Skip to content

Le départ des immigrants français

16 décembre 2012

immigrants_françaisIl n’y a pas longtemps, une amie d’origine française a diffusé sur Facebook un article (avec un titre très accrocheur, Pas de sirop d’érable dans mon camembert!) qui présente les travaux d’un doctorant en anthropologie, Pierre Blais, sur la situation des immigrants français au Québec et sur les raisons qui en portent un bon nombre à retourner dans leur pays au bout d’un certain temps.

Je vais profiter de l’occasion pour faire le tour des données les plus récentes sur la provenance et les départs des immigrants, en examinant de plus près la situation spécifique des Français.

Provenance de l’immigration

L’auteur, Mathieu-Robert Sauvé, commence son article en affirmant que «Comptant 1 candidat à l’immigration sur 10, les Français forment le plus fort contingent d’immigrants à faire leur entrée au Québec». Plus loin, il cite sa source, le rapport sur l’immigration du deuxième trimestre de 2012 (il dit que c’est celui du premier trimestre, mais le texte qu’il cite se retrouve en fait dans le rapport du deuxième) du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MRCI), dans lequel on peut lire à la page 4 :

«Les cinq principaux pays de naissance des immigrants au deuxième trimestre de 2012 sont la France (9,5 %), la Chine (9,1 %), Haïti (8,7 %), le Maroc (7,1 %) et l’Algérie (6,4 %)»

Mais, et cela l’auteur de l’article ne le dit pas, la France ne fut pas souvent au premier rang auparavant. Par exemple, on peut voir à la page 25 du document qui contient des données sur l’immigration de 2007 à 2011 que la France a en fait été au troisième rang de l’immigration au cours de cette période avec 7,4 % de l’immigration et qu’elle est arrivée au cinquième rang en 2011, avec 6,3 % de l’immigration. Quels furent les pays d’origine qui ont devancé la France? De 2007 à 2011, le Maroc (8,8 % de l’immigration) et l’Algérie (8,4 %). En 2011, Haïti (probablement en raison des permis accordés à la suite du tremblement de terre de 2010) avec 9,8 % de l’immigration, la Chine (9,5 %), l’Algérie (7.9 %) et le Maroc (7.6 %) ont devancé la France.

Bref, oui, la France est un des pays d’où origine une part importante de notre immigration, mais elle est rarement première et elle ne représente jamais 10 % de notre immigration.

Départ des immigrants

Dans la deuxième phrase de son article, il affirme cette fois : «Mais ils sont parmi les plus nombreux à le quitter.». Si j’ai bien compris, l’auteur se base sur deux sources pour appuyer son affirmation. Tout d’abord, il cite le doctorant en anthropologie dont j’ai parlé au début de ce billet : «Les Français s’intègrent très bien à court terme, mais plusieurs renoncent à vivre ici, le plus souvent pour retrouver leur famille restée dans la mère patrie». Mais, le fait que «plusieurs renoncent à vivre ici» ne signifie pas qu’ils seraient parmi les plus nombreux à quitter. Ensuite, il cite plus loin dans l’article le document Présence en 2012 des immigrants admis au Québec de 2001 à 2010, qui «révèle que plus du quart des Français (25,4%) ont choisi de ne pas s’installer à demeure». Mais encore là, ce n’est pas parce que 25,6 % (il s’est trompé juste un petit peu) des immigrants originaires de la France qui sont arrivés au Québec entre 2001 et 2010 n’étaient plus au Québec en 2012 que les Français sont nécessairement «parmi les plus nombreux à le quitter.».

D’ailleurs, on peut voir à la page 26 de ce document, que le taux de 74,4 % des Français arrivés au Québec entre 2001 et 2010 qui ont été retracés au Québec en 2012 ne s’éloigne guère de la moyenne pour l’ensemble des immigrants (75,9 %). Voici d’ailleurs la liste des 10 pays, parmi les 25 d’où provenaient le plus d’immigrants entre 2001 et 2010, qui ont les taux de départ le plus élevé :

  1. Inde (49,4 % n’ont pas été retracés au Québec en 2012)
  2. Pakistan (44,6 %)
  3. Iran (43,2 %)
  4. Chine (41,6 %)
  5. Égypte (31,7 %)
  6. Sri Lanka (29,6 %)
  7. Liban (28,5 %)
  8. États-Unis (28,1 %)
  9. France (25,6 %)
  10. Russie (23,1 %)

Cette liste est intéressante, car on peut observer que trois des quatre pays d’origine des immigrants qui ont les taux de départ les plus élevés sont des pays qu’on dit «anglophiles» (Inde, Pakistan et Chine). En outre, il est bon de souligner que le pays qui a le taux de départ le plus faible est Haïti, avec seulement 8,1 % de départ.

Il faut aussi préciser que les immigrants dont on n’a pas retrouvé la trace en 2012 n’ont pas nécessairement regagné leur pays d’origine. Certains sont décédés (très peu, soit 0,3 % des immigrants arrivés au Québec entre 2001 et 2010), d’autres peuvent avoir déménagé dans une autre province ou un autre pays.

Et alors…

L’étude du doctorant en anthropologie semble très intéressante. Mais, est-ce que son échantillon de 129 «Français retournés dans leur pays d’origine ou qui ont l’intention de le faire» permet de trancher sur leurs motifs? Et quelle est la proportion de cet échantillon qui a mentionné spécifiquement le désir de renouer avec sa famille pour expliquer son retour en France ou son intention d’y retourner? Je n’en sais rien. Ce serait sûrement intéressant de mettre la main sur cette étude.

J’aimerais par exemple en savoir plus sur les autres points qu’il mentionne – relations hommes-femmes, importance différente accordée à la vie de couple par rapport aux relations d’amitié, rôle de la famille, importance accordée au marché du travail dans le pointage pour sélectionner les immigrants, etc. Tous ces sujets me semblent pertinents, pas seulement pour expliquer le départ de nombreux Français, mais aussi pour mieux analyser la dynamique de l’immigration. Je tiens d’ailleurs à souligner qu’aucune des affirmations ici corrigées ne proviennent de ce chercheur.

Finalement, je trouve dommage que l’auteur de l’article ait tourné les coins ronds et ait fait des affirmations à partir de données partielles ou sélectionnées. Trop grand désir d’aguicher et d’intéresser le lecteur? Je ne le sais pas, mais je déplore le résultat. Cela dit, je le remercie de m’avoir donné l’occasion de regarder ces données de plus près!

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. Gilbert Boileau permalink
    16 décembre 2012 10 h 23 min

    Merci de faire la lumière sur ce phénomène, Rigueur, rigueur, rigueur nous disaient nos prof à l.université. Il y en a qui en démontre plus que d’autres.

    J'aime

  2. 16 décembre 2012 10 h 59 min

    @ Gilbert Boileau

    «Merci de faire la lumière sur ce phénomène »

    Il y a un autre point que j’aurais voulu regarder. De mémoire, le taux de départ moyen se situait davantage autour de 20 % dans les rapports précédents du MRCI. Malheureusement, ces rapports ne sont plus disponibles sur Internet. Si ma mémoire est bonne, cela signifirait que le taux de départ a considérablement augmenté récemment (de 20 % à 24 %, c’est loin d’être négligeable). Une comparaison entre les taux de départ par pays dans ces précédents rapports avec ceux montrés dans le rapport le plus récent aurait pu aussi nous éclairer à ce sujet.

    Mais, bon, à l’impossible nul n’est tenu!

    J'aime

  3. david weber permalink
    2 janvier 2013 13 h 08 min

    Bonjour et bonne année à tous,

     » Les Français s’exilent de plus en plus au Québec  »

    http://www.lefigaro.fr/international/2013/01/01/01003-20130101ARTFIG00150-les-francais-s-exilent-de-plus-en-plus-au-quebec.php

    J'aime

  4. 2 janvier 2013 18 h 07 min

    Oui, j’ai lu! Les articles disent une chose et son contraire!

    J’ai surtout retenu ça :
    «L’immigration française est rarement fiscale; moins de 2% sont des investisseurs.»

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :