Skip to content

Un budget austère pas très solidaire…

20 novembre 2012

On avait eu quelques petits aperçus de ce budget à l’avance. Une bonne nouvelle d’abord, soit que le PQ mettrait fin à la règle du 15 ans dont je parlais dans mon précédent billet. Il s’agit en effet d’une bonne décision, même si cette mesure risque d’être bien temporaire car, selon le Devoir, nos négociateurs à la table de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (AÉCG), dont Pierre-Marc Johnson pour le Québec, s’apprêteraient à accepter de prolonger la durée des brevets… clause qui s’appliquerait aussi aux sociétés pharmaceutiques des États-Unis en raison de la clause sur la nation la plus favorisée de l’ALENA. Nouvelle positive, mais probablement temporaire et drôlement moins que ne l’aurait été l’adoption de Pharma-Québec. Il semble que le lobby des pharmaceutiques est encore trop puissant…

Puis, une mauvaise nouvelle… Le PQ ne respecterait pas sa plateforme et ne rehausserait pas les redevances des minières, même s’il avait basé une de ses vidéos promotionelles de la dernière campagne électorale sur cette promesse. Un autre lobby trop fort?

Puis, le lendemain, toujours avant son dépôt, La Presse abordait deux nouveaux éléments du budget :

Hausse des tarifs d’électricité : cette question demanderait un billet à elle seule! Disons simplement que cette mesure contredit encore une fois les engagements électoraux du PQ, mais qu’en choisissant de seulement indexer le tarif du «bloc patrimonial», le gouvernement pénalisera beaucoup moins les pauvres et la classe moyenne que ne l’auraient fait les libéraux, qui comptaient faire augmenter ce tarif de 36 % en cinq ans (de 2,79 $ à 3,79 $). Le budget parle d’un coût de 120 $ pour les familles plutôt que de 408 $.
Fonds des générations : le gouvernement déciderait de finalement ne pas l’abolir. Je crois que, dans le contexte, c’est une bonne décision. Si ce n’est lors du scandale des papiers commerciaux, la Caisse de dépôt et de placement du Québec (CDPQ) obtient presque toujours de meilleurs rendements que les taux d’intérêts que le gouvernement paie pour ses emprunts. La seule réserve que j’émets est que ce fonds va dans le sens de la financiarisation de l’économie, mais, le retrait d’à peine 5,5 milliards $ sur les quelque 205 milliards d’actifs gérés par la CDPQ ne changerait presque rien à cet égard. Soulignons toutefois que cette décision va aussi à l’encontre des engagements électoraux du PQ.

Et vint le budget…

À peu de choses près (le PQ consacrera 1 milliard $ du Fonds des générations à l’abaissement de la dette, on ne sait pas trop pourquoi… pour ne pas perdre encore plus la face?), ces «fuites» étaient exactes (j’ai bien fait de commencer ce billet hier!), mais ce budget contient (ou ne contient pas) beaucoup d’autres éléments. Je ne les aborderai pas tous (ne me lancez pas des marceaux de roches…), mais uniquement ceux qui m’inspirent.

Hausse des taxes sur les cigarettes et l’alcool : Ça s’est l’exemple typique de taxes régressives qu’il est difficile de critiquer, notre passé judéo-chrétien applaudissant la punition des vices… Ça va me coûter cher!

Ajout d’un palier d’imposition et nouveau modelage de la taxe santé (transformée en contribution santé..) : j’ai déjà dit ce que je pensais de cette mesure. Elle présente quelques aspects positifs, mais tellement moins que la mesure qu’elle remplace, soit l’ajout de deux paliers d’imposition et la réduction de moitié des baisses de taux d’imposition des dividendes et des gains en capital, qu’elle en devient très décevante. Un autre engagement électoral non respecté.

Suppression de 2000 postes à Hydro-Québec et réduction de 150 millions de dollars du financement des commissions scolaires  : Ça c’est le côté caquiste assumé de ce budget (les autres mesures caquistes le sont moins!). Le même rêve stupide qu’on peut éliminer des postes sans conséquence. Pour Hydro, c’est quand même une baisse de près de 10 % des effectifs, tandis que cela aurait été plus pertinent de remettre à Hydro-Québec le développement du parc éolien et des autres sources énergétiques qui sont de plus en plus laissées au privé. Pour les commissions scolaires, c’est nier leur rôle dans les services directs aux élèves et dans la coordination des budgets (réparation, entretien, paye, etc.). Comme cette compression en suit d’autres imposées par les libéraux, il serait étonnant qu’elle soit sans conséquence pour les services aux jeunes et aux écoles.

Construction de 3000 nouveaux logements sociaux et communautaires : En campagne, le PQ en avait promis 3000 par année et là il en promet 3000… à partir de 2016-2017 et avec le gros de la somme annoncée, soit 195 millions $ sur 231 en 2017-2018 et les années suivantes (voir page A81), soit au moins trois ans après la fin du mandat actuel! Bref, une des seules bonnes nouvelles de ce budget qui disparaît.

Croissance des dépenses de programmes de 1,8 % par année : C’est beaucoup moins que la croissance qu’on a observé lors des derniers mandats des libéraux et même moins que le taux d’inflation pour une population qui augmente et dont les besoins en santé augmentent en raison du vieillissement. Et on veut nous faire croire que cela ne réduira pas la qualité des services!

Fonds pour le développement des technologies propres et de l’électrification des transports : Le résumé du budget parle d’un nouveau fonds de 200 millions $ à cet effet, ce qui est peu, mais positif, mais quand on regarde dans le Plan budgétaire (page A98), on ne trouve aucun impact financier à cette mesure de 2012-2013 à 2014-2015… Même si le discours (pages 14 et 15) parle d’un nouveau fonds, le billet de l’IRIS sur ce budget mentionne qu’il «semblerait que l’argent provienne de 80 M$ du Plan Action Changements Climatiques (PACC) 2006-2012 et 120 M$ du PACC 2013-2020: ce qui voudrait dire qu’aucune nouvelle enveloppe budgétaire ne serait consacrée à l’électrification des transports.» Bref, ce ne serait qu’un simple réaménagement de sommes déjà budgétisées, sans savoir ce qui sera abandonné…

28 000 nouvelles places à 7 $ : Une autre bonne nouvelle! Il y en a tellement peu, qu’on doit les souligner… Sauf que, encore là, le Plan budgétaire parle de 15 000 places et non pas de 28 000 (page A5) – peut-être est-ce un ajout de 15 000 par rapport aux annonces des libéraux, on ne sait pas – et ne prévoit aucune somme avant 2014-2015 et encore là avec seulement 10 millions $ sur 522 cette année-là, le reste étant prévu les années suivantes, le montant le plus élevé (262 millions $) étant budgétisé en 2017-2018 (et A62), des années après la fin de ce gouvernement! Une autre fausse bonne nouvelle…

J’arrête là…

Et alors…

Déjà que j’étais déçu en commençant à analyser ce budget, je m’aperçois en le regardant de plus près que même les quelques bons coups que je croyais voir dans ce budget ne sont en fait que des écrans de fumée. Le vote stratégique nous a donné un gouvernement qui comprime encore plus les dépenses que le gouvernement précédent. Bon, il a réglé la grève étudiante, donnons-lui au moins ça. La contribution santé est moins pire que la taxe santé, je le concède aussi. Mais pour le reste, c’est la même recette d’austérité que la CAQ ou le PLQ nous auraient servi.

Espérons au moins que ce gouvernement ne soit pas aussi malhonnête que les libéraux, quoique, avec toutes demi-vérités que j’ai trouvées dans ce budget par rapport au texte du discours, ce n’est pas encourageant!

Publicités
39 commentaires leave one →
  1. 20 novembre 2012 22 h 12 min

    Pour une liste des engagements non tenus, lire ce billet brillant d’Alec Castonguay!

    Il clarifie d’ailleurs un point que j’ai soulevé dans ce billet «peut-être est-ce un ajout de 15 000 par rapport aux annonces des libéraux». Il écrit :

    «Va créer 15 000 nouvelles places en garderie et honorer l’engagement de 13 000 places du précédent gouvernement. À court terme, l’ajout avait été budgété par le gouvernement libéral, de sorte que le gouvernement Marois commence à débourser seulement en 2014-15, soit dans 2 ans.»

    J'aime

  2. 20 novembre 2012 22 h 54 min

    Je m’en veus un peu de ne pas avoir parlé de ce qui n’est pas dans ce budget, par exemple sur la lutte à la pauvreté…

    J'aime

  3. marc permalink
    20 novembre 2012 23 h 03 min

    Mine : Un chauffeur de Québec m’a annoncé qu’hier une mine du nord avait licencié 2 000 travailleurs. Plusieurs étaient arrivés en soirée par avion sur Québec. On a du dépêcher un (ou des) autobus pour les ramener en ville. Les travailleurs étaient, toujours selon les dire du chauffeur de taxi en ta… La raison invoquée pour ce licenciement sans pré-avis serait l’augmentation des redevances.

    Je n’ai fais aucune vérification sur cette information. Le chauffeur m’en a informé vers 16h. Mais si c’est vrai …

    Merci pour ton billet. Je pense que c’est clairement un budget électoraliste considérant que 66% de la population a voté « à droite du PQ ». Comme je l’ai affirmé lors de la campagne le PQ flashe à gauche et tourne à droite. Toutes les mesures progressistes sont reportées aux calendes grecs et ne seront possibles, si je comprends bien, qu’avec une croissance plus élevée l’an prochain que celle qu’observée cette année; une prévision naïve, s’il en est une. C’est un budget électoraliste mais voilà bien l’erreur car le PQ ne sera pas jugé sur l’atteinte du déficit zéro mais sur son incapacité à mettre en oeuvre des mesures de sortie de crise; il en serait bien incapable de toute façon, il n’a pas de cran. Finalement c’est un budget de « laisser faire » qui prend acte de la situation et qui espère que la main de Dieu agisse à sa place.

    J'aime

  4. 20 novembre 2012 23 h 19 min

    @ marc

    Merci pour l’anecdote. Qu’elle soit exacte ou pas, elle représente un des aspects (j’insiste, UN des aspects) absolument pervers du monde minier. On fait miroiter des gros salaires et trop de personnes se retrouvent Gros-Jean comme devant…

    «Comme je l’ai affirmé lors de la campagne le PQ flashe à gauche et tourne à droite.»

    Vous n’étiez vraiment pas le seul! 🙂

    « le PQ ne sera pas jugé sur l’atteinte du déficit zéro mais sur son incapacité à mettre en oeuvre des mesures de sortie de crise»

    J’aimerais en être aussi certain… Il est, selon moi, pour une grande part jugé sur son potentiel à mener le Québec à l’indépendance. Qu’il puisse réaliser ce potentiel ou non a, semble-t-il peu d’importance. Il garde l’image du parti qui le peut. Et ce qu’il fait de bien ou de mal pour la population n’a, dans ce contexte, que bien peu d’importance.

    Un des commentateurs les plus fréquents de ce blogue appuie ce parti contre vents et marées, même s’il est, à se fier à ses commentaires, aussi, sinon plus, à gauche que moi. Mais, il est plus jeune… Il n’a pas encore vécu assez de ces trahisons, faut-il croire!

    J'aime

  5. 20 novembre 2012 23 h 32 min

    L’Histoire des « 2000 » licenciements ressemble au « coup de la Brink’s »….

    J'aime

  6. marc permalink
    21 novembre 2012 0 h 00 min

    Sur le plan politique je crois que les québécois vont se positionner de plus en plus sur l’axe gauche-droite que sur celui de la souveraineté-fédéralisme. Cette tendance s’observe depuis la dernière élection fédéral, et peut-être même avant. Elle était aussi bien présente dans lors de la dernière élection provinciale. L’érosion des votes à gauche et à droite du PQ, sont incapacité de dépasser les 33%, en témoigne.

    Son potentiel à mener le Québec à l’indépendance devient dans ce contexte un bonus, une valeur-ajoutée qui agit comme un facteur de rétention. Je dirais même qu’à ne pas se servir de ce levier, il accrédite la thèse de la CAQ (faire le ménage d’abord) et celle d’ON à gauche (la souveraineté comme modalité d’émancipation). Le vote stratégique a certainement été d’un grand secours au PQ lors des dernières élections. Mais sa passivité sur les deux axes devrait favoriser d’autres désaffections à la prochaine élection.

    J'aime

  7. 21 novembre 2012 0 h 37 min

    @ Benton

    «L’Histoire des « 2000″ licenciements ressemble au « coup de la Brink’s »…

    Tu penses que c’est faux? Moi, des minières, j’attends tout et n’importe quoi. Mais, c’est vrai, qu’il faudait des sources crédibles. Je pensais à ça : http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2012/11/19/003-lac-bloom-cliffs.shtml

    «Quelque 400 travailleurs temporaires sont touchés par la suspension de l’expansion.»

    Bof, ce ne sont que des temporaires…

    @ marc

    «Cette tendance s’observe depuis la dernière élection fédéral,»

    Pas du tout d’accord! Le NPD a reçu beaucoup de votes négatifs : il n’étaient ni conservateurs, ni libéraux, ni bloquistes! C’est carrément un signe d’ignorance politique.

    Cela dit, je ne suis pas en désaccord avec le gain en importance de l’axe gauche-droite. Sauf, qu’au Québec, comme la grande majorité des gauchistes sont indépendantistes, il y a un conflit entre ces deux axes. Ce qui est con, car tous les partis de gauche, soit QS et ON, sont aussi indépendantistes! Et il y a l’autre qui récolte les votes en disant n’importe quoi…

    «L’érosion des votes à gauche et à droite du PQ, sont incapacité de dépasser les 33%, en témoigne.»

    Ouf, QS a eu 6 % après avoir atteint 15 % lors de l’intervention d’Amir Khadir dans la magouille de l’amphithéâtre de Québec! Bon, je savais que c’était temporaire, mais on aurait pu espérer 9 ou 10 % et récolter 5 ou 6 députés! Mais, non, les nationaleux-rêveux ont collé au PQ… Et les niaiseux à la CAQ! (désolé. il est tard…)

    «celle d’ON à gauche»

    Les partisans d’ON sont beaucoup plus indépendantistes-pressés que gauchistes. Selon les sondages que j’ai vus, les trois quarts avaient le PQ comme deuxième choix, pas QS! Bref, QS se tirerait probablement dans le pied en négociant une fusion avec ON!

    «Mais sa passivité sur les deux axes devrait favoriser d’autres désaffections à la prochaine élection»

    Logiquement oui, mais c’est à voir… («nous étions minoritaires, mettez-nous majoritaires, et là on va réaliser notre programme!»).

    J'aime

  8. 21 novembre 2012 1 h 28 min

    «La culture fait exception : elle a droit à une hausse de 2,1 % de ses dépenses, une augmentation qui ne servira toutefois qu’à éponger des frais accrus à la Maison symphonique de Montréal.»

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/364519/la-rigueur-pour-plaire-aux-marches

    Voici ce que j’ai déjà écrit à propos de cette «Maison» : , «j’étais encore plus opposé à la construction de la salle de l’Orchestre symphonique de Montréal, car, en plus des mêmes arguments, est presque uniquement destiné aux plus riches» https://jeanneemard.wordpress.com/2010/10/10/les-retombees-economiques-et-lamphitheatre-de-quebec/#comment-3297

    Et en plus, pour favoriser ces riches, on ne donne rien aux autres artistes! Vraiment, ce gouvernement surpasse les libéraux!

    J'aime

  9. 21 novembre 2012 7 h 17 min

    Le PQ est minoritaire. Il ne peut pousser trop loin malgré ses prétentions plus à gauche. Ce budget ne représente pas de la duplicité ou de la mauvaise foi, mais de la tactique parlementaire en vue de maintenir le gouvernement. Finalement, les seuls vrais responsables de ce budget situé loin des attentes par la gauche sont les partis d’opposition…

    J'aime

  10. 21 novembre 2012 7 h 49 min

    Ce budget aurait pu être plus intéressant (pour la gauche) et pire (si le Québec aurait imposé des mesures d’austérité draconiennes). Je vais dans le même sens que Jimmy, à savoir que ce budget est avant tout stratégique. Difficile de savoir à quoi songeaient les dirigeants du PQ pour accoucher de ce budget mais le résultat me semble clair : le PQ veut donner l’image d’un gouvernement responsable, spécialement après le désastre du règne libéral des dernières années. Le poids est maintenant sur les partis d’opposition et on le voit déjà. J’ai rarement vu des porte-parole de partis ne pas savoir quoi dire pour discréditer un budget.

    Quelques réflexions quand même… Quel sera l’impact des coupures chez Hydro-Québec ? Pourquoi annoncer des abolitions de postes et non pas des coupures dans le budget opérationnel (ou les deux) ? Quel sera l’impact des hausses de ventes chez Loto-Québec ? Pourquoi chercher des gains de productivité chez Hydro-Québec et non dans le système de santé ? Etc…

    En fait, en jasant avec les amis, les confrères/consoeurs de travail au cours des prochains jours nous donnera un meilleur pouls des réactions de nos concitoyens. C’est ce qui indiquera si la CAQ et/ou le PLQ auront l’audace de vouloir renverser le PQ le printemps prochain, ou non…

    J'aime

  11. Le masculiniste moustachu permalink
    21 novembre 2012 9 h 26 min

    Ça chiâle, ça chiâle… mais on se reparlera lors du prochain budget libéral…
    Je seconde le commentaire de Jimmy, c’est probablement notre dernière chance de voir plus de logements sociaux et des taxes progressives.

    J'aime

  12. 21 novembre 2012 10 h 15 min

    @ Jimmy St-Gelais

    «Finalement, les seuls vrais responsables de ce budget situé loin des attentes par la gauche sont les partis d’opposition…»

    Trop facile! Jamais l’opposition n’aurait renversé le gouvernement avec le PLQ sans chef et la CAQ sans sous…

    «Il ne peut pousser trop loin malgré ses prétentions plus à gauche»

    Prétentions, en effet! Qu’il ne réalise pas tous ses engagements, je veux bien, mais de là à faire plus de compressions que le PLQ en a faites en 9 ans, il y a une marge!

    @ lutopium

    «le PQ veut donner l’image d’un gouvernement responsable»

    Responsable comme Hollande, en reniant ses engagements! Désolé, mais cela donne peut-être une image responsable aux agences de notations et aux électeurs qui ont voté pour la CAQ, mais pas pour moi!

    «J’ai rarement vu des porte-parole de partis ne pas savoir quoi dire pour discréditer un budget.»

    Normal, leur budget aurait été très semblable à celui-là!

    @ Le masculiniste moustachu

    «c’est probablement notre dernière chance de voir plus de logements sociaux et des taxes progressives.»

    Bravo, car, je le répète, le budget ne prévoit pas un sous pour les logements sociaux avant 2016-2017! Alors, on peut bien voir ce qui n’est pas dans ce budget pour se consoler, mais ça ne les rend pas réelles…

    Bon, je l’ai écrit, il y a deux trois choses positives qui y sont vraiment (ajout d’un palier d’imposition, fin à la règle du 15 ans et gel des droits de scolarités), mais, encore là, c’est beaucoup moins que ce qu’il y avait dans ses engagements (ajout de deux paliers et baisse des exemptions pour gains en capital et dividendes)!

    J'aime

  13. 21 novembre 2012 10 h 39 min

    @Darwin

    « Trop facile! Jamais l’opposition n’aurait renversé le gouvernement avec le PLQ sans chef et la CAQ sans sous… »

    Tu oublies un possible gouvernement de coalition. Improbable, mais possible. Ceci a du jouer dans la balance dans les calculs du PQ…

    « Prétentions, en effet! Qu’il ne réalise pas tous ses engagements, je veux bien, mais de là à faire plus de compressions que le PLQ en a faites en 9 ans, il y a une marge! »

    Il y a des compressions, mais nous sommes en période de crise mondiale. Tous les gouvernements de centre-gauche le font, même celui de France.

    Par ailleurs, Charest a bénéficié d’une période de croissance économique en début et milieu de règne. Il s’est alors résigné à ne pas opérer sa « réingénierie » de l’État. Je suis convaincu que s’il était encore au pouvoir, l’austérité serait beaucoup plus au menu…

    J'aime

  14. 21 novembre 2012 10 h 49 min

    «Tous les gouvernements de centre-gauche le font, même celui de France.»

    Ah oui? Il doit être minoritaire alors et craindre de se faire défaire ou qu’un gouvernement de coalition se forme! Blague à part, cela montre que cesont les lobbys des puissants qui mènent, gouvernements majoritaires ou pas.

    Ça fait longtemps que je dénonce les gouvernements supposément à gauche ou au centre gauche qui gouvernent au centre-droit! Je pensais que tu le dénonçais aussi.

    On présente l’austérité comme la seule solution. TINA, there is no alternative, disait Thatcher. Je ne croyais pas que cette façon de voir les choses était si étendue. S’il n’y a pas de choix, pourquoi militer, aussi bien tout lâcher…

    J'aime

  15. 21 novembre 2012 10 h 57 min

    Ce n’est pas une question de dénonciation. C’est une analyse objective de la situation.

    Évidemment, j’aurais préféré plus de mesures progressistes…

    J'aime

  16. 21 novembre 2012 10 h 58 min

    « cela montre que cesont les lobbys des puissants qui mènent, gouvernements majoritaires ou pas. »

    Oui c’est souvent le cas… sauf au Venezuela et en Islande!

    J'aime

  17. 21 novembre 2012 11 h 15 min

    Même Dubuc et Pratte applaudissent ce budget…

    «Et c’est que ce budget n’est pas significativement différent de celui de son prédécesseur libéral Raymond Bachand. (…) Il propose donc un budget d’austérité, qui maintient les objectifs de réduction du déficit du gouvernement Charest» Alain Dubuc

    «Le budget présenté hier par le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau, ressemble davantage à ceux de ses prédécesseurs libéraux qu’au programme électoral du Parti québécois» André Pratte

    J'aime

  18. 21 novembre 2012 11 h 28 min

    « cela montre que ce sont les lobbys des puissants qui mènent, gouvernements majoritaires ou pas. »

    Je dirais même que ce n’est pas seulement les lobbys qui mènent, mais bien le système lui-même. C’est celui-ci qui impose l’implacable logique comptable à tous et, comme des adorateurs s’agenouillant devant une déesse, nous nous soumettons à sa volonté…

    J'aime

  19. 21 novembre 2012 11 h 32 min

    Bien d’accord! Cela ne m’empêche pas de tenter de combattre ce que trop considèrent comme une fatalité.

    J'aime

  20. 21 novembre 2012 12 h 43 min

    Excellent billet de Paul Krugman sur l’impôt et les fortunés:

    http://www.rtbf.be/info/chroniques/chronique_le-manifeste-twinkie-paul-krugman?id=7877505&chroniqueurId=5032403

    J'aime

  21. 21 novembre 2012 12 h 48 min

    «Excellent billet de Paul Krugman sur l’impôt et les fortunés:»

    Je l’avais lu en anglais, mais j’aime bien les relire en français. Krugman est toujours aussi pertinent!

    J'aime

  22. Yves permalink
    21 novembre 2012 15 h 52 min

    Hé ben, Le masculiniste doit se sentir bien moins seul. 😯

    «Cela ne m’empêche pas de tenter de combattre ce que trop considèrent comme une fatalité.«

    Je suis d’accord avec cela, surtout que cette fatalité semble se répandre comme une traînée de poudre.

    J'aime

  23. 21 novembre 2012 16 h 51 min

    «cette fatalité semble se répandre comme une traînée de poudre»

    Oui, et c’est triste.

    J'aime

  24. 21 novembre 2012 18 h 27 min

    À RDI économie hier soir, Luc Godbout a montré un tableau où il indiquait sensiblement le même coût de la hausse des tarifs d’électricité pour toutes les familles, peu importe leur revenu. Un tableau d’Ernst and Young dans La Presse montre aussi peu de différence dans le coût de cette mesure (120 $ pour les familles qui gagnent entre 30 000 $ et 150 000 $, puis 156 $ pour celles qui gagnent plus.

    Pourtant, les lucides prétendaient que la hausse des tarifs d’électricité était progressive et que de s’y opposer équivalait à protéger les riches. D’autres, dont des écologistes, disaient que cette consommation est assez semblable pour tous (inélastique). Bizarre, aujourd’hui les lucides leur donne raison, mais sans le crier sur les toits!

    J'aime

  25. 21 novembre 2012 18 h 28 min

    Pour préciser mes propos… Évidemment, je prend plaisir à rappeler à mes amis péquistes pourquoi, à leurs yeux, il fallait que je vote stratégique, que le PQ était un parti progressiste et blah blah blah… Maintenant que le PQ est le héros de La Presse, des agences de notation, du Conseil du Patronat et des chambres de commerce, la preuve est faite : y’a de la place en masse pour Québec solidaire ! Reste à savoir comment tout ça sera décodé par les électeurs.

    En ce sens, je crois que le PQ a marqué des points, les prochains jours nous le diront. À mon avis, les conseillers de Mme Marois et du conseil des ministres tiennent compte d’une élection au printemps 2014 dans toutes leurs recommandations. On pourra jauger de l’audace du PQ lors du dépôt des projets de loi d’ici mars 2014.

    Faudra également voir comment Qs saura tirer son épingle du jeu afin de conserver ses acquis, voire augmenter sa cote de popularité.

    J'aime

  26. 21 novembre 2012 21 h 28 min

    «Maintenant que le PQ est le héros de La Presse, des agences de notation, du Conseil du Patronat et des chambres de commerce, la preuve est faite : y’a de la place en masse pour Québec solidaire ! »

    En effet, la place a soudain grandit! C’est du côté de la CAQ et du PLQ qu’il commence à y en avoir moins!

    «En ce sens, je crois que le PQ a marqué des points»

    Possible. S’il en a marqué, c’est plus du côté du centre-droit.

    «tiennent compte d’une élection au printemps 2014»

    Si ça se rend là, ce sera bien la limite! Faut dire que tous les partis sont fauchés et que le fric rentre moins bien qu’avant!

    «Faudra également voir comment Qs saura tirer son épingle du jeu »

    En effet! Ça va discuter fort dans le prochains mois!

    J'aime

  27. Yves permalink
    22 novembre 2012 5 h 25 min

    «Construction de 3000 nouveaux logements sociaux et communautaires : En campagne, le PQ en avait promis 3000 par année et là il en promet 3000… à partir de 2016-2017 et avec le gros de la somme annoncée, soit 195 millions $ sur 231 en 2017-2018 et les années suivantes«

    Ouai, le PQ est déjà en retard, en tout cas il va pouvoir commencer la construction tout de suite, car nous sommes en l’an 2018.

    http://www.lapresse.ca/international/ailleurs-sur-le-web/201211/21/01-4596162-le-pape-remet-en-cause-la-date-de-naissance-du-christ.php?

    J'aime

  28. 22 novembre 2012 5 h 28 min

    « le PQ est déjà en retard, en tout cas il va pouvoir commencer la construction tout de suite, car nous sommes en l’an 2018.»

    😆

    J'aime

  29. 22 novembre 2012 7 h 18 min

    D’autres omissions dans le budget mentionnées par Josée Boileau :

    http://www.ledevoir.com/societe/education/364570/ca-change-quoi

    «Mais il n’y a pas de raison économique à plaider pour expliquer qu’en matière d’éducation, le gouvernement du Parti québécois ait décidé, apprend-on dans les documents budgétaires, de maintenir deux idées libérales que les péquistes avaient sévèrement critiquées quand ils étaient dans l’opposition : l’anglais intensif en 6e année et l’achat de tableaux blancs interactifs. Des mesures improvisées, qui auraient bien mérité qu’on les range dans la catégorie : à stopper !

    Interrogée mardi, la ministre de l’Éducation Marie Malavoy s’est retranchée derrière une panoplie d’arguments : on ne va pas abolir ce qui se fait déjà, il n’y a pas d’économies à faire là, nous ferons un bilan et réfléchirons avant de bouger.»

    J'aime

  30. Yves permalink
    22 novembre 2012 7 h 54 min

    Décidément, c’est un budget fait à la va-vite pour plaire à la droite et fuck la gauche.

    Ce n’est pas de notre faute on est minoritaire. Ce n’est pas de notre faute on n’a pas d’argent. Ouai ouai ouai! 👿

    J'aime

  31. Le masculiniste moustachu permalink
    22 novembre 2012 10 h 27 min

    « Même Dubuc et Pratte applaudissent ce budget… »
    WOW! Sont rendu à gauche finalement??? 😯

    J'aime

  32. 22 novembre 2012 11 h 20 min

    @ Le masculiniste moustachu

    « Même Dubuc et Pratte applaudissent ce budget… »
    «WOW! Sont rendu à gauche finalement???»

    Il y a une autre hypothèse que tu sembles vouloir ignorer…

    J'aime

  33. 23 novembre 2012 23 h 38 min

    « Un des commentateurs les plus fréquents de ce blogue appuie ce parti contre vents et marées, même s’il est, à se fier à ses commentaires, aussi, sinon plus, à gauche que moi. Mais, il est plus jeune… Il n’a pas encore vécu assez de ces trahisons, faut-il croire! »

    Plus à gauche que vous Darwin? :mrgreen: À quels moments ai-je paru me retrouver à votre gauche? Venant d’un solidaire envers un péquiste! 😛

    Pourquoi ne pas avoir parlé des dépassements de coûts au sein des investissements en infrastructure? Il me semble que le correctif du PQ est une très bonne chose à ce niveau. J’en avais d’ailleurs déjà parlé sous forme de commentaire rattaché à l’un de vos précédents billets en utilisant les données de l’ISQ. (quant à la manière dont les investissements en infrastructure avaient explosé entre 2003 et 2010) Je suis quasiment sûr qu’un comptable de KMPG a dû passé par là pour son étude. 😉 Jamais de fumé sans feu! (Désolé pour l’adage)

    Personnellement, j’attribue une note de 6.5/10 à ce budget. Je suis aussi déçu que vous concernant certaines mesures (ou plutôt l’absence de celles-ci) incluses dans ce budget. Mais bon, tant qu’il n’y a pas de hausse de la TVQ, une certaine progressivité jumelé à la taxe santé, un nouveau palier d’imposition, la diminution des coûts en investissement, etc. je reste globalement satisfait. Pour le reste, je ne peux m’empêcher de voir à quel point le PQ, de par sa situation minoritaire, tente de faire un maximum de compromis alors que la CAQ/PLQ continuent à chialer… pour chialer.

    « Ça s’est l’exemple typique de taxes régressives qu’il est difficile de critiquer, notre passé judéo-chrétien applaudissant la punition des vices… Ça va me coûter cher! »

    Peut-on considérer cette mesure comme étant de gauche ou de droite? Je ne suis pas sûr que notre passé judéo-chrétien ait véritablement quelque chose à voir avec ces nouvelles taxes. Selon moi, il s’agit davantage de vouloir taxer les produits dont la consommation risquent de rendre les gens plus susceptibles à nécessiter de soins médicaux. Du « utilisateur-payeur » déguisé! 😛

    J'aime

  34. 24 novembre 2012 8 h 35 min

    «Selon moi, il s’agit davantage de vouloir taxer les produits dont la consommation risquent de rendre les gens plus susceptibles à nécessiter de soins médicaux.»

    Je n’ai lu personne mentionner le fait que les taxes sur les cigarettes sont les plus régressives qui soient. Comme les riches consomment davantage de biens de luxe et même de biens ordinaires, ils paient plus de taxes que les pauvres. Ces taxes demeurent régressives car en % elles représentent un coût moins élevé pour les riches.

    Mais, les riches ne fument pas plus que les pauvres, c’est même l’inverse! Même en montants bruts, les riches paient moins! Il reste à établir qui achète le plus de cigarettes illégales, et ça, je ne le sais pas.

    Quant aux coûts de santé, j’aimerais voir une étude faisant le tour des coûts associés aux fumeurs. Ils meurent plus jeunes et coûtent moins enpensions… Je déteste ce genre de calculs, comme ceux sur les coûts de santé associés à des comportements précis.

    Cela dit, je ne sais trop comment conclure sur les avantages et désavantages des taxes sur les produits nocifs comme la cigarette. Mais, il faut regarder les deux, ce que bien peu de personnes ont fait. Je l’ai fait sur Facebook et ai failli me faire tomber dessus. La gigarette, c’est mal, point. Que cette taxe soit la plus régressive n’a semble-t-il aucun intérêt. Ils n’ont qu’à arrêter de fumer et ils seront moins pauvres, disent plein de bonnes âmes!

    Compliqué…

    J'aime

  35. Richard Langelier permalink
    25 novembre 2012 2 h 21 min

    @ pseudovirtuose

    En tant que social-démocrate [1], humaniste de gauche, je considère que l’absence de mesures concernant les dollars vitaux des plus mal-pris de la société est trop importante pour que je puisse accorder un 6,5/10. D’autre part, j’admets que le budget Marceau est moins mauvais que les budgets Bachand. Alors, entre moins l’infini et 6,5/10.

    J’ai déjà rappelé sur Jeanne Émard que Jacques Parizeau avait écrit au début des années 70 (dans Québec-Presse ou Le Jour) que taxer les cigarettes était aussi régressif que taxer le pain. J’étais d’accord à l’époque (j’étais fumeur) et je le suis encore (je ne suis plus fumeur). Je suis sur une liste d’attente pour une prothèse de la hanche. Pendant l’enfance, j’étais nouille au hockey. J’ai pris un coup et fumé sérieusement entre l’âge de 18 à 28 ans. J’ai trippé ensuite sur le marathon. J’ai couru 120 km par semaine sur les surfaces dures. Le cartilage des genoux l’a mal pris, mais bon des injections annuelles me permettent de faire du vélo et de marcher en montagne. Pour la hanche, l’orthopédiste vient de me dire l’alternative est repousser la douleur avec des anti-inflammatoires pendant 4 ou 5 mois, ou la prothèse.

    On peut faire des études statistiques pour tenter de savoir si la course induit de l’arthrose [2] plus que l’obésité en tentant d’isoler les variables [3]. On peut faire des études coûts/bénéfices : nombre de problèmes pulmonaires et cardiaques vs nombre d’interventions chirurgicales pour ceux qui ont poussé leurs corps trop loin. Pour reprendre l’exemple présenté par Darwin, on pourrait dire que les fumeurs meurent plus jeunes…

    Les études quantitatives en sciences sociales ont un intérêt certain. Lors de débats sur le revenu de citoyenneté, j’ai entendu à plusieurs reprises : « Il faut comparer les coûts de la pauvreté aux coûts du revenu de citoyenneté ». Même s’il était possible de mesurer les coûts de la pauvreté de façon assez précise, il faudrait les comparer aux différentes mesures pour combattre la pauvreté.

    [1] de type scandinave. Je n’ai jamais mis les pieds en Scandinavie. J’utilise le terme pour désigner que je ne crois pas à la nécessité de nationaliser tous azimuts pour obtenir une société relativement égalitaire. Je suis parfaitement conscient qu’on ne peut pas comparer les politiques d’un gouvernement provincial avec celles d’un gouvernement souverain.
    [2] On sait déjà que le quadrupède est fait pour courir sur quatre pattes, mais qu’un comique s’est levé, ce qui a libéré la main pour conserver le caillou qui coupe bien une noix, spécialiser ce chopper et composer Casse-Noisette.
    [3] À 19 ans, je me suis déchiré un premier ménisque au Carnaval de Québec. À 29 ans, en jouant au hockey sans équipement à mon retour à Montréal, parce que ma gang était entrée dans un groupe marxiste-léniniste, un comique m’a projeté sur la glace alors que nous jouions sans équipement, je m’en suis déchiré un deuxième.

    Je ne peux résister à la tentation de remettre le lien de la chanson de Plume, « Les Pauvres »,

    J'aime

  36. 25 novembre 2012 12 h 28 min

    @ Richard Langelier

    «Jacques Parizeau avait écrit au début des années 70 (dans Québec-Presse ou Le Jour) que taxer les cigarettes était aussi régressif que taxer le pain»

    Merci de le rappeler encore!

    J'aime

Trackbacks

  1. La hausse des tarifs d’électricité «
  2. La hausse des tarifs d’électricité | Politicoglobe
  3. AÉCG – derniers développements… connus! |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :