Skip to content

Traders, hippies et hamsters – citations

19 septembre 2013

tradersPour me reposer des livres un peu sérieux que j’ai commentés récemment (et d’un débat qui ne m’accommode pas tellement et qui me voile les idées…), j’ai le goût de parler d’un petit roman de 616 pages que j’ai lu il n’y a pas trop longtemps… Il s’agit de Traders, hippies et hamsters de Marina Lewycka, traduction étrange de Various Pets Alive and Dead («Différents animaux vivants et morts»).

Le résumé en quatrième de couverture ne dit pas grand chose et ne décrit pas bien le contenu du livre, et c’est aussi bien! Je ne le ferai pas non plus… Je préfère plutôt présenter ici quelques citations du livre en me contentant d’en expliquer le contexte, si c’est nécessaire. Et si vous tenez à en savoir plus, lisez cette critique trop précise à mon goût parue dans Le Devoir.

Explications simples et pas mal exactes du merveilleux monde financier…

Sur la crise financière :

«On ne peut pas allumer la télévision sans voir des hommes politiques paniqués conseiller au public de ne pas paniquer et des experts prétentieux venir expliquer après coup que de respectables sociétés de crédit immobilier se sont réinventées sous la forme de véritables casinos qui se sont mis à distribuer à tout va des emprunts à de mauvais clients (…). Des gens à qui on aurait jamais dû proposer de prêt, si ce n’est que les banques étaient inondées de liquidités et qu’il fallait bien que ça aille quelque part.»

J’adore la dernière partie de cette citation! L’auteure n’est peut-être pas experte de ce secteur (elle s’en confesse dans les remerciements à la fin du livre), mais elle a su bien s’entourer. Et, elle a le sens de la formule! Une autre…

«Si je dois 10 000 livres à la banque, je suis dans le pétrin. Mais, si je lui en dois 10 millions, c’est la banque qui est dans le pétrin.»

Bien vu! Et éventuellement ce sera nous tous qui paierons pour les pots cassés… Passons à une pensée profonde d’un négociateur en valeurs mobilières (un des «traders» du titre) :

«l’amour est le bénéfice ultime, mais est la seule chose que l’argent ne peut acheter (mais ça aide)».

Romantique, mais pas trop! Le même négociateur explique pourquoi le produit que sa firme financière vient d’inventer après la crise est tout à fait sécuritaire et mérite une cote AAA :

«Cet investissement représente un nouveau modèle de portefeuille adapté au contexte du marché que nous connaissons depuis 2007, qui développe de façon significative le modèle standard de copule gaussienne pour évaluer la perte en cas de défaut. Nous avons incorporé des taux de recouvrement stochastiques dans le modèle en nous basant sur l’effet établi de la corrélation inverse entre taux de recouvrement et fréquence de défaut».

Comment un tel produit pourrait-il faire défaut? Euh, comme en 2008! J’aurais toutefois besoin de Koval pour savoir si ce paragraphe veut dire quelque chose…

Quelle famille!

«la famille est une construction pyramidale destinée à faciliter la stupeur des nations de femmes et leur saisissement face au spectre du Harpic.»

Vous n’avez pas compris? Il s’agit d’une citation d’une petite fille qui tente de faire la smatte en répétant une phrase prononcée par un des adultes de la commune de hippies où elle habite, phrase qu’elle croit avoir apprise par cœur, mais de façon pas tout à fait précise : «la famille est une construction patriarcale destinée à faciliter la subordination des femmes et leur asservissement à la sphère domestique».

Toujours dans la même famille de hippies, une belle réflexion à partir d’une citation de Gandhi sur les hommes qui ont consacré leur vie à une cause :

«Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde» Ça a l’air simple dit comme ça, mais Gandhi avait autour de lui une cohorte de femmes pour le bichonner et pour seul sujet de préoccupation de nobles causes telles que la paix dans le monde.»

Et alors…

J’ai préféré ne présenter que quelques citations de ce livre plutôt que d’en parler en détail. C’est toujours possible de résumer un essai tout en donnant le goût de le lire. Mais, pour un roman, c’est plus délicat. Je ne prétends pas que c’est un chef-d’œuvre, loin de là, mais ce livre permet de passer du bon temps tout en y lisant une saine critique des activités de spéculations et des rêves des utopistes hippies d’il y a quarante ans…

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. Cynthia Dubé permalink
    19 septembre 2013 8 h 21 min

    «Si je dois 10 000 livres à la banque, je suis dans le pétrin. Mais, si je lui en dois 10 millions, c’est la banque qui est dans le pétrin.»

    Ça m’a rappelé cette histoire qui m’avait fait sourire:
    http://www.vice.com/fr/read/eric-duran-le-robin-des-bois-catalan

    Le gars a eu un courage dont peu font preuve avec une réflexion à contre-courant couplée d’une action risquée.

    J'aime

  2. 19 septembre 2013 8 h 38 min

    « »Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » Ça a l’air simple dit comme ça, mais Gandhi avait autour de lui une cohorte de femmes pour le bichonner et pour seul sujet de préoccupation de nobles causes telles que la paix dans le monde.»

    Deux remarques:

    – Dans son contexte original, cette citation est accompagnée d’un appel à la mobilisation collective. Les changements individuels, oui d’accord à fond, mais sans oublier que ce ne sera jamais assez pour ébranler les structures opprimantes nous entourant.

    – Si ce mec a réussi se libérer des tracas quotidiens et anodins qui sont le lots de plusieurs, et de s’entourer de personnes allumées partageant sa vision, eh bien, fantastique!

    Et sur l’explication du nouveau produit financier, j’aime le fait que dans le description soit utilisé le mot stochastique. J’ai enseigné à deux reprises un cours sur les processus stochastiques, c’est d’ailleurs le titre du cours à l’Université de Sherbrooke : STT489 – Processus stochastiques. La première question que je pose aux étudiants est toujours la suivante: «Que signifie stochastique?» Je n’ai pas encore eu de bonnes réponses! Bref, c’est clairement un mot mystérieux pour le commun des mortels. Ajoute dans le même paragraphe «copule gaussienne» et «corrélation inverse», et t’as de quoi dérouter tout non-mathématicien (incluant les haut-dirigeants approuvant ce type de produit…!)

    J'aime

  3. 19 septembre 2013 9 h 47 min

    @ Cynthia Dubé

    «Le gars a eu un courage dont peu font preuve avec une réflexion à contre-courant couplée d’une action risquée.»

    Je ne connaissais pas cette histoire. Très pertinent au sujet!

    @ Sylvain Bérubé

    «Ajoute dans le même paragraphe «copule gaussienne» et «corrélation inverse», et t’as de quoi dérouter tout non-mathématicien (incluant les haut-dirigeants approuvant ce type de produit…!)»

    En tout cas, moi, ça m’a dérouté, mais juste assez pour que je me doute que ce n’est qu’un écran de fumée! En fait, le pire, c’est que des matheux de la finance croient en l’infaillibilité de ce genre de calculs…

    Et merci pour les explications!

    «Que signifie stochastique?»

    J’ai vérifié en écrivant le billet, et j’ai trouvé «aléatoire»…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :