Skip to content

Rétablir les faits : réplique à l’éditorialiste en chef de La Presse dans le dossier des tarifs de garde

24 novembre 2014

des faits à préciserPar Jean Robitaille

L’éditorialiste en chef de La Presse nous invite à tenir un débat sur les faits dans le dossier de la tarification des services de garde. André Pratte expose ainsi dans son éditorial du 22 novembre 2014 cinq arguments pour appuyer la décision gouvernementale de moduler les tarifs. Deux d’entre eux ne s’avèrent pas justes.

Premièrement, la hausse serait justifiée par la pertinence de ramener à 20 % la part assumée par les parents dans le financement du système, niveau qui aurait existé à l’origine du réseau en 1997. Le problème, c’est qu’il est impossible de déterminer qu’elle était la part assumée par les parents à cette époque. La référence historique au 20 % (avec l’approximation et la confusion qui l’entourent) vient du fait que les parents payaient autour de 25 $ avant la mise en place du régime des « places à 5 $ ». 5 $ versus 25 $, c’est bien 20 %… mais c’est 20% du coût antérieur pour les parents. Et non 20 % des budgets de fonctionnement du réseau!

De 1997 à 2001, les places à contribution réduite ont été progressivement implantées (un groupe d’âge à la fois), ce qui fait que les CPE de l’époque recevaient une diversité d’autres subventions de l’État (subventions milieux défavorisés, aux investissements, d’autres pour hausser les salaires des éducatrices, etc.) qui contribuaient à leur financement global. En plus, une majorité de parents dont les enfants étaient en CPE bénéficiaient toujours des crédits d’impôt québécois. Toute comparaison à cet égard avec cette toute première époque est donc simplement hasardeuse.

Il est néanmoins possible et utile d’établir des comparaisons historiques. Il faut alors considérer le moment (2002) où le réseau devient essentiellement constitué de places à contribution réduite, exempté des autres sources de financement qui se superposaient auparavant. Les ministères de la Famille et des Finances nous en donnent la réponse dans le Rapport de la Commission de révision permanente des programmes : en 2003-2004, les parents utilisateurs des places à 5 $ par jour assumaient 13,6 % du financement global du réseau. En 2014-2015, au tarif quotidien de 7,30 $ depuis le 1er octobre dernier, les parents contribuent toujours à hauteur de 13,6 % des coûts du réseau! Il est par ailleurs étonnant de constater que les auteurs de ce Rapport (foisonnant de tableaux, graphiques et données financières) reprennent eux aussi la légende du « 20 % en 1997 » sans être le moindrement capables d’en justifier l’existence…

Dans un deuxième argument, M. Pratte rétorque à ceux qui prétendent que le réseau québécois de services de garde a eu des effets bénéfiques sur la participation économique des femmes « que dans les provinces où les tarifs sont bien plus élevés qu’au Québec, la proportion de femmes sur le marché du travail a augmenté autant qu’ici ». L’erreur ici réside dans le fait de considérer le portrait de l’ensemble des femmes, avec ou sans enfant, âgées de 15 ans et plus. En voulant apprécier l’impact économique du développement du réseau québécois de services de garde éducatifs, ce qui nous intéresse ce sont évidemment les femmes ayant de jeunes enfants. Statistique Canada nous indique que le taux d’activité économique des femmes québécoises ayant des enfants de moins de 6 ans a bondit de 11,2 points de 1996 à 2008 (passant de 63,1 à 74,3 %) alors qu’il augmentait plus modestement de 5,6 points dans l’ensemble du Canada (65,3 à 70,9 %) au cours de la même période. À la traîne par rapport à leurs consœurs du reste du Canada au milieu des années 90, la présence sur le marché du travail des femmes québécoises ayant de jeunes enfants fait aujourd’hui figure de référence. Et la politique familiale québécoise y est assurément pour quelque chose, n’en déplaise à l’éditorialiste en chef de La Presse.

Je crois comme M. Pratte que ce débat doit d’abord porter sur les faits. Et qu’il importe de les présenter avec toute la rigueur nécessaire.

Jean Robitaille, Montréal

Consultant en développement stratégique et ancien directeur général de l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) de 2005 à 2011

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :