Aller au contenu principal

Le marché du travail en août 2022 au Québec et la COVID-19

10 septembre 2022

marché du travail août 2022 Québec et la COVID 19Après avoir analysé les données sur l’emploi de mars 2020 à août 2022 du Bureau of Labor Statistics (BLS) et jusqu’en juillet de l’Enquête sur la population active (EPA), je vais dans ce billet commenter brièvement celles d’août 2022 pour le Québec et au Canada.

Août 2022 au Canada et au Québec

Comme les mois passés, les manchettes des médias sur les données sur le marché du travail publiées par Statistique Canada vendredi dernier ont été consacrées en premier lieu au taux de chômage. Ce mois-ci, c’est plus compréhensible qu’auparavant, car il a augmenté de façon nette aussi bien au Canada (où il est passé de 4,9 % en juillet à 5,4 % en août) qu’au Québec (de 4,1 % à 4,5 %). Malgré cette similitude, le contexte est bien différent dans ces deux territoires, car l’emploi a baissé de 0,2 % ou de près de 40 000 au Canada, alors qu’il a augmenté de 0,6 % pu de 27 000 au Québec. En fait, l’évolution contradictoire de l’emploi et du chômage au Québec m’a fait penser à la situation similaire qu’on a vue la semaine précédente aux États-Unis, et à peu près pour la même raison.

En effet, alors que l’emploi a baissé de 53 000 ou de 1,2 % entre mars et juillet, et que le taux d’emploi diminuait de 1,0 point de pourcentage (de 61,8 % à 60,8 %), le taux de chômage fut de 4,1 % au cours de ces deux mois, et même en fait un peu plus bas en juillet qu’en mars (4,08 % par rapport à 4,13 %). Et, il s’adonne que lors du mois où on observe la plus forte croissance de l’emploi depuis février, le taux de chômage augmente de 0,45 point (de 4,08 % à 4,53 %)! Comme aux États-Unis, cette contradiction apparente s’explique par l’évolution de l’inactivité et du taux d’activité. En effet, alors que la population inactive avait augmenté de 84 000 et que le taux d’activité avait baissé de 1,04 point de pourcentage entre mars et juillet, voilà la population inactive qui baisse en un seul mois de 42 000, soit la moitié de la hausse des quatre mois précédents. De même, le taux d’activité a augmenté de 0,63 point en août, annulant cette fois 60 % de la baisse des quatre derniers mois. Comme je l’ai mentionné dans mon analyse des données pour les États-Unis, cela ressemble drôlement à une correction de données «en raison des marges d’erreur de cette enquête, de changements dans la saisonnalité des emplois ou encore des deux».

Faisant aussi penser à une correction, le taux d’emploi des jeunes (15 à 24 ans) a augmenté de 1,7 point en août, après une baisse de 2,1 points en quatre mois, Par contre cette hausse n’a pratiquement touché que les jeunes hommes (+3,1 points par rapport à +0,1 point pour les jeunes femmes), alors qu’elles ont été les seules à subir la baisse des quatre mois précédents (-4,9 points par rapport à +0,6 point pour les jeunes hommes). Bref, le mystère plane encore sur cette question. À suivre!

La hausse du salaire horaire a grandement ralenti au Québec en août, avec une hausse de 6,9 % (5,9 % pour les hommes et 8,7 % pour les femmes) entre août 2021 et août 2022, bien moins qu’entre les mois de juillet 2021 et 2022 (8,1 %), mais toujours plus qu’au Canada où la hausse fut au contraire un peu plus forte qu’en juillet (5,4 % en août par rapport à 5,2 % en juillet). En outre, la hausse des salaires d’ août 2021 à août 2022 a varié de façon importante selon les provinces, se situant à moins de 2 % en Alberta et celles des autres provinces ne surpassant pas celle au Québec. Je rappelle que ce n’est pas parce que la moyenne des salaires horaires a augmenté de 6,9 % au Québec que les travailleur.euses ont reçu en moyenne des hausses de 6,9 %, cette hausse résultant en partie d’effets de composition industriels et professionnels (voir ce billet).

Et alors…

Je n’ai pas grand-chose à ajouter, sinon de dire que les données étranges des derniers mois finiront bien par se replacer! Cela dit, avec la dernière hausse du taux directeur annoncée cette semaine par la Banque du Canada et le fait qu’elle «estime que le taux directeur va devoir augmenter davantage», les prochaines données de l’EPA ne devraient pas être très positives.

Publicité
No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :