Skip to content

Le marché du travail des femmes (1) – l’emploi et les taux d’emploi et de chômage

8 avril 2015

mt_femmesDans un commentaire laissé sur mon dernier billet portant sur l’emploi, la présidente de la Fédération des femmes du Québec, Alexa Conradi, a manifesté l’intérêt qu’il pourrait y avoir à ce que je produise un billet semblable «en faisant une analyse différenciée selon le sexe» ou en fonction d’autres facteurs, comme l’origine et la race. Je lui ai répondu que c’était très difficile, car, justement, ces billets visent en premier lieu à montrer que les estimations mensuelles de l’Enquête sur la population active (EPA) comportent des marges d’erreur trop élevées pour pouvoir tirer des conclusions sur les tendances qui s’en dégagent. Or, ces marges d’erreur sont proportionnellement encore plus importantes quand on croise les données, par exemple pour comparer l’évolution de l’emploi selon le sexe ou tout autre facteur. En outre, les données de l’Enquête sur la rémunération et les heures de travail (EERH), dont je me sers pour relativiser les écarts montrés par les estimations de l’emploi par l’EPA, ne sont pas compilées selon le sexe (ni l’âge, d’ailleurs). Il est toutefois possible d’analyser ce genre de question avec les données annuelles, car ces données ont une marge d’erreur plus faible.

Ce commentaire m’a toutefois fait réaliser que, si j’ai publié beaucoup de billets sur le marché du travail des femmes sous différents angles (revenus, femmes avec des enfants d’âge préscolaire, femmes arabes, concentration dans les professions, etc.), je n’ai jamais vraiment fait le tour de la question. Tant qu’à le faire, je me suis dit que j’essaierais de couvrir l’évolution de la situation des femmes sur le marché du travail au Québec sous le plus d’angles possible. Il faudra pour cela consacrer plusieurs billets sur la question, billets que je compte publier au cours des prochains mercredis.

L’emploi

Le graphique suivant montre l’évolution de l’emploi au Québec selon le sexe entre 1976 et 2014.

mt_femmes1_1

On peut voir sur ce graphique que l’emploi des femmes a augmenté beaucoup plus rapidement que celui des hommes. Cette croissance peut être traduite de différentes façons :

  • les femmes sont responsables de 70 % de l’augmentation de l’emploi entre 1976 et 2014;
  • l’emploi total a augmenté de 60 %, mais de seulement 28 % chez les hommes et de 117 % chez les femmes;
  • alors qu’elles occupaient 35 % de l’emploi en 1976, ce taux atteignait 48 % en 2014;
  • cette tendance à la plus forte augmentation de l’emploi chez les femmes semble terminée, car le taux de croissance de l’emploi a été presque égal entre les hommes (5,2 %) et les femmes (5,4 %) entre 2009 et 2014.

En fait, l’augmentation de la participation sur le marché du travail des femmes est un des phénomènes les plus importants sur le plan de l’emploi au cours des 40 dernières années, avec la hausse de la scolarisation.

Le taux d’emploi selon l’âge

La série de graphiques qui suit présente l’évolution du taux d’emploi selon le sexe pour six tranches d’âge différentes. Ces graphiques permettent de mieux voir la dynamique de l’augmentation de l’emploi des femmes.

mt_femmes1_2

J’ai préféré présenter les données selon le taux d’emploi (proportion de l’emploi dans la tranche d’âge par rapport à sa population totale), car ce taux évite les écarts dus à la variation de la taille de la population. L’examen de l’évolution des taux d’emploi respectifs des hommes et des femmes par tranche d’âge permet de voir que le rattrapage du taux d’emploi des femmes s’est produit à différentes époques et avec une ampleur différente selon la tranche d’âge.

  • 15 à 24 ans : l’écart du taux d’emploi entre les hommes et les femmes s’est considérablement réduit lors de la récession du début des années 1980 (de 7 points de pourcentage en 1976 à seulement 2 points en 1982), a augmenté lors de la reprise qui a suivi (pour atteindre 6 points en 1988), mais est par la suite demeuré assez faible, s’inversant même à l’avantage des femmes à compter de 2003, avantage qui a atteint près de 5 points en 2014. Les facteurs qui expliquent ce renversement sont nombreux. J’y reviendrai dans d’autre billets, en examinant notamment de plus près l’influence de la hausse de la scolarisation dans ce groupe d’âge.
  • 25 à 34 ans : l’écart dans ce groupe d’âge était en 1976 beaucoup plus important (43 points!) que dans le groupe précédent (7 points) et s’est réduit de façon beaucoup plus régulière. Il est relativement stable à moins de 5 points de différence depuis 2007, malgré un écart étonnamment bas en 2014 (1,3 point). Il semble donc que le rattrapage est passablement terminé dans ce groupe d’âge, la différence restante étant difficile à éliminer, surtout si on tient compte des retraits du marché du travail pour motif de maternité (je reviendrai aussi sur cet aspect dans un autre billet).
  • 35 à 44 ans : le rattrapage dans ce groupe d’âge ressemble beaucoup à celui observé chez les 25-34 ans : l’écart est passé de 47 points en 1976 (plus que le taux d’emploi des femmes dans ce groupe cette année-là, soit 43 %) à moins de 6 points de 2009 à 2014 (avec un écart de 3,4 points cette dernière année). Le rattrapage semble aussi terminé dans ce groupe d’âge, l’écart restant étant aussi difficile à éliminer, pour la même raison que chez les 25-34 ans. On notera que, dans ce groupe et dans le précédent, la baisse de l’écart entre les taux d’emploi s’explique aussi en partie par la baisse du taux d’emploi des hommes dans ces groupes d’âge entre 1976 et 2014 : de 9 points chez les 25-34 ans et de 5 points chez les 35-44 ans. Finalement, il est fort probable que l’implantation des services de garde à contribution réduite en 1997 ait contribué à l’ampleur de la réduction des écarts dans ce groupe et le précédent, d’autant plus que les écarts du taux d’emploi entre les hommes et les femmes dans le reste du Canada dans ces groupes d’âge étaient en 2014 beaucoup plus élevés qu’au Québec (de respectivement 7,0 et 7,3 points), alors qu’ils étaient plus rapprochés en 1997 (2,7 et 1,7 points).
  • 45 à 54 ans : le rattrapage dans ce groupe d’âge est semblable à celui observé dans les groupes précédents; là aussi l’écart observé en 1976 (49 points) était plus élevé que le taux d’emploi des femmes (37 %). Le rattrapage dans ce groupe semble également terminé, l’écart étant stable entre 4 et 6 points de pourcentage depuis 2007.
  • 55 à 64 ans : l’évolution des écarts est passablement différent dans ce groupe. En effet, la baisse du taux d’emploi des hommes explique près de 80 % de la baisse de l’écart de ce taux entre les hommes et les femmes entre 1976 et 1994 (baisse de 28 points, de 48 points d’écart en 1976 à 20 en 1994, dont 23 points proviennent de la baisse du taux d’emploi des hommes). La baisse subséquente de l’écart qui a permis de le stabiliser entre 9 et 11 points entre 2008 et 2013 s’est réalisée alors que les taux d’emploi étaient en hausse chez les hommes et les femmes, mais davantage chez ces dernières (hausse de 23 points pour les femmes et de 13 points chez les hommes). La baisse de cet écart à 7 points en 2014 laisse penser qu’il y a encore du rattrapage possible dans cette tranche d’âges, mais beaucoup moins que par le passé (baisse de 48 points à 7 points entre 1976 et 2014).
  • 65 ans et plus : la situation est plus confuse dans cette tranche d’âge. L’écart n’a varié que de 4 points à 9 points entre 1976 et 2014, diminuant dans un premier temps en raison de la baisse du taux d’emploi des hommes (de 13 % en 1976 à 6 % en 2000), puis augmentant par la suite surtout en raison de la hausse du taux d’emploi des hommes (de 6 % en 2000 à 14 % en 2014), pendant que celui des femmes augmentait moins (de 2 % en 2000 à 7 % en 2014). Il semble donc possible qu’un certain rattrapage s’observe dans ce groupe d’âge au cours des prochaines années, mais il serait hasardeux d’en prévoir l’ampleur.

Taux de chômage

Parallèlement au rattrapage de leur taux d’emploi, les femmes ont aussi vu leur situation s’améliorer du côté du chômage, comme on peut le voir sur le graphique suivant.

mt_femmes1_3

Alors qu’il était supérieur à celui des hommes dans les années 1970 et dans la deuxième moitié des années 1980, mais égal durant la récession de 1982 et 1983 et au cours des deux années suivantes, le taux de chômage des femmes est devenu inférieur à celui des hommes durant la récession du début des années 1990 et l’est demeuré depuis.

Le graphique permet de voir l’importance des récessions dans ce virage. Immanquablement, le taux de chômage des hommes a augmenté davantage que celui des femmes lors des récessions (1982, 1993 et 2009). Cela s’explique en bonne partie par le fait que ce sont des industries où les hommes sont beaucoup plus présents qui subissent le plus les récessions, comme le secteur manufacturier et la construction. Si l’emploi dans la construction se rétablit lors des reprises, ce n’est pas nécessairement le cas dans le secteur manufacturier.

Il sera intéressant, et sûrement déprimant, de voir si, comme on peut s’y attendre, le taux de chômage des femmes ne sera pas celui qui augmentera le plus au cours des prochaines années et si leur emploi ne sera pas celui qui augmentera le moins (ou diminuera le plus) en raison des mesures d’austérité de nos deux gouvernements, austérité qui touche en premier lieu des secteurs d’emploi féminins, alors que les plans de relance gouvernementaux touchent davantage des secteurs historiquement masculins, notamment le secteur minier, comme le démontre bien cette étude de l’IRIS.

Et alors…

Ce premier billet sur le marché du travail des femmes peut sembler en présenter un portrait très positif. Il montre en fait un portrait moins négatif qu’auparavant, puisque leur taux d’emploi, si ce n’est chez les 15-24 ans, est toujours systématiquement inférieur à celui des hommes. Et, je n’ai pas encore parlé de la prévalence de l’emploi à temps partiel ou des revenu d’emploi…

Un autre aspect qui ressort de ce billet est que le vieillissement de la main-d’œuvre ne sera pas le seul facteur qui freinera l’augmentation de l’emploi au cours des prochaines années. Alors que l’apport des femmes explique 70 % de la croissance de l’emploi au cours des 40 dernières années, les données récentes et l’examen du rattrapage du taux d’emploi par tranche d’âge montrent que cet apport sera bien moindre au cours des prochaines années et que l’essentiel de leur rattrapage sur le plan du taux d’emploi est derrière nous. Si les mesures d’austérité venait en plus les frapper davantage, ce à quoi on peut s’attendre, la stagnation actuelle de l’emploi n’en serait pas à ses dernières heures!

Advertisements
7 commentaires leave one →
  1. 8 avril 2015 8 h 30 min

    J’ai bien hâte de lire la suite, c’est fort intéressant!

    Aimé par 1 personne

  2. 10 avril 2015 7 h 08 min

    Tableaux joliment instructif !

    Je serais curieux de voir l’indice synthétique de fécondité en parallèle sur le tableau de l’emploi chez les 25-34 ans. En parallèle, c’est une façon de parler. Devrais-je écrire en contraste ?

    Est-on a l’emploi si on est en congé de parentalité ?

    J'aime

  3. 10 avril 2015 9 h 01 min

    «Je serais curieux de voir l’indice synthétique de fécondité en parallèle sur le tableau de l’emploi chez les 25-34 ans.»

    Les données à ce sujet sont à : http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/naissance-fecondite/402.htm . Vous verrez que, depuis 1997, il est assez stable chez les 25-29 et à la hausse chez les 30-34, les 35-39 et les 40-44.

    «Est-on a l’emploi si on est en congé de parentalité »

    Si le congé est payé, il est considéré à la fois dans l’EPA et l’EERH. S’il n’est pas payé, il n’est considéré que dans l’EPA (données utilisées dans ce billet).

    Aimé par 1 personne

Trackbacks

  1. Le marché du travail des femmes (4) – les industries |
  2. Le marché du travail des femmes (9) – la durée de l’emploi |
  3. Le taux d’emploi au Québec et au Canada entre 2000 et 2015 |
  4. Le taux d’emploi au Québec et au Canada entre 2000 et 2016 |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :