Skip to content

On respire presque normalement…

6 avril 2012

Vous vous rappelez sûrement que dès janvier, je questionnais les conclusions alarmistes des commentateurs et économistes qui parlaient d’un automne désastreux pour le marché du travail au Québec. Avec de nombreuses données de sources diverses, je montrais que les données de l’Enquête sur la population active (EPA), qui parlaient d’une baisse de 70 000 emplois lors du dernier trimestre de 2011, étaient les seules à présenter un portrait aussi négatif de la situation économique du Québec. Je rappelais aussi que, comme toutes données d’enquête, les données mensuelles de l’EPA comportent des marges d’erreur importante, (le coefficient de variation à 95 % – ou marge d’erreur – des données mensuelles de l’EPA pour le Québec est d’environ 48 000).

Le mois suivant, je montrais que la baisse avait diminué du quart en un mois en raison d’une correction des données désaisonnalisées et d’une remontée de l’estimation de l’emploi en janvier. Je disais aussi qu’il faudrait probablement attendre les données du mois de juin pour voir cette baisse artificielle disparaître. Finalement, au début mars, je montrais que toutes les données pour ce trimestre, sauf celles provenant de l’EPA, dont celles sur l’emploi salarié provenant de l’Enquête sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), données qui ont une marge d’erreur beaucoup plus faible (mais qui sont diffusées presque deux mois après celles de l’EPA), convergeaient pour montrer une situation économique morose, mais aucune baisse et surtout aucun désastre.

36 400 emplois!

Après avoir fait du sur place en février, les données de l’EPA de mars, diffusées hier matin, montrent une hausse de 36 400 emplois (voir au bas de cette page)! Pour moi, il est clair que cette hausse est un début de rattrapage statistique des données du dernier trimestre de 2011 et ne signifie nullement que l’emploi a augmenté tant que ça en mars. Je dois même avouer que je suis un peu surpris de l’ampleur de cette hausse, puisque les deux pires mois furent ceux de novembre et décembre, et comme les personnes qui se sont ajoutées à l’échantillon de l’EPA ces deux mois ne le quitteront qu’en avril et mai (les mêmes personnes demeurent dans l’échantillon pendant six mois), je ne m’attends à un retour à la «normale» qu’avec les données de juin qui seront diffusées au début juillet. Cela dit, comme les données diffusées ce matin ne montrent aucune hausse par rapport au même mois de 2011, il est clair que le redressement n’est pas terminé.

Le graphique suivant montre l’évolution du ratio de l’emploi désaisonnalisé depuis septembre 2010. Je montre ce graphique en ratio, car les données de l’EERH excluent l’emploi agricole et le travail autonome, et sont donc d’un niveau un peu plus bas que celui de l’EPA.

On peut voir que le niveau d’emploi des deux enquêtes a évolué de façon semblable de septembre 2010 à septembre 2011. Par après, l’emploi selon l’EERH a légèrement augmenté jusqu’en janvier 2012, tandis que l’emploi selon l’EPA s’est littéralement effondré entre septembre 2011 et décembre 2011. La montée du dernier mois des données de l’EPA semble simplement les rapprocher de la tendance montrée par les données de l’EERH. Et, comme mentionné plus haut, il reste encore de la place pour une nouvelle hausse…

Tout semble donc montrer que l’automne dernier n’a jamais été désastreux, mais juste morose!

Publicités
One Comment leave one →

Trackbacks

  1. La boucle est bouclée! «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :