Skip to content

Faisons notre juste part!

20 mars 2012

Je suis triste pour notre premier ministre, son ministre des Finances et sa ministre de l’Éducation. Je suis même triste pour la commission jeunesse du Parti libéral du Québec. Tout ce qu’ils veulent, c’est que tous, étudiants, travailleurs, syndicats, enseignants, chômeurs, assistés sociaux, handicapés, gais, cliqueux du Plateau, régionaleux, bleuets, morues, entreprises, itinérants, décrocheurs et tous les autres fassions notre juste part (ceux et celles qui se reconnaissent dans plus d’une catégorie doivent faire leur part en double, en triple ou plus pour que leur part soit juste!)

Alors, il faut leur faire plaisir. Pour cela, je vous suggère de leur envoyer un message d’amour : «reculez et nous vous détesterons moins»! Pas beaucoup moins, mais un peu! Mais, pour obtenir de ces toutes petites quantités d’amour (ou d’anti-haine) un impact significatif et espérer que cela les convaincra d’au moins penser à reculer, nous devons être nombreux, très nombreux!

Nous devons donc être très, très, très nombreux à faire notre juste part en participant à la manifestation de demain (bon après demain si vous lisez ça avant minuit…)! Moi j’y serai! Où ça? À la Place du Canada à Montréal! Quand ça? À 13 heures!

Et ceux qui ne peuvent vraiment pas y être, pensez à nous… donc à vous!

Publicités
22 commentaires leave one →
  1. 21 mars 2012 6 h 52 min

    Je penserai à vous donc à nous.

    J'aime

  2. 21 mars 2012 7 h 10 min

    @ maxmtl

    Merci! Content de voir que vous avez réussi à commenter ici!

    J'aime

  3. 21 mars 2012 7 h 51 min

    Bonne idée!

    J'aime

  4. michel permalink
    21 mars 2012 8 h 05 min

    La stratégie du gouvernement libérale se précise : on oppose étudiants et travailleurs, les premiers exploiteraient les seconds, prétend-on. En sourdine, encore l’argument en porte à faux de la juste part! La manoeuvre est simpliste, mais peut obtenir un succès relatif…

    Évidemment, s’il fallait que les travailleurs se joignent en grand nombre aux étudiants, les libéraux seraient alors acculés au pied du mur.

    En tant que travailleur, je soutiens totalement le mouvement étudiant. Plusieurs syndicats ont donné leurs appuis à l’Assé.

    J’ai été présent dimanche passé à la marche étudiante. D’ailleurs, était-ce réellement une marche étudiante, compte tenu de la présence de parents, de grands parents, d’enfants… 30 000 personnes, lisait-on dans les journaux. Un franc succès…

    J’espère que la prochaine marche sera la plus grande manifestation étudiante de l’histoire du Québec. Malheusement, elle se déroule un jeudi, ce qui limitera la participation des travailleurs.

    Je me joins donc à vous en pensée…

    J'aime

  5. 21 mars 2012 8 h 27 min

    @ Michel

    «La stratégie du gouvernement libérale se précise : on oppose étudiants et travailleurs, les premiers exploiteraient les seconds,»

    Tout à fait exact!

    «D’ailleurs, était-ce réellement une marche étudiante, compte tenu de la présence de parents, de grands parents, d’enfants… 30 000 personnes, lisait-on dans les journaux. Un franc succès…»

    J’étais avec un groupe où il y avait plus de parents et de personnes d’âge mûr que d’étudiants.

    «Je me joins donc à vous en pensée…»

    On fait ce qu’on peut! Moi, j’y serai… Une autre demie-journée de congé qui va y passer, mais j’y tiens!

    J'aime

  6. Blink permalink
    21 mars 2012 12 h 10 min

    Bon billet Darwin. C’est bien évident que d’opposer travailleurs et étudiants est une grosse stratégie à peine subtile de la part du gouvernement. Voici quelques extraits de commentaires de la ministre Beauchamp qui m’on fait sursauter:

    «Il faut dire: ‘Ça suffit ce genre d’action’. Les étudiants qui revendiquent la gratuité de leurs études universitaires doivent réaliser qu’ils sont en train d’écoeurer les travailleurs à qui ils veulent refiler toute la facture. Ça suffit, on ne peut plus se permettre ce genre d’action-là »

    Primo, oui, certains revendiquent la gratuité, mais avant tout ils manifestent contre la hausse des frais. Elle fait donc bifurquer le débat sur une revendication qui n’en est pas une. Secundo, « refiler TOUTE la facture » c’est gros et carrément démagogique. Le ministre de sécurité publique Dutil en rajoute:

    «Bloquer un pont ou passent 200 000 automobilistes par jour et sur lequel les travailleurs passent pour aller gagner leur vie honorablement, c’est inacceptable, cela l’a toujours été, et ça doit être tolérance zéro. Nous sommes dans une société démocratique où les problèmes ne se règlent pas de cette façon»

    Encore la technique de l’opposition – Les travailleurs sont honorables VS les étudiants Hors la loi. Concernant la société démocratique dont il parle « où les problèmes ne se règlent pas de cette façon » je suis en partie d’accord, on rêgle ça en discutant et en négociant. Mais tu fais quoi quand la partie adverse est fermée à toute négociation et le clame haut et fort sur toute les tribunes?

    Cette grêve sonne le glas de ce gouvernement et les libéraux le savent trop bien. Alors les commentaires démagos de nos gouvernants ne font que commencer. Ils ne pourront survivre à ça qu’en divisant la population. Alors, allons marcher et supportons le mouvement étudiant autant que nous pourrons.

    J'aime

  7. 21 mars 2012 13 h 24 min

    @ Blink

    «Elle fait donc bifurquer le débat sur une revendication qui n’en est pas une.»

    Je l’ai d’ailleurs mentionné dans un autre billet (Droits de scolarité : accepter un compromis?) : la position du mouvement étudiant est déjà un compromis!

    «Elle fait donc bifurquer le débat sur une revendication qui n’en est pas une. Secundo, “refiler TOUTE la facture” c’est gros et carrément démagogique.»

    Tout à fait. Quand le gouvernement dit qu’il veut simplement faire passer le % du coût de la formation universitaire assumé par les étudiantEs de 12 % à 17 %, il triche aussi : ces % sont ceux du financement complet des universités, y compris la recherche, les immobilisations, le marketing etc. La formation comme telle représente un somme nettement moins élevée (60 % du total, si je ne m’abuse).

    «Mais tu fais quoi quand la partie adverse est fermée à toute négociation et le clame haut et fort sur toute les tribunes?»

    Autre bon point. Cela dit, je suis moi-même un peu tiède envers ce genre de moyens. Mais, de fait, le gouvernement refusait de négocier bien avant qu’ils ne prennent ces moyens! Difficile de les condamner…

    J'aime

  8. michel permalink
    21 mars 2012 21 h 14 min

    Deux arguments financiers du parti libéral mis en perspective:

    1. Le frais de scolarité seraient bas au Québec.

    Le Québec fait déjà partie des pays où les droits de scolarité sont élevés. Seulement le tiers des pays de l’OCDE affichent des droits de scolarité de plus de 1500$ US pour les universités publiques, la limite retenue par l’organisme international pour la catégorie des droits élevés. En Amérique du Nord, cependant, le Québec est bon dernier parmi tous les États américains et les provinces canadiennes.

    Mathieu Perreault
    La Presse Lien vers l’article

    2. Les prêts et bourses sont là pour compenser les frais de scolarité

    «Les parents québécois champions de la contribution.»

    Contribution parentale estimée pour les programmes de prêts et bourses de différentes provinces. Le salaire est brut et pour la simulation, les deux parents gagnent le même salaire. La simulation porte sur une famille ayant deux enfants, dont un seul va à l’université.

    voir le tableau : http://pix.louiz.org/?img=1332370357.png

    Pascale Breton
    La Presse Lien vers l’article

    J'aime

  9. 21 mars 2012 21 h 23 min

    @ michel

    C’est une des conséquences positives de cette grève : on n’a jamais eu droit à autant d’information sur le sujet. Et plus on en apprend, plus cette grève apparaît fondée…

    J'aime

  10. 21 mars 2012 21 h 30 min

    «Pauline Marois s’engage à abolir la nouvelle hausse des frais de scolarité, mais elle refuse de dire que le PQ ne la remplacera pas par une hausse moins grande.»

    «En 2002, elle s’opposait au dégel, alors proposé par son collègue péquiste François Legault. Mais à la course à la chefferie en 2007, Mme Marois s’était aussi montrée favorable au dégel»

    Marois refuse de s’engager à geler les frais de scolarité

    Plus tôt aujourd’hui, elle a fait une conférence de presse avec deux de ses pantins, tous décorés du carré rouge…

    Droits de scolarité : Pauline Marois exhorte Jean Charest à dialoguer avec les étudiants

    Un pas en avant et à gauche, deux pas en arrière et à droite…

    J'aime

  11. 21 mars 2012 21 h 47 min

    À la course à la chefferie en 2007, j’avais assisté au débat des candidats à l’auditorium de l’université de Sherbrooke, certains candidats (ils étaient 9) parlaient de gratuité scolaire….ça a été la dernière fois que j’ai entendu parlé de ça au PQ….

    J'aime

  12. Blink permalink
    21 mars 2012 22 h 56 min

    Merci pour les compléments d’information Michel. Très instructif!

    Darwin, j’aime bien ton « Un pas en avant et à gauche, deux pas en arrière et à droite… » – Mais qu’est-ce qu’on ferait pas pour grimper dans les sondages.

    Si, historiquement, Mme Marois et le PQ avait défendu bec et ongles des frais de scolarité plus bas avec des choix budgétaires en conséquence, peut-être que les carrés rouges des pantins m’auraient convaincu d’une certaine bonne foi. Mais là, honnêtement, ça empeste l’opportunisme. Et à peine quelques jours après l’ignoble sortie sur les abattoirs Halal. Est-ce qu’il s’étaient teint les cheveux en verts à la St-Patrick les Péquistes? Faudrait vérifier. J’ai hâte de les voir danser sur les chars allégoriques, en plumes et en paillettes à la prochaine Carifête!

    À part Québec Solidaire, je ne crois plus en la sincérité d’aucun des partis politiques.

    J'aime

  13. Pragmatisme permalink
    22 mars 2012 0 h 33 min

    Elle ne s’engage pas à les geler, ni a les dégeler. Elle promet d’annuler la hausse et de convoquer un sommet sur l’éducation afin de s’entendre sur une solution qui tentera de solutionner les multiples enjeux des études post-secondaire qui dépassent de beaucoup la question gel ou dégel.

    C’est pas un recul ni un pas à droite, c’est dans le programme depuis avril 2011 et c’est tout. Il y aura peut-être un gel, peut-être une indexation selon l’inflation, peut-être un mode de financement complètement différent. Comment pourrait-elle s’engager à un dialogue honnête tout en annonçant immédiatement sa décision ?

    Évidemment en 2007 elle a commis le crime grave d’envisager un dégel. On devrait peut-être la brûler immédiatement sur le bûcher du progressisme. Puisque de toute façon, dans ce procès d’intention, il semble qu’elle soit déjà coupable.

    La réalité c’est que le PQ n’a jamais dégeler les frais de scolarité dans son histoire. Même pas sous Bouchard l’empaleur, alors que Paul Martin nous avait coupé 1,5 milliards en transferts sociaux.

    C’est tout de même pas si mal considérant que même plusieurs gouvernements NPD provinciaux ont dégelés les leurs. Mais bon qui veut noyer son chien l’accuse de la rage n’est-ce pas ?

    On l’ajoutera à Pauline la fasciste, Pauline la xénophobe et Pauline la crypto-tatchérienne.

    J'aime

  14. 22 mars 2012 7 h 27 min

    @ Pragmatisme

    «On l’ajoutera à Pauline la fasciste, Pauline la xénophobe et Pauline la crypto-tatchérienne.»

    Il est très difficile de discuter avec vous. Vous déformez constamment ce que nous disons. Où avons-nous laissé entendre de telles choses? Par exemple, pour la xénophobie, nous n’avons pas dit qu’erlle l’était, mais que son partie l’attise parfois, comme dans le dossier de la viande halal.

    Oui le PQ va parfois à droite, parfois à gauche. Vous nous aviez demandé il y a quelques mois de donner des exemples de ses mouvements à droite. Je vous en ai donné un grand nombre et vous n’avez pas cru bon de répondre. Vous ne trouvez pas sa position ambigue. Moi si.

    «Elle ne s’engage pas à les geler, ni a les dégeler»

    Elle se fait prendre en photo avec deux collègues avec le carré rouge et affirme ensuite ne pas appuyer les revendications que représente ce carré rouge. L’article que j’ai mis en lien a depuis été mis à jour :

    «La chef du PQ maintiendrait la hausse précédente, de 50 $ par session, de 2007 à 2012. Elle abolirait la nouvelle hausse de 1625 $ répartie sur cinq ans. »

    Désolé, mais cela ne correspond ni aux revendications du carré rouge, ni à ce que vous dites.

    «Elle promet d’annuler la hausse et de convoquer un sommet sur l’éducation afin de s’entendre sur une solution qui tentera de solutionner les multiples enjeux des études post-secondaire qui dépassent de beaucoup la question gel ou dégel.»

    Selon l’article, le sommet dont vous parlez aurait lieu APRÈS le rétablissement de la hausse de 50 $ par session, hausse qui représente environ 5 % par année. Que vous aimiez cela ou pas, reconnaissez donc que votre parti louvoie constamment entre la gauche et la droite.

    J'aime

  15. david weber permalink
    22 mars 2012 17 h 27 min

    Bonsoir tout le monde,

    On parle de vous en France :

    « Marée humaine contre la hausse des droits de scolarité au Québec »

    http://www.lepoint.fr/societe/maree-humaine-contre-la-hausse-des-droits-de-scolarite-au-quebec-22-03-2012-1444199_23.php

    Cordialement.

    J'aime

  16. 22 mars 2012 17 h 35 min

    @ david weber

    «On parle de vous en France »

    Merci pour l’info! J’en reviens justement. J’ai participé à des dizaines de manifs dans ma vie, mais je n’ai jamais vu autant de monde! Je vais sûrement écrire un court billet là-dessus plus tard ce soir (dans la nuit pour vous!).

    J'aime

  17. 22 mars 2012 18 h 38 min

    Génial, c’est réconfortant de voir ça!

    J'aime

  18. 22 mars 2012 18 h 48 min

    Je comprends que c’est génial! J’espérais au moins cent miles personnes et ils parlent qu’il en avait plus de 200.000. Maudit que cela fait plaisir. 😀

    J'aime

  19. 22 mars 2012 20 h 11 min

    Génial? Oui, mais aussi renversant, récorfortant, jubilatoire, et j’en passe!

    J'aime

  20. michel permalink
    22 mars 2012 21 h 30 min

    Effectivement, c’est un moment historique! Les libéraux, qui se sont peinturés dans le coin de la démocratie, pourront se consoler chez leurs amis des Chambres de commerce.

    Au surplus, ils viennent de s’aliéner pour longtemps, une grande partie de la jeune génération par leur intransigeance. Il ne leur reste plus qu’à cultiver la grande illusion du plan NARD…

    J'aime

  21. david weber permalink
    23 mars 2012 6 h 13 min

    Bonjour cousins Québecois (LOL !)

    Sur « le Monde », qui est le journal de référence, en France, il y a ceci :

    « Marée humaine contre la hausse des droits de scolarité au Québec »

    http://www.lemonde.fr/ameriques/portfolio/2012/03/23/maree-humaine-contre-la-hausse-des-droits-de-scolarite-au-quebec_1674579_3222.html

    Bonne journée

    david

    J'aime

  22. 23 mars 2012 7 h 56 min

    @ david weber

    Merci encore!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :