Skip to content

L’intimidation

15 mai 2012

En démissionnant, l’ex-ministre Line Beauchamp a tenu à préciser que sa décision ne voulait pas dire qu’elle cédait «devant la violence et l’intimidation». En quittant avec de tels propos, elle continuait sa guerre terminologique myope…

En fouillant dans une revue de presse à laquelle j’ai accès, j’ai compté 52 occurrences du terme «intimidation» dans des articles publiés dans la seule journée du 15 mai 2012. Bon, il devait y en avoir une dizaine qui concernaient les sports professionnels (même David Beckham est, semble-t-il, intimidant), surtout le hockey (mais ça, être intimidant au hockey c’est, selon les articles consultés, très positif…), mais les autres venaient toutes de la citation de Mme Beauchamp. Quel succès médiatique!

Intimidation, vous dites?

Pour moi, l’abus de l’utilisation de ce terme est une autre manifestation du débat terminologique dont je parlais dans mon précédent billet. Clarifions tout d’abord ce qu’est une «intimidation». Bon c’est l’action d’intimider… N’étant pas plus avancé, on doit alors chercher la définition de «intimider». La voici (un peu résumée…) :

Impressionner fortement (quelqu’un).
1. (Le) remplir de crainte, de peur.
a) [En usant de manifestations agressives, de la force physique, matérielle]
b) [En usant de coercitions, de contraintes, de pressions morales]
2. (Lui) imposer respect, considération ou révérence, en usant, volontairement ou non, de divers prestiges attachés à la naissance, à la fortune, au pouvoir, à l’apparence ou à l’ascendant personnel.
3. Troubler quelqu’un, le remplir de gêne, de confusion.

Disons que le caractère intimidant de David Beckham relève fort probablement des points 2 ou 3 de cette définition, mais que celle dont parlait l’ex-ministre relève plutôt des sous-sections a) et du b) du point 1.

Avouons dès maintenant qu’il est vrai que les grévistes étudiantEs sont intimidantEs, comme tout gréviste. C’est justement le principe derrière une grève, on veut faire pression sur la partie adverse pour la faire changer d’idée. En général, on parle plutôt de l’exercice d’un rapport de force ou de pressions exercées, l’utilisation du terme «intimidation» dans ce contexte demeurant un privilège ministériel (que Line Beauchamp ne devrait donc plus utiliser…). Mais, bon, on a vu des détournements de sens plus fondamentaux depuis le début de cette crise…

Elle n’avait pas tort non plus de parler d’intimidation lorsque des gens ont saccagé son bureau et auraient laissé des menaces anonymes et déposé un contenant d’essence devant chez elle (mes sources mettent toutefois un conditionnel…). Mais, elle semble voir facilement la paille devant la forêt de rouges qui contestent la hausse des droits de scolarité, mais demeurer aveugle (!) devant la poutre de l’arbre bleu qui asperge quotidiennement les rouges de toutes sortes de produits pas bons pour la santé (ni auditive, ni olfactive, ni gustative…), les frappe avec des objets contondants et en éborgne quelques-uns. Là, sans hésiter, on peut conclure que ces personnes cherchent vraiment et très fortement à impressionner fortement les rouges, à les remplir de crainte et de peur en usant de manifestations agressives, de la force physique et matérielle, ce qui correspond vraiment à la définition du terme «intimidation» fournie plus tôt.

De même, la chroniqueuse Rima Elkouri, même si elle appuie les revendications du mouvement étudiant, se plaint que des rouges ont intimidé des journalistes. Elle a probablement raison. J’aurais toutefois apprécié qu’elle se rappelle que, lorsque les arbres bleus intimident des journalistes (de son journal, en plus), ils ne leur gueulent pas après, ils les arrêtent, les bousculent, les projettent par terre, saisissent leur matériel, les menottent et les privent de leur liberté. Encore là, il y a une question de niveau d’intimidation…

Et encore plus d’intimidation!

L’État et ceux qui l’appuient ont aussi d’autres moyens pour intimider les rouges et ne s’en privent pas. L’injonction et son pendant, l’outrage au tribunal, outils juridiques qu’on est sensé utiliser avec parcimonie, sont devenus banals. On s’en sert même pour intimider un porte-parole étudiant!

Et si c’était tout… On embauche plus de policiers, présente une motion à l’assemblée nationale pour qu’on respecte la loi (en fait les injonctions, mais je ne savais pas qu’on avait besoin d’une motion des députés pour dire qu’on doit respecter les lois, à moins que cette motion n’ait visé qu’à intimider…), qualifie les plus militants (qu’on assimilait la veille à des «casseurs» et à des «anarchistes»…) de «groupes anticapitalistes et marxistes» (je ne savais pas que c’était illégal ou moins noble que de véhiculer une idéologie néolibérale…) et, avant même une rencontre de discussion avec les leaders et porte-parole du mouvement étudiant pour sensément trouver des pistes de solutions, on se lance dans les menaces :

«L’annulation de sessions et des retours en classe sous escorte policière sont examinés.»
«Il a dit vouloir s’assurer que le « droit de ces citoyens » d’avoir accès à leur salle de cours soit respecté ; tout comme les injonctions des tribunaux. « Là où il devra y avoir des interventions [policières], il y en aura. À chaque fois, on va se soucier de la sécurité des concitoyens », a laissé tomber Jean Charest.».

Ça, c’est de l’intimidation des ligues majeures!

Espérons que la fin est pour bientôt (et qu’elle sera heureuse!), car je n’ose imaginer jusqu’où ça va aller…

Publicités
41 commentaires leave one →
  1. benton65 permalink
    15 mai 2012 23 h 14 min

    Chez RTA à la cafétéria sur l’heure du midi, nous nous levions et faisions une minute de silence en signe de protestation contre les violations de la convention collective.

    Et bien pour l’entreprise, c’était de l’intimidation envers le personnel cadre et envers des syndiqués qui « se sentaient » forcés de se lever et de le faire!!!

    J'aime

  2. 15 mai 2012 23 h 19 min

    Bon, ce n’est pas un privilège ministériel alors! 😉

    J'aime

  3. 15 mai 2012 23 h 22 min

    Un peu en marge du billet, mais intéressant :

    Grève étudiante, injonctions et briseurs de grève: appeler un chat un chat

    Extrait :

    «Il n’y a donc pas, dans l’essence, de différence de nature entre le respect de la grève décidée par un syndicat de travailleurs au Québec avant 1978 et le respect de celle votée par une association étudiante accréditée aujourd’hui. Malheureusement, dans les deux cas, ceux et celles qui invoquent leur liberté et leur droit pour se soustraire à une décision majoritaire d’une association qui est investie, par la loi, du mandat de les représenter portent, aujourd’hui comme hier, le même nom: ce sont des «briseurs de grève». Le seul changement qu’a apporté le Code du travail en prohibant le recours à leurs services dans le cadre d’une grève de travailleurs en 1978 fut de rendre la chose illégale. Aux yeux de nombreux observateurs, elle était déjà immorale, depuis belle lurette. Ceux qui prêtent aujourd’hui leur concours à la répétition de l’Histoire doivent en être conscients.»

    J'aime

  4. benton65 permalink
    15 mai 2012 23 h 35 min

    Le fonctionnement d’une entreprise relève plus d’un système soviétique que démocratique… tous au service du parti, pardon, de l’actionnaire!

    J'aime

  5. Qui ça? Moi? permalink
    16 mai 2012 0 h 38 min

    Darwin, je m’excuse mais c’est 2012, pas 2011.

    J'aime

  6. Qui ça? Moi? permalink
    16 mai 2012 0 h 39 min

    Merci je cherchais justement cet article.

    J'aime

  7. benton65 permalink
    16 mai 2012 1 h 30 min

    Les juges ont la gâchette facile a créer des précédents et jurisprudence hors du contexte de la loi….

    Peut-être un problème de nomination partisane… mais « heureusement » la commission Bastarache a tout réglée ça!!!

    J'aime

  8. 16 mai 2012 5 h 59 min

    Encore de l’intimidation ce matin de la part de ce gouvernement. Cela en devient une habitude.

    « Charest prêt à forcer le retour en classe »

    http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/15/01-4525634-charest-pret-a-forcer-le-retour-en-classe.php

    J'aime

  9. 16 mai 2012 7 h 05 min

    « On s’en sert même pour intimider un porte-parole étudiant! »

    Le lien que tu as mis dans cette phrase nous dirige vers la significations du mot « banal ».

    J’imagine que tu voulais parler du ptit stool vert qui a accusé GND d’outrage au tribunal?

    Je me demande comment ces larbins verts (pas toi Yves) font pour dormir quand ils voient leurs se faire tabasser par la flicaille!

    J'aime

  10. 16 mai 2012 7 h 54 min

    @ Qui ça? Moi? et Koval

    «2011 et banal»

    Merci, de vos vérifications! C’est corrigé!

    @ Yves

    «Encore de l’intimidation ce matin »

    Merci pour le lien. C’est en fait la concrétisation des menaces dont je parlais dans la dernière citation du billet.

    @ Koval

    «Je me demande comment ces larbins verts (pas toi Yves) font pour dormir quand ils voient leurs se faire tabasser par la flicaille!»

    Il me semble que j’ai vu ce «larbin» hier soir à RDI (un Morasse). Il ne semblait pas du tout gêné. À moins que je confonde avec quelqu’un d’autre.

    @ Qui ça? Moi?

    «Merci je cherchais justement cet article.»

    Lequel? Celui que j’ai mis en commentaire? Il est très intéressant pour bien comprendre que l’utilisation de «boycott» plutôt que «grève» n’est pas qu’une guerre terminologique, mais aussi une arme juridique…

    J'aime

  11. 16 mai 2012 8 h 10 min

    Je suis certain que ce larbin n’est aucunement gêné et dort d’un profond sommeil.

    Moi, larbin vert, j’exprime seulement mon talent de serviteur, soit de yes-man avec les jolies demoiselles comme toi cher Koval. 😉

    J'aime

  12. 16 mai 2012 13 h 43 min

    Les carrés verts sont convaincus qu’ils sont des héros qui vont à « contre-courant ». Pas certain qu’ils ressentent des questionnements moraux.

    J'aime

  13. 16 mai 2012 17 h 31 min

    «Pas certain qu’ils ressentent des questionnements moraux.»

    J’en ai vus qui refusaient de passer les lignes en raison de la violence policière et des coups que recevaient leurs collègues. À Valleyfield, je crois. Mais, ils ne semblent pas très nombreux comme ça…

    J'aime

  14. 17 mai 2012 15 h 48 min

    Cela dit, même les carrés verts se font fourrer par le gouvernement Charest maintenant.

    J'aime

  15. barefootluc permalink
    17 mai 2012 20 h 32 min

    @ Darwin

    Mes hommages et félicitations pour ce merveilleux blogue qui est rafraichissant, pour la qualité de l’information qui s’y retrouve, quand on regarde le virage que prennent certains médias ces temps-ci (Le Devoir, Radio-Canada…). Ça m’aura convaincu de commencer à y contribuer aujourd’hui par mes premiers commentaires.

    J'aime

  16. 17 mai 2012 20 h 52 min

    @ barefootluc

    Bienvenue ici!

    Merci pour les bons mots, ça encourage à persévérer!

    «Ça m’aura convaincu de commencer à y contribuer aujourd’hui par mes premiers commentaires.»

    Ne vous gênez surtout pas pour récidiver!

    J'aime

  17. barefootluc permalink
    5 juin 2012 7 h 45 min

    Parlant d’intimidation en voici un exemple éloquent:

    Si vous participez à un mariage à Montréal tenez-vous loin des manifs, car la tradition du klaxon pourrait valoir au cortège une intervention de l’escouade antiémeute.

    C’est ça l’argent de nos taxes à l’œuvre? Tant de policiers pour terroriser un ti-vieux pour avoir klaxonné en appui aux étudiants?

    J'aime

  18. barefootluc permalink
    7 juin 2012 14 h 43 min

    Quel bon « timing » pour faire de l’Intimidation!

    La police serait au service du politique et du patronat et elle ne ferait pas mieux?!!!

    http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/06/07/001-operation-policiere-metro-montreal.shtml

    J'aime

  19. barefootluc permalink
    7 juin 2012 14 h 51 min

    Le chef d’accusation « ‘incitation à ***craindre*** un acte terroriste » est vraiment d’une stupidité incroyable. On peut dire merci à ceux qui utilise la « Loua et l’Ordre » à des fins politiques pour se faire élire. Quel beau pays le Ska-nada! 8:-(

    J'aime

  20. barefootluc permalink
    8 juin 2012 21 h 42 min

    Est-ce vraiment le fruit du hasard si la fille d’Amir va demeurer en prison jusqu’à lundi?

    Dans le cadre d’une conférence sur la violence en milieu de travail j’ai appris d’une chercheuse que l’on enseigne aux gestionnaires qu’une bonne façon de briser psychologiquement un(e) employé(e) est de prendre des mesures disciplinaires en fin d’après-midi le vendredi, question de laisser grandir le sentiment de détresse sans que l’employé(e) n’obtienne de l’aide avant le lundi suivant.

    Une sacrée belle façon de mettre de la pression sur les parents! Vraiment venant de John James qui a pété royalement les plombs en traitant Elsie Lefebvre « d’«ostie d’chienne» » quand elle s’en est pris à sa Michou, c’est franchement ironique!

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/84460/altercation-au-sujet-de-l-epouse-du-premier-ministre-charest-offre-ses-excuses-et-en-demande-a-son-tour

    Monsieur s’excuse et s’empresse de jouer à la victime en demandant des excuses. Sous le masque d’un comportement en apparence très civilisé (souhaits de bonne retraite aux députés de l’opposition, charme auprès des enfants…) se cache l’un des politiciens le plus vicieux qu’on a vu siéger à l’Assemblée Nationale. C’est typique de l’hypocrisie des puritains que sont les « Tories ».

    Maintenant après l’épisode des juges « Post-It » et ce choix du moment pour l’arrestation à des fins politiques et économiques on va nous demander de croire à l’indépendance du système judiciaire. Finalement, Duplessis n’était pas si pire si on le compare à John James. 8;-)

    J'aime

  21. the Ubbergeek permalink
    8 juin 2012 22 h 27 min

    Attention là; il y a et vous le savez des gens qui essaient de réhabiliter Duplessis et la Grande Noirceur ces teps-ci…

    Charest est un enculé, mais ca reste encore un amateur face à Duplessis…

    J'aime

  22. barefootluc permalink
    8 juin 2012 22 h 31 min

    Venant de nul autre que « the Ubbergeek » je m’attendais à ce que le sarcasme soit détecté. 8;-)

    J'aime

  23. Richard Langelier permalink
    8 juin 2012 22 h 34 min

    La gaffe en question était celle de Diane Lemieux. Son rôle était de préparer la période de questions et d’expliquer à Elsie Lefebvre que cette allusion au fait que Michèle Dionne était bénévole à la Croix-Rouge était, pour le moins déplacée. Qui plus est, la question d’Elsie Lefebvre illustrait la position du Parti québécois. On réduit les impôts des entreprises et des particuliers qui profitent aux contribuables aux plus hauts revenus, mais et on s’assure que Centraide aura le monopole des cotisations à la source des employés de l’État. Cette façon de financer les organismes communautaires ne m’a jamais paru sérieuse. Si je suis souverainiste, je devrais taire cette façon d’agir ???

    J'aime

  24. barefootluc permalink
    8 juin 2012 22 h 38 min

    ???

    J'aime

  25. barefootluc permalink
    8 juin 2012 22 h 58 min

    Simulons un autre scénario.

    On remplace « Michou » par un(e) député(e), quelqu’un dans le personnel politique et John James sortait sa langue de bois au lieu de tenir des propos qui ne sont pas toléré en milieu de travail par une « Loua » du Quebec’s Liberal Party. La violence on la condamne pas seulement quand ça fait notre affaire. Encore plus si on a poussé une « Loua » contre la violence. Non?

    J'aime

  26. Richard Langelier permalink
    9 juin 2012 0 h 00 min

    Je ne partirai pas en guerre contre farefootluc. D’autres péquistes qui croient au rôle du secteur communautaire répondront sans doute à ma question, s’ils fréquentent Jeanne Émard.

    @ the Ubbergeek

    Parmi les 51 % (koval me dira si j’ai le droit d’arrondir ainsi) qui ont considéré que la souveraineté ne leur était pas acceptable en 1995, j’ose croire que plusieurs n’acceptent pas les lois sociales et environnementales du gouvernement Charest. J’aimerais, moi aussi, qu’ils ne soient pas orphelins politiques. Une piste de solution pourrait être : « Comme gouvernement provincial, Québec solidaire propose d’accroître les revenus de 8 G$. Il considère qu’un Québec souverain, maîtrisant 100% de ses impôts et négociant lui-même ses traités commerciaux pourrait avoir de meilleurs programmes sociaux». Je ne pense pas qu’aux prochaines élections, cela pourrait une différence en termes de députés. Il me semble cependant que le débat politique s’en porterait mieux au Québec.

    J'aime

  27. the Ubbergeek permalink
    9 juin 2012 0 h 11 min

    Je suis un fan d’histoire alternative – le hobby TRÈS nerd et intello des ‘Et si..’ en histoire. Genre, ‘Et si la Révolte de 1837 avait réussi?’.

    Si QS avait été fédéraliste au départ (ou après ce fameux congrès), est-ce que le résultat électoral aurait été différant, son parcour politique et histoire aussi? Auraient-ils eu plus ou moins que les 10% or so de maintenant?

    Des fois, je me demande si en effet, Dumont-ADQ avait raison un peu sur ‘les vrais affaires’, mais de l’aurtre coté disons. À force de se focuser sur le destin de la nation, la droite entre dans nos rangs, hard.

    Mais donc… Est-ce la gauche se porterait mieux au Québec sans Fédéralisme VS Souveranisme? et la droite, alors?

    uchronie-politique fiction.

    J'aime

  28. the Ubbergeek permalink
    9 juin 2012 0 h 18 min

    De même, dans sa tromperie, la CAQ a un peu raison;

    On peut pas forcer les gens à la souveraineté si on est démocratique. Si il y a encore un NON a un référendum, ou une élection ‘référendaire’ part en couilles, ou de quoi, on fais quoi? Peut-on déclarer une souveraineté CONTRE le peuple? Peut-on les ‘propagandez’ vraiment

    C’est pas du défaitisme que de faire face à un TRÈS possible scénario de défaite.

    Et si l’idée de souverainisme un jours finissait au placard pour longtemps, si ce n’est pour tourjours?

    On fais quoi, maintenant, réalistement? Et après un autre échec?

    J'aime

  29. barefootluc permalink
    9 juin 2012 0 h 32 min

    « On fais quoi, maintenant, réalistement? Et après un autre échec? » [the Ubbergeek]

    Pourquoi ne pas faire comme Harper et essayer à nouveau jusqu’à ce que l’on gagne? 8;-)

    Ceci dit, je ne suis pas convaincu que c’est dans les commentaires de cet article – L’intimidation – qu’il est pertinent de discuter de ce sujet.

    J'aime

  30. Richard Langelier permalink
    9 juin 2012 0 h 37 min

    Je considère, moi aussi, qu’on ne pourra pas faire 18 référendums. J’ai 64 ans et j’ai l’impression que sur mon lit de mort, Je dirai: « si seulement les Québécois l’avaient voulu, nous aurions fait de grandes choses »

    Je constate par contre qu’il y a des écoles passerelles, que la Cour Suprême du Canada invalide des lois linguistiques du Québec, en vertu d’une Constitution que nous n’avons pas signée. Que faire? Que faire?

    J'aime

  31. the Ubbergeek permalink
    9 juin 2012 1 h 47 min

    @barefootluc

    Certains pourraient se demander si le juste-qu’au-boutisme est pas une forme de, enfin…
    Et les souverainistes radicaux, poussés au mur, pourraient en venir à une certaine intimidation.

    Ca a passé innapercu, et il y a eu beaucoup de mesquinerie, mais il y a eu AUSSI des accusations de la part de FÉDÉRALISTES au moins pour 95 que des souverainisties ont peut être AUSSI manipulés des résultats. De la bullshit surement, mais… ca reste possible, ce genre d’intimidation.

    ENtres autres.

    @Richard

    Est-ce qu’on pourrait demander à la signer, MAIS avec des changements? En attendant au moins?

    Gros impossible, ‘alien space bats’ on dirait dans le milieux de l’uchronie anglophone, mais…

    J'aime

  32. 9 juin 2012 6 h 16 min

    @ Richard

    «D’autres péquistes qui croient au rôle du secteur communautaire répondront sans doute à ma question»

    Quelle question? La seule que je vois est «Si je suis souverainiste, je devrais taire cette façon d’agir ???»

    Le pire, c’est que Elsie Lefebvre ne défendait pas un bon dossier, selon moi. Il était anormal que Centraide ait le monopole de la contribution directe auprès des employés de l’État.

    J'aime

  33. koval permalink*
    9 juin 2012 7 h 16 min

    Au Geek nerd!

    « Est-ce la gauche se porterait mieux au Québec sans Fédéralisme VS Souveranisme? et la droite, alors? »

    Ben oui, je serais tellement plus avancé avec les Solidaires au pouvoir et Harper comme comme premier ministre qui emprisonne les réfugiés de manière discrétionnaire…..Une belle gauche collabo, on serait bien avancé!

    J'aime

  34. barefootluc permalink
    9 juin 2012 9 h 29 min

    « Le pire, c’est que Elsie Lefebvre ne défendait pas un bon dossier, selon moi. Il était anormal que Centraide ait le monopole de la contribution directe auprès des employés de l’État. » [Darwin]

    J’essayais de mettre l’accent sur la réaction démesurée de John James si on la compare à la réaction digne d’Amir quand sa fille est arrêtée juste avant le début du GP de F1. Dès le départ, on pouvait deviner qu’on la garderait « en dedans » jusqu’à la fin du spectacle de la F1.

    L’intervention d’un seul intervenant aura suffi à faire dévier le sujet. 8:-(

    Et « by the way », concernant le fameux scandale du monopole de Centraide. Mon employeur fait la retenu sur le salaire pour Centraide et je ne travaille pas pour l’État et pas plus une société d’État. Mon petit doigt me dit que Centraide aura été le 1er à en faire la demande et surtout en le présentant de la bonne façon (probablement en plaidant que Centraide redistribue à plusieurs organismes). Nous devons admettre que l’on peut comprendre mon employeur de se contenter de l’offrir qu’à un seul organisme étant donné les coûts de gestion que cette opération implique. Un autre organisme aura fait une autre demande en 1er à mon employeur, d’autres ressources de la compagnie sont mises au service de cet organisme sans frais.

    Ceci dit, il y a plusieurs organismes qui me sollicitent pour qu’un prélèvement soit fait régulièrement sur ma carte de crédit.

    J'aime

  35. 9 juin 2012 10 h 11 min

    @ barefootluc

    «on peut comprendre mon employeur de se contenter de l’offrir qu’à un seul organisme étant donné les coûts de gestion que cette opération implique»

    Oui, mais la situation est très différente dans le secteur public. Selon moi, l’État ne peut pas offrir des conditions à des organismes de bienfaisance sans offrir la même chose aux autres.

    «J’essayais de mettre l’accent sur la réaction démesurée de John James»

    Il a certainement manqué de dignité, je ne le défendrai pas sur ce point. Il n’en demeure pas moins que la sortie de Mme Lefebvre était pour moi de la petite politique. Associer le bénévolat de la femme du premier ministre à une décision administrative correcte sans preuve, seulement par allusion, est un geste à dénoncer sans réserve,

    Cela me fait penser à l’accusation de Christos Sirros qui avait en 1998 utilisé une affirmation du journal The Gazette pour prétendre que la femme de Bernard Landry, Lorraine Laporte, avait bénéficié d’un traitement préférentiel loorsqu’elle était traitée pour le cancer. Encore là, de la petite politique… Et, ce n’est pas du PLQ bashing…

    J'aime

  36. barefootluc permalink
    9 juin 2012 11 h 20 min

    Concrètement dans le cas de mon employeur donné ce privilège à un autre organisme signifierait fort probablement qu’on imprime le relevé de salaire sur une autre page (ça rentre de peur sur une page présentement), peut-être devoir mettre quelqu’un de plus à temps partiel pour arriver à traiter le tout à temps. Aussi ça demanderait peut-être une modification du logiciel de paie qui est protégé par une licence d’utilisation que le fabricant nous impose. Le fabricant n’accepterait peut-être pas de faire ces modifications, et même s’il accepte à quels coûts le fera-t-il? Et quand le fera-t-il? Dans sa liste de priorités, ce serait en haut ou en bas?

    Et pour ceux qui se demandent pourquoi on n’a pas de relevés virtuels (format PDF), je ne peux le certifier, mais je crois qu’on a une contrainte légale qui nous oblige à en remettre une copie papier.

    Bref une décision bien facile à prendre en mode gérant d’estrade, mais qui a des implications plus grandes qu’il ne paraît.

    J'aime

  37. barefootluc permalink
    9 juin 2012 11 h 22 min

    Peut-on revenir au sujet c.-à-d. l’intimidation? 8;-)

    J'aime

  38. barefootluc permalink
    9 juin 2012 11 h 29 min

    J’oubliais un détail important.

    « Bref une décision bien facile à prendre en mode gérant d’estrade, mais qui a des implications plus grandes qu’il ne paraît. »

    Peut-on comprendre que mon employeur désire utiliser un autre moyen (par exemple prendre une partie de l’argent supplémentaire qui serait impliquée et faire un don) que la déduction à la source au lieu d’engager des ressources financières supplémentaires qui n’iront pas à l’organisme que l’on désire appuyer?

    Dans mon cas il s’agit d’une seule compagnie. Imaginez ce que ça représente pour la fonction publique. Serait-il plus efficace d’avoir un programme qui subventionne directement ou nous incite à faire encore plus de dons à titre personnel?

    J'aime

  39. 9 juin 2012 11 h 53 min

    «Imaginez ce que ça représente pour la fonction publique.»

    Ça donne des économies d’échelle, puisque le système peut s’appliquer à tous!

    «Serait-il plus efficace d’avoir un programme qui subventionne directement ou nous incite à faire encore plus de dons à titre personnel?»

    Je verrais mal un employeur dire aux employés que faire avec leur argent… Quant aux subventions, je ne comprends pas vraiment.

    «je crois qu’on a une contrainte légale qui nous oblige à en remettre une copie papier.»

    Non, ça existe des relevés sur format électronique.

    J'aime

  40. barefootluc permalink
    9 juin 2012 12 h 11 min

    Wow! Définitivement mon message ne passe pas bien… 8:-(

    Primo:

    « «je crois qu’on a une contrainte légale qui nous oblige à en remettre une copie papier.»

    Non, ça existe des relevés sur format électronique. »

    Je n’ai pas écrit qu’un relevé en format PDF n’existe pas ou n’est pas supporté par le logiciel. J’ai écrit qu’une ** contrainte légale nous oblige à en remettre une copie papier **, et apparemment dans la liste de priorité de mon employeur changer *** ce fait *** est en bas de la liste ou n’y est tout simplement pas. Apparemment la priorité est à mieux servir nos clients.

    Secundo:

    « Ça donne des économies d’échelle, puisque le système peut s’appliquer à tous! »

    Dans mon exemple ça implique de doubler le nombre de feuilles utilisées, imprimées, manipulées… Je ne vois pas où est l’économie d’échelle?!

    Tertio:

    « Je verrais mal un employeur dire aux employés que faire avec leur argent… Quant aux subventions, je ne comprends pas vraiment. »

    Dans ce cas comme on parlait de l’État, il est possible de mettre des mesures fiscales incitatives par exemple ou tout simplement utiliser un programme de subventions ou en établir un autre.

    Pour mon employeur les mesures incitatives peuvent être une commandite qui fait que si l’on contribue on peut participer à un tirage permettant de gagner plusieurs items. Les chances de gagner peuvent être proportionnelles à notre contribution…

    Bon je vais aller profiter du soleil…

    J'aime

  41. 9 juin 2012 12 h 38 min

    «Définitivement mon message ne passe pas bien»

    Moi non plus! J’abandonne…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :