Skip to content

Situation sur le marché du travail des femmes arabes

24 octobre 2013

femmes-arabesDans la conclusion de son livre L’interculturalisme – Un point de vie québécois, Gérard Bouchard, mentionne que la difficulté d’intégration sociale et économique des immigrants est un des plus grands problèmes de l’immigration. Dans le même sens, la Fédération des femmes du Québec et Québec solidaire s’opposent à l’interdiction des signes religieux affirmant que les personnes qui seraient les plus touchées par cette interdiction seraient des femmes musulmanes qui éprouvent déjà d’énormes difficultés sur le marché du travail. Elles ajoutent que le milieu du travail est pourtant un des vecteurs les plus efficaces pour favoriser non seulement leur intégration économique, mais aussi leur intégration sociale. Mais, est-ce vrai que ces femmes ont tant de difficulté que ça à s’intégrer au marché du travail? Et à quel point?

Population étudiée et scolarité

Pour répondre à ces questions, j’ai tenté de trouver des données pertinentes. Les seules qui sont assez précises pour vérifier ce genre de chose avec suffisamment de fiabilité sont les données du recensement de 2006 et de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 (même si le fait que les réponses à cette enquête étaient volontaires et non pas obligatoires jette un doute sur leur exactitude).

Compte tenu des fichiers disponibles sur Internet (il n’y a pas de données sur les musulmanes, voilées ou pas…), j’ai choisi de comparer les immigrantes arabes récentes (ici depuis au plus cinq ans) avec les autres immigrantes récentes et les natives du Canada qui ne sont pas membres d’une minorité visible. J’ai limité les données à celles sur les femmes âgées de 25 à 54 ans, ce qu’on appelle le principal groupe d’âge actif sur le marché du travail, comme le font tous les chercheurs, car il est important de ne pas faire ce genre de comparaison avec des populations dont la composition démographique est trop différente (il n’y a par exemple presque pas d’immigrantes récentes âgées de plus de 55 ans, tandis que ce groupe est relativement important chez les natives).

Pour mieux connaître ces populations, je commencerai par comparer leur niveau de scolarité.

femmes-arabes1

On peut constater que les immigrantes récentes arabes étaient, aussi bien en 2006 qu’en 2011, beaucoup plus scolarisées que les natives avec une proportion de titulaires de baccalauréats, de maîtrises et de doctorats deux fois plus élevée, et légèrement plus que les autres immigrantes récentes (qu’elles fassent partie ou pas des minorités visibles). Cela laisse présager qu’elles ont du succès sur le marché du travail, non? Non!

Situation sur le marché du travail

Le tableau qui suit montre la situation sur le marché du travail des immigrantes arabes récentes, des immigrantes arabes présentes depuis plus de cinq ans et des natives non membres des minorités visibles, toujours dans la population âgée de 25 à 54 ans.

femmes-arabes2

On peut voir que les immigrantes arabes récentes, même si elles sont les plus scolarisées, sont dans ce tableau celles qui ont les taux d’activité et d’emploi les plus faibles, et de loin, et les taux de chômage les plus élevés, et de très, très loin. En fait, de toutes les populations de minorités visibles (Chinoises, Noires, Latino-Américaines, autres asiatiques, etc.), elles sont celles qui se classent au dernier rang pour ces trois indicateurs, aussi bien en 2006 qu’en 2011.

On peut mieux illustrer ces données en considérant que, sur 100 immigrantes arabes récentes, au moins 60 ne travaillaient pas en mai 2011 (61 en mai 2006), soit entre trois et quatre fois plus que chez les natives non membres d’une minorité visible. Parmi ces 60 femmes, il y en avait plus de 17,5 qui cherchaient un emploi, soit environ cinq fois plus que les 3,6 natives non membres d’une minorité visible qui en faisaient tout autant. Quant aux 43 autres immigrantes arabes récentes (par rapport aux 15 autres natives non membres d’une minorité visible), on peut toujours essayer de deviner. Étaient-elles en formation? Découragées de chercher un emploi sans en trouver? Étaient-elles obligées de rester à la maison? Ont-elles choisi de ne pas travailler? Sûrement un peu de tout cela, mais c’est impossible de savoir quelle proportion s’applique à ces différentes hypothèses et peut-être à d’autres!

Le tableau montre aussi que, si les immigrantes arabes présentes ici depuis plus de cinq ans ont une situation sur le marché du travail moins atroce, seulement 60 % d’entre elles travaillaient et leur taux de chômage demeurait trois fois plus élevé que celui des natives non membres d’une minorité visible. Et je rappelle que les femmes arabes ne sont pas toutes musulmanes et que même ces dernières ne portent pas toutes un foulard islamique!

Et alors…

En empêchant les femmes qui portent le foulard islamique, par choix ou pas, de travailler dans des emplois qui représentent plus de 15 % du marché du travail, dans des domaines qui sont souvent leur seul choix compte tenu de leur formation et de leurs compétences, on pénaliserait en fait la minorité des immigrantes arabes récentes qui travaillent et le faible 60 % des immigrantes arabes non récentes qui en font autant. Et là, ce pourrait être encore plus que 60 immigrantes arabes récentes sur 100 et 40 % des immigrantes arabes non récentes qui ne travailleraient plus et auraient beaucoup moins de possibilités de s’intégrer à la société québécoise.

Est-ce vraiment ce que nous voulons? L’égalité entre les hommes et les femmes que tous et toutes qui appuient ou pas la charte des «valeurs québécoises» disent considérer comme une valeur fondamentale, n’exigerait-elle pas plutôt qu’on tente d’aider celles qui sont trop nombreuses à ne pas travailler plutôt que de faire en sorte qu’il y en ait encore plus?

Publicités
12 commentaires leave one →
  1. Gilbert Boileau permalink
    24 octobre 2013 13 h 30 min

    Encore une analyse des plus pertinentes que certains politiques devraient connaître avant de pondre des chartes\lois sans en avoir mesurer les conséquences. À suivre.

    J'aime

  2. 24 octobre 2013 13 h 35 min

    Cela ne remplace pas une étude portant spécifiquement sur la présence des femmes portant le foulard islamique dans nos milieux de travail et à la maison, mais cela est, je crois, le plus loin qu’on peut aller avec des données macros.

    J'aime

  3. Cynthia Dubé permalink
    24 octobre 2013 23 h 10 min

    Je seconde, voilà une analyse des plus pertinentes. C’était une question à laquelle seules des suppositions étaient proposées en guise de réponse. Effectivement, une étude spécifique serait la bienvenue, mais voilà des arguments qui ramènent le débat à des faits, ce qui est assez rafraîchissant.

    J'aime

  4. 24 octobre 2013 23 h 46 min

    Les statistiques ne disent pas si les femmes arabes sont musulmanes ou non, voilée, portant le foulard ou non.

    Par contre, avec un aussi haut taux de scolarité chez ces femmes arabes, pour celles qui sont musulmanes, il est évident qu’elles ne proviennent pas d’un pays, d’une région où l’on observe d’une façon strict les pratiques du Coran.(Ou ce qui n’est pas dans le Coran mais dans la pratique toute même!)

    J'aime

  5. 25 octobre 2013 5 h 18 min

    «voilà des arguments qui ramènent le débat à des faits»

    Pourquoi des études? dirait le ministre Drainville…

    «il est évident qu’elles ne proviennent pas d’un pays, d’une région où l’on observe d’une façon strict les pratiques du Coran»

    Je ne sais pas. Je me méfie des évidences, sans preuves! Cela dit, je me suis dit un peu la même chose, je fois l’avouer!

    J'aime

  6. youlle permalink
    28 octobre 2013 21 h 27 min

    « Les statistiques ne disent pas si les femmes arabes sont musulmanes ou non, voilée, portant le foulard ou non. »

    Aux USA environ 70% des arabes sont catholiques.

    Pour ce qui est des musulmans au Canada:

    « Le fondamentalisme musulman est très peu présent au Québec, affirme le spécialiste de l’Islam Frédéric Castel. »
    30 % à 40 % des musulmans québécois ont des diplômes universitaires
    60 % d’entre eux ne sont jamais allés dans une mosquée
    25 % disent s’y présenter de façon plus ou moins récurrente »

    J'aime

  7. 28 octobre 2013 22 h 57 min

    Certains éléments correspondent à mes données, mais vous ne fournissez pas de source autre qu’une affirmation…

    J'aime

  8. youlle permalink
    29 octobre 2013 12 h 44 min

    « … vous ne fournissez pas de source autre qu’une affirmation… »

    Je suis dans le région métropolitaine et je n’y ai pas accès sur cet ordinateur.

    Donc j’y ai été de mémoire, ce que j’aurais du noter.

    J’ai retrouvé une source:

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2013/09/13/005-qui-sont-musulmans-quebec-entrevue-24-60.shtml

    Pour les USA j’avais fait une recherche sur le terrorisme après avoir reçu un courriel à tendance haineuse sur les Arabes d’une bonne connaissance. On entretient la peur et ça m’avais choqué. J’y ai trouvé que les attentats aujourd’hui ne sont que de 10% comparé à 2001 aux USA.

    J'aime

  9. 29 octobre 2013 13 h 49 min

    Merci. La source est sérieuse, mais, malheureusement, les études de cette chaire de recherche (Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté) ne sont pas disponibles gratuitement.

    J'aime

  10. youlle permalink
    29 octobre 2013 21 h 05 min

    @ Darwin

    Voici ce que j’écrivais dans ma réplique selon une source que je ne retrouve pas.

    « La communauté arabe aux USA est à 63% de religion chrétienne, des catholiques et des protestants. » Et non de 70%. Désolé je ne retrouve pas le lien, mais je crois que c’est Slate.fr. Si je le retrouve je vous en ferai part.

    Et « Statistiquement, vous avez très peu de risque de mourir dans un attentat terroriste. Au cours des cinq dernières années, indique le Washington Post, le risque de mourir lors d’un attentat est de un sur vingt millions. C’est bien inférieur au risque de mourir du froid, des complications d’une opération chirurgicale ou d’une chute dans les escaliers. » (Slate.fr)

    http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2013/02/daily-chart-7?fsrc=scn/tw/te/dc/dangerofdeath

    Au Québec et en Amérique, quand on raconte quelque chose sur le Québec et sur les Arabes et les islamistes et le socialisme c’est ordinairement faux.

    J'aime

  11. 29 octobre 2013 21 h 50 min

    Tout à fait vrai…

    J'aime

Trackbacks

  1. Les caractéristiques des immigrants au Québec (2) |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :