Skip to content

Palestine, l’état de siège

2 août 2013

palestinePar un hasard qui fait (encore!) bien les choses, j’ai terminé cette semaine un livre qui porte sur le conflit entre les Palestiniens et les Israéliens au moment même où on annonçait la reprise des négociations entre ces deux peuples. Ce livre, Palestine, l’état de siège, est un recueil de textes dont les principaux auteurs sont Ilan Pappé, historien israélien critique du sionisme, et Noam Chomsky, célèbre linguiste et philosophe des États-Unis, lui aussi d’origine juive.

Les textes réunis dans ce recueil datent presque tous de quelques années, de 2008 à 2010 pour la plupart, ce qui peut être décevant quand on se procure un livre qui est pourtant paru il y a à peine quelques mois. Par contre, ces textes permettent de faire bien des liens entre des événements qui s’étendent sur des décennies.

Premiers textes

Les premiers textes portent surtout sur les assauts de l’armée israélienne sur la Palestine de 2006 à 2009, assauts auxquels on a donné des noms aussi poétiques que «Opération Pluies d’été» ou aussi descriptifs de la réalité que «Plomb durci», nom tellement dur que même Wikipédia redirige l’utilisation de ce terme vers «Guerre de Gaza de 2008-2009», ce qui ne rend pas ces attaques moins létales pour les Palestiniens qui parlent plutôt du «Massacre de Gaza». Mais, peu importe la terminologie (Chomsky ne serait pas d’accord…), ces textes, même quand on a une bonne idée de ce qui s’est passé, sont très durs à lire. Mais, ils donnent l’heure juste.

Un ou deux États ?

De nombreux textes portent sur les solutions potentielles à ce conflit, principalement sur les possibilités qu’il se règle soit en formant deux États, solution appuyée par la communauté internationale, soit en formant un seul État qui comprendrait la Israël et la Palestine. Je dois avouer que j’avais rarement sinon jamais entendu parler de cette possibilité. Et, elle a du sens… même si, de l’aveu même de ceux qui l’appuient, elle a peu ou pas de chance d’être adoptée. Il demeure intéressant de lire les arguments de ceux qui la recommandent.

Cette question est aussi abordée dans le dernier texte de ce recueil, texte présentant une entrevue avec Stéphane Hessel (l’auteur nonagénaire de Indignez-vous, sur lequel j’ai déjà écrit) tenue en juin 2012, quelques mois avant son décès. On y parle aussi de la campagne BDS, Boycott, désinvestissement et sanctions, qui n’a malheureusement jamais eu un niveau d’appui s’approchant un tant soit peu de celui accordé à la campagne similaire pour convaincre l’Afrique du Sud d’abandonner l’apartheid. La campagne BDS, n’étant pas suffisamment suivie, ne donne au fond pas grand chose, selon Hessel.

Et alors…

Le conflit entre ces deux peuples est un des sujets les plus difficiles à aborder, tant en raison des campagnes de désinformation qui l’entourent que des positions bien campées des gens qui appuient un peuple ou l’autre. Sans prétendre à la neutralité, je ne vois pas comment on peut l’être face à ce conflit et aux forces en présence, ce livre relève bien ce défi.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :