Skip to content

La richesse rend-elle moins honnête?

19 mars 2012

Quelques textes récents m’ont remis en mémoire un des sujets abordés dans le livre Freakonomics de Steven Levitt et Stephen Dubner. Les auteurs racontaient l’histoire d’un vendeur de bagels. Il avait installé des comptoirs sur tous les étages d’un immeuble commercial où il laissait tous les matins un certain nombre de bagels que les gens payaient en laissant disons 1 $ dans une boîte. En général, à peine plus de 10 % des bagels n’étaient pas payés, sauf à l’étage des gestionnaires où la proportion de bagels non payées étaient beaucoup plus élevée! Les auteurs concluaient d’une part que les gens sont en général honnêtes, mais, d’autre part, que les gestionnaires, bien plus riches, l’étaient beaucoup moins… ce qui expliquait peut-être leur richesse!

La moralité des riches

Un des textes qui m’ont rappelé cette petite histoire est un article du Devoir, Le petit crime organisé. Fabien Deglise y relate «une recherche sur les gens aisés qui auraient moins peur que les autres de sombrer dans le crime, de mentir, de tricher et de ne pas respecter autrui si cela peut les aider à conserver leur position d’élite et surtout si cela leur permet de protéger leurs intérêts économiques.»

Cette conclusion est tirée de six expériences où l’éthique des participants était testée. Les plus riches faisaient preuve de moins de civilité, étaient moins empathiques et moins altruistes, mentaient davantage et trichaient plus souvent.

«le tableau des élites dressé par Piff et son équipe n’est pas très réjouissant. Il s’expliquerait aussi par «une perception plus favorable de la cupidité» qui s’installe chez ceux qui grimpent les échelons sociaux et qui finissent par concevoir positivement l’odieux, peu importe ses conséquences.»

Disons qu’on ne tombe pas des nues face aux résultats de ces expériences…

Psychopathes…

Peu de temps après, j’ai lu ce billet de Gilles Bourque sur le blogue Oikos, dans lequel il relatait les résultats d’une enquête du Guardian, « The 1% are the very best destroyers of wealth the world has ever seen », titre qu’on peut traduire par « Les 1% les plus riches sont les plus grands destructeurs de richesse que le monde n’a jamais vus ».

Gilles Bourque résume ainsi les résultats de cette enquête :

«on constate que l’élite financière, celle qui se glorifie d’être dotée d’une intelligence et d’une expertise au-dessus de la moyenne (pour justifier leurs revenus injustifiables), serait dans les faits composée de psychopathes.»

«En faisant passer les mêmes tests à ces 39 dirigeants [gestionnaires séniors et de chefs exécutifs de grandes firmes britanniques] ainsi qu’à des patients d’un hôpital psychiatrique où sont enfermées des personnes coupables de crimes majeurs, les chercheurs ont trouvé que, sur plusieurs indicateurs psychotiques, les dirigeants battaient même les résultats des patients déjà diagnostiqués de problèmes de personnalités. »

Le texte original va même plus loin :

«(traduction maison) si vous avez des tendances psychopathes, mais êtes né dans une famille pauvre, vous êtes susceptible d’aller en prison. Si vous avez des tendances psychopathes, mais êtes né dans une famille riche, vous êtes susceptibles d’aller à une école de commerce.»

… et destructeurs de richesse

L’étude révèle aussi que la performance des conseillers financiers ne serait pas meilleure que celle d’une personne qui prendrait ses décisions au hasard. Elle conclut de diverses autres observations du même genre que notre société ne récompense pas les compétences les plus utiles à la société. Actuellement, on distingue de moins en moins le comportement des membres des classes supérieures, qu’ils soient rentiers (ceux qui vivent des gains en capital, intérêts et dividendes de leur épargne, richesse accumulée et placements) ou engagés dans la production de biens et services (travailleurs autonomes et salariés). Les dirigeants d’entreprises agissent comme des nobles, accaparant une part sans cesse croissante de la production et trouvant ça bien normal.

On dit souvent que ce sont les riches qui créent de la richesse grâce à leurs talents surhumains, tandis qu’ils s’enrichissent plus souvent qu’autrement au dépens de la nature et de la créativité et du travail des salariés. Lors de la dernière crise, on a vu à quel point ils ont été efficaces pour détruire de la richesse :

«(traduction maison) Les créateurs de richesse de la mythologie néolibérale sont parmi les destructeurs de richesse les plus efficaces du monde a jamais vus.»

Et alors…

Les auteurs prennent tout de même la peine de préciser qu’il ne faut pas conclure que tous les riches sont des psychopathes. Mais, il est clair que leur manque d’empathie et de sentiments altruistes correspond tout à fait à la tendance observée et analysée par Jacques Généreux dans son livre La dissociété, livre dont j’ai parlé à plusieurs reprises, notamment dans ce billet.

Les riches auraient simplement en moyenne atteint un niveau supérieur de dissociation, favorisant leurs intérêts personnels et étouffant leur altruisme. Quand un objectif de vie est de devenir riche, encore plus riche, peu importe l’environnement et les autres, doit-on s’en étonner?

Publicités
49 commentaires leave one →
  1. 19 mars 2012 5 h 01 min

    J’ai travaillé dans le public pratiquement toute ma vie et je n’aimais pas servir les riches.

    J’ai déjà travaillé dans le vestiaire d’un grand hôtel où avait lieu des réunions de toutes sortes. Tous les employés n’aimaient pas servir quand ils savaient que dans la soirée ils auraient affaire avec des gens très à l’aise. Huit fois sur 10 c’était eux qui laissaient le plus petit pourboire.

    Souvent un pauvre ou une personne de la classe moyenne me donnait un dollar, le riche lui c’était un beau 25 sous. Alors, je constate avec ce billet que cette pratique semble généralisé.

    «Quand un objectif de vie est de devenir riche, encore plus riche, peu importe l’environnement et les autres, doit-on s’en étonner?«

    Non! Mais ça fait chier!

    J'aime

  2. 19 mars 2012 5 h 10 min

    @ Yves

    «Souvent un pauvre ou une personne de la classe moyenne me donnait un dollar, le riche lui c’était un beau 25 sous.»

    Un autre témoignage à ajouter dans le dossier… Merci!

    J'aime

  3. youlle permalink
    19 mars 2012 11 h 36 min

    « La richesse rend-elle moins honnête? »

    Mon expérience me dit de répondre oui.

    Un cas particulier qui n’est pas l’exception.

    Une connaissance qui avait une petite entreprise avec un employé s’est fait dire un jour par sa banque « vends tel % dans le noir ou tu vas sauter ». Scrupuleux sur ce genre de choses il a fini par le faire avec dédain. Il était très pauvre avec trois jeunes enfants.

    Aujourd’hui avec un chiffres d’affaire de plusieurs millions il fait tout pour tricher, séparatiste un peu à gauche il est devenu dretteux, chiâle que c’est au Québec que les entreprises payent le plus d’impôts, que c’est à cause de toutes les taxes qu’il n’est pas capable de vendre aux USA et que le pétrole des sables est un problème mineur, pourtant il n’est plus parlable depuis que le dollar est haut.

    Pour les psychopathes c’est vrai. J’en ai fait l’expérience et J’essayerai d’y revenir.

    J'aime

  4. 19 mars 2012 13 h 16 min

    @ Youlle

    Merci à vous aussi. Le dossier épaissit…

    J'aime

  5. koval permalink*
    19 mars 2012 19 h 12 min

    «Si vous avez des tendances psychopathes, mais êtes né dans une famille riche, vous êtes susceptibles d’aller à une école de commerce.»

    Hummm je comprends mieux les gens des HEC grâce à toi!

    J'aime

  6. 19 mars 2012 19 h 49 min

    😆

    Il faut tout de même préciser que cela ne veut pas dire que toutes les personnes qui fréquentent une école de commerce, comme les HEC, ont des tendances psychopathes, mais que bien des personnes qui ont des tendances psychopathes sont succeptibles d’y aller! Bref, ce n’est pas un préalable!

    J'aime

  7. 19 mars 2012 21 h 08 min

    C’est en effet une des études que j’ai citées. J’ai bien aimé la citation de Jacques Godbout, sociologue de l’INRS-Urbanisation, qui va dans le même sens que ma conclusion («Les riches auraient simplement en moyenne atteint un niveau supérieur de dissociation, favorisant leurs intérêts personnels et étouffant leur altruisme.»)

    «Quand on est riche, on a plus de biens, et on peut facilement croire qu’on a moins besoin de lien (social)»

    J'aime

  8. youlle permalink
    19 mars 2012 23 h 38 min

    J’ai eu l’expérience de deux psychopathes.

    Un jour par la fenêtre de mon bureau, je vois arriver une Mercedes noire. Deux types en descendent, le conducteur avec sa malette, était le comptable du patron psychopathe. Tous deux habillé chic, ils venaient m’offrir de faire de la sous-traitance pour l’entreprise du psy. Le patron psychopathe était poli, d’un grand savoir-vivre, observateur, avenant, mais plutôt sur le neutre même frigide et sans sourire. À cette époque, le mot psychopathe ne me disait pas grand-chose. Finalement le comptable m’a remis les documents pour faire une soumission et ils sont repartis.

    Quant à moi, un supposé riche qui se déplace avec son chauffeur pour venir frapper à ma porte pour me faire de l’argent…C’est comme le colonel à Elvis Gratton. Je ne voulais pas toucher à ça, sa puait, mais une bonne connaissance, un client m‘a appelé pour que je fasse la soumission, lui faisait affaire avec lui et tout allait bien.

    J’ai fini par faire une première commande de 60 000$ mais le temps venu, il ne pouvait pas prendre et plus tard il ne voulait pas payer sur livraison. Alors pas de livraison.

    Mon client était en maudi parce qu’il avait peur de perdre le client et faisait des pressions pour que je livre. Mon employé du service à la clientèle me faisait des pressions aussi même le gérant de banque me disait livre le 1/3. Je lui avais répondu une piasse de livrée une piasse de perdue. Le psychopathe avait convaincu et travaillé tout le monde.

    Finalement j’ai fait une enquête auprès de mes fournisseurs et mes doutes ont été confirmés. Tous ceux qui ont fait affaire avec ce type, un peu partout au centre du Québec, je ne sais combien (une trentaine) ont perdu entre 60 000 et 150 000$.

    Son fils lui était pareil, mais lui avait fait un tour à l’ombre. Ce sont des acteurs extraordinaires. Du monde froid sans jamais de remords, un peu des machines.

    Le deuxième demain et l’avis d’un psychiatre sur ces gens en économie et entreprises.

    J'aime

  9. 20 mars 2012 6 h 59 min

    Merci! Le dossier s’étoffe!

    J'aime

  10. 21 mars 2012 18 h 29 min

    Lu dans le Devoir ajourd’hui :

    «Au moment où le pays est appelé à continuer à se serrer la ceinture et où le chômage bat des records, c’est la contribution des plus riches à l’effort général qui retient l’attention.

    Selon une décision donnée comme acquise par la presse, le taux marginal d’imposition de 50 %, décidé par le précédent gouvernement travailliste sur les revenus annuels supérieurs à 150 000 livres [236 000 $CAN], devrait être ramené à 45 %.

    Le premier ministre conservateur, David Cameron, et son ministre des Finances répondraient ainsi à une demande pressante des milieux d’affaires, quitte à conforter leur image d’«amis des riches». En baissant l’impôt, ils estiment encourager l’esprit d’entreprise, et donc la croissance, tout en ouvrant les bras aux investisseurs étrangers.

    Cette décision pose pourtant un sérieux problème aux libéraux-démocrates membres de la coalition au pouvoir, qui ont placé la lutte contre les inégalités en tête de leur programme politique.

    À l’issue de négociations serrées, les «lib-dems» semblent une fois encore avoir perdu la partie face à leurs alliés, à tel point que certains députés de base auraient menacé de ne pas voter le budget lors de sa présentation au Parlement.

    Le vice-premier ministre, Nick Clegg, chef des libéraux-démocrates, avait demandé en échange l’instauration d’une taxe spéciale sur les «belles demeures» de plus de 2 millions de livres. Demande rejetée par les conservateurs, car elle toucherait de plein fouet leur électorat.»

    Royaume-Uni – Quand la rigueur profite aux riches
    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/345503/royaume-uni-quand-la-rigueur-profite-aux-riches

    C’est quand même assez hallucinant… Ce gouvernement coupe partout, augmente les droits de scolarité, prône le serrage de ceinture et baisse les impôts de ceux qui subissent le moins (quand ils n’en profitent pas) les effets de la crise. Tout cela pour appuyer leurs riches amis en utilisant une idée qui s’est révélée fausse depuis des décennies, soit que la baisse des impôts des riches encourage la croissance. On a vu exactement le contraire lors de la présidence de Bush. J’espère que les «lib-dems» batteront ce budget inique!

    J'aime

  11. 21 mars 2012 20 h 01 min

    Je ne me fais pas trop d’illusion.

    Actuellement c’est partout pareil sur cette foutue planète, c’est les riches qui mènent et qui dictent la marche à suivre à nos gouvernements. Faut dire qu’il y a beaucoup de membres de nos gouvernements qui sont plein au as. Alors… La roue tourne toujours du même bord.

    Je suis découragé devant l’ampleur et les inégalités des forces. Ça toujours été ainsi depuis que le monde existe et ça continuera.

    Quand même, je me demande si je vais voir de mon vivant un minimum d’équilibre et de décence dans la répartition des richesses?

    Je ne crois pas.

    J'aime

  12. 21 mars 2012 20 h 18 min

    @ Yves

    «Je ne crois pas.»

    Il y a quand même eu les trente glorieuses au cours desquelles les inégalités ont diminué considérablement. Ce n’est pas l’idéal qu’on recherche, mais ce serait un gain majeur de retrouver les politiques de cette époque.

    On y reviendra peut-être pas, mais il faut travailler dans ce sens, en visant encore mieux!

    J'aime

  13. 21 mars 2012 21 h 58 min

    «trente glorieuses «

    Ouai ça fait bougrement longtemps ça. Dans le bon vieux temps. Tout ce chemin péniblement gagner et facilement perdu.

    « il faut travailler dans ce sens, en visant encore mieux!«

    T’as raison! Il ne l’auront pas gratis les criss. 😈

    J'aime

  14. 21 mars 2012 22 h 02 min

    🙂

    J'aime

  15. 22 mars 2012 3 h 30 min

    J’ai connu un anglophone qui me disait qu’adolescent, il travail travaillait comme caddy dans un club de golf au début des années 60. Le coût a l’époque pour être membre était de $5,000. Le caddy était payé 10¢ pour un parcours…. et bien souvent, il était difficile de collecter le 10¢!

    J'aime

  16. 22 mars 2012 7 h 34 min

    @ Benton

    «et bien souvent, il était difficile de collecter le 10¢!»

    Merci pour cet autre exemple. Plus les anecdotes s’ajoutent, plus on voit un système s’établir!

    J'aime

  17. 22 mars 2012 8 h 07 min

    Mais il y a un système, une maladie, un défaut… j’en suis convaincu. L’exemple du vestiaire n’était qu’une de dizaine d’exemples que j’aurais pu dire. Tous ceux qui travaillent dans le public pourrait te donner de nombreux exemples.

    Il y avait les vieux aussi qui tipaient mal, au moins eux ils avaient de bonne raison.

    Crée moi crée moi pas, j’ai déjà vu où je travaille l’hiver un couple que je connaissais venir faire du bénévolat et comme récompense avoir des billets de journée au centre. Ben ce couple venait au centre en grosse Mercedes, pas la p’tit là, la grosse. Lui, il a la 5 Burger King et autre chose pis elle, elle est superviseure à Hydro Québec et avait des parts dans la compagnie de son papa. Tout ça pour avoir des billets gratis.

    J'aime

  18. Steve Lachance permalink
    23 mars 2012 18 h 18 min

    Ah, ces anticapitalistes… L’évidence ne leur saute pas aux yeux.

    Il y en a parmi vous qui ont parlé des Trente glorieuses. Mais est-ce un hasard que cette période se soit conclue quand les gouvernements devenaiemt de plus en plus interventionnistes ?

    Mais c’est certain que ça, vous allez l’oubliez, et vous allez accuser le capitalisme de rendre les riches malhonnêtes ! Encore une incohérence des gauchistes.

    À cause de l’État, les riches vont toujours trouver des moyens de dilapider les fonds publics. Ils feront pression sur nos politiciens pour qu’on leur donne notre argent. Et ça, c’est loin d’être néolibéral. Encore une fois, la gauche a perdu là-dessus.

    Et il y en a encore qui pensent que les riches ont causé la récession ? Non, le néolibéralisme ne détruit pas la richesse et ne cause pas de récession. Les preuvent abondent : la dernière crise a été causée par les subprimes et par des taux d’intérêt ridiculement bas.

    Pour ce qui est de leur vie personnelle (générosité, altruisme, …), je crois qu’on peut les laisser tranquilles, ça ne nous regarde pas.

    J'aime

  19. 23 mars 2012 19 h 16 min

    @ Steve Lachance

    J’aimerais bien répondre à vos arguments, mais je n’en trouve pas. Je ne lis que des insultes et des affirmations gratuites que j’ai lus des centaines de fois. Comme trop de gens de droite (vous semblez avoir une touche libertarienne), vous énoncez, niez les faits et insultez. Passez votre chemin…

    J'aime

  20. 23 mars 2012 19 h 40 min

    Ça parle d’anticapitalistes, t’en connais toi des anticapitalistes qui fréquentent Jeanne Émard Darwin?

    C’est comme les jeunes j’imagine, y n’ont qu’à dépasser de 3 pieds les rangs de la manif pour devenir criminels!

    J'aime

  21. 23 mars 2012 20 h 36 min

    «Ça parle d’anticapitalistes, t’en connais toi des anticapitalistes qui fréquentent Jeanne Émard Darwin?»

    Anticapitalistes, peut-être pas, mais qui ont de grandes réserves aur le capitalisme, je dirais oui… 😉

    Et si c’était la seule inexactitude de son comm, ça serait déjà bien!

    J'aime

  22. 23 mars 2012 20 h 49 min

    «et vous allez accuser le capitalisme de rendre les riches malhonnêtes !«

    En tout cas moi c’est pas ça que je dis.
    Je dis que les riches par leurs actions rende le capitaliste malhonnête. Nuance. 😉

    J'aime

  23. 23 mars 2012 20 h 52 min

    «Ça parle d’anticapitalistes, t’en connais toi des anticapitalistes qui fréquentent Jeanne Émard Darwin?«

    Moi j’en connais au moins un. 😆

    J'aime

  24. 23 mars 2012 20 h 53 min

    Tiens! Le pape déclare que l’idéologie marxiste est dépassée! Faudrait lui dire que c’est pareil pour l’idéologie nazie!

    http://www.rfi.fr/contenu/cuba-ideologie-marxiste-est-depassee-il-faut-trouver-nouveaux-modeles

    J'aime

  25. 23 mars 2012 20 h 54 min

    @ Yves

    «Je dis que les riches par leurs actions rende le capitaliste malhonnête. Nuance.»

    Le plus drôle, c’est que je n’ai jamais parlé de capitalisme dans ce billet, seulement de richesse. Bien sûr, le capitalisme est un terrain fertile pour la richesse, mais c’est aussi le cas dans d’autres systèmes économiques (féodalisme, mercantilisme, etc.).

    J'aime

  26. 23 mars 2012 21 h 13 min

    Hahaha, un dépassé qui dit que d’autre sont dépassés. Que c’est drôle!

    J'aime

  27. 23 mars 2012 21 h 31 min

    Féodalisme!?!? Le pape y trouve-tu ça dépassé??!

    J'aime

  28. 23 mars 2012 21 h 59 min

    😆

    J'aime

  29. michel permalink
    24 mars 2012 6 h 03 min

    @ Steve Lachance

    «Il y en a parmi vous qui ont parlé des Trente glorieuses. Mais est-ce un hasard que cette période se soit conclue quand les gouvernements devenaient de plus en plus interventionnistes ?»

    Je ne comprends pas cet argument. Lisez-vous l’histoire dans un miroir : tout me semble à l’envers.

    Ma compréhension de l’histoire de cette période repose sur des données factuelles. Dans l’après-guerre, le capitalisme est assez fortement corseté par les gouvernements nationaux forts, quoi que vous en disiez, M. Lachance. Nous sommes encore dans une période où le protectionnisme s’assume. Le capitalisme est assagi par sa crainte du bloc communiste. Le syndicalisme et le féminisme connaissent des années de gloire : la classe moyenne prospère : augmentation des salaires et de la consommation, accès à la scolarité, à assurance-chômage, fonds de pension, lois de toutes nature pour réduire les précarités économiques.

    Or c’est après ces années glorieuses qu’on impose des mesures de déréglementation tous azimuts et l’exhalation de l’individu prédateur, comme moteur de promotion sociale. Le néo-libéralisme et la mondialisation n’ont-ils pas fait de la main de Dieu le principal vecteur de développement économique, écartant, manu militari, l’État et son rôle de modérateur?

    Le reaganisme et le thatchérisme et leurs comparses privatisent à tout crin; diminuent les taux d’imposition des classes les plus favorisés, maintenant celles des classes sociales moyennes et défavorisées; affaiblissent les syndicats; mettent en place les fondements d’une ploutocratie arrogante. Les inégalités sociales s’exaspèrent. Et, depuis lors, cette logique «républicaine» se poursuit, domine les scènes politiques mondiales… Et vous prétendez que les gouvernements deviennent de plus en plus interventionnistes!!!!!

    Le décentrage entre la réalité et vos propos ne sont pas innocents : il procède de cette tactique du mensonge délibéré qui veut se faire plus gros que la vérité. Mais tout comme la grenouille, ce mensonge éclate… Récemment, entre autres, les Indignés, l’ont crevé, l’étalant au grand jour cette fourberie au service des nantis.. Hier, c’étaient au tour des étudiants de dénoncer cette fabulation…

    J'aime

  30. 24 mars 2012 7 h 28 min

    @ michel

    J’avais pensé à une réponse du genre sur les 30 glorieuses, mais n’avais pas le goût de passer une heure à répondre à ce troll.

    J’ajouterais sur ces années qu’elles ont commencé par des dettes énormes, plus grosses que celles déjà élevées qu’on observe actuellement. Par contre, pour abaisser ces dettes, on n’a pas hésité à porter à plus de 90 % le taux marginal d’imposition un peu partout dans les pays industrialisés, même sous la présidence d’un républicain aux États-Unis! Et, contrairement aux préceptes des bibles néolibérales, l’impôt n’a pas tué l’impôt et on a au contraire observé ces années-là les taux de croissance les plus élevés des 100 dernières années!

    «Le néo-libéralisme et la mondialisation n’ont-ils pas fait de la main de Dieu le principal vecteur de développement économique, »

    Vous voulez-dire la «main invisible», j’imagine (à moins que ce soit volontaire…). La main de Dieu était l’égérie de Claude Ryan!

    J'aime

  31. michel permalink
    24 mars 2012 9 h 18 min

    Que voulez-vous, une main invisble relève davantage de la magie religieuse que de la science économique, d’où l’hyperbole plutôt malhabile. Et maintenant que le bras canadien s’est mis au service de la main invisible…

    La gauche devrait inventer pour s’amuser le pied invisible qui aurait pour fonction de botter le popotin de tous ces fanatiques de l’investissement, de la rentabilité, entortillés de la croissance économique obsessive.

    J'aime

  32. 24 mars 2012 10 h 50 min

    @ Michel

    «La gauche devrait inventer pour s’amuser le pied invisible»

    J’ai déjà fait une comparaison semblable! 🙂

    J'aime

  33. Richard Langelier permalink
    25 mars 2012 16 h 37 min

    @ Michel et Darwin

    J’ai songé à écrire un texte « songé » sur les Trente Glorieuses pour répondre au troll, mais j’ai vaincu le masochisme.

    Je me permets maintenant quelques commentaires tout en sachant que je ne viderai pas la question.

    Bien sûr, il y a eu redistribution des gains de productivité entre employeurs et employés, ce qui a conduit à un cercle vertueux : augmentation du pouvoir d’achat, augmentation de la production. La sociologue du travail, Mona-Josée Gagnon nuance : « Des employés d’entrepôt et des plongeurs seraient surpris d’apprendre qu’ils ont vécu l’âge d’or du salariat ».
    Les coûts de l’énergie étaient peu élevés. Les puissances occidentales s’assuraient que des dictatures leur fournissent le pétrole à bon marché. Lorsque les pays de l’OPEP ont fermé les robinets à deux reprises au cours des années 70, le cercle vertueux a vacillé.
    Les Boys of Chicago ont appliqué « avec succès » leurs théories au Chili de Pinochet. Le discours de La Société du Mont Pèlerin http://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_du_Mont_P%C3%A8lerin a reçu une bonne oreille chez les Reagan, Thatcher et Mulroney. Par complot? Je n’y crois guère.

    Je crois qu’il est possible de revenir à une social-démocratie fort perfectible inspirée de ces Trente Glorieuses. Il faudra cependant tenir compte des problèmes écologiques et des rapports Nord-Sud.
    Comme le chantait Robert Charlebois, mais tout ça, vous le saviez déjà, c’était écrit dans les journaux d’hier http://www.robertcharlebois.com/Default.asp?p=3&sl=1&chanId=159 😦

    J'aime

  34. 25 mars 2012 16 h 53 min

    @ Richard

    «Je crois qu’il est possible de revenir à une social-démocratie fort perfectible inspirée de ces Trente Glorieuses. Il faudra cependant tenir compte des problèmes écologiques et des rapports Nord-Sud.»

    Je ne mentionnais les Trente glorieuses que pour montrer qu’il est possible d’allier plus de redistribution, surtout par des impôts plus élevés, car les services publics laissaient à désirer (euphémisme), et un taux de croissance beaucoup plus élevé que celui de l’ére du néolibéralisme.

    Oui on peut s’en inspirer, mais pas copier. Comme vous le dites les enjeux et la réalité sont fort différents. En plus, je ne vise surtout pas le même type de croissance basée sur les biens matériels, mais plutôt sur les services, le transport en commun, les ressources et énergies renouvelables, etc.

    J'aime

  35. Richard Langelier permalink
    25 mars 2012 17 h 10 min

    @ Darwin

    J’avais déjà oublié votre billet (trop paresseux pour apprendre le smiley « honteux », je vous remercie d’avoir corrigé le mien, un jour peut-être, je vérifierai où mettre les espaces, quand mes parents seront partis pour le chalet). Je ne réussissais pas à faire fi de ce troll qui n’offrait ni os, ni chair.

    J'aime

  36. 25 mars 2012 19 h 22 min

    « Je ne réussissais pas à faire fi de ce troll qui n’offrait ni os, ni chair.»

    Il m’a finalement écouté, il a passé son chemin!

    J'aime

  37. Richard Langelier permalink
    25 mars 2012 19 h 40 min

    Je suis obligé de vous féliciter, Darwin, ce qui est très humiliant.

    J'aime

  38. 25 mars 2012 21 h 15 min

    Humiliant?

    Pourquoi?

    J'aime

  39. 27 mars 2012 19 h 24 min

    Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ce billet quand j’ai lu les aventures de Pierre Duhaime de SNC Lavalin… Combien d’autres font ça et ne se font pas prendre? Cela ressemble vraiment à des gens qui se considèrent comme des humains d’une autre catégorie, des nobles ou des êtres supérieurs…

    Pierre Duhaime: un départ dans le déshonneur

    J'aime

  40. michel permalink
    31 mars 2012 10 h 10 min

    La liste est longue: Pierre Duhaime de SNC Lavalin, M. Dominique Strauss-Kahn, Earl Jones, Vincent Lacroix, Bernard Maddoff, Bank of America, JP Morgan, Chase Bank et Wells Fargo, Goldman Sachs, la minière torontoise Barrick Gold dans sa poursuite-bâillon et je pourrais continuer des pages et des pages…

    Qu’ont-ils en commun? L’arrogance des riches, ce sentiment omniprésent d’être au-dessus des gens, d’être la Loi, d’échapper à la justice.

    Aucune sensibilité citoyenne, toute leur vitalité se déploie dans l’accroissement, et de leur richesse, et de leurs pouvoirs personnels. Leur manque d’éthique caractériel les mène à jouer sur la corde raide de la légalité, jusqu’à, parfois (certains se gardent une petite gêne), s’adonner au crime en toute innocence.

    D’ailleurs pourquoi seraient-ils coupables de quoi que ce soit, puisque leur enrichissement personnel contribue, selon leur prétention, à l’enrichissement collectif… Puisqu’ils ont les moyens d’assujettir la justice et les gouvernements, pensent-ils…

    J'aime

  41. 31 mars 2012 10 h 34 min

    « Puisqu’ils ont les moyens d’assujettir la justice et les gouvernements, pensent-ils…«

    Ils ne font pas juste le penser, ils le font. S’il n’avait pas eu le printemps arabe en Libye Pierre Duhaime serait encore en poste et personnes de SNC ne se seraient fait importuner.

    J'aime

  42. 31 mars 2012 10 h 49 min

    @ Tves

    «S’il n’avait pas eu le printemps arabe en Libye Pierre Duhaime serait encore en poste et personnes de SNC ne se seraient fait importuner.»

    Ça semble fort probable pour ne pas dire certain!

    J'aime

  43. michel permalink
    3 avril 2012 9 h 27 min

    Chris Hedges,dans son essai L’Empire de l’illusion: la mort de la culture et le triomphe du spectacle arrime certaines formes de richesse à des valeurs psychopathiques. Pour lui, la téléréalité est une métaphore percutante de la société américaine. je le cite:

    «Quelles sont les valeurs mises de l’avant par la téléréalité?» demandera l’auteur (Chris Hedges) au cours d’une entrevue avec La Presse, avant d’offrir lui-même une réponse. «Ce sont les valeurs des psychopathes. L’autoglorification. L’incapacité d’éprouver du remords ou de la culpabilité. La traîtrise. Car le but est d’établir de fausses relations et de les trahir afin d’obtenir une gloire éphémère et de l’argent. Ce sont les valeurs de Wall Street. En tant que reporter, j’ai trouvé dans la téléréalité une très bonne fenêtre sur les maux de la société américaine.»

    J'aime

  44. 3 avril 2012 9 h 51 min

    @ michel permalien

    «Chris Hedges,dans son essai L’Empire de l’illusion: la mort de la culture et le triomphe du spectacle arrime certaines formes de richesse à des valeurs psychopathiques.»

    J’ai lu cet article, mais n’avais pas fait le lien avec ce billet. Merci!

    J'aime

  45. 24 avril 2012 19 h 29 min

    Si certains se posent encore des questions…

    Wal-Mart sous enquête criminelle

    Pas encore convaincu?

    Construction – La collusion n’épargnerait pas le privé

    Et ce n’est que ceux qui se font prendre!

    J'aime

  46. 10 mai 2012 6 h 51 min

    Tiens, une autre études qui va dans le même sens:

    Une position sociale élevée est associée à des comportements contraires à la morale

    J'aime

  47. Fernand permalink
    28 avril 2017 21 h 55 min

    J’ai été serveur en hôtellerie, caddy au golf et même planteur au bowling dans ma jeunesse et je peux vous affirmer avec certitude que les riches sont cheap.

    J'aime

  48. 28 avril 2017 22 h 24 min

    Merci pour votre témoignage qui s’ajoute aux autres…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :