Skip to content

Dire tout haut ce que les autres pensent tout bas

30 mars 2012

Ça fait longtemps que je n’ai pas écrit sur les expressions qui me tapent sur les nerfs! Celle-ci exprime un message assez semblable à celui des personnes qui se vantent de transgresser les tabous, ou qui parlent «des vraies affaires», mais est encore plus prétentieuse!

Même si cette expression me révulse tout particulièrement, je dois avouer que l’idée de ce billet me vient d’une excellente chronique de Chantal Guy, parue samedi dernier dans La Presse, Le haut, le bas. Je lis habituellement ses chroniques en diagonale, mais là, elle a retenu mon attention!

«Il existe des expressions populaires qui méritent réflexion. Par exemple, «il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas». On l’entend chaque fois que quelqu’un pogne les nerfs, celle-là. Dans une société totalitaire et muselée, c’est un acte de courage. C’est une prise de parole pour ceux qui se taisent dans la peur et son auteur prend tous les risques. Mais dans une société comme la nôtre, où l’opinion se déchaîne minute par minute dans les médias, les blogues et les réseaux sociaux, qu’est-ce que ça veut dire au juste? Et qui est inclut dans ce «tout le monde qui pense tout bas» ? De quel droit ceux qui usent de cette formule se sentent autorisés à inclure «tout le monde» dans leurs rangs? Surtout que la plupart du temps, cette formule sert à excuser des insultes, par exemple Stéphane Gendron qui traite les étudiants «d’hosties de puants sales» qui méritent la bastonnade.»

Jamais je n’aurais pu dire ça en termes aussi éloquents! Il est important de débusquer non seulement le caractère démagogique de cette expression, mais aussi cette manœuvre rhétorique, digne des pires «trucs» de Schopenhauer, visant à isoler l’adversaire en prétendant avoir de son côté la majorité de la population! Et, il n’y a pas de risque de se voir contredire par la majorité silencieuse qui, par définition, ne contredira personne, même le populiste le plus crasse!

Mais revenons à Mme Guy :

«la conscience et la responsabilité sociale devraient beaucoup plus s’exercer à répliquer à la connerie qu’à faire de la liberté d’expression une incontinence personnelle.

Ce qui pourrait expliquer aussi qu’on ait l’ignorance heureuse, le mépris fier et l’intolérance décomplexée. On dit tout haut ce qu’on pense tout bas, voyez! «C’est mon opinion!» On ne se demande jamais si ce qu’on pense tout bas ne viendrait pas plutôt de notre bassesse. Notamment lorsqu’on s’exprime anonymement, bien caché derrière un ordinateur, sur le coup de la colère, sans réfléchir. Mais puisque c’est sincère, ce doit être vrai. C’est incroyable à quel point, «les vraies affaires» qu’on nous sert sont toujours sinistres. On n’a jamais entendu quelqu’un, précédant son discours de cette formule usée à la corde, «il faut se dire les vraies affaires», nous annoncer quelque chose de beau, de gentil. Les «vraies affaires» concernent toujours le fiel, la rancœur et la frustration.»

Ouch! Un véritable cours de dépistage des sophismes et de la mauvaise foi! On peut bien sûr appliquer cette leçon à tout sujet qui réveille les instincts les plus bas des gueulards professionnels.

Sur ce plan, Marine Le Pen a littéralement écrasé nos démagogues locaux cette semaine en déclarant «Combien de Mohamed Merah dans les bateaux, les avions, qui chaque jour arrivent en France remplis d’immigrés ?». Je ne prétendrai pas savoir ce que pensent tout bas mes compatriotes, mais je n’hésiterai jamais à dire tout haut que je suis fier que le championnat de la démagogie et du racisme ne soit pas remporté par unE QuébécoisE!

Publicités
24 commentaires leave one →
  1. 30 mars 2012 0 h 18 min

    Je me dis souvent que les gens qui disent tout haut ce que tout le monde a déjà pensé tout bas ne sont pas ben ben originaux.

    J'aime

  2. 30 mars 2012 0 h 31 min

    @ Monton Marron

    «ne sont pas ben ben originaux.»

    Entre autres. Ils sont surtout des sophistes qui transforment leur insignifiance en argument d’autorité…

    J'aime

  3. Richard Langelier permalink
    30 mars 2012 0 h 39 min

    Léo-Paul Lauzon a été un invité de « Tout le monde en parle ». Lorsque Guy-A Lepage lui a dit : « Vous êtes un économiste », il a confirmé. (Je ne dis pas qu’être un économiste « patenté » donne du plomb dans la tête, tant s’en faut, mais lorsque tu es prof de sciences comptables, tu ne dis pas que tu es économiste, sauf si tu fais les nuances http://www.cnrtl.fr/definition/%C3%A9conomiste ).
    Guy-A Lepage l’a encouragé à « continuer à brasser la cage ».

    La rigueur intellectuelle n’a pas d’importance, l’important, c’est de brasser la cage.

    Est-ce ainsi que que les hommes vivent
    Et leurs baisers au loin les suivent…
    Louis Aragon, chanté par Léo Ferré

    J'aime

  4. Mathieu Lemée permalink
    30 mars 2012 0 h 56 min

    Il n’y a aucun mérite à se rabaisser aussi bas que les commentaires des fumistes comme Gendron, Duhaime et cie. Et vouloir se mettre aussi bas dans la bassesse pour leur répliquer ne peut que donner mal au dos et aux genoux. C,est pourquoi je dis bravo à cet article de Mme. Guy pour ce dépistage du sophisme, et à ce billet de Darwin pour en avoir soutirer tout le jus avec aplomb. 😉

    J'aime

  5. 30 mars 2012 1 h 17 min

    @ Mathieu Lemée

    Un peu paresseux comme billet, mais j’en prépare un ou deux plus costaud(s) pour la semaine prochaine!

    J'aime

  6. 30 mars 2012 6 h 37 min

    Toton Gendron a trouvé sa niche idéologique au RLQ si on en juge par ses dernières sorties!

    J'aime

  7. 30 mars 2012 6 h 54 min

    Il cadre en effet de plus en plus avec l’idéologie de ce groupe…

    J'aime

  8. 30 mars 2012 6 h 56 min

    J’aime bien cette phrase de l’auteure:

    « Ce qui pourrait expliquer aussi qu’on ait l’ignorance heureuse, le mépris fier et l’intolérance décomplexée. »

    On pourrait en nommer plusieurs pour qui cette phrase sied à merveille!

    J'aime

  9. 30 mars 2012 7 h 21 min

    Ce texte de Chantal Guy m’a vraiment impressionné. Oui, cette phrase est suberbe, comme quelques autres.

    «On pourrait en nommer plusieurs pour qui cette phrase sied à merveille!»

    En effet!

    J'aime

  10. Catherine PJ permalink
    30 mars 2012 11 h 05 min

    J’ajouterai simplement l’expression préférée de la ministre Beauchamp :
    «J’écoute la majorité silencieuse.»

    J'aime

  11. 30 mars 2012 14 h 10 min

    @ Catherine PJ

    Bienvenue ici!

    «l’expression préférée de la ministre Beauchamp : «J’écoute la majorité silencieuse.»»

    C’est en effet le même procédé démagogique que celui utilisé par ceux qui prétendent dire tout haut ce que les autres pensent tout bas…

    J'aime

  12. Blink permalink
    30 mars 2012 16 h 26 min

    «J’écoute la majorité silencieuse.» – Trop drôle ce commentaire de la ministre.

    Parce que pour « écouter » la majorité « silencieuse », il faut être doté d’une ouïe assez exceptionnelle. Ça fait pas vraiment de bruit ce qui est silencieux.

    Elle nous à prouvé récemment, en refusant d’entendre les arguments des associations étudiantes, que l’écoute n’est pas sa qualité première. L’expression « qui ne dit mot consent » doit donc la satisfaire pleinement. Et les étudiants qui s’appauvrissent ne pourront plus l’entendre bientôt puisque « Ventre affamé n’a point d’oreilles ».

    J'aime

  13. 30 mars 2012 17 h 05 min

    @ Blink

    «L’expression “qui ne dit mot consent” doit donc la satisfaire pleinement»

    Conclusion impeccable!

    «Et les étudiants qui s’appauvrissent ne pourront plus l’entendre bientôt puisque “Ventre affamé n’a point d’oreilles.»

    Idem!

    J'aime

  14. 30 mars 2012 19 h 06 min

    J’ai analysé scrupuleusement la situation, j’arrive aux deux possibilités suivantes:

    Line Beauchamp = la femme bionique?

    Line Bauchamp = Les dents de la mère?

    J'aime

  15. michel permalink
    30 mars 2012 22 h 08 min

    En vous lisant, j’ai pensé à cette récente chronique de Paul Krugman, « L’ignorance est une force» où, en exemple, il cite le candidat républicain, Santorum déclarant que le Président Barack Obama souhaitait encore développer les effectifs des universités parce que les universités sont des « moulins d’endoctrinement » qui détruisent la foi religieuse.

    Dans vos propros, il n’est pas question de foi religieuse. Mais là où Santorum et Gendron se retrouve, c’est dans une haine profonde de tout ce qui est intellectuel.

    L’un appuie tout son argumentaire sur sa foi, l’autre sur les préjugés et les lieux communs; ces deux huluberlus se présentent comme les représentants d’une majorité silencieuse…

    Mais cette majorité, on peut bien lui faire dire ce que l’on veut puisqu’elle demeure toujours silencieuse!

    Il n’y a pas de débat possible dans cette perspective, puisque le rationnel est exclu d’emblée.

    J'aime

  16. 30 mars 2012 22 h 24 min

    @ michel

    «j’ai pensé à cette récente chronique de Paul Krugman»

    Je lis Krugman à tous les jours et je me souviens de cette chronique, mais, je n’avais pas fais le lien! C’est en effet pertinent!

    «Il n’y a pas de débat possible dans cette perspective, puisque le rationnel est exclu d’emblée.»

    En effet!

    J'aime

  17. michel permalink
    30 mars 2012 23 h 06 min

    Puisque vous lisez couramment Paul Krugman, il nous fournit une définition de cette forme de démagogie ; «c’est une sorte de folie à trois étages – un mensonge enrobé d’absurdité et emmitouflé dans de la paranoïa.»

    Et il donne un bel exemple de ce type de construction mentale totalement farfelue:

    Par exemple, l’année dernière, George Will, un conservateur modéré, affirmait que le soutien apporté par l’administration Obama aux transports ferroviaires n’avait rien à voir avec un désir de réduire les embouteillages et leur impact sur l’environnement. Non, insistait-il, « la vraie raison de cette passion progressiste pour les trains trouve son origine dans la volonté de réduire l’individualisme des Américains et de les rendre mieux disposés envers le collectivisme ». Qui aurait pu se douter que Dagny Taggart, dirigeante de la compagnie ferroviaire et héroïne de Atlas Shrugged, était une « rouge » ?

    En fait, les vérités (sic) vociférées par les démagogues sont construites en fonction d’objectifs idéologiques précis.

    J'aime

  18. 30 mars 2012 23 h 39 min

    Oui, j’ai lu ça! 😆

    J'aime

  19. 1 avril 2012 4 h 39 min

    Mme Guy a bien raison…
    D’ailleurs c’est la rhétorique que je répète depuis des années a tous ceux qui affirment dire tout haut que que le monde pense tout bas:
    « Si le monde le pense tout bas, c’est sûrement une bassesse! Dans ce cas, vaut mieux la taire… »

    J'aime

  20. 1 avril 2012 10 h 03 min

    @ Benton

    Très bien votre rhétorique!

    Où est passé votre avatar? Vous avez renié Patrick? 😉

    J'aime

  21. 1 avril 2012 15 h 44 min

    Pourtant, l’URL de l’avatar est toujours bon…. (Test)

    J'aime

  22. 1 avril 2012 17 h 16 min

    As-tu changé d’adresse de courriel?

    J'aime

  23. benton65 permalink
    1 avril 2012 23 h 31 min

    C’est okay, l’adresse courriel était effectivement changé…

    J'aime

  24. 2 avril 2012 0 h 02 min

    La, c’est probablement le «65» qui est la cause de la modération de ce commentaire. Les prochains passeront immédiatement… s’il n’y a pas d’autres changement!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :