Skip to content

Le taux de chômage et la situation de l’emploi chez les jeunes

17 octobre 2013

ocde_emplois_jeunesLorsque les médias parlent de la situation de l’emploi chez les jeunes, ils mettent généralement l’accent sur le taux de chômage. Cette donnée est bien sûr importante, mais elle ne montre qu’un seul aspect de la situation, aspect souvent réducteur.

Par exemple, cet article récent nous apprend que le taux de chômage chez les jeunes a atteint «61,5% des moins de 25 ans en Grèce et 56% en Espagne» ajoutant «soit largement plus d’un jeune sur deux». Sans nier l’importance de cette donnée, veut-elle vraiment dire que «largement plus d’un jeune sur deux» est en chômage dans ces deux pays?

Emploi et chômage

Mois après mois, les journalistes semblent ignorer que le taux de chômage se calcule sur la population active, pas sur la population totale. Il faut donc connaître le taux d’activité des jeunes dans ces pays pour savoir si vraiment le chômage touche un jeune sur deux dans ces pays.

Les données de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) nous montrent que le taux d’emploi des jeunes Grecs n’atteignait que 11,6 % au deuxième trimestre de 2013, alors que leur taux de chômage s’élevait à 60,8 % (voir page 4). À l’aide de ces deux données, on peut calculer que le taux d’activité des jeunes n’était que de 29,6 % (pour fin de comparaison, il était de 69,2 % au Québec pour le même trimestre). Ainsi, le chômage ne touchait pas plus de la moitié des jeunes en Grèce, mais bien 18,0 % d’entre eux (60,8 % x 29,6 % = 18,0 %)! Le même calcul appliqué aux données espagnoles qui montrent un taux de chômage de 55,7 %, un taux d’emploi de 16,5 % et un taux d’activité de 37,2 % nous mène à la conclusion que le chômage touche en fait 20,7 % des jeunes Espagnols. Donc, le chômage ne touche pas plus d’un jeune sur deux dans ces pays, mais moins d’un sur cinq en Grèce et guère plus en Espagne.

Exagère-t-on alors le drame vécu par les jeunes de l’Espagne et de la Grèce? Non!

Le chômage et les «NEET»

Dans un billet datant de quelques mois, Paul Krugman mentionnait justement que, même si le taux de chômage des jeunes Français était bien plus élevé que celui des jeunes des États-Unis (25,5 % en France et 16,2 % aux États-Unis au deuxième trimestre de 2013), le pourcentage de jeunes en chômage était très semblable! Il se basait en fait sur le même calcul que je viens de faire pour la Grèce et l’Espagne pour appuyer son constat. Ainsi, en considérant non seulement le taux de chômage, mais aussi le taux d’emploi (28,5 % en France et 46,1 % aux États-Unis), on peut calculer que le pourcentage de jeunes en chômage est de 9,8 % en France et de 9,1 % aux États-Unis! Krugman poursuit en expliquant que si le taux d’emploi des jeunes est moins élevé en France, c’est «[traduction] parce que beaucoup moins d’étudiants français doivent chercher du travail, grâce à des bourses beaucoup plus généreuses.» et des droits de scolarité bien moins élevés, ai-je le goût d’ajouter…

Cette explication est-elle juste? Peut-elle tenir la route pour les jeunes Grecs et les jeunes Espagnols? Il existe un indicateur pour pouvoir répondre, au moins en partie, à cette question, indicateur malheureusement trop peu connu. Il s’agit de la proportion de jeunes ni en emploi, ni scolarisés, ni en formation (Not in Education, Employment or Training ou NEET en anglais). Cet indicateur est en effet fort pertinent, car il permet de quantifier la proportion de jeunes qui ont décroché à la fois de l’école et du marché du travail (à moins que ce soit le marché du travail qui les ait évincés…). On s’est en effet aperçu que ces jeunes (ni en emploi, ni scolarisés, ni en formation) ont beaucoup plus de risque de vivre des problèmes d’intégration au marché du travail persistant tout au long de leur vie que les autres jeunes (sur le sujet, on peut lire cette étude de Statistique Canada, Les jeunes qui ne sont ni étudiants ni employés). Il faut toutefois noter que cet indicateur est calculé pour les jeunes âgés de 15 à 29 ans, tandis que les taux de chômage, d’emploi et d’activité mentionnés dans ce billet se calculent chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans. L’inclusion des 25-29 ans permet en effet de voir ce qu’il advient des jeunes après qu’ils ont atteint l’âge auquel ils ont en forte majorité terminé leurs études.

Comme ces données ne sont pas publiées de façon régulière, les plus récentes et les plus comparables que j’ai trouvées datent de 2011 et viennent aussi de l’OCDE.

  • Canada : 14 %
  • États-Unis : 16 %
  • France : 16 %
  • Espagne : 24 %
  • Grèce : 22 %

Ces données permettent de conclure que si Krugman n’a pas tort, il n’a pas entièrement raison! Il n’a pas entièrement raison, car la situation des jeunes aux États-Unis est semblable à celle des jeunes Français, même s’ils ne bénéficient pas des mêmes avantages dans le milieu scolaire. Il n’a pas tort, car il est tout à fait vrai que la comparaison du taux de chômage des jeunes de ces deux pays (25,5 % en France et 16,2 % aux États-Unis) est trompeuse, laissant entendre que la situation des jeunes Français est beaucoup plus négative que celles des jeunes des États-Unis alors qu’elle est tout à fait comparable.

Dans le cas de la Grèce et de l’Espagne, ces données sont très préoccupantes. De façon surprenante, la situation des jeunes Espagnols semble encore pire que celle des jeunes Grecs. Cela dit, il faut faire attention de conclure avec les données d’une seule année, surtout que celle-ci date de près de deux ans. De toute façon, on peut s’entendre pour dire que ça va très mal dans les deux cas, et pas seulement en raison de leurs taux de chômage élevés. Les craintes de générations perdues semblent malheureusement se confirmer davantage d’une année à l’autre.

Et alors…

Ce billet visait entre autres à mettre en garde contre les conclusions trop rapides à l’examen d’un seul indicateur. On a pu voir que l’examen complet d’une situation doit reposer sur un ensemble d’indicateurs le plus étendu que possible. Et, encore là, je ne prétends pas que les quelques indicateurs présentés ici suffisent à en faire le tour. Les données sur l’émigration des jeunes, la qualité des emplois qu’ils occupent, leur vision de l’avenir et bien d’autres permettraient de se faire une idée plus complète. Mais, au moins on saura rester prudent quand on nous sortira des données sur le taux de chômage comme si celles-ci suffisaient à se faire une idée de la situation!

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. Gilbert Boileau permalink
    17 octobre 2013 19 h 29 min

    Chute de QI, amnésie ou ignorance grasse …. comment obtiens-tu le tx d’acitvité grec de 29,6% à partir du taux d’emploi de 11,6% et du taux de chômage de 60,8% chez les jeunes? J’ai comme des libellules dans le cerveau ….

    J'aime

  2. 17 octobre 2013 19 h 56 min

    0.116/(1 – 0.608) = 0.296

    Ensuite : 0.296 x 0.608 = 0.180 (pourcentage de tous les jeunes en chômage).

    Et, finalement, 0.180 + 0.116 = 0.296, donc le taux d’emploi plus le pourcentage de tous les jeunes en chômage = taux d’activité.

    Ne t’en fais pas, c’est en gossant (pas trop longtemps, quand même) sur un tableur que j’ai fini par trouver la méthode!

    (1- 0.608) = 0.292 est en fait le pourcentage de la population active qui est en emploi. Donc, 0.116/(1 – 0.608) = 0.296 peut se dire (emploi/population totale)/(emploi/population active) = (1/population totale)/(1/population active) = population active/population totale = taux d’activité.

    Bizarre, ça me paraissait plus simple sur le tableur!

    J'aime

  3. Gilbert Boileau permalink
    18 octobre 2013 8 h 59 min

    Évidemment, c’est si simple quand on a la solution devant les yeux. Merci. je vais me coucher moins ignare. Je crois que la retraite me rend paresseux quand à la recherche de solution de problèmes mathématiques. J’en prends note.

    J'aime

Trackbacks

  1. La situation des jeunes étudiants aux États-Unis |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :