Aller au contenu principal

Une économie écologique pour le Québec

6 juin 2022

économie écologique pour le QuébecLes 36 auteur.es du livre Une économie écologique pour le Québec – Comment opérationnaliser une nécessaire transition, sous la direction de Alejandra Zaga Mendez, Jean-François Bissonnette et Jérôme Dupras, proposent «une économie écologique pour le Québec, soit une approche fondée sur une meilleure compréhension des systèmes sociaux, économiques et environnementaux et de leurs interactions» et cherchent «à savoir comment orienter les politiques publiques et l’économie québécoise afin de respecter les limites de la biosphère, tout en assurant une qualité de vie pour tous».

Préface : Thomas Mulcair considère que ce livre «arrive à un moment critique pour l’avenir de la planète». Il précise qu’il est basé sur un colloque tenu dans le cadre de l’Acfas en 2019. Il donne ensuite des exemples de décisions prises par les gouvernements qui montrent leur manque d’intérêt pour l’environnement, puis conclut que le Québec pourrait devenir un chef de file dans la protection de l’environnement.

Introduction – L’exigence de la transition écologique : Alejandra Zaga Mendez, Jean-François Bissonnette et Jérôme Dupras présentent le contexte qui a entouré la production de ce livre, quelques pistes de réflexion sur la transition écologique au Québec et les objectifs et le contenu de ce livre.

Première partie – Les piliers de la transition

1. La transition écologique au Québec – Analyse des discours selon le concept de la durabilité : Chloé L’Écuyer-Sauvageau présente et analyse trois interprétations différentes du concept de la transition écologique selon le gouvernement du Québec, le Front commun pour la transition énergétique et l’Alliance SWITCH, notamment dans le secteur agricole.

2. La transition énergétique est-elle possible au Québec sans refondation du modèle d’occupation du territoire? : Hugo Asselin montre que les politiques de lutte aux changements climatiques et d’occupation du territoire ont un impact important les unes sur les autres, et que, en conséquence, le gouvernement devrait refonder le modèle québécois d’occupation du territoire. Il émet quelques propositions à cet effet.

3. L’économie circulaire comme stratégie de gestion intégrée de ressources au Québec – Vers une nouvelle ingénierie territoriale : Chedrak Chembessi et Geneviève Cloutier présentent la définition du concept d’économie circulaire et ses objectifs, et expliquent comment elle peut s’insérer dans un processus de transition écologique, si elle est mise en œuvre correctement.

4. La multifonctionnalité du territoire forestier dans tous ses états : Anne Bernard et Nancy Gélinas montrent l’importance de l’adaptation des pratiques d’aménagement en forêt pour minimiser l’impact des activités forestières sur l’environnement et maximiser les apports de la forêt dans la séquestration du carbone, dans un contexte de multifonctionnalité rurale, soit la variété des fonctions (économiques, environnementales, résidentielles et récréatives) de la production en milieu rural.

Deuxième partie – La transition dans nos milieux de vie

5. L’avenir incertain de la forêt boréale commerciale et de sa biodiversité dans un contexte de changements climatiques – Le rôle clé des forêts âgées : Six auteur.es proposent des stratégies de gestion forestière, surtout pour nos forêts âgées, pour mieux les adapter aux changements climatiques, notamment en augmentant les cibles de rétention des forêts âgées pour compenser la hausse de la fréquence des feux de forêt et la migration vers le nord d’insectes défoliateurs, et ce, aussi bien pour le renouvellement des forêts que pour la viabilité des espèces qui y habitent.

6. Le futur de la foresterie au Canada dans un monde incertain – Quelques pistes de solution : Quatre auteur.es abordent l’avenir de la foresterie en proposant des mesures pour l’aménagement et l’exploitation durable de nos forêts en améliorant leur résilience au moyen de «l’approche des réseaux complexes fonctionnels» qui favorise une plus grande variété d’arbres aux caractéristiques opposées ou complémentaires dans chaque peuplement forestier.

7. Caractériser les modèles mentaux pour accompagner les processus participatifs en aménagement forestier : Quatre auteur.es expliquent comment l’identification des modèles mentaux des parties prenantes (dont les mécanismes cognitifs liés à la prise de décision) pourrait permettre d’accroître la participation à la gestion des biens communs, notamment en foresterie.

8. Mettre les finances publiques à contribution – L’écofiscalité comme instrument de mobilité durable : Jean-Philippe Meloche montre que l’utilisation de l’écofiscalité peut contribuer au développement de la mobilité durable. Pour ce, il faut étudier chacune des taxes possibles et choisir celles qu’on implantera en fonction des résultats qu’elles permettent, ce que fait l’auteur.

9. Les leviers municipaux de la transition écologique – Entre (re)municipalisation et partenariats public-communs : Jonathan Durand Folco analyse des cas concrets qui montrent que le municipalisme peut représenter «une occasion de mettre en œuvre la transition à l’échelle municipale», notamment par «la réappropriation démocratique des outils économiques et des institutions politiques locales» permettant «une gouvernance collective et durable de ressources partagées».

10. Le rôle des milieux humides et hydriques dans la résilience des écosystèmes fluviaux : Marie Larocque et Pascale Biron expliquent «comment une meilleure protection des milieux humides et une meilleure gestion des cours d’eau [notamment des systèmes fluviaux] pourraient aider la société québécoise à réduire les effets des changements climatiques [et des activités humaines ayant un effet sur l’eau] et à s’adapter aux conditions futures dans une démarche de transition» sans toutefois pouvoir les annuler complètement. Elles montrent aussi que le Québec a un sérieux retard à ce sujet et proposent quelques mesures pour le rattraper.

11. La compensation écologique, instrument de promotion du développement ou d’initiation à la transition écologique – Le cas de l’introduction de la non-perte nette des milieux humides et hydriques au Québec : Le titre du texte de Céline Jacob résume bien son contenu qui complète bien celui du texte précédent.

12. Valoriser la production de services écosystémiques en agriculture : Alejandra Zaga Mendez, Jean-François Bissonnette et Jérôme Dupras abordent la coordination agroécologique comme moyen de valoriser adéquatement la production des services écosystémiques générés en milieu agricole «afin d’assurer le bien-être de la collectivité québécoise».

Troisième partie – Repenser nos structures

13. Mondialisation et écologie – Le rôle de la politique commerciale dans la transition écologique : Mathieu Perron-Dufour montre que les principes économiques de la mondialisation à la base de la politique commerciale du Québec (et ailleurs) représentent une barrière à l’atteinte de la durabilité environnementale et donc aux objectifs de la transition. Il présente ensuite des mesures fiscales, réglementaires et structurelles pour modifier cette politique et la rendre compatible avec ces objectifs.

14. Tout contre les territoires – La gouvernance provinciale des ressources naturelles au Canada et au Québec : Yann Fournis analyse les politiques québécoises de gestion des ressources naturelles basées sur l’extractivisme et «présente la transition comme une réévaluation de l’économie politique».

15. Monnaie, intérêt et accumulation – L’hypothèse du «biais procroissance» revisitée par les approches monétaires institutionnalistes : Sept auteur.es se penchent sur le rôle de la monnaie dans le système financier et présentent des mesures qui feraient en sorte que nos politiques monétaires abandonnent leur biais procroissance pour permettre une transition durable.

Travailler à la transition écologique – Plaidoyer pour un renouvellement du projet collectif : Dans leur conclusion, Alejandra Zaga Mendez, Jean-François Bissonnette et Jérôme Dupras résument les contributions de ce livre, portant surtout sur l’aménagement du territoire et la gestion des ressources naturelles, en abordant :

  • notre responsabilité individuelle et collective;
  • la mobilisation des collectivités et de la science;
  • l’importance d’adopter des perspectives diversifiées avec une pluralité de stratégies;
  • la lutte à la désinformation et le développement d’une science citoyenne : «la science doit se mouiller, sortir du confort des modèles théoriques et être en contact direct avec les acteurs de la transition, les communautés les plus vulnérables, et ainsi alimenter des projets et des transformations»..

Et alors…

Lire ou ne pas lire? Ça dépend… D’un côté, ce livre montre notamment que les outils pour réussir une transition écologique efficace ne manquent pas, contrairement à la volonté politique de les appliquer. Il nous apprend à l’inverse que les changements climatiques auraient des impacts dans bien des domaines dont on entend peu parler. De l’autre côté, ce livre est composé de textes universitaires pas toujours faciles à lire. Si certains textes sont bien vulgarisés, d’autres, surtout ceux qui sont plus techniques, exigent un bon effort de lecture, surtout si on ne connaît pas bien les domaines abordés et leur jargon. Je recommande quand même la lecture de ce livre, car ses qualités l’emportent selon moi nettement sur ses irritants. Et ce livre a un autre bon point, car les 54 notes, aussi bien des références (bien que la plupart de celles-ci soient intégrés au corps des textes) que des compléments d’information, sont en bas de page. Par contre, la bibliographie est à la fin de chaque chapitre, ce qui est parfois embêtant si on veut la consulter.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :