Skip to content

Les retombées économiques

18 décembre 2013

retombéesBon, je vais me répéter… Ai-je entendu que ce n’est pas la première fois? Il y a maintenant plus de trois ans, j’ai écrit un billet sur les supposées retombées économiques qui découleraient de la construction d’un amphithéâtre à Québec. Je me répète peut-être, mais je ne suis pas le seul! Que lisait-on dans ce récent éditorial sur Le retour du baseball?

«Les retombées économiques d’un tel projet sont indéniables.»

Ah oui? Je le répète, toute dépense entraîne des retombées économiques, aussi bien en jetant des millions de dollars sur le trottoir (les gens qui les ramasseront en épargneront une partie et en dépenseront le reste, ceux qui les recevront les dépenseront ou les épargneront, etc.) qu’en bâtissant des stades ou des amphithéâtres… La question principale demeure toujours de savoir quelle est la dépense la plus pertinente. Et, c’est là que le débat social doit se situer. Cela dit, les retombées économiques n’ont pas toutes les mêmes caractéristiques…

Vivent les études!

«L’étude qu’ils ont commandée donne en effet du poids aux prétentions du Conference Board qui soutenait, en 2011, que les conditions du marché sont réunies pour que la Ligue de baseball majeur revienne dans la métropole.»

Je ne suis pas certain de quelle étude il parle, mais, dans une étude datant justement de 2011 du même organisme, le Conference Board, on peut lire :

«À moins que n’apparaisse un propriétaire extrêmement fortuné, prêt à perdre de l’argent, le baseball ne reviendra pas de sitôt dans la deuxième plus grande ville du Canada.»

Oui, on pouvait lire dans ce texte que «Toutes les conditions sont actuellement réunies pour que Montréal puisse héberger une franchise de la LMB», mais, ce que notre éditorialiste ne dit pas, c’est que cette phrase se poursuivait en disant «mais l’inégalité des chances entre les franchises de la LMB rebute la majorité des investisseurs». D’où la conclusion, elle aussi non mentionnée par notre éditorialiste, que «le baseball ne reviendra pas de sitôt dans la deuxième plus grande ville du Canada.»… Bon, ce n’est pas vraiment de sa faute, car l’étude dont il parle cite aussi le début de la phrase de son étude antérieure sans ajouter sa conclusion (dans le deuxième paragraphe de la page 4)…

Mais, comment se fait-il que le Conference Board qui concluait ainsi en 2011, dise aujourd’hui que ce projet est deux ans plus tard viable? Hum… il faudrait lui demander, mais peut-être que la réponse est en première page de l’étude diffusée la semaine dernière : «Étude réalisée pour le compte de la société Montreal Homerun Project et de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain»…

Je pourrais décortiquer cette étude, intitulée L’impact économique et financier du retour potentiel des Expos de Montréal, pour montrer tous ses raccourcis, mais, bon, elle a le défaut de toutes ces études, elle a appris la fonction addition des calculatrices (+), mais, a dû s’absenter lorsqu’on enseignait l’utilité de la fonction de soustraction (-)… Bref, elle additionne les retombées (achat de billets, investissements privés et publics – 335 millions $ viendrait du gouvernement – dépenses des gens qui seraient payés par ces achats et ces investissements, etc.), mais ne soustrait pas les retombées des dépenses que le gouvernement et les clients auraient fait ailleurs s’ils n’avaient pas consacré leurs dépenses au baseball.

Assez étrangement, cette étude exclut de son analyse les activités «de l’équipe de sport professionnel», même si c’est le cœur de tout l’exercice, avoir une équipe de baseball à Montréal! Elle ajoute : «Les salaires versés aux joueurs et aux entraîneurs de l’équipe de baseball sont donc exclus de notre analyse». Pourquoi? Parce que cela montrerait que les dépenses des personnes qui assisteraient à ces matchs serviraient à payer des joueurs et entraîneurs qui dépenseront la plus grande partie de leurs revenus hors du Québec! Une grande partie des retombées économiques ne se matérialiserait donc pas au Québec, mais à l’étranger!

Mais, bon, je vais arrêter là…

Analyses sélectives de retombées économiques

Ce que je trouve le plus enrageant, c’est que, quand des projets ne passent pas la rampe par leurs seules qualités intrinsèques, on sort les retombées économiques! Par contre, quand on parle des services publics, jamais on ne parle de leurs retombées économiques. Mais, elles en entraînent aussi, et souvent de plus importantes! Par exemple, nulle part dans l’étude du CIRANO dont j’ai parlé la semaine dernière (Les dépenses gouvernementales en santé en 2030), on ne parle de retombées économiques, même si ces dépenses gouvernementales annuelles en santé représentent déjà plus de 30 milliards $ et pourraient atteindre en 2030 entre 43 et 61 milliards $!

Pourtant, les retombées économiques de ces dépenses ne seraient pas consacrées à des joueurs de baseball qui dépenseront et investiront la grande majorité de leurs salaires hors du Québec, mais à du personnel de la santé qui dépensera presque tous ses revenus au Québec! En plus, les activités du secteur de la santé sont drôlement moins polluantes que celles de l’industrie manufacturière qui serait la plus grande bénéficiaire de la construction du stade, soit, selon le Conference Board, soit celle de la fabrication de ciment et de produits en béton (voir cet article…)! Et, surtout, j’ai la prétention de penser qu’elles sont socialement plus essentielles…

Et alors…

Voilà un autre effet pernicieux de notre beau système : quand on dépense pour des entreprises privées, que ce soit pour un club de baseball, une équipe de hockey ou pour extraire des ressources de notre sol en détruisant l’environnement comme dans le Plan Nord, on nous vend ces projets avec les sempiternelles retombées économiques. Mais quand on exige plus de dépenses pour soigner les malades, améliorer l’accès à l’enseignement universitaire ou pour ajouter des places en service de garde, on ne nous parle que de la précarité des finances publiques, mais jamais des retombées économiques de ces investissements…

Publicités
8 commentaires leave one →
  1. Gilbert Boileau permalink
    18 décembre 2013 10 h 33 min

    Le Conference Board … Que dire de plus? Il penche toujours du même bord: celui qui paie la note … quitte à enrober la vérité dans une analyse tronquée. Merci de le rappeler. On privatise les profits et nationalise les dépenses risquées,

    J'aime

  2. 18 décembre 2013 11 h 22 min

    «On privatise les profits et nationalise les dépenses risquées»

    Me semble que j’ai vu une expression semblable dans un lette de ce matin dans La Presse… Mais, la lettre en question ne semble pas encore sur le site de La Presse…

    J'aime

  3. Benton permalink
    18 décembre 2013 12 h 09 min

    Il y a le fait que les malades ne font pas courir les foules!!!

    Du pain et des jeux…. ça toujours été populiste comme discour!

    J'aime

  4. 18 décembre 2013 14 h 34 min

    En effet…

    J'aime

  5. 18 décembre 2013 15 h 30 min

    «En somme, on nationalise les coûts et les risques d’affaires et l’on transfère au secteur privé les profits et la valeur de revente éventuelle de l’équipe.»

    Un texte qui rejoint en partie ce billet :

    http://www.lapresse.ca/debats/nos-collaborateurs/pierre-yves-mcsween/201312/17/01-4721933-le-retour-des-expos-non-merci.php

    J'aime

  6. Oli permalink
    19 décembre 2013 0 h 25 min

    On parle aussi très peu de la création d’emploi dans le secteur de la santé, alors même que tout le monde reconnait le manque de personnel dans ce secteur-là!

    C’est un peu facile à dire, mais peut-être que si on valorisait la création d’emploi en santé plus que la création d’emploi dans le secteur de l’extraction des ressources, on aurait un peu plus de personnel en santé.

    J'aime

  7. 19 décembre 2013 5 h 18 min

    «C’est un peu facile à dire»

    En plus, ça fait du bien, et c’est bon pour la santé!

    J'aime

  8. 19 décembre 2013 16 h 17 min

    Hum, de grosses retombées économiques… et sociales (j’espère) à prévoir!

    http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/395620/le-quebec-accueillera-le-forum-social-mondial-en-aout-2016

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :