Skip to content

Sandoz s’en occupe si bien

10 mars 2012

Ce matin, dans la Presse, je suis tombée sur cet article d’Ariane Lacoursière intitulé: « Pénurie de médicaments: les hôpitaux sur le qui-vive« . J’y ai appris plusieurs choses intéressantes, en voici le point central:

«L’usine de Sandoz Canada, à Boucherville, fournisseur principal de plusieurs médicaments injectables pour les hôpitaux québécois, avait dû ralentir la production de certains d’entre eux à la mi-février. Des inspecteurs de la Food and Drug Administration (FDA) avaient relevé des «violations importantes» dans les normes de production de l’usine, forçant la pharmaceutique à apporter des correctifs.

Puis, un incendie a éclaté dans l’usine dimanche dernier, compliquant encore plus la situation. Cette semaine, Sandoz a annoncé qu’elle devait cesser complètement la production des quelque 235 médicaments génériques qu’elle produit, le temps de nettoyer les dégâts. La production reprendra partiellement dans la semaine du 12 mars.»

Incroyable, mais vrai…

Comme nous savons, la  santé est une compétence provinciale, mais la réglementation de l’industrie des médicaments relève du  fédéral. Pour être administré à un patient, un médicament doit d’abord être homologué par Santé Canada.

Le problème central est que Sandoz Canada a le quasi-monopole de la vente de médicaments injectables au pays.

Les médicaments touchés comptent parmi les plus essentiels en milieu hospitalier, ils sont utilisés pour les soins critiques et la chirurgie. Ça va de la morphine aux antibiotiques en passant par les médicaments fréquemment utilisés en oncologie, rien de moins.

Le gouvernement Harper ainsi que ses prédécesseurs ne semblent pas avoir prévu de solution de rechange en cas de pépins. On assiste alors à un cafouillage extraordinaire. Ils  ne connaissent pas les fournisseurs de médicaments de remplacement qui pourraient aider à traverser cette crise; ils ignorent de surcroit la capacité de production de ces fournisseurs;  ils n’ont pas dressé, à travers les médicaments à risque de rupture, la liste des médicaments prioritaires, etc. etc… on pourrait noircir autant qu’on veut le tableau de l’incompétence. Ajoutons à cela que le temps presse, et qu’il y a un processus d’homologation complexe qui prend habituellement quatre mois, délais pouvant être compressés mais non ignorés. S’il y a rupture, il faut aussi déterminer un plan de partage inter provincial dans histoire de gérer les stocks et les priorités en situation de rareté. Rien n’a été pensé à ce chapitre, donc là aussi, les risques de cafouillage peuvent survenir si Sandoz n’arrive pas à régulariser la situation à brève échéance.

Il s’avère aussi que la pharmaceutique en question ne collabore pas tellement bien; en effet, la ministre de la Santé à Ottawa, Leona Aglukkaq s’est plainte du manque de transparence de Sandoz. En cachant l’information sur les produits frappés par la pénurie, l’entreprise a aggravé l’urgence de la situation. Les pharmaciens avaient sonné la sonnette d’alarme à cet effet à la fin février.

À Québec, rien de plus réjouissant, le ministre Bolduc semble négligeant, rien de concret n’a été entamé pour tenter de parer aux les conséquences potentielles graves de la crise. On parle d’improvisation totale.

«En réaction au dossier Sandoz, l’Ordre des pharmaciens a demandé au gouvernement d’adopter un règlement pour contraindre les sociétés pharmaceutiques à annoncer les pénuries dès qu’elles sont pressenties. L’Union européenne a déjà de telles dispositions. M.Legault et Mme Maltais estiment qu’il s’agit d’une solution pertinente que le gouvernement devrait adopter pour éviter d’autres crises.»

Notons que jusqu’à présent, les victimes se font peu nombreuses, mais si cet état perdurait, ne serait-ce que quelques semaines encore, cela pourrait occasionner plusieurs drames dans nos hôpitaux. La sécurité de plusieurs malades est sérieusement compromise bien qu’on arrive encore à bricoler quelques solutions de rechange.

En attendant, interdiction de morphine pour pitou et min0u!

Tout cela m’en apprend beaucoup sur notre système de santé, voilà quelques questions et réflexions qui me viennent à l’esprit devant ce cirque.

1-Comment se fait-il que Sandoz soit devenu un quasi-monopole dans la fabrication de médicaments qui déterminent rien de moins que la vie ou la mort des malades ?

2-Comment se fait-il que des violations importantes dans le processus de fabrication de médicaments aient été découvertes par la FDA et non pas par des inspecteurs de Santé Canada ?

3-Comment se fait-il qu’après avoir consenti ce quasi-monopole, l’État n’ait pas imposé en échange certaines règles de transparence ou obligé une règlementation afin de la rendre au moins un peu responsable?

4-C’est une bien étrange de coïncidence ce feu ravageant l’usine de Sandoz tout de suite après qu’elle eût été trouvée coupable de violations importantes dans son processus de fabrication…

5-Je me demande si on saura un jour de quelles violations il s’agissait au juste, il me semble qu’on est en droit de savoir?!

6-C’est tellement bien mené quand ça l’est par un bon monopole privé, non redevable de ses actions, fantasme de nos conservateurs et  libéraux!

7-Un Québec souverain avec Pharma-Québec, qu’en dites-vous?

Références

Santé Canada tente d’accélérer l’importation
L’Outaouais, seule victime pour le moment

Publicités
38 commentaires leave one →
  1. 10 mars 2012 13 h 15 min

    «Je me demande si on saura un jour de quelles violations il s’agissait au juste, il me semble qu’on est en droit de savoir?!»

    J’ai trouvé plusieurs articles sur le sujet. Par exemple :

    Des pratiques déficientes chez Sandoz Canada, selon la FDA

    Et, tu as bien raison de déplorer le manque de transparence de Sandoz, tu n’es pas la seule!

    Sandoz accusée de manquer de transparence

    Finalement, en cherchant ces articles, j’ai trouvé la lettre en question (ou une des lettres?)

    http://www.fda.gov/ICECI/EnforcementActions/WarningLetters/ucm281843.htm

    «Un Québec souverain avec Pharma-Québec, qu’en dites-vous?»

    🙂

    J'aime

  2. koval permalink*
    10 mars 2012 14 h 26 min

    Merci! Au moins on peut connaître ces manquements…contamination microbiologique, très rassurant….le privé fait tellement les choses parfaitement… 😉

    J'aime

  3. 10 mars 2012 17 h 17 min

    C’est ton comment se fait-il #2 que je trouve gênant. Une agence d’un pays étranger vient chez toi faire la job que t’es pas capable de faire. Laisse-moi te dire que tu as l’air fou en criss.

    En tout cas, j’espère qu’il n’y aura pas de mort et de souffrances causées par leurs incompétences.

    J'aime

  4. koval permalink*
    10 mars 2012 18 h 40 min

    Yves

    C’est vrai que Sandoz est américain, il y a peut-être des ententes entre les deux pays….Il me semble que Santé Canada délègue un peu trop cependant….

    Cela dit, il me manque peut-être d’informations mais à première vu, cela semble préoccupant, comme tu en fais mention…

    J'aime

  5. koval permalink*
    10 mars 2012 18 h 54 min

    Ah! Yves!

    J’ai trouvé la chose suivante:

    Notons que Santé Canada a accordé une «cote satisfaisante» à l’usine Sandoz de Boucherville en ce qui a trait aux pratiques de fabrication, à la suite d’une inspection menée en février dernier. C’est la FDA qui a relevé des «violations importantes» de ses normes de fabrication. Santé Canada affirme que les préoccupations de la FDA concernent un produit, la testostérone 200 mg/ml, qui n’est pas vendu au Canada.

    Donc Santé Canada avait trouvé tout cela satisfaisant, la FDA a fait cesser la production!

    C’est à la toute fin de cet article…donc la réponse à ma question 2, c’est l’incompétence de Santé Canada!

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201203/07/01-4503188-sante-canada-tente-daccelerer-limportation.php

    J'aime

  6. 10 mars 2012 19 h 29 min

    «Donc Santé Canada avait trouvé tout cela satisfaisant, la FDA a fait cesser la production!»

    Selon la citation, la cote de Santé Canada ne concernait que le fonctionnement général de l’usine, tandis que la FDA examinait plus à fond le processus pour un produit en particulier qui était exporté dans leur pays. Cela dit, il est de fait inquiétant que les conytôles de Santé Canada soient aussi laxistes. J’ai bien peur que cela ne s’améliorera pas avec toutes les compressions prévues au cours des prochaines années. Les inspecteurs des viandes craignent aussi les effets de ces compressions.

    «L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) prévoit déjà des compressions budgétaires de 21,5 millions, ce qui se traduirait par la perte de 234 emplois.»

    Je n’ai pas vu l’équivalent pour Santé Canada, mais c’est clair qu’il y aura des compressions là aussi. J’ai quand même trouvé ça.

    «Il a toutefois prédit, en se basant sur les premières coupes effectuées, que des compressions viseront l’Agence du revenu, les Travaux publics, les Ressources humaines, Santé Canada, les Pêcheries, les Affaires étrangères, les Affaires autochtones et le personnel civil de la Défense.»

    On en saura plus dans les jours qui suivront le dépôt du budget, à la fin mars.

    J'aime

  7. 10 mars 2012 20 h 40 min

    On n’est pas sorti du bois…

    Des extraits du budget fédéral dévoilés

    J'aime

  8. 10 mars 2012 21 h 14 min

    Koval et Darwin.

    Merci pour ce surplus d’informations.

    Si j’ai bien compris, c’est une chance pour nous que Sandoz vendait aussi certains produits au USA et c’est à espérer que nos usines de viandes, de poissons… fassent des affaires avec nos voisins pour qu’on puisse espérer un certain contrôle de qualité.

    Une vrai république de bananes, c’est comme ça qu’il s’en vient le Canada. La preuve, après les coupures annoncées dans les Affaires étrangères c’est nos voisins étrangers qui vont venir s’occuper de nos affaires étrangères.

    Ah oui! C’est vrai, ça fait longtemps que c’est fait ça.

    Je suis tanné d’avoir l’air d’une banane! Un Québec souverain qu’en dites-vous?

    J'aime

  9. koval permalink*
    10 mars 2012 22 h 01 min

    Faudra leur faire relire l’article du Devoir où les agences menacent les conservateurs d’abaisser la cote du Canada s’ils s’excitent trop dans l’austérité!

    Une analyste chez Fitch s’est faite encore plus directe. «Vous n’avez pas à avaler une si grosse pilule si vous n’êtes pas malade»

    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/342755/le-choix-de-l-austerite-fitch-et-moodys-critiquent-ottawa

    J'aime

  10. 10 mars 2012 22 h 54 min

    @ Koval

    «Une analyste chez Fitch s’est faite encore plus directe. «Vous n’avez pas à avaler une si grosse pilule si vous n’êtes pas malade»

    Ouais, d’ailleurs après ça, Flaherty a prétendu que son budget serait modéré.

    «Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, affirme que son prochain budget ne sera ni austère, ni draconien.»

    À lire l’article que j’ai mis en lien plus tôt, il est clair que Flaherty et nous n’avons pas la même vision de la modération…

    @ Yves

    «c’est à espérer que nos usines de viandes, de poissons… fassent des affaires avec nos voisins pour qu’on puisse espérer un certain contrôle de qualité.»

    Je n’avais jamais envisager cet avantage aux exportations! 😉

    J'aime

  11. 10 mars 2012 23 h 08 min

    @ Yves

    «Un Québec souverain qu’en dites-vous?»

    Dans ce contexte, une texte (et un livre!) pour toi :

    Jean-Claude Germain, grand agitateur de l’histoire

    Nous étions le nouveau monde
    Tome 2: Le feuilleton des premières
    Jean-Claude Germain
    Hurtubise
    Montréal, 2012, 307 pages

    J'aime

  12. 11 mars 2012 14 h 09 min

    Ce n’est pas un monopole privé, c’est un monopole étatique géré par une corporation privée.

    Ceci dit, il s’agit du pire type de monopole qui soit!

    J'aime

  13. koval permalink*
    11 mars 2012 14 h 16 min

    N-O-N , non!

    T’es dans le champs, profites-en pour me cueillir un beau bouquet de marguerites en retard pour la journée de la femme!

    Tu vois de l’État dans tout, tu t’en viens un bon ptit libertarien bien soumis, lâche-pas!

    J'aime

  14. 11 mars 2012 16 h 02 min

    Et qui permet à un tel monopole de subsister?

    Je vais garder ce bouquet de fleurs pour les femmes qui seront affectés par la hausse de frais de scolarité, pour les infirmières qui se font écoeurer par leurs patrons et pour les femmes qui veulent continuer de pouvoir se faire avorter, bref de vraies causes féministes…

    J'aime

  15. koval permalink*
    11 mars 2012 16 h 15 min

    Ben maintenant que t’as tout mélangé, il ne sera plus possible de discuter…et c’est une très bonne chose, il fait beau dehors!

    un monopole étatique, Sandoz, qui l’eût cru à part toi… 😆

    J'aime

  16. 11 mars 2012 16 h 27 min

    «un monopole étatique, Sandoz»

    Le monopole étatique serait Pharma-Québec et, malheureusement, le gouvernement actuel ne veut pas le former, préférant les monopoles privés, tellement plus efficaces selon lui, comme la situation actuelle nous le démontre éloquemment!

    J'aime

  17. 11 mars 2012 16 h 29 min

    Sandoz est un gestionnaire et un profiteur privé d’un monopole étatique.

    J'aime

  18. 11 mars 2012 16 h 30 min

    Pharma-Québec serait un monopole étatique géré par l’État. Bref, ce serait moins pire que ce monopole soi-disant « privé ».

    J'aime

  19. 11 mars 2012 16 h 33 min

    Et même quand je dis « corporation privée » (ce qui est différent d’un entreprise enregistrée, qui est généralement vraiment privée), je commets un abus de langage. Par définition, une corporation est une créature étatique.

    J'aime

  20. 11 mars 2012 17 h 17 min

    «Par définition, une corporation est une créature étatique.»

    Comme Power Corporation… et le dépanneur du coin! Disons pour simplifier que nous n’accordons pas le même sens au mots…

    J'aime

  21. 11 mars 2012 18 h 28 min

    Certains dépanneurs du coin sont des vraies entreprises privées.

    J'aime

  22. 11 mars 2012 19 h 33 min

    C’est quoi cette tache rouge?

    J'aime

  23. 11 mars 2012 19 h 44 min

    «Certains dépanneurs du coin sont des vraies entreprises privées.»

    Selon votre définition, je ne vois pas comment. Si «une corporation est une créature étatique.», tandis que l’État ne les crée pas mais ne fait que justifier leur création faite par des individus (ou d’autres personnes morales), Il en est de même des dépanneurs qui ne peuvent exercer leurs activités légalement sans l’aval de l’État.

    Cet échange est un peu ridicule…

    J'aime

  24. youlle permalink
    11 mars 2012 21 h 20 min

    « 7-Un Québec souverain avec Pharma-Québec, qu’en dites-vous? »

    Il faudrait aussi tenir compte que ce Pharma-Québec n’aurait pas de profit à payer ni de publicité qui elle seule est entre 30 et 40% du coût des médicaments.

    Ce pourrait-il qu’une grande partie des médicaments nous reviennent à 50% du prix?

    J'aime

  25. youlle permalink
    11 mars 2012 21 h 50 min

    « La production reprendra partiellement dans la semaine du 12 mars.» »

    C’est demain!

    Dans un document du Gouvernement envoyé à l’ordre des infirmière on parle de quelque mois avant le retour à la normale.

    J'aime

  26. 11 mars 2012 22 h 19 min

    «Dans un document du Gouvernement envoyé à l’ordre des infirmière on parle de quelque mois avant le retour à la normale.»

    La production recommence demain, mais pas pour tous les produits et pas suffisamment pour satisfaire à la demande…

    J'aime

  27. koval permalink*
    12 mars 2012 8 h 50 min

    J’ai eu envie de parler de médecine de brousse dans mon texte, ce matin dans la presse, on parle de Québec comme du tiers monde du médicament,…..

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201203/11/01-4504540-le-quebec-risque-de-devenir-le-tiers-monde-du-medicament.php

    J'aime

  28. koval permalink*
    12 mars 2012 15 h 15 min

    Pourquoi pas pharma Québec, se demande ce médecin!

    Çe me fait un ami de plus 😉

    http://www.ledevoir.com/societe/sante/344801/lettres-pourquoi-pas-pharma-quebec

    J'aime

  29. 12 mars 2012 16 h 00 min

    C’est une médecin, endocrinologue…

    Elle a aussi écrit cela, il n’y a pas longtemps. Dans ce cas, elle est moins mon amie…

    http://www.ledevoir.com/societe/education/344315/lettres-un-compromis-ca-vous-dit

    J'aime

  30. koval permalink*
    12 mars 2012 19 h 38 min

    En tout cas, elle a l’air très amie avec le Devoir!

    J'aime

  31. Richard Langelier permalink
    14 mars 2012 12 h 49 min

    @ Koval et Darwin

    Ce que j’ai compris de la lettre de Jana Havrankova, c’est qu’on pouvait créer Pharma-Québec sans se « botherer » [1] [2] du programme de Québec solidaire. J’applaudis sa proposition de créer Pharma-Québec, tout comme j’applaudis la proposition de Pauline Marois de remplacer l’impôt santé à taux unique du gouvernement Charest, par l’ajout de deux paliers d’imposition pour les particuliers. Dans le cas de Jana Havrankova, j’ai lu sa lettre proposant un « compromis » sur la hausse des frais de scolarité universitaires, une espèce de clause orphelin. [3] Il faudrait vraiment que Pauline Marois fasse un virage important pour qu’un effort supplémentaire de l’impôt des particuliers (par une réduction de leurs crédits d’impôt, par exemple) et des entreprises, pour que les personnes à revenus modestes voient leur sort amélioré.

    Un jour, ma mère avait écrit dans l’hebdo régional : « Depuis que je suis dans la région [4], j’ai fait publier la naissance de mes 5 enfants. Aujourd’hui, je vois que L’Union des Cantons de l’Est publie des photos de danseuses nues (à l’époque, c’était topless) comme publicités, photos qui dégradent le corps de la femme. Je suis déçue… » Une cousine croisée qui était responsable d’un Centre de femmes avait appuyé ma mère. En prenant une grosse bière, je lui avais dit : « La semaine prochaine, ma mère écrira sans doute une lettre pour réclamer la recriminalisation de l’avortement ». Cette cousine m’a répondu qu’elle s’opposerait alors à ma mère. Je suis resté bouché. J’ai calé ma bière et j’ai changé d’hôtel. Je ne lui ai parlé qu’après la petite réception après les funérailles de ma mère.

    Alors voilà, être d’accord avec Jana Havrankova et Pauline Marois n’est pas un péché, lorsqu’elles disent des choses intelligentes. 😉
    [1] J’ai toujours aimé rechercher l’origine des expressions du franco-québécois. (N’ayez crainte, Darwin, je ne tente pas d’utiliser des arguments étymologiques!) Je laisse aux linguistes les débats quasi-langue, créole, etc. Cependant savoir comment on a pu passer de « muscle » en anglais à « la mosselle » m’intriguera toujours. « Ma porte de shed » de Plume me fait vibrer, mais je ne considère pas qu’on puisse rédiger une thèse de doctorat en franco-québécois.
    [2] Joan Robinson http://fr.wikipedia.org/wiki/Joan_Robinson appréciait l’apport du livre II du Capital de Marx, mais pas la « métaphysique de la théorie de la valeur travail ». Elle n’avait pas tort en tant qu’économiste (si on croit qu’une science économique peut exister), mais elle ratait le plaisir d’étudier l’historicité des sciences sociales.
    [3] Je suis toujours estomaqué lorsque je réalise que les mêmes personnes qui condamnaient les travailleurs en grève ou lock-out parce qu’on leur demandait d’accepter une diminution de salaire, acceptaient après 6 mois une diminution moindre, si la convention collective acceptait que les nouveaux employés aient une rémunération plus basse, appuient Rio Tanto Alcan qui aurait droit de faire la même chose grâce à la sous-traitance
    [4] Elle disait toujours : « Vous n’avez pas d’expressions particulières dans les Bois-Francs, sauf : il y a gros du monde ». Ça faisait bizarre de réaliser qu’elle se sentait aussi étrangère à la négation de sa négation. Je n’ose imaginer ce qu’elle aurait pensé si nous avions vécu entre la 9 et le fleuve. Les plus futés d’entre vous découvriront mon mensonge, puisque la Trans-canadienne n’existait pas entre Drummondville et Ste-Étienne de Lévis, car (Foglia me tapera sur les doigts) Duplessis disait que la voirie relevait des compétences provinciales.

    J'aime

  32. 14 mars 2012 13 h 47 min

    @ Richard

    «Alors voilà, être d’accord avec Jana Havrankova et Pauline Marois n’est pas un péché, lorsqu’elles disent des choses intelligentes. 😉 »

    Je suis d’accord. D’ailleurs, j’ai déjà écrit que j’appuyais le changement de direction de Pauline Maois, lorsqu’elle a annoncé l’ajout de deux paliers d’imposition. Si l’action de QS fait en sorte que d’autres partis adoptent certaines de ses positions, j’en serai toujours content, le résultat m’important bien plus que le véhicule qui le met en oeuvre. Cela dit, on me permettrait d’avoir un certyain doute sur sa véritable volonté de créer ces deux paliers. On verra (peut-être) ! Mais, déjà, cela a permis de légitimer cette position, ce qui n’est pas rien.

    Il en est de même de la potion de Jana Havrankova. Je n’ai pas contredit le «Ça me fait un ami de plus», mais simplement précisé qu’elle ne l’est pas tout le temps!

    J'aime

  33. Richard Langelier permalink
    14 mars 2012 15 h 03 min

    @ Darwin

    Je suis d’accord avec vous. Si jamais Pauline Marois remplaçait l’impôt santé par deux paliers d’imposition de plus pour les particuliers, elle aurait étiré l’élastique jusqu’au bout. Elle considère que le Québec ne produit pas suffisamment de richesses pour couvrir les besoins essentiels de toutes les personnes assistées sociales. Ce discours-là conduit à : « augmenter l’impôt des particuliers, c’est taxer l’effort ».

    Il semblerait que la baisse des intentions de vote pour Québec solidaire s’expliquerait par la création d’Option nationale. Expliquer 2 ou 3 points de pourcentage est toujours hasardeux. Chose certaine, convaincre les électeurs québécois qu’en déplaçant la partie du programme des infrastructures du gouvernement Charest dédiée à la construction de nouvelles routes (financé par des emprunts, ce qui est normal), vers le transport en commun, leur proposer de construire des HLM écologiquement, ce qui créerait de l’emploi, leur proposer de financer adéquatement le secteur communautaire pour que les ex-patients psychiatriques, les ex-détenus, etc., puissent participer à la société ne sera pas facile. Ce peut sembler déprimant, d’autant plus que chacun a sa position pointue sur la question nationale, mais il en sera ainsi pendant encore longtemps et le mode de scrutin proportionnel n’est pas à l’horizon.

    J'aime

  34. 14 mars 2012 16 h 45 min

    @ Richard

    «Il semblerait que la baisse des intentions de vote pour Québec solidaire s’expliquerait par la création d’Option nationale.»

    Certains disent ça, mais cela ne me convainc pas. D’une part, j’ai toujours de la difficulté à accepter que deux changements de stocks ne s’expliquent que par un seul flux (désolé du langage… 😉 ). Ensuite, les contacts que j’ai eus avec les gens de ON me laissent penser que jamais ils n’ont appuyé QS. Ils ressemblent plus à des péquistes impatients ou à des PIistes (ouch…) qui ont trouvé un meilleur véhicule. Cela dit, je n’exclus pas non plus que certains qui appuyaient QS aient pu être séduit par certains éléments identiques au programme de QS joint à un empressement indépendantistes plus élevé. Moi, au contraire, tout ce qui ressemble à une élection référendaire me répulse.

    Je pense plus que la baisse de QS dans les sondages résulte en premier lieu d’un retour au bercail de sympatisants historiques du PQ qui étaient déçus du cafouillage dans ce parti et de son virage à droite. Finalement, il y a de facteur Amir Khadir qui emmène beaucoup de monde à QS, mais pas toujours très attaché aux valeurs du parti. Son action contre l’entente Québécor-Labeaume avait par exemple fait monter les appuis à 15 %.

    Finalement, tout ce que j’ai écrit n’est peut-être que de la rationalisation de facteurs irrationnels davantage lié à la volatilité (ou au butinage) de l’électorat…

    «Expliquer 2 ou 3 points de pourcentage est toujours hasardeux»

    Ils sont souvent la résulante de plusieurs flux différents, j’insiste…

    J'aime

  35. 16 mars 2012 6 h 36 min

    Pas mal de lumière sur le sujet de la part d’une professeur de Sherbrooke.

    Libre opinion – Pénurie de médicaments : à qui la faute ?

    J'aime

  36. 4 avril 2012 7 h 29 min

    Même si on en parle moins, la crise sévit encore fortement:

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/04/02/004-medicaments-medecins-penurie.shtml

    Sans compter qu’ils vont finir par nous empoisonner!

    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/sante/201203/22/01-4508371-sandoz-rappelle-un-lot-de-57-000-fioles-de-morphine.php

    Le comble, c’est qu’ ils ne veulent pas trop parler aux journalistes….

    J'aime

  37. 4 avril 2012 8 h 34 min

    Vivement Pharma Québec!

    Pendant ce temps, l’Institut Fraser recommande de privatiser les régimes d’assurance médicaments!

    «Les auteurs pensent également que les provinces devraient remplacer les régimes d’assurance médicaments publics par des subventions proportionnelles aux revenus des citoyens afin qu’ils se procurent une assurance privée.»

    Heureusement, certains ont des propositions plus intéressantes…

    «Cette position est aux antipodes de celle de Québec solidaire qui déposera, demain à l’Assemblée nationale, une motion demandant une assurance médicaments universelle entièrement publique. Elle sera débattue en après-midi.»

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :