Skip to content

Pour un enseignement pluraliste en économie

6 mai 2014

 

économie_pluralisteIl y a quelques semaines, j’ai publié un billet dénonçant la pensée unique dans l’enseignement de l’économie à l’université. Ce billet se basait sur un texte écrit par une professeure d’université en économie, Sylvie Morel. Or, il est clair maintenant que cette critique de l’enseignement d’une seule des théories économiques reçoit l’appui des étudiantEs, et pas seulement de ceux du Québec!

Les étudiantEs de 18 pays viennent de s’unir pour dénoncer cette situation en appuyant un manifeste unique. Ce manifeste, dont on peut lire la version envoyée au Devoir dans cette lettre, ne tente pas de renier l’enseignement de l’économie tel qu’il est fait depuis que cette discipline a fait son entrée dans nos universités, mais déplore qu’il soit limité à cette seule approche, approche qui a pourtant montré à de nombreuses reprises, notamment lors de la dernière crise et des tentatives basées sur ses préceptes pour en sortir qui n’ont fait qu’empirer les choses, ses lacunes immenses et son dédain de la réalité…

D’autres tentatives…

Ce n’est pas la première fois que des étudiantEs dénoncent cette situation, Par exemple, ce texte datant de 2011, visant le même objectif, mentionne que les premières revendications du «PEPSéconomie» (Pour un Enseignement Pluraliste dans le Supérieur en Economie) de la France datent de plus de 10 ans.

Dans son billet publié sur le blogue de l’IRIS, Renaud Gignac mentionne un essai de Louis Gill, professeur émérite, malheureusement réservé aux abonnés de Érudit, qui raconte La grève étudiante de 1978 en économie à l’UQAM, grève visant à «réclamer la reconnaissance d’un droit de regard sur leur formation et un enseignement pluraliste», En fait, d’autres observateurs m’ont dit que cette grève visait carrément l’abandon de l’enseignement de l’économie néoclassique, mais, peu importe la version retenue, cette grève demeurait une contestation de l’enseignement de la pensée unique en économie.

En Grande-Bretagne, divers groupes d’étudiants, dont le Post-Crash Economics Society, ont aussi dénoncé l’enseignement de la pensée unique en économie. Là aussi, cette démarche fut appuyée par un certain nombre de professeurs et a même mené à un congrès portant sur l’enseignement en économie.

Aux États-Unis, d’autres étudiantEs, entre autres de Harvard, ont aussi manifesté leur désaccord avec le contenu de leurs cours d’économie, ont organisé une courte grève et ont écrit une lettre ouverte à leur professeur dénonçant le biais du cursus qui leur était enseigné. Même si le lien n’est pas nécessairement direct, de nombreuses universités, des États-Unis et d’ailleurs, offrent dorénavant des cours sur les approches hétérodoxes.

Internationalisation

Toutes ces interventions montrent un malaise international sur le contenu de l’enseignement de l’économie. Aussi louables soient-elles, elles n’ont, à ma connaissance, pas eu les effets escomptés. Par contre, le mouvement actuel est drôlement plus prometteur. En signant un texte conjoint dans 18 pays, ce mouvement montre qu’il ne s’agit pas d’un mécontentement mineur ressenti par quelques étudiantEs d’une seule université, mais d’un malaise généralisé partout où l’économie est enseignée.

La coordination de cette campagne a d’ailleurs permis une couverture très étendue du manifeste conjoint. Le jour même où cette campagne a été lancée, on pouvait déjà recenser un grand nombre d’articles portant sur ce mouvement, sans mentionner celui du Devoir :

..et sûrement d’autres dont je n’ai pas été informé!

Et alors…

Il serait illusoire de penser que les dinosaures des départements d’économie accepteront sans se rebiffer de changer le contenu de l’enseignement en économie, le seul qu’ils connaissent et sur lequel ils ont bâti leur carrière et leur notoriété. Cela ne doit surtout pas être une raison de baisser les bras.

C’est pourquoi ce mouvement a besoin de tous les appuis que peut leur apporter la société civile. Je vous invite donc à signer le manifeste des étudiantEs en économie et à vous inscrire à leurs différents sites :

  • International student initiative for pluralism in economics (ISIPE et sur Facebook);
  • Pour un enseignement pluraliste de l’économie au Québec (où on peut signer dans la marge de droite);
  • Mouvement étudiant québécois pour un enseignement pluraliste de l’économie (sur Facebook).

Ce mouvement est fondamental. On peut toujours se plaindre que nos économistes soient aussi décrochés de la réalité, mais, cela n’est que le reflet de leur formation… C’est donc cette formation qu’il faut changer!

 

Publicités
14 commentaires leave one →
  1. Gilbert Boileau permalink
    6 mai 2014 9 h 59 min

    Tout à fait d’accord avec toi. L’économie ou les sciences économiques? Veillons à une formation élargie qui nous confronte avec des sujets et des approches différentes et souvent dérangeantes. En fait, sortir les étudiants des zones de confort néo-libérales.

    J'aime

  2. 6 mai 2014 9 h 59 min

    En conclusion à ce billet, j’ai souligné la résistance des professeurs d’université à modifier leur enseignement de l’économie. Voici justement trois textes (en anglais…) allant dans ce sens :

    Gary Becker and the Economics Revolution That Wasn’t
    http://www.newyorker.com/online/blogs/johncassidy/2014/05/gary-becker-and-the-revolution-that-wasnt.html

    The mainstream economics curriculum needs an overhaul
    http://www.voxeu.org/article/mainstream-economics-curriculum-needs-overhaul

    Refocusing economics education.
    http://fatasmihov.blogspot.ca/2014/05/refocusing-economics-education.html

    J'aime

  3. 6 mai 2014 10 h 01 min

    @ Gilbert

    «En fait, sortir les étudiants des zones de confort néo-libérales.»

    Le dernier des textes que je viens de recommander parle plutôt de la zone de confort des professeurs! Mais, ce n’est pas contradictoire…

    J'aime

  4. 6 mai 2014 10 h 06 min

    Une entrevue avec Renaud Gignac sur le sujet que j’écouterai ce soir :

    http://ici.radio-canada.ca/emissions/l_heure_du_monde/2013-2014/emissions.asp

    Voir l’émission du 5 mai, à partir de 31:00.

    J'aime

  5. Benton permalink
    6 mai 2014 12 h 25 min

    N’est-ce pas Keynes, invité à donner une conférence, commença son discours en disant qu’il était sans doute le seul non-kéneysien dans la salle!

    J'aime

  6. 6 mai 2014 13 h 49 min

    Tout à fait! J’en avais parlé dans un billet :

    https://jeanneemard.wordpress.com/2011/04/12/citations-de-john-maynard-keynes/

    J'aime

  7. 9 mai 2014 15 h 28 min

    Une réponse du département d’économie de l’UQÀM. Pas inintéressant, mais loin d’être si ouvert qu’il en a l’air! Quand on donne comme exemple les liens tissés par un professeur maintenant décédé, c’est peut-être parce qu’on manque d’exemples plus actuels…

    http://www.actualites.uqam.ca/2014/4581-appel-mondial-pour-un-enseignement-pluraliste-en-economie

    J'aime

  8. 10 mai 2014 12 h 15 min

    Très bon texte de Éric Desrosiers sur les changements d’approches nécessaires en économie. Extrait :

    «L’attention portée à la croissance a, de fait, souvent eu pour effet de reléguer au second plan d’autres objectifs de l’action publique, si bien que la croissance était considérée comme une fin en soi et non comme un moyen d’améliorer le bien-être de la population. »

    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/407952/perspectives-nos-yeux

    J'aime

  9. youlle permalink
    10 mai 2014 16 h 51 min

    J’ai signé « Pour un enseignement pluraliste en économie »

    J'aime

  10. 10 mai 2014 17 h 00 min

    Bien!

    J'aime

Trackbacks

  1. Et si l’argent poussait dans les arbres |
  2. Citations de John Kenneth Galbraith |
  3. L’imposture économique (2) |
  4. Pour une économie pluraliste |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :