Skip to content

L’huile bitumineuse

14 juin 2012

Le bourdonnement dans mes oreilles est tellement fort que je ne sais pas si je serai capable d’écrire ce billet. Tout ça a pourtant commencé par une simple revendication des étudiants qui s’opposaient à la hausse des droits de scolarité pour les études universitaires. Au début, le débat était relativement civilisé. Certains nous rappelaient que les québécois étaient choyés comparativement aux autres étudiants en Amérique du nord. D’autres disaient que le modèle européen était beaucoup mieux, favorisant l’accessibilité. Un débat presque théorique, sur fond de crise économique.

Quelques voyous ont commencé à se pointer aux manifestations. Des vitres cassées, des roches projetées, des injures lancées… La police s’est énervé.

Malgré tout, le débat est demeuré calme. Les bulletins de nouvelles et les quotidiens nous rapportaient la nouvelle. Certains grinçaient des dents, d’autres prenaient ça avec un grain de sel. Et soudain… Le premier ministre a donné le ton en tournant le dos aux étudiants tout en voulant protéger le grand-prix automobile et les festivals.

Mais, depuis quelques jours, c’est la débandade sur les réseaux sociaux et dans les différents médias du groupe Quebecor. Pour ce dernier, une occasion en or. Rien de surprenant de voir le Journal de Montréal gonfler une anecdote en drame social pour faire un peu de fric. Mais aujourd’hui, l’empire a un gros problème sur les bras. Ses nombreux blogueurs et faux-journalistes, exigeant la réduction de la taille de l’état et l’imposition du « chacun-pour soi », écrivent tout et n’importe quoi sans aucun sens de l’esprit critique. Encore cette semaine, Joanne Marcotte :

Les forces [progressistes] dont vous parlez sont des forces corporatistes, des groupes d’intérêts, des radicaux d’extrême-gauche qui veulent en finir avec notre régime de droit, notre économie mixte (qu’elles qualifient à tort d’ultra ou de néo-libérale). Ces forces sont celles des privilégiés de notre société, des ingénieurs sociaux, des idéalistes qui crachent sur notre démocratie libérale et sur nos institutions.

Et bien chère madame, vous m’attaquez et m’insultez encore une fois. En mettant tout le monde dans le même paquet, vous généralisez, vous faites preuve d’une malhonnêteté intellectuelle exemplaire, si vous comprenez ici ce que je veux dire. Si je suivais le même raisonnement que vous, pourrais-je dire que tous les sympathisants de la droite politique veulent privatiser l’assurance-maladie et la Régie des Rentes parce vous et un autre fondateur du RLQ gagnez votre vie dans le domaine des placements et des assurances ? Et me donneriez-vous le droit de remettre en question votre dédain pour l’étatisme québécois alors que vous et un autre fondateur du RLQ n’hésitez pas à travailler pour l’enfant-chéri de la Caisse de Dépôt ? Non, je préfère vous dire, comme je l’ai fait ce matin sur vos deux blogues :

Mais alors, que fait la droite politique pour rassembler les québécois? Pourquoi le RLQ, qui se présente comme le seul représentant de la droite politique québécoise (sans intérêts corporatistes), n’essaie-t-il pas de se rallier au mouvement actuel qui cherche une façon de se débarrasser de certains politiciens corrompus ? Pourquoi ne pas reprendre la grande marche des cols rouges à votre façon tout en y invitant les québécois de toutes allégeances politiques ?

Je ne prétends pas que tous les québécois sont à gauche politiquement. Je serais plutôt porté à croire qu’ils sont plutôt au centre. Modérés, ouverts aux changements tout en désirant protéger quelques acquis. Mais vous ne pouvez pas prétendre que la « majorité silencieuse », qu’on tente d’associer aux nombreux sondages, adhèrent aux idées de la droite politique. Si c’était le cas, vous le savez bien, le Parti Conservateur aurait connu du succès au Québec…

Je crois que Jean Charest a un plan : il veut diviser le Québec afin de remporter quelque chose comme 35% à 40% du vote aux prochaines élections. Malheureusement, vous me donnez l’impression de collaborer avec lui, que ce soit planifié ou non.

Il ne faut pas simplement « focuser » nos opinions sur les groupes radicaux qui se font entendre – parfois de façon malhabile, j’en conviens – mais sur ce qui se dégage de ce soulèvement de milliers de citoyens. Associer les progressistes québécois au Black Bloc ou à la CLAC est aussi malhonnête que d’associer les militants de la droite politique québécoise aux enragés des radios-poubelle et aux xénophobes qu’on peut lire sur les réseaux sociaux.

Calmons-nous et tentons de trouver un point commun qui nous permettra d’unir nos forces.

Publicités
29 commentaires leave one →
  1. Brock Aulie permalink
    14 juin 2012 16 h 57 min

    Rares sont les occasions ou la gauche et la droite peuvent unir leurs efforts pour assainir leurs gouvernements. Québécois, ne ratez pas cette chance!

    J'aime

  2. 14 juin 2012 18 h 49 min

    Merci de souligner les exagérations et les contradictions de la droite!

    J'aime

  3. 14 juin 2012 19 h 10 min

    @ Brock Aulie

    Bienvenue ici aux grosses légumes!

    @ Lutopium

    Je n’ai pas compris le titre du billet…

    J'aime

  4. 14 juin 2012 20 h 48 min

    @Darwin
    « Je n’ai pas compris le titre du billet… »

    = = =

    C’est pourtant simple, parbleu! Luto voulait souligner que tout baigne dans l’huile, tellement les raisonnements qu’il dénonce sont visqueux! 😉

    J'aime

  5. 14 juin 2012 20 h 53 min

    @Darwin
    « Bienvenue ici aux grosses légumes! »

    Wo les moteurs (ça va ménager l’huile bitumineuse!)
    Le brock aulie, c’est pas gros, c’est jusse vert et plein de bonnes zaffaires.

    J'aime

  6. 14 juin 2012 20 h 55 min

    « c’est jusse vert et plein de bonnes zaffaires»

    Bof, c’était un clin d’oeil… Et puis, sait-on jamais! 🙂

    J'aime

  7. 14 juin 2012 20 h 56 min

    «Luto voulait souligner que tout baigne dans l’huile, tellement les raisonnements qu’il dénonce sont visqueux! »

    Oui, ça se tient!

    J'aime

  8. the Ubbergeek permalink
    15 juin 2012 0 h 29 min

    Ca ne sert à rien d’essayer de parler à ces gens.

    Je crois que dans la vie, on peut par example ne même pas lire un texte X quand il y a des signes clairs de biais assez profond que la discussion serait stérile – comme par example, un texte sur les groupes sociaux et syndicats qui répètent l’expression ‘Soviet Canuckistan’ ou ‘”marxisme culturel’, ou ‘l’impot, ce vol’.

    J'aime

  9. 15 juin 2012 1 h 16 min

    Comme l’aurait dit mon père, Johanne Marcotte est assez intelligente pour allumer un feu, pas assez pour l’éteindre…

    J'aime

  10. 15 juin 2012 5 h 31 min

    @ Benton

    « est assez intelligente pour allumer un feu, pas assez pour l’éteindre»

    Quel sage il était, ce papa!

    J'aime

  11. 15 juin 2012 6 h 42 min

    « Comme l’aurait dit mon père, Johanne Marcotte est assez intelligente pour allumer un feu, pas assez pour l’éteindre… »

    C’est assez représentatif de l’action politique du RLQ. On n’y propose pas grand chose. On y lance de grandes idées abstraites comme la responsabilité et la liberté individuelles, tentant de nous faire croire que les québécois seraient irresponsables et prisonniers d’un système… Leur dernière conférence portait sur les dangers de l’islamisme, c’est peu dire.

    Comme je l’ai mentionné au début de ce petit billet, trop d’idées dans la tête pour rédiger un billet élaboré. En cherchant le titre, j’ai pensé à l’expression « jeter de l’huile sur le feu », ce qui, à mon avis, décrit assez bien le rôle que joue Marcotte, Duhaime, Facal, Martineau et tous les autres disciples du marché et du chacun-pour-soi. Et je me suis rappelé leur admiration envers le pétrole albertain… C’est donc de l’huile sale et coûteuse qu’ils jettent sur l’actualité.

    J'aime

  12. 15 juin 2012 6 h 59 min

    «C’est donc de l’huile sale et coûteuse qu’ils jettent sur l’actualité.»

    Merci Luto! Papitibi a mieux compris que moi!

    J'aime

  13. koval permalink*
    15 juin 2012 7 h 11 min

    Je les trouve assez silencieux ces ptits dretteux en temps de crise. À mon avis, ils sont assez divisés eux-même.

    Duhaime est contre la hausse et contre la loi 78, marcotte est pour la prison à vie pour tous les gauchistes qui mettent le nez dehors, loi 78 ou pas!

    Dommage que TVA et canal V n’en décrochent pas de ces zozos, sinon, ils ne manqueraient à personne et tomberaient assez vite dans l’oubli.

    J'aime

  14. 15 juin 2012 8 h 47 min

    Y’a des langues sales sur Facebook qui ont lancé une explication pour Duhaime et son appui pour les étudiants. Si cette rumeur s’avère vraie, il ne s’agit pas ici de liberté individuelle mais bien d’un intérêt personnel. Tout comme le chum de Marcotte et Ian Sénéchal ont tout intérêt à voir disparaître la RAMQ et la RRQ pour vendre encore plus de polices d’assurance et de placements pour la retraite. Ça, ils ne le disent pas.

    J'aime

  15. sombredereliction permalink
    15 juin 2012 10 h 33 min

    « Comme l’aurait dit mon père, Johanne Marcotte est assez intelligente pour allumer un feu, pas assez pour l’éteindre… »

    C’est mon opinion aussi… Jumelle intellectuelle d’André Pratte quant à moi.

    J'aime

  16. koval permalink*
    15 juin 2012 10 h 39 min

    Moi je dis plutôt, juste assez folle pour mettre le feu partout et pas assez fine pour l’éteindre….comme Charest…

    J'aime

  17. Blink permalink
    15 juin 2012 13 h 09 min

    ou juste trop nounoune pour savoir se servir d’un extincteur

    J'aime

  18. Blink permalink
    15 juin 2012 13 h 23 min

    ou trop girouette pour se rappeler à quel endroit elle l’a rangé

    J'aime

  19. 15 juin 2012 13 h 28 min

    @ benton,

    Bonjour tout le monde,

    « Comme l’aurait dit mon père, Johanne Marcotte est assez intelligente pour allumer un feu, pas assez pour l’éteindre… », écrivez vous. Mon grand père disait, lui :  » les gens qui mettent le feu aux poudres sont souvent assez stupides pour s’étonner de l’explosion ».
    Les grands esprits se retrouvent, comme on dit en France.

    Bon après midi

    J'aime

  20. 15 juin 2012 14 h 55 min

    « Dommage que TVA et canal V n’en décrochent pas de ces zozos »

    C’est purement pour des raisons financières. On attire plus de côtes en étant émotif qu’intelligent. La majorité lit un journal ou s’écrase devant la télé pour prendre une pause, pas pour réfléchir, d’où il faut s’adresser aux sens et non à l’intelligence. TVA comprends ça…

    J'aime

  21. 15 juin 2012 17 h 36 min

    Un vrai concours de comparaisons!

    J'aime

  22. 15 juin 2012 19 h 53 min

    @Benton et Koval

    « Dommage que TVA et canal V n’en décrochent pas de ces zozos”
    C’est purement pour des raisons financières.

    Le Père Pédalo savait comment faire une piastre: pas un mot sur la guerre du Viet-Nam, mais les lecteurs de son Journal de Mourial savaient le nom de tous les chiens écrasés dans les rues de Montréal, de même que la couleur des bobettes de Patof et le nombre de points de suture sur la jambe de Frank Mahovlich.

    Ça fa-tu assez « années 60-70 », ça? 😉

    En 1962, les Chalvin publiaient « Comment on abrutit nos enfants ». Pédalo a cultivé l’art d’abrutir leurs parents.

    J'aime

  23. 15 juin 2012 22 h 07 min

    « Calmons-nous et tentons de trouver un point commun qui nous permettra d’unir nos forces. »

    Pourquoi pas l’équité intergénérationnelle Lutopium ?

    C’est utopique, mais ça me semble un bon thème pour la prochaine élection multinationale, compte tenu de la forme particulière de la structure de notre population, une tête énorme sur un pied étroit plutôt que l’inverse. Je verrais en 2013 plutôt que 2012 pour ne pas faire « ignoble et grotesque » comme reprend Marissal.

    Pour avoir écouter une pub du PLQ, je dirais que ce parti est ouvert à ce thème depuis peu. Pour avoir lu plus qu’écouté Éric Duhaime, je pense qu’il accepterait que le bébé qu’il chérit soit étudié sous d’autres coutures que celles qui lui tiennent à coeur, comme certaines dont traite Jean François Lisée dans Pour une gauche efficace après Sortie de secours et Willy Pasini dans Les nouveaux comportements sexuels. Inutile de rappeler qu’une nation, en plus de se récréer, doit se régénérer sexuellement, sinon elle disparaît au profit de celles dont les membres acceptent encore de joindre l’utile à l’agréable, somme toute.

    Je verrais un genre de moratoire de 15 à 17 mois, le temps de disposer d’une ligne commune « qui nous permettra d’unir nos forces » plutôt que de les opposer entre de gauche et de droite, quand ce n’est pas entre demeurés canadiens et devenus strictement québécois, celles des moins de 18 ans, celles des 18-29, celles des 30-49, celles des 50-64, celles des 65-79 et celles des 80 et plus. Les strates d’âge fournies ne sont qu’à titre indicatif.

    J'aime

  24. the Ubbergeek permalink
    16 juin 2012 2 h 42 min

    Avocat du Diable; pourquoi s’allier ou de quoi avec la droite, quand les buts sotn CLAIREMENT opposés, le prix d’un ‘Pacte avec le Diable’ pourrait être un remède pire que le mal, ou que l,autre coté pourrait vous trahir et vous backstabber?

    J'aime

  25. 17 juin 2012 12 h 26 min

    Les buts personnels partisans des gens de droite et des gens de gauche sont clairement opposés, les buts collectifs, intergénérationels en particulier, à examiner. On s’entendrait sur le fait que certains québécois veulent être riches sans limite, d’autres, sans carrière, sans talents particuliers, sans énergie en trop à investir, sans diplômes à vendre dans les sciences robustes, sans espoir à court terme, fatigués pour plusieurs,, veulent juste être bien après le travail, comme dans la chanson de Luc Plamondon La serveuse aux tomates ou automates, je n’ai qu’entendue.

    Effectivement, mais le prix d’un pacte avec les diabolisés sera sans doute moindre après négociation. Les diabolisés n’ont pas le gros bout du bâton de la natalité, ça appartient en sociologie consacrée à la classe moyenne. Les diabolisés ont-ils l’oreille des utérus ? Poser la question, c’est se questionner.

    Avec la droite, il faut envisager l’évolution économique du Québec sous l’angle de la démographie, de nos intérêts multinationaux particuliers, des théories stimulantes mises de l’avant par Darwin en développement social et culturel et de l’expérience concrète de Lutopium autant que celles d’Éric Duhaime et Joanne Marcotte ailleurs pour n’en nommer que deux et du dynamisme hallucinant, patriotique et j’en passe, de Jean-François Lisée. J’oubliais la combativité de Koval et le je ne sais quoi de Sombredereliction.

    Je sais, à crier des noms, je vais faire des jaloux. J’essaierai de faire avec.

    J'aime

  26. the Ubbergeek permalink
    17 juin 2012 13 h 01 min

    Si opposé que pas toujours compactible.

    *Si* il y a vrai négotations, je crains un truc genre Nuit des Longs Couteaux. Et le prix pourrait être haut à cause des visions opposées par example. Que vas-t’on sacrifier pour cette lubie de l’unité qui a couté CHER à Obama?

    Ca rejoin ma remarque du prix à payer.

    Non, des fois au contraire, le combat est peut-être inévitable. Un désir gentillet d’unité factice, et la gauche se retrouverais possiblement enc…. encore.

    J'aime

  27. the Ubbergeek permalink
    17 juin 2012 13 h 34 min

    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/352608/il-n-y-a-pas-lieu-de-feter-le-tax-freedom-day

    Il ne peut, ne doit pas avoir de compromis avec des telles idées; en fait, impossible. C’est comme essayer de marrier Athéna et Ares, ou la Colombe et le Faucon. Réalités.

    J'aime

  28. Richard Langelier permalink
    17 juin 2012 23 h 04 min

    @ papitibi

    Frank Mahovlich a coûté cher de pellicule à Pierre Péladeau. Il lui a fallu plusieurs semaines avant de marquer son 500e but. Finalement, Toto Gingras a pris 500 photos lors du 500e but, avec l’équipement professionnel de l’ancien temps : déroulement automatique, caméras sur trépieds, sur la bedaine et au moins une dans les mains.

    Les péquistes l’admiraient don’ ! Pierre Péladeau avait démontré que, nous les Canadiens-Français avions la bosse des affaires. Dominic Champagne lance une pétition pour une coalition avec ces « progressistes ». Il n’a jamais pensé à s’impliquer dans le Mouvement pour une Démocratie nouvelle pour réclamer, au moins, un mode de scrutin mixte, avec des éléments de proportionnalité?

    J'aime

  29. 20 juin 2012 12 h 12 min

    En réplique à :

    the Ubbergeek 17 juin 13:34

    Par la force dynamique des choses et le talent des humains, La moyenne, la médiane, voire le mode, se retrouvent toujours entre les deux extrêmes d’une variable dépendante, sous l’effet des variables indépendantes en cause. Vos appréhensions vous appartiennent.

    Le combat ? La suite des choses déterminées est inévitable jusqu’à la fin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :