Skip to content

Les femmes âgées

13 avril 2016

femmes âgéesStatistique Canada a publié il y a environ deux semaines une étude sur la situation des femmes âgées au Canada. À ma connaissance, aucun média francophone (et un seul anglophone) n’a cru bon d’en parler.

Ce document aborde de très nombreuses caractéristiques liées au vieillissement de la population et de ses conséquences pour les femmes :

Il me serait bien sûr impossible de commenter toutes ces caractéristiques. Je vais plutôt me concentrer sur la caractéristique qui m’a le plus étonné, soit la composition des ménages des femmes et des hommes.

Composition des ménages

Le graphique qui suit montre la répartition des hommes et des femmes selon la situation des particuliers dans les ménages.

femmes âgées1

Les zones extérieures en gris foncé indiquent les personnes qui vivent dans des logements collectifs (notamment des centres hospitaliers de soins de longue durée et d’autres ressources pour les personnes âgées). Environ 10,1 % des femmes âgées de 65 ans et plus vivaient dans de tels logements en 2011, par rapport à seulement 5,3 % des hommes de cet âge, proportion près de deux fois moins élevée. Cette différence est due en premier lieu au fait que les femmes sont beaucoup plus nombreuses dans les tranches d’âge les femmes âgées2plus avancées, comme le montre bien le tableau ci-contre. Elles sont en effet plus de deux fois plus nombreuses que les hommes parmi les personnes âgées de 90 à 94 ans, près de quatre fois plus parmi celles âgées de 95 à 99 ans et près de huit fois parmi celles âgées de 100 ans et plus.

La différence qui m’a le plus étonné est celle entre la proportion d’hommes et de femmes âgé.e.s de 65 ans et plus qui vivent en couple (barres bleu foncé dans le précédent graphique). Le tableau qui suit montre que seulement 43,8 % des femmes âgées vivaient en couple dans un ménage privé en 2011, par rapport à 72,1 % des hommes! La proportion plus élevée des hommes vivant en couple s’observe dans tous les groupes d’âge et est même plus de quatre fois plus élevée chez les personnes âgées de 85 ans et plus (46,2 % par rapport à seulement 10,4 %). Ces écarts s’expliquent surtout par le fait que les femmes vivent plus longtemps ainsi que par «la tendance selon laquelle les femmes ont à peu près deux ans de moins que leur époux ou conjoint». Les auteurs auraient aussi pu ajouter comme facteur la plus grande proportion de femmes qui vivent en logement collectif dans toutes les tranches d’âge supérieures à 70 ans, comme le montre aussi le tableau qui suit.

femmes âgées3

L’étude précise que 5,2 % des femmes en couple vivaient en 2011 avec une autre femme, tandis que 7,0 % des hommes en couple vivaient avec un autre homme. Elle ajoute que seulement 16 % des femmes et 23 % des hommes ont eu plus d’un conjoint, et que seulement 5,2 % des personnes âgées vivant en couple n’étaient pas mariées, proportions nettement moins élevées que dans les générations subséquentes.

Comme les femmes âgées de 65 ans et plus étaient moins nombreuses que les hommes à vivre en couple dans un ménage privé, elles n’étaient pas seulement proportionnellement plus nombreuses à vivre en logement collectif, mais aussi seules (barres bleu pâle dans le précédent graphique) ou avec d’autres dans un ménage privé (barres gris pâle). Elles étaient en effet environ deux fois plus nombreuses que les hommes à vivre avec d’autres (14.6 % par rapport à 6,6 %), que ce soit avec un enfant adulte, d’autres personnes apparentées ou des personnes non apparentées, ou à vivre seules (31,5 % par rapport à 16,0 %). Cette caractéristique est particulièrement importante, car, comme le mentionne l’étude, «Le fait de vivre seul, surtout à un âge très avancé, peut avoir des conséquences pour les personnes âgées, que l’on pense aux soins dispensés par les membres de la famille ou les amis, à la sécurité, aux besoins en matière de logement ou encore à la situation financière». Ailleurs dans l’étude, on précise que les personnes âgées vivant seules ont des réseaux sociaux moins étendus (donc, qu’elles sont moins susceptibles de recevoir de l’aide) et surtout que les femmes vivant hors d’une famille économique (soit celles qui vivent seules ou avec des personnes non apparentées) avaient en 2013 un taux de faible revenu six fois plus élevé que celles résidant avec un conjoint ou un autre membre de leur famille (28,2 % par rapport à 4,7 %).

Et alors…

Il est dommage que cette étude n’ait pas eu droit à une plus grande couverture des médias. Il est bien certain que jamais un article ne pourrait faire part de la grande diversité des informations qu’elle contient. De mon côté, j’ai choisi de me concentrer sur une seule de ces caractéristiques, car je l’ai trouvée la plus étonnante. Même si j’aurais dû, jamais je n’avais imaginé que la différence de la composition des ménages des femmes âgées par rapport à celle des hommes âgés était aussi considérable. Il s’agit pourtant d’une caractéristique fondamentale pour pouvoir planifier les politiques à leur intention.

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. Ginette Moreau permalink
    13 avril 2016 20 h 30 min

    Merci pour cet éclairant article! À méditer…

    J'aime

  2. 13 avril 2016 20 h 32 min

    En effet…

    J'aime

Trackbacks

  1. Les femmes et la sécurité économique |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :