Skip to content

La démographie et l’emploi

12 septembre 2015

démographie et emploiCela fait un bout de temps que je n’ai pas fait le point sur les effets de la démographie, notamment du vieillissement de la main-d’œuvre, sur l’emploi. C’est la chronique d’Alain Dubuc de mardi dernier (datée du 11 septembre sur le site) qui m’en a donné l’idée. Il a en effet écrit que l’économie canadienne «n’a pas retrouvé sa vigueur d’avant la crise : (…) un taux de chômage plus élevé qu’avant la crise – 8,6 % contre 8,1 %. Mais surtout, un taux d’emploi significativement plus bas qu’en 2008, 61,3 % au lieu de 63,7 %. Cela signifie qu’il manque 707 000 emplois pour retrouver le niveau d’avant la crise».

Le problème pour réagir adéquatement à ce genre de commentaire est de trouver les données qui y sont citées. Par exemple, le taux de chômage le plus récent était de 7,0 % en août dernier, bien loin du 8,6 % dont M. Dubuc parle, et il gravitait autour de 6,0 % en 2008 (selon le tableau cansim 282-0087), bien moins que le 8,1 % qu’il mentionne.

Quant au taux d’emploi, s’il s’est de fait établi à 61,3 % en août dernier, il fut en moyenne de 63,4 % en 2007 et en 2008 (selon le tableau cansim 282-0002). Il n’y a qu’en février 2008 que le taux d’emploi a atteint le niveau qu’il a mentionné, soit 63,7 % (en données désaisonnalisées, selon le tableau cansim 282-0087). Finalement, en appliquant ce taux à la population adulte (15 ans et plus) d’août 2015, j’obtiens 712 000 emplois de plus, une évaluation très semblable à la sienne (707 000).

Mais, ce raisonnement tient-il la route? Comme je l’ai fait il y a un peu plus d’un an dans ce billet en raison d’une affirmation du même genre de Jim Stanford (il parlait de la disparition de 665 000 emplois, voir ce graphique), je vais tenter de déterminer la proportion de la «perte» d’emplois due à la baisse du taux d’emploi qui peut-être attribuée au vieillissement de la population et celle due à la moins bonne conjoncture, et regarder ce qu’il en est au Québec et dans le reste du Canada. Par contre, comme je déteste travailler avec les données mensuelles de l’Enquête sur la population active (EPA), je vais plutôt comparer les données moyennes de janvier à août 2015 avec celles des mêmes mois de 2008. C’est juste plus d’ouvrage!

Canada

Les trois tableaux que je vais présenter montreront les principaux changements qui ont touché entre 2008 et 2015 quelques indicateurs pertinents.

démographie et emploi1

Les trois premières colonnes de ce tableau (et des suivants) montrent l’évolution de la population adulte (15 ans et plus) entre les huit premiers mois de 2008 et ceux de 2015, à la fois globalement (première ligne) et par tranches d’âge de cinq ans. Si cette population a augmenté de près de 2,5 millions de personnes (soit de 9,2 %), elle a baissé chez les personnes âgées de 15 à 19 ans (de près de 7 %), de 40 à 44 ans (de près 9 %) et de 45 à 50 ans (de près de 12 %). Au bout du compte, plus de 85 % de cette hausse s’est concrétisée chez les personnes âgées de 55 ans et plus!

Les trois colonnes suivantes nous informent sur l’évolution de l’emploi. S’il a augmenté globalement de 918 000 (soit de 5,4 %), cette hausse fut encore plus forte chez les 55 ans et plus (de 934 000, soit de 36 %!), ce qui signifie que l’emploi a diminué chez les 15-54 ans. Il a en fait diminué de 5 % chez les 15-24 et augmenté de 1 % chez les 25-54 ans.

L’évolution du taux d’emploi se trouve de la septième à la neuvième colonne. On peut voir que le taux d’emploi total a diminué de 2,2 points de pourcentage (de 63,5 % à 61,3 %). Les autres lignes de la neuvième colonne nous montre que ce taux a en fait diminué toutes les tranches d’âge de 15 à 49 ans, est demeuré à peu près stable chez les 50-54 ans et a augmenté de façon appréciable dans celles de 55 ans et plus. Bref, la situation a évolué de façon bien plus complexe que ce qu’en a dit M. Dubuc!

La première des trois dernières colonnes montre quel niveau l’emploi aurait atteint si les taux d’emploi étaient restés les mêmes en 2008 et en 2015, calcul que j’ai fait en appliquant les taux d’emploi de 2008 à la population de 2015. La deuxième nous apprend qu’il y aurait eu 650 000 emplois de plus (hausse un peu inférieure aux 707 000 de M. Dubuc, puisque j’ai utilisé une moyenne de huit mois de la population et des taux d’emploi, plutôt que le taux d’emploi le plus élevé de 2008 et la population la plus élevée de 2015 comme il l’a fait), un niveau plus élevé de 3,5 % (dernière colonne). Par contre, en appliquant les taux d’emploi de 2008 de chaque tranche d’âge à la population de 2015 des mêmes tranches d’âge, on peut voir à la dernière ligne (qui indique le total des variations d’emploi par tranches d’âge) que le nombre d’emplois n’aurait augmenté que de 31 000. On peut donc conclure que seulement 5 % (dernière ligne et dernière colonne du tableau) de l’écart mentionné par M. Dubuc provient d’une baisse des taux d’emploi par tranche d’âge (donc de la conjoncture) et que 95 % de cette baisse s’explique par les changements démographiques.

Cela dit, on peut et doit déplorer que, en maintenant les taux d’emploi de 2008, l’emploi aurait été plus élevé de 7,6 % chez les 15-24 et de 1,4 % chez les 25-54 ans, même si on peut se réjouir qu’il aurait été plus bas de 9,2 % chez les 55 ans et plus. Cette réjouissance doit toutefois être tempérée par le fait que ce résultat découle en partie de l’obligation qu’ont les personnes âgées de travailler plus longtemps parce que leur épargne ne leur permet pas de prendre leur retraite. Par exemple, la hausse de 34,5 % du taux d’emploi des personnes âgées de 70 ans et plus laisse plutôt songeur à cet égard.

Québec

démographie et emploi2

Population :au Québec, ce n’est pas 85 % de la hausse de la population (de 470 000, soit de 7 %) qui s’est concrétisée chez les personnes âgées de 55 ans et plus, mais bien 109 %, ce qui indique un vieillissement de la main-d’œuvre plus accentué qu’au Canada. Le nombre de personnes a en effet diminué chez les 15-24 (de 1,5 %) et chez les 25-54 ans (de 0,9 %).

Emploi : la situation fut de ce côté semblable à celle décrite plus tôt au Canada : l’emploi total a augmenté de 5,5 % (comme au Canada avec 5,4 %), a diminué de 2,5 % chez les 15-24 (moins qu’au Canada avec sa baisse de 5,4 %), a augmenté de 0,2 % chez les 25-54 ans (alors que la population de cet âge a diminué de 6 %, je le rappelle) et de 39 % chez les 55 ans et plus (de 36 % au Canada).

Taux d’emploi : la baisse globale du taux d’emploi fut deux fois moins élevée au Québec qu’au Canada (1,1 point de pourcentage par rapport à une baisse de 2,2 points). On peut d’ailleurs voir sur le tableau que ce taux a augmenté dans les huit tranches d’âge les plus élevées (les cellules dont j’ai mis le fond en vert), alors qu’il n’avait augmenté que dans les quatre tranches d’âge les plus élevées au Canada (cinq, si on inclut la hausse de 0,1 point chez les 45-49 ans). Cela signifie qu’il n’a baissé que dans quatre tranches d’âge sur 12. On notera en plus que cette baisse fut de moins d’un point de pourcentage dans deux de ces quatre tranches et de seulement 0,1 point dans une d’entre elles!

La contradiction apparente entre la baisse globale du taux d’emploi et sa hausse dans les deux tiers des tranches d’âge fait en sorte qu’il est plus difficile d’expliquer les données des trois dernières colonnes. On peut voir que le nombre d’emplois aurait été plus élevé de plus de 72 300 si le taux d’emploi global était demeuré en 2015 au niveau de 2008. Par contre, le nombre d’emplois aurait été moins élevé d’environ 118 200 emplois si les taux d’emploi par tranches d’âge étaient restés les mêmes, ce qui signifie que la conjoncture a fait augmenter l’emploi d’autant au lieu de le faire diminuer de 72 000 comme nous le conclurions en appliquant au Québec la méthode utilisée par M. Dubuc (et par M. Stanford)! Cela signifie en plus que la démographie a fait perdre 190 500 emplois entre 2008 et 2015 (118 200 + 72 300), soit plus de 27 000 par année!

Il faut dire ici que la hausse estimée de 212 600 emplois entre 2008 et 2015 par l’EPA est sûrement supérieure à la réalité (ainsi que les données que j’ai obtenues en utilisant les taux d’emploi par tranche d’âge de 2015). En effet, comme je l’ai montré à de nombreuses reprises, notamment dans ce billet, les données d’emploi de l’EPA sont depuis le début de 2015 nettement surestimées. Mais, elles le sont en moyenne d’environ 30 ou 40 000, pas de 118 200 (hausse due à la conjoncture, ou à l’amélioration des taux d’emploi par tranche d’âge)! Cela montre que, malgré la croissance modeste de l’emploi depuis 2008 (212 600), celle-ci a été beaucoup plus élevée (plus du double) que si les taux d’emploi par tranches d’âge étaient demeurés fixes (94 400, soit 212 600 – 118 200 = 94 400).

Reste du Canada

Comme la situation conjoncturelle du Québec a évolué en sens inverse de celle du Canada et que l’impact du vieillissement de la population y fut bien plus intense, je me suis dit qu’il serait intéressant de refaire cet exercice pour le Canada sans le Québec.

démographie et emploi3

Mon analyse sera courte ici. Comme les effets de la démographie sont beaucoup plus élevés au Québec qu’au Canada, je me suis dit qu’en enlevant les données du Québec de celles du Canada, l’effet de la démographie seraient bien moindre pour le reste du Canada que pour l’ensemble du Canada. On peut d’ailleurs voir d’une part que le taux d’emploi global a diminué de 2,6 points de pourcentage (au lieu de baisser de 2,2 points pour l’ensemble du Canada), et d’autre part, que la démographie n’explique plus que 73 % (100 – 26,6 = 73,4) de la «perte» d’emploi due à la baisse de ce taux d’emploi (plutôt que 95 % pour l’ensemble du Canada), alors que la conjoncture en explique 27 % (au lieu de 5 %). Autre conséquence de ce revirement, alors que les taux d’emploi de 11 des 12 tranches d’âge étaient en 2008 plus élevés dans le reste du Canada qu’au Québec, ce n’était plus le cas que dans 5 de ces 12 tranches en 2015!

Et alors…

Je n’ai pas l’habitude de défendre les performances économiques du gouvernement Harper, ni des gouvernements québécois, qui sont déjà assez mauvaises sans qu’on les noircisse. Mais, je déteste encore plus que des personnes utilisent les données sur l’emploi de façon trompeuse, qu’elles soient de gauche (Jim Stanford) ou pas (Alain Dubuc). Je ne dis pas qu’elles ont fait cela de façon intentionnelle. Je crois plutôt qu’elles ont simplement négligé l’importance des conséquences du vieillissement de la main-d’œuvre et n’ont donc pas tenu compte de son impact. On a en effet tellement tendance à imaginer que ces impacts ne se feront sentir qu’à l’avenir qu’on peine à réaliser que nous sommes déjà entré dans cette phase de vieillissement de la main-d’œuvre (tandis que, de fait, ceux liés à la santé n’ont pas encore fait sentir leurs effets les plus importants).

Cela dit, bien d’autres facteurs ont pu et ont sûrement dû jouer. Par exemple, ce que j’appelle dans le billet la «conjoncture» n’est pas dû qu’à l’environnement économique, mais aussi, notamment, à l’augmentation de la scolarisation de la population, au plus grand lien des femmes avec le marché du travail et à la nécessité de plus en plus de personnes âgées de rester plus longtemps sur le marché du travail.

Ce billet montre aussi à quel point la promesse du gouvernement Couillard de faire augmenter l’emploi de 250 000 en cinq ans n’a aucun sens. Même avec la hausse étonnante et spectaculaire des taux d’emploi par tranche d’âge depuis 2008, l’emploi au Québec a augmenté en moyenne d’à peine 30 000 par année (212 600/7 = 30 400), soit à peine 60 % du niveau promis par ce gouvernement au cours des prochaines années. En plus, les prochaines années montreront un vieillissement de la main-d’œuvre encore plus intense que celui observé entre 2008 et 2015…

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. Gilbert Boileau permalink
    12 septembre 2015 23 h 21 min

    Démonstration claire et bien documentée. Merci.

    J'aime

  2. 12 septembre 2015 23 h 28 min

    Pour le Canada, je savais avant de faire les calculs l’allure des résultats, mais je dois avouer que les résultats du Québec m’ont un peu renversé.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :