Skip to content

La baisse du ratio prestataires/chômeurs en 2012 et en 2013

16 mai 2015

couverture-AE_2014On entend souvent parler du fait qu’une proportion sans cesse déclinante de chômeurs canadiens a droit aux prestations d’assurance-emploi, comme cet article du Devoir le commentait bien il y a un an. Et c’est tout à fait vrai, comme l’illustre le graphique qui suit. Il montre l’évolution du ratio prestataires/chômeurs depuis les deux années précédant la dernière récession. Le calcul à la base de ce graphique est purement mécanique, divisant simplement le nombre moyen de prestataires selon les fichiers administratifs de l’assurance-emploi par le nombre moyen de chômeurs selon l’Enquête sur la population active de Statistique Canada.

couverture-AE_2014-1

On voit que ce ratio a augmenté en 2009 lors de la récession, ce qui est normal, car une proportion plus grande des chômeurs était composée de personnes qui ont travaillé très longtemps avant de perdre leur emploi et qui ont donc droit aux prestations. La baisse de 2010 s’explique par le même raisonnement, mais à l’inverse. La baisse de 2011 était plus étrange, car elle indiquait un ratio inférieur à celui d’avant la récession. J’ai par contre déjà expliqué cette baisse dans un billet datant de près de deux ans montrant que cette baisse étaient due en très grande partie à l’augmentation de la proportion de chômeurs n’ayant pas travaillé depuis plus d’un an (de 29,8 % en 2007 et 30,2 % en 2008 à 35,8 % en 2010 et à 39,0 % en 2011), les personnes n’ayant pas travaillé depuis plus d’un an ne pouvant bien sûr pas avoir cotisé à l’assurance-emploi au cours des 52 dernières semaines. Elles n’ont donc pas droit aux prestations de ce programme.

La baisse de 2012 était plus intrigante, car la proportion de chômeurs n’ayant pas travaillé depuis plus d’un an est demeurée au même niveau, soit 39,0 %. À cet effet, je concluais le billet dont j’ai parlé plus tôt en disant que j’attendrais le Rapport de contrôle et d’évaluation de l’assurance-emploi de 2013 (portant sur l’année 2012) pour en parler. J’ai plutôt écrit deux billets (un et deux) qui expliquent en détail les facteurs qui peuvent influencer le ratio prestataires/chômeurs, en montrant en plus l’évolution de ces facteurs sur 11 ans. Je terminais le deuxième billet de cette série en parlant de la baisse de 2013, que beaucoup voyaient associée à la réforme qui est entrée en vigueur cette année-là, soulignant qu’on ne pourrait étudier cette hypothèse qu’avec les données qui paraîtraient «quand le Rapport de contrôle et d’évaluation de 2014 sera diffusé, soit en 2015…». Or, ça y est, il est sorti le 5 mai dernier!

Comme je n’avais pas vraiment présenté dans ces billets les facteurs qui ont causé la baisse du ratio prestataires/chômeurs en 2012, je vais dans celui-ci tenter d’expliquer à la fois la baisse de 2012 et celle de 2013, année où la proportion de chômeurs n’ayant pas travaillé depuis plus d’un an a même diminué un peu (de 39,0 % à 38,3 %), mais au cours de laquelle une réforme importante a été mise en œuvre. Serait-elle la responsable?

La baisse du ratio prestataires/chômeurs en 2012 et en 2013

Pour tenter de trouver les facteurs qui expliquent les baisses du ratio prestataires/chômeurs en 2012 et en 2013, j’ai résumé les données disponibles dans les rapports de contrôle et d’évaluation (voir sur cette page) portant sur les années 2011 à 2013 dans le tableau qui suit.

couverture-AE_2014-2

Je vais tout d’abord expliquer les éléments présentés dans ce tableau :

Chômeurs : Chômeurs selon l’Enquête sur la couverture de l’assurance-emploi (la méthodologie de cette enquête est expliquée dans ce billet), dont le nombre correspond à peu près à celui de l’Enquête sur la population active, mais qui n’est pas identique.

Autonomes : Chômeurs qui avaient exercé un emploi comme travailleur autonome avant de tomber en chômage : comme ces personnes ne cotisent pas à l’assurance-emploi, elles n’ont donc pas droit aux prestations de ce programme.

Pas travaillé au cours des 12 derniers mois : Chômeurs qui n’ont pas travaillé, donc pas cotisé au cours de la dernière année et n’ont en conséquence pas droit aux prestations; cette catégorie inclut aussi les personnes qui n’ont jamais travaillé (environ le quart d’entre elles).

Études : Chômeurs qui ont laissé leur travail pour retourner aux études et qui n’ont pas droit aux prestations.

Motif non valable : Chômeurs qui ont soit quitté volontairement leur travail sans motif valable (selon la Loi) ou qui ont été licenciés pour inconduite (aussi, selon la Loi). Ces personnes n’ont pas droit non plus aux prestations.

Admissibles : Nombre de chômeurs moins les quatre lignes précédentes.

Admissibles et assez d’heures : Chômeurs admissibles moins ceux qui n’ont pas accumulé assez d’heures pour avoir droit à des prestations.

Chômeurs qui ont touché des prestations : Catégorie précédente moins certains membres de cette catégorie qui ne touchent pas de prestations. Pour différentes raisons pas toujours claires, une proportion importante de chômeurs admissibles ayant accumulé assez d’heures ne touchent pas de prestations régulières; il peut s’agir de chômeurs :

  • qui touchaient des prestations spéciales (maladie, maternité, parentales, etc.), quoique ces personnes ne sont généralement pas en chômage;
  • dont les prestations avaient été interrompues temporairement (inadmissibilité pour manque de recherche d’emploi, non disponibilité, en vacances à l’étranger, etc.);
  • qui avaient épuisé leurs prestations;
  • qui n’avaient pas présenté de demande.

Prestataires totaux : Nombre de prestataires ordinaires, nombre qui comprend des chômeurs et des non chômeurs…

On notera que les pourcentages que j’ai indiqués dans la partie droite du tableau vis-à-vis ces lignes représentent la proportion de ces catégories de personnes par rapport au nombre total de chômeurs (première ligne du tableau). Par contre, les pourcentages indiqués au trois dernières lignes représentent plutôt la proportion des trois prochaines catégories de personnes que je vais présenter sur le nombre de prestataires totaux. C’est pour distinguer ces pourcentages des précédents que je les ai mis en italique.

Prestataires non chômeurs : Les Prestataires totaux moins les Chômeurs qui ont touché des prestations.

Prestataires avec gains : Prestataires non chômeurs parce qu’ils reçoivent un revenu de travail (pas assez élevé pour ne pas avoir droit à des prestations, par exemple tiré d’un emploi à temps partiel).

PNC sauf avec gains : Personnes qui reçoivent des prestations sans se déclarer chômeurs; comme ces personnes ne font pas partie de l’échantillon de l’Enquête sur la couverture de l’assurance-emploi, on sait peu de choses sur elles. Certaines participent à des mesures d’emploi tout en touchant des prestations (entre 20 % et 30 % de ce groupe), mais la majorité d’entre eux semblent simplement répondre à Statistique Canada qu’elles ne cherchent pas d’emploi même si elles touchent des prestations.

Conclusions qu’on peut tirer de ce tableau

Le tableau nous montre que la baisse du ratio prestataires/chômeurs de 2012 est due d’une part à l’augmentation de la proportion de prestataires non admissibles dans les quatre catégories, ce qui fait en sorte que la proportion de chômeurs admissibles est passé de 51,7 % en 2011 à 48,0 % en 2012, comme on peut le voir sur la ligne où j’ai mis ces pourcentages en caractères gras. D’autre part, la proportion de chômeurs qui ont touché des prestations est passée de 28,5 % en 2011 à 25,9 % en 2012, ce qui signifie qu’une proportion plus grande de chômeurs admissibles ayant accumulé assez d’heures n’ont pas touché de prestations régulières. Pourquoi? Il semble surtout qu’une plus grande proportion des prestataires admissibles aient décidé de ne pas présenter de demande (je n’ai observé aucune différence notable dans le nombre de personnes ayant touché des prestations spéciales), attitude que j’aurais pensé observer en 2013 en raison de la réforme de la loi, mais pas en 2012. Bref, cette baisse n’est pas facile à comprendre…

En 2013, la source de la baisse supplémentaire du ratio prestataires/chômeurs est plus claire, mais tout aussi intrigante. En effet, la plus forte baisse s’observe du côté des prestataires non chômeurs. Leur nombre a baissé de près de 30 000, de 170 000 à 142 000, et leur proportion de 33,4 % des prestataires à 28,1 %, cette baisse se manifestant assez également entre les prestataires avec gains de travail déclarés et ceux qui reçoivent des prestations sans se déclarer chômeurs. On n’observe par ailleurs aucune augmentation dans les inadmissibilités, ni dans les exclusions volontaires (ou autoexclusions; ces personnes feraient partie des prestataires non chômeurs sans gains déclarés, dont le nombre et la proportion a au contraire diminué en 2013, soit de 90 900 à 76 000 et de 17,9 % des prestataires totaux à 15,1 %), ce à quoi on aurait pu s’attendre en raison de la réforme chez les personnes qui craindraient de se voir obligées d’accepter n’importe quel emploi. Bref, s’il ne semble pas que la réforme ait joué un rôle dans la baisse du ratio prestataires/chômeurs en 2013, il est difficile d’expliquer pourquoi le nombre de prestataires avec gains de travail déclarés et de prestataires qui reçoivent des prestations sans se déclarer chômeurs a diminué. Des suggestions?

Et alors…

Ce que je préfère dans l’analyse des données, c’est de trouver des réponses à des questions qu’on se pose sur des phénomènes. Je dois avouer que cette fois-ci, les réponses sont décevantes. La baisse du ratio prestataires/chômeurs de 2012 et 2013 ne vient pas de facteurs auxquels on se serait attendu, même pas de la réforme de l’assurance-emploi, mais de phénomènes pas vraiment compréhensibles. C’est décevant, mais cette petite étude a au moins permis d’éliminer les suspects de convenance…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :