, car personne n’interprète de la même façon. N’empêche que quand j’ai vu les pandas aux nouvelles, je n’ai pas pu m’empêcher de rire des circonstances dans lesquelles ce « prêt » a été fait à notre Stéphane 1er.

    J'aime

  17. 12 février 2012 2 h 33 min

    Je pense qu’on dit la même chose… J’ai répété votre gag car j’avais lu trop vite! 😳

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :