Skip to content

L’espérance de vie selon le revenu aux États-Unis

7 mai 2016

espérance de vieOn dit souvent qu’il n’y rien de plus trompeur qu’une moyenne. L’étude que je présente dans ce billet montre que l’espérance peut être tout aussi trompeuse (en tout cas, de celle de vie!). Intitulée The Association Between Income and Life Expectancy in the United States, 2001-2014 (L’association entre le revenu et l’espérance de vie aux États-Unis, 2001-2014), cette étude (de huit auteur.e.s), comme son titre l’indique, présente le lien entre l’espérance de vie et le revenu aux États-Unis.

Contexte

On entend souvent dire que l’augmentation de l’espérance de vie justifie la hausse de l’âge auquel on a droit à des prestations gouvernementales de retraite, parce qu’on en touchera bien plus longtemps. Or, les données qu’on utilise généralement pour présenter la hausse de l’espérance de vie se contentent de fournir un seul taux pour les hommes et un autre pour les femmes comme si tout le monde bénéficiait de ces taux de façon égale. Or, c’est loin d’être le cas!

Données

Les données utilisées dans cette étude jumellent celles de l’impôt sur le revenu à celles de l’administration de la sécurité sociale (qui en comprend sur les décès) de 2001 à 2014. Les auteur.e.s ont ensuite classé les revenus en centiles (100 catégories, des plus pauvres aux plus riches). Je passe sur certains calculs effectués par les auteur.e.s pour s’assurer de la précision de leurs données et pour extrapoler l’âge de décès de survivant.e.s. L’étude repose sur 1,4 milliard d’observations et 5,8 millions de décès… Disons que cela semble solide!

Résultats

Je ne présenterai pas ici tous les résultats de cette étude, qui fournit aussi des données pour les régions des États-Unis, mais me concentrerai sur les résultats globaux de l’espérance de vie à 40 ans des hommes et des femmes par centiles de revenus.

espérance de vie1

Les données de ce graphique sont illustrées avec des tirets plutôt qu’avec des points pour indiquer les marges d’erreur à 95 %, marges qui sont, on le voit, très peu élevées. On y constate que l’espérance de vie à 40 ans entre 2001 et 2014 :

  • des femmes passe de 78,8 ans (avec une probabilité de 95 % de se situer entre 78,7 et 78,9 ans) pour celles du centile inférieur de revenus à 88,9 ans (avec une probabilité de 95 % de se situer entre 88,7 et 89.1 ans) pour celles du centile supérieur, soit un écart de 10,1 ans entre les plus pauvres et les plus riches;
  • des hommes passe de 72,7 ans (avec une probabilité de 95 % de se situer entre 72,6 et 72,9 ans) pour ceux du centile inférieur de revenus à 87,3 ans (avec une probabilité de 95 % de se situer entre 87,2 et 87.5 ans) pour ceux du centile supérieur, soit un écart de 14,6 ans entre les plus pauvres et les plus riches.

Ce graphique nous montre aussi que, si l’augmentation de l’espérance de vie est assez linéaire entre le quatrième centile de revenu et le 100ème, aussi bien chez les femmes que chez les hommes, les écarts sont beaucoup plus grands entre les premiers et troisièmes centiles de revenus indiquant que l’extrême pauvreté mine encore plus l’espérance de vie que la simple pauvreté. Il nous montre aussi que la pauvreté semble avoir plus d’effets sur l’espérance de vie des hommes que sur celle des femmes, car les écarts hommes-femmes sont beaucoup plus grands dans les premiers centiles (par exemple de 6,1 ans dans le tout premier) que dans les derniers (par exemple de 1,6 an dans le tout dernier), et que cet écart diminue bien linéairement.

Les auteur.e.s discutent un peu des facteurs qui peuvent expliquer ces écarts, par exemple des inégalités, du stress économique et social, et des différences d’accès aux soins médicaux, mais refusent de trancher dans les nombreux débats portant sur cette question.

L’étude présente aussi l’évolution de l’espérance de vie entre 2001 et 2014, mais elle se contente de donner les résultats pour les 5 % les plus riches et les plus pauvres, car il y a 14 fois moins de données annuelles que de données sur 14 ans :

  • l’espérance de vie des hommes faisant partie des 5 % les plus riches a augmenté de 2,34 ans et celle des hommes faisant partie des 5 % les plus pauvres de 0,32 an;
  • l’espérance de vie des femmes faisant partie des 5 % les plus riches a augmenté de 2,91 ans et celle des femmes faisant partie des 5 % les plus pauvres de 0,04 an (!).

Comme on peut le constater, les inégalités dans l’espérance de vie augmentent au même rythme que les inégalités de revenus…

L’étude présente aussi les résultats en fonction d’autres variables, comme le fait de fumer, d’être obèse et d’une vingtaine d’autres caractéristiques, mais je m’en tiendrai là.

Au Canada et au Québec

Statistique Canada fournit certaines données du genre, mais moins récentes et moins précises. Je n’en mentionnerai que quelques-unes. L’écart d’espérance de vie entre les membres des quintiles inférieurs et supérieurs était, entre 2005 et 2007 (ça date!), selon le tableau cansim 102-0122 :

  • de 2,0 ans chez les hommes canadiens et de 1,7 an au Québec;
  • de 3,3 ans chez les hommes canadiens pour l’espérance de vie en bonne santé et de 3,6 ans au Québec;
  • de 0,5 an chez les femmes canadiennes et de 0,6 an au Québec;
  • de 3,3 ans chez les femmes canadiennes pour l’espérance de vie en bonne santé et de 3,6 ans au Québec (mêmes différences que pour les hommes, ce n’est pas une erreur).

Les écarts sont donc moindres au Canada et au Québec qu’aux États-Unis, ce qui ne devrait pas nous étonner compte tenu de la meilleure qualité des programmes sociaux au Québec et du niveau moins élevé des inégalités. Par contre, le fait que les écarts soient nettement plus élevés pour l’espérance de vie en bonne santé est beaucoup plus inquiétant. Selon Statistique Canada, «L’espérance de vie en fonction de la santé est le nombre d’années qu’une personne peut s’attendre à vivre en bonne santé étant donné les conditions courantes de morbidité et de mortalité. (…) Donc, l’espérance de vie en fonction de la santé n’est pas seulement une mesure du nombre d’années de vie, mais aussi une mesure de la qualité de vie» (voir la note 4 sur cette page).

Statistique Canada fournit aussi des données sur l’espérance de vie en fonction de la scolarité. Celles-là datent de 2009. Elles montrent que l’espérance de vie d’une personne ayant atteint 50 ans est plus faible de 3,6 ans lorsqu’elle a moins d’un diplôme d’études secondaires que lorsqu’elle est titulaire d’un diplôme postsecondaire. C’est moins intolérable qu’aux États-Unis, mais cela relève du même genre d’injustice…

Et alors…

On peut toujours discuter longuement des avantages et désavantages des inégalités de revenus, même s’il n’y a aucun doute que les désavantages l’emportent nettement sur les avantages. Mais, là, on parle d’inégalités du fait de vivre. On change carrément de catégorie morale. J’aimerais bien qu’on m’explique quels avantages une société peut retirer de tolérer de telles différences d’espérance de vie.

En plus, les données des États-Unis montrent clairement l’aspect régressif pour ne pas dire discriminatoire de la décision de hausser l’âge auquel on a droit à des prestations gouvernementales de retraite. Cet âge est en effet passé graduellement de 65 ans en 2003 à 66 ans en 2015 et atteindra 67 ans en 2022. Même si l’étude présente l’espérance de vie à 40 ans plutôt qu’à 65 ans, si cette espérance demeurait la même à 65 ans, cela signifierait que, pour les hommes, on aurait fait passer le droit à des prestations pour les plus pauvres en moyenne de huit à six ans, une baisse de 25 %, et de 22 ans à 20 ans pour les plus riches, une baisse de 9 %. Plutôt que d’avoir droit à des prestations 2,9 fois plus longtemps que les plus pauvres ((87,3 – 65) / (72.7 – 65) = 22,3 / 7,7 = 2,9), les plus riches y auront droit 3,6 fois ((87,3 – 67) / (72.7 – 67) = 20,3 / 5,7 = 3,6). Et c’est ce genre d’injustice qu’on tente de nous vendre en prétendant que c’est normal compte tenu de la hausse de l’espérance vie. Je vous l’ai dit en partant, l’espérance peut être très trompeuse!

Advertisements
One Comment leave one →
  1. Yves permalink
    7 mai 2016 19 h 59 min

    Excellent ce billet ! Merci!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :