Skip to content

De joyeux caribous partout

22 septembre 2012

Pendant la campagne électorale, on a parlé beaucoup de la division des citoyens québécois, de la polarisation des idées ou du manque de vision commune unifiant la nation. Cette chanson malheureuse et larmoyante issue de l’élite politique, surtout de droite, fut reprise en cœur par leurs suppôts de la presse.

On m’accusera peut-être d’être sur les gros nerfs, mais les prémisses nourrissant cette ritournelle mille fois entendue m’exaspèrent totalement.

J’aimerais bien qu’on m’explique depuis quand  la polarisation des opinions est une menace dans un état de droit tel que le nôtre. En quoi cela pose-t-il un problème? La liberté d’expression, cette grande valeur qu’on veut défendre à tout prix, n’inclut-elle pas le droit d’émettre des opinions politiques radicales? Quoi de plus normal? En quoi cela devrait-il en désoler certains?

Et que dire de l’expression  « polarisation du débat » ? Les débats, en tout cas, ceux qui sont intéressants, ne naissent-ils pas justement de la polarisation des opinions? Semblerait-il que depuis quelque temps, on tente d’induire dans la population l’idée que la polarisation causée par les  débats gauche vs droite et/ou fédéralistes vs souverainistes est quelque chose de nuisible en plus d’être la grande responsable de notre « immobilisme ».  Cet immobilisme qui me semble plutôt imaginé que réel pourrait être vaincu si nous cessions ces interminables débats épuisants qui rendrait le Québec impuissant.

Voilà donc de bien drôles de lieux communs qui me semblent propres à la  politique québécoise. Un discours, si je ne m’abuse, qu’on entend rarement dans les autres nations. Cet ardent espoir du Québec consensuel semble en animer plusieurs. N’étant pas née de la dernière pluie, je m’imagine bien que derrière de tels  messages politiques se cachent bien des caribous. Voyez-vous, ce concept du caribou de tête menant ses semblables droit vers le précipice, ne devrait pas être réservé qu’à nos nationalistes purs et durs. Il y a bien d’autres écueils que celui des référendums perdus.  Je parle évidemment de ces drôles d’animaux politiques qui veulent qu’on ne parle et ne pense qu’au nom de l’économie et du sacro-saint marché libre. Eux ne sont évidemment jamais responsables d’une certaine polarisation,  ils se posent en sages empêcheurs de tourner en rond, Dieu parle quasiment à travers eux. Je pense bien entendu en écrivant ces lignes à mon ami, Lucien Caribou Bouchard. D’autres exemples de ces représentants sont disponibles sur demande. :mrgreen:

M’enfin, puisque tout est relatif selon les enseignements de  Nancy, ne pourrions nous pas croire que ces caribous de la droite sont les premiers responsables de l’immobilisme de la nation, si on en juge par leurs ruades devant les annonces progressistes de Marois au sujet de l’environnement? Gageons que ces ruades énergiques sont garantes de la volonté ferme de taire toutes les discussions vraiment importantes…

Mais bon, la faune animale étant ce qu’elle est, voyez ce que nos caribous font vers la fin de septembre. Si on en juge par leur cycle biologique, le calme devrait arriver d’ici l’hiver… :mrgreen:

À la fin de septembre, alors qu’ils sont en bonne forme physique, il arrivent à la limite de la forêt où ils passeront l’hiver. C’est alors que commence la période du rut. Les mâles deviennent nerveux et agressifs. Les plus gros mâles cherchent à regrouper des femelles autour d’eux, ce qui provoque parfois des combats. Ils s’affrontent alors avec leurs immenses bois mais ces batailles ne durent jamais longtemps et les blessures sont plutôt rares. Durant cette période, les mâles et les femelles choisies brament mais aussitôt le rut terminé, ils redeviennent silencieux. Les mâles perdent aussi leur agressivité et retrouvent leur calmes.

Publicités
11 commentaires leave one →
  1. 22 septembre 2012 20 h 15 min

    L’idée qu’il est mal de polariser les débats n’est pas exclusive au Québec. Rappelons les républicains qui accusent Obama de vouloir partir une lutte des classes en voulant annuler les baisses d’impôts des riches.

    Notons que cette accusation fut reprise par Raymond Bachand, accusant le PQ et Mme Marois de vouloir «relancer la lutte des classes» parce qu’elle a annoncé vouloir ajouter deux paliers d’imposition. En passant, pourrait-on me dire quand la lutte des classes a pris fin? Pour la relancer, il faudrait qu’elle ait arrêté…

    J'aime

  2. 22 septembre 2012 20 h 27 min

    Tiens, la lute des classes a pris fin?!? Moi qui pensais qu’elle n’avait pas encore commencé;)

    Tu as raison pour les américains, cependant, je pensais aussi à cette idée du projet porteur.

    On est nostalgique des grands chantiers de la Baie de James, ou des JO….On dirait qu’il faudrait absolument jeter notre dévolu dans un chantier pour survivre….On dirait qu’on aimerait trouver une idée que tous les québécois endosseraient, un truc qui mobiliserait les gens et qui nous sortirait du soi-disant immobilisme.

    J’ai comme l’impression que ça fait un tantinet communiste comme pensée….

    Étrange venant de la droite…

    J'aime

  3. 22 septembre 2012 22 h 32 min

    «On dirait qu’il faudrait absolument jeter notre dévolu dans un chantier pour survivre»

    C’est en effet un peu ridicule. On retire les gens de leur milieu de vie et, dans bien des cas, on les sépare de leurs familles et on prétend que c’est ça, créer de la richesse…

    J'aime

  4. Richard Langelier permalink
    23 septembre 2012 1 h 37 min

    Après le référendum de 1980, ma mère me disait que ça avait été terrible, que ça avait divisé les familles. Si je lui avais répondu, ça aurait divisé la famille. J’ai lu ça un peu partout, de la part de ceux qui avaient voté non.

    Depuis au moins vingt ans, Denise Bombardier déplore le silence des intellectuels qui ne prennent position qu’à l’occasion en écrivant dans un langage abscons. Décide-toi, Denise, tu veux des Gilles Proulx, des Jean-Luc Mongrain qui s’épivardent, avec cinquante mots de vocabulaire, sans avoir lu une ligne d’un résumé de la Loi sur les Indiens!

    Je me souviens que Lise Bissonnette avait résumé une étude d’Éric Pineault sur les effets pervers du transfert du rôle de l’État vers la charité privée, mais avait déploré qu’il l’ait publiée dans une revue peu connue. Je n’identifie pas Lise Bissonnette à la paresse intellectuelle de Denise Bombardier, mais j’étais sidéré après la lecture de cet éditorial.

    La gratuité scolaire universitaire accompagnée de bourses plus importantes serait une idée radicale. S’opposer à la fantasmagorie de nos recteurs qui veulent des universités d’excellence sur le plan international selon des critères auxquels La Sorbonne ne répondrait pas, serait super radical.

    Pour nos amis péquistes, s’intéresser aux questions sociales avant le grand soir de la souveraineté, c’est sacrilège.

    Je me suis fait dire que je n’avais pas le droit de critiquer Jean Drapeau puisqu’il était élu. Ceux qui s’opposaient à Duplessis devaient se sentir bien seuls, parfois. En zappant au cours des derniers mois, j’ai entendu des tribuns téléphoniques affirmer à Denis Lévesque qu’il n’y avait pas de conflit entre le gouvernement Charest et la jeunesse, puisque la majorité des étudiants n’avait pas choisi la grève.

    Mes lectures ont surtout été du côté de la sociologie. Je ne devrais pas être surpris par le fait qu’une société résiste au changement. C’est plutôt ce dernier qu’il faut expliquer. Quelles étaient les contradictions au sein de la société féodale européenne qui y ont mis fin? Selon cet article, Marie-Antoinette n’a pas dit: « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche! » http://fr.wikipedia.org/wiki/Qu%27ils_mangent_de_la_brioche_! Quelles étaient les contradictions au sein de la société duplessiste qui ont permis la Révolution tranquille?

    J’avais jeté aux poubelles de l’Histoire mes idées marxiennes parce que je considérais que la révolution keynésienne et la social-démocratie scandinave avaient été encore plus fortes que la critique rongeuse des souris. J’ose croire que l’hyperlibéralisme économique de Jarislowsky http://www.ledevoir.com/politique/quebec/359705/le-quebec-est-devenu-un-etat-ermite est minoritaire dans la société québécoise. Cependant, l’idée que l’ampleur de la dette publique serait catastrophique et serait due à nos programmes sociaux trop généreux semble répandue [1]. Nous produisons trop d’électricité, nous sommes obligés d’en acheter à cause de contrats secrets, nous construisons encore des barrages, parce que construire des logements sociaux écologiquement serait revenir à la lutte des classes. Cocasse!

    [1] Je précise mon idée que je ne crois pas aux ordres de Desmarais. Je pense qu’Alain Dubuc croit chaque mot qu’il écrit.

    J'aime

  5. 23 septembre 2012 7 h 59 min

    Hier, à la radio, on y disait que le programme « consommez-mieux » avait tellement bien fonctionné que ça causait un manque dans les revenus d’Hydro! On suggère une hausse pour rectifier le tir! 🙄

    J'aime

  6. 23 septembre 2012 8 h 09 min

    Au sujet de l’article que cite Darwin…

    Hier, à la même radio (R-C) , un animateur se déchirait la chemise d’indignation devant l’article de Lavoie qui vient de découvrir (quel génie) que les changements de la table d’imposition proposés par Marois concerneraient l’année 2012 au complet!

    http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201209/21/01-4576500-pauline-marois-annoncera-sous-peu-une-hausse-dimpots-retroactive-pour-les-riches.php

    J'aime

  7. Sortie 252 permalink
    23 septembre 2012 8 h 51 min

    C’est vrai que la polarisation des débats en soi n’est pas une mauvaise chose. Mais ce que j’ai senti ce printemps, c’est un durcissement des positions, des orthodoxies qui ont fait dresser des murs et empêché une réelle communication. Mais, bon, peut-être justement que je regarde juste les extrêmes et que le doute a été semé pour remettre en question des idées reçues.

    « Se déchirer la chemise d’indignation », jolie image. L’indignation semble déborder à outrance alors que, pour la brutalité policière, rien d’anormal. Il y a comme un dérèglement.
    Cynthia

    J'aime

  8. Richard Langelier permalink
    23 septembre 2012 9 h 23 min

    Quand j’ai lu ça cette semaine http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-et-ressources/201209/19/01-4575383-economiser-lelectricite-fait-augmenter-les-tarifs.php , je me suis demandé si quelqu’un n’avait pas mis une substance illicite dans mes doubles espressos sur le feu avec café équitable moulu 4,5 [1]. Au cours des années 70, en regardant L’homme invisible et Le prisonnier, je me suis fait bombarder de pubs : « Soyons hydro-québécois ». Si j’avais eu une maison, aujourd’hui, je me ferais dire par les lucides que je ne paie pas mon électricité au prix juste. Lorsque le ci-devant ex-responsable du Fonds de solidarité de la FTQ parle de lutte des classes, mes neurones battent la chamade, voire la breloque et je défends le gouvernement péquiste. Ça prend une armature psychologique hors du commun pour ne pas capoter.

    [1] J’habite ce que le propriétaire appelle un 2½, poêle 220 et frigo fournis. Je paie l’électricité uniquement pour écrire des niaiseries sur les internets, comme disait Madame X et faire des espressos pour me tenir éveillé lorsque je me demande si je n’ai pas endormi les lecteurs de Jeanne Émard.
    Par temps perdu, faites l’exercice de taper « économie d’électricité » sur un moteur de recherche.

    J'aime

  9. 23 septembre 2012 9 h 43 min

    Merci pour la référence sur Hydro Richard, j’avais un peu cherché sur le web pour trouver mais sans succès!

    J'aime

  10. 23 septembre 2012 9 h 57 min

    @ Sortie 252

    «C’est vrai que la polarisation des débats en soi n’est pas une mauvaise chose. Mais ce que j’ai senti ce printemps, c’est un durcissement des positions, »

    C’est en effet une chose différente. Personnellement, je ne suis pas certain que les positions sont plus «durcies» qu’avant. C’est le niveau de mépris adopté par le parti au pouvoir envers ses adversaires qui a peut-être (sûrement!) augmenté.

    J'aime

  11. Richard Langelier permalink
    23 septembre 2012 12 h 30 min

    Oups! ci-devant ex est une erreur, mais WordPress attend parfois 3 commentaires avant d’envoyer le message: « Confirmer le Fellow ». Ah! la beauté de l’intelligence artificielle!

    La beauté de l’intelligence naturelle des Lucien Bouchard, Denise Bombardier, Raymond Bachand et Richard Martineau me convainc aussi que la vie vaut la peine d’être vécue.

    Les paroles qu’ont mises Plume et Pierre Harel (chantées avec Genius and soul par Gerry Boulet) sur des accords de rock’n roll me convainquent encore plus.

    @ Sortie 252

    J’aimerais bien que les débats politiques se fassent par arguments formels comme en mathématiques, par démonstration en laboratoire en isolant les variables comme en physique newtonienne. Si j’étais moins paresseux, j’écrirais un beau texte sur ce thème pour une revue d’épistémologie des sciences sociales. Le gène de la paresse (ou mon complexe d’Oedipe) m’oblige à écrire des textes faciles sur Jeanne Émard. Pauvre de moi! disait Sol.

    À 64 ans, le durcissement des positions m’inquiète moi aussi. Je ne connais des grèves de Louiseville, d’Asbestos et de Murdochville que ce que j’en ai lu. Lorsque Claude-Jean Devirieux résumait l’enquête du coroner sur la tragédie de l’échangeur Turcot, je pensais qu’il parlait d’un échangeur de pièces volées. Lors de la crise d’octobre, j’étais sympathisant. Je trouvais normale l’utilisation des expressions « la tapette à Trudeau, le serin à Bourassa » dans le Manifeste parce que je considérais qu’il fallait parler ainsi pour rejoindre le peuple. J’ai acquiescé au meurtre de Pierre Laporte. Nous avions tort, évidemment. Je ne suis pas passé de l’autre bord de la clôture pour autant. Je ne peux accepter la remise en question de la Révolution tranquille pour satisfaire la fantasmagorie des recteurs et la privatisation de la médecine parce que l’allongement des brevets de Santé Canada et l’assurance-médicaments gouvernementale du Québec ont fait augmenter le prix des médicaments.

    Pour soulager ma culpabilité d’écrire des textes faciles sur Jeanne Émard, je tente de placer une vidéo.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :