Skip to content

Le fantasme du bénévolat

9 septembre 2015

fantasme du bénévolatUn des plus grands fantasmes de la droite des États-Unis est de s’imaginer que tout allait bien mieux au XIXème siècle quand ce n’était pas le gouvernement qui s’occupait des pauvres, mais bien la charité individuelle et les organismes bénévoles. Ce fantasme se reflète bien dans les propositions des républicains qui voudraient bien mettre la hache dans les programmes sociaux, sous le prétexte que ces programmes engendrent la dépendance des pauvres à ces programmes et ne les incitent pas à se sortir de leur pauvreté, pour laisser, comme dans le bon vieux temps, le soin de s’occuper des pauvres à la charité individuelle et aux organismes bénévoles.

C’est à ce mythe que s’attaque Mike Konczal dans un texte intitulé The Voluntarism Fantasy (Le fantasme du bénévolat) paru dans le journal Democracy en 2014, mais dont Mark Thoma n’a parlé qu’en août 2015 dans son excellent blogue Economist’s View, blogue que j’ai vanté à de nombreuses reprises depuis quelques mois.

Dans ce texte, l’auteur ne compte pas discuter de toutes les fonctions de l’État, mais uniquement de son rôle dans l’adoption de mesures pour faire face aux risques que tous peuvent devoir affronter au cours de leur vie. Ces risques sont les accidents, la maladie, le vieillissement et la perte d’un emploi. Alors que la droite veut éliminer ces fonctions (ou à tout le moins les amoindrir), Konczal déplore les attaques qu’elles ont subi depuis plus de 30 ans.

La sécurité sociale avant la Grande Dépression

En fait, avant la Grande Dépression, et même dès le début du XIXème siècle, les gouvernements des États-Unis sont intervenus en matière de sécurité sociale. Ils l’ont fait bien moins que de nos jours, mais tout de même de façon significative, dans une foule de domaines :

  • contribution à la construction du chemin de fer et tarifs réduits dans le transport ferroviaire de personnes;
  • financement des écoles;
  • intervention lors d’incendies, d’inondations, de tempêtes, de sécheresses, etc.;
  • contribution à l’aide apportée aux pauvres dans les villes, les comtés et les paroisses;
  • responsabilité attribuée à chaque communauté d’aider non seulement les pauvres, mais aussi certaines catégories de citoyens nécessiteux; cela est toutefois devenu plus difficile lors des mouvements de populations dus à l’industrialisation qui a rompu les liens de solidarité;
  • construction de logements pour les pauvres, les orphelins et les personnes âgées;
  • après la guerre civile, près de 25 % des personnes âgées de 65 ans et plus avaient droit à des pensions d’anciens combattants;
  • pensions aux femmes monoparentales dans une quarantaine d’états (quoique parfois seulement aux veuves…).

Cela dit, il est vrai que l’aide non étatique était plus répandue. Les organismes de charité étaient en général regroupés en fonction de communautés précises, basées sur l’ethnie, la religion ou même le métier. S’ils contribuaient aux frais funéraires et aux secours de base pour les plus démunis, leur aide aux paiements de services médicaux ne touchait que 30 % de la population (et de façon bien partielle), se terminait souvent quand les gens atteignait l’âge vénérable de 45 ans et ne couvrait que quelques types de soins (par exemple, l’accouchement n’en faisait en général pas partie). Jusqu’en 1930, l’aide aux personnes âgées de 65 ans et plus ne représentait que 2,3 % de l’aide apportée par ces organismes (je trouve cette proportion bien précise, compte tenu des données disponibles à ‘époque : disons que cette aide était minime). Encore là, ces organismes étaient plus rares à l’extérieur des villes les plus peuplées, ces régions ne bénéficiant pas d’une concentration suffisante de communautés de ce type.

Compte tenu de cette aide bien minime et tout à fait insuffisante en regard des besoins en matière d’accidents, de maladie, de vieillissement et de perte d’emploi, les mouvements progressistes ont milité pour un accroissement de l’aide étatique, cherchant à la rendre universelle. Non seulement cette aide était en effet limitée, mais elle était dirigée uniquement à l’intérieur de communautés bien spécifiques, laissant de côté la grande majorité des personnes ayant des besoins dans ces domaines, nuisant ainsi à l’ensemble de la société. Malgré certains gains, notamment du côté des prestations lors d’accidents de travail, il a fallu attendre le New Deal pour voir la situation évoluer vraiment du bon côté.

La sécurité sociale et le New Deal

Compte tenu de l’ampleur de la Grande Dépression, le faible niveau d’aide apporté par la charité individuelle et les organismes bénévoles s’est rapidement révélé bien insuffisant, d’autant plus que les dons à ces organismes ont diminué grandement. Le président Hoover eut beau vanter l’entraide volontaire et insister pour que les citoyens donnent davantage, il dut appuyer l’intervention étatique, mais seulement en 1933, quatre ans après le début de la Grande Dépression, et encore seulement par des prêts aux organismes de secours. En fait, même ces organismes qui rejetaient l’intervention étatique, devant leur impuissance à offrir une aide le moindrement significative, ont fini par demander à l’État de prendre le relais. C’est dans ce contexte que le New Deal a enfin été mis en place en 1933, juste après l’élection de Roosevelt, avec son lot de programmes temporaires et permanents, dont le système de sécurité sociale qui existe toujours (mais que les Républicains veulent affaiblir et privatiser).

Raisons pour lesquelles les programmes étatiques sont plus efficaces

Les théories économiques sont loin d’être unanimes sur l’efficacité respective des interventions étatiques et privées dans l’aide aux démunis. L’auteur, lui, n’a aucun doute que les interventions publiques sont plus efficaces :

  • les interventions privées diminuent lorsque les besoins croissent, comme on l’a vu lors de la Grande Dépression (et aussi lors de la dernière récession, alors que les dons de charité ont diminué de 13 % entre 2007 et 2009);
  • à l’inverse, les interventions étatiques s’adaptent directement aux besoins, servant ainsi de stabilisateurs automatiques, augmentant en période de récession et diminuant en période de croissance (par exemple, ces interventions ont augmenté en 2009 d’une somme équivalente à toutes les interventions des organismes de charité privés);
  • les interventions privées sont plus importantes dans les régions où les dons sont les plus élevées et moindres ailleurs, dans les régions qui ont souvent les plus grands besoins, tandis que les interventions étatiques se font sur les mêmes bases partout;
  • les interventions privées se font davantage sur le «mérite» (on aide davantage les «bons pauvres» que les «mauvais»…);
  • en fait, une très forte proportion des dons de charité n’aident nullement les plus démunis : seulement le tiers des dons de charités vont aux pauvres, selon une étude du Centre de philanthropie de l’Université de l’Indiana, mais 32 % aux organismes religieux, 13 % aux établissements scolaires (souvent ceux les plus chers, qui reçoivent les enfants des riches donateurs); 8 % au secteur de la santé, etc. (voir ce billet qui présente une étude montrant des résultats très similaires);
  • la participation à des activités de financement d’organismes de charité vise trop souvent a marquer son statut social, notamment dans les dons aux organismes culturels et à des établissements du secteur de l’éducation;
  • les organismes dits de charité (ou de «bienfaisance»), surtout les fondations, peuvent donner à qui ils veulent sans avoir à justifier leur choix; ils peuvent ainsi réorienter des interventions étatiques dans les domaines qu’ils préfèrent, sans aucun contrôle démocratique (c’est ce que j’expliquais dans ce billet, notamment sur la Fondation Chagnon).

Conclusion de l’auteur

Pendant que les pressions de la droite se poursuivent pour faire diminuer les interventions étatiques dans la sécurité sociale pour laisser plus de place aux assurances privées, la part des salariés qui bénéficient d’un régime d’assurance-maladie d’employeur est passée de 64 % en 1997 à 56 % en 2010. L’actif médian dans les régimes de retraite individuels (comme les RÉER) n’était que de 13 000 $ en 2008, actif bien insuffisant pour vraiment améliorer le niveau de vie des retraités. Pire, 80 % de ces actifs appartenaient aux 20 % des ménages les plus riches (et 7 % aux 60 % des ménages les plus pauvres), ce qui montre que ces régimes servent davantage d’abri fiscal pour les plus riches que de solution au faible revenu des personnes âgées. L’auteur conclut en précisant que les interventions étatiques ont bien d’autres avantages :

«[traduction] Un État qui fournit un système d’assurance sociale publique étendu donne à chaque individu la sécurité nécessaire pour prendre des risques, ce qui enrichit notre économie et notre société. Et il établit aussi une base d’égalité et de solidarité entre tous les citoyens, de sorte que la charité améliore la vie des moins fortunés au lieu de les forcer à compter sur ceux qui ont de l’argent et de la chance.»

Dans ce contexte, l’auteur se désole que la gauche des États-Unis se contente trop souvent de défendre les programmes gouvernementaux actuels plutôt que de chercher à les améliorer et à les étendre davantage. Il n’en parle pas, mais c’est peut-être ce qui explique la popularité de la campagne actuelle à la présidence de Bernie Sanders qui n’hésite pas à proposer des changements véritablement progressistes!

Et alors…

Ce texte est sûrement un de ceux que j’ai lus qui présente de la façon la plus complète la dynamique de la charité aux États-Unis et la nécessité des interventions étatiques pour contrer les effets négatifs des accidents, de la maladie, du vieillissement et de la perte d’un emploi. Avec ses références historiques et sa description de la situation actuelle des interventions étatiques et privées, Mike Konczal démolit efficacement un des fantasmes les plus répandus dans la droite des États-Unis et chez nos libertariens!

Advertisements
3 commentaires leave one →
  1. Mathieu Lemée permalink
    9 septembre 2015 8 h 25 min

    Encore un mythe libertarien qui part en fumée. 😉

    Aimé par 1 personne

  2. benton65 permalink
    9 septembre 2015 12 h 49 min

    Pour ce qui est de l’efficacité du privé par rapport au public, force d’admettre que sa plus grande efficacité est a faire du profit! (Et sans doute la seule!!!)

    En passant, les compagnies d’assurances veulent enlever la clause de dédommagement causé par le vent comme un arbre qui tombe sur la maison ou l’auto et les coûts de déblaiement. La raison est que ce sont les réclamations les plus nombreuses dû au changement climatique.
    Mais ils affirment que le « client » est gagnant, sa prime va diminuer.
    Dans la même logique, comme l’incendie risque maintenant d’être la cause la plus coûteuse en réclamation, les assureurs devraient aussi l’enlever des contrats, on sauverait encore beaucoup plus en prime!!!

    Aimé par 3 people

  3. Yves permalink
    11 septembre 2015 8 h 37 min

    «En passant, les compagnies d’assurances veulent enlever la clause de dédommagement causé par le vent comme un arbre qui tombe sur la maison»

    C’est fait!
    Dans mon cas à tout le moins et ce avec Desjardins.
    Prime qui a diminué de 81$ à 46$. Moi qui suis entouré d’arbres plus ou moins en bonne santé, ce n’est vraiment pas une bonne affaire. Demain je sors la hache et je fais un massacre autour de la maison. 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :