Skip to content

L’Occident terroriste

24 août 2015

Occident terroristeL’Occident terroriste – D’Hiroshima à la guerre des drones, de Noam Chomsky et André Vltchek, est un livre coup de poing qui vise et réussit à ébranler un bon nombre de nos certitudes. Il fait notamment le tour des nombreux massacres de populations perpétrés par ou à l’aide des puissances occidentales depuis au moins une centaine d’années.

Le contenu

Après un avant-propos (disponible ici) dans lequel André Vltchek raconte comment il a fait la connaissance de Noam Chomsky et à quel point ils se sont bien entendus dès leur première rencontre, le livre présente une série de dialogues entre les deux hommes sur le sujet en titre.

1. L’héritage funeste du colonialisme : «Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le colonialisme et le néocolonialisme occidentaux ont causé la mort de 50 à 55 millions de personnes». Ainsi commence ce chapitre au cours duquel les auteurs préciseront où et comment ces morts se sont concrétisées. Ils reviendront plus en détail sur les circonstances entourant ces morts dans les prochains chapitres, mais soulignent à quel point ces faits sont peu connus dans nos pays.

2. Quand l’Occident dissimule ses crimes : …en insistant sur les massacres de Staline et de Mao (bien réels), mais en omettant, par exemple, de dire que quatre fois plus de personnes sont mortes en Inde qu’en Chine de la famine entre 1940 et 1979, non pas en raison d’un manque de nourriture, mais bien des «inégalités provoquées par les mécanismes de distribution de la nourriture» (les auteurs citent à ce sujet Amartya Sen qui a reçu le «Nobel» d’économie notamment pour ses recherches sur la famine en Inde). Les auteurs mentionnent bien d’autres faits allant dans ce sens, aussi bien en Amérique, qu’en Asie et en Afrique.

3. Propagande et médias : Les auteurs mentionnent entre autres dans ce chapitre qu’ils se sont faits bien plus souvent censurer en Occident qu’en Chine ou même que dans l’ancienne URSS, même quand leurs propos critiquaient le pouvoir en place. Ils donnent de nombreux exemples du silence complice des médias occidentaux sur des massacres accomplis par des armées ou d’autres services des pays occidentaux tout en montant en épingle ceux réalisés par des instances des pays «ennemis».

4. Le bloc soviétique : Ce chapitre nous montre notamment que les pays du bloc de l’Est étaient en fait plus riches que l’URSS, exemple unique dans l’histoire de l’humanité de pays satellites (ou colonisés) plus prospères que leur métropole (ou colonisateur). Ils vantent aussi le comportement des soldats soviétiques lors de l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1968, qui ont peu tué et violé de personnes, bien moins que ne l’ont fait les armées occidentales qui ont envahi des pays qu’ils considéraient leur possession (certaines parties de ce livre sont vraiment déstabilisantes…). Ils saluent aussi l’aide des soviétiques pour la libération de pays africains et autres. Disons que cette présentation va directement à l’encontre du discours que nous sommes habitués d’entendre en Occident!

5. L’Inde et la Chine : les auteurs s’attaquent ici à la propagande occidentale qualifiant l’Inde de plus grande démocratie du monde et dénigrant constamment la Chine. Pourtant, la pauvreté et la discrimination (notamment par son système féodal de castes) sont bien plus présentes en Inde. On dénonce l’attitude de la Chine envers le Tibet, mais on passe sous silence celle au moins aussi répréhensible de l’Inde envers le Cachemire.

6. L’Amérique latine : Les auteurs font le tour de l’influence démesurée des États-Unis dans ces pays jusqu’à la fin du siècle dernier (et des nombreux massacres et autres ingérences dont ils se sont rendus coupables), et de l’arrivée au pouvoir de gouvernements progressistes plus récemment.

7. Le Moyen-Orient et le Printemps arabe : Ici, on aborde le rôle des pays occidentaux, le Royaume-Uni d’abord, puis les États-Unis par après, dans la déstabilisation de cette région, leur appui aux pires régimes (celui de l’Arabie saoudite et bien d’autres), le financement des islamistes extrémistes dans de nombreux pays (pas seulement en Afghanistan!), leur endossement de tout ce que peut faire Israël, leur rôle dans les différents conflits de ces régions, etc.

8. L’espoir malgré la dévastation : Ce chapitre est le premier où nos deux auteurs divergent un peu d’avis. Chomsky insiste sur la baisse de l’emprise des États-Unis et autres pays occidentaux sur le reste du monde et sur l’éveil de nombreux pays (printemps arable, gouvernements progressistes en Amérique latine, etc), tandis que Vltchek, sans nier ces avancées, les trouvent bien trop timides. Ils en profitent pour raconter d’autres histoires d’horreur un peu partout…

9. États-Unis : une puissance en déclin ? : Ce chapitre est en fait la suite du précédent et aborde les mêmes thèmes. Il se conclut par cette citation de Chomsky :

«Selon un scénario réaliste, les espoirs semblent minces, mais nous n’avons que deux options : soit nous jugeons la situation irrémédiable et renonçons à tout changement, ce qui implique nécessairement que le pire se produira, soit nous choisissons de croire que les choses pourraient s’améliorer et tentons d’agir en conséquence. Si ça fonctionne, tant mieux. Sinon, on revient à la pire des deux options. Voilà l’alternative qui s’offre à nous.»

Du Chomsky classique, mais toujours aussi pertinent!

Les annexes : le livre se poursuit avec deux textes plus récents, un de Vltchek sur la responsabilité de l’Occident dans la montée de l’extrémisme islamiste et un de Chomsky sur notre appréciation bien inégale de la liberté d’expression dans le cadre de l’attentat meurtrier contre les membres de Charlie Hebdo. Le livre se termine par une chronologie des événements commentés dans le livre. Cet ajout est selon moi fort pertinent. J’ai d’ailleurs commencé ma lecture par cette annexe!

Et alors…

Alors, lire ou ne pas lire? Ce livre permet de remettre en question les «faits» qui nous sont présentés quotidiennement par nos politiciens et nos journalistes. Même les personnes qui connaissent la version des faits racontée par Noam Chomsky et André Vltchek peuvent y trouver leur compte, car le livre se lit bien et établit des liens entre des faits qui peuvent sembler indépendants à première vue. Même si on peut parfois se poser des questions sur l’interprétation des auteurs, le seul fait d’être déstabilisés dans nos visions des faits permet une saine remise en question et une réflexion intéressante. À lire!

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. Richard Langelier permalink
    25 août 2015 22 h 25 min

    J’arrive justement d’une rencontre avec un ami que j’avais perdu de vue. Lors de la première bière, il affirmait que le groupe «État islamique» était la principale menace actuelle.
    – Que proposes-tu?
    – Aller les combattre, comme les Alliés l’ont fait pour le nazisme.
    – Où?
    – Ben avec les drones, on peut cibler.
    – Si par hasard, il y avait tout de même des dommages collatéraux. Admets que le massacre d’innocents risquerait de produire des membres du groupe «État islamique».
    Finalement, il a admis que le financement des talibans par les Américains, la guerre en Afghanistan, en Irak, le renversement de Khadafi à cause d’un dada soudain de François Hollande avaient été désastreux.

    Je résume à l’extrême une conversation à bâtons rompus dans laquelle j’aurais gagné une joute oratoire. Comme il n’y avait pas de témoins, je pourrais prétendre avoir gagné aussi à propos de Québec solidaire.

    D’autre part, je me suis endormi en regardant le film : «La fabrication du consentement». Je suis allergique à la théorie du complot, mais ne suis plus structuro-marxiste. Lirai-je «L’Occident terroriste – D’Hiroshima à la guerre des drones»? Qui vivra verra. Merci Darwin pour ce résumé.

    Aimé par 1 personne

Trackbacks

  1. Généalogie de la violence |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :