Aller au contenu principal

Les fascistes américains

17 janvier 2022

fascistes américainsAvec son livre Les fascistes américains – La droite chrétienne à l’assaut des États-Unis, Chris Hedges, journaliste, auteur et pasteur presbytérien, «dévoile ce mouvement et présente les motivations de ceux et celles qui y adhèrent, nous révélant leurs souffrances et leurs aspirations, ainsi que les ressorts idéologiques fascisants de cette droite religieuse». Notons que la version anglaise de ce livre date de 2007, ce qui rend dépassées quelques statistiques mentionnées dans ce livre et étranges certaines prévisions non réalisées.

Avant-propos – La Marche sur Jericho: conversation avec Chris Hedges : Pierre-Luc Brisson montre l’influence de la religion dans l’assaut du Capitole du 6 janvier 2021, puis en discute avec Chris Hedges, qui analyse les conséquences de cet assaut appuyé par les forces religieuses fascistes des États-Unis. Ses constats sont consternants et laissent peu de place à l’optimisme. C’est dans ce contexte qu’il est pertinent de lire ce livre écrit il y a près de 15 ans.

1. Foi religieuse et convictions politiques : Chris Hedges a été élevé dans une famille très religieuse de l’Église presbytérienne, mais aussi très progressiste. Il souligne les contradictions contenues dans la Bible et le Nouveau Testament, notamment ses pages pleines de colère divine, de haine et d’intolérance qui peuvent être utilisées si interprétées littéralement notamment par la droite religieuse et les suprémacistes blanc.hes. De son côté, il a gardé la foi, mais en ne retenant que les passages empreints de bienveillance de ces écrits. L’auteur aborde ensuite :

  • le mouvement dominioniste (domination de l’État par les chrétien.nes fondamentalistes);
  • le fait que si les dominionistes sont peu nombreux (environ 7 % de la population) et désuni.es (divisé.es en groupes religieux opposés les uns aux autres), ils et elles sont très influent.es, entre autres au sein du Parti républicain;
  • la hausse des subventions pour des services sociaux à des groupes religieux antiavortement;
  • les manœuvres des fondamentalistes pour éliminer ou détourner le vote des minorités;
  • l’impact des chaînes chrétiennes de radio et de télévision sur la politique et l’éducation;
  • les obsessions des fondamentalistes (complots, magie, sexe, paranoïa, violence, etc.);
  • la sous-traitance militaire religieuse et mercenaire.

Il conclut que la passivité face à la montée de la droite chrétienne menace l’État démocratique.

2. Désespoir et compensation morale : L’auteur nous fait assister à un congrès d’un organisme antiavortement et présente l’histoire d’une des participantes. Il montre que ce genre d’organisme profite de la misère et même du désespoir d’une partie de la population pour les enrôler et leur fournir une communauté où ces personnes se sentent accueillies, alors que ces organismes militent pour la baisse des services publics qui sont déjà inférieurs à ceux de tous les autres pays riches.

3. L’expérience vécue de la conversion : L’auteur a participé à un séminaire sur l’évangélisation explosive dans lequel le conférencier suggère de devenir ami avec la personne qu’on veut convertir, sans hésiter à utiliser des tactiques de manipulation pour y arriver. On vise à ce que la personne rompe avec ses ancien.nes ami.es et les remplace par des membres de la communauté qu’elle ne voudra et ne pourra plus quitter. En plus, on note qu’une «personne en crise est plus facile à convertir». Le prédicateur donne des trucs pour miser sur la peur de la mort en la contrant avec la promesse d’une vie éternelle. Une fois convertie, la personne se joindra à l’Église et travaillera avec ses dirigeant.es «à l’établissement d’un État chrétien».

4. Le culte de la masculinité : L’auteur raconte l’histoire d’une jeune femme qui a réussi à sortir de l’emprise masculine des pasteurs (et de son père) d’une Église presbytérienne. Il présente ensuite les valeurs et les objectifs d’un leader conservateur animateur de radio, James Dobson. Il donne ensuite de nombreux exemples du contrôle des femmes (et des homosexuel.les, des enfants, etc.) et de la promotion de la masculinité traditionnelle (pour ne pas dire toxique) par les hommes de ces Églises.

5. Persécuteurs et victimes : Nous assistons cette fois à une conférence d’un organisme masculiniste qui milite contre le droit des homosexuel.les et pour les thérapies de conversion. L’auteur présente aussi quelques témoignages de chrétien.nes homosexuel.les.

6. La guerre contre la vérité : Ce chapitre porte sur le créationnisme (ou le dessein intelligent) et sur la lutte des fondamentalistes chrétien.nes contre la théorie de l’évolution et pour l’enseignement du dessein intelligent, et, par extension, sur la négation du monde réel et de la science, ce que l’auteur appelle le relativisme nihiliste.

7. Une nouvelle classe dirigeante : Ce chapitre nous invite à un congrès de 5500 diffuseurs (radio et télé) religieux, qui ont une audience totale de 141 millions de personnes, bref un congrès de riches capitalistes religieux qui colporte un message anti-homosexualité, antiavortement, souvent raciste, anticommuniste, antigouvernemental, anti-laïcité, etc. On y trouve à peine quelques objecteurs. L’auteur aborde aussi les liens entre les fondamentalistes chrétien.nes et les juif.ves orthodoxes.

8. L’esprit de croisade : Ce chapitre porte sur le discours guerrier de groupes de chrétien.nes fondamentalistes et sur leur participation aux campagnes électorales dans le but d’instaurer un État religieux. L’auteur montre que ces personnes vivent dans un univers parallèle avec une histoire manipulée et une intolérance montée en système contre tou.tes les personnes qui n’appartiennent pas à leur religion (y compris les catholiques et les autres chrétien.nes non fondamentalistes).

9. Le commerce de Dieu : Devenir diffuseur d’un poste de radio ou de télé religieux, ça peut être payant, très payant. Il donne un exemple éloquent de ce constat, avec des patrons multimillionnaires qui font pression sur les auditeur.trices pour que ces personnes envoient des dons (même les plus pauvres), notamment en les menaçant de représailles divines si elles ne le font pas.

10. L’Apocalypse à venir : Une église d’une banlieue pauvre de Détroit accueille un jour un riche gourou qui appuie ses prêches sur l’Apocalypse où les bon.nes chrétien.nes seront amené.es au paradis, pendant que les autres s’entretueront pour appuyer ou défendre l’antéchrist. Un professeur d’éthique de l’auteur lui expliquait qu’il est essentiel de savoir reconnaître le fascisme quand il se pointe pour le combattre, soulignant que les Allemand.es et les Italien.nes n’ont pas su imaginer le danger que les fascistes représentaient pour la démocratie dans les années 1930.

L’auteur propose ensuite des moyens de lutter contre le fascisme, notamment en adoptant des mesures pour combattre les inégalités, lutter contre le réchauffement climatique et améliorer les services publics. On doit en plus montrer notre solidarité avec les minorités attaquées par les fascistes religieux.euses. Et il conclut :

«Les attaques du fondamentalisme contre les droits et les croyances des musulman.es, des juif.ives, des immigrant.es, des gays, des lesbiennes, des femmes, des intellectuel.les, des scientifiques, des fidèles qui selon lui «n’ont de chrétien que le nom» et des gens qu’il maudit pour leur humanisme séculier sont des attaques contre chacun.e d’entre nous, contre nos valeurs, nos libertés et, finalement, notre démocratie. La tolérance est une vertu, mais la tolérance associée à la passivité est un vice.»

Et alors…

Lire ou ne pas lire? Lire, même si ce livre date d’une quinzaine d’années. Je connaissais en gros les sujets abordés dans ce livre, mais certainement pas tous les détails et les précisions qu’il contient. Et comme la situation s’est même empirée depuis avec la présidence de Donald Trump, son influence sur le Parti républicain et ses nominations de juges fondamentalistes, il donne carrément la chair de poule. Autre qualité, les 243 notes, aussi bien des références que des compléments d’information parfois substantiels, sont en bas de page.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :