Aller au contenu principal

Les personnes âgées, l’emploi et la retraite

25 octobre 2019

Avec le vieillissement de la population, on assiste à des modifications importantes sur l’emploi des personnes âgées et sur la retraite. Au cours des derniers mois, j’ai justement mis de côté trois études portant sur ces sujets.

Raisons de travailler chez les 60 ans et plus

Cette première étude de Myriam Hazel a été publiée par Statistique Canada en décembre dernier.

– Introduction : Selon les données de l’Enquête sur la population active (EPA), l’âge moyen de la retraite des personnes qui la prennent volontairement est passé de 61 à 64 ans entre la fin des années 1990 et 2017. Au cours de la même période, le taux d’activité chez les personnes âgées de 60 ans et plus est passé au Canada de 13,7 à 25,8 % (de 11,2 à 21,5 % au Québec). De nombreux facteurs peuvent expliquer cette hausse spectaculaire, notamment :

  • la hausse de l’espérance de vie, surtout en bonne santé (voir ce billet);
  • des emplois moins exigeants physiquement;
  • la hausse du niveau de scolarité et une entrée plus tardive sur le marché du travail;
  • l’évolution de la situation financière des personnes plus âgées (récession de 2008-2009, recul de la couverture des régimes de retraite, passage de régimes de retraite à prestations déterminées à des régimes de retraite à cotisations déterminées, etc.).

Pour en savoir plus à ce sujet, Statistique Canada a ajouté à l’EPA de septembre 2018 des questions sur l’activité principale des Canadien.nes au cours des 12 mois précédents. Cette étude est basée sur les réponses des personnes âgées de 60 ans et plus à ces questions.

– Activité principale : Environ 2,7 millions de personnes âgées de 60 ans et plus, soit un peu moins du tiers de cette population (37 % des hommes et 26 % des femmes), ont déclaré qu’elles avaient travaillé ou souhaité le faire au cours des 12 mois précédents. Parmi elles :

  • 82 % ont travaillé et ont déclaré que le travail était leur activité principale;
  • 12 % ont travaillé et ont déclaré que le travail n’était pas leur activité principale;
  • 7 % n’ont pas travaillé, mais auraient voulu le faire.

Parmi les personnes qui ont déclaré que le travail n’était pas leur activité principale (soit près des trois quarts de cette population), 86 % considéraient la retraite comme leur activité principale. Seulement 4 % d’entre elles ont travaillé.

– motifs du travail : Les personnes âgées de 60 ans et plus qui travaillaient se répartissaient assez également entre celles qui le faisaient par choix (51 %, taux semblable pour les hommes et les femmes) et par obligation (49 %). Par contre, cette répartition variait beaucoup selon l’âge. Ainsi la proportion de ces personnes qui travaillent par obligation était de :

  • 59 % chez les personnes âgées de 60 à 64 ans, taux plus élevé que la moyenne probablement parce qu’elles ne sont pas encore admissibles aux régimes de retraite publics et privés;
  • 40 % chez celles âgées de 65 à 69 ans;
  • 28 % chez celles âgées de 70 ans et plus.

L’autrice précise que la proportion de personnes âgées de 60 ans et plus qui travaillaient par obligation était de 44 % pour les titulaires d’un baccalauréat ou plus, mais de 56 % pour les autres personnes âgées. Selon le domaine d’activité, cette proportion variait de 38 % dans l’agriculture et dans les services professionnels, scientifiques et techniques à 63 et 64 % dans la construction et le transport.

Les professions comptant des travailleurs âgés

Cette étude de Bertrand Ouellet-Léveillé et Anne Milan a aussi été publiée par Statistique Canada, mais en juillet 2019.

– Introduction : On sait que la population et la main-d’œuvre vieillissent, mais les conséquences de ce vieillissement ne se manifestent pas de la même façon et avec la même ampleur dans toutes les professions. Cette étude, basée sur les données de l’EPA de 1996 à 2018 et des recensements de 1996 et de 2016, vise à «examiner l’évolution de la composition par âge des professions» comptant au moins 10 000 personnes et dont la classification de 1996 est comparable à celle de 2016. Pour ce, elle se sert surtout de deux indicateurs, soit la proportion de membres âgés de 55 ans et plus, et le ratio entre le nombre de membres âgé.es de 25 à 34 ans par rapport au nombre de membres âgé.es de 55 ans et plus (indicateur du renouvellement dans une profession).

– Ratio entre les travailleur.euses jeunes et âgé.es : Globalement, ce ratio est passé de 2,7 (3.5 millions de jeunes âgé.es de 25 à 34 ans et 1,3 million de personnes âgé.es de 55 ans et plus) en 1996 à 1,0 en 2018 (4,1 millions par rapport à 4,0 millions). Ce ratio était en 1996 plus élevé chez les femmes (3,3) que chez les hommes (2,4), mais assez semblable en 2018 (1,1 par rapport à 1,0). Ce rapprochement des ratios s’explique par l’augmentation de la proportion de femmes ayant intégré le marché du travail depuis les années 1970, phénomène qui ne touchait pas encore complètement les femmes âgées de 55 ans et plus en 1996, mais le faisait en 2018. La baisse globale de ce ratio s’est manifestée dans les dix catégories professionnelles, mais à des niveaux différents, comme le montre le graphique qui suit.

Ce graphique montre que c’est dans les professions des sciences naturelles et appliquées que ce ratio était le plus élevé à la fois en 1996 (5,3) et en 2018 (1,7). Notons qu’il est passé de 11,2 à 2,1 chez les femmes, qui étaient historiquement peu nombreuses dans ces professions, mais le sont davantage de nos jours. À l’inverse, c’est dans les professions de la gestion que ce ratio était le plus faible au cours de ces deux années (1,4 en 1996 et 0,5 en 2018). C’est dans la fabrication et les services publics que ce ratio a proportionnellement le plus diminué (de 3,4 à 0,8), ce qui montre surtout les moins grands besoins de renouvellement dans cette catégorie dont l’emploi est en baisse, et dans la vente et les services qu’il a le moins diminué (de 2,5 à 1,1), parce qu’il était relativement peu élevé au départ.

– Professions exigeant un diplôme universitaire : Les auteur.es analysent la situation des 15 professions principales exigeant un diplôme universitaire pour les femmes. Ces professions illustrent bien le constat général de la plus forte baisse du ratio entre les travailleur.euses jeunes et âgé.es chez les femmes que chez les hommes. Les baisses proportionnellement les plus fortes entre 1996 et 2016 se sont observées chez les enseignantes de niveau collégial (de 4,48 à 0,65), les professionnelles en ressources humaines (de 10,4 à 1,82), les professeures et chargées de cours à l’université (de 2,23 à 0,40) et les omnipraticiennes et médecins de famille (de 4,48 à 0,65). C’est à l’inverse chez les enseignantes au primaire et au préscolaire (de 4,18 à 2,65), profession où on retrouvait déjà une très forte proportion de femmes il y a des décennies, qu’on observe la baisse proportionnellement la plus faible.

Chez les hommes, les baisses du ratio furent bien moins fortes dans leurs 15 professions principales. Ici aussi, la baisse proportionnellement la plus forte s’est observée chez les enseignants de niveau collégial, mais de 1,14 à 0.36 au lieu de 4,48 à 0,65 chez les femmes, ce qui montre probablement que le renouvellement dans cette profession se fait maintenant en bonne partie chez des personnes ayant plus de 35 ans. Les enseignants au secondaire arrivent au deuxième rang (de 2,41 à 0,88) et les omnipraticiens et médecins de famille au troisième (de 1,87 à 0,71). Notons aussi que ce ratio a augmenté dans un cas, soit chez les analystes financiers et analystes en placements, passant de 3,25 à 7,61. Cela doit être une conséquence de la financiarisation de l’économie qui fait en sorte que de plus en plus de jeunes (surtout de jeunes hommes) se dirigent vers les professions de la finance.

Notons que les professeures et chargées de cours à l’université formaient la profession exigeant un diplôme universitaire comptant la proportion la plus élevée de membres ayant 55 ans et plus chez les femmes (14,0 % en 1996 et 30,8 % en 2016) alors que chez les hommes, c’était aussi ces professeurs en 1996 (29,2 %), mais les omnipraticiens et médecins de famille en 2016 (37.9 %).

– Autres professions : Alors que 12 des 15 professions exigeant un diplôme universitaire retenues pour les hommes et les femmes étaient les mêmes, seulement 2 des 15 professions retenues ici étaient communes. Parmi celles retenues chez les femmes, on observe les plus fortes baisses proportionnelles du ratio chez les agentes d’administration (de 5,07 à 0,84), les commis à la comptabilité (de 5,81 à 0,97) et les adjointes administratives (anciennement secrétaires, de 2,39 à 0,49), et la plus faible chez les vendeuses – commerce de détail (de 2,21 à 1,09). Chez les hommes, la baisse la plus forte s’est observée chez les expéditeurs et réceptionnaires (6,57 à 0,94) et la plus faible chez les aides de corps de métier et manœuvres en construction (3,48 à 1.61). On notera que la baisse chez les hommes fut plus importante dans ces professions que dans celles exigeant un diplôme universitaire, probablement parce que les femmes ont moins eu tendance à occuper ces professions.

Les techniciennes en comptabilité et teneuses de livres formaient la profession retenue ici comptant la proportion la plus élevée de membres ayant 55 ans et plus chez les femmes (16,3 % en 1996 et 37,5 % en 2016) alors que chez les hommes, c’était les concierges et surintendants d’immeubles (19,6 % en 1996 et 36,9 % en 2016).

– Professions en gestion : Les auteur.es n’ont retenu que 5 professions en gestion pour les femmes et les hommes, dont trois communes. Comme le ratio utilisé dans les deux groupes de professions présentées auparavant est moins pertinent en raison de la faible proportion de jeunes qui accèdent à ces professions, je me contenterai de souligner que la proportion la plus élevée de membres ayant 55 ans et plus chez les femmes et les hommes s’observait chez les gestionnaires en agriculture (ou exploitant.es agricoles), soit 36,5 % en 1996 et 52,1 % en 2016 chez elles. et 41,5 % en 1996 et 55,6 % chez eux. Ce sont les directrices de la publicité, du marketing et des relations publiques qui avaient la proportion la plus faible chez les femmes (4,6 % en 1996 et 10,0 % en 2016) et les directeurs de la restauration et des services alimentaires chez les hommes (11,3 % en 1996 et 20,3 % en 2016). Ces données permettent de constater qu’on quitte certaines de ces professions jeunes, alors qu’on travaille à un âge avancé dans d’autres. Dans le cas des gestionnaires en agriculture, cela montre aussi un problème de relève, avec des ratios respectifs en 2016 de 0,14 chez les femmes (0,42 en 1996) et de 0,20 chez les hommes (0,36 en 1996). Notons que le manque de relève dans cette profession ressort dans bien d’autres données et dans de nombreux témoignages.

– Vieillissement et croissance : Les auteur.es présentent dans cette section les 25 professions ayant connu la plus forte croissance de l’emploi entre 1996 et 2016, et les 25 dont l’emploi a le plus baissé. Le document présente la situation dans certaines de ces professions pour illustrer le fait que «les professions qui connaissent une croissance rapide ont pour effet de ralentir le rythme du vieillissement, tandis que les professions qui connaissent un déclin vieillissent plus rapidement». Pour l’illustrer, j’ai préféré calculer la hausse de la proportion de travailleur.euses âgé.es de 55 ans et plus pour l’ensemble de ces professions.

En moyenne, la part de travailleur.euses âgé.es de 55 ans et plus est passée de 8,4 à 18,4 % dans les 25 professions ayant connu les croissances les plus fortes, une hausse de 9.9 points de pourcentage, et de 13,6 à 28,2 % dans les 25 professions ayant connu les baisses les plus importantes, une hausse de 14,5 points, 46 % plus élevée que dans les premières professions. En plus de la différence de l’augmentation de la proportion de personnes âgées entre les deux groupes de professions, on notera que les professions qui ont connu les baisses d’emploi les plus importantes avaient déjà en 1996 une proportion bien plus élevée de travailleur.euses âgé.es de 55 ans et plus, soit 13,6 % par rapport à 8,4 %, un écart de 5,2 points de pourcentage ou de 61 %. Cela pourrait s’expliquer par le fait que l’emploi avait déjà commencé à diminuer avant 1996 dans ces professions et qu’il avait déjà commencé à augmenter dans les autres.

Les retraités au Québec : portrait de famille

Cette étude de Joëlle Noreau a été publiée par Desjardins en août 2019. L’autrice y aborde de nombreuses questions intéressantes sur la retraite et les retraité.es pour le Québec :

  • la définition de retraites et de retraité.es, et les bases différentes des sources de données à ce sujet;
  • la forte hausse de l’espérance de vie et de la part des personnes âgées de 65 ans et plus dans la population (de 5,8 % en 1961 à 18,8 % en 2018) et les tendances prévues à cet égard;
  • la hausse de l’âge de la retraite;
  • la part de la population âgée de 65 ans et plus qui vit dans des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), soit 3 % seulement;
  • l’évolution du taux d’activité chez les 60 à 64 ans et chez les 65 à 69 ans au Québec, au Canada et dans d’autres pays;
  • l’enjeu du repoussement de l’âge donnant droit à des prestations de retraite;
  • les raisons qui peuvent pousser les personnes âgées à continuer à travailler ou pas;
  • l’évolution des dettes et des actifs des personnes âgées;
  • l’importance de bien se préparer à la retraite.

Comme cette étude est assez courte (7 pages), je préfère ne pas en dire plus!

Et alors…

Je n’ai pas grand-chose à ajouter à ces études, sinon le fait qu’il est important de suivre la situation des personnes âgées et qu’il le sera encore plus à l’avenir, car leur part dans la population de cessera d’augmenter dans les 50 prochaines années, selon les prévisions de l’Institut de la statistique du Québec. Les trois études que j’ai présentées ici abordent cette question sous des angles différents et se complètent ainsi assez bien. J’en présenterai sûrement d’autres au cours des prochaines années.

 

No comments yet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :