Skip to content

Changements à l’EPA

31 janvier 2015

EPA02-2014Comme cette agence le fait à chaque cinq ans, Statistique Canada a procédé cette semaine à une série de révisions importantes à l’Enquête sur la population active (EPA). Je m’attarderai ici que sur la plus importante, soit la mise à jour démographique des données qu’elle utilise pour estimer le niveau d’emploi. Avant cette révision, Statistique Canada utilisait en effet les données du recensement de 2006 pour évaluer le niveau de la population adulte ainsi que sa répartition, notamment par âge et par sexe. C’est à l’aide de ces données qu’elle peut pondérer les réponses à l’EPA et estimer le niveau d’emploi et de chômage auxquelles ces réponses correspondent, ainsi que les autres caractéristiques de la main-d’œuvre (emploi par industrie, par profession, travail autonome, etc.). À partir de maintenant, elle utilise plutôt les données du recensement de 2011 pour ce faire.

Comme à chaque cinq ans, ce changement entraîne des modifications parfois importantes à ses estimations. Les médias ont surtout, et presque uniquement, souligné l’impact de ce changement sur l’estimation de l’augmentation de l’emploi au Canada entre décembre 2013 et décembre 2014 au Canada, qui est passée de 186 000 (tel qu’annoncé au début du mois, voir la troisième ligne de la cinquième colonne de ce tableau où on peut voir le chiffre 185,7) à 121 000 (voir la troisième ligne de la quatrième colonne de cet autre tableau où on peut voir le chiffre 121,3). En fait, on aurait pu dire que la marge d’erreur indique que ces deux chiffres varient 95 % des fois de moins 109 800, (donc que l’augmentation de l’emploi avait une probabilité de 95 % de se situer entre 11 000 et 230 000 au lieu d’entre 76 000 et 296 000…), ce qui aurait amoindri l’impact de cette diminution, mais passons…

Au Québec

Alors que les nouvelles estimations de la population adulte (personnes âgées de 15 ans et plus) canadienne sont plus basses de 0,3 %, elles sont plus élevées de 0,9 % au Québec. En conséquence, l’estimation de l’emploi total au Canada est inférieure à la précédente de plus de 100 000 alors qu’elle lui est supérieure de plus de 30 000 au Québec. Par contre, cela n’a guère changé l’estimation de la baisse de l’emploi au Québec entre décembre 2013 et décembre 2014, qui est passée de 15 800 à 9 600 (plus ou moins 56 000, 95 % des fois). Le graphique qui suit montre l’impact de ce changement sur l’évolution de l’estimation de l’emploi au Québec depuis 2009 (l’impact commence en 2001, mais il est imperceptible sur un graphique entre 2001 et 2008).

changements_EPA1

Le changement des estimations d’emploi pour 2009 est aussi difficile à percevoir, mais se fait sentir de façon plus importante à compter de 2010, son impact augmentant graduellement pour atteindre un sommet en 2014. Si ce changement fait varier le niveau de l’emploi d’environ 0,8 % en 2014, il change peu de choses aux tendances, comme on peut le voir dans le graphique suivant.

changements_EPA2

Ce graphique compare l’évolution selon trois sources de données, deux provenant de l’EPA (ligne bleue, pour les données d’avant la révision, et ligne jaune, pour celles d’après), enquête qui comporte une marge d’erreur importante, comme je l’ai mentionné plus tôt, et une (représentée par la ligne rouge) de l’Enquête sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), dont les données sont beaucoup plus fiables, sans marge d’erreur car issues d’un recensement de toutes les entreprises à partir de leur liste de paye, mais disponibles avec un ou deux mois de retard sur les premières (dans ce cas, la différence n’est que d’un mois, car ces données ont été mises à jour jeudi dernier).

Comme l’EERH ne tient pas compte de l’emploi agricole, ni des travailleurs autonomes (et de quelques autres secteurs de moindre importance), et que, en conséquence, les niveaux d’emplois de l’EERH et de l’EPA sont différents, j’ai dû faire partir les données à 100 (en divisant chaque donnée de chaque série par l’emploi de septembre 2010) dans les deux cas pour qu’on puisse mieux voir l’évolution relative des deux courbes.

On peut voir que, sauf de rares exceptions, les lignes bleues et jaunes se confondent presque. Cela veut dire que la révision a fait changer le niveau de l’estimation de l’emploi selon l’EPA, mais presque pas leur évolution. C’est le contraire qui aurait été étonnant, car les réponses des participants à l’enquête n’ont pas changé!

Nature des changements

Si la révision a fait hausser le niveau de l’estimation de l’emploi de 30 000 au Québec en 2014, elle a fait diminuer son taux d’emploi de 0,2 points de pourcentage. Comment est-ce possible?

changements_EPA3Le tableau ci-contre peut nous le faire comprendre. Il compare les données avant et après la révision (j’avais prudemment enregistré la version antérieure, prévoyant qu’elle me serait utile; une chance, car elle n’est plus trouvable sur le site de Statistique Canada!). Pour ne pas surcharger ce tableau, je n’ai retenu que trois indicateurs, soit la population adulte (âgée de 15 ans et plus), la population active et l’emploi. On peut voir que l’estimation de la population adulte a été haussée davantage que celle de la population active (respectivement de 0,88 % et de 0,75 %) et que celle de l’emploi a été rehaussée au même rythme que la population active (de 0,74 %). D’ailleurs, même si le tableau ne montre pas cette donnée, le taux de chômage est demeuré fixe.

La clé de ces changements se retrouve dans la colonne de la population adulte, car c’est elle qui a été modifiée par la révision. Les changements des deux dernières colonnes ne sont que la conséquence de ceux de la deuxième. Or, on peut voir dans le tableau que les populations qui ont le plus augmenté sont surtout celles de tranches d’âge qui ont un taux d’emploi inférieur à la moyenne (voir la première colonne), soit celles, dans l’ordre, âgées de 70 ans et plus (hausse de 2,16 %), de 20 à 24 ans (1,64 %) et de 65 à 69 ans (1,54 %), et, qu’à l’inverse, celles qui ont diminué sont celles des personnes qui ont un taux d’emploi de beaucoup supérieur à la moyenne, soit celles âgées de 30 à 34 ans (baisse de 0,32 %) et de 45 à 49 ans (-0,13 %).

Et alors…

J’ai écrit ce billet simplement pour tenter de mieux faire comprendre la complexité de la méthode qui permet d’obtenir les indicateurs dont on tient le plus compte quand on parle du marché du travail. À partir d’un échantillon de 56 000 ménages au Canada et de 10 000 au Québec (pour plus de précision, voir ce tableau), on voudrait tout savoir sur le marché du travail :

  • l’emploi, l’activité et le chômage;
  • l’importance relative du travail autonome;
  • la prévalence du travail à temps plein et du temps partiel;
  • l’emploi par industrie, par sexe, par tranche d’âge, par profession, par région économique et par région d’assurance-emploi;
  • l’emploi et le chômage des immigrants (par pays d’origine, en plus!);
  • les raisons de l’inactivité, du chômage et de la retraite;
  • l’évolution de la syndicalisation;
  • l’emploi et le chômage selon le niveau de scolarité;
  • les salaires, selon toutes ces caractéristiques;
  • et les combinaisons de ces caractéristiques et de bien d’autres.

L’EPA est conçue pour atteindre le mieux possible les mandats qu’on confie à Statistique Canada. Mais, comme ces mandats ne sont pas accompagnés des moyens pour mieux les atteindre, on ne doit pas s’étonner que les résultats soient, comme on l’entend souvent, très «volatiles». En fait, ils ne le sont pas, ils sont simplement représentatifs des conditions dans lesquelles on demande à Statistique Canada de les atteindre… Cela ne rend pas ces données inutiles, mais il faut savoir les interpréter pour ce qu’elles disent et non pour ce qu’on voudrait qu’elles disent!

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :