Skip to content

L’emploi temporaire

4 juin 2016

temporairesDans un article datant de quelques semaines portant sur la précarité financière de trop de ménages canadiens, j’ai lu la citation suivante provenant de Andrew Cash, ancien député du NPD de la région de Toronto :

«[traduction] Selon Statistique Canada, le nombre de travailleurs temporaires ou contractuels au Canada a augmenté plus de deux fois plus que le taux de ce qu’on appelle les emplois traditionnels, permanents. Alors que le nombre d’emplois permanents a augmenté de 7,2 % entre 2009 et 2014, le nombre d’emplois temporaires a augmenté de 15,4 %. La plus forte hausse a été observée dans l’emploi contractuel qui a augmenté de 19,8 %.»

Quand je lis ce genre d’affirmation, j’ai tendance à la vérifier… Et, de fait, ces données sont exactes (selon le tableau cansim 282-0080 de Statistique Canada), même si en fait, elles s’appliquent plutôt à la période allant de 2009 à 2015 (année d’ailleurs indiquée sur le graphique que j’ai reproduit en miniature comme image pour accompagner ce billet). Je me suis quand même posé deux questions :

  • Pourquoi M. Cash a-t-il choisi cette période? Si on peut comprendre qu’il ait fait terminer sa période à l’année la plus récente, soit 2015, il est plus difficile de comprendre qu’il l’ait fait partir en 2009, année de récession, alors qu’il n’est pas étonnant que les personnes occupant des emplois temporaires aient été davantage victimes de pertes d’emploi que les personnes occupant des emplois permanents.
  • La situation a-t-elle été semblable au Québec et dans le reste du Canada?

Évolution depuis 1997

– niveau d’emploi

Pour pouvoir comparer l’évolution de l’emploi salarié temporaire à celle de l’emploi salarié permanent, j’ai divisé chacune des données annuelles par celles de 1997 (les plus anciennes diffusées par Statistique Canada) et ai multiplié par 100. Le graphique qui suit montre, comme je m’y attendais, que l’emploi salarié temporaire a diminué davantage que l’emploi salarié permanent lors de la dernière récession. En effet, entre 2007 et 2009 :

  • dans le reste du Canada, l’emploi temporaire (ligne verte) a diminué de 3,0 %, tandis que l’emploi permanent (ligne jaune) ne diminuait que de 0,9 %;
  • au Québec, l’emploi temporaire (ligne rouge) a diminué de 8,3 % pendant que l’emploi permanent (ligne bleue)… augmentait de 1,1 %!

temporaires1

Pour l’ensemble du Canada (non illustré), l’emploi salarié permanent a même augmenté davantage que l’emploi salarié temporaire depuis 2011 (4,7 % par rapport à 1,8 %). Je trouve ce genre de picorage de données déplorable, d’autant plus que le graphique montre bien que l’emploi temporaire a de fait augmenté bien davantage depuis 1997 que l’emploi permanent. Entre 1997 et 2015 :

  • dans le reste du Canada, l’emploi temporaire (ligne verte) a augmenté de 65,0 %, tandis que l’emploi permanent (ligne jaune) n’augmentait que de 31 %, hausse deux fois moins élevée;
  • au Québec, l’emploi temporaire (ligne rouge) a augmenté de 41 % pendant que l’emploi permanent augmentait de 30 %, différence moins grande, mais tout de même notable.

– en proportion

Si le précédent graphique est révélateur, il est difficile de voir clairement l’évolution de la proportion d’emplois temporaires sur l’emploi salarié total et carrément impossible de savoir quel est le niveau de cette proportion. Le deuxième graphique montre que :

  • la proportion des emplois temporaires est relativement peu élevée par rapport à l’emploi salarié total, se situant en 2015 à 14 % au Québec (ligne bleue) et à 13 % dans le reste du Canada (ligne rouge);
  • la tendance de ce type d’emploi n’est pas claire au Québec, pouvant aussi bien être considérée comme positive que négative selon l’année de départ qu’on choisit; d’ailleurs, dans les 18 années précédant 2015, il y a neuf années où la proportion de l’emploi temporaire était moins élevée qu’en 2015 et neuf années où elle était plus élevée;
  • cette tendance est par contre clairement à la hausse dans le reste du Canada; en conséquence, l’écart de la proportion d’emplois temporaires entre le Québec et le Canada est passé de 2,4 points de pourcentage en 1997 à 0,9 point en 2015;
  • les tendances récentes, soit entre 2011 et 2015, montrent une baisse de l’importance relative de l’emploi temporaire, surtout au Québec, (baisse de 1,1 point de pourcentage) mais aussi un peu dans le reste du Canada (baisse de 0,1 point, pour une baisse de 0,3 point dans l’ensemble du Canada).

temporaires2

– selon le type

Statistique Canada divise les emplois temporaires en quatre types :

  • un emploi est saisonnier si l’employé travaille dans une industrie où les niveaux d’emploi augmentent et diminuent au gré des saisons;
  • un emploi est dit à contrat s’il est d’une durée déterminée mais non saisonnier et si l’employeur a clairement fait savoir, avant que l’employé n’accepte l’emploi, que celui-ci prendra fin à une date précise ou à la fin d’un travail ou d’un projet particulier;
  • un emploi est dit occasionnel si les heures de travail de l’employé varient sensiblement d’une semaine à l’autre, si l’horaire de travail de l’employé fluctue en fonction des besoins de l’employeur et non selon un calendrier préétabli ou si l’employé n’est habituellement pas payé pour les heures non travaillées et que l’employeur n’a donné aucune indication concernant le travail sur une base régulière et pendant une longue durée;
  • les autres emplois temporaires ne sont pas définis, mais se distinguent des trois types précédents (ils sont de toute façon peu répandus). Statistique Canada précise que les emplois temporaires obtenus par le biais d’agences de placement font partie des emplois «à contrat».

 

À ma surprise, le taux plus élevé des emplois temporaires au Québec que dans le reste du Canada n’est pas dû à la plus forte présence des emplois saisonniers, mais à celle des emplois à contrat, comme on peut le voir sur le graphique suivant. Ceux-ci ont d’ailleurs gagné en importance à la fois au Québec et dans le reste du Canada entre 1997 et 2015, tandis que les emplois occasionnels ont perdu de l’importance au Québec, mais en ont gagné dans le reste du Canada. Ce sont les mouvements dans ce type d’emploi temporaire qui expliquent presque à eux seuls le rétrécissement de l’écart de l’ensemble des emplois temporaires entre le Québec et le reste du Canada.

temporaires3

– selon le sexe

Dans les deux prochaines sections, je me concentrerai sur l’emploi temporaire au Québec. Le graphique qui suit montre que l’emploi temporaire est un peu plus fréquent chez les femmes (ligne rouge) au Québec, mais que cet écart s’est grandement amoindri, passant de 1,8 point de pourcentage en 1997 (et même 2,9 points en 2001) à 0,5 point en 2015 (et même moins de 0,1 point en 2011). Comme j’ai consacré un billet complet à l’emploi temporaire chez les femmes du Québec il y a environ un an, je n’irai pas plus loin ici.

temporaires4

– selon l’âge

On ne sera pas étonné de constater que le dernier graphique de ce billet nous montre que la fréquence du travail temporaire varie énormément avec l’âge. On y voit que la proportion de jeunes âgés de 15 à 24 ans (ligne bleue) est trois fois plus élevée que celle des personnes des autres tranches d’âge. L’évolution des proportions de travail temporaire semble plus stable sur ce graphique, mais c’est une illusion. En effet, les taux semblent plus stables uniquement parce que l’échelle du graphique est plus étendue (35 points de pourcentage par rapport à sept dans le précédent et six dans le deuxième).

temporaires5

Et alors…

Le picorage de données est une des façons de faire valoir son opinion qui me fâche le plus. Alors qu’il est vrai que le travail temporaire a gagné en importance au Canada, surtout à l’extérieur du Québec, au cours des 19 dernières années, on voit plutôt une légère baisse de sa prévalence depuis quelques années. Si M. Cash a en partie raison de s’inquiéter de ce phénomène, sa façon de manifester cette inquiétude est vraiment déplorable et nuit à la défense de sa cause, qui est, elle, tout à fait pertinente. Par contre, je le remercie de m’avoir donné un motif de regarder les données sur ce phénomène de plus près!

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :