Skip to content

Emploi : toujours de la confusion…

6 septembre 2013

confusionSi ça continue, je vais écrire un billet sur les données sur l’emploi à tous les mois! Encore une fois, les communiqués de Statistique Canada et du Bureau of Labor Statistics (BLS) sur les données du mois d’août de l’Enquête sur la population active (EPA) s’amusent à confondre les analystes, les journalistes et les politiciens!

Statistique Canada

Les données du mois d’août de l’EPA estiment que l’emploi désaisonnalisé a augmenté de près de 60 000 emplois au Canada en août, alors que les «économistes interrogés par l’agence Bloomberg tablaient sur la création de 20 000 emplois ». Avec une marge d’erreur à 95 % de 58 000 emplois, on ne peut pas en fait prétendre que ces économistes se sont vraiment trompés. Ces estimations montrent aussi que près de 44 000 de ces 60 000 emplois se seraient ajoutés en Ontario (avec une marge d’erreur de 38 600 emplois…).

Pas de chance, après une baisse de l’estimation de l’emploi de plus de 39 000 en juin (plus de 8 000) et en juillet (plus de 30 000), l’estimation de l’EPA n’est toujours pas plus généreuse en août pour le Québec, lui retranchant encore 5 000 emplois, pour une baisse totale de 44 000 en trois mois ou de 51 000 depuis janvier. Avec ces nouvelles données, le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau, aura encore plus de difficulté à trouver des données qui contredisent le fait que l’emploi ne va pas bien (voir son entrevue d’hier à RDI économie). En effet, qu’on regarde l’horizon d’un an (l’estimation ne montre aucune hausse entre août 2012 et août 2013), ou l’évolution depuis janvier 2013 (baisse de plus de 50 000 emplois), il ne reste plus beaucoup de comparaisons pour présenter la situation actuelle avec des lunettes roses.

Cela dit, il a raison de trouver ces données étranges. Il a rappelé en entrevue que les données de juillet montraient une baisse de l’emploi de 38 000 dans le secteur de la santé et des services sociaux (phénomène plus que douteux que j’ai aussi souligné dans mon précédent billet sur l’emploi), alors que rien dans les données du ministère de la Santé n’appuie cette estimation. Par contre, il aura plus de difficulté à expliquer la nouvelle baisse de 5 000 emplois du dernier mois, car cette baisse est accompagnée d’une hausse de 33 400 emplois dans le secteur de la santé et des services sociaux (voir la donnée à la quatrième colonne de chiffres, vers le bas de cette page), annulant d’un seul coup 85 % de la baisse du mois précédent dans ce secteur. Cela veut aussi dire que les données estiment que l’emploi a diminué de 38 400 dans les autres industries (-5000 = 33 400 – 38 400) en août…

On peut peut-être penser que Statistique Canada a de la difficulté avec sa méthode de désaisonnalisation (difficultés que Statistique Canada reconnaissait l’été dernier, mais uniquement pour le secteur des services d’enseignement), mais, je le répète, il faut cesser de décortiquer les données mensuelles de l’EPA. Il vaut mieux les regarder sur une longue période, en les associant avec celles de l’Enquête sur la rémunération et les heures de travail (EERH) et, idéalement, avec d’autres indicateurs économiques. Voici ce que donne l’évolution des données comparatives de l’EPA et de l’EERH sur environ trois ans :

confusion1

Là, les mouvements des deux courbes, celle de l’EPA en bleu et celle de l’EERH en rouge, malgré des écarts mensuels plus importants dans celle de l’EPA, se ressemblent drôlement depuis au moins janvier 2013. L’emploi aurait ainsi baissé de 1,0 % entre janvier et juin selon l’EERH et de 1,3 % entre janvier et août selon l’EPA. Cette convergence ne peut que nous inquiéter, surtout qu’elle est accompagnée d’une quasi stagnation de la croissance du PIB et des recettes gouvernementales

Bureau of Labor Statistics

Si ça peut nous consoler, les analystes et journalistes sont tout aussi confondus (parfois même plus!) avec les données du Bureau of Labor Statistics sur l’emploi des États-Unis. On peut en effet lire dans cet article (tel que lu vendredi après-midi, je le dis, car le contenu de ces articles est parfois modifié par la suite, ce qui fut le cas dans l’article équivalent de La Presse) : «Le taux de chômage a glissé à 7,3 % en août aux États-Unis, quand les employeurs américains ont créé 169 000 nouveaux emplois». Cet article, tel qu’écrit quand il a paru, lie les données de deux enquêtes différentes, la Current Population Survey (CPS, l’équivalent de l’EPA) et la Current Employment Statistics Survey (CES, l’équivalent de l’EERH). La hausse de 169 000 emplois provient de la CES (première ligne, dernière colonne), tandis que la baisse du taux de chômage est tirée de la CPS. J’imagine que l’auteur de la Presse s’en est aperçu (ou on lui a dit), car il écrivait plutôt en fin d’après-midi : «Le département américain du Travail a annoncé vendredi que le taux de chômage avait diminué le mois dernier à 7,3%, soit son niveau le moins élevé en près de cinq ans. Le taux a cependant reculé parce que davantage d’Américains ont arrêté de chercher du travail et ont ainsi cessé d’être comptés parmi les chômeurs

C’est déjà mieux, car, de fait on peut voir dans les données (dernière colonne à droite) que :

  • l’estimation de la population active a diminué de 312 000 personnes;
  • celle de l’emploi a diminué de 115 000 (contrairement à la hausse de 169 000 selon la CES);
  • celle du chômage a diminué de 198 000;
  • celle de la population inactive (ni en emploi, ni en chômage) a augmenté de 516 000;
  • le taux de chômage aurait donc diminué de 0,1 point de pourcentage (de 7,4 % à 7,3 %) et le taux d’emploi aussi (de 58,7 % à 58,6 %).

On pourrait donc dire que le nouveau texte du journaliste est correct. Sauf qu’il fait comme trop d’analystes avec les données de l’EPA, il conclut à partir d’une seule donnée mensuelle et mentionne les données comme si elles n’avaient pas de marges d’erreur. Or, la marge d’erreur des données du chômage aux États-Unis est selon le BLS de 300 000 à 90 % (ou de 375 000 à 95 %) et de 0,2 % sur le taux de chômage. Alors, les baisses de l’emploi, du chômage et de la population active, d’autant plus que les données de CES, plus fiables (même si elles seront révisées), montrent au contraire une hausse de l’emploi, sont loin d’être certaines!

Et alors…

Alors, tout ce qu’on peut dire, tant pour le Québec que pour les États-Unis, c’est que l’emploi ne va pas bien. Au Québec, la stagnation de tous les indicateurs et la baisse notable de l’emploi dans les données de l’EPA et de l’EERH doivent nous inquiéter. Aux États-Unis, malgré la grande marge d’erreur, il demeure inquiétant, je dirais même stupéfiant, que, quatre ans après la fin officielle de la récession, le taux d’emploi soit encore ces mois-ci près de cinq points de pourcentage plus bas qu’avant la récession (58,6 % par rapport à 63,5 % en juillet 2007, comme on peut le voir en sélectionnant «Employment-population ratio»). Alors qu’il soit à 58,7 % ou à 58,6 %, cela change au fond peu de choses…

Publicités
One Comment leave one →
  1. 16 septembre 2013 20 h 23 min

    Dans sa chronique d’aujourd’hui, Alain Dubuc montre son ignorance des données sur l’emploi tirées de l’Enquête sur la population active. Il écrit en effet :

    «Ce sont des faits vérifiables, des données incontestables de l’Enquête sur la population active.»

    Incontestables? Il ne sait pas que ces données comportent une forte marge d’erreur (environ 31 000 emplois dans la comparaison d’un mois à l’autre 95 % des fois)? Cela dit, il n’a pas tort de dire que le gouvernement choisit ses comparaisons pour embellir la situation. Mais, ce qui permet entre autres ces petits jeux est justement le fait que ces données varient énormément et sont justement contestables!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :